Ses propres limites intellectuelles

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ses propres limites intellectuelles

Message par tryin le Ven 26 Juin 2015 - 18:21

Si vous avez la flemme de lire les questions que j'aie posées et que vous vous sentez inspirés pour parler du sujet (le titre est suffisamment explicite pour qu'aucune précision ne soit nécessaire), je vous en prie. Smile

___________________

Vous arrive-t-il de vous trouver face à vos limites intellectuelles, vos limites de compréhension ?

Dans quelles situations ?

Pouvez-vous décrire certaines de ces situations et comment vous les vivez, ce que vous vous dites lorsque vous êtes confronté à un pareil constat ?

Est-ce facile pour vous de vous avouer d'avoir manqué de discernement ? Croyez-vous être capable de faire preuve d'autant de sens critique lorsqu'il s'agit d'un domaine pour lequel vous pensez être bon, et qui a de l'importance pour vous ?   

___________________

Vous êtes-vous déjà rendu compte après coup, qu'à une période de votre vie, dans un ou plusieurs domaines, vous aviez momentanément atteint vos limites et que vous n'agissiez donc pas aussi bien que vous ne sauriez le faire aujourd'hui (maintenant que vous avez une meilleure idée de vos compétences et aussi une vision plus juste en ce qui concerne le ou les domaines concernés, et également peut-être de vous-même) ?

Cela vous est-il arrivé souvent ?  

La découverte a-t-elle été soudaine ?

Recherchez-vous spécialement à avoir une idée juste sur l'état de vos compétences/connaissances/capacités pour certaines activités ?

___________________

Vous êtes-vous déjà rendu compte que vous aviez autrefois une mauvaise vision des problématiques en jeu dans certaines situations, que vous pouviez même vous tromper dans les buts que vous vous fixiez ?

___________________

Est-ce qu'être capable de se représenter ses limites intellectuelles est selon vous une part importante de ce que l'on pourrait appeler la lucidité ?

Peut-on être capable de juger soi-même de son niveau d'intelligence ?

Est-ce que ce diagnostic, s'il était possible, ne supposerait pas déjà une capacité à accomplir une acrobatie du cerveau qui consiste à avoir conscience d'avoir conscience, et alors, au départ, une certaine habileté mentale ? Dit autrement, ce diagnostic implique-t-il d'être capable de s'observer agir à tout moment de la journée – ce qui nécessiterait au moins un peu de ressources, et serait déjà le témoin que quelque chose fonctionne – ?

En supposant que l'on soit capable d'un certain recul qui permette d'observer soi-même son propre fonctionnement, comment savoir si l'on serait de bonne foi avec nous-mêmes et si nous serions capables de nous voir plus comme nous sommes que comme nous voulons être ?


Bon, je crois qu'il y a déjà un peu de quoi réfléchir et écrire pour ceux qui veulent ! Smile

tryin
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 25/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Invité le Ven 26 Juin 2015 - 22:44

tryin a écrit:Si vous avez la flemme de lire les questions que j'aie posées et que vous vous sentez inspirés pour parler du sujet (le titre est suffisamment explicite pour qu'aucune précision ne soit nécessaire), je vous en prie. Smile

___________________

Non

Non

Non

Pouet

___________________

Non

Non 

Non

Non

___________________

Non

___________________

Non

Pouet

Non, +

Pouet


Non

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Bibo le Ven 26 Juin 2015 - 22:58

Je distinguerais plusieurs situations dans lesquelles des limitent peuvent apparaitre :
Lorsque je m'attaque à des objets qui nécessitent de nombreuses bases, un vocabulaire spécifique assez éloigné de ce que je sais pour que je le considère comme trop étrangers pour susciter une quelconque compréhension. A priori, avec du temps, ces limites peuvent être franchies assez facilement, par exposition répétée et active.
Lorsqu'un champ disciplinaire a été exploré et que les connaissances restantes se confines à l'amas de données sans apporter plus dans la compréhension de phénomène inhérent au champ ou à des champs connexes. On touche là à ses limites d'exploration du monde. La seule solution pour continuer à avancer consiste à appréhender quelque chose de nouveau, en espérant que cela vienne bouleverser le savoir précédemment intégré.
Lorsque l'on se rend compte qu'une position passée ou un choix fut mauvais (au sens de non-optimal au vue des connaissances présentes), chose qui met en évidence une limite que serait celle liée à un mode d'appréhension des problématique faite d'heuristiques, par la pensée courte. C'est un limite qu'il est théoriquement facile à dépasser, en prenant son temps, en retravaillant sa pensée point par point, finement.

C'est à mon avis seulement une fois que l'on a dépassé ses trois types de limites que l'on peut commencer à évoquer ce que serait une limite intellectuelle plus fondamentale.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par tryin le Sam 27 Juin 2015 - 0:08

Bibo a écrit:Je distinguerais plusieurs situations dans lesquelles des limitent peuvent apparaitre :
Lorsque je m'attaque à des objets qui nécessitent de nombreuses bases, un vocabulaire spécifique assez éloigné de ce que je sais pour que je le considère comme trop étrangers pour susciter une quelconque compréhension. A priori, avec du temps, ces limites peuvent être franchies assez facilement, par exposition répétée et active.
Lorsqu'un champ disciplinaire a été exploré et que les connaissances restantes se confines à l'amas de données sans apporter plus dans la compréhension de phénomène inhérent au champ ou à des champs connexes. On touche là à ses limites d'exploration du monde. La seule solution pour continuer à avancer consiste à appréhender quelque chose de nouveau, en espérant que cela vienne bouleverser le savoir précédemment intégré.
Lorsque l'on se rend compte qu'une position passée ou un choix fut mauvais (au sens de non-optimal au vue des connaissances présentes), chose qui met en évidence une limite que serait celle liée à un mode d'appréhension des problématique faite d'heuristiques, par la pensée courte. C'est un limite qu'il est théoriquement facile à dépasser, en prenant son temps, en retravaillant sa pensée point par point, finement.

C'est à mon avis seulement une fois que l'on a dépassé ses trois types de limites que l'on peut commencer à évoquer ce que serait une limite intellectuelle plus fondamentale.

Le sujet c'est, comme le titre l'indique, SES PROPRES limites intellectuelles (À SOI). Tes premier et troisième exemples sont bien dans le sujet. Ton deuxième exemple parle lui des limites de la science.

Pour coller au sujet, il s'agirait plutôt de parler de moments où l'on s'aperçoit que, bien qu'on soit relativement intelligent, on se retrouve plus ou moins souvent confronté à nos limites intellectuelles, si on fait l'effort de l'admettre. C'est un sujet compliqué que de parler de concevoir ses propres limites vu que pour bien les percevoir, dans l'idéal, on aurait besoin d'un surplus d'intelligence par rapport à soi-même que l'on a précisément pas.


@οἶος: Tu as faux aux réponses 2 et 13.


Dernière édition par tryin le Sam 27 Juin 2015 - 0:16, édité 1 fois

tryin
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 25/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Minuit le Sam 27 Juin 2015 - 0:14

Moi je peux tout comprendre. Tout, tout, tout.  Fou

Ce qui est amusant, c'est qu'au fond de toute volonté de comprendre, il y a cette conviction, sourde et irréductible, qu'en droit on peut tout comprendre.
Je sais pas mais moi c'est cette drôle de "foi", ce Graal à la fois absurde et évident, qui me pousse toujours en avant.
Même quand je me documente sur un sujet particulier, dans un domaine particulier. Au moment de saisir le bouquin, l'article en question sur l'objet en question, c'est toujours ce même désir fondamental et informulé, pas tout à fait conscient, qui m'anime et qui donne sa loi à ma recherche : je peux tout comprendre. L'objet en question, je ne le comprends, je n'ai l'énergie et la possibilité de le comprendre qu'à la faveur de cette conviction naïve. Le tout étant de savoir le sens que l'on donne à tout.  Nargue

Les "limites intellectuelles", pour moi, elles sont une question de langage. Ca me frustre beaucoup d'être très mauvaise en maths par exemple, parce que d'une part j'ai l'impression de passer à côté de joies cosmiques que je rêverais de goûter (un peu comme quand dans ma famille on me disait : "t'aimes pas le fromage ? Ca alors tu sais pas ce que tu rates !"), et d'autre part parce que, ben, je ne serai jamais astrophysicienne, et les tréfonds de la discipline m'échapperont pour toujours.
J'ai néanmoins jamais renoncé à ma vocation d'astronome : il y a mille manières de regarder les astres ; des télescopes il y en a de toutes natures, et tous les langages sont bons à enquêter et à exprimer.

Je ne peux pas comprendre les raffinements de la physique quantique, les plus belles équations du monde, mais je crois que si la Beauté est une, il y a quelque chose d'essentiel qu'a touché Einstein et que je vais retrouver chez Mozart, chez Dostoïveski, chez qui vous voulez en fait et qui vous touche, qui nourrit ce qui en vous demande que les choses aient un sens. Et encore on ne parle ici que "d'oeuvres", du patrimoine intellectuel de l'humanité, mais on n'a pas besoin d'avoir ouvert un bouquin pour être sage et aller danser sur les cimes.

Je ne crois pas à l'esthétique pure, je ne crois pas qu'il y ait des choses qui soient juste jolies, juste harmonieuses ; et qu'il ait été donné aux mathématiciens de contempler telle beauté mathématique, et tant pis pour les autres. Je crois qu'il a été donné au mathématicien de contempler la beauté sous forme mathématique, de la restituer comme telle ; et je crois qu'à ce mathématicien à qui il a été donné de contempler la beauté, il a été donné avec cela bien plus : l'harmonie mathématique qu'il comprend et restitue est une manière de manifester une grandeur, la sienne, et celle sommeillante de toute l'humanité (qu'on peut entendre au sens élargi voire hyper-élargi).
Je crois que les grands génies étaient aussi de "grands hommes" ; dans le lot il y avait sans doute de positifs connards - parce que qui peut le plus peut le moins - mais disons, de grandes "personnalités morales", au sens neutre du terme.
Bref, et cette grandeur, donc, et si c'est elle qui fait la valeur de tous les édifices, intellectuels comme moins intellectuels, elle est latente chez tout le monde, chez tout ce à quoi on reconnait le gouffre d'une personnalité.
Il n'y a pas de limites intellectuelles, il y a juste comme dirait Nietzsche des "problèmes de grammaire".

Je dirais que la pire limite, la limite positive, c'est l'orgueil. C'est elle qui fait "oublier ce qu'on sait déjà" et qui fait se prendre les pieds dans le tapis au moment de comprendre.

Minuit
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 178
Date d'inscription : 14/01/2013
Age : 23
Localisation : Paris

http://8-12hz.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par tryin le Sam 27 Juin 2015 - 0:35

Si tu es bonne en grammaire, c'est déjà ça de pris ! Wink

tryin
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 25/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Invité le Sam 27 Juin 2015 - 0:45

tryin a écrit:

@οἶος: Tu as faux aux réponses 2 et 13.

Non

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Sam 27 Juin 2015 - 0:49

Je sais que je ne sais rien, et c'est déjà pas mal. Dent pétée

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7783
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Invité le Sam 27 Juin 2015 - 0:56

Prouve-le.
Que tu ne sais rien.
Et que ce n'est pas mal.
Déjà.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Sam 27 Juin 2015 - 1:02

οἶος a écrit:Prouve-le.
Que tu ne sais rien.
Et que ce n'est pas mal.
Déjà.

Ben je sais pas qui tu es, c'est pas mal pour un début ou une fin en soi, déjà, non ? Dent pétée

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7783
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Invité le Sam 27 Juin 2015 - 1:10

C'est pas mal ça veut dire c'est bien ou c'est assez bien ?
C'est pas bien c'est mal ou assez mal ?
C'est assez c'est juste ou plus qu'il n'en faut ?
Fin en soi début à tout ou tout au but ?
Déjà assez ou quand même bien ou quoi et toi ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Bibo le Sam 27 Juin 2015 - 9:22

tryin a écrit:
Le sujet c'est, comme le titre l'indique, SES PROPRES limites intellectuelles (À SOI). Tes premier et troisième exemples sont bien dans le sujet. Ton deuxième exemple parle lui des limites de la science.
Je considère que mes limites dépendent des limites de la sciences.
Tes questions sont étalés les unes à la suite des autres et se recoupent, j'ai tenté d'organiser le questionnement.

Aussi, il semble ambitieux voir maladroit d'évoquer la possibilité d'un hors sujet dans les réponses quand tu commences ton post par ceci,
tryin a écrit:Si vous avez la flemme de lire les questions que j'aie posées et que vous vous sentez inspirés pour parler du sujet (le titre est suffisamment explicite pour qu'aucune précision ne soit nécessaire), je vous en prie. Smile




Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Sam 27 Juin 2015 - 9:54

οἶος a écrit:C'est pas mal ça veut dire c'est bien ou c'est assez bien ?
C'est pas bien c'est mal ou assez mal ?
C'est assez c'est juste ou plus qu'il n'en faut ?
Fin en soi début à tout ou tout au but ?
Déjà assez ou quand même bien ou quoi et toi ?

Hou, toi aussi tu sais pas grand chose à poser toutes ces questions, tu le sais ça ? Dent pétée

Pour répondre à la question : À ma durée de vie, à ma motivation, à mon état de forme, sinon vous pouvez répéter la question ?

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7783
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Stauk le Sam 27 Juin 2015 - 10:31

tryin a écrit:
Peut-on être capable de juger soi-même de son niveau d'intelligence ?
Oui. L'intelligence est heureusement quelque chose d'assez simple.


Peut-on être capable de juger soi-même de son niveau d'empathie ?

Stauk
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4978
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Sam 27 Juin 2015 - 10:46

Stauk a écrit:
tryin a écrit:
Peut-on être capable de juger soi-même de son niveau d'intelligence ?
Oui. L'intelligence est heureusement quelque chose d'assez simple.


Peut-on être capable de juger soi-même de son niveau d'empathie ?

J'ai beaucoup d'empathie envers moi même, après c'est une faculté intuitive... Dent pétée

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7783
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Stauk le Sam 27 Juin 2015 - 10:51

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:
J'ai beaucoup d'empathie envers moi même

Uh uh. Uh uh uh.
Pfff, d'expliquer.

Nan mais nan, tout le monde n'aurait pas dit ça. Certains car pas pensé. D'autres car conscients que pas le cas. Compliqué "empathie", compliqué.

Stauk
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4978
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Sam 27 Juin 2015 - 11:07

Stauk a écrit:
Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:
J'ai beaucoup d'empathie envers moi même

Uh uh. Uh uh uh.
Pfff, d'expliquer.

Nan mais nan, tout le monde n'aurait pas dit ça. Certains car pas pensé. D'autres car conscients que pas le cas. Compliqué "empathie", compliqué.

Il faudra un jour que je fasse un fil sur mon "mimétisme émotionnel" qui pour moi n'est pas de "l'empathie". Perplexe
Les choses ne sont pas compliquées, mais complexes, très complexes. Wink

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7783
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Invité le Sam 27 Juin 2015 - 11:42

DSO


Dernière édition par Aimant le Mer 1 Juil 2015 - 2:39, édité 1 fois (Raison : Sans intérêt, la question est stupide.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Invité le Dim 28 Juin 2015 - 1:12


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Stauk le Mar 30 Juin 2015 - 20:19

Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:
Les choses ne sont pas compliquées, mais complexes, très complexes. Wink
Compliqué complexe, compliqué.


Tiens ça par exemple. On dirait une langue latine. Quelqu'un peut me traduire ça en français tout public ?
Aimant a écrit:
Stauk a écrit: Peut-on être capable de juger soi-même de son niveau d'empathie ?
Oui, comme pour l'intelligence. Par comparaison à celui des autres : lien

Entre être et avoir, et du début à la fin, du territoire privé du fantasme à la mise en acte dans la réalité des jours, se déploie un espace infini où le psychisme tantôt utilise le jeu pour étayer ses constructions sur la matérialité et tantôt en use, sinon en abuse, pour, à l’inverse, s’y soustraire. Ainsi, de mise en jeu (mise en acte) en mise en représentation (construction du fantasme), l’être humain s’essaie-t-il, par cette expérimentation du semblant (une des définitions possibles de ce que c’est que jouer), à trouver un sens, du sens, à tenter de résoudre certaines des questions qui se posent à lui dans son rapport au monde. Si le jeu permet au sujet d’acquérir de nouvelles façons d’appréhender le monde, le corps social peut aussi, nouveau renversement, user des attraits de cette activité pour s’annexer le sujet.

Compliqué langues latines, compliqué.

Stauk
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4978
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Princeton le Mar 30 Juin 2015 - 20:40

οἶος a écrit:C'est pas mal ça veut dire c'est bien ou c'est assez bien ?
C'est pas bien c'est mal ou assez mal ?
C'est assez c'est juste ou plus qu'il n'en faut ?
Fin en soi début à tout ou tout au but ?
Déjà assez ou quand même bien ou quoi et toi ?


Princeton
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1282
Date d'inscription : 09/03/2014
Age : 28
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Suce ces p'tits Bleus ! le Mar 30 Juin 2015 - 21:48

Stauk a écrit:
Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:
Les choses ne sont pas compliquées, mais complexes, très complexes. Wink
Compliqué complexe, compliqué.


Tiens ça par exemple. On dirait une langue latine. Quelqu'un peut me traduire ça en français tout public ?
Aimant a écrit:
Stauk a écrit: Peut-on être capable de juger soi-même de son niveau d'empathie ?
Oui, comme pour l'intelligence. Par comparaison à celui des autres : lien

Entre être et avoir, et du début à la fin, du territoire privé du fantasme à la mise en acte dans la réalité des jours, se déploie un espace infini où le psychisme tantôt utilise le jeu pour étayer ses constructions sur la matérialité et tantôt en use, sinon en abuse, pour, à l’inverse, s’y soustraire. Ainsi, de mise en jeu (mise en acte) en mise en représentation (construction du fantasme), l’être humain s’essaie-t-il, par cette expérimentation du semblant (une des définitions possibles de ce que c’est que jouer), à trouver un sens, du sens, à tenter de résoudre certaines des questions qui se posent à lui dans son rapport au monde. Si le jeu permet au sujet d’acquérir de nouvelles façons d’appréhender le monde, le corps social peut aussi, nouveau renversement, user des attraits de cette activité pour s’annexer le sujet.

Compliqué langues latines, compliqué.

En même temps c'est de la psychanalyse, c'est fait exprès, c'est du bourrage de mou. Dent pétée

Suce ces p'tits Bleus !
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7783
Date d'inscription : 28/03/2013
Localisation : Une note de musique qui débite en 74.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Invité le Mar 30 Juin 2015 - 22:14

DSO


Dernière édition par Aimant le Mer 1 Juil 2015 - 2:39, édité 1 fois (Raison : Sans intérêt, la question est stupide.)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Bird le Mar 30 Juin 2015 - 22:34

Pour ma part, essayer de tout vouloir comprendre à une époque de ma vie m'a pratiquement rendu dingue.
J'apprécie d'être devenu capable d'un peu de flemme intellectuelle.

tryin a écrit:
Peut-on être capable de juger soi-même de son niveau d'intelligence ?

Pas moi. L'intelligence, c'est toujours les autres qui m'ont renvoyé qu'ils trouvaient que j'en avais, et chaque fois, j'étais stupéfait et incrédule. C'est vrai que j'étais bien plus rapide et efficient que beaucoup dans certains domaines (mais sans en avoir vraiment conscience), mais je n'y voyais aucune réflexion. Juste des actions qui répondaient à des stimuli, des problèmes à résoudre, ou des défis relevant du désir d'y répondre. Et à ce jour, ce sont plutôt mes insuffisances et le caractère inachevé de toute entreprise que je perçois. Sauf que depuis que ma douance a été confirmée, j'ai admis tout ça, et le fait d'en être inconscient, et tout le bazar qui va avec.

Bird
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1165
Date d'inscription : 15/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Stauk le Mar 30 Juin 2015 - 23:03

Aimant a écrit:
Stauk a écrit:Compliqué langues latines, compliqué.
Suce ces p'tits Bleus ! a écrit:En même temps c'est de la psychanalyse, c'est fait exprès, c'est du bourrage de mou. Dent pétée
Le passage cité a fait sens pour moi, et ça continue de faire sens Smile . Je partage, qui sait ? Ça peut être utile Smile
La précision des mots de ce texte ne devrait pas donner lieu à une traduction. Je m'y colle quand même Smile . C'est fortement résumé du coup ...
Entre vivre et posséder, de la naissance à la mort, de la pulsion à l'agir, le psychisme joue avec la pensée pour rendre concrète la réalité de l'individu ou au contraire s'y soustraire. Ainsi, par la symbolisation (créer du symbole : lien), l'être humain essaye de trouver du sens à sa vie, en rapport avec la réalité du monde environnant. Si cela lui permet d'en trouver, il peut aussi être utilisé par les autres pour leur permettre de trouver le propre sens de leurs vies.
Merci. C'est pas plus clair, mais au moins maintenant on sait que la cause est perdue.

Stauk
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4978
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ses propres limites intellectuelles

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum