Dans les yeux de Circé

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Mer 28 Oct 2015 - 21:26


Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Jeu 29 Oct 2015 - 22:19


Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Lun 9 Nov 2015 - 14:18


Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Lun 9 Nov 2015 - 16:13


Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Lun 9 Nov 2015 - 23:42


Hylas et les Nymphes, John William Waterhouse, 1896

Texte...:
Les gens qui ont failli se noyer disent souvent que c'est une belle mort. Peut-être est-ce à cause du sentiment qu'on ressent, de cette possibilité de retrouver le paradis pré-natal, cette endormissement de la conscience au sein de l'eau. En quelque sorte, la fin rejoint le départ dans une boucle parfaite : on retrouve l'innocence dans la mort.

La chance d'Hylas est cependant bien plus grande. Il souffre cette mort au milieu des plus magnifiques créatures qui soient, les nymphes. Tant pis s'il ne la souhaitait pas, sa fin est là, inéluctablement diluée dans le charme de ces déesses naturelles. Dès lors peut-on s'interroger sur le sens de son décès, le simple baiser d'une nymphe peut-il la justifier ? Mais c'est une toute autre question me ronge pourtant. Est-il possible de continuer à vivre après avoir reçu cette divine caresse ?

Mais les nymphes ne sont pas, elles se contentent d'enchanter notre psyché et de mystifier tant le caractère absolu de l'amour que le côté interdit du désir. Mes nymphes à moi se sont évanouies dans un onirisme dévasté. Je suppose que j'ai cessé de les idéaliser, que leur amour a pris un caractère interdit et leur désir un côté absolu. Leurs étreintes sont devenues insipides, empreintes de nulle transcendance. Oh oui, souvent je jalouse Hylas de s'être laissé tromper. D'avoir su saisir cette chance à temps.

Circé, 26 octobre 2008

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Mar 17 Nov 2015 - 20:50

Au faîte des ombres, il y a parfois ces songes qui reviennent.

Je m’affale sur le lit et mes yeux se posent sur ses jambes. Elle est accroupie près de moi et je remonte lentement le long de son corps. Je vois ses lèvres douces puis ses yeux sombres qui me scrutent. Circé m’observe, et je ne saurais dire si son attitude est triste ou bienveillante. Je clos mes paupières et je me laisse bercer par l’amertume du doute. Mais j’ai besoin de savoir.

« Dis-moi, Circé, est-ce que je suis un monstre ? » Sa présence douce et envoûtante envahit ma tête, elle me prend et me saisit, me fait réagir. Sans s’exprimer pourtant, elle me sait et me définit. Son regard m’enveloppe et sans cesse me renvoie vers moi. Il n’y a que son chant de silence qui me transperce. Quand j’ouvre les yeux, je suis seul sur le lit. Jamais elle n’était là, mais toujours je la suis. Je me redresse et m’assois au bord du lit, je n’ai en mon for que ses mots qui se taisent.

Je suis un monstre à ma façon, Circé me l’a dit. Je ne peux pas les haïr puisque, foncièrement, le bien n’est pas fondé, c’est une croyance parmi d’autres à laquelle je m’accroche a contrario de mes expériences passées. L’honneur est une connerie à laquelle on se rattache pour ne pas devenir une baltringue. Si parfois le génie s’étale dans la crasse, il vaut mieux serrer les poings et les dents plutôt que de chercher à lui répondre. Ce qui compte ce n’est pas la teneur des mots, c’est leur enrobage. Il n’y a pas de raison à écrire pour être, seulement pour se manifester, projeter hors de soi l’image que les autres attendront de vous. Une ordure qui sourit pourfendra n’importe quel ange. Les anges ont tort de toute façon, ils n’existent pas.

Couvrez l’horreur et ils seront des dieux, couvez leurs erreurs et émerveillez-vous de leurs pas. Ils sont beaux, splendides et inhumains.

L’ombre de ses mots jamais prononcés résonne en moi. Circé est un monstre, elle n’existe pas, et je ne suis qu’un idéal éventré par la vie. Et il y a cet écho de non-raison d’être. Je me relève et me laisse gagner par un sourire. Je suis à part et je suis bien. A quoi bon jouer de mes charmes puisque je ne cherche pas à plaire. Je danse ma propre vie sans trêve ou concession, sans regarder ces sourires volés. Rapidement les éraflures sombreront dans les écueils du souvenir, sans rire, ni pleur et sans mépris. Je ne cherche pas à être, je n’en ai pas besoin, je suis indissoluble.

Je suis un monstre, Circé me l’a dit et je pense qu’elle a vu juste. Mais quand je contemple autour de moi, je crois que cet état me rend plutôt heureux.

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Lun 30 Nov 2015 - 21:06



La jeune fille et la Mort, Marianne Stokes, 1908

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par mypseudo le Mar 1 Déc 2015 - 23:23



http://editions-hache.com/luca/luca2.html

J'ai cru voir que tu aimais la poésie de l'errance... Ci joint quelques extraits de gherasim luca que tu connais peut-être... en mots et en chanson ! Monstrement beau... Wink

mypseudo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 533
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 42
Localisation : entre ici et là bas

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Mer 2 Déc 2015 - 0:52

Merci pour ces partages et pour faire vivre mon fil.

Je ne connaissais pas, mais je me considère comme profondément inculte vis à vis de mon potentiel, sans que cela soit de l'orgueil mais un froid constat au vu de mon savoir et de mon vécu.

J'ai préféré le poème à la chanson, même si ce registre n'est pas celui où je suis le plus à l'aise. L'expression "monstrueusement beau" est intéressante toutefois, la beauté ne germe que dans les monstres parce qu'ils sortent de l'ordinaire.

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par mypseudo le Mer 2 Déc 2015 - 1:20

Consciente de l'étendue de mon ignorance, je suis moi-même !...

Je profite de ce forum pour me nourrir des autres ! Si le monstre est beau, alors je veux bien en être !

En attendant, au détour de quelques rencontres, je souffle quelques mots vibratoires. Je est un autre parait-il...

mypseudo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 533
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 42
Localisation : entre ici et là bas

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Orphane le Dim 17 Jan 2016 - 6:39



Enid et Geraint, Arthur Hughes

Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Dim 17 Jan 2016 - 19:22

Merci. Amoureux

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Jeu 21 Jan 2016 - 0:19

Epilogue.

Il y a un peu plus de huit mois que commença cette aventure et arrive maintenant le temps de l’achever, et peut-être, pour la première fois depuis mon arrivée ici, de me livrer à nouveau. Exprimer mes ressentis et mes impressions sur cette drôle d’expérience, revenir sur mes mots de fantôme sans ailes parmi les zèbres zélés. Aussi je repense à ce premier message, là où tout a commencé. Ne cherchez pas, je l’ai effacé depuis.

Je suis arrivé ici sur une erreur, scorie d’une vie éteinte et d’une autre passion déchue, ne tenant en moi-même que par la consistance de ma silhouette qui veillait tant bien que mal à ce que je ne m’effondre pas. Je venais pour ne plus être, trouver des complicités qui m’aideraient à dépasser l’épave que je devenais. Je voulais ressentir, trouver des pairs et me sentir lié, n’exister plus par moi mais au sein d’une communauté. Je pensais avoir ma place ici, légitimement, c’est un forum pour surdoués, hauts potentiels, ou zèbres comme je pouvais le dire alors. Je voulais m’intégrer, rentrer dans la correspondance intime du monde que je côtoyais. Je voulais surtout ne plus me retrouver seul face au monstre que j’ai pu être. Celui qui est parti, et celui que de récents évènements faisaient renaître.

Me sentais-je pour autant à ma place parmi vous alors ? Evidemment que non. Beaucoup ici connaissent le syndrome de l’imposteur, mais ce n’est pas lui qui me rongeait. Objectivement, je n’ai jamais pu douter de mes capacités puisque j’en ai eu des preuves tangibles et formelles, et d’autres plus subjectives, et je ne pouvais pas avoir la fausse humilité de me croire idiot. Ce qui vivait en moi c’était le syndrome du traître, celui qui a gâché son potentiel ou ne s’en est servi qu’à de maigres fins. Mais quel devoir a-t-on de s’aimer si le Monde ne nous le rend pas, on ne souhaite que lui cracher à la gueule et le jauger avec mépris. J’avais conscience du caractère néfaste que cette approche pouvait avoir sur moi et je ne voulais pas retrouver son emprise, alors malgré mes douleurs, j’ai sauté le pas, je me suis inscrit et j’ai participé, espérant pouvoir m’ouvrir et mettre fin à ma délusion.

Y suis-je parvenu ? En partie, je l’espère, cependant cela ne s’est pas fait dans la fréquentation de ces lieux numériques mais par la rencontre de quelques personnes mal à l’aise, aussi pataugeantes que moi dans leurs essences, se désespérant de trouver autre chose ici que des coups de poignards à leur sérénité. Et pourtant, ces personnes je les juge brillantes, elles ont acquis une donnée essentielle qui nous échappe bien souvent, la valeur du doute. Doute de l’Humain et de l’absolu, extinction de l’égo dans une tentative désespérée d’adaptation à un monde qui le leur refuse.

Peut-on définir autrement l’intelligence que par les raisons qui font que la nôtre ne sera jamais que partielle ? Je ne le crois pas. Je pensais par exemple qu’une communauté savante ne pouvait que s’auto-modérer puisqu’elle est capable de juger que ce que dit l’autre doit être recevable puisque réfléchi. C’est un odieux raccourci que je faisais et auquel j’ai vite renoncé. Le potentiel intellectuel ne met pas fin à l’orgueil, à l’animosité ou aux gamineries, il ne confère guère plus une pudeur de soi ou un respect de l’autre. Croire seulement une telle chose possible est la pire de mes âneries.

Je ne me suis jamais trop livré après mes débuts parce que j’ai compris que ma participation était une supercherie, je n’ai jamais su me prêter aux jeux sociaux qui auraient été nécessaires, mais qui ne me correspondent pas. Je suis entré à la modération pour essayer de faire évoluer les choses, offrir un climat plus apaisé et serein à la discussion et aux conseils aux personnes qui en auraient réellement besoin. J’étais doté de plein de bonne volonté, je voulais vraiment faire quelque chose, mais mes illusions sont assez vite tombées, brisées par des décisions collectives qui échappaient parfois à mes principes, et peu à peu j’ai cessé d’y croire. J’en suis resté à faire mon travail de modération parce que c’était mon devoir.

Mais à quoi bon, aujourd’hui je n’ai plus de foi et ZC ne me parle pas. Je préfère consacrer mon temps à moi et pour les rares personnes que j’aime et qui tentent de me comprendre.

D’ici peu de temps, je pense prendre un congé définitif.

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Vincenz' le Jeu 21 Jan 2016 - 0:40

Long hug

Pour moi tu as ta place ici, et moi je ne t'oublierai pas après ton départ.

Même si ce message ne sert à rien, je ne peux pas m'empêcher de le poster... j'espère qu'il ne te dérange pas...

Vincenz'
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4490
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 22
Localisation : Pau

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Jeu 21 Jan 2016 - 0:42

Pas du tout, je n'ai pas demandé la fermeture de ce fil. Merci en tout cas. Smile

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Yul le Jeu 21 Jan 2016 - 1:12

On m'a souvent reproché de croire que tout le monde fonctionne comme moi.
C'est assez dur de saisir toutes les nuances de ce que "fonctionner" peut vouloir signifier.

Désolé de voir que tu ne te sentes pas à l'aise ici. Merci de m'avoir aidé à trouver le millionième message du forum.

Yul
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3939
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 32
Localisation : Dieppe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Jeu 21 Jan 2016 - 4:22


Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Gasta le Sam 23 Jan 2016 - 10:46

C'est ma première intervention sur ton fil. Je tenais à le faire car même si je ne te connais pas hors forum j'apprécie beaucoup tes écrits, ta façon d'être ici. Ce sera ton choix mais j'espère que tu auras envie de rester. C'est pour le plaisir de croiser des gens comme toi que je suis encore là quatre années après mon inscription.
Tu as quitté la modération, déçu ayant perdu tes illusions, je te comprends, je suis moi-même parti avec le même ressenti.
Pourtant là j'ai un espoir et tu vois de quoi je veux parler. Si les choses évoluent j'espère participer à offrir un climat plus serein, à une modération plus proche, à un dialogue plus sincère et plus courtois entre les membres.
J'aurais bien aimé que tu sois là avec nous...

Gasta
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3383
Date d'inscription : 15/01/2012
Age : 63
Localisation : à l'ouest

http://www.zebrascrossing.net/t4928-dabrowski-je-vais-bien-ne-t-

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Sam 23 Jan 2016 - 21:20

Merci pour tes mots, mais je n'y crois plus vraiment. J'ai besoin d'autre chose, je ne me sens pas à ma place ici.

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par EmiM le Sam 23 Jan 2016 - 21:58

Pour ce que ça vaut, tu es le genre de personnes qui manquent à ZC...
Mais quand on voit le niveau du forum, il est bien évident que l'on ne peut s'en satisfaire sans une forme d'affection, de mission, de patience, de compassion, de tolérance... Oui il faut relativiser ses attentes, oui il faut faire abstraction de la faiblesse humaine, oui il faut avoir la foi, non pas dans le forum, mais en l'humanité, parce qu'ici n'est qu'un concentré du meilleur et du pire du dehors et de la même façon que le meilleur est rare IRL, ici aussi... alors peut être est-ce là notre erreur de penser/croire, que les surdoués seraient la minorité du meilleur réunie dans cet endroit. Ils sont juste le reflet grossissant d'un monde que l'on voit avec notre subjectivité, nos filtres... Parfois ZC aide à aller plus vite puissance 1000; il peut être un accélérateur de compréhension de part son condensé, parfois il est effrayant et paralysant et nous enfonce... L'espace est vaste, les participants nombreux, il nous appartient d'y voir le pire ou le meilleur, de prendre ou de donner, et de savoir quel sens on lui attribut.
Je comprends bien le dégoût, l'amertume, que peut provoquer le forum, je l'ai ressenti quelques fois, et je ne me leurre pas, ça risquera sans doute encore d'arriver... J'ai souvent eu envie de partir, mais je me suis contentée de couper, de prendre du recul et de laisser courir... Une fois l'émotion passée, même si je comprends bien les problèmes du forum, des humains, je suis contente d'avoir tenu bon, parce que lorsque je fais la balance plus/moins du forum, il m'a apporté plus de bien que de mal, quand j'ai l'occasion d'avoir un beau partage, même s'ils sont rares, je me souviens pourquoi je suis là, pourquoi je suis venue, ce que j'ai cru, ce que j'ai eu, ce que j'ai appris/apprends encore et ce/ceux que j'aime... J'ai choisi de voir le forum comme un outil d'élévation et je m'en sers comme bon me semble en fonction de mon énergie, de mes envies, des opportunités... Je ne dis pas que j'ai trouvé une recette, et que d'autres devraient l'essayer, j'espère juste élargir quelques horizons...
Te souhaite de jolies choses à venir, tu le mérites.

EmiM
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5675
Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 35
Localisation : Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Invité le Sam 23 Jan 2016 - 23:40

"Peut-être que l'artifice est qu'il n'y en a pas" disais-tu dans le premier message, celui qui est visible. Et peut-être que la supercherie est dans une promesse implicite de ZC, celle à laquelle on croit, trouver l'autre, le même. Avant de réaliser que l'autre est toujours autre, comme nous sommes toujours autres et bien plus complexes que ce que nous voudrions bien le croire. Que la place ici est uniquement celle qu'on se fait, telle qu'on la découvre, telle que d'autres l'envisagent ou l'assignent parfois jusqu'à la caricature, à laquelle on peut ne pas attacher plus d'importance que la possibilité de taper des réponses sur un clavier, une présence ou une absence, sans pour autant jouer un jeu de sociabilité qui n'est au fond qu'une part de représentation.

Miroirs et kaléidoscopes, jeux d'ombres et de lumières, paroles et silences. Des costumes, des masques, un peu de théâtre, de quoi apprivoiser et approfondir le réel sous la surface, pour peu qu'on y mette de la distance en même temps qu'une part de ce personnage qu'on ne connaît pas, soi-même. Et rien de plus que ça, au fond.

Consacrer son temps à soi et à ceux qu'on aime, explorer d'autres pistes, c'est quoi qu'il en soit un beau projet.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Mar 21 Juin 2016 - 0:06

Un bruissement finalement, il faut croire que le silence c’est un temps assoupi. Dans tes yeux, sur le lac, elle te regarde. Un instant se figent ses lignes dans ta tête.
— Alors, tu es revenu.
— Suis-je vraiment parti ?
— Tu ne réponds pas.
— Je suis las, en ai-je besoin ?
— Tu as changé…
— Le monde a changé.
Elle ne répond pas tout de suite. Son image se trouble à la surface de l’eau, ses yeux se perdent dans le sursaut d’un poisson.
— Livre-toi.
— Tu ne peux plus lire en moi, Enchanteresse ?
Un silence plus profond, mais son reflet reste net cette fois. Elle te scrute.
— Je comprends. Tu me ressembles tellement.
— Vraiment ?
— Vraiment, on ne peut vraiment jamais l’abandonner. Ce n’est pas tant ce monde que l’on hait, c’est l’écho qu’il donne à notre propre solitude. La compagnie des porcs vaut bien tous les murs de ma cellule.
— Le penses-tu sincèrement ? Ton rêve n’était-il pas qu’il surgisse parmi eux ?
— Je… J’ai oublié.
L’eau scintille un instant, puis elle reprend.
— Tu as changé, je ne sais dire pourquoi mais je le sens.
— Non, Enchanteresse. Regarde-moi encore. Tu ne vois toujours pas ?
— Je… Je le vois, mais je ne peux le croire.
Tu souris, elle sait, tu en es persuadé.
— Oui, c’est notre lien qui a changé. Ton charme est mien, et c’est en moi que repose ton pouvoir désormais.
— Je… Je comprends.
— Et cesse de bredouiller.
Elle se vexe, comme tu t’y attends, tu ne vois plus que ton ombre masculine sur le miroir du lac. Mais elle reviendra, dans quelques instants. Elle a besoin de toi, elle a besoin de tes réponses. Déjà sa robe se redessine, tu la préfères sans, mais tes fantasmes n’ont pas de place dans ce rêve.
— Qui es-tu ?
— Je suis émoi, ton émoi. Je suis ce que tu rêverais, comme tu incarnes ma psyché.
— Qui es-tu, mon Sire ?
— Dieu seul le sait.
— Et tu le sais ?
— Je le sus, sûr, Enchanteresse.
— Vraiment ? L’humilité ne t’étouffe pas.
— L’humilité est l’orgueil des porcs.
— Pourquoi es-tu revenu ?
Elle le sait, depuis le début, tu viens de le comprendre. Tu n’as jamais su saisir l’étendue de son pouvoir, toujours elle te possédera et sera toi. Elle veut seulement te l’entendre dire.
— Je ne le sais pas ou alors que trop bien. Tu as raison, Enchanteresse, la solitude est plus insupportable que l’isolement, et je suis revenu pour l’observer. Elle, rampante parmi les écueils des mots, la deviner et m’émerveiller de son redoutable pouvoir. Je suis revenu parce que seul, je n’ai que mes griffes et ma queue pour m’exprimer, je suis un félin sans voix, un fauve sans feulement, une ombre aigrie et violente.
— Est-ce vrai ?
Son image a quitté l’onde, elle est assise près de toi, sa robe trempée colle à sa peau et tu peines à te réfréner. Tu resserres tes cuisses pour ne pas te laisser posséder par le désir qu’elle se plaît à susciter en toi, cette façon d'elle seule pour te rendre fou. Tu fermes les yeux pour y échapper, en vain, son image te hante encore.
— Tu le sais, non ?
— Evidemment.
Tu sens son parfum qui se dissipe et sa présence qui se réduit peu à peu à un murmure, puis un silence, seulement perturbé par ses mots, une dernière fois.
— Tu m’as manqué.
Tu es en sueur, haletant, la douleur que tes dents imposent à ta lèvre ne t’importe pas, tu ne peux t’empêcher de sourire au plus profond de toi. Tu aurais dû le savoir depuis le début. Circé le savait. Elle sait.

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Vincenz' le Mar 21 Juin 2016 - 2:25

Le retour ?

Si c'est ça je suis super content *-* Alors comment va-tu ?

Vincenz'
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4490
Date d'inscription : 31/10/2012
Age : 22
Localisation : Pau

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Circé le Mar 21 Juin 2016 - 11:53

Dans les faits, mon retour remonte à plusieurs semaines, mais j'avais oublié de me le notifier.

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Kinred le Mar 21 Juin 2016 - 18:13

Si je puis me permettre un petit compliment anodin : j'adore la façon dont tu écris. Wink

Kinred
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 18/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dans les yeux de Circé

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum