Théorie du grand tout

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Badak le Lun 29 Fév 2016 - 9:02

hobb a écrit:
Ixtlander a écrit:
Je m'immisce subrepticement dans ce sujet que je suis d'un oeil intéressé... le fait que l'infini soit nécessaire dans certains modèles mathématiques de la physique n'implique pas que l'infini soit une réalité physique me semble-t-il (je précise que je ne suis pas spécialiste...) ?

Tout à fait d'accord. Concernant l'infini, c'est une conviction personnelle, d'accord (mais utilisé assez souvent). A ça je rajoute une autre conviction personnelle (qui pour le coup est un peu plus critiquée dans mon entourage mais jusqu'alors personne n'a pu la mettre en défaut) : toute grandeur (physique) est infiniment dérivable. Leur modélisation non, mais physiquement si ;-)

Allez, c'était gratuit :-p
hmm bon. Au niveau conviction métaphysique, tu dis ne pas croire à l'existence PHYSIQUE de l'infini, mais tu dis croire que toute grandeur physique est infiniment dérivable (lisse, quoi. ) ? Ça me rend perplexe...parce que moi aussi j'ai la presque-conviction "classique" que le monde est lisse presque partout.
J'apprécie que ta préconception semble aussi penchée du côté "physique classique"..

Pourtant ce peut très bien ne pas être possible.... à cause de la physique statistique et quantique.

La "réalité" microscopique d'un champ est stochastique, que ce soit à cause des fluctuations classiques qui apparaissent quand on "zoome" assez pour que les quantités macroscopiques moyennée n'ait plus de sens ; ou encore à cause des fluctuations quantiques . Cela suggérerait donc que les quantités physique elle-même puisse n'être nulle part dérivable Wink et que c'est le caractères lisse des quantités macroscopiques qui est une idéalisation mathématique utile.
Sérieusement, je ne suis pas capable de prendre au sérieux cette idée que le monde serait intrinsèquement stochastique et nulle part différentiable... Il y aura "sûrement" moyen un jour de fonder la mécanique quantique sur des notions plus en accord avec mon intuition classique, mais en attendant, ça fonctionne bien et il faut aussi accepter l'hypothèse selon laquelle nous devrions changer notre intuition..

Badak

Messages : 1138
Date d'inscription : 02/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Lun 29 Fév 2016 - 9:33

Si on zoome encore plus, on tombe sur des fonctions de probabilité de présence, régies par des EDP, et donc qui font apparaître des exponentielles -> C_infini.

Meme l'interaction nucléaire forte est en 1/r^7, donc idem...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Badak le Lun 29 Fév 2016 - 10:41

hobb a écrit:Si on zoome encore plus, on tombe sur des fonctions de probabilité de présence, régies par des EDP, et donc qui font apparaître des exponentielles -> C_infini.

Meme l'interaction nucléaire forte est en 1/r^7, donc idem...
Oui, mais ce sont des notions mathématiques idéalisées dans un sens "classique" déterministe.   Si on prend au sérieux le sens probabiliste que la théorie est censée avoir, alors la fonction de probabilité est une densité de probabilité qui dicte la loi que suivent les variables aléatoires correspondantes ( = les observables physiques).    Ces variables aléatoires sont des fonctions mesurables.   ( Une fonction mesurable n'est pas nécessairement différentiable ).
La réalisation stochastique d'un processus est non-différentiable, même si la densité de probabilité est lisse. C'est d'ailleurs aussi tout le problème des intégrales de chemin, qu'on doit interpréter au sens de l'intégration (stochastique) d'Ito.
Badak
Badak

Messages : 1138
Date d'inscription : 02/12/2011
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Lun 29 Fév 2016 - 11:01

Mmmh, dire que la probabilité qu'un événement se produise dépend de la quantité de systèmes présents est l'exemple le plus simple de différenciation que je connaisse et qui pour le coup est valable partout...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Ardel le Lun 29 Fév 2016 - 11:04

Juste pour dire que j'aime beaucoup vos échanges. Vous devriez peut-être créer un fil pour, parce que ça déborde un peu sur les sujets initiaux, mais c'est très intéressant.
Ardel
Ardel

Messages : 4824
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 30
Localisation : Marseille

http://www.zebrascrossing.net/t10090-six-mois-apres-mon-inscript

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Lun 29 Fév 2016 - 11:07

GwenScrib a écrit:
Vous vouliez sans doute dire electromagnetisme.

Non, j'ai bien dit électrostatique. L'électromagnétisme, c'est le level-up.

Bapak-Badak a écrit:La singularité existe pourtant mathématiquement à la limite, parce que la limite n'existe pas (i.e. ne converge pas ). Very Happy Typiquement une division par un champ qui tend vers 0 en donne un bon exemple.

sin(x)/x quand x->0 n'est pas singulier et est bien défini ;-)


Dernière édition par hobb le Lun 29 Fév 2016 - 11:24, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Badak le Lun 29 Fév 2016 - 19:40

hobb a écrit:Mmmh, dire que la probabilité qu'un événement se produise dépend de la quantité de systèmes présents est l'exemple le plus simple de différenciation que je connaisse et qui pour le coup est valable partout...
Là je ne comprends pas ce dont tu parles.  différentiation, au sens de dérivée ?



hobb a écrit:
Bapak-Badak a écrit:La singularité existe pourtant mathématiquement à la limite, parce que la limite n'existe pas (i.e. ne converge pas ).   Very Happy     Typiquement une division par un champ qui tend vers 0 en donne un bon exemple.

sin(x)/x quand x->0 n'est pas singulier et est bien défini ;-)
   Je voulais juste dire: de tous les cas où les équations sont singulières, les plus typiques sont les divisions par zéro.   Mais oui tu as raison qu'en principe on devrait être plus tatillon et rigoureux dans le langage...  mais bon... Ce n'est pas le point essentiel.
Badak
Badak

Messages : 1138
Date d'inscription : 02/12/2011
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Badak le Lun 29 Fév 2016 - 19:51

Ardel a écrit:Juste pour dire que j'aime beaucoup vos échanges. Vous devriez peut-être créer un fil pour, parce que ça déborde un peu sur les sujets initiaux, mais c'est très intéressant.

Beh, on est en fait à peu prés de retour depuis peu sur le sujet initial Wink Car on parlait de ce qui se passe quand on zoome à l'infini sur les champs.
Mais on ne peut juste pas zoomer à l'infini à cause de ce qu'il y a toujours une échelle assez petite où les fluctuations deviennent importantes et on doit couper le Zoom. Si on oublie qu'il y a ces fluctuations et qu'on fait comme le calcul comme si c'était classique, alors l'intégrale diverge ...

Bref, je dis ça parce qu'on parlait justement de la renormalisation juste avant l'intervention de quelqu'un qui voulait présenter sa théorie personnelle du grand tout.
Et c'est l'impossibilité de renormaliser le relativité générale qui empêche de l'incorporer dans les autres théories des champs.
Donc nous sommes dans le sujet Razz Razz

Badak
Badak

Messages : 1138
Date d'inscription : 02/12/2011
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Lun 29 Fév 2016 - 19:54

Bapak-Badak a écrit:
Là je ne comprends pas ce dont tu parles.  différentiation, au sens de dérivée ?

Oui, enfin évolution régie par une équa diff' quoi.

Bapak-Badak a écrit:   Je voulais juste dire: de tous les cas où les équations sont singulières, les plus typiques sont les divisions par zéro.   Mais oui tu as raison qu'en principe on devrait être plus tatillon et rigoureux dans le langage...  mais bon... Ce n'est pas le point essentiel.

Ben en fait je pense que si, c'est essentiel. SI la métrique et le volume occupé évoluent (peu importe comment), de sorte à ce que l'on ait un rapport indéterminé lorsque t=0 (big bang), rien ne dit qu'il sagit là d'une singularité. Et ce qui m'en convainc encore plus, c'est que l'énergie du big bang n'a pas été infinie.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Badak le Lun 29 Fév 2016 - 21:54

hobb a écrit:
Bapak-Badak a écrit:
Là je ne comprends pas ce dont tu parles.  différentiation, au sens de dérivée ?
Oui, enfin évolution régie par une équa diff' quoi.
Oui mais c'est ça que je comprends pas dans ton message précédent. Peux-tu être plus explicite.

hobb a écrit:
Ben en fait je pense que si, c'est essentiel. SI la métrique et le volume occupé évoluent (peu importe comment), de sorte à ce que l'on ait un rapport indéterminé lorsque t=0 (big bang), rien ne dit qu'il sagit là d'une singularité. Et ce qui m'en convainc encore plus, c'est que l'énergie du big bang n'a pas été infinie.
Ah d'accord, ici, pourquoi pas, je comprends ton analogie, mais ce serait dans une autre théorie qui aurait la relativité générale comme cas particulier.

Parce que dans le cadre stricte de la relativité générale "ordinaire", il me semble bien que c'est montré depuis longtemps (Lemaitre etc) qu'il y a mathématiquement parlant une singularité à t-->0. Ceci dit, j'ai seulement lu ce chapitre de la relativité sans vraiment le travaillé,... je ne suis pas spécialiste du tout de cosmologie Wink
Le champ peut bien être lisse en tant que fonction (et le champ divisé par quelque chose allant vers 0 existerait encore faisant disparaitre la singularité comme tu dis), mais si on se place dans le cadre d'une théorie quantique, on ne peut plus parler de variétés lisses à causes des fluctuations. Physiquement la théorie cesse d'être valide quand on zoome assez. La nature quantique est probabiliste et non pas déterministe. Donc il faut distinguer les densité de probabilité qui sont de fonctions lisses et les variables aléatoires qui sont des fonctions mesurables. Ces dernières ne sont correctement approximées par la fonction lisses que lorsque les états quantiques représentés sont suffisamment peuplés.

Badak
Badak

Messages : 1138
Date d'inscription : 02/12/2011
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Lun 29 Fév 2016 - 22:02

Bapak-Badak a écrit:
 Oui mais c'est ça que je comprends pas dans ton message précédent.  Peux-tu être plus explicite.

Ben à partir du moment où t'as une équa diff au moins d'ordre 1 linéaire, ta solution est sous la forme d'une somme d'exponentielle, donc infiniment dérivable... Enfin je ne vois pas trop là...
Bapak-Badak a écrit:
 Ah d'accord, ici, pourquoi pas, je comprends ton analogie, mais ce serait dans une autre théorie qui aurait la relativité générale comme cas particulier.  

Parce que  dans le cadre stricte de la relativité générale "ordinaire", il me semble bien que c'est montré depuis longtemps (Lemaitre etc) qu'il y a mathématiquement parlant une singularité à t-->0.   Ceci dit, j'ai seulement lu ce chapitre de la relativité sans vraiment le travaillé,... je ne suis pas spécialiste du tout de cosmologie Wink
Le champ peut bien être lisse en tant que fonction (et le champ divisé par quelque chose allant vers 0 existerait encore faisant disparaitre la singularité comme tu dis), mais si on se place dans le cadre d'une théorie quantique, on ne peut plus parler de variétés lisses à causes des fluctuations. Physiquement la théorie cesse d'être valide quand on zoome assez. La nature quantique est probabiliste et non pas déterministe. Donc il faut distinguer les densité de probabilité qui sont de fonctions lisses et les variables aléatoires qui sont des fonctions mesurables. Ces dernières ne sont correctement approximées par la fonction lisses que lorsque les états quantiques représentés sont suffisamment peuplés.

Ca c'est fort possible, et à vrai dire ça sort largement de mes compétences. C'était une vision intuitive du bidule, je ne pourrai mettre les mains dans le cambouis avec des mathématiques que je ne maîtrise pas...

Après la notion "d'infiniment dérivable", je suis d'accord, ne prend sens que du point de vue dérivée spatiale / temporelle. Après niveau quantification (spatiale par exemple, il y a eu des théories là dessus mais il me semble qu'elles ont été réfutées - à confirmer - ) OK, ça induirait des fonctions non continues...

Mais là je pense qu'on a les 2 pieds dans la science spéculative depuis longtemps (pris à mon propre piège : moi qui critique les affirmations gratuites... ^^)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Badak le Lun 29 Fév 2016 - 23:59

hobb a écrit:
Bapak-Badak a écrit:
 Oui mais c'est ça que je comprends pas dans ton message précédent.  Peux-tu être plus explicite.

Ben à partir du moment où t'as une équa diff au moins d'ordre 1 linéaire, ta solution est sous la forme d'une somme d'exponentielle, donc infiniment dérivable... Enfin je ne vois pas trop là...
ok bon, ça revient à la même objection que j'avais: il faut interpréter les théories quantiques de manière probabiliste.


hobb a écrit:
Bapak-Badak a écrit:....
Le champ peut bien être lisse en tant que fonction (et le champ divisé par quelque chose allant vers 0 existerait encore faisant disparaitre la singularité comme tu dis), mais si on se place dans le cadre d'une théorie quantique, on ne peut plus parler de variétés lisses à causes des fluctuations. Physiquement la théorie cesse d'être valide quand on zoome assez. La nature quantique est probabiliste et non pas déterministe. Donc il faut distinguer les densité de probabilité qui sont de fonctions lisses et les variables aléatoires qui sont des fonctions mesurables. Ces dernières ne sont correctement approximées par la fonction lisses que lorsque les états quantiques représentés sont suffisamment peuplés.

Ca c'est fort possible, et à vrai dire ça sort largement de mes compétences. C'était une vision intuitive du bidule, je ne pourrai mettre les mains dans le cambouis avec des mathématiques que je ne maîtrise pas...
Beh avec les notions de bases des probabilité et en revenant à ce que signifie la seconde quantification et entre autre, au fait que ce qui intervient, ce sont des statistiques de particules, alors on a déjà tous les ingrédients.

C'est juste à mon avis que lorsqu'on manipule les champs, on oublie totalement leur interprétation statistique.

D'ailleurs, on pourrait faire une analogie avec la mécanique des fluides: les champs de vitesse ne sont valides que macroscopiquement. En réalité, si on zoome suffisamment on va devoir tenir compte du caractère discret et fluctuant.


hobb a écrit: Après la notion "d'infiniment dérivable", je suis d'accord, ne prend sens que du point de vue dérivée spatiale / temporelle. Après niveau quantification (spatiale par exemple, il y a eu des théories là dessus mais il me semble qu'elles ont été réfutées - à confirmer - ) OK, ça induirait des fonctions non continues...
la quantification spatiale OUF... je ne sais fichtrement pas, c'est intriguant. Les théoriciens peuvent s'éclater.
hobb a écrit:Mais là je pense qu'on a les 2 pieds dans la science spéculative depuis longtemps (pris à mon propre piège : moi qui critique les affirmations gratuites... ^^)
Tout ce qui concerne la gravité quantique est spéculatif de toutes façons... Et l'interprétation des champs quantiques a toujours quelque chose de pas net: Personnellement je sais qu'en fait j'ai peut-être le nez collé sur l'interprétation statistique des théories quantiques, qui voit tout de manière analogues aux théories statistiques des champs classiques.
Badak
Badak

Messages : 1138
Date d'inscription : 02/12/2011
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Ixtlander le Mar 1 Mar 2016 - 0:29

Bapak-Badak a écrit:
hobb a écrit: Après la notion "d'infiniment dérivable", je suis d'accord, ne prend sens que du point de vue dérivée spatiale / temporelle. Après niveau quantification (spatiale par exemple, il y a eu des théories là dessus mais il me semble qu'elles ont été réfutées - à confirmer - ) OK, ça induirait des fonctions non continues...
 la quantification spatiale OUF... je ne sais fichtrement pas, c'est intriguant.  Les théoriciens peuvent s'éclater.
Ben, euhhh, c'est pas de ça qu'on parlait hier ? Enfin, moi c'était de ça... Je pensais à la gravitation quantique à boucles dans laquelle l'espace et le temps sont quantiques (et je ne pense pas que ça soit réfuté actuellement).

www .larecherche.fr/savoirs/dossier/1-gravite-quantique-a-boucles-5-questions-01-12-2011-87460 (espace ajouté pour contourner mon impossibilité actuelle de poster des liens)

Ou alors quelque chose m'échappe ?
Ixtlander
Ixtlander

Messages : 82
Date d'inscription : 24/02/2016
Age : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Badak le Mar 1 Mar 2016 - 1:48

Ixtlander a écrit:
Bapak-Badak a écrit:
hobb a écrit: Après la notion "d'infiniment dérivable", je suis d'accord, ne prend sens que du point de vue dérivée spatiale / temporelle. Après niveau quantification (spatiale par exemple, il y a eu des théories là dessus mais il me semble qu'elles ont été réfutées - à confirmer - ) OK, ça induirait des fonctions non continues...
 la quantification spatiale OUF... je ne sais fichtrement pas, c'est intriguant.  Les théoriciens peuvent s'éclater.
Ben, euhhh, c'est pas de ça qu'on parlait hier ? Enfin, moi c'était de ça... Je pensais à la gravitation quantique à boucles dans laquelle l'espace et le temps sont quantiques (et je ne pense pas que ça soit réfuté actuellement).

www .larecherche.fr/savoirs/dossier/1-gravite-quantique-a-boucles-5-questions-01-12-2011-87460 (espace ajouté pour contourner mon impossibilité actuelle de poster des liens)

Ou alors quelque chose m'échappe ?
Ouais, hier j'étais dans le trip de défendre la nécessité des notions mathématiques abstraites nécessaires au projet de la physique de capturer l'intelligibilité du monde naturel. Et je défendais l'existence mathématique de l'infini comme utile à la physique. Finalement ce n'était pas le trip de tout le monde, donc j'ai changé de registre.
Sur la gravité quantique comme telle, je n'ai pas rebondi parce que j'étais d'accord avec toi sur ce point ( et ça me semblait correspondre à ce que je lis partout) .. et qu'en matière de gravité quantique mon niveau est celui de cette revue en gros..mais je comprends suffisamment la physique de base et les mathématiques sous-jacentes pour avoir une idée de ce qu'ils racontent. Ensuite si une théorie spécifique que j'ignore a pu être réfutée, bon d'accord je ne sais pas. Very Happy
Badak
Badak

Messages : 1138
Date d'inscription : 02/12/2011
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Mar 1 Mar 2016 - 8:11

Ixtlander a écrit:
Ben, euhhh, c'est pas de ça qu'on parlait hier ? Enfin, moi c'était de ça... Je pensais à la gravitation quantique à boucles dans laquelle l'espace et le temps sont quantiques

(quantiques ou quantifiés ?)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par RupertDrop le Mar 1 Mar 2016 - 19:32

Bonjour!

Au sujet de l'infini, j'ai du mal a comprendre comment peut on considerer qu'il n'existe pas.

Le fait de pouvoir diviser "infiniment" une unité, volumetrique par exemple pour parler d'espace physique ne demontre t'il pas que l'infini est dans le "finit"?

Merci de m'eclairer sur ce concept.
RupertDrop
RupertDrop

Messages : 649
Date d'inscription : 23/02/2016
Age : 37
Localisation : Saint Raphaël

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Pieyre le Mar 1 Mar 2016 - 20:09

Exister, comment employer ce verbe ? J'existe, c'est certain; autre chose que moi existe puisque je suis affecté. À part ça ?

En physique on observe cette autre chose, en réalisant des expérience, où l'on estime les variations d'un phénomène selon une certaine orientation de notre faculté d'observation, d'où des mesures qui correspondent à des grandeurs. Mais ces grandeurs, quand on les exprime dans le langage scientifique, ce sont des abstractions.

Alors l'infini, c'est d'un degré d'abstraction supérieur encore. En mathématique on a caractérisé le fait qu'un ensemble soit infini. De façon formelle, c'est clair et cohérent. Mais, en physique, il ne s'agit jamais que de construire une théorie comportant des grandeurs infinies dont les prévisions soient en bonne adéquation avec la réalité. Peut-être pourrait-on construire une autre théorie, finitaire, qui nous convienne tout aussi bien.

Imaginons que les mesures d'une grandeurs apparaissent comme : 1, 2, 3... n, etc. On va dire que cette grandeur, c'est l'ensembles des entiers. Mais, en fait, peut-être que la suite s'arrête.

Pieyre

Messages : 20530
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Mar 1 Mar 2016 - 21:07

Pieyre a écrit:Exister, comment employer ce verbe ? J'existe, c'est certain; autre chose que moi existe puisque je suis affecté. À part ça ?

On va essayer de rester dans la physique, SVP...

Pieyre a écrit:
En physique on observe cette autre chose, en réalisant des expérience, où l'on estime les variations d'un phénomène selon une certaine orientation de notre faculté d'observation, d'où des mesures qui correspondent à des grandeurs. Mais ces grandeurs, quand on les exprime dans le langage scientifique, ce sont des abstractions.

Ha bon... ? C'est contradictoire dans la meme phrase. Il existe des causes qui induisent des conséquences, on cherche à les quantifier, où est l'abstraction là dedans... ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Badak le Mar 1 Mar 2016 - 21:25

hobb a écrit:
Pieyre a écrit:Exister, comment employer ce verbe ? J'existe, c'est certain; autre chose que moi existe puisque je suis affecté. À part ça ?

On va essayer de rester dans la physique, SVP...

Pieyre a écrit:
En physique on observe cette autre chose, en réalisant des expérience, où l'on estime les variations d'un phénomène selon une certaine orientation de notre faculté d'observation, d'où des mesures qui correspondent à des grandeurs. Mais ces grandeurs, quand on les exprime dans le langage scientifique, ce sont des abstractions.

Ha bon... ? C'est contradictoire dans la meme phrase. Il existe des causes qui induisent des conséquences, on cherche à les quantifier, où est l'abstraction là dedans... ?

Pour juste quantifier (dans le sens de mesurer une quantité), le niveau d'abstraction est minimal. Mais c'est dans l'organisation des données et la conceptualisation des explications que vient l'abstraction.

Si la physique cherche à expliquer le monde naturel, alors l'abstraction mathématique est obligatoire. Sans théorie ni modèle, pas d'explication. Dès qu'on cherche des causes physiques, et construire des explications, on doit utiliser des concepts abstraits.
Badak
Badak

Messages : 1138
Date d'inscription : 02/12/2011
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Mar 1 Mar 2016 - 22:31

Bapak-Badak a écrit:
Pour juste quantifier (dans le sens de mesurer une quantité), le niveau d'abstraction est minimal. Mais c'est dans l'organisation des données et la conceptualisation des explications que vient l'abstraction.

Pour la conceptualisation on est tout à fait d'accord, mais pour l'organisation, je ne suis pas d'accord (d'ailleurs, qu'entends tu par "organisation" des données... ? Plan expérimental ?)

Bapak-Badak a écrit:
Si la physique cherche à expliquer le monde naturel, alors l'abstraction mathématique est obligatoire. Sans théorie ni modèle, pas d'explication.  Dès qu'on cherche des causes physiques, et construire des explications, on doit utiliser des concepts abstraits.    

Oui, là dessus c'est indispensable.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Badak le Mar 1 Mar 2016 - 22:52

hobb a écrit:
Bapak-Badak a écrit:
Pour juste quantifier (dans le sens de mesurer une quantité), le niveau d'abstraction est minimal. Mais c'est dans l'organisation des données et la conceptualisation des explications que vient l'abstraction.

Pour la conceptualisation on est tout à fait d'accord, mais pour l'organisation, je ne suis pas d'accord (d'ailleurs, qu'entends tu par "organisation" des données... ? Plan expérimental ?)
En particulier les statistiques, tout ce qui est analyse des signaux, analyse des séries chronologiques, la détection de motifs structuraux plus ou moins complexes dans les données observées. Bref tout ce qui peut servir à donner du sens aux données.

À la limite, même reconnaitre des motifs à l'oeil dans des données utilise les capacité d'abstraction naturelles de l'humain. Ensuite on essaie d'automatiser cette détection, et ce devient des problèmes de reconnaissance de forme assez compliqués. Bref c'est mathématique aussi.
Badak
Badak

Messages : 1138
Date d'inscription : 02/12/2011
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Mar 1 Mar 2016 - 23:02

Bapak-Badak a écrit:

Et c'est l'impossibilité de renormaliser le relativité générale qui empêche de l'incorporer dans les autres théories des champs.  


juste une idée en passant .. il pourrait exister une relativité absolue malgré tout

que cette normalisation soit possible ou non n'est peut être pas la question si l'on songe que si l'on ne peut définir une position probabiliste à une particule dans un modèle classique à cause de cette non normalisation, ce qui importe peut être est la répartition spatiale absolue dans cette relativité qui compte, une sorte d'ordre dans un chaos apparent

alors on peut relier ce qui est en bas et semble chaotique mais ne l'est que dans des fourchettes données qui elles ne le sont pas, fussent elles immenses.. ou pas du tout d'ailleurs

l'unification ne doit pas prendre les 4 forces mais la 5ieme qui est l'information de positionnement chaotique , disons le comme cela, cad déterminée à la fois par la hiérarchie des 4 forces au niveau où l'on observe, du plus grand à l'infiniment petit mais surtout par une regle commune qui est la position de la particule dans ce mille feuille de géolocalisations à l'echelle prêt mais surtout absolument identique en position relative par rapport aux autres particules à la même échelle prés




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Mar 1 Mar 2016 - 23:04

Je vais prendre un exemple. La moyenne d'un signal ne dépend pas de la disposition de ses échantillons, et physiquement on peut très bien lui trouver un sens (centre de gravité)... pas besoin d'abstraction là dedans...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Badak le Mar 1 Mar 2016 - 23:13

zebulonlezebre a écrit:
Bapak-Badak a écrit: Et c'est l'impossibilité de renormaliser le relativité générale qui empêche de l'incorporer dans les autres théories des champs.  
juste une idée en passant .. il pourrait exister une relativité absolue malgré tout  
... Sauf que comment tu ferais cela ?  On a souvent discuter de cette question ici. La nécessité de considérer les référentiels comme relatifs vient de ce que les équations de l'electromagnétisme (qui fonctionnaient super bien) et celles de la mécaniques (qui fonctionnaient aussi super bien) prévoyaient des trucs contradictoires. Pour résoudre la "contradiction apparente", il a fallu trouver une manière d'incorporer les deux théories à l'intérieur d'un théorie plus générale: C'est la relativité restreinte. C'est un exemple d'unification de deux domaine de la physique qui sert en gros d'exemple. Les aspects importants sont dans les symétries de chacunes des théories.

Il faudrait donc que ta théorie alternative puisse accepter comme cas particulier l'electromagnétisme et la mécanique. Sans même encore penser ajouter la m. quantique.
Badak
Badak

Messages : 1138
Date d'inscription : 02/12/2011
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Pieyre le Mer 2 Mar 2016 - 7:37

Hobb, rester dans la physique ? Mais il n'y a pas de domaine de la connaissance qui soit indépendant. Aussi il n'y a pas de fondement de la physique qui appartienne à la physique, juste une fondation (comme processus de la pensée) qui se réfère à autre chose que la physique. Rester dans la physique, c'est enseigner un corpus ou effectuer des applications techniques.
Or ici il était question de ce qui existe ou de ce qui n'existe pas. Qu'est-ce existe en physique ? C'est l'observation, et pour cela il faut bien rappeler que l'on considère implicitement un observateur et une chose à observer, mais dont ni l'un ni l'autre ne sont définissables.

Alors je ne vois pas où il y aurait une contradiction dans ce que j'ai déclaré.

Les notions de cause et de conséquence sont déjà des abstractions, de même que celle de causalité, dont il peut y avoir plusieurs conceptions (ainsi la causalité de la machine formelle qu'est un ordinateur n'est pas la même que celle, qui dépend de l'électromagnétisme, de ce qu'il est comme machine réelle).

Appliquer un protocole d'expérience, et même déjà se placer dans ce cadre, ce n'est pas une abstraction. On se base sur l'abstraction d'un texte qui le décrit; mais, quand on l'applique, on adhère à l'idée d'une correspondance entre nos sensations et un nombre qu'on évalue comme une mesure. C'est notre seul contact évident avec la réalité. L'élaboration d'un modèle de la réalité, c'est réel aussi, mais cela se passe dans notre cerveau, d'une façon comparable à ce que j'ai indiqué pour l'ordinateur : il y a un substrat neuronal, où la causalité ordinaire s'applique; mais les expressions que nous formulons et qui comportent des grandeurs physiques, c'est formel.

Pieyre

Messages : 20530
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Théorie du grand tout

Message par Invité le Mer 2 Mar 2016 - 7:39

N'empeche que la discussion scientifique bifurque sévèrement sur l'épistémologie. Si tel est le cas je me retire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum