Sous le porche

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par B! le Lun 21 Fév 2011 - 21:16

bienvenue Luka!!!

B!
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1898
Date d'inscription : 16/07/2010
Age : 33
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Lun 21 Fév 2011 - 21:18

merci!

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par lynka le Jeu 1 Déc 2011 - 9:55

Happy beurzdééé Very Happy

Faut fêter ça... vendredi à la rencontre? Razz

lynka
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6408
Date d'inscription : 05/03/2010
Age : 32
Localisation : lost in limbo

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par ♥ El Castor ♥ le Jeu 1 Déc 2011 - 11:40

Bon anniv haut rang

♥ El Castor ♥
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2153
Date d'inscription : 05/03/2011
Age : 30
Localisation : X

http://www.zebrascrossing.net/t2312-spoilerusine-a-reve-ou-machi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Bliss le Jeu 1 Déc 2011 - 13:31



Like a Star @ heaven bom BON ANNIVERSAIRE LE POÈTE !! cherry Like a Star @ heaven


Spoiler:
Castor, y'avait aussi "Oh, range ta chambre". Huhuhu.

Bliss
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 12125
Date d'inscription : 11/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Dim 15 Jan 2012 - 16:28

oh mon dieu je me sens tout gêné de de pas avoir répondu à vos attentions!
Pour moi ce topic de présentation etait mort depuis longtemps, comme une fiche document administratif stocké en tiroir!

merci beaucoup en tout cas,c 'est adorable!

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Pulsifer du Cheshire le Mer 8 Fév 2012 - 1:19

Je ne possède pas l'art de m'étendre sur les posts de présentations,
mais je tenais à te dire que j'étais content d'avoir fait ta connaissance.

Courage, et garde l'espoir, c'est la seule chose que l'on ne peut pas t'enlever!

Pulsifer du Cheshire
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 705
Date d'inscription : 25/07/2011
Age : 35
Localisation : paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Mar 6 Mar 2012 - 13:01

Merci, c'est un plaisir de vous côtoyer ^^




florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Mar 20 Mar 2012 - 14:39

J'ai fait un rêve cette nuit

Nous discutions chère amie entre les tombes, un jour d'avril ou de mai. L'odeur de la pierre couvrait celle des morts; la n'était pas le propos. J'entendais des gens marcher, oraisonner dans le cimetière. Je volais des feutres de couleur, pailletés. J'allais derrière toi et te donnais ceux qui fonctionnaient encore; je savais que tu en avais besoin. Je devais tout me faire pardonner. Voler dans un cimetière était la moindre des choses pour te redonner le sourire des choses imprévues. Dans la ville attirés par le surréel onirique nous jetions notre dévolu dans les rues infimes; celles qui n'existent que jusqu'à ce que notre regard s'en sépare. Elles se perdent ensuite. Je ne te quittais pas des yeux, petite soeur, car je devais veiller sur toi, je voulais que notre marche s'arrête pour que nous bavardions du chemin, des choses du cosmos qui nous retiennent et s'accrochent à nos cils, nous sentant si prompts à fermer trop longtemps les yeux. Je voulais que notre marche s'arrête, car il y a toujours une chance de se perdre, dans un rêve où l'on désire parler. Nous approchâmes de l'école, nous y étions aussi, plus jeunes; doubles oniriques non encore possédés par le monde du dehors. Je ne m'y trouvais pas; tu y étais la même. il y avait ce poème, sur le mur. plus beau que les larmes de Baudelaire, plus grand que les couleurs affaiblies des formes du rêve. lisible comme gravé dans la pierre. Des jours enfouis aux lasses promesses, d'infimes errances aux parfums délabrés. C'est tout ce dont je me souviens.

Expier pour ce qui nous est arrivé, petite soeur; je prendrais sur mes bras quelques unes de tes cicatrices, pour les avoir comme tu les sens. mais perdre les mots qui nous permettent d'entrevivre; perdre ces mots me serait plus noir que de te savoir pleine de rancoeurs contre mes accidents.

Dans mes rêves nous sommes étrangers au monde, étrangers à nous même mais toujours ceints par les mots qui nous entrainent dans les discussions que l'on connait et qui nous tiennent ensemble petite soeur. J'ai toujours dans le coeur les noeuds terribles, toujours nos absences.

D'un triste sire à sa petite soeur
Que la vie te soit douce avec ou sans nos heures
Je ne saurais fermer les yeux
Sur les terreurs qui t'arpentent
Ne te déplaise, je tiens à nos jeux, tous.
Et me couvre de nos erreurs
pour qu'elles se réduisent en cendres
Laisse donc jouer le temps
Le vent et puis les rires imprévus
des choses neuves.

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Dim 1 Avr 2012 - 23:08

Que faire quand ça ne va pas, sans raison aucune ?

Couper? Rougir ? Arpenter? Tracer ? ça ne fonctionne pas.

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Jeu 5 Avr 2012 - 22:55

J'aimerais prendre une caméra, filmer les gens et leur demander, grâce à cette interface factice qui dans la vie me fait défaut, qui ils sont, et ce qui fait qu'ils se lèvent le matin, comment ils se sont habillés, le nombre de fois qu'ils pensent à des choses qu'ils sont surpris de penser; leur demander ce à quoi ils pensent lorsqu'ils ne sont pas là, ce qu'ils voient de la scène qui se passe devant nous, et s'ils pleurent, s'ils savent pourquoi ils pleurent.. Je ressens comme le besoin de comprendre les gens, mais je ne sais pas le faire, ça m'échappe tellement!

J'ai peur en les filmant de vivre en éponge, de ne pas savoir ou commence le vrai, ou il s'arrête, ou sera chacun et dans quel état, si la caméra qui me permettrait de voir les choses sous un autre angle, de les voir enfin ne sera pas l'instrument qui me montrera leur vérité tout en me confrontant au vide qui en moi la remplace...

est-ce mal? de demander de vraies choses aux gens ? est ce blessant? douloureux? agréable? la caméra est elle un cocon? un danger ?

j'ai besoin d'aide, de mots...

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Invité le Jeu 5 Avr 2012 - 23:07

.


Dernière édition par Loic le Sam 8 Déc 2012 - 13:06, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Jeu 5 Avr 2012 - 23:14

merci pour ta réponse, j'avais peur d'être seul, maintenant.

je ne sais pas poser ces vraies questions aux gens; tout est trop loin, trop inaccessible. Mais la caméra est un lien, une interface qui fait exister, saisir un moment.... mais une chaine aussi, un garrot. elle peut prendre en otage, effrayer, capturer... alors que les choses sont les mêmes...

je crois que si je pose de vraies questions, de celles qui me hantent, à une personne filmée, alors nous pourrons parler de ces choses qui habituellement n'existent pas. mais c'est laisser tomber toutes les défenses, tous les ancrages qui font qu'on se relève de tout.. je ne veux pas faire de mal. je ne veux pas tomber de l'autre coté.

je suis réellement effrayé par ces perspectives, parce que ces idées me semblent dangereuses et belles à la fois.

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Envol le Jeu 5 Avr 2012 - 23:18

Fais-le ! Fais ce film avec ces questions, c'est magnifique ! J'ai déjà envie de le voir !
La caméra n'est qu'un outil et l'art un passeur, passons ! Passons !!!
Je ne déconne pas, ça me touche vraiment...

Envol
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 489
Date d'inscription : 02/03/2012
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Envol le Jeu 5 Avr 2012 - 23:19

Pardon, mon post vient en même temps que ta réponse, un peu décalé donc... !

Envol
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 489
Date d'inscription : 02/03/2012
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Jeu 5 Avr 2012 - 23:21

j'ai peur, peur de tout me prendre en pleine figure. leur souffrance, leurs larmes, leurs yeux, qui passeront à travers l'oeil unique de la caméra pour tout tordre.

j'ai peur de faire du mal en posant des questions que les gens n'aiment pas saisir, parce qu'elles sont béantes, douloureuses, épuisantes, si lourdes parfois. j'ai peur d'être maladroit, peur de ne pas savoir quoi faire devant tout ce nu

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Invité le Jeu 5 Avr 2012 - 23:26

.


Dernière édition par Loic le Sam 8 Déc 2012 - 13:05, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par siamois93 le Jeu 5 Avr 2012 - 23:32

J'ai un peu utilisé une caméra il y a quelques années mais j'ai arrete car j'ai pris conscience que filmer me coupait de la realite qui n'est pas qu'image ni sons. Parfois le toucher c'est bien mieux, selon ce que l'on veut communiquer. Et les odeurs manquent tellement aussi.
Bonnes expériences !

siamois93
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3069
Date d'inscription : 02/04/2012
Age : 49

http://taijiquan.neuronnexion.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Jeu 5 Avr 2012 - 23:32

j'ai toujours pris de la distance par rapport aux choses, et aux gens (oui, oui, je veux faire la distinction) mais je sais ce que je veux; je veux comprendre; et pour comprendre il faut s'approcher, il faut vivre...mon interieur ne me fait plus aussi peur, mais le monde (l'autre) est mille fois plus dense que moi. ça se voit dans ses yeux.

Qui êtes vous, Quels sont vos souvenirs? Si vous n'étiez pas ici, ou penser vous que vous seriez ? La mort est elle une pensée qui vous parle ? Que détestez vous aimer faire ? Auriez vous peur de quelqu'un qui vous ressemble ? En quoi croyez vous ? Pourquoi croyez vous ? j'ai tant de questions pour l'autre...

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Jeu 5 Avr 2012 - 23:34

siamois93 a écrit:J'ai un peu utilisé une caméra il y a quelques années mais j'ai arrete car j'ai pris conscience que filmer me coupait de la realite qui n'est pas qu'image ni sons. Parfois le toucher c'est bien mieux, selon ce que l'on veut communiquer. Et les odeurs manquent tellement aussi.
Bonnes expériences !

ce qui m'intéresse, c'est le pont que fait la caméra entre deux êtres. un pont qui implique un rapport qui ne me plait pas, mais un pont quand même.. ils sont trop rares, et si nous étions filmés, dirais-je la même chose ?

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Jeu 5 Avr 2012 - 23:58

un pan de ma vie vient de s'effondrer.
ce que je redoutais s'est produit, et c'est grave. infiniment grave. je n'ai pas les mots pour en parler. je dois voir quelqu'un, absolument, je dois trouver une issue, réparer les choses.

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Saphodane le Ven 6 Avr 2012 - 0:19

Je ne sais pas ce qui s'est produit de grave. J'espère que ça va s'arranger.

Ce que je sais depuis que je suis arrivée ici, c'est que tes questions à toi, que tu te poses, que tu poses, sont des questions qui me font peur ou que je me pose aussi. Oui, certaines de ces questions grattent le peu de calcaire qui recouvre un trou béant. D'autres aident à faire sortir le pus et à cicatriser plus sainement. D'autres encore sont des chatouillis qui manquent de se faire se pisser dessus.

Si je comprends bien, tu n'as pas tellement peur de les poser, ces questions. Tu as plus peur d'avoir à gérer les réponses pour toi-même. De pouvoir les absorber sans les faire tiennes ? De pouvoir les digérer sans entraîner de ras-de-marée dans ton intérieur ?... De quoi as-tu peur ?

Saphodane
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3002
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 31
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par florangeté le Ven 6 Avr 2012 - 3:04

je n'ai pas peur de me les poser, car elles trottent en permanence dans mes alentours.. mais que se passera t il si je les lance, sans prévenir, à une personne filmée ? j'ai peur d'avoir une influence, d'etre actif, toxique. j'ai toujours mis une distance entre moi et le monde, parce que j'avais peur de la marque du monde, et de marquer celui ci par inadvertance.

Mais la suite, pour exister, c'est l'action. ces action me paraissent belles parce qu'elles sont "communication" mais ne sont elles pas dangereuses pour ceux qui y seront confrontées? je connais les dégats que font ces questions, mais je sais aussi qu'elles sont importantes, qu'elles sont partie intégrante de mon existence. mais de la leur? dieu seul le sait..

florangeté
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 531
Date d'inscription : 19/02/2011
Localisation : Bordeaux

http://www.hotu.fr/page/atelier.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Saphodane le Ven 6 Avr 2012 - 12:27

L'on impacte forcément le monde, même par l'inaction. Il s'agit plutôt de la forme de cette action, positive ou négative. Non ?

Saphodane
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3002
Date d'inscription : 24/01/2012
Age : 31
Localisation : Metz

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Envol le Ven 6 Avr 2012 - 12:36

Salut Orange,
j'ai posté un autre truc cette nuit qui n'apparaît pas, ça me laisse perplexe, any way.

'mais que se passera t il si je les lance, sans prévenir, à une personne filmée ? j'ai peur d'avoir une influence, d'etre actif, toxique. j'ai toujours mis une distance entre moi et le monde, parce que j'avais peur de la marque du monde, et de marquer celui ci par inadvertance.'

Tu exprimes très bien les questions de bases, inhérentes à toute démarche artistique délicate, sensée et importante - dans le sens qui tiennent vraiment à coeur.

'sans prévenir' / La question du droit à l'anticipation de tes 'sujets' est importante. Ne pas être 'complice' de son sujet, c'est agir dans une forme de provocation. La provocation, certains y excellent, d'autres jamais. Ce que tu écris me fais penser que tu n'as pas vraiment envie d'être provocateur, mais plutôt de provoquer quelque chose. Aussi, une certaine forme de timidité peut être ressentie en face comme de la provocation : une façon maladroite de rentrer en contact.
As-tu besoin absolument besoin de faire 'sans prévenir' ? Peux-tu élargir la focale à l'idée de coopérer avec tes sujets autour de ce questions ?
Il n'y a aucun jugement en jeu, mes questions sont simplement là comme elles se sont posée à moi lorsque j'ai fait une série de portraits photographiques et littéraires : j'ai cherché un protocole pour m'y retrouver, ne pas altérer ma liberté, tout en respectant celle des mes sujets.
La question fondamentale serait : quel serait pour toi le protocole idéal pour pouvoir réaliser ce film ? La façon qui te mettrait en joie, avec une pression gérable ?

'J'ai peur d'avoir une influence, d'être actif, toxique.' Cette peur là est 'normale', elle est saine au début du processus. Elle est là pour t'indiquer ce que tu dois mettre au clair, entre toi et toi, pou pouvoir commencer. Elle est là pour te faire prendre conscience de tes inhibitions en d'autres termes.
Le protocole que j'avais trouvé pour la série était : je fais les prises de vue lors d'une rencontre sur le lieu de travail du sujet, ou plus précisément dans le cadre où nous nous sommes rencontré, sans jamais leur demander de poser. Pendant environ une heure, nous parlons, le contact se fait peu à peu, la personne s'habitue à l'appareil. Puis je travaille. Je présente ensuite le projet fini à la personne. Là, deux choix : soit elle valide, et me cède les droits sur son image pour ce projet précis, soit je range tout. C'est à dire que je ne travaille pas comme un journaliste qui ferait relire ses papiers, et corrigerait certaines choses en fonction de la sensibilité de la personne. C'est oui, ou c'est non. Si c'est non, je joue le jeu aussi : c'est le droit de la personne de ne pas valider, mais pas d'intervenir sur le contenu de ma création. Cette 'castration' là est saine, elle nous respecte l'un et l'autre.
Dans ce protocole, j'ai pris le temps de faire une bafouille que je leur soumets pour bien clarifier mes objectifs. Quels sont mes buts dans cette démarche ? C'est aussi se mettre à nu que de les dire, mais cette mise à nu est une espèce d'échange avec ceux que l'on va 'déshabiller'.
Parce que l'on peut devenir 'toxique' comme tu dis, dans la vie, lorsque nos objectifs ne sont pas clairs : les jeux de projections sont innombrables avec les personnes hyper-sensibles, et les procès d'intention toujours 'disponibles', les nôtres, les leurs.

'Avoir une influence, être actif' ça pourrait être une définition de la vie. Se poser la question montre une très grande conscience des enjeux, et une très grande sensibilité. Tu as le droit 'd'emmener' ça avec toi. Derrière ces peurs, se montre la culpabilité. Prendre le temps de rechercher la véritable source de cette culpabilité peut être un garde-fou vis à vis de la 'toxicité'. Parce que la culpabilité agit aussi comme un miroir, avec une complexité de facettes et de profondeurs innombrables. Un exemple : tu vas te sentir coupable de ne pas mieux faire, c'est à dire que tu vas te sentir mal de mesurer le fossé entre l'idéal d'une réalisation et la naïveté de la proposition (ce n'est pas la réalité, c'est un exemple). En face, la personne peut ressentir le malaise, mais n'avoir aucune de tes clé d'interpréation et va donc piocher dans ses propores références, et ses propres peurs : pourquoi est-il mal à l'aise dans cette situation simple ? Il est louche ? Il est tordu ? Etc. C'est l'histoire de l'ombre noire et de l'ombre blanche. Dans la réalité, ce qui nous fait nous sentir coupable, est très très intimes, et ne touche pas vraiment les autres. C'est un rapport à soi, qui nous fait ne pas nous sentir à la hauteur, alors que dans la relation, nous nous comportons de façon vraiment respectueuse envers l'autre. Mais ce back-ground agit, et agit malgré nous si nous n'en avons pas conscience. Quelque part, et vraiment inconsciemment (aucune accusation ici) nous mettons en jeu ce 'problème' pour qu'il sorte, mais souvent dans des cadres inappropriés, incapable de bien traiter le problème. Et le problème s'amplifie, et déplace les objectifs : il vient mettre la pagaille au premier plan et empêche d'avancer. La culpabilité profonde, c'est parfois d'être vivant, parfois d'être différent, parfois de se sentir inutile, inadapté. Parfois c'est une erreur commise il y a des siècles, que nous ne nous sommes pas pardonnée. Parfois c'est un jugement émis par une personne importante dans la société (prof, médecin, dirlo...) ou importante à nos yeux (famille, amis, amours, idoles...), que l'on n'a jamais osé remettre en question malgré la douleur infligée.
- Les vraies conneries que j'ai faites, quand je me suis vraiment mal comportée, m'ont toujours été pardonnées. Mais j'ai ancré ma culpabilité dans celles que je ne me suis pas pardonnée, et dans celles inventées par les autres, les fameux procès d'intention : avec le recul, j'ai été très dure avec moi, plus dure que tous les pires cons qui ne m'ont jamais comprise. Je les déteste d'avoir appuyé là, mais maintenant je comprends de quelle façon bien à moi et bien atypique je m'y suis prise pour être si vulnérable. -

C'est pourquoi je t'encourage à emmener tes doutes avec toi plutôt que d'entrer en lutte, d'en prendre conscience plutôt que de les résoudre/dissoudre, comme faisant parti du jeu, mais avec la conscience qu'ils doivent rester à leur place. Leur place est celle de la vie avec son mouvement permanent, qui fait que l'on ne peut être toujours à 100% sûr de faire exactement ce qu'il faut.
La question n'est pas de savoir si tu es toxique 'en général' (cette question peut être, je ne la mets pas en cause), mais si tu VEUX être toxique dans cette situation précise. C'est à dire si l'autre t'importe moins que toi-même. Or, ton envie de film montre que tu as ENVIE d'aller vers l'autre, vraiment envie. Chercher le comment, est le chemin de tout créatif. Et là, c'est carte blanche : tu peux tout inventer, dans le respect de l'autre... ET de toi même.

Lors du premier portrait, j'ai fait une erreur : j'ai présenté les tirages et le texte dans un lieu publique à mon modèle, dans une brasserie bondée. Et il s'est mis à pleurer beaucoup en les voyant. Il était bouleversé, et je n'avais pas du tout prévu ça. Je me suis vécu comme un monstre. Mais il a insisté : tu as touché quelque chose de si intime en moi, que j'ai l'impression de te connaître depuis toujours, c'est très fort. Mais je t'en supplie, ne te formalise pas de mes pleurs : montre ce travail, s'il te plaît, il est magnifique. Quelque mois plus tard, le portrait était placardé dans une capitale europpéenne, et l'expo fut formidable. Mais maintenant, je reçois toujours dans l'intimité les personnes qui participent à cette série, pour accueillir pleinement leurs émotions.

Ces analyses et témoignages sont les miens, peut-être valables, peut-être pas, mais dans le doute ( Wink je préfère te les livrer.

Si je prends le temps de te répondre, ce n'est pas parce que je suis une accro de l'art. Je ne me sens pas alliénée à mes créations, à mes inspirations, je peux y renoncer régulièrement si j'estime que c'est plus sain. Je n'ai plus peur de 'passer à côté'.
Je prends ce temps parce que la création est une véritable voie, un média entre nous et le monde, qui peut prendre toutes les formes. Et qu'en ce sens l'art, ou l'expression artistique, est un véritable outil pour mieux vivre, je pense particulièrement pour des personnes comme nous. Lorsque l'on trouve comment donner, les merveilles ne se font pas attendre, et elles sont infinies...

Un abbraccio

Envol
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 489
Date d'inscription : 02/03/2012
Age : 40
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sous le porche

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:00


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum