Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Dim 19 Juil 2015 - 10:55

Bonjour, bonsoir tout le monde ! Smile   (... et vraiment, vraiment désolé d'avance pour le long post !)

Voici quelques temps déjà que je me suis inscrit sur le forum et que je navigue parmis les différents salons/sujets, arpentant vos discussions, débats et anecdotes avec vive émotion, découvrant petit à petit cette sympathique communauté au fil des jours (... et/ou des nuits). Une bonne grosse semaine que je fais le fantôme, la p'tite carpe muette.

Alors comment se fait-il que je n'aie toujours pas fait ma présentation (me demanderez-vous) ? Comment se fait-il que je sois assez prétentieux de croire que je vous ennuierai forcément avec mes petits tracas personnels (ha, ha !) ? Pourquoi est-ce que j'insiste autant sur cette introduction censée vous donner envie de me lire et non l'inverse ? tongue

En vérité, il faut bien avouer que je suis une fois de plus rongé par ma débordante "timidité" (est-ce seulement le bon terme ?), par une obsédante volonté de ne pas dire de bêtises (d'où de longues hésitations faites de "quoi dire ?", "comment le dire ?", "le dire ou pas ?") ainsi que, et peut-être surtout (?), par une redoutable peur de la déception...

Bon, il faut bien se lancer ! Par où puis-je bien commencer ? Essayons de faire les choses "simplement" (ah, ce terme !).

Alors moi c'est Nico, j'ai 26 ans (bientôt 27 mais chuuuut ! Wink ), j'habite dans la région Lilloise, et... et bien, disons que j'ai récemment appris que j'étais - que je suis - un p'tit Zèbre.

C'est le discours habituel, mais je me suis toujours senti "différent". Pas à ma place, pas dans la bonne famille, pas à la bonne époque, pas sur la bonne planète.

Pour y aller dans le résumé un peu expéditif :

- parcours scolaire difficile et délicat (celui qui commence pourtant bien à l'école - genre vraiment bien - , et qui se dégrade vite et lourdement - vraiment lourdement - une fois débarqué au collège avec son système si exigeant, en particulier pour celles et ceux qui font déjà des efforts démesurés pour tenter tant bien que mal de rentrer dans le moule...)
- nombreuses années d'errance post-déscolarisation, jamais à l'aise dans les jobs obtenus, ni avec la société en globalité, et impossibilité de concrétiser le moindre projet
- on met tout ça sur le compte de la "marginalité", de notre caractère de tête de mule ... malheureusement ça n'explique pas tout, ni ne stoppe la souffrance et les difficultés

Puis un jour, on dit juste "STOP !" (ça s'enchaine souvent à la suite de la déprime de trop, aprés l'ultime larme qui fait déborder le vase). On commence petit à petit à (se décider de) s'accepter tel que l'on est (à l'intérieur... comme à l'extérieur), et on se motive à se reprendre en main, à tout recommencer à zéro. A tout faire pour voir le "chemin de vie" discret et non-emprunté que l'on a vraisemblablement ignoré jusque-là (volontairement ou non), et à en faire celui d'une possible future réussite (personnelle, existentielle).

Dans mon cas, cela s'est fait par de nombreux changements ; en particulier par une reprise d'études (sujet qui fut longuement tabou pour moi-même et ma haine/phobie du systéme scolaire, d'où l'importance du changement), qui vient de me faire obtenir le BAC (DAEU L - à 26 piges, mieux vaut tard que jamais), première année de licence Cinéma en perspective à la rentrée ('verra bien ce que ça donnera, mais vu mon affinité à fleur de peau avec le domaine et la possibilité que j'ai enfin acquise de pouvoir voir les choses d'un "bon oeil", je pars optimiste ce coup-ci hi hi ! Smile ), par un déménagement revitalisant en ce début d'année, ainsi que par des modifications salvatrices dans les cercles amicaux et familiaux (entre autres).

Bon c'est bien beau tout ça, mais vous me direz "et alors, est-ce que ça fait de toi un "surdoué" pour autant ?". J'y viens.

Alors tout d'abord et en toute modestie (et malgré le peu de recul réellement objectif que je puisse accorder au jugement de mon propre discours puisque je parle... de moi, beh oui !), au vu de mon parcours, de ma façon de raconter les choses et d'y réfléchir (vocabulaire, grammaire, conjugaison et orthographe, ces quatre petites choses si précieuses de nos jours...), de mon extrême sensibilité (ça se sent, non ? Shocked ), et d'un bordel complet dans l'organisation de mes idées (pour une fois, j'ai l'impression que ce n'est pas trop mauvais de ce côté-là, mais bon...), bref je pense qu'il y a déjà aisément de quoi mettre la puce à l'oreille ! Razz

Et pourtant, il m'a bien fallu un quart de siècle pour me rendre compte que quelque chose clochait, véritablement. Dans le sens où l'on comprend à cet instant que non, tout le monde n'est pas aussi sensible par nature, tout le monde ne cherche pas la perfection jusqu'au-boutiste (pléonasme ?), tout le monde ne fait preuve d'une empathie étouffante (suffocante !), tout le monde n'est pas hyperesthésique avec un lot d'angoisses toutes catégories, tout le monde n'a pas une vision de la vie si contrastée et une estime de soi au ras des pâquerettes, et tout le monde n'a pas non plus une pensée souvent divergente, constamment en arborescence et inévitablement incontrôlable, inépuisable (handicapante ??) !

On en vient presque à se demander si la faute de cette prise de conscience tardive est à rejeter aux proches, eux qui n'ont jamais voulu admettre la possibilité que vous soyez "différent" et n'ont jamais franchement cherché à vous comprendre ; ou bien à nous-même, de n'avoir pas remarqué cela plus tôt. D'avoir perdu tant de temps, d'avoir (inutilement ?) cherché à être "intérieurement" comme "tout le monde". Dans le fond, on peut en vouloir à tout le monde, à soi, à la vie... ça ne change rien, ça ne mène nulle part. Bon, puis je m'égare.

Bref, aprés la lecture furtive de quelques articles par-ci par-là, aprés la vision de quelques reportages plus ou moins bien foutus, et surtout suite à la rencontre décisive avec une Zèbrette passant difficilement inaperçue (qui engendra pour moi la première interrogation vitale que fut "qu'ont-ils de si "différent" de nous, ces "surdoué(e)s ?" - avant de se rendre compte que justement, c'est ce "nous" qui est fortement problématique car erroné, dans mon cas du moins), je décidais de lire quelques livres sur le sujet (notamment l'incontournable "L'Adulte Surdoué" de J. Siaud-Facchin) histoire de tenter d'écarter - et je dis bien d'écarter - la possibilité de faire partie de ce groupe si particulier. Parce qu'on a quand même le vieux réflexe de s'aviser du danger dans lequel on s'engouffre " 'tention, encore un sentiment de fausse appartenance à un groupe quelconque qui se soldera par un bon p'tit coup au moral".

Et là, c'est la gifle. La baffe. Le coup dans les tripes. "Sérieusement ?!"... "C'est une blague, qui a écrit un livre sur ma vie ??"... "Elle est où l'arnaque ?!" Shocked

Du coup on patiente quelques mois, ou plutôt on met à profit l'attente avant les tests de QI pour méditer sur tout ça. Pour y réfléchir encore et encore, ne pas trop se précipiter, pour alterner entre les "mais ça ne peut pas être autrement, je le suis !" et les "mais évidemment que je ne le suis pas, je dois vraiment être stupide pour l'avoir pensé un seul instant !"

Puis vient enfin l'heure tant attendue des tests (les nerfs sont mis à rude épreuve, croyez-moi). Et le verdict tombe. Là que ce soit clair (petite parenthèse que je souhaite faire), positif ou négatif, il y a du bon et du mauvais à la fois dans les deux cas. D'un côté en cas de positif c'est bon l'on a trouvé ce que c'était que cette "différence", on peut s'arrêter de chercher ailleurs mais d'un sens on est "bloqué" avec ça le reste de notre vie, aucune véritable porte de sortie (on n'est pas loin de la maladie incurable de la façon dont j'en parle, mais c'est surtout pour souligner l'aspect négatif avant tout de la chose, j'explique aprés pourquoi). Et de l'autre côté, en cas de négatif, on est rassurés de ne pas "faire partie de ces "souffre-tout", mais le périple de la quête existentielle continue, et la route sera sûrement bien longue encore. Tout ça pour souligner encore une fois le non-sens, le mauvais emploi du terme "surdoué" puisque (d'un certain point de vue) il s'agit autant d'une "malédiction" que d'un "don", et non d'une "toute-puissance" comme beaucoup de néophytes se l'imaginent.

Etre "HP", ce n'est pas être "supérieur", c'est être différent. Tout simplement. Et en bien comme en mal. J'imagine que je dois me sentir un peu bête de venir faire cette précision à un endroit où chacun l'aura compris depuis belle lurette, mais je tenais juste à dire ce que j'en pensais personnellement, en tant que Zèbre qui vient de se "découvrir". Du coup, bah oui, pour moi le résultat fut positif, autant casser le suspense ! ha ha Smile Suite à ça, c'est la remise en question générale (désormais sans retenue, puisqu'on sait qu'on tient le bon bout). C'est la vision sous un nouvel angle de toute notre histoire de vie, de la plus petite enfance jusqu'au "diagnostic". Il faut dire aussi qu'ils sont nombreux (les sceptiques) à se demander pourquoi l'on a besoin (parfois impérativement) de mettre un mot sur cette différence qui est nôtre. Et bien, comme je l'ai expliqué : pour être certain de ce que l'on est ; d'où l'on vient, et où l'on va. Oui, c'est un fait, ça ne change pas radicalement notre personnalité puisqu'on est comme ça et qu'on l'a toujours été, mais c'est un besoin humain de se connaître, de se reconnaître. Ce n'est pas le cas pour tous, mais cela peut-être un boost en une reprise de confiance en soi significative pour certain(e)s, et un possible début d'auto-destruction du faux-self (et ça en gros, c'est vraiment ce que j'appelle la bonne route) ! Very Happy

J'en viens donc au pourquoi du comment : Quid de mon inscription sur le forum ? Et bien, selon moi, tout Zèbre (ou HP, ou surdoué, ou quel que soit votre terme favori - puisque j'ai pu constater à quel point cela faisait débat - pour moi tout terme est intéressant ne serait-ce que pour sa valeur synonymique) comprend assez vite qu'il va devoir finir par trouver ses semblables (si pas déjà fait). Il ou elle a besoin de sa "meute" pour au moins deux raisons fondamentales : se sentir (enfin ?) compris et entouré, mais aussi comprendre et aider son prochain à son tour ! Parce que la solitude ressentie n'est pas égoïste, elle est fichtrement altruiste avant tout ! (vous me direz bien, les "normo-pensants" aussi en sont capables - quelques réticences de nombreuses personnes avec ce terme je sais bien, mais perso je le trouve mieux adapté que "non-HP", bref - , mais à moins de trouver des personnes très ouvertes d'esprit et avec un potentiel émotionnel trés fort (et encore...), ce sera toujours trés compliqué...). Alors si quelques coeurs zèbrés sur la même longueur d'ondes veulent faire plus ample connaissance, ce serait avec grand plaisir Wink Sans vouloir faire mon difficile, je m'intéresse tout particuliérement aux "HP" de Lille et alentours puisque j'ai un réel besoin de faire des connaissances "IRL" ces temps-ci. Mais pas de soucis en cas contraire, ça me fait toujours plaisir même si cela se "limite" au forum ! Voili voilou Very Happy



Pfffiou, et bien ! Au final, je me disais "Bon je ne vais pas savoir quoi dire, pas avoir quoi que ce soit d'intéressant à raconter... Je vais juste me contenter de quelques petites lignes, minimum syndical de la présentation, par pure politesse"... Et en fait là j'ai carrément envie de m'excuser avec insistance pour ce long pavé bien peu encourageant ! ha ha ! Very Happy

Je remercie d'avance les plus courageux d'entre vous qui seront allés jusqu'où bout de la lecture ! Je remercie encore plus celles et ceux qui auront lu sans trop survoler (hi hi !), et encore bien plus ceux qui prendront un peu de temps pour y répondre, ne serait-ce que par une courte phrase (bon je ne vais pas mentir, un long message me ferait encore, encore bien plus plaisir Very Happy ). Allez je vais m'arrêter là je pense, en tout cas j'espére que ma présentation pourra faire écho au parcours des quelques lecteurs et lectrices qui passeraient par là Wink

Prenez toutes et tous soin de vous, j'espére à très bientôt !


Dernière édition par Nico-Vanille le Lun 20 Juil 2015 - 18:15, édité 2 fois

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par ShineFlower le Dim 19 Juil 2015 - 13:58

Bienvenue cheers

ShineFlower
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3505
Date d'inscription : 04/07/2013
Age : 57
Localisation : Chez Dieu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Lun 20 Juil 2015 - 1:01

Merci à toi ShineFlower ! Smile

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par poèterouge le Lun 20 Juil 2015 - 5:45

Salut et bienvenu.

poèterouge
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 462
Date d'inscription : 05/10/2012
Age : 45
Localisation : Corse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par xameleon le Lun 20 Juil 2015 - 7:01

Bienvenue

J'ai le double de ton age et je viens également tout récemment de passer des tests qui confirment les raisons de mon sentiment de "décalage". C'est à la fois rassurant mais également inquiétant par comme tu le dis justement le diagnostic de la "maladie incurable".

Il faut maintenant vivre avec et surtout trouver avec l'aide de tous nos semblables des moyens de palier à nos déficiences

xameleon
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 8
Date d'inscription : 18/07/2015
Age : 54
Localisation : Près de Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Doom666 le Lun 20 Juil 2015 - 7:42

Bonjour à tous,
Bienvenue parmi nous, tu as trouvé ta meute. Wink
Cordialement.
Alain.

Doom666
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 634
Date d'inscription : 23/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Lun 20 Juil 2015 - 8:08

Salut, moi aussi je cherche une meute dans ce genre  Dent pétée :

" />

Je te souhaite de trouver la tienne.

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7805
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Invité le Lun 20 Juil 2015 - 17:00

Je te souhaite la bienvenue, n'hésite pas à lire les autres fils, il y a plein de personnes intéressantes ici Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Lun 20 Juil 2015 - 17:41

poèterouge a écrit:Salut et bienvenu.

Merci à toi Poèterouge Wink

Doom666 a écrit:Bonjour à tous,
Bienvenue parmi nous, tu as trouvé ta meute.
Cordialement.
Alain.

Bonjour à toi Alain ! Merci beaucoup, et je l'espère bien ! Smile

xameleon a écrit:Bienvenue

J'ai le double de ton age et je viens également tout récemment de passer des tests qui confirment les raisons de mon sentiment de "décalage". C'est à la fois rassurant mais également inquiétant par comme tu le dis justement le diagnostic de la "maladie incurable".

Il faut maintenant vivre avec et surtout trouver avec l'aide de tous nos semblables des moyens de palier à nos déficiences

Hello Xameleon !

Oui je te comprends parfaitement, c'est un passage plutôt délicat ce moment "post-test" (zèbré positif). On se retrouve de nouveau seuls et largués dans un monde que l'on savait déjà difficile à accepter et à comprendre (ou plus exactement, dont on avait peur d'avoir malheureusement trop bien compris le triste fonctionnement), avec cette fois-ci la quasi-certitude que cela ne changera jamais véritablement dans nos p'tites têtes... Qui plus est sans grande aide supplémentaire (puisque pas de "traitement" à ce mal-être, on se retrouve juste avec le verdict et point barre), sur le coup on peut même presque se dire qu'il a bon dos le fameux "diagnostic" ! Shocked

Mais bon, positivons ! Le forum ZC semble une excellente initiative pour tenter d'y voir un peu plus clair et tenter de trouver sa raison d'être ! Smile Je suis très heureux de l'existence de celui-ci et de l'avoir découvert, et j'espère très sincérement qu'il nous apportera (à toi, à moi, à tous) un maximum de reprise de confiance, de bons moments et de belles rencontres Wink

Sinon je souhaite revenir sur un point important : je parle en effet (avec un soupçon d'exagération) de "maladie incurable", de possible (manque de) "traitement" adapté, presque de "handicap" au sujet de la Zèbritude. Mais c'est avant tout pour souligner la souffrance (parfois très profonde) et la détresse que beaucoup d'entre nous peuvent ressentir, et en réponse aux sceptiques et autres personnes mal informées qui s'imaginent encore qu'il s'agit d'un "pouvoir suprême" permettant une réussite et un bonheur sans fin. C'te bonne blague... Rolling Eyes

Mais passé ce détail essentiel, n'oublions pas que nous sommes également des êtres très précieux dotés de qualités infinies et inépuisables ! Nous regorgeons de compétences souvent enfouies qui ne demandent qu'à (re)surgir, notre créativité et nos émotions n'ont de raison d'exister qu'en explosant par quelque manière que ce soit (et tout ceci est dit sans aucune prétention) ! C'est ton terme "déficience" qui m'a fait un peu tiquer je l'avoue, et qui m'a rappelé à l'ordre (hi hi) Razz
On se le doit à nous-même et comme douce revanche sur la vie, faisons de nos "défauts" (?), de nos différences (plutôt que "déficiences" ?) nos forces et nos motivations, et ne les laissons en aucun cas nous écraser sous le poids de l'intégration sociale et sociétaire (et si j'insiste là-dessus, c'est que je cherche également à m'en convaincre moi-même, ha ha) Razz

Enfin bref. Courage Xameleon, on te soutient ! Et merci pour ton message Smile

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Lun 20 Juil 2015 - 17:51

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:Salut, moi aussi je cherche une meute dans ce genre  Dent pétée :

" />

Je te souhaite de trouver la tienne.

Hello l'ami, Very Bad Trip ? Pas encore eu l'occasion de voir le(s) film(s) (mais il va falloir que j'y pense un de ces jours ha ha) !
Pas certain que l'on vise le même style de "meute" du coup, mais bon ! Razz En tout cas je te remercie et te souhaite également de trouver celle que tu recherches Wink

dreamy a écrit:Je te souhaite la bienvenue, n'hésite pas à lire les autres fils, il y a plein de personnes intéressantes ici Smile

Hello et merci beaucoup Dreamy ! Very Happy Voui voui, je lis beaucoup les différents topics et je cherche un peu les endroits où je peux me rendre utile hi hi Razz
J'hésite encore à "où" et "comment" me lancer, mais ça va venir petit à petit (pas envie de "m'incruster" trop vite sur le forum, même si ça paraît bête) Smile

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Mar 22 Nov 2016 - 3:59

Bonjour, bonsoir à tous.

Voilà que je relis ce soir avec grande attention mon message de présentation, à peu près un an et demi après son écriture.
Je tenais à voir dans quel état je m'étais inscrit à l'époque, et aussi ce qui avait pu changer depuis lors dans ma situation (même si je sais évidemment ce qu'il en est dans les grandes lignes). Et au passage je souhaitais écrire un nouveau "post", ceci visant plusieurs objectifs : mettre à jour mon statut (ne sait-on jamais, si l'envie me prend de nouveau dans un an et demi de savoir où j'en étais aujourd'hui-même), essayer de me ré-intégrer tout doucement à la communauté... puis, je dois l'avouer, l'envie de susciter quelques réactions de la part des membres ne m'est pas indifférente (vis à vis de ce que je vais raconter ci-dessous). Pour ne pas carrément dire qu'il s'agit d'un appel à l'aide.

Je vais tâcher de ne pas "trop" m'étendre cette fois-ci, et de résumer au maximum.

Lorsque je me suis inscrit sur ZC en Juillet 2015, j'espérais partager et découvrir des choses, faire quelques rencontres intéressantes. Ce qui fut d'ailleurs le cas, puisque j'ai fait la connaissance d'une adorable Zébrée qui est restée quelques temps l'une des meilleures amies que j'ai jamais eu.

Quelques temps, je précise, puisque cela a vite changé. Oh, loin de moi l'idée de conter une énième histoire de déception relationnelle (dont les Zébres semblent assez coutumiers). Non, il s'agit tout simplement du fait que mes sentiments envers elle ont ensuite évolué, pour se transformer en véritable passion amoureuse. Et il s'est avéré, après de longues semaines d'hésitation à lui avouer mon ressenti (la peur de tout gâcher...), que celui-ci fut merveilleusement réciproque. Je passerai les détails à ce sujet (d'autant que ma chère et tendre s'en occupe bien mieux que moi sur sa page à elle), ce qui n'empêche une joie immense en moi quant à l'amour sincère que j'éprouve pour elle. Certes, la distance est parfois une épreuve délicate (n'habitant pas les mêmes régions) surtout au moment des séparations IRL (vous connaissez aussi l'enfer des quais de gare ?), mais cette situation reste heureusement provisoire et n'entame en rien le bel avenir commun dont l'on rêve mutuellement.

Alors pourquoi mets-je aussi peu d'entrain à vous raconter cette magnifique page de ma vie ? Qu'est-ce qui cloche (me demanderez-vous) ?
Et bien c'est tout simple : hormis cette source de bonheur, rien ne va plus dans ma vie...

Et quand je précise "rien", je veux dire RIEN. L'optimisme fringuant dont je faisais preuve par le passé a, disons-le clairement, bel et bien foutu le camp.
Mes études m'angoissent profondément (pour rappel, je suis désormais en L2, après une difficile mais déterminée reprise d'études "tardive"). Je ne m'entends pas du tout avec mes camarades de classe (10 ans d'écart, ça pardonne rarement) qui ne pensent qu'à sortir et faire la fête alors-même que je suis quelqu'un de très sérieux. J'alterne quelques cours passionnants avec ceux qui m'ennuient (pour être poli) profondément. Mes bonnes notes cachent malhonnêtement le peu de motivation et de courage qu'il me reste.
La relation conflictuelle qu'il me reste avec ma famille ne fait qu'ajouter et poursuivre un vampirisme ultra-toxique sur mon moral et ma santé, qui stagnent au plus bas.
Je vis seul, assez isolé. Très peu d'amis, très peu de contact social (hormis et rarement à la fac). Je suis à deux doigts du burn-out complet.

J'ai longtemps soutenu le fait qu'un Zébrou introverti (en tous cas, moi-même) puisse tout de même avoir de nombreuses choses à partager avec les normo-pensants, pour peu qu'il sache comment communiquer et sans pour autant rejeter son besoin de partage avec sa propre "tribu" de Zébres. Cette conviction m'a foutu au fond du trou, ayant essuyé de nombreuses et douloureuses déceptions relationnelles en amitié (pour ne pas parler ouvertement de trahisons). Je ne dis pas que c'est un fait avéré pour tout le monde, juste que cela m'a vraiment ruiné moralement et que j'aurais dû m'acharner à ne côtoyer que des personnes avec qui je partage des atomes crochus (HP, hypersensibles, marginaux, etc).
Je continue cependant de penser que la "bonne méthode" (si on arrive à s'y tenir) reste d'ouvrir le dialogue avec tout un chacun, peu importe nos différences.

Là, pour le coup, mon histoire n'a rien de très original quant à ce que vivent déjà de nombreux HP en souffrance. Mais mon discours n'a pas pour vocation d'être original. Il n'est que le reflet de mon désespoir, de ma crainte désormais démesurée en l'avenir... En un futur que je perçois, à l'exception de ma relation amoureuse, d'un œil franchement négatif...

Je m'exprime donc ici, sans réelle attente en retour, juste parce que j'en éprouve le besoin, un soir où la mélancolie se fait si forte que l'évocation du lendemain est un malaise en soi...

Est-ce si compliqué de trouver de véritables amis ? Qui ne cherchent pas à s'attrouper pour "rentrer dans le moule" d'une société, s'effaçant silencieusement via leur place dans le groupe pour ne plus avoir à se comporter tels qu'ils sont véritablement intrinsèquement ? Oui vous me direz que je parle bien de rejoindre une communauté de Zébres moi aussi, mais c'est à l'inverse pour tomber le masque et vivre au jour le jour avec ma sensibilité réelle que je le fais, dans l'optique d'un enrichissement mutuel entre personnes bienveillantes et privilégiant l'entraide ! Merde quoi, suis-je le seul à en avoir clairement ras-le-bol de voir un entourage ne se regroupant que pour mieux vivre des relations de dominant/dominé dans de petits clans qui, au pire, ne se formeront que pour mieux se détruire les uns les autres, et au mieux, s'allier pour tenter de détruire les autres ! Crying or Very sad

Je me rends bien compte de la noirceur de mon propos, du négativisme de mes pensées... En même temps je ne peux plus nier ce qui me déchire le coeur, je ne peux plus faire comme si de rien n'était alors que je m'enfonce lentement mais sûrement dans mon marécage mental... J'ai juste besoin d'un peu de soutien, d'un peu de réconfort, d'une lueur d'espoir...
Je suis affreusement triste et déçu de voir les pas en arrière que j'ai pu faire, moi qui avait tant travaillé sur le regain de confiance en soi, je me sens maintenant si vide...

Mon quotidien se parsème d'attaques de panique diverses et de fortes déprimes larmoyantes... Mes anciennes éclatantes victoires ces dernières années sur l'arrêt total de plusieurs addictions (alcool, tabac, joints...) se dévoilent à présent comme de subtils échecs lorsque je constate le transfert sur des abus médicamenteux et une boulimie grandissante...
Malgré mes différentes tentatives de suivi auprès de thérapeutes (psychologues, psychiatres, relaxation, coaching) je continue de me noyer sous les difficultés de la vie...
Bref, je ne sais plus quoi faire, je ne sais plus où j'en suis, je ne sais plus à qui me confier (ni même si je fais bien de le faire)... Je désespère de trouver des solutions un jour...

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Mar 22 Nov 2016 - 16:31

Faut que tu sois l'alpha de ta meute ! Dent pétée

Fonde ta meute avec ta douce et tendre, tu verras, les louveteaux te foutent des coups pieds au cul salvateurs ! Wink

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7805
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Special Agent Mantis le Mer 23 Nov 2016 - 16:58

Bonjour !

Je suis désolée, je ne pense pas pouvoir t'apporter de réponses... Je suis trop jeune, pas assez d'expérience, ou plus simplement c'est juste que je n'ai pas vécu ce que tu vis...
J'observe que tu obtiens peu de réponses après ton message. Je pense que c'est parce que ta situation est très complexe, et peu de monde voudra s'aventurer à essayer de comprendre ce que tu vis, pas du tout par hostilité, mais parce que les personnes ici, le plus souvent et de ce que j'en ai observé, sont (très) sensibles elles-mêmes. Je le suis moi aussi, et je ne dis pas comprendre ton ressenti non plus (ce serait vraiment prétentieux de ma part).

Je peux seulement te conseiller de continuer à écrire ici, pour peut-être mettre à plat ce que tu as sur le cœur, quand tu en as besoin.

Désolée si je parais égoïste, ou présomptueuse, ou "paternaliste" d'une façon ou d'une autre, je ne veux pas l'être. Excuse-moi si ce que je dis te blesse. Je pense que quand quelqu'un va mal, il ne faut pas l'ignorer.

A bientôt Courbette

Special Agent Mantis
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 20
Date d'inscription : 19/11/2016
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par utilisateurdebase le Mer 23 Nov 2016 - 19:35

et ben sur le plan social je vais pas trop pouvoir t'aider car depuis quelques mois je suis entré en mode "ermite" et... c'est trop cool Very Happy j'aime bien ^^ je m'amuse, je fais mes trucs tout seul et je m'en fous des autres ^^ après, ptete que je finirais par tomber sur des gens qui tiennent la route mais je ne me fais pas d'illusion et, par conséquent, je ne fais carrément pas d'effort. tout ce que je peux dire c'est que ma porte est ouverte même si je reste discret sur cet état de fait. en tout cas, à défaut d'avoir quelque solution, plein de bonnes choses quand même Smile (n'empêche, des fois je me dis que ce serait cool de retourner en fac... mais pas pour les soirées petards et PS2, c'était cool mais j'ai déjà donné ^^)

utilisateurdebase
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 785
Date d'inscription : 30/04/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Mer 23 Nov 2016 - 21:42

Merci à vous pour vos messages.

Je crois que j'ai encore écrit un pavé qui va dans tous les sens, donc je me mettais déjà des bâtons dans les roues sans m'en rendre compte (et je risque d'en refaire un autre avec ce message, mais au moins je vais essayer de mieux organiser). A la base c'était juste parti de l'envie de me confier, puis ça a tourné peu à peu en plainte mixée d'un appel à l'aide... Du coup je comprends que ce ne soit pas si simple de me répondre, et comme toujours j'en dis "trop" (voulant bien faire) là où j'aurais mieux fait de résumer ce qui ne va pas, et de demander des choses plus simples, plus claires... Enfin je ne sais pas, à vrai dire je suis bien paumé, je ne fais que me fier à vos avis pour voir là où je m'y prends mal Crying or Very sad

Bon et puis même, j'aurais dû dire quoi ? J'ai tendance à penser que la sincérité est toujours le meilleur argument, peu importe la réponse qu'on reçoit. Mais de là à poster bêtement : "Salut, moi c'est Nico ! J'ai pas d'ami. Qui ne veut z'être le mien ? Merci pour vos contributions. LOL"...

C'est ça que je dois faire ?... (et ce n'est pas de l'ironie, je me pose vraiment la question). De toute façon ça ne change rien à ma situation, ni aux possibles réponses que j'aurais pu recevoir (enfin, j'imagine ?..). Bon, je ne ferais certainement pas ça IRL avec les normo-pensants (ça va, je suis déjà suffisament "étrange" pour eux comme ça), mais je me permets au moins de tenter ça ici sur une note humoristique teintée d'un profond pessimisme, j'en suis plus à ça près.

Du coup, l'autre question que je me pose, c'est évidemment "est-ce qu'il vaut mieux que j'arrête mes études..." (pendant qu'il est encore temps !) ? Mais là, je suis tout seul à pouvoir y répondre. De même pour beaucoup d'autres sujets que j'ai évoqué. Tout bien réfléchi, au final oui, il ne me reste que la question "Qui veut discuter avec moi ?"... (pendant que je suis encore là, dans ce monde de brutes)...

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:Faut que tu sois l'alpha de ta meute !  Dent pétée

Fonde ta meute avec ta douce et tendre, tu verras, les louveteaux te foutent des coups pieds au cul salvateurs !  Wink

Hello "Suce ces p'tits Bleus !". J'y ai déjà pensé... Seulement, bon... Je ne pas certain que vouloir s'engager dans ce projet sans aucune perspective d'avenir (financièrement parlant) soit une bonne idée, encore moins une preuve de courage ou un levier pour me faire aller de l'avant... Faut reconnaitre que si l'on a du mal à s'occuper de soi-même, comment pourrait-on être assez prétentieux pour s'imaginer (*pour l'instant*) capable de s'occuper d'autres personnes dépendantes de nous ?... Merci toutefois pour ta réponse.

Special Agent Mantis a écrit:Bonjour !

Je suis désolée, je ne pense pas pouvoir t'apporter de réponses... Je suis trop jeune, pas assez d'expérience, ou plus simplement c'est juste que je n'ai pas vécu ce que tu vis...
J'observe que tu obtiens peu de réponses après ton message. Je pense que c'est parce que ta situation est très complexe, et peu de monde voudra s'aventurer à essayer de comprendre ce que tu vis, pas du tout par hostilité, mais parce que les personnes ici, le plus souvent et de ce que j'en ai observé, sont (très) sensibles elles-mêmes. Je le suis moi aussi, et je ne dis pas comprendre ton ressenti non plus (ce serait vraiment prétentieux de ma part).

Je peux seulement te conseiller de continuer à écrire ici, pour peut-être mettre à plat ce que tu as sur le cœur, quand tu en as besoin.

Désolée si je parais égoïste, ou présomptueuse, ou "paternaliste" d'une façon ou d'une autre, je ne veux pas l'être. Excuse-moi si ce que je dis te blesse. Je pense que quand quelqu'un va mal, il ne faut pas l'ignorer.

A bientôt  Courbette

Hello "SAM". Ta réponse m'a touché. Tu me dis plusieurs fois que tu es désolée (c'est même par là que tu commence et termine), mais rien que le fait de m'avoir lu me fait déjà très plaisir tu sais (et encore plus celui de prendre la peine de me répondre) ! Au contraire, je n'aurais jamais pensé que tu puisse être [ insérer ici tous les termes néfastes que tu as pu citer ], et ça me soulage un peu de discuter de tout ça, donc ne sois pas comme ça sur la défensive ; quand ça vient du coeur il ne faut jamais s'excuser de tenter d'aider les autres ! Sad Ce n'est pas l'âge, l'expérience ou quoi que ce soit d'autre qui produit de l'altruisme et de la bienveillance, tout au plus ça simplifie la compréhension de certaines choses.. Je te remercie de ton soutien et merci pour ta réponse sincère, tu ne me blesse pas du tout et je partage ton point de vue (même si je n'ai pas le coeur à mettre une vaste couche de smileys souriants)... !

utilisateurdebase a écrit:et ben sur le plan social je vais pas trop pouvoir t'aider car depuis quelques mois je suis entré en mode "ermite" et... c'est trop cool  Very Happy  j'aime bien ^^ je m'amuse, je fais mes trucs tout seul et je m'en fous des autres ^^ après, ptete que je finirais par tomber sur des gens qui tiennent la route mais je ne me fais pas d'illusion et, par conséquent, je ne fais carrément pas d'effort. tout ce que je peux dire c'est que ma porte est ouverte même si je reste discret sur cet état de fait. en tout cas, à défaut d'avoir quelque solution, plein de bonnes choses quand même  Smile  (n'empêche, des fois je me dis que ce serait cool de retourner en fac... mais pas pour les soirées petards et PS2, c'était cool mais j'ai déjà donné ^^)

Hello "utilisateurdebase". D'une certaine manière, j'envie ta situation. Le souci, c'est qu'avant la reprise de mes études (il y a encore 3 ans de cela) j'en étais exactement au même point que ça ! Et je confirme, la période sabbatique peut être franchement reposante et surtout ressourçante. Je serais bien tenté d'y revenir, mais comment payer le logement ? Et les frais divers ?... Et puis, si je ne regrette pas d'avoir pris du temps pour moi par le passé (et non, une période sans boulot/études ne fait pas de nous quelqu'un de flemmard ou de bon à rien, parfois on a vraiment besoin de ça pour survivre, tout simplement...) pour autant maintenant j'ai envie de faire quelque chose de concret dans ma vie. Je voudrais me rendre utile. Je veux avancer. Sauf que là je fais du sur-place à la fac, je m'emmerde profondément...

Et puis oui, j'ai cru qu'on allait à la fac pour travailler... C'est bizarre, il me semblait que c'était fait pour ça...  Pas sûr
Puis bien-sûr, on débarque et on se rend compte que oui, nombreux sont ceux qui sont surtout là pour fumer/glander/picoler... non
Enfin bref, merci aussi pour ton message et ton soutien, ça me rassure et me fait me sentir moins seul !


Bon à mon tour je tiens à m'excuser, je ne mesure pas forcément l'étendue de ce que je dis et j'essaye de faire au feeling, donc je ne veux blesser personne.. Et là pour le coup, vu le beaucoup de négatif en moi, j’espère que ça ne déteint pas trop sur mes réponses.. Je n'ai pas envie de faire fuir qui que ce soit, c'est déjà suffisamment difficile comme ça Sad

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Mer 23 Nov 2016 - 21:47

- Poster un message
- Se relire deux minutes après
- Se rendre compte qu'on encourage pas vraiment la sympathie dans les termes utilisés
- Constater que l'on embrouille encore plus les choses en voulant les simplifier
- Essayer de faire un message plus court, et en poster un encore plus long
- Se sentir inutile, bête et incapable

DONE !

pale

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Special Agent Mantis le Mer 23 Nov 2016 - 21:53

Pas de panique, personne ne va te disputer ! Razz
Ne te prend pas trop la tête et écris tout ce que tu as besoin d'écrire !

Je suis contente que mon message t'ai touché. Courbette Je prend beaucoup de précautions, effectivement, mais je préfère ne froisser personne (absolument personne ! :p )

Special Agent Mantis
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 20
Date d'inscription : 19/11/2016
Age : 17

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Mer 23 Nov 2016 - 22:28

Merci Mantis c'est gentil ! Et puis ça me change... Trop l'habitude qu'on me sermonne en ce moment, en effet Sad

J'ai envie de dire SBEUDEUDNEUBLEUBLEU ! J'ai le droit de dire SBEUDEUDNEUBLEUBLEU ? silent

Tu as sûrement raison, faut prendre les choses avec des pincettes, on ne sait jamais... Mais parfois, tentons un peu d'audace et cessons les justifications, non ? Pas sûr

Quoi qu'il en soit, pas besoin de prendre des gants avec moi ! Tu ne pourrais rien me dire qui me fasse du mal, pas plus que ce que je vis déjà...

(holala, tout ce pessimisme... pff... non )

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par tieutieu le Mer 23 Nov 2016 - 22:54

J'ai tout lu.
Ton discours me donne l'impression que tu ne vois pas les victoires que tu as déja remportées : addictions et rencontre sentimentale notamment.
Je me sens assez incompétent pour t'aider et pour être franc, mise à part te manifester l'empathie que je ressens, je n'ai pas de conseils à te donner. Je peux juste te faire remarquer que le bonheur n'est pas durable et le malheur non plus.
Ne te prends pas la tête sur la forme de tes posts, ici on ne fait pas du marketing.

Tu as raison de consulter des pros de santé, ils sont sans doute les mieux placés pour t'aider.
Prends soin de toi☺

tieutieu
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 274
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 39
Localisation : Loire-atlantique (France)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Mer 23 Nov 2016 - 23:47

Merci beaucoup tieutieu, je me sens un peu plus soutenu et ça me soulage, j'apprécie grandement.

En fait c'est surtout que je suis en pleine période de pré-partiels scolaires... Celle où il faut rendre tous les dossiers, faire les exposés, et démarrer les révisions. Alors forcément, déjà que je suis en décrochage sévère, je m'angoisse ouvertement... J'ai du mal à garder en tête les quelques victoires qui m'accompagnent, et ne vois plus que la défaite immense qui s'annonce prochaine et dévastatrice. Parmi les 4 dossiers que je dois finir d'ici ces deux prochaines semaines, c'est bien simple je n'ai eu la force d'en commencer aucun... D'où ma peur grandissante et justifiée.

Je tenais le coup jusque là en me demandant si à l'avenir, peu importe celui que j'aurai, je pourrais voir la période que je traverse en ce moment comme une époque "bénie" dont je serai actuellement trop aveugle avec les épreuves que je traverse pour m'en rendre compte, seulement plus le temps passe et plus je me dis qu'en fait non, je n'aime pas du tout ce que je vis là, maintenant... Le malheur n'est donc certes pas durable, mais comment choisir entre continuer à se faire mal pour un bien, ou décider de se faire du bien quitte à en subir des conséquences (si pas de diplôme)...
D'ailleurs un diplôme, dans cette société, finalement... A quoi bon ? Je ne sais vraiment plus...

Quand aux rares bonnes choses qu'il me reste, j'en profite à fond.. Je ne fais que ça ! C'est la seule motivation qu'il me reste d'ailleurs, ce qui m'a fait reculer au maximum le burn-out... Enfin là je sens que ça commence à sentir le sapin. Les idées noires s'accumulent et je vais finir par me taper ce bon gros nervous breakdown que j'essaye tant bien que mal de camoufler, on échappe pas au refoulement...

Ne t'en fais pas pour la "forme" de mes posts, et désolé si cela te gêne d'une manière ou d'une autre.. Je suis juste très habitué à écrire "esthétiquement", on n'arrange pas le perfectionnisme Crying or Very sad

Merci, j'aimerais juste rencontrer des thérapeutes pouvant faire quelque chose de concret avec moi (j'en avais trouvé par le passé, mais plus possible financièrement parlant de revenir vers eux pour l'instant)..
Prends soin de toi aussi !

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Jeu 24 Nov 2016 - 0:07

En fait, je ne sais plus quoi faire donc je serais bien preneur de tous les avis, pour tenter de m'en faire une idée et réfléchir autrement à mes soucis (parce que tout seul, avec mes petites idées, je n'y arrive plus). Mais je sais bien que la décision me revient, que c'est à moi de choisir de mon parcours, de ce que je pense devoir faire et de ce que fais effectivement ou pas. Juste si quelqu'un passait par là et me disait en toute sincérité qu'il ou elle a connu une situation analogue, qu'il ou elle a fait [ ceci/cela ] pour finir et qu'il ou elle fut satisfait(e) de son choix, ou pas (au contraire), ça me donnerait des pistes de réflexion intéressantes...

Vaut-il mieux continuer des études qui ne me plaisent pas ? Sachant que je suis à mi-parcours du diplôme, et que malgré que je sois bien dans la branche qui, je le pensais, me convienne, la déception générale est telle que je préfère tout laisser tomber.. Ou ferais-je mieux d'arrêter avant de vivre des drames, quitte à faire une croix sur un diplôme qui aurait pu me servir ? Évidemment la question est compliquée et n'engage que mon vécu... Mais j'avais toujours l'espoir que quelqu'un me dise "Persistes ! Tu finiras par réussir et tu seras content de t'être battu. Un diplôme ce n'est jamais très drôle à obtenir, mais peut-être que la suite de tes études sera toute différente de ce que tu vis actuellement, et les réussites les plus compliquées sont toujours les plus précieuses", ou encore "Tu ne t'en rends peut-être pas compte mais tu as perdu d'avance, ton corps te dit clairement à coups d'insomnies et d'attaques de panique quotidiennes que tu n'iras pas bien loin, abandonne maintenant avant qu'il y ait des dégâts irréversibles, on ne devrait obliger personne à souffrir de la sorte !"...

Foutu paradoxe.

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Jeu 24 Nov 2016 - 0:55

Une chose toute bête, ton premier outil de travail c'est ta santé ! Wink

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7805
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par tieutieu le Jeu 24 Nov 2016 - 8:23

Ha ben zut alors : déjà faire un choix pour soi c'est difficile alors pour un autre.
Bon en même temps comme on n'a pas à en assumer les conséquences... tongue

Il est vraiment temps que te soit révélée la clé de l'insoutenable légèreté de l'être.
C'est une technique pour faire croire que j'ai lu le bouquin de Kundera et que je suis un peu cultivé, alors que je n'ai quasiment rien feuilleté depuis 'Oui-Oui et la gomme magique'. Je ne te raconte pas l'histoire des fois que tu ne l'aurais pas encore lu et aussi parce que c'est un des meilleurs Enid Blyton. Bon si tu savais tout ça, ça nuirait à la crédibilité de mes conseils, donc considère que je ne t'ai rien dit.

Ha oui, j'en reviens au secret que tu ne dois trahir sous aucun prétexte.
Certains sur ce forum vont te proposer un paquet de fraises Tagada pour que tu craches le morceau, je te conseille d'accepter quand même parce que c'est vraiment bon les Tagada.
Keep your secret secret:

L'homme ne fait aucun choix, il a une petite voix intérieure qui le fait pour lui.
Une fois que la petite voix a décidé pour l'homme, le travail de l'homme consiste à y trouver des justifications raisonnées grâce à son intellect.

tieutieu
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 274
Date d'inscription : 20/05/2016
Age : 39
Localisation : Loire-atlantique (France)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Nico-Vanille le Jeu 24 Nov 2016 - 13:10

Merci de nouveau pour vos réponses (même si je répète souvent ces mots, je considère ne l'avoir jamais assez dit).
Je viens de passer une nuit très agitée, remplie de cauchemars... édifiants, cette fois-ci. Je me tâte même en à en faire part ici (tant que c'est encore chaud dans ma mémoire), mais je doute que cela fasse avancer la situation puis que ça intéresse vraiment qui que ce soit, donc je vais peut-être aller à l'essentiel.

tieutieu a écrit:Il est vraiment temps que te soit révélée la clé de l'insoutenable légèreté de l'être.

Je viens de beaucoup réfléchir à ce que tu me dis tieutieu.
Effectivement, j'ai peut-être déjà fait mon choix... je n'attends plus que des moyens pour le justifier.

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:Une chose toute bête, ton premier outil de travail c'est ta santé !  Wink

Oui, c'est un argument qui parait tout à fait logique...
Si encore je faisais tout ça pour une "bonne" raison (sous-entendu que je me tailladais la santé en y prenant du plaisir masochiste malgré la souffrance, pour atteindre un objectif dont je semble me rapprocher de plus en plus chaque jour), mais là pas du tout. Je m'éloigne complétement de ce que je souhaitais à la base (d'ailleurs, qu'est-ce que je souhaitais ?...), et je me suis entièrement perdu dans cette aventure. Je ne sais plus qui je suis.


Donc je pense que j'ai la réponse à ma question. Il est temps que j'essaye de me retrouver. Encore faut-il maintenant que je réfléchisse aux solutions pour changer de bord. Et que j'aie le courage d'abandonner pour de bon. Accepter volontairement une autre défaite face à la société, alors-même qu'on a 15 de moyenne générale. Quelle connerie. Un deuil de plus.

Nico-Vanille
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 21
Date d'inscription : 10/07/2015
Age : 28
Localisation : Villeneuve d'Ascq (Lille)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par petit vélo le Jeu 24 Nov 2016 - 22:51

bonsoir p'tit z
Tu sais j'ai le sentiment que de passer de courtes galvanisations à de grosses déceptions c'est un peu l"histoire de notre vie (enfin pour pas mal en tout cas)
j'ai pas envie de jouer ma vieille  ou ma psy de bas étage et je n'ai pas de solutions miracles moi non plus, mais il est vrai que je suis tentée de te dire que 28 ans c'est encore jeune et qu'il n'est pas trop tard pour changer de voie... Te poser ce genre de questions existentielles sur ton boulo seulement 2 ans encore apres cette decouverte sur toi n'a rien d’inquiétant ou d'anormal... à condition de se l'autoriser... et j'ai l'impression que c'est peut etre ça le problème, tu ne t'autorise pas de t'etre "encore" peut etre trompé et tu t'autoflagelles un peu plus...? écoute ton coeur... se tromper, meme plusieurs fois, n'est pas un echec, aussi douloureux soit il , c'est toujours grandir, se construire, avancer...le chemin est long , mais c'est le chemin qui compte.
Tu sais j'ai 43 ans et au niveau pro j'ai tout raté et je ne vois plus d'issue, je tourne en rond et essaie chaque jour de redonner du sens ... c'est difficile.
A 28 ans rien n'est perdu si tu devais tout recommencer...
essaie de lacher prise et d'etre plus indulgent avec toi...je sais facile à dire mais pourtant...
je te souhaite plein de courage

petit vélo
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 57
Date d'inscription : 05/09/2016
Localisation : sur le chemin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un p'tit Zèbre (comme les autres ?) :)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 5:04


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum