Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 7:46

Bonjour à tous,

J'écris sur ce sujet qui me préoccupe depuis maintenant deux ans puisque j'ai du aller jusqu'à déclencher le rectorat pour ma fille en CM1, et que nous déménageons, notamment pour les changer d'environnement. Désolée, ça va être un peu long.
Je suis maman de deux filles de 10 et 12 ans, et les relations entre pairs sont un cauchemar. Manipulation, privation de leur meilleure amie, mensonges éhontés la bouche en coeur, bref, relations toxiques à tout va.

Concernant ma fille cadette, mots anonymes sur le bureau dès le 2ème jour de la rentrée, des "t'as pas de coeur', t'es moche, tu pues, puis des compliments, des menaces, la fait punir tous les deux jours, etc par une seule gamine mais sacrément tenace et impossible à calmer. SOS harcèlement puisque le directeur ne veut rien entendre (coup de bol la gamine est la fille de la responsable du service scolaire de la mairie, qui agit en toute impunité et le sait)
Au sortir du CM1, le niveau de ma fille est comment dire...bon pas terrible sur l'orthographe, mais elle a appris à dire "va te faire foutre" et à attraper les garçons par les cheveux pour qu'ils arrêtent de mettre des coups de pied dans la colonne vertébrale de leur copain...voilà voilà.  pale

Pour ma fille aînée, le schéma est un peu différent, quoique.

Arrivée en sixième, elle tend la main à une nouvelle qui ensuite n'a de cesse de l'exclure (exemple : elle prétend que ma fille lui a mis des coups de pied en cours, et sort de la classe en larmes, dit qu'elle a voulu se suicider à cause d'elle, super joyeux quoi). On la sort de la cantine jusqu'à la fin de l'année, car elle n'a plus personne avec qui manger, qu'elle se prend des remarques du genre "mais qu'est-ce que tu fous là, toi?".

Elle surmonte le truc et garde deux amies en 5ème. Trois mois de calme avant qu'une gamine elle même harcelée se rapproche d'elle...et au bout de 15 jours...rebelotte. Exclusion, mensonges à ses amies, lui coupe a parole, l'ignore, se plaint aux autres, ne la lâche pas d'une semelle, etc. On arrête la cantine de nouveau, on programme le psy, parce que ça devient un peu relou là, il faut qu'elle respire de temps en temps.

Elle me raconte avec des étoiles dans les yeux les oiseaux qu'elle a croisés sur la route de la cantine, le chiot qu'elle a caressée, dessine tout le temps, lit énormément, bref...elle se ressource.  sunny

Arrive une nouvelle, chouette chouette elles s'entendent bien, la nouvelle passe pas mal de temps à la maison...sauf que la nouvelle veut absolument qu'elle se réconcilie avec l'autre, c'était prévisible, on l'avait prévu d'ailleurs. Ma fille refuse. Mais pour ce faire, ce sont trois demandes par jour, à peine arrivée au collège, et jusqu'à la sortie, elle est même venue tambouriner chez nous parce que ma fille ne voulait pas lui répondre (sur le mode je pourrais mourir tu t'en fous, j'ai fait une crise d'allergie au pollen en rentrant et tu n'as pas ouvert...).

Cette fois, j'ai sorti la kalachnikov  Evil or Very Mad : sms en exigeant qu'il n'y ait plus aucun contact, retrait du collège trois jours avant la fin. Évidement, la mère a appelée, je suis surprotectrice, ma fille se pose en victime pour attirer mon attention et je passe les théories à deux cents, heureusement que c'est mon mari qui l'a eue en ligne, moi je l'aurais découpée en tranches.

Ma fille ne rêve que de fuir dans les champs et qu'on lui foute la paix. Je passe le fait que trois gamins ont dû changer de collège en cours d'année, que deux de ses camarades de classe au moins se scarifient...12 ans quand même.

Ma ou plutôt mes questions sont: est-ce que vous constatez aussi ce degré de manipulation et de psychopathie chez les mômes aujourd'hui, et si vous avez rencontré ça, comment aidez-vous vos enfants à le gérer? Est-ce que c'est partout pareil? Parce que moi, je n'ai pas connu ce type de relation, on pouvait ne pas s'entendre mais s'acharner comme ça...ça me semble juste fou!  Shocked

Je vous remercie d'avance de vos réponses, parce que c'est juste un enfer au quotidien de voir à cet âge ce genre de choses se dérouler. Bon, elles sont renforcées, ont appris beaucoup de leçons, mais ce "mental" complètement dévié, ça me sidère... et ça me fait peur affraid

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Invité le Ven 26 Juin 2015 - 9:12

Salut Smile

Courage pour tes filles Smile .

lechalote a écrit:Ma ou plutôt mes questions sont: est-ce que vous constatez aussi ce degré de manipulation et de psychopathie chez les mômes aujourd'hui, et si vous avez rencontré ça, comment aidez-vous vos enfants à le gérer?
Oui, depuis un petit moment. Il y a six ans, nous avions déménagé. Mon grand (5 ans à l'époque) avait changé de primaire. Il était "le nouveau", et semblait exclu à cause de cela. Il l'a à peu près dépassé à l'époque. J'ai tenté de l'aider alors. Ca a recommencé cette année, en CM2 (mon gosse a 10 ans). Une bande de huit gamins s'était mis contre lui. Genre à venir l'emmerder alors qu'il jouait cool dans son coin avec ses potes. Cela le travaillait très fort.

Perso, je lui dis de m'en parler, et de se défendre. Rien à foutre si ça coince avec les adultes, je gèrerai pour lui dans ce cas. Ca a d'ailleurs été le cas. Mon discours n'est pas très bien passé auprès de son institutrice, qui a pourtant surveillé le truc et plutôt bien géré l'affaire. Les enseignants/animateurs ont vite compris que je n'aurai pas laisser la situation pourrir. Ensuite, les parents des autres gosses sont souvent de mauvaise foi : "non, mon gosse ne peut pas faire cela". Le mien, s'il le fait à d'autres, je lui en parle, et je vois vite s'il me ment. S'il déconne, je le recadre, et il vaut mieux qu'il évite de recommencer. Il comprend vite ceci dit. D'ailleurs, il l'a fait à d'autres, sans doute pensant que si on lui faisait, c'était normal qu'il le fasse aussi. Je lui ai remonté les bretelles, et il a arrêté. Il me semble que ma réaction n'est pas commune.

lechalote a écrit:Est-ce que c'est partout pareil?  Parce que moi, je n'ai pas connu ce type de relation, on pouvait ne pas s'entendre mais s'acharner comme ça...ça me semble juste fou!  Shocked
Je l'ai connu enfant. Donc je ne suis pas choqué de le retrouver. Les gosses sont rudes entre eux. J'espère ceci dit que ce n'est pas la norme.

lechalote a écrit:Je vous remercie d'avance de vos réponses, parce que c'est juste un enfer au quotidien de voir à cet âge ce genre de choses se dérouler. Bon, elles sont renforcées, ont appris beaucoup de leçons, mais ce "mental" complètement dévié, ça me sidère... et ça me fait peur affraid
Beaucoup de parents ont démissionné de leur rôle d'éducateur et de guide. Les gamins n'ont plus de limites. Or, c'est à cet âge là que tout se joue. L'école a tendance à prendre le relais à ce sujet, ce n'est pas son rôle.

J'espère que tes filles passeront cette étape sans trop être esquintées Smile . Il est important qu'elles aient confiance en vous, ça leur permettra d'avoir une soupape de sécurité Smile . Quant à toi, ne t'inquiète pas Smile . Comme tu l'écris, elles en sortent grandies. Il faut qu'elles se fassent leurs propres histoires Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Zebraskaroll le Ven 26 Juin 2015 - 10:30

J'ai lu avec attention vos deux coms, et j'avoue que cela ne m'étonne qu'à moitié. Mon fils ne comprends pas la méchanceté gratuite et m'en parle souvent. Il y a beaucoup d'espace temps qui sont peu contrôlé dans les écoles primaires et c'est d'autant plus vrai au collège. (Il est en 6ème). Les épreuves ont commencé par un vol de goûter systématique en primaire, puis d'autres lui prenait son cartable ou son blouson dans l'espoir de le voir courir après dans la cour. Je suis pas mal intervenu en passant par les mots dans le cahier etc... mais ce qui à vraiment mis fin au supplice, c'est lorsque nous l'avons autorisé à se défendre fermement (bon là il y est allé un peu fort, et il a encore fallu gérer...)

Arrivé au collège, on lui demande de changer de table à la cantine pour lui prendre sa place, on le bouscule dans les couloirs en faisant mine de ne pas l'avoir fait exprès...

Il me parle de tout, et ce dialogue là est précieux, souvent j'essai de ne pas réagir au quart de tour en mode furie ou Baghera (vous voyez la panthère du livre de la jungle, surprotectrice...). Je prend le temps de lui expliquer que le monde qui l'entoure n'est pas forcément gentil et bienveillant. Ensuite, je crois que c'est sa confiance en lui qui prime pour ne pas être harcelé et embêtée systématiquement. Nous l'avons emmené chez une hypnothérapeute pour une tout autre raison et elle a travaillé sa confiance en lui. En deux séances, le voilà qui sait se défendre, dire non de façon ferme et définitive sans pour autant devenir provocateur. Ce type d'épreuve même si elle semble difficile à vivre pour nos enfants et d'autant plus pour les parents qui s'imaginent le pire, permettent en effet aux enfants de grandir et de trouver des attitudes et positionnements par eux même qui mettent fin à l'envie de venir les chercher.
J'espère sincèrement Lechalote que tes filles passeront cette étape en n'en souffrant pas trop. Je ne crois pas plus que l'Aimant que cela soit nouveau, j'ai pas mal subit moi même étant ado aux collèges, pas trop en primaire et aujourd'hui même si les jalousies ont pu exister sur moi dans le monde des adultes, j'ai appris à m'en protéger et surtout à avoir mes propres armes. Ce n'est pas toujours simple et facile, mais je garde un moral d'acier à toutes épreuves ce qui à mon sens est la base pour contrer les enquiquineurs. Smile

Zebraskaroll
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 67
Date d'inscription : 17/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 11:52

Merci à tous les deux, ça fait du bien de ne pas être seule!!! J'ai surtout besoin d'en parler et d'échanger je crois alors merci!

Je ne laisse pas non plus la situation pourrir (je me suis emplâtrée aussi quelques gamins et ça marche, quand les parents ne cautionnent pas, car c'est dans ce cas là que ça se corse sévère) et tu as raison Aimant, je crois qu'on n'est pas nombreux à ne pas s'en laver les mains et à réagir. Le pire c'est que ça sert aux autres, mais ça ne les rend pas solidaires pour autant, et ils ne bougent pas plus (parents comme enfants) (aaaaahhh ma fille est tellement mieux depuis qu'elle est avec la tienne, elle rit, elle chante - ah elle a arrêté de se planter ses stylos dans la main? je ne l'ai pas dit évidemment -  on ne la voit plus du jour au lendemain, et c'est ma fille qui a un problème, j'adore) . Ca m'éneeeeerve  bounce  bounce

Mais ce que ça coûte émotionnellement, non? Je dois avoir un truc à régler, parce que franchement mes filles le gèrent finalement mieux que moi (je dis bien finalement...mais c'est tout ce qui compte). Mon mari me dit que c'est parce que je prends le binz à bras le corps et que ça les soulage, mais j'ai un doute...Je n'ai pas connu ça ou j'ai oublié, en fait depuis la maternelle j'avais compris qu'il ne fallait pas attendre grand chose ou que j'étais trop bizarre apparemment, mais pas ces "je te fais la misère mais je veux que tu restes", ça non. Il me semble que c'était moins tordu...

Le dialogue est précieux Zebrascaroll, je suis fière aussi qu'elles me fassent confiance. Surtout que j'ai tout le temps l'impression de "foutre le bordel", alors que je ne fais que rectifier le tir. Faudrait pouvoir le faire sans colère...j'ai du mal à ne pas réagir en mode Baghera comme tu dis si bien face à tant de bêtise crasse accumulée!!! Mais j'ai passé énormément de soirées à avoir un dialogue posé, expliquer la souffrance individuelle, le prix à payer pour être autonome et le sadisme qui monte en flèche sous l'effet de groupe (en groupe l'empathie baisse, chouettes exemples dans "les autres et moi" d'expériences menées avec des étudiants).

Je note l’hypnothérapeute, si tu as l'adresse, je suis franchement preneuse en mp (je suis en région parisienne), car savoir dire non posément, c'est le dernier truc qui manque à ma fille...

Merci à vous  Very Happy  !!!! Vrai que je dois leur faire confiance elles sont fortes  sunny ! Bon courage à vous aussi pour vos enfants! On déménage, j'espère que ça ne vas pas empirer, mais elles savent toutes les deux ce qu'être nouveau peut déclencher, elles s'y sont préparées...


Dernière édition par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 12:16, édité 1 fois

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Cleore le Ven 26 Juin 2015 - 12:13

J'ai connu la dureté et la bêtise des autres enfants dès mon plus jeune âge, dès la maternelle, je m'en souviens encore, c'était il y a près de 50 ans, donc ce n'est pas typique de la génération actuelle. Les enfants sont durs ! Je n'ai connu mes premières vraies amies qu'en CM2. Jusqu'au lycée, j'ai subi les moqueries à cause de mes lunettes, à cause aussi de ma naÏveté et de ma totale incapacité à me défendre et à répliquer (parfois) ou bien justement parce que j'avais osé ne pas me laisser faire (d'autres fois). Je ne comprenais pas ces gosses méchants. Il m'est arrivé d'en défendre d'autres qui subissaient les mêmes méchancetés, à défaut de me défendre moi-même. Je me souviens bien des filles qui aimaient crâner pour un rien (genre elles mangeaient une glace et moi pas), des garçons qui aimaient avoir le dernier mot (et moi aussi, ça faisait trop), et pas de bol j'avais surtout des garçons autour de moi dans mon immeuble. On s'est souvent disputés, chamaillés, les parents ont dû s'en mêler, j'ai subi des injustices qui me restent encore sur le coeur car on m'accusait de mentir alors que c'était faux. Certains gosses avaient une réputation de "méchants" dès l'école primaire, dans mon quartier. On m'a chipé mon vélo et d'autres que moi ont vécu la même chose autour de moi.

Oui les gosses sont durs, chiants, menteurs, manipulateurs, c'est naturel chez certains et les autres sont les souffre-douleurs. Pour moi ça a toujours existé, et ça existera toujours, surtout si les adultes laissent impunies certaines choses. Malheureusement les parents sont parfois démissionnaires ou bien trop permissifs. J'ai eu des petits voisins que leurs parents soutenaient quoi qu'il arrive, quoi qu'ils aient faits. ça aussi c'est un problème.

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 12:22

Cleore a écrit:
Oui les gosses sont durs, chiants, menteurs, manipulateurs, c'est naturel chez certains et les autres sont les souffre-douleurs. Pour moi ça a toujours existé, et ça existera toujours, surtout si les adultes laissent impunies certaines choses. Malheureusement les parents sont parfois démissionnaires ou bien trop permissifs. J'ai eu des petits voisins que leurs parents soutenaient quoi qu'il arrive, quoi qu'ils aient faits. ça aussi c'est un problème.

C'est tellement vrai. Mais je découvre que pour mes enfants, je n'ai pas renoncé à changer le monde. C'est probablement une erreur....mais ce que je peux faire, je continuerai à le faire. Si personne ne bouge, rien ne changera jamais...alors, à mon petit niveau, je n'accepte pas tout, et tant pis si ça gêne aux entournures, y compris aux miennes et à la petite voix qui dit "Mais tu vas pas arrêter de faire suer..."...

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Cleore le Ven 26 Juin 2015 - 12:35

Bien sûr, tu as raison de t'en mêler, et de soutenir et aider tes enfants, c'est important pour eux. Mes parents n'ont rien fiat la plupart du temps, je me suis souvent débrouillée seule, j'en garde des séquelles, j'ai du mal à demander de l'aide, par exemple. A l'époque, ma parole n'était pas prise en compte. C'est dur pour un gosse intelligent et lucide qui voit tout ce qui se passe mais qui n'est qu'un enfant, qui se sent démuni et abandonné par ses parents, alors que c'est leur rôle de parent de ne pas laisser faire. Je me suis rendue compte plus tard que parfois il suffit de peu de choses pour que les emm... nous laissent tranquilles. Il suffit de dire "non". Ils vont voir ailleurs.

J'ai lu récemment un livre sur les parents toxiques, le portrait des parents négligents s'y trouve. C'est dur d'être un bon parent, mais il est important que les enfants comprennent que leurs parents sont là et font ce qu'ils peuvent.

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Invité le Ven 26 Juin 2015 - 12:40

Zebraskaroll a écrit:Ce qui arrive à ton fils
Rude ...

Zebraskaroll a écrit:Je ne crois pas plus que l'Aimant que cela soit nouveau, j'ai pas mal subit moi même étant ado aux collèges, pas trop en primaire et aujourd'hui même si les jalousies ont pu exister sur moi dans le monde des adultes, j'ai appris à m'en protéger et surtout à avoir mes propres armes. Ce n'est pas toujours simple et facile, mais je garde un moral d'acier à toutes épreuves ce qui à mon sens est la base pour contrer les enquiquineurs. Smile
Pas mieux Smile

lechalote a écrit:Merci à tous les deux, ça fait du bien de ne pas être seule!!! J'ai surtout besoin d'en parler et d'échanger je crois alors merci!
Smile

lechalote a écrit:(aaaaahhh ma fille est tellement mieux depuis qu'elle est avec la tienne, elle rit, elle chante - ah elle a arrêté de se planter ses stylos dans la main? je ne l'ai pas dit évidemment -  on ne la voit plus du jour au lendemain, et c'est ma fille qui a un problème, j'adore) . Ca m'éneeeeerve  bounce  bounce
Le jugement, vice de tous les maux ... Triste quand ce sont des enfants qui sont jugés par des adultes.

lechalote a écrit:Mais ce que ça coûte émotionnellement, non?
Ce sont les histoires de tes filles. Théoriquement pas la tienne.

Je suis capable de comprendre ce qui arrive à mon fils, parce que je l'ai vécu. Mais ça ne résonne pas avec mon expérience passée.

lechalote a écrit:Je dois avoir un truc à régler, parce que franchement mes filles le gèrent finalement mieux que moi (je dis bien finalement...mais c'est tout ce qui compte). Mon mari me dit que c'est parce que je prends le binz à bras le corps et que ça les soulage, mais j'ai un doute...Je n'ai pas connu ça ou j'ai oublié, en fait depuis la maternelle j'avais compris qu'il ne fallait pas attendre grand chose ou que j'étais trop bizarre apparemment, mais pas ces "je te fais la misère mais je veux que tu restes", ça non. Il me semble que c'était moins tordu...
Perso, j'avais droit à "je te fais la misère, et j'aime ça" par le caïd du collège. Un 3ème contre un 6ème ... J'ai eu ma revanche plus tard, à 19 ans. Lui faire baisser les yeux de peur et lui faire passer son chemin juste en le regardant, ça a résolu le truc. Bon ok, style "je vais te manger tout cru là maintenant tout de suite" en étant baraqué et lui une allumette, ça aide Razz Wink

Toute violence se paye, c'est une histoire de temps ...

Mode baghuéra a écrit:(...)
Vous me faites penser à la mère de mes enfants. Je dois souvent la retenir aussi Wink

Cleore a écrit:Bien sûr, tu as raison de t'en mêler, et de soutenir et aider tes enfants, c'est important pour eux. Mes parents n'ont rien fiat la plupart du temps, je me suis souvent débrouillée seule, j'en garde des séquelles, j'ai du mal à demander de l'aide, par exemple. A l'époque, ma parole n'était pas prise en compte. C'est dur pour un gosse intelligent et lucide qui voit tout ce qui se passe mais qui n'est qu'un enfant, qui se sent démuni et abandonné par ses parents, alors que c'est leur rôle de parent de ne pas laisser faire. Je me suis rendue compte plus tard que parfois il suffit de peu de choses pour que les emm... nous laissent tranquilles. Il suffit de dire "non". Ils vont voir ailleurs.

J'ai lu récemment un livre sur les parents toxiques, le portrait des parents négligents s'y trouve. C'est dur d'être un bon parent, mais il est important que les enfants comprennent que leurs parents sont là et font ce qu'ils peuvent.
Très juste ! Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 13:13

Cleore a écrit:Mes parents n'ont rien fiat la plupart du temps, je me suis souvent débrouillée seule, j'en garde des séquelles, j'ai du mal à demander de l'aide, par exemple. A l'époque, ma parole n'était pas prise en compte. C'est dur pour un gosse intelligent et lucide qui voit tout ce qui se passe mais qui n'est qu'un enfant, qui se sent démuni et abandonné par ses parents, alors que c'est leur rôle de parent de ne pas laisser faire. Je me suis rendue compte plus tard que parfois il suffit de peu de choses pour que les emm... nous laissent tranquilles. Il suffit de dire "non". Ils vont voir ailleurs.  

Pareil. Non seulement ma parole n'était pas entendue mais elle était remise en cause, genre t'abuses, et au besoin, si ça dérangeait trop tu mens. C'est pour ça que la démarche ma coûte autant. Je n'ai jamais rien lâché, mais j'ai toujours douté de ce que je faisais, même si adulte, je suis réellement soutenue par mon entourage.

Aimant a écrit:
Zebraskaroll a écrit:Ce qui arrive à ton fils

lechalote a écrit:Mais ce que ça coûte émotionnellement, non?
Ce sont les histoires de tes filles. Théoriquement pas la tienne.

Je suis capable de comprendre ce qui arrive à mon fils, parce que je l'ai vécu. Mais ça ne résonne pas avec mon expérience passée.

J'essaye d'être vigilante à ça, tu as parfaitement raison, c'est pour ça que j'ai souhaité que ma fille voie une psy qui prenne le relai, et que ces échanges me font du bien, je peux aussi parler de ce que tout ça me fait à moi...


Dernière édition par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 13:24, édité 1 fois

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Zebraskaroll le Ven 26 Juin 2015 - 13:23

aimant a écrit:Zebraskaroll a écrit:
Ce qui arrive à ton fils
Rude ...

Je viens de me relire trois fois, je n'ai pas trouvé où j'ai noté cela !!! A moins que ce ne soit un commentaire de ta part concernant mon fils. Bref je n'ai pas tout compris.

aimant a écrit:Perso, j'avais droit à "je te fais la misère, et j'aime ça" par le caïd du collège. Un 3ème contre un 6ème ... J'ai eu ma revanche plus tard, à 19 ans. Lui faire baisser les yeux de peur et lui faire passer son chemin juste en le regardant, ça a résolu le truc. Bon ok, style "je vais te manger tout cru là maintenant tout de suite" en étant baraqué et lui une allumette, ça aide Razz Wink

Toute violence se paye, c'est une histoire de temps ...

Ce que j'ai pu ruminer ma vengeance également face à une vraie teigne qui était dans ma classe depuis la 6 ème. J'ai rêver d'être plus forte aussi, mais ce n'étais pas le cas. Néanmoins, ma vengeance je l'ai eu également arrivée en 3 ème alors qu'il était gardien de but au hand. Je crois que je n'ai jamais tiré aussi fort, ni avec autant de conviction et il a prit la balle en pleine tête, oups... Je crois que ce qui lui a fait le plus mal n'est pas forcement la balle, mais les moqueries des autres. J'ai enfin eu la paix jusqu'à la fin de l'année et je m'en souviens comme si c'était hier. Basketball

Pour le mode Baghéra, (c'est mon mari qui m'appelle comme ça, lorsque je démarre face à une injustice sur les enfants) j'assume très bien. De toutes les façons je ne sais pas faire autrement, mais en fait je me suis aperçue que c'est rassurant pour les enfants même si parfois ils se moquent gentillement de moi. Smile

lechalote a écrit:Cleore a écrit:

Oui les gosses sont durs, chiants, menteurs, manipulateurs, c'est naturel chez certains et les autres sont les souffre-douleurs. Pour moi ça a toujours existé, et ça existera toujours, surtout si les adultes laissent impunies certaines choses. Malheureusement les parents sont parfois démissionnaires ou bien trop permissifs. J'ai eu des petits voisins que leurs parents soutenaient quoi qu'il arrive, quoi qu'ils aient faits. ça aussi c'est un problème.

C'est tellement vrai. Mais je découvre que pour mes enfants, je n'ai pas renoncé à changer le monde. C'est probablement une erreur....mais ce que je peux faire, je continuerai à le faire. Si personne ne bouge, rien ne changera jamais...alors, à mon petit niveau, je n'accepte pas tout, et tant pis si ça gêne aux entournures, y compris aux miennes et à la petite voix qui dit "Mais tu vas pas arrêter de faire suer..."...

Non tu ne fais pas suer. Ce n'est pas parce que beaucoup de parents ne bougent pas qu'ils ont raison ! Ce n'est pas parce qu'on prend à coeur l'éducation de nos enfants qu'on doit être catalogués de pénibles. Depuis que je me moque complètement du jugement des autres, je me sens très bien, et je n'ai pas l'intention de changer. La seule chose à laquelle je fais très attention, c'est que mon intervention ne vienne pas nuire à mon fils ensuite.

Zebraskaroll
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 67
Date d'inscription : 17/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 13:34

Zebraskaroll a écrit:
Non tu ne fais pas suer. Ce n'est pas parce que beaucoup de parents ne bougent pas qu'ils ont raison ! Ce n'est pas parce qu'on prend à coeur l'éducation de nos enfants qu'on doit être catalogués de pénibles. Depuis que je me moque complètement du jugement des autres, je me sens très bien, et je n'ai pas l'intention de changer. La seule chose à laquelle je fais très attention, c'est que mon intervention ne vienne pas nuire à mon fils ensuite.
Merciiii !  Very Happy

J'ai voulu avoir la même vigilance, et ça n'a pas marché..je m'explique vite fait. En 6ème, j'avais demandé un changement de classe vers le mois de mai, bien à la fin pour ne pas en rajouter, mais m'assurer que l'année suivante, elle serait plus au calme.
La CPE qui est venue au RV avec la prof principale (je ne savais pas comment il fallait faire pour demander ça, donc j'avais pris RV) sans que je sois prévenue a décidé que c'était du harcèlement (contre mon avis :  ma belle mère était depuis 3 mois en soins palliatifs, elle est décédée fin mai et mon beau père était décédé 6 mois auparavant, ma belle sœur un an plus tôt, donc je ne voulais pas de remous pour ma fille, ni pour nous, on n'en pouvait déjà plus). J'ai expliqué notre situation familiale, la difficulté de ce qu'on vivait et la nécessité de ne pas en rajouter...et cette cxxnnssee (pardon, je lui en veux toujours je m'en rends compte) a insisté et géré ça comme une truffe. Elle s'est fait retourner par les gamines le lundi matin et a convoqué ma fille avec elles, avant de décréter que c'était une histoire de copines...j'ai laissé courir, sorti ma fille de la cantine, j'ai aidé ma famille pour tous ces enterrements (c'était ma priorité) jusqu'à ce que la gamine en question, à la rentrée suivante déclare à tout le collège qu'elle avait voulu de suicider à cause de ma fille qui l'avait accusée injustement. Là, hum, j'ai foutu un super bordel auprès de la CPE, copie le rectorat et le chef d'établissement.
De ce jour, j'ai promis à ma fille de ne plus jamais intervenir, ou que si ça devenait trop dur, on trouverait des solutions..

Voilà, je crois que définitivement, c'est moi qui ai besoin d'en parler, parce que ça ne me pèserait pas tant que les enfants soient à la rue si les adultes ne l'étaient pas autant aussi...Je vais revoir le titre de cette discussion Wink merci à vous d'être là et de lire tout ça...

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Invité le Ven 26 Juin 2015 - 14:56

lechalote a écrit:
Cleore a écrit:Mes parents n'ont rien fiat la plupart du temps, je me suis souvent débrouillée seule, j'en garde des séquelles, j'ai du mal à demander de l'aide, par exemple. A l'époque, ma parole n'était pas prise en compte. C'est dur pour un gosse intelligent et lucide qui voit tout ce qui se passe mais qui n'est qu'un enfant, qui se sent démuni et abandonné par ses parents, alors que c'est leur rôle de parent de ne pas laisser faire. Je me suis rendue compte plus tard que parfois il suffit de peu de choses pour que les emm... nous laissent tranquilles. Il suffit de dire "non". Ils vont voir ailleurs.  

Pareil. Non seulement ma parole n'était pas entendue mais elle était remise en cause, genre t'abuses, et au besoin, si ça dérangeait trop tu mens. C'est pour ça que la démarche ma coûte autant. Je n'ai jamais rien lâché, mais j'ai toujours douté de ce que je faisais, même si adulte, je suis réellement soutenue par mon entourage.
Il m'arrive de jouer en ligne aves des "jeunes" de vingt ans. L'autre soir, il nous dit "il faut que j'arrête, les parents gueulent". Je lui réponds "bah, t'as vingt-et-un ans ...". Il me dit "oui, mais c'est comme ça, ils décident. Toi, chez toi, tu fais les règles. C'est toi le boss. C'est pareil avec eux." ... Gros blanc de ma part, mais en fait il a raison.

Vous êtes les parents. Vous faites les règles. Votre voix compte. Smile

Zebraskaroll a écrit:Je viens de me relire trois fois, je n'ai pas trouvé où j'ai noté cela !!! A moins que ce ne soit un commentaire de ta part concernant mon fils. Bref je n'ai pas tout compris.
Je trouve rude ce qui arrive à ton fils, le comportement des autres envers lui. Pas ta réaction pour le défendre, qui me semble normale Smile

Zebraskaroll a écrit:Ce que j'ai pu ruminer ma vengeance également face à une vraie teigne qui était dans ma classe depuis la 6 ème. J'ai rêver d'être plus forte aussi, mais ce n'étais pas le cas. Néanmoins, ma vengeance je l'ai eu également arrivée en 3 ème alors qu'il était gardien de but au hand. Je crois que je n'ai jamais tiré aussi fort, ni avec autant de conviction et il a prit la balle en pleine tête, oups... Je crois que ce qui lui a fait le plus mal n'est pas forcement la balle, mais les moqueries des autres. J'ai enfin eu la paix jusqu'à la fin de l'année et je m'en souviens comme si c'était hier. Basketball
J'imagine la scène  Pété de rire . Et oui, ça aide ce genre d'épisodes Wink

Zebraskaroll a écrit:Pour le mode Baghéra, (c'est mon mari qui m'appelle comme ça, lorsque je démarre face à une injustice sur les enfants) j'assume très bien. De toutes les façons je ne sais pas faire autrement, mais en fait je me suis aperçue que c'est rassurant pour les enfants même si parfois ils se moquent gentillement de moi. Smile  
Je ne sais pas ... Leur mère réagit fortement dans ce cas, elle doit être touchée par ce qui leur arrive. Il y a eu une histoire à un moment donné où mon gosse était "le coupable". Je voyais la mère de mon fils prendre la défense de l'autre enfant (c'est bien, pas de soucis Smile ), mais elle continuait à alimenter l'histoire avec la mère de l'autre enfant. J'ai mis un ola à un moment donné. Ok, notre gosse avait fait une connerie, il s'en était excusé et se tenait à carreau. Plus besoin d'en rajouter. Pareil dernièrement où c'était mon gosse qui subissait. Si ça se tasse, je trouve préférable de ne pas alimenter un drama.

Je pense que mon fils apprécie qu'on lui donne la parole, comme mes autres enfants. Qu'on lui dise que ce qu'il a fait est bien ou au contraire pas bien. Ca le cadre. Maintenant, surréagir, je pense que ça le déstabilise un peu. Parce qu'il va sentir qu'il ne peut pas s'appuyer sur nous autant qu'il le voudrait ou en aurait besoin. La confiance dont on parlait plus haut.

Zebraskaroll a écrit:Non tu ne fais pas suer. Ce n'est pas parce que beaucoup de parents ne bougent pas qu'ils ont raison ! Ce n'est pas parce qu'on prend à coeur l'éducation de nos enfants qu'on doit être catalogués de pénibles. Depuis que je me moque complètement du jugement des autres, je me sens très bien, et je n'ai pas l'intention de changer. La seule chose à laquelle je fais très attention, c'est que mon intervention ne vienne pas nuire à mon fils ensuite.
Totalement d'accord.

Un truc m'est arrivé l'année dernière qui m'a fait bizarre, toujours avec mon grand. Sa mère et moi sommes séparés, et gardons nos enfants en alternant les semaines. Par deux fois, elle m'avait dit que l'instituteur avait puni mon fils. Ah ? bon, ok ... Je récupère mon enfant un soir, son instit lui avait donné une grosse punition. Je me dis "merde, il est rude l'instit". Je lui fais un mot lui demandant pourquoi une si grosse punition. En fait, il augmentait les punitions à chaque fois. Il a été surpris quand je lui ai demandé de m'appeler/m'écrire quand il avait un problème avec mon fils, afin que je règle la chose. Pour lui, c'était sa responsabilité. Pour moi, c'était la mienne et il n'avait rien à y redire. Ca lui a fait bizarre aussi que je lui tienne ce discours. Signe sans doute que peu de parents le font.

Alors Lechalote, et pour rejoindre Zebraskaroll et Cleore, je te dis bravo et merci ! Smile . Tu t'occupes de tes enfants et tu as à cœur leur bien-être Smile . Ce serait bien s'il y avait plus de parents comme toi Smile

lechalote a écrit:La CPE qui est venue au RV sans que je sois prévenue a décidé que c'était du harcèlement (contre mon avis, ma belle mère venait de mourir et mon beau père était décédé 6 mois auparavant, ma belle soeur un an plus tot, donc je ne voulais pas de remous pour ma fille). J'ai expliqué notre situation familiale, la difficulté de ce qu'on vivait...et cette cxxnnssee (pardon, je lui en veux toujours je m'en rends compte) a insisté et géré ça comme une truffe. Elle s'est fait retourner par les gamines le lundi matin et a convoqué ma fille avec elles, avant de décréter que c'était une histoire de copines...j'ai laissé courir, sorti ma fille de la cantine, j'ai aidé ma famille pour tous ces enterrements (c'était ma priorité) jusqu'à ce que la gamine en question, à la rentrée suivante déclare à tout le collège qu'elle avait voulu de suicider à cause de ma fille qui l'avait accusée injustement.
Aïe ...

Ta colère me semble légitime.

D'un côté, on est obligé d'entendre la souffrance de la petite qui a voulu se suicider. C'est probablement une demande d'attention envers ses propres parents, peut-être parce qu'elle vous voit faire avec votre fille. Elle aimerait bien de ses propres parents ce que vous offrez à la votre. Tu parlais de mutilation, ça rejoint le truc. Votre fille est dans la boucle, parce qu'elles sont copines uniquement. Dans le harcèlement qu'a subi mon fils récemment, il y avait un truc du même genre. Un enfant (métis et adopté) a rapporté que mon fils l'avait insulté sur sa couleur de peau et l'adoption. Mon fils n'a pas nié pour la couleur de peau (ils entendent de ces choses à l'école...), mais a nié pour l'adoption. Et je le crois. Sans doute que l'autre enfant s'est servi de mon fils pour faire passer un message à ses parents. J'ai discuté avec eux à ce sujet. Mais là, j'atteignais leurs limites. Ils ne pouvaient pas l'entendre. Pas grave, c'est à eux, pas à nous.

D'un autre côté, on est obligé d'entendre la souffrance de ta fille. Non seulement elle subit, mais en plus son ressenti est nié par sa "copine". C'est là où votre rôle est primordial Smile . Vous l'avez entendu et défendu, vous avez fait le taf Smile

Ce sont des enfants, en train de se construire. A leurs âges, ils fonctionnent beaucoup sur un mode triangulaire (le triangle de karpman en est un exemple : lien). Ta fille se voit assignée la mauvaise place par sa copine, celle du bourreau. Pour être sauvée par ses parents. Il y a inversion, mais c'est classique. Les parents de la copine ne peuvent pas être des bourreaux. Même s'ils le sont inconsciemment pour elle à ne pas lui donner l'attention qu'elle demande.

lechalote a écrit:Là, hum, j'ai foutu un super bordel auprès de la CPE, copie le rectorat et le chef d'établissement.
De ce jour, j'ai promis à ma fille de ne plus jamais intervenir, ou que si ça devenait trop dur, on trouverait des solutions..
Ne pas intervenir n'est pas la solution. Le tout est de le faire calmement, le message passe mieux. Encore une fois, tu as fait ton taf de parent Smile . Bravo ! Smile

lechalote a écrit:Voilà, je crois que définitivement, c'est moi qui ai besoin d'en parler, merci à vous d'être là et de lire tout ça...
Merci à toi pour ton partage Smile . Pas facile la vie de parent hein ? Razz Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 15:33

Aimant a écrit:

lechalote a écrit:Voilà, je crois que définitivement, c'est moi qui ai besoin d'en parler, merci à vous d'être là et de lire tout ça...
Merci à toi pour ton partage Smile . Pas facile la vie de parent hein ? Razz Wink

Tu m'étonnes   What a Face

Au fait, la petite à mon avis n'a jamais voulu se suicider, ou alors à coup de Benco périmé, ou alors...Mince. Peut-être que si en fait (évidemment pas à cause de ma fille, mais vu la famille...)je n'y avais même pas pensé...mais dans ce cas, personne ne l'a entendue à part nous. Parce que moi, je n'ai eu qu'une trouille, c'est que dans son délire, elle aille porter plainte contre nous, il y a des précédents, et j'ai trouvé ça tellement violent à l'époque, on commençait à être super à cran avec tout ce qu'on avait à gérer, et je suis partie comme une fusée pour nous protéger.

Bref...

Ca y est je peux enfin en rire...Merci à vous! J'avais besoin de ce partage, de lâcher mon "c'est trop injuste" façon Caliméro...
La vie est fluctuante et le monde est fou? Quel scoop...il m'en aura fallu du temps!  rabbit
Tant que je me lèverai le matin en niant cette réalité, je continuerai à me mettre en rage et à me taper la tête contre un mur en béton! Alors je ne peux que lâcher...et ça fait du bien.

Ce monde est fou, soit, je ne n'y suis pour rien, c'est un fait. Mais oui, je peux continuer, à mon niveau, à essayer de remettre droit ce qui peut l'être, et à faire du beau où je peux. Et arrêter de me faire mal avec ça. Parfois je me trompe, je me mets en colère de n'être pas entendue, mais je ne suis pas Bouddha ni Dieu... Wink

Pour moi qui tente d'être prof de yoga (en quatre ans, heureusement il me reste du temps!), la route est encore longue geek

Vous avez raison, tout ça est avant tout une belle leçon de vie, et je mesure la chance que j'ai de vivre la mienne avec ma jolie famille, et d'avoir des endroits comme celui ci pour échanger avec vous !
Biz!

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 17:42

Zebraskaroll a écrit:Ce que j'ai pu ruminer ma vengeance également face à une vraie teigne qui était dans ma classe depuis la 6 ème. J'ai rêver d'être plus forte aussi, mais ce n'étais pas le cas. Néanmoins, ma vengeance je l'ai eu également arrivée en 3 ème alors qu'il était gardien de but au hand. Je crois que je n'ai jamais tiré aussi fort, ni avec autant de conviction et il a prit la balle en pleine tête, oups... Je crois que ce qui lui a fait le plus mal n'est pas forcement la balle, mais les moqueries des autres. J'ai enfin eu la paix jusqu'à la fin de l'année et je m'en souviens comme si c'était hier. Basketball
J'imagine la scène  Pété de rire . Et oui, ça aide ce genre d'épisodes Wink

Pour la vengeance, c'était en Ecole de commerce. Un type avait écrit des articles sur moi dans le canard de l'école pendant des mois.
C'est à une fête un an après la remise des diplômes que je suis allée posément lui déverser un pot de vodka orange sur la tête devant tous ses potes. Quand il s'est retourné furieux, il y en avait 10 aussi costauds que lui qui étaient morts de rire, il a dû sauver la face et faire semblant de le prendre bien. Cool

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Zebraskaroll le Ven 26 Juin 2015 - 17:52

C'est une particularité du Zèbre d'être particulièrement rancunier ? Certes en ce qui me concerne j'ai une vraie mémoire d'éléphant, mais quand même qu'est ce que je peux être rancunière, c'est terrible, je n'oublie pas la moindre remarque hostile.

Zebraskaroll
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 67
Date d'inscription : 17/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 18:40

Zebraskaroll a écrit:C'est une particularité du Zèbre d'être particulièrement rancunier ? Certes en ce qui me concerne j'ai une vraie mémoire d'éléphant, mais quand même qu'est ce que je peux être rancunière, c'est terrible, je n'oublie pas la moindre remarque hostile.

Bonne question...je pense que je passe l'éponge plutôt facilement, mais lui il était allé trop loin. Jamais je ne lui aurais fait autant de mal! Il s'est pris un râteau, d'accord, mais de là à me pourrir devant toute l'école pendant deux ans...Je déteste faire du mal aux autres, et si ça arrive, j'aurais tout fait pour que ça fasse le moins mal possible, alors je ne comprends pas qu'on veuille m'en faire sciemment, ça, c'est sûr!

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Invité le Ven 26 Juin 2015 - 18:49

lechalote a écrit:Au fait, la petite à mon avis n'a jamais voulu se suicider, ou alors à coup de Benco périmé, ou alors...Mince. Peut-être que si en fait (évidemment pas à cause de ma fille, mais vu la famille...)je n'y avais même pas pensé...mais dans ce cas, personne ne l'a entendue à part nous.
Je suis assez basique comme personne. Je commence toujours à comprendre au premier degré, surtout un enfant. Vu vos propres témoignages, il est aisé de comprendre qu'un enfant ment rarement.

lechalote a écrit:Parce que moi, je n'ai eu qu'une trouille, c'est que dans son délire, elle aille porter plainte contre nous, il y a des précédents, et j'ai trouvé ça tellement violent à l'époque, on commençait à être super à cran avec tout ce qu'on avait à gérer, et je suis partie comme une fusée pour nous protéger.
Ouais, enfin ... Bien compréhensible vu la phase que vous traversiez.  Long hug

lechalote a écrit:Ca y est je peux enfin en rire...Merci à vous! J'avais besoin de ce partage, de lâcher mon "c'est trop injuste" façon Caliméro...La vie est fluctuante et le monde est fou? Quel scoop...il m'en aura fallu du temps!  rabbit
Tant que je me lèverai le matin en niant cette réalité, je continuerai à me mettre en rage et à me taper la tête contre un mur en béton! Alors je ne peux que lâcher...et ça fait du bien.
Cool alors Smile

lechalote a écrit:Ce monde est fou, soit, je ne n'y suis pour rien, c'est un fait. Mais oui, je peux continuer, à mon niveau, à essayer de remettre droit ce qui peut l'être, et à faire du beau où je peux. Et arrêter de me faire mal avec ça. Parfois je me trompe, je me mets en colère de n'être pas entendue, mais je ne suis pas Bouddha ni Dieu... Wink
Je ne sais pas encore si le monde est fou, ou si alors les gens ne prennent plus le temps d'écouter l'autre ... Je penche pour le deuxième actuellement.

lechalote a écrit:Pour moi qui tente d'être prof de yoga (en quatre ans, heureusement il me reste du temps!), la route est encore longue geek
Donc tu es encore "à l'école" ? Wink

lechalote a écrit:Vous avez raison, tout ça est avant tout une belle leçon de vie, et je mesure la chance que j'ai de vivre la mienne avec ma jolie famille, et d'avoir des endroits comme celui ci pour échanger avec vous !
Biz!
Smile

lechalote a écrit:Pour la vengeance, c'était en Ecole de commerce. Un type avait écrit des articles sur moi dans le canard de l'école pendant des mois.
C'est à une fête un an après la remise des diplômes que je suis allée posément lui déverser un pot de vodka orange sur la tête devant tous ses potes. Quand il s'est retourné furieux, il y en avait 10 aussi costauds que lui qui étaient morts de rire, il a dû sauver la face et faire semblant de le prendre bien. Cool
Couillu, si je puis dire Wink

Ce n'est pas tant une vengeance que le juste retour des choses Razz . Il y a bien pire que ce que tu as fait comme vengeance hein ? Wink

Zebraskaroll a écrit:C'est une particularité du Zèbre d'être particulièrement rancunier ? Certes en ce qui me concerne j'ai une vraie mémoire d'éléphant, mais quand même qu'est ce que je peux être rancunière, c'est terrible, je n'oublie pas la moindre remarque hostile.
Je ne saurai dire, quant à la généralisation. Perso, il faut y aller très fort pour que je sois rancunier. Ce n'est pas que j'ai le pardon facile mais ... jusqu'à présent, je me disais que les gens n'arrivent pas à aborder la situation dans sa globalité. Par méconnaissance principalement. Les gens ont beaucoup peur, ça transpire souvent de leurs réactions. ZC me conforte dans cette approche. Alors ... dois-je reprocher aux gens d'avoir peur ? ... et donc du coup être rancunier, ou hostile ? Pour le moment, ma réponse est non.

Pareil, j'ai une mémoire d'éléphant. Je suis capable de ressortir un détail insignifiant dans une situation banale. Pour les remarques hostiles, ça rejoint ce que je dis au-dessus sur la peur. J'ai tendance à ne pas prendre les choses personnellement. L'hostilité, la vraie, elle n'est présente que lorsqu'une personne part en vrillle, psychologiquement parlant. Et même là ça s'explique surtout par la peur.

Ça vous dit quoi ?

lechalote a écrit:Bonne question...je pense que je passe l'éponge plutôt facilement, mais lui il était allé trop loin. Jamais je ne lui aurais fait autant de mal! Il s'est pris un râteau, d'accord, mais de là à me pourrir devant toute l'école pendant deux ans...Je déteste faire du mal aux autres, et si ça arrive, j'aurais tout fait pour que ça fasse le moins mal possible, alors je ne comprends pas qu'on veuille m'en faire sciemment, ça, c'est sûr!
Sa déception était trop forte ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Ven 26 Juin 2015 - 19:25

[quote="Aimant"]
lechalote a écrit:Au fait, la petite à mon avis n'a jamais voulu se suicider, ou alors à coup de Benco périmé, ou alors...Mince. Peut-être que si en fait (évidemment pas à cause de ma fille, mais vu la famille...)je n'y avais même pas pensé...mais dans ce cas, personne ne l'a entendue à part nous.
Je suis assez basique comme personne. Je commence toujours à comprendre au premier degré, surtout un enfant. Vu vos propres témoignages, il est aisé de comprendre qu'un enfant ment rarement.

Bin ouais, c'est si évident que je n'y avais pas pensé...merdum. Remarque je n'avais aucun doute qu'elle était en détresse complète...

lechalote a écrit:Parce que moi, je n'ai eu qu'une trouille, c'est que dans son délire, elle aille porter plainte contre nous, il y a des précédents, et j'ai trouvé ça tellement violent à l'époque, on commençait à être super à cran avec tout ce qu'on avait à gérer, et je suis partie comme une fusée pour nous protéger.
Ouais, enfin ... Bien compréhensible vu la phase que vous traversiez.  Long hug
Grazie mille!

lechalote a écrit:Ca y est je peux enfin en rire...Merci à vous! J'avais besoin de ce partage, de lâcher mon "c'est trop injuste" façon Caliméro...La vie est fluctuante et le monde est fou? Quel scoop...il m'en aura fallu du temps!  rabbit
Tant que je me lèverai le matin en niant cette réalité, je continuerai à me mettre en rage et à me taper la tête contre un mur en béton! Alors je ne peux que lâcher...et ça fait du bien.
Cool alors Smile

lechalote a écrit:Ce monde est fou, soit, je ne n'y suis pour rien, c'est un fait. Mais oui, je peux continuer, à mon niveau, à essayer de remettre droit ce qui peut l'être, et à faire du beau où je peux. Et arrêter de me faire mal avec ça. Parfois je me trompe, je me mets en colère de n'être pas entendue, mais je ne suis pas Bouddha ni Dieu... Wink
Je ne sais pas encore si le monde est fou, ou si alors les gens ne prennent plus le temps d'écouter l'autre ... Je penche pour le deuxième actuellement.

lechalote a écrit:Pour moi qui tente d'être prof de yoga (en quatre ans, heureusement il me reste du temps!), la route est encore longue geek
Donc tu es encore "à l'école" ? Wink
J'ai repris! E avec quel bonheur si tu savais! Le sanskrit, l'anatomie, les postures, les textes, j'en ai pour mille ans à apprendre!!!!

lechalote a écrit:Vous avez raison, tout ça est avant tout une belle leçon de vie, et je mesure la chance que j'ai de vivre la mienne avec ma jolie famille, et d'avoir des endroits comme celui ci pour échanger avec vous !
Biz!
Smile

lechalote a écrit:Pour la vengeance, c'était en Ecole de commerce. Un type avait écrit des articles sur moi dans le canard de l'école pendant des mois.
C'est à une fête un an après la remise des diplômes que je suis allée posément lui déverser un pot de vodka orange sur la tête devant tous ses potes. Quand il s'est retourné furieux, il y en avait 10 aussi costauds que lui qui étaient morts de rire, il a dû sauver la face et faire semblant de le prendre bien. Cool
Couillu, si je puis dire Wink

Ce n'est pas tant une vengeance que le juste retour des choses Razz . Il y a bien pire que ce que tu as fait comme vengeance hein ? Wink
Nan...Le reste c'était pas une vengeance, mais je suis toujours pas certaine d'avoir agi juste. Disons que sur le coup, j'ai essayé, j'y ai cri sincrement. Pour ce que ça m'a rapporté... un démission et mes comms à la benne. C'était il y a 5 ans, dans le boulot.

Zebraskaroll a écrit:C'est une particularité du Zèbre d'être particulièrement rancunier ? Certes en ce qui me concerne j'ai une vraie mémoire d'éléphant, mais quand même qu'est ce que je peux être rancunière, c'est terrible, je n'oublie pas la moindre remarque hostile.
Je ne saurai dire, quant à la généralisation. Perso, il faut y aller très fort pour que je sois rancunier. Ce n'est pas que j'ai le pardon facile mais ... jusqu'à présent, je me disais que les gens n'arrivent pas à aborder la situation dans sa globalité. Par méconnaissance principalement. Les gens ont beaucoup peur, ça transpire souvent de leurs réactions. ZC me conforte dans cette approche. Alors ... dois-je reprocher aux gens d'avoir peur ? ... et donc du coup être rancunier, ou hostile ? Pour le moment, ma réponse est non.

Pareil, j'ai une mémoire d'éléphant. Je suis capable de ressortir un détail insignifiant dans une situation banale. Pour les remarques hostiles, ça rejoint ce que je dis au-dessus sur la peur. J'ai tendance à ne pas prendre les choses personnellement. L'hostilité, la vraie, elle n'est présente que lorsqu'une personne part en vrillle, psychologiquement parlant. Et même là ça s'explique surtout par la peur.

Ça vous dit quoi ?

Yep, je me souviens de tout. Les incohérences en fait. Toutes les incohérences restent stockées à l'insu de mon plein gré jusqu'à ce que...BAM! Je pige. Après, on a que deux choix : l'amour ou la peur. Et c'est la peur qui fait faire des conneries. A chaque fois. Ca ne loupe jamais.

lechalote a écrit:Bonne question...je pense que je passe l'éponge plutôt facilement, mais lui il était allé trop loin. Jamais je ne lui aurais fait autant de mal! Il s'est pris un râteau, d'accord, mais de là à me pourrir devant toute l'école pendant deux ans...Je déteste faire du mal aux autres, et si ça arrive, j'aurais tout fait pour que ça fasse le moins mal possible, alors je ne comprends pas qu'on veuille m'en faire sciemment, ça, c'est sûr!
Sa déception était trop forte ?

Mpffff, son égo était trop fort, son estime de lui trop basse, comme d'hab, mais je suis pas psy et il ne m'intéressait vraiment pas...

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Zebraskaroll le Ven 26 Juin 2015 - 20:35

lechalote a écrit:Je ne saurai dire, quant à la généralisation. Perso, il faut y aller très fort pour que je sois rancunier. Ce n'est pas que j'ai le pardon facile mais ... jusqu'à présent, je me disais que les gens n'arrivent pas à aborder la situation dans sa globalité. Par méconnaissance principalement. Les gens ont beaucoup peur, ça transpire souvent de leurs réactions. ZC me conforte dans cette approche. Alors ... dois-je reprocher aux gens d'avoir peur ? ... et donc du coup être rancunier, ou hostile ? Pour le moment, ma réponse est non.

Pareil, j'ai une mémoire d'éléphant. Je suis capable de ressortir un détail insignifiant dans une situation banale. Pour les remarques hostiles, ça rejoint ce que je dis au-dessus sur la peur. J'ai tendance à ne pas prendre les choses personnellement. L'hostilité, la vraie, elle n'est présente que lorsqu'une personne part en vrillle, psychologiquement parlant. Et même là ça s'explique surtout par la peur.

Ça vous dit quoi ?

Yep, je me souviens de tout. Les incohérences en fait. Toutes les incohérences restent stockées à l'insu de mon plein gré jusqu'à ce que...BAM! Je pige. Après, on a que deux choix : l'amour ou la peur. Et c'est la peur qui fait faire des conneries. A chaque fois. Ca ne loupe jamais.

Je ne suis pas certaine qu'il n'y ai que deux choix, l'amour ou la peur. J'utilise depuis peu l'indifférence. J'ai appris, cela n'est pas naturelle chez moi. Et franchement, l'indifférence ça fait du bien. Smile

Pour la mémoire, ça on y peut rien, il y a vraiment des jours où j'aimerai ne pas me souvenir avec autant de détails, surtout les détails émotionnels, parce que ce n'est pas qu'une mémoire visuelle ou auditive, c'est une mémoire totale, comme si je revivais l’événement et franchement parfois c'est pénible. Moi aussi je rumine les incohérences, généralement ça fait BAM à 3h du matin et me voilà assise dans mon lit les yeux grands ouverts. Je crois que je n'admettrais jamais la méchanceté gratuite, surtout de la part d'un adulte. Un enfant c'est un peu différent, même si on dit que les enfants sont méchants entre eux, moi je n'y crois pas, je pense plutôt qu'ils essayent de s'approprier ou d'imiter le comportement des adultes, aussi forcement on ne peut que le leur pardonner.

Malgré tout, je travaille très fort pour être moins rancunière, mais bon dès qu'on touche à ma petite famille sacrée, il y a Baghera qui prend le dessus et Baghera.... elle est rancunière !

Zebraskaroll
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 67
Date d'inscription : 17/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par zelle le Ven 26 Juin 2015 - 22:41

lechalote a écrit:,
Ma ou plutôt mes questions sont: est-ce que vous constatez aussi ce degré de manipulation et de psychopathie chez les mômes aujourd'hui, et si vous avez rencontré ça, comment aidez-vous vos enfants à le gérer? Est-ce que c'est partout pareil? Parce que moi, je n'ai pas connu ce type de relation, on pouvait ne pas s'entendre mais s'acharner comme ça...ça me semble juste fou!  Shocked

Je constate que c'est présent dans toutes les écoles dont j'entends parler dans le cadre de mon travail auprès d'enfants. Je rencontre énormément d'enfants, et la violence verbale et physique sont présentes.

Je n'ai pas connu cela moi-même dans ma scolarité, et je suis un peu stupéfaite de l'ampleur que cela prend.
En primaire, si les parents interviennent (éventuellement deux fois) cela disparaît en général.
Au collège c'est carrément plus compliqué, vu le nombre d'enseignants et la relative autonomie des enfants. L'infirmière peut parfois solliciter les parents.


Dernière édition par zelle le Sam 27 Juin 2015 - 9:21, édité 1 fois

zelle
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1037
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Pardon, c'est hyyyper long mais ça m'a fait du bien, désolee!!!!

Message par lechalote le Sam 27 Juin 2015 - 7:48

A zebraskaroll : L'indifférence marche pour moi quand il s'agit d'un événement ponctuel, ou de comportements qui n'influent pas durablement sur ma vie. Ca marche en voiture, au supermarché, sur un travail ponctuel.
Mais quand en effet on touche à ma famille sur la durée, que j'ai tenté d'expliquer, de comprendre, j'estime au bout d'un moment qu'il existe des règles on qu'on va les faire appliquer une bonne fois pour toutes. Ne pas harceler son prochain en fait partie, en entreprise comme à l'école.

Quand c'est ponctuel, comme ma choups qui récupère récemment un mot lui disant qu'elle est moche, ça va. Elle se met devant la glace, elle éclate de rire, tourne, fait sa star et me dit "Non non, je me trouve plutôt jolie, moi! D'ailleurs, tout le monde me le dit". Je préfère, il y a six mois, elle pensait vraiment qu'elle était moche, et se demandait si elle avait un coeur ou pas. Grave que t'es jolie bouchon.  sunny

Quand deux jours plus tard, les garçons viennent la voir pour lui dire qu'elle est jolie, elle n'en ressent que de l'étonnement. Mais qu'est-ce qu'ils ont ce matin?   Rolling Eyes

Bon, elle est venue avec tous ses bagages sur terre, et pourtant c'est pour elle que j'ai dû mettre le plus fort le poing sur la table. Une fois qu'elle a compris que ce qu'elle vivait était bien du harcèlement (vu l'inertie des enseignants, elle pouvait avoir un doute), elle a passé les vitesses, utilisé l'humour, appris à dire dégage.
Exemple, la gamine lui dit :

  • tu ne veux pas mettre ce bracelet dans le sac de Zoé, c'est pour lui faire un cadeau?
    Tu me demandes un service avec ce que tu m'as fait hier? Dégage!

Le soir :

  • tu ne crois pas qu'elle voulait accuser Zoé ou toi de l'avoir volé?
    Grands yeux  Shocked : Nooooon, elle ferait pas ça quand même...tu crois?

Deux ans que je pratique l'engin, oui, malheureusement, je crois, même si j'espère me tromper. Si elle voulait faire un cadeau à Zoé à qui elle fait des crasses depuis une semaine et qu'elle réussit encore à faire punir depuis qu'elle ne peut plus faire punir ma fille (ce directeur est décidément incurable), elle lui aurait remis elle même en ayant convoqué les caméras pour le JT du 20h et elle aurait posté un selfie sur facebook.

Le lendemain, je ne m'étais pas trompée, et quand elle a vu le bracelet dans le sac de Zoé, elle l'a prévenue. Quand l'autre est venue crier au vol pour les faire punir, elle lui a dit : "Je t'ai vu le mettre". Fin de la discussion.
Mais deux jours de bande passante quand même, et ce toute l'année....Si c'est pas des comportements pervers ça...L'autre jour, elle a demandé à ma fille de la mordre...non mais je rêve...

L'infirmière m'a dit : vous savez à cet âge, ils s'énervent mutuellement.  Suspect
Non Madame, on parle d'une gamine qui chercher à en pourrir une autre par tous les moyens possibles chaque jour qui passe, qui lui dit qu'elle n'a pas de cœur, la fait punir, la culpabilise, dépose des mots insultants sur son bureau, ça n'a rien à voir. Il y a ce déni de la part des adultes qui rend tout merdique. On ne harcèle pas en entreprise, on ne harcèle pas à l'école, ça me semble simple pourtant comme équation. Ceci dit, partant du fait qu'il est interdit de frapper un adulte mais toujours pas un enfant, on joue avec nos incohérences...Les filles ayant interdiction de frapper dans leur éducation (quoique j'ai aussi vu de charmantes gamines la bouche en coeur frapper et insulter à 10 ans et déboîter le genou de ma fille puis avec des grands yeux mouillés m'expliquer que ma fille a voulu l'étrangler...).
Quand les élèves ont écrit une lettre collective pour demander à un gamin d'arrêter d'étrangler les autres, qu'ils ont remis à la mère et au directeur, ce dernier est venu dans la classe :

  • -Il faut lui pardonner, il est hyperactif.   clown (pas trouvé de smiley Oui Oui)
    - T'en penses quoi toi Choups?
    - Bin ça n'a rien à voir! scratch
    - On est d'accord, ça n'a rien à voir...


Autre exemple des interventions magnifiques de ce directeur d'école. Elle tente d'empêcher Joseph de massacrer un plus petit, il se retourne et la gifle. Elle en discute avec mon père au téléphone et envoie un mail à Joseph sur le blog de sa classe :
- Joseph, si tu me gifles encore, mon papy va venir s'occuper de ton cas.
Le directeur a effacé le message avec ces belles paroles pacificatrices:
- D'accord il n'a pas à te gifler, mais tu n'as pas à le menacer.
Tu parles que ça a du lui faire peur au Joseph qui a mis le feu aux toilettes de l'école! Depuis, elle n'en parle plus. Elle rend coup pour coup. Et c'est sa parole contre celle du gamin. Belle leçon!

Zelle : Je ne sais pas ce qui se passe à l'école, mais la plupart des adultes délirent sec. La CPE, le chef d'établissement en primaire qui reste planqué dans son bureau et qui a  loupé sa vocation de curé au trois paters et au grand pardon (et qui fait cours avec un sifflet tout de même), les parents...
Exemple!
Au collège, la déléguée de classe (fille de la déléguée des parents d'élèves, ha oui, c'est embêtant) s'était mis en tête de donner son avis sur le harcèlement de ma fille (la gamine harceleuse n'était pas dans leur classe) pour le conseil de classe. Bref, elle était en train de remettre de l'huile sur le feu comme il faut en en parlant à tout le monde. La même déléguée de classe qui les avait insultées en cours de sport trois moi plus tôt, mais j'avais laissé filer. Là, je me dis mais qu'est-ce qu'elle fout au juste, c'est quoi ce GROS bazar?!! (je la connais depuis toute petite, complètement déphasée, à 6 ans elle me disait qu'elle était la plus mince de sa classe et qu'elle pouvait mourir, c'est sa mère qui est psy qui lui a dit  Shocked, et que des dents étaient trop écartées et qu'elle devait les faire refaire, et moi je répondais : "heu..je comprends pas ce que tu dis...va jouer au ballon, prends un BN..." )


  • - Premier mail propret copie la CPE (tout ça est de sa faute, je la déteste) et les parents d'élèves ( oups, l'une d'elle est sa mère, on rigole dis donc!  geek ) qui disait en gros : - Hum, on ne lui a rien demandé, pourrait-elle se mêler de ce qui la regarde et ne pas y revenir?  Basketball
    - Le lendemain, elle insiste, fait part à ma fille de son avis étayé : - Ca n'est pas du harcèlement, juste de la méchanceté (merci maman psy...maman si tu voyais ma vie, pardon je m'égare  flower .).
    - Second mail plus sec : - Scouzé moi, missiés midammes, c'est encore moi, pardon toussa, mais yé dou mal me faire comprendre, moi pas parler français très bien...yé vé être plou claire...: Quelqu'un va la faire taire (cette gourde) ou il faut que je m'en charge? Parce je ne remets pas en question ses talents de psychologue (pan pour la mère  tongue ) mais la déléguée de classe qui traite les autres de sale pute en cours de sport  bom (ha, j'avais oublié de vous le dire? Zut, bon, bah, c'est fait) et qui se mêle de ce qui ne la regarde pas, il va falloir lui recadrer sérieusement ses prérogatives.
    - Réponse du père (Tiens, voilà M. Parfait qui essayait de me refiler sa fille de 6 ans tout le we quand il en avait la garde et qui fait toutes les sorties scolaires à l'étranger depuis) : Ah oui, elle a voulu bien faire, mais elle ne recommencera plus.
    - Réponse de moi qui commence à avoir l'habitude des représailles et des enfers pavés de bonnes intentions pour se faire mousser et prévenir le fait qu'on pourrait parler de leur comportement et écorcher la belle image de fille parfaite: (Prends moi pour une débile) Elle a intérêt vu que le rectorat est dans la boucle. Je vous laisse passer le message fermement. Grazie mille.

Après ça, t'as vaguement l'impression d'avoir couru trois marathons. Mais quoi, laisser le truc gonfler, s'amplifier, pour que tout ce petit monde se défoule pépère et s'achète une conscience et une belle image sur le dos de ma fille?
Nada. Ras le bol.

Récemment, la gamine en question venait dire à ma fille qu'elle allait se faire tuer par sa mère si elle ratait l'examen pour la classe internationale. Réponse de ma fille : "Bin si ta mère est psy, tu peux peut-être lui expliquer que c'est déjà une assez grande punition pour toi de l'avoir raté? Elle doit pouvoir comprendre, non?". "Ah oui, j'y avais pas pensé...bin merci!".
Ouais. De rien. C'est gratuit le bon sens en plus.
Au moins, dans notre nouveau patelin, je n'aurais pas vu les mômes prendre l'eau depuis la maternelle et couler sous la houlette d'adultes irresponsables et déphasés , je ne les connaîtrai pas du tout, ça me fera des vacances. Cool

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Invité le Sam 27 Juin 2015 - 12:15

lechalote a écrit:J'ai repris! E avec quel bonheur si tu savais! Le sanskrit, l'anatomie, les postures, les textes, j'en ai pour mille ans à apprendre!!!!
J'imagine Smile . Comment se passe cet apprentissage ? Sous quel forme je veux dire ?

lechalote a écrit:
Aimant a écrit:Sa déception était trop forte ?
Mpffff, son égo était trop fort, son estime de lui trop basse, comme d'hab, mais je suis pas psy et il ne m'intéressait vraiment pas...
Comme d'hab car classique pour toi ?

lechalote a écrit:Yep, je me souviens de tout. Les incohérences en fait. Toutes les incohérences restent stockées à l'insu de mon plein gré jusqu'à ce que...BAM! Je pige. Après, on a que deux choix : l'amour ou la peur. Et c'est la peur qui fait faire des conneries. A chaque fois. Ca ne loupe jamais.
Les incohérences, c'est en général ce qui me saute au yeux en premier. Genre "dit blanc", "fait noir". J'ai l'impression que ça fait partie des choses qui attirent chez moi : démêler l’indémêlable pour l'autre. Je le relie depuis peu comme étant des capacités liées à "une douance", même si à dire vrai je le considère juste normal. Je suis bien d'accord pour les deux choix, et les conséquences.

Zebraskaroll a écrit:Je ne suis pas certaine qu'il n'y ai que deux choix, l'amour ou la peur. J'utilise depuis peu l'indifférence. J'ai appris, cela n'est pas naturelle chez moi. Et franchement, l'indifférence ça fait du bien. Smile
Perso, je relie l'indifférence au mépris de l'autre. Et je ne peux pas être méprisant envers quelqu'un, je n'en vois pas l'intérêt. Je vois là de la violence gratuite.

Telle que tu la décris, ça semble correspondre chez moi au "cassage du lien" avec la personne. Je fais sortir la personne de ma vie, ce qui fait que je n'ai quelque part plus d'attentes envers elle, donc peu m'importe ses réactions ou agissements. C'est en ce sens que tu voulais le dire ?

lechalote a écrit:L'indifférence marche pour moi quand il s'agit d'un événement ponctuel, ou de comportements qui n'influent pas durablement sur ma vie. Ca marche en voiture, au supermarché, sur un travail ponctuel.
Mais quand en effet on touche à ma famille sur la durée, que j'ai tenté d'expliquer, de comprendre, j'estime au bout d'un moment qu'il existe des règles on qu'on va les faire appliquer une bonne fois pour toutes. Ne pas harceler son prochain en fait partie, en entreprise comme à l'école.
Je le vois un peu pareil. Une sorte de détachement et de capacité à encaisser les coups, pour le bien de tout le monde. Mais les gens le prennent en général pour ... du mépris ou du dédain (leurs projections...). Et ils tentent de s'acharner alors. Ils comprennent mieux quand j'arrête les frais et dis non, comme le disait Cleore plus haut. Poser des limites aux gens ...

Comment en êtes-vous arrivés à comprendre cela ? Et comment le vivez-vous/gèrez-vous ? Question vaste et ouverte. Ceci dit, vos retours m'intéressent Smile

Zebraskaroll a écrit:Pour la mémoire, ça on y peut rien, il y a vraiment des jours où j'aimerai ne pas me souvenir avec autant de détails, surtout les détails émotionnels, parce que ce n'est pas qu'une mémoire visuelle ou auditive, c'est une mémoire totale, comme si je revivais l’événement et franchement parfois c'est pénible. Moi aussi je rumine les incohérences, généralement ça fait BAM à 3h du matin et me voilà assise dans mon lit les yeux grands ouverts. Je crois que je n'admettrais jamais la méchanceté gratuite, surtout de la part d'un adulte.
Tu assimiles les incohérences à la méchanceté gratuite ?

Zebraskaroll a écrit:Un enfant c'est un peu différent, même si on dit que les enfants sont méchants entre eux, moi je n'y crois pas, je pense plutôt qu'ils essayent de s'approprier ou d'imiter le comportement des adultes, aussi forcement on ne peut que le leur pardonner.
Oui, c'est vrai. Ils ont moins de repères et d'expérience. C'est pour moi le rôle d'un parent que de leur donner pour les guider vers l'autonomie. Il m'est arrivé de me demander si c'était une bonne chose, car cela leur créera un décalage avec les autres ...

zelle a écrit:Je constate que c'est présent dans toutes les écoles dont j'entends parler dans le cadre de mon travail auprès d'enfants. Je rencontre énormément d'enfants, et la violence verbale et physique sont présentes.

Je n'ai pas connu cela moi-même dans ma scolarité, et je suis un peu stupéfaite de l'ampleur que cela prend.
En primaire, si les parents interviennent (éventuellement deux fois) cela disparaît en général.
Au collège c'est carrément plus compliqué, vu le nombre d'enseignants et la relative autonomie des enfants. L'infirmière peut parfois solliciter les parents.
Merci pour ton retour Smile . Cela ne présage rien de bon alors ...

De par ton travail, tu as un impact là-dessus ?

lechalote a écrit:Ta fille jolie devant le miroir
Tu boostes l'estime de ta fille, c'est cool Smile . J'ai lu que beaucoup de mères/filles étaient "en compétition". Ça peut expliquer les comportements de l'autre petite.

lechalote a écrit:Le lendemain, je ne m'étais pas trompée, et quand elle a vu le bracelet dans le sac de Zoé, elle l'a prévenue. Quand l'autre est venue crier au vol pour les faire punir, elle lui a dit : "Je t'ai vu le mettre". Fin de la discussion.
Mais deux jours de bande passante quand même, et ce toute l'année....Si c'est pas des comportements pervers ça...L'autre jour, elle a demandé à ma fille de la mordre...non mais je rêve...
(...)
Non Madame, on parle d'une gamine qui chercher à en pourrir une autre par tous les moyens possibles chaque jour qui passe, qui lui dit qu'elle n'a pas de cœur, la fait punir, la culpabilise, dépose des mots insultants sur son bureau, ça n'a rien à voir.
Je ne le verrai pas comme pervers. Un gamin qui a peur de/ne sait pas demander de l'attention, il la provoque. On ne lui a pas appris à demander. Il y a beaucoup d'adultes qui fonctionnent sur le même schéma. Une histoire de confiance Smile . En soi, en l'autre...

Par ses conneries, la petite existe aux yeux des autres. D'où l'histoire du cadre, elle ne devrait pas avoir besoin de faire des conneries pour exister aux yeux des autres. Mais ça il faut le dire à ses parents, et pas sûr qu'ils l'entendent ...

C'est peut-être aussi un passage obligé à cet âge là. Comprendre qu'on est pas tout-puissant et que l'autre a des limites. Je le vois avec mon grand. Chez sa mère, il est l' "homme de la maison", et elle le responsabilise trop envers son frère et sa sœur. Il leur donne des ordres. Chez moi, il est à sa place : il est l' "ainé de la fratrie". Il ne leur donne pas d'ordres, ce n'est pas son rôle mais le mien.

lechalote a écrit:Il y a ce déni de la part des adultes qui rend tout merdique. On ne harcèle pas en entreprise, on ne harcèle pas à l'école, ça me semble simple pourtant comme équation.
Je ne le verrai pas comme du déni, mais comme une habitude. Les gens sont habitués à la violence, elle leur apparait comme la norme. Quant à dire qu'on ne harcèle pas en entreprise ... je ne suis pas convaincu, de par plusieurs expériences Razz Wink . Alors à l'école ... Je discutais l'année dernière avec une professeur de collège/lycée. Les adultes entre eux, dans cette même corporation, se harcèlent. Genre un service demandé par culpabilisation.

Je lis aussi ce sujet sur ZC (lien). C'est courant ...

lechalote a écrit:Quand les élèves ont écrit une lettre collective pour demander à un gamin d'arrêter d'étrangler les autres, qu'ils ont remis à la mère et au directeur, ce dernier est venu dans la classe : Il faut lui pardonner, il est hyperactif.
Ça dépend des gens. Dans le cas de mon fils, il m'a dit que le directeur était venu dans la classe et avait passé une méchante soufflante en disant que ces comportements étaient inacceptables, sans nommer les gamins. Et que cela devait s'arrêter immédiatement. Ce directeur ne paye pas de mine. Je veux dire, c'est quelqu'un de charmant de par les rapports que j'ai pu avoir avec. Mais il est aussi craint des gosses, il fait respecter son autorité.

lechalote a écrit:Joseph
Mouais bon ... Pas fin le directeur hein ? Wink . C'est son rôle de placer les limites aux enfants, et de faire respecter son autorité.

lechalote a écrit:Après ça, t'as vaguement l'impression d'avoir couru trois marathons. Mais quoi, laisser le truc gonfler, s'amplifier, pour que tout ce petit monde se défoule pépère et s'achète une conscience et une belle image sur le dos de ma fille?
Nada. Ras le bol.
J'ai l'impression que tu vois l'école comme "bonne", et que tes illusions sont en train de s'envoler ?

Ça va mieux, d'avoir sorti ta colère ? Smile

Perso, je vis le même truc en ce moment avec la mère de mes enfants. Son regard change à elle aussi. De par ce que j'ai vécu de tout mon parcours scolaire, tant vis à vis des enfants que des adultes, je n'ai pas une bonne image de l'école. Depuis très longtemps. La mère de mes gosses ne l'a jamais compris. Là, elle s'est frittée avec l'instit de mon grand. Mon moyen a une instit un peu space, et qui a mauvaise réputation. Ben oui, l'école, ce n'est pas forcément tout beau tout propre, et on a intérêt à faire gaffe à nos gamins. Ce n'est pas de la méfiance, juste un œil bien ouvert sur ce qui se passe. La vie en société quoi Smile

lechalote a écrit:Au moins, dans notre nouveau patelin, je n'aurais pas vu les mômes prendre l'eau depuis la maternelle et couler sous la houlette d'adultes irresponsables et déphasés , je ne les connaîtrai pas du tout, ça me fera des vacances. Cool
Espérons le ! Smile[/quote]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Sam 27 Juin 2015 - 14:31

Aimant a écrit:
lechalote a écrit:J'ai repris! E avec quel bonheur si tu savais! Le sanskrit, l'anatomie, les postures, les textes, j'en ai pour mille ans à apprendre!!!!
J'imagine Smile . Comment se passe cet apprentissage ? Sous quel forme je veux dire ?

Des cours en quatre ans, le week end avec des stages et des examens à la fin de chaque année. Donnés par des profs certifiés par l'IFY. Des études quoi!

lechalote a écrit:
Aimant a écrit:Sa déception était trop forte ?
Mpffff, son égo était trop fort, son estime de lui trop basse, comme d'hab, mais je suis pas psy et il ne m'intéressait vraiment pas...
Aimant a écrit:Comme d'hab car classique pour toi ?

Malheureusement classique des gens qui manquent d'une confiance fondamentale (éducation ou autre) et qui compensent par l'égo...Et celui qui n'a aucune estime pour lui-même ne peut pas en avoir pour les autres les 3/4 du temps, c'est malheureusement basique...


Aimant a écrit:Je le vois un peu pareil. Une sorte de détachement et de capacité à encaisser les coups, pour le bien de tout le monde. Mais les gens le prennent en général pour ... du mépris ou du dédain (leurs projections...). Et ils tentent de s'acharner alors. Ils comprennent mieux quand j'arrête les frais et dis non, comme le disait Cleore plus haut. Poser des limites aux gens ...

Comment en êtes-vous arrivés à comprendre cela ? Et comment le vivez-vous/gèrez-vous ? Question vaste et ouverte. Ceci dit, vos retours m'intéressent Smile

Harcèlement pro pour mon mari et moi, qui nous ont laissé chacun au fond du trou avant de piger ce truc simple : les autres n'ont de limite que celles qu'on leur met. Corolaire : si on ne s'apprécie pas assez, on est une proie trop facile pour le premier crétin qui passe avec un peu d'assurance.

Aimant a écrit:Tu boostes l'estime de ta fille, c'est cool Smile . J'ai lu que beaucoup de mères/filles étaient "en compétition". Ça peut expliquer les comportements de l'autre petite.

Bin vu ce qu'elle s'était fait ratatiner son estime (chui pas jolie, je suis bête, je ne vaux rien), plus les maux de ventre/de tête/ et même le médecin qui a cru à une appendicite, oui, j'ai compris que ça urgeait de mettre des mots sur ce qui se passe. L'avis des autres ne concerne qu'eux, ils en changent comme de chemise, et surtout, leur violence n'a rien à voir avec ce que tu es mais avec leur propre détresse sûrement à la maison. La seule chose à faire : ne pas les croire, et se protéger. Et aller uniquement vers ceux qui nous font du bien. Tout le temps. Un coup gentil, un coup méchant, c'est pas bon, faut partir. Après, pour l'autre gamine, j'ai essayé d'aider en mettant des limites, et le rectorat a du monde pour entendre les harceleuses.

lechalote a écrit:Le lendemain, je ne m'étais pas trompée, et quand elle a vu le bracelet dans le sac de Zoé, elle l'a prévenue. Quand l'autre est venue crier au vol pour les faire punir, elle lui a dit : "Je t'ai vu le mettre". Fin de la discussion.
Mais deux jours de bande passante quand même, et ce toute l'année....Si c'est pas des comportements pervers ça...L'autre jour, elle a demandé à ma fille de la mordre...non mais je rêve...
(...)
Non Madame, on parle d'une gamine qui chercher à en pourrir une autre par tous les moyens possibles chaque jour qui passe, qui lui dit qu'elle n'a pas de cœur, la fait punir, la culpabilise, dépose des mots insultants sur son bureau, ça n'a rien à voir.
Aimant a écrit:Je ne le verrai pas comme pervers. Un gamin qui a peur de/ne sait pas demander de l'attention, il la provoque. On ne lui a pas appris à demander. Il y a beaucoup d'adultes qui fonctionnent sur le même schéma. Une histoire de confiance Smile . En soi, en l'autre...

Par ses conneries, la petite existe aux yeux des autres. D'où l'histoire du cadre, elle ne devrait pas avoir besoin de faire des conneries pour exister aux yeux des autres. Mais ça il faut le dire à ses parents, et pas sûr qu'ils l'entendent ...

C'est peut-être aussi un passage obligé à cet âge là. Comprendre qu'on est pas tout-puissant et que l'autre a des limites. Je le vois avec mon grand. Chez sa mère, il est l' "homme de la maison", et elle le responsabilise trop envers son frère et sa sœur. Il leur donne des ordres. Chez moi, il est à sa place : il est l' "ainé de la fratrie". Il ne leur donne pas d'ordres, ce n'est pas son rôle mais le mien.

A ce stade, j'ai fait mon job, j'ai alerté (pour cette enfant aussi) et préservé ma fille. De mon point de vue, la môme a réellement des comportements pervers (zéro empathie, si elle est gentille un jour elle se défoule le lendemain, accuse les autres de tout, ment, dit des horreurs, vole, zéro limite et aucun regret. Quand elle en exprimé une fois, c'était pour y revenir de plus belle le lendemain, sur un truc encore plus tordu. Et ne lâche jamais, jamais jamais). La mère a tout nié, puis m'a menacée de porter plainte en diffamation, et après le passage du rectorat, elle est allée offrir des bonbons à ma fille devant toute la classe et le directeur. Bin voyons. Et moi, je suis Sainte Thérèse de Lisieux.
C'est vrai que "pervers" c'est un vaste débat de mots, mais quelle que soit la qualification, le résultat est le même face à ce genre de comportement. A celui qui se prétend ton ami, t'insulte et te maltraite : dire non et stop en boucle, et se protéger.
D'expérience, je sais que ça ne laisse pas d'autre choix que couper le contact.
Personne ne lui pose de limite, c'est dramatique pour elle quelles que soient les raisons. Je suis convaincue que "nul n'est méchant volontairement" et qu'elle n'a que cette stratégie à se disposition pour entrer en contact avec l'autre.
Mais j'ai connu la pitié dangereuse, et  aujourd'hui je ne me ferai plus avoir. Ce qui compte, c'est que ma môme, elle, a compris qu'elle devait s'en protéger.


lechalote a écrit:Il y a ce déni de la part des adultes qui rend tout merdique. On ne harcèle pas en entreprise, on ne harcèle pas à l'école, ça me semble simple pourtant comme équation.
Aimant a écrit:Je ne le verrai pas comme du déni, mais comme une habitude. Les gens sont habitués à la violence, elle leur apparait comme la norme. Quant à dire qu'on ne harcèle pas en entreprise ... je ne suis pas convaincu, de par plusieurs expériences Razz Wink . Alors à l'école ... Je discutais l'année dernière avec une professeur de collège/lycée. Les adultes entre eux, dans cette même corporation, se harcèlent. Genre un service demandé par culpabilisation.

Je lis aussi ce sujet sur ZC (lien). C'est courant ...
Que ce soit courant n'en fait pas quelque chose d'acceptable pour autant... Wink Il y a des tas de choses très courantes qui sont totalement inacceptables, comme la corruption, le fait de taper sa femme ou son môme, lui hurler dessus, et des millions d'autres. Il me semble qu'on commencerait pas donner des bases aux enfants, et quelques limites comme évoqué plus haut, ça serait déjà pas mal. Dans le cas présent, on ne fait que transmettre cash la loi du plus fort et celle du pas vu pas pris. En 2015, en France, on aurait pu espérer mieux...mais je suis idéaliste peut-être :-) Tellement que je me suis posée la question de les déscolariser, tant cela heurtait mes valeurs.
Quant au harcèlement en entreprise, cf + haut....

lechalote a écrit:Quand les élèves ont écrit une lettre collective pour demander à un gamin d'arrêter d'étrangler les autres, qu'ils ont remis à la mère et au directeur, ce dernier est venu dans la classe : Il faut lui pardonner, il est hyperactif.
Aimant a écrit:Ça dépend des gens. Dans le cas de mon fils, il m'a dit que le directeur était venu dans la classe et avait passé une méchante soufflante en disant que ces comportements étaient inacceptables, sans nommer les gamins. Et que cela devait s'arrêter immédiatement. Ce directeur ne paye pas de mine. Je veux dire, c'est quelqu'un de charmant de par les rapports que j'ai pu avoir avec. Mais il est aussi craint des gosses, il fait respecter son autorité.

Mouais bon ... Pas fin le directeur hein ? Wink . C'est son rôle de placer les limites aux enfants, et de faire respecter son autorité.

On est parfaitement d'accord, pas fin, pas à sa place et parfaitement lâche ce directeur, et du coup, dangereux pour les mômes qu'il encadre...

lechalote a écrit:Après ça, t'as vaguement l'impression d'avoir couru trois marathons. Mais quoi, laisser le truc gonfler, s'amplifier, pour que tout ce petit monde se défoule pépère et s'achète une conscience et une belle image sur le dos de ma fille?
Nada. Ras le bol.
Aimant a écrit:J'ai l'impression que tu vois l'école comme "bonne", et que tes illusions sont en train de s'envoler ?

Ça va mieux, d'avoir sorti ta colère ? Smile
Tu as raison, j'avais plutôt confiance dans l'école et je suis furax.
Oui ça m'a fait du bien de lâcher tout ça  sunny

Aimant a écrit:Perso, je vis le même truc en ce moment avec la mère de mes enfants. Son regard change à elle aussi. De par ce que j'ai vécu de tout mon parcours scolaire, tant vis à vis des enfants que des adultes, je n'ai pas une bonne image de l'école. Depuis très longtemps. La mère de mes gosses ne l'a jamais compris. Là, elle s'est frittée avec l'instit de mon grand. Mon moyen a une instit un peu space, et qui a mauvaise réputation. Ben oui, l'école, ce n'est pas forcément tout beau tout propre, et on a intérêt à faire gaffe à nos gamins. Ce n'est pas de la méfiance, juste un œil bien ouvert sur ce qui se passe. La vie en société quoi Smile

J'apprends... Smile

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Zebraskaroll le Sam 27 Juin 2015 - 21:35

Aimant a écrit:Zebraskaroll a écrit:
Pour la mémoire, ça on y peut rien, il y a vraiment des jours où j'aimerai ne pas me souvenir avec autant de détails, surtout les détails émotionnels, parce que ce n'est pas qu'une mémoire visuelle ou auditive, c'est une mémoire totale, comme si je revivais l’événement et franchement parfois c'est pénible. Moi aussi je rumine les incohérences, généralement ça fait BAM à 3h du matin et me voilà assise dans mon lit les yeux grands ouverts. Je crois que je n'admettrais jamais la méchanceté gratuite, surtout de la part d'un adulte.

Tu assimiles les incohérences à la méchanceté gratuite ?

En fait oui et non. J'ai également subit un harcèlement de la part de mon Directeur qui est un véritable roi de l'incohérence volontaire. Il dis faut faire blanc, tu fais blanc, il te dit "je vous avais dis de faire noir"! Il rajoute, "peut être que vous ne vous en souvenez plus, j'ai pourtant étais clair, à moins que vous ne compreniez pas ce que je vous dis"...

J'appelle cela 1 essayer de me faire croire que j'ai autant de mémoire qu'un poisson rouge !
2 me dire clairement et simplement, "ma pauvre fille t'est vraiment débile" affraid

Après il y a également les merveilleuses subtilités, quand la parole sonne faux, quand le visage exprime l'opposé des paroles, quand le regard est fuyant, quand tu lui demande d'être plus clair, qu'il te répond "oui oui" et qu'après il continue sans expliquer quoi que ce soit...

Tout ça et bien d'autre chose tu les délit, relit, tourne et retourne pour essayer de comprendre l'incompréhensible et tout à coup du sort de son discours, tu ne regardes plus que ces actes et là ça fait "BAM"

Alors oui ce sont des incohérences assimilées à de la méchanceté gratuite, ou au plus qui lui sert à lui pour nourrir son égo surdimentionné.

Aimant a écrit:Zebraskaroll a écrit:
Je ne suis pas certaine qu'il n'y ai que deux choix, l'amour ou la peur. J'utilise depuis peu l'indifférence. J'ai appris, cela n'est pas naturelle chez moi. Et franchement, l'indifférence ça fait du bien. Smile
Perso, je relie l'indifférence au mépris de l'autre. Et je ne peux pas être méprisant envers quelqu'un, je n'en vois pas l'intérêt. Je vois là de la violence gratuite.

Telle que tu la décris, ça semble correspondre chez moi au "cassage du lien" avec la personne. Je fais sortir la personne de ma vie, ce qui fait que je n'ai quelque part plus d'attentes envers elle, donc peu m'importe ses réactions ou agissements. C'est en ce sens que tu voulais le dire ?

Tout à fait, alors peut être que l’événement harcèlement est encore un peu frais pour que j'arrive à avoir une vision plus généraliste, mais en effet, maintenant quand quelqu'un cherche à me nuire ou à nuire à ma petite famille et qu'il n'entant pas mes arguments que je peux reformuler autant de fois que nécessaire, je me dis ce n'est pas qu'elle ne comprend pas c'est qu'elle ne veut pas comprendre, aussi aucun intérêt de s'épuiser à argumenter ==> Cassage du lien, Toi et moi on a plus rien à voir ensemble. T'approches plus et je te fous la paix. Ce que tu dis à partir de maintenant et rien c'est pareil.

Oui je sais cela peut sembler violent, mais honnêtement ça arrête toute tentative de harcèlement direct.

Lechalote a écrit:
Il y a ce déni de la part des adultes qui rend tout merdique. On ne harcèle pas en entreprise, on ne harcèle pas à l'école, ça me semble simple pourtant comme équation.

Avant il y avait certainement trop de violences physiques et d'agressions verbales. Aujourd'hui, elle est devenu cachée, invisible, sournoise et perverse, la violence psychologique me semble la pire des violences. On en parle encore peu, il y a très peu de lois qui existent et elles sont difficilement applicables. Ce n'est pas une agression ponctuelle, c'est tout un processus pervers qui est en place. Que ce soit à l'école ou en entreprise, la victime est souvent amenée à paraître le bourreau, tandis que le bourreau se fait passer pour la victime. C'est particulièrement impitoyable comme processus. Ce qui peut encore nous sauver ? L'instinct. Faire confiance à son instinct est très certainement notre meilleure arme accompagné d'une connaissance du processus pervers.

Zebraskaroll
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 67
Date d'inscription : 17/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par lechalote le Sam 27 Juin 2015 - 22:29

Zebraskaroll a écrit:
Lechalote a écrit:
Il y a ce déni de la part des adultes qui rend tout merdique. On ne harcèle pas en entreprise, on ne harcèle pas à l'école, ça me semble simple pourtant comme équation.

Avant il y avait certainement trop de violences physiques et d'agressions verbales. Aujourd'hui, elle est devenu cachée, invisible, sournoise et perverse, la violence psychologique me semble la pire des violences. On en parle encore peu, il y a très peu de lois qui existent et elles sont difficilement applicables. Ce n'est pas une agression ponctuelle, c'est tout un processus pervers qui est en place. Que ce soit à l'école ou en entreprise, la victime est souvent amenée à paraître le bourreau, tandis que le bourreau se fait passer pour la victime. C'est particulièrement impitoyable comme processus. Ce qui peut encore nous sauver ? L'instinct. Faire confiance à son instinct est très certainement notre meilleure arme accompagné d'une connaissance du processus pervers.

C'était un peu beaucoup le fond de ma question.
J'ai découvert cette perversion il y a 5 ans en entreprise, mon mari aussi, et je suis atterrée de la voir à l'école.
En 20 ans d'expérience professionnelle, je ne l'avais pas vécu de cette façon (même si j'avais rien vécu de "tendre" en entreprise, et vu beaucoup de harcèlement, de la violence pure, mais ça n'était pas "ça", pas cette manipulation psychologique.), je le vois de plus en plus souvent. Et maintenant, ça deviendrait une norme pour nos enfants dès leur scolarité...ça me terrifie. D'avoir dû leur enseigner si tôt le fonctionnement pervers pour qu'elles puissent le comprendre et s'en prémunir, celui où la victime devient coupable comme tu dis, ça m'a déboussolée, et ça me terrifie. Réellement. Aucun échappatoire, c'est parole contre parole, et à ce jeu le le manipulateur est le plus fort.
Et c'est en effet notre instinct qui nous a fait dire encore récemment: "zéro sms, zéro contact, et zéro explication".
Une fois qu'on a connu ça, tous les clignotants fonctionnent parfaitement et s'enclenchent quand les signaux son alignés. Je n'avais juste pas imaginé que j'allais devoir l'enseigner à mes mômes dès la primaire.
Mais je dois reconnaître qu'une partie (pas tous heureusement) du corps enseignant semble rompu à l'exercice depuis longtemps...pour ce qui me concerne, je découvre ces règles là avec stupeur encore une fois.

Je ne peux que citer l'exemple où une gamine a déboîté le genou de ma fille après l'avoir insultée (CM2 quelque chose comme salope ou espèce de pute je crois) puis m'a expliqué que ma fille avait tenté de l'étrangler. 3 semaines de béquilles avant les vacances. Le plus beau, c'est que l'instit est venue spontanément plaider sa cause, puis s'est retournée contre ma fille (faudrait pas que l'école perde ses précieux points au rectorat). Le re-plus beau, et là où ça devient pervers, c'est que la gamine à la rentrée en 6ème disait à tout le collège qu'on avait porté plainte contre elle (j'aurais dû punaise!)! Faut dire que j'avais eu le malheur d'informer sa mère par écrit des inslutes qu'elle proférait depuis des semaines et de ce qui venait de se passer...Croyez-vous qu'elle ait essayé de comprendre? Pour toute réponse j'ai eu un "je ne crois pas un mot de ce que vous dites, mais j'ai puni ma fille". Bravo madame! voilà un bel exemple  de grand n'importe quoi dans le texte!
Aujourd'hui encore la sainte Nitouche au serre tête continue de frapper et d'insulter sa "meilleure amie" qui fait pourtant deux têtes de plus qu'elle...3 ans que ça dure les "enfantillages" et personne pour s'en émouvoir...
Si seulement les adultes avaient la moindre idée du tort qu'ils font aux enfants en cautionnant leurs actes, en raisonnant à l'envers, en les incitant à continuer. L'impunité totale en somme.

J'hallucine...et je ne vis QUE ce genre de situations depuis au moins trois ans...je suis épuisée. Alors maintenant, fini, je ne fais plus dans la dentelle. S'il faut alerter le rectorat, porter plainte, pour l'école ou prendre un avocat, aller aux prud'hommes pour le travail, hé bien on y va. Charité bien ordonnée...Une fois c'est de ta faute, deux fois, c'est de la mienne...

lechalote
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 103
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 42

Revenir en haut Aller en bas

Re: Enfant précoce et relations à l'école et au collège, votre expérience?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:20


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum