Sous le porche

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Ven 19 Oct 2012 - 11:34

J'ai très souvent l'impression de vivre dans la crise, d'être crise alors même que le monde est tel que je le fais. Les mots difficile(s), lent(s), bête(s) me collent à la peau. Je manque de temps pour penser et pour des raisons obscures j'ai pourtant l'impression de ne faire que ça. Lorsque je me demande si je peux dire qu'un système est basé sur des principes, je ressens comme le besoin irrépressible de trouver un moyen d'en faire la preuve. Et je me perds toujours. Peut-être qu'il suffirait de savoir si moyen est le mot approprié. Une crise. Et crise, que peut bien signifier ce foutu mot ? son origine?
Je me perds, et puis comme une autre crise survient l'instant d'après je n'ai plus à me soucier (pour l'instant) de l'origine. Et pourtant elle revient toujours. Avec la même hébétude. La crise. Le coma.
Coma? comment un m peut-il autant changer le sens d'un son ? Pourquoi passe t on du sommeil profond aux deux points, à la variation infime d'une note, et à un papillon de la famille des hespéridés? Un papillon de soir ?
Je n'arrive pas à dormir. Mon linge est encore en train de sécher laborieusement un peu partout dans mon appartement alors que tout doit être sec demain à mon départ. Tout ça parce que je n'aime pas les lavomatiques. Etrange principe, principe idiot. Fausse croyance parce que ça ne sèche pas. Et pourtant ça sèche.
Léa m'a montré des images de bébés sans cerveau. "même pas des animaux physiologiquement parlant, comment s'appelait le poulet sans tête ?" on a ri.
Surement une histoire de paradigme. On a parlé des rêves lucides, elle me dit que parfois elle essaye de s'envoler lorsqu'elle doit fuir un truc, mais que ça ne marche pas très bien. (elle rajoute que de toute façon, le plus souvent elle se voit de l'extérieur alors dans le rêve, ça n'est pas elle, du coup elle ne se sent pas concernée) je lui dit que c'est parce que c'est une situation de fuite. On ne ne peut pas voler correctement si on a peur d'échouer jusque dans sa fuite, et comme dans les rêves les choses que l'on pense se réalisent.. Si on sait qu'on peut voler, on peut aussi s'abstenir de fuir.
Mais qui croire ? Peur ?
Conseillère avisée: toujours on se réveille.
J'ai envie de connaitre la nature des mots, pourquoi diable y'aurait il un oiseau dans avisé ?


florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Ven 26 Oct 2012 - 2:43

ce soir je décidais d'errer. un groupe d'êtres attira mon empathie, et je les abordais en toute vérité: méfiance affichée de leur part, humour généraliste comme si malgré mes efforts je méritais d'être "autre". J'erre et ne suis plus moi parce qu'expulsé par leur présence. Ils sont la scène, je me dois de rester spectateur, pour que leur rôle soit, parce que de toute façon je ne sais pas faire acte de présence.

une belle rencontre, de leur part, ne saurait sonner entièrement, justement parce que leurs interfaces saisissent. Mais ils ne sont pas obsessifs, il faut payer de sa personne pour se glisser dans leur temps.

mais ils ne voient rien, ils sont ivres.

Alors on ne sait ou l'on va ou en tout cas on s'en fout.

super. pourquoi se fier à soi quand l'autre nous tend ses certitudes pseudo rassurantes ?

je me fatigue.

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Bliss le Ven 26 Oct 2012 - 6:56





Bliss
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 12125
Date d'inscription : 11/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Mar 25 Déc 2012 - 1:34

Les pupilles sont des gouffres sans fond, et les gens sont avides, ils se remplissent dès lors qu'on les regarde. Ils se remplissent forcément parce que je me vide si je les regarde dans les yeux. alors je crois que ce sont eux qui me font fuir mon corps et qui m'aspirent. Sinon j'aurais trop peur.

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Guest le Ven 28 Déc 2012 - 19:15

bisous à "mon Orange à moi". Chez moi, c'est affectif, le "mon" ou le "à moi", je sais bien que la possession ou le désir de possession de l'autre est tout sauf sain(e).

J'aime bien te lire, même si je sens encore beaucoup de colère.

Guest
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Sam 29 Déc 2012 - 1:24

merci tongue

je ne suis en colère que contre moi même, contre les déficiences récurrentes, contre le décalage aussi, contre les abysses de la mémoire

rah, contre tout lorsque le coeur ne marche plus.


florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Guest le Ven 5 Avr 2013 - 0:58

Je sais pas ce que t'en penses mais un garçon rencontré en HP "spécialiste" des rêves m'a dit que fallait les écrire, les relire, les écrire, les relire, sans rien chercher comme interprétation, que nos neurones faisaient le boulot tout seul.

What do u think?

Guest
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Ven 5 Avr 2013 - 1:05

s'entrainer à écrire ses rêves permet surement de rêver plus, d'etre plus à l'aise, et pour les gens qui font de mauvais rêves c'est pârfait on finit par ne plus cauchemarder (et ça change pas mal de choses sur la vie éveillée)

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Mer 26 Juin 2013 - 21:37

Il me manque une case, une de celles qu'on croit avoir le plus longtemps possible, celle qui fait que le monde est simple, même dans la complexité qu'on lui donne. Les amarres restent mais ne portent rien qu'une forme de préciosité et sans ces amarres il y a comme une fine pellicule qui vient se placer, comme à son avantage, entre le monde et le Monde. Le gouffre est trop béant et l'espoir trop friable. Le sincère est toujours pris avant la chute mais ne sert qu'à revenir en arrière, amonceler des restes. Si je prends tout trop à coeur c'est parce que mon coeur serait fatigué de ne rien prendre, et la chute est un fracas lorsque le pris , le réel ne fait plus vraiment de marque discernable. Peut-on se tenir là en sachant que l'on a tort en permanence? Comment une telle fluctuation cherche toujours à s'atténuer alors qu'on ne peut pas s'y résoudre? Pourquoi cette cission si flagrante? pourquoi je ne comprends pas ce qui a lieu ?

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Mer 18 Déc 2013 - 2:44

Pourtant est à la mer, et dans leurs airs les braves gens
-Ceux qui attendent sereins et savent s'en faire à temps-
comptent les grains de sable.

Et puis quand la mer monte la torpeur des imprudents
trempés par les vagues nouvelles se découvre stupeur
puis éclats de rires:

Demain les aurait pris de même, une heure auparavant.

Et la plage étrécie, au départ des passants
reprend toutes les empreintes de tous les pas.
Sourde de ces intrigues elle se pare d'échassiers
qui courent aux nouvelles: leur galop me rappelle
mais je ne sais dans quelle heure du jour:

Leurs oeufs en écrin sont au cœur des dunes.

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Envol le Mer 18 Déc 2013 - 7:53

Orange... (je ne te ferai pas le coup de 'La terre est bleue comme une...', merde, je l'ai fait quand même du coup.)
Alors, depuis quelques jours, je pense, tiens pas d'alertes ZC, et ce depuis des semaines maintenant.
Et ce matin levée vers 6h, je pense à toi et à Fusain.
Et te voilà sous le porche... ravie de t'entendre.
Une grosse histoire de vague m'a soulevée la nuit dernière,
et tu 'réponds' cette nuit.
Merci, c'est beau.

Envol
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 489
Date d'inscription : 02/03/2012
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Mar 7 Jan 2014 - 23:15

Me reviennent, précédentes, les expériences
Peu recommandables
Montagnes russes
Et un idiot
Planqué au fond de mes tiroirs
Tisse des liens
J’imagine qu’il ne sait pas ce qu’il fait

Le doute me rattrape
À trop tisser
Il finira par se croire malin
Recommandable

Et pour y mettre fin
Il lui faudra mentir.
Les liens ne seront
Plus aussi importants.

Me reviennent, précédentes, les expériences
Peu recommandables
Ma phrase était amputée
Ce serait malhonnête de mentir autant
Pour si peu
Pour si peu j’en échapperai
Sans doute

Le doute me rattrape
Peut être n’est-ce pas si peu
J’en pâtirai c’est sûr
Si je n’en prends note

Et pour y mettre fin
Un autre prendra la place
Les liens se feront
A peu près

Me reviennent, précédentes, les expériences
Recommandées ou non
Dans l’attente de votre réponse
Salutations distinguées
Signature, tampon
C’est un peu rigide non ?
Détendons nos muscles cela vaut mieux

Le doute me rattrape
Je ne suis pas tendu
A moins que les fils
Ne tiennent encore

Et pour y mettre fin

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Mer 8 Jan 2014 - 0:29

Et vous aussi monsieur partez
En un claquement de doigts
Je crois qu’il était d’accord
Toi aussi
(C’est vrai ça va pas être possible)

Mais attends
Aucune marque d’effraction sur la porte
L’auteur du sabotage

(T’auras rien du tout)

A enfin réouvert

(Quelqu’un veut regarder ou pas ?)

Prendre des nouvelles
Ça paraissait plausible
Une semaine est passée
De jour en jour.
Demain on a rien du tout
(Arrête de chialer)

(Non lui fais pas confiance)
J’appelle la police
(C’est un coup de Bernard)

Enfin l’coupable
(Sept images dix images)

Maintenant j’appelle la police
(Maintenant vous sortez ou j’appelle la police)

Cette personne a bien raison
Face à tout ça
Une semaine plus tard

(Le salon est sans dessus dessous)
Y’a plus rien
Comment ça plus rien ?
Quoi ?
Regarde ce que j’ai trouvé
Je m’attendais à quelque chose de plus moderne

Je suis obligé
J’ai plus le choix
Toi aussi

Vous êtes deux monstres
(Vous êtes deux monstres)
Si vous voulez tout savoir
Le ou la coupable
Un complot
Rouvrir l’enquête
Au revoir
Maintenant tu sors.

(Pour la coupe on fait quoi ?
(On s’en fout de l’anim)

Cette histoire est terminée

(Voilà)
(Tu fais quoi toi ?)
(Sur le plan d’après sûrement)


Figurez-vous
La tendance s’inverse
Le plus beau jour de votre vie
Leurs familles respectives
Trouvé dans la boite aux lettres
Super tard
Faire appel à des professionnels
Enchantés
Et vous monsieur vous ne dites rien
Et encore félicitations
En voir d’autres
Tu m’as fait peur

(Elle joue pas mal)

Hésiter

(Quand soudain)

J’crois pas au hasard
C’est pas grave t’aimes vivre dangereusement toi ?
Pour une simple histoire
(Moi aussi)
Quand on était jeunes

(Mon quoi ?)

Des détails à régler
(Vas-y)

J’étais pas sûr
C’est une très bonne chose
(blany)
(mais pourquoi tu mens pas ?)

De ses rêves
Ça va bientôt faire cinq ans
Dans votre sens
C’est pas raisonnable
J’vais vous laisser discuter de tout ça
À l’aura

La tradition
D’assez moderne
Pris dans les embouteillages
Ça porte malheur
Plus moderne
C’est un délice
‘Fin t’exagères

Vous en avez assez fait pour aujourd’hui !
Je savais que c’était pas une bonne idée
Je savais plus où j’en étais
C’est plus le même
Oui plutôt

Chui désolé
Se venger c’est pas possible
Un coup de foudre
Laisse moi.

Quand justement
(Ouvrir juste les)
(Ouais)
(Cimer)

Je vous le confirme
C’est vraiment pas mon truc
J’ai découvert que

(J’continue un peu)

(Les archives)
(Des p’tits trucs)
(Les slide les trucs les machins)

Son truc

(Vas-y balance)
Il a fallu deux mois
Ok

Emission du jour.
(Sinon on dort pas)
(Quelques positions)
(Pour faire un montage)

Et des personnes
Sur les réseaux

(Encore ?)

Sans aucune explication

Blablabla

Tu peux regarder ça s’il te plait ?

(C’est un peu mieux)
(Pas l’image de la fin)

À quelle sorte d’employé
C’était mieux comme ça
Quelques accessoires
Dans son sac
Allez file
Et merde pour ton premier jour
Je l’admirais aussi

Il est presque midi
(Trop tard)
Deux heures de retard
Il compte sur ce poste
Bien sûr qu’elles sont neuves
Allez-y

(Un truc en chantier)
(Y’a encore des trous dans tous les sens)

Pas de problème

(Non mais là il reste)

Quand je vous dis

(Non)

T’es tout tendu
(Pour avoir le mouvement)
Hors du bureau
Tu m’parles dans l’oreille on n’est pas discrets
Sa stratégie va payer
Pour le coincer

(il manque un truc là)

C’est extrêmement urgent

(Un truc de présentation)

Prévenir plus tôt
Toute la matinée
(Il faudra que ça chante un peu plus)

Excusez-moi c’est encore difficile
Pas le temps
Là dedans
Deux escrocs
Ces fameux documents
Bon ben on y va
La journée se termine.

(Aussi par contre)

(Au tout début)

Le lendemain matin
Cela n’est plus votre bureau
Au devoir de loyauté
Ne le saura jamais
Une sacrée mauvaise pub bien sûr
Commencer une nouvelle vie
(Oh non !)

(On n’est pas déçus avec eux)
Faire d’la télé
Devenir réalité
Des centaines
Double jeu
(C’est horrible de l’avouer)

C’est un lieu commun
(C’est faux)

Les extra
(Trois, quatre)
(Là)

(Je sais ce que je vais prendre par contre)

(Bon, bon bon bon bon bon ; très bien très bien)

Faire d’la télé
Dev’nir célèbre
Mener la grande vie quoi
Comme les stars
T’es malade où quoi ?


Allez à toute
(À toute)
Dans un bar branché
(C’est branché)
C’est pas la porte

Super cool
Sa nouvelle émission
J’peux v’nir ?
Avec plaisir
(De quoi ?)

Une occasion sincère
Deux jours plus tard
Je rêve ou quoi
T’as eu ça comment ?
Des centaines
Chui pas d’accord
Privatise carrément la boite de nuit

(Réponds !)
Yes !

Pour nous permettre

(ça me saoule)

En fin d’après midi
Les faire craquer.
Manger un truc et puis au lit.

(Quoi on n’a pas le bon?)
Faire un p’tit truc
Dis moi
On fait un apéro

Mais bon
Son p’tit manège
J’m’en fichais
(Au pif comme ça)

Avant minuit
(Après l’ouverture magistrale)
À demain

Toujours rêvé d’y aller
(Temporiser un peu avant)

Une super soirée
Une super bonne nuit
Trop géniale
Des stars partout
J’vais les poster direct
Comment t’as eu ça ?

Non mais laisse moi rire
Bravo
(Ouh !)
J’étais dégoûtée.

-------------------------------------------------------------------------------

Bah qu’est-ce qui t’arrive ?

Ben bon courage

Ton père voulait que tu réussisses tu réussiras
C’est des photos
T’es pas là
(Ça va ça ?)

Ça allait pas se passer comme ça
La véritable adresse
J’y croyais pas
Un petit peu forcer le destin
Non mais je rêve
Je vais te tuer
(Assez de tests déjà comme ça)

Qu’est ce qui t’arrive ?
C’est quoi ce sac ?
Tu peux m’expliquer ?
Tu me parles pas comme ça

(Tu veux pas l’faire en mode)
(Fond de couleur ?)
Le lendemain
Dans un café
(Fond gris)
(Sur une ligne)
Cette histoire de photo
(Sur fond gris)
J’avais tout perdu
Lorsque la veille


(Alors alors ?)
(C’est juste c’est du bricolage quoi)
(Faut qu’j’paye le loyer aussi)

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Mer 8 Jan 2014 - 6:00

Il y a toujours -comme aux aurores- l'infini que l'on n'accorde qu'aux songes
quand le réveil me dépose, quand encore endormie ta silhouette frémit en rêve.

Il y a toujours -comme au revers des choses- tout ce vaste qui m'invite quand tu me prends la main
et d'un baiser la scelle au détour de quelque chemin

Il y a toujours -comme dans nos jeux et rires- mille délicatesses dans tous les regards
j'en vacille d'aise dans ta chevelure

Il y a toujours -comme dans les guitares- le monde entier vibrant de ton geste,
monde où l'on aime croire en tout ce qui reste
et chantonner ensemble

Il y a toujours -comme dans les chouS- les vapeurs infusées celles qui attisent sans mots de petits feux secrets
en petites morsures sans âges

et en choucroucrages

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:43


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum