Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Poisson pas pané le Sam 25 Avr 2015 - 13:57

Bonjour,

J'ai vraiment besoin de raconter des trucs, de me livrer un peu, et j'espère que ça fera des échos ici même si ça doit être des bouts de choses que vous connaissez par coeur.

Bon j'ai 30 ans et j'en ai ras-le-bol.
En gros je suis très bloquée dans ma vie avec les gens ou le travail depuis plusieurs années (dépression, phobie sociale, procrastination ultime, grosse angoisse, gros ennui et cercle vicieux, culpabilité et honte)
Je crois que je me suis sentie souvent comme un poisson pané au milieu des poissons, tout carré, tout absurde, tout pas très vivant, avec ses yeux de merlan frit.

Je n'ai jamais passé de test, j'y pense et je découvre tout ça depuis peu sur les conseils d'une psychiatre pour qui ça paraît fort probable et qui m'a donné une adresse pour les tests.
Je me suis méfiée car j'y ai déjà pensé enfant mais pour moi les "surdoués" ce n'était pas ça, et on me disait que c'était des conneries. (Mes parents étaient très anti tests de QI.)

Ça coûte cher et une partie de moi ne peut s'empêcher de remettre en question la validité de cette "case ?" Mais en même temps je dois bien avouer que ce serait bien pratique, j'ai été bluffée de me voir décrite littéralement quelquefois, me suis sentie moins seule et cela expliquerait beaucoup de choses et depuis que je me pose la question, je ressens un soulagement, j'entrevois un un chemin, une piste, je suis sur une enquête, quoi.
Maintenant j'ai peur que ce ne soit pas ça, mais l'envie de savoir devient plus forte ; on verra bien.

Je déteste souvent ce monde, tel qu'il est actuellement, avec ce système économique, et les gens, les animaux, qu'il génère et qu'il écrase. Je suis révoltée, en colère contre tout le monde, triste que beaucoup trouvent que "c'est la vie", que "l'homme est comme ça" (n'importe quoi) et en colère contre moi qui ne fait rien alors que c'est aussi mon monde. Mais j'assume pas. Je n'ose pas toujours mes positions dites "radicales" ou "extrêmes" alors que pour moi c'est ce monde qui est extrême.
J'ai peur, comme j'avais peur enfant, d'être marginalisée, j'ai tout fait pour ne pas l'être, je suis passée incognito Cool , je suis lâche pour ne pas être exclue, comme à l'époque. J'ai fui les geeks et les atypiques, bizarres, en qui je me reconnaissais secrètement.

Je suis toujours incognito. Mais ça ne durera pas car je n'en peux plus. Ça ne sert plus à rien d'avoir peur car finalement ce que je redoutais je l'ai créé moi-même : je suis seule, chez moi. Mes victoires du moment c'est aller au parc 10 minutes par jour, réussir à aller déjeuner dans la famille ou belle famille.

J'ai un copain qui est là, heureusement, extrêmement compréhensif, mais là il en a marre et c'est normal. C'est la seule personne qui connaît mes problèmes. Quand ça ne va pas je suis horrible et colérique avec lui. Quand ça va on refait le monde, j'adore, on discute beaucoup, on réfléchit, on rigole, alors que devant les autres, j'ai l'impression de passer pour timide, inintéressante ou associable, vide, bête, stupide. en même temps j'arrive pas à démontrer le contraire non plus. Les conversations "normales" me font faire des crises d'angoisse, rien que de penser aux questions qu'on me poserait ou que je devrais poser. Je sais jamais quoi dire. Des fois j'arrive à faire illusion, (en me détestant après, en payant, en ressassant des jours, c'est épuisant), souvent je sors pas pour éviter ça.

Avant je faisais de l'humour, je jouais le décalage, la fille "fofolle" ou "la mignonne mystérieuse", ou la cynique, la blasée, ça faisait marrer pendant les études supérieures (enfin sauf les premières années ou je parlais à personne) mais là j'y arrive plus, j'ai un peu perdu le sens de l'humour depuis que j'ai, ah non, pas non plus celui des affaires.

Pour l'histoire, enfant, j'étais "forte" à l'école, toujours première, pour moi c'était une formalité, un plaisir, ludique, facile, hyper facile, je n'avais rien à faire, aucun mérite. Je pigeais vite le principe donc je n’apprenais pas par cœur, je retrouvais toute seule par la logique. Les profs ne le savaient pas, du coup ils me félicitaient et croyaient que j'étais une petite fille modèle qui "travaillait bien". MAIS PAS DU TOUT. Là j'ai commencé à me sentir incognito Cool et une impostrice.

Je n'ai jamais "travaillé" en tout cas c'était sans faire exprès, par jeu, par plaisir. J'avais toujours une longueur d'avance, sans doute car j'ai lu tôt et que je vivais dans un monde d'adultes, eue très tôt par mes parents, donc seule enfant de l'entourage. On sortait beaucoup et j'adorais ça, j’adorais voir du monde.
J'étais susceptible et émotive. Je posais énormément de questions, j'étais insatiable, colérique quand les réponses n'étaient pas précises, donc très vite cataloguée comme chiante, pénible.
J'ai rejeté ça, ma curiosité, mes questions, mes lectures, je sais pas, vers 9-10 ans, pour ne pas être rejetée, car j’avais des remarques des autres filles. "Madame je sais tout" "hey les autres se moquent de toi car tu parles avec les mains comme un adulte", j'utilisais des "expressions" qu'on ne connaissait pas ; du coup j'ai arrêté car je passais pour snob. A la même époque j'ai commencé à être complexée.
Après la primaire je suis restée "sur mes acquis" en étant une grosse glandeuse, en choisissant mes matières, sauf quand une copine me forçait à réviser, et j'ai fini, un peu grâce à elle, à 12 au bac tranquillement.

Du coup comme j'ai rejeté tout ça, j'ai fini par avoir des lacunes. Je me suis mangé une grosse claque pendant les études. J'ai eu l'impression d'être stupide. Je ne savais même pas comment travailler. Impossible à assumer et de demander de l'aide. J'avais hyper honte. Je ne comprenais pas ce qui se passait. (Je voulais être "artiste", j'aimais dessiner (en dilettante), tout ce qui était créatif et aussi, c'était hyper naïf mais je crois un peu pour avoir le droit d'être atypique et ne pas travailler de manière routinière dans un bureau)
Puis des études d'architecture qui ont été un calvaire. Grosse impression d'être une impostrice. Je m'en sortais en laissant entrevoir un début de potentiel, les gens croyaient que j'étais une glandeuse sûrement, alors qu'en fait je ne savais pas comment faire et par où commencer. Je travaillais dans les matières annexes. Je pouvais rester des heures dans l'atelier pour des détails, mais pas pour l'essentiel. J'ai souffert, redoublé deux fois. En 4e année j'ai craqué et mon corps et les crises d'angoisse m'ont fait arrêter. J'étais redevenue très repliée et associable. Personne n'a compris sauf mon copain, j'aurais pu faire un effort pour aller au bout quand même, j'étais en 4e année c'est con.

Finalement j'ai un peu remonté la pente, j'ai réussi à réapprendre des choses seule ou avec des cours du soir, me réorienter et avoir quelques commandes comme illustratrice indépendante ce qui me ressemblait plus.
Mais me voilà depuis plusieurs années, complètement bloquée, j'ai perdu le plaisir, ce que j'aimais me soule, plus rien n'est facile,
Je suis bloquée et incapable de "démarcher" "sociabiliser" "me vendre",  je n'y arrive pas, ni à travailler suffisamment pour être fière, progresser et pour pouvoir en vivre ; je déprime et tourne en rond, cachée dans ma grotte, c'est mon copain qui gère financièrement, j'ai honte, j'ai pensé à refaire des petits boulots mais aller acheter le pain c'est déjà une torture. en plus dans les moments où ça va j'ai l'impression que cela pourrait marcher si je n'avais pas tous ces blocages.
Je suis fatiguée de me battre. je déteste le "marché du travail". je voudrais construire ma propre voie mais c'est trop dur. bref je sais pas ce que je veux. J'aspire à un ailleurs que je ne connais pas (encore ?).

D'un autre côté j'aspire aussi maintenant à faire des choses plus terre à terre, plus "utiles", je sais pas. Je culpabilise que d'autres travaillent sans avoir le temps de se poser toutes ces questions.

J'arrête là,

 Wink


Dernière édition par Poisson pané le Sam 25 Avr 2015 - 14:58, édité 2 fois (Raison : besoin d'écrêmer un peu, trop de détails non pertinents qui m'ont fatiguée.)

Poisson pas pané
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 351
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 32

http://guylaineregnier.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Cataclop le Sam 25 Avr 2015 - 15:50

Salut poisson,

(désolée mais je ne peux pas te dire "poisson pané").
Bienvenue sur le forum, j'y suis depuis très peu également, mais ça ne m'empêche pas de te souhaiter de trouver ce que tu cherches, si tu cherches.
Bon je me suis un peu reconnue en toi, la façon de se nourrir, le monde du travail etc...
C'est marrant (enfin peut être pas...) on déteste "le monde du travail" et pourtant on a rien contre le travail (au contraire!même que c'est plus du travail !) ça il faut s'en souvenir pour les jours où procrastination et baisse d'estime te font un petit coucou ! Leur dire "hey c'est bon, je sais de quoi je suis capable, tu verrais les choses que je suis capable de peaufiner, franchement, tu sais pas de quoi tu parles..."
A part pour les maths j'ai pas trop eu à bosser moi non plus, le truc c'est que quand je suis passionnée par le sujet j'imprime, j'ai pas trop eu à relire mes cours, la présence et l'écoute suffisaient.
L'échec fait pourtant partie de l'apprentissage, il faut l'accepter. Accuser le coup et être déçue c'est normal, il ne faut pas que ça vire au trauma. C'est facile à dire je le sais, et parfois c'est déjà trop tard, le trauma est là.

C'est que pour nous y a un moment où on doit "apprendre à apprendre" i.e. se prendre une gamelle : "oh j'ai bien glissé dis donc ! c'est que ça fait rudement mal au fondement !"
Peut être que pour certains d'entre nous c'est un apprentissage qui se fait sur le tard, du coup on tombe de + haut, et donc ça fait encore + mal au fondement !
Mais c'est pas grave, enfin si ça l'est, mais "ça fait partie de la vie" ! Et là je te vois peut être froncer les sourcils ! attention je ne dis pas "c'est comme ça et pi c'est tout", je dis : ça fait partie de la vie, la vie de tous, là pour le coup on est tous égaux devant ça, on se ramasse tous MAIS c'est pas tout. Parce que ça ne s'arrête pas là, on a le droit de ne pas vouloir que ça s'arrête là, de transformer l'échec, l'analyser, retenter, peut être se tromper encore, parce qu'on a le droit de se tromper, et peut être réussir, parce qu'on en a envie.
Tu parles de construire sa propre voie, c'est ce que je fais actuellement au niveau professionnel, on verra si ça marche, en attendant j'ai du prendre sur moi et prendre les boulots qui me permettraient de vivre, là je tiens parce que je n'ai plus que quelques mois à tenir, parce que dans ma tête j'ai une date bien arrêtée où je vais pouvoir passer à autre chose. Sans ça, je m'épuise énormément dans ce boulot, y a de bons côtés, mais bof quand même, la grosse déprime. Edit : c'est là que tu te rends compte que t'es pas comme les autres parce que si tout le monde a des moments difficiles au boulot nous on a l'impression d'y mourir à petit feu, quand les autres te disent "ça va passer" tu vois que non en fait ça passe pas, que quand t'essaies de t'adapter à la situation malgré tout et ben tu pleures toutes les larmes de ton corps ! (fin de l'edit)
Quand tu dis "ce que j'aimais me saoule" je comprends que tu as besoin que ça bouge, que ça se réinvente, as tu songé à une manière pour toi de maintenir ton activité indé en la rénovant ? je dis ça car perso être indé c'est ce qui me convient le mieux, et en préparant mon projet vois tu plusieurs fois je me suis lassée, jusqu'à ce que je me dise qu'il fallait que j'insuffle de l'air à  mon projet, que j'envisage dès maintenant les conditions nécessaires au maintien de cette activité : nouvelles techniques, bosser sur des trucs pour le plaisir hors contexte pro...
Concernant le démarchage, la com' etc...je te comprends ! c'est pas ton truc ça ne fait pas appel à tes valeurs les plus profondes etc... alors est-ce qu'il y a possibilité de laisser d'autres gérer ça pour toi ? est-ce que tu as essayé de faire de la com' à ta façon ? en faisant appel à ta créativité de sorte que ça reste honnête et fidèle à toi même ?
aimerais-tu que j'arrête de te poser toutes ces questions ?
Wink

Cataclop
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 24
Date d'inscription : 23/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re:Salut à tous d'un poisson pané incognito

Message par ShineFlower le Sam 25 Avr 2015 - 16:12

Salut Poisson et bienvenue dans la savane. Il y a la mer chez nous!. Tu pourras donc te baigner a ton aise. Les zebres adorent l'eau! Bisous cheers Au galop !
Et ne mangent pas les poissons. Ils sont herbivores. Amis


Dernière édition par ShineFlower le Dim 26 Avr 2015 - 18:34, édité 1 fois

ShineFlower
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3505
Date d'inscription : 04/07/2013
Age : 57
Localisation : Chez Dieu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Poisson pas pané le Sam 25 Avr 2015 - 16:40

Salut Cataclop,

Oui je ne suis pas non plus pour pour qu'on pane les poissons mais qu'on leur foute la paix Smile (j'ai édité entre temps car c'est un pavé et j'ai épuré un peu les détails, mais oui je disais que je ne mangeais plus d'animaux) mais Poisson pané ça décrit bien condition la plus absurde pour un poisson.
Non biensûr pas de problème pour les questions je suis venue aussi pour prendre du recul. Merci pour ta réponse. Si sans doute il y a quelque chose à trouver pour faire à sa façon. Et trouver de quoi vivre aussi. Argh. J'espère que tu pourras aussi trouver un équilibre par rapport à ça. Travail libre, travail subordonné, c'est compliqué. On utilise le même mot pour tout ça mais c'est vrai qu'il y a différentes choses, travail, emploi...

Poisson pas pané
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 351
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 32

http://guylaineregnier.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Poisson pas pané le Sam 25 Avr 2015 - 16:42

Merci beaucoup ShineFlower sunny

Poisson pas pané
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 351
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 32

http://guylaineregnier.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Stripe le Sam 25 Avr 2015 - 18:25

Salut Poisson pané, j'espère que tu as pensé à garder les nageoires pour avancer...

Stripe
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 250
Date d'inscription : 22/12/2014
Localisation : Sur la route des tigres

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par oufy-dame le Dim 26 Avr 2015 - 2:27

Bienvenue.

Je pense que tu gagnerais à d'abord sortir de ta dépression et d'autres problèmes éventuels avant de passer le WAIS.

J'espère que tu fais une psychothérapie qui a prouvé son efficacité ?

oufy-dame
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 951
Date d'inscription : 14/07/2010
Age : 50
Localisation : IdF

http://www.oveo.org/etudes-scientifiques-sur-les-effets-de-la-vi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Poisson pas pané le Dim 26 Avr 2015 - 10:22

Stripe, non, ça doit être pour ça que je suis en panne/pané, mais je vais essayer d'en fabriquer...

oufy-dame, c'est sans doute vrai car cela pourrait soit être autre chose mais avec des ressentis communs aux zèbres ou alors biaiser le passage du WAIS. (non pas que mes difficultés doivent se dire forcément en un mot ou une caractéristique précise, mais je ne sais pas comment voir/dire autrement, ou alors c'est que cette idée me soulage un peu pour l’instant)

Pour ce qui est de la psychothérapie, j'ai vu un premier psychiatre pendant mes études. On s'est mal compris, j'avais beaucoup de mal à m'exprimer, il m'a mis sous traitement mais j'ai eu l'impression qu'il pensait que ce n'était pas si grave, que j'avais tout pour moi et que je n'avais aucune raison d'aller mal.
Il m'a renvoyé vers une psychanalyste, j'avais à la fois envie d'y croire et méfiance, finalement la plupart du temps je n'arrivais pas à parler ou pleurais et j'ai eu l'impression qu'elle me disait aussi "allez, du nerf, on y va", je n'y arrivais pas tout en culpabilisant, j'ai fini par partir. (C'était il y a 5-6 ans)
Depuis quelques semaines je revois une psychiatre, cela se passe mieux, je suis sous traitement et on va commencer une thérapie comportementale je pense... j'essaye de faire confiance et voir ce que ça peut donner.

Je ne voudrais pas que d'autres gens se sentent jugés par ces mots, c'est un biais que j'ai sur moi-même :
Le problème c'est que j'avais et ai encore du mal avec le mot dépression, j'ai vraiment été élevée avec ce truc de s'en sortir seul, ne pas se cacher derrière ces mots qui seraient des excuses, de faire un effort, quand on veut on peut, tout ça ; choses que je rejette mais en même temps j'ai encore ce jugement sur moi si dur.
Je vois bien dans ma présentation cette agressivité, je l'ai vue, pourtant si c'était quelqu'un d'autre que moi je ne jugerais pas comme ça quelqu'un qui est au point mort ou a des difficultés, je ne veux pas vivre dans un monde où on crache sur ceux qui ont du mal. Où on juge, on mésestime, on parle de "mérite", beurk, et pourtant je le fais sur moi, j'utilise les mots qui m'ont fait du mal. J'essaye de me débarrasser de ça.

Poisson pas pané
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 351
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 32

http://guylaineregnier.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Cataclop le Lun 27 Avr 2015 - 10:46

Poisson pané a écrit:

Je ne voudrais pas que d'autres gens se sentent jugés par ces mots, c'est un biais que j'ai sur moi-même :
Le problème c'est que j'avais et ai encore du mal avec le mot dépression, j'ai vraiment été élevée avec ce truc de s'en sortir seul, ne pas se cacher derrière ces mots qui seraient des excuses, de faire un effort, quand on veut on peut, tout ça ; choses que je rejette mais en même temps j'ai encore ce jugement sur moi si dur.
Je vois bien dans ma présentation cette agressivité, je l'ai vue, pourtant si c'était quelqu'un d'autre que moi je ne jugerais pas comme ça quelqu'un qui est au point mort ou a des difficultés, je ne veux pas vivre dans un monde où on crache sur ceux qui ont du mal. Où on juge, on mésestime, on parle de "mérite", beurk, et pourtant je le fais sur moi, j'utilise les mots qui m'ont fait du mal. J'essaye de me débarrasser de ça.

Salut Poisson,

L'éducation que j'ai eu disait "essaie de te débrouiller par toi même avant de demander l'aide des autres", c'était pas si mal j'étais une gamine qui aimait se débrouiller toute seule, ça aide à prendre confiance en soi, découvrir nos capacités et aussi nos limites quand on échoue, on a besoin d'échouer pour apprendre.
Quant à la phrase "quand on veut on peut" elle est bien, c'est vrai quelque part c'est optimiste ça veut dire qu'à chaque problème il y a une solution. Mais...
On a besoin des autres, dès la naissance et ce jusqu'à notre mort, les autres ont besoin de nous. Il y a des difficultés qu'on ne peut pas dépasser seul même quand on en a très envie, que ce soit des gens que l'on paie, des gens avec qui on fait un échange de compétences ou de matériels, des gens qui nous rendent service parce qu'ils tiennent à nous, mais dans tous les cas des gens bienveillants.
Mais il faut, je pense, commencer par être bienveillant avec soi même. Effectivement tu perçois mal le mot dépression et tu te mésestimes dans cette situation. Mais je sais pas si ça peut t'aider, je te le propose quand même, essaie de voir ça comme une phase nécessaire à ton développement, c'est un moment où ton corps et ton esprit te demandent de faire le point, de gérer l'accumulation (d'émotion, de questionnements...), quelque part c'est le signe que notre corps et notre cerveau réagissent comme il le faut quand ça ne va pas : ils se mettent en veille, ils mettent ce qui ne va pas en avant, comme des gros dossiers qui attendaient depuis un moment sur ton bureau et qui faute d'être traités à temps se retrouvent dans l'urgence. C'est comme ça que j'ai compris la dépression, une urgence intérieure sur des dossiers laissés de côté. Cela ne fait pas de toi quelqu'un de faible, quelqu'un d'inapte, ça fait de toi une humaine, un être vivant avec des émotions, ta situation actuelle ne souffre d'aucune illégitimité. Ne tiens pas compte des autres ("ils vont penser que je suis......"), écoute toi dès que tu le peux (je sais bien qu'il y a des contingences dans la vie de chacun), aménage du temps et de l'espace pour toi (que ce soit pour te faire plaisir ou affronter la douleur, l'inquiétude, l'angoisse), ménage toi du temps pour te reposer aussi (tout ça en + des entretiens chez la psy). Et c'est quelque chose à faire le plus souvent possible, prendre l'habitude dans son hygiène de vie. Exprimer ses émotions, communiquer quand ça ne va pas (avec les bonnes personnes), etc... c'est devenu plus naturel pour moi, j'assume plus facilement qui je suis maintenant. J'assumais pas du tout mon hyper sensibilité(j'en parle un peu dans ma présentation) , du coup je me faisais violence pour écraser mes émotions et ainsi mieux m'adapter aux différentes situations, être moi même je savais que ça attirerait des questions à mon sujet, voire du rejet. J'écrasais et je n'y revenais plus, jusqu'à ce que je m'épuise ou me sente perdue à jouer un rôle à ne plus être moi. Aujourd'hui je me dis "oui je suis quelqu'un de sensible, très sensible, je pleure, je suis en colère sur certaines choses quand je vois le monde dans lequel je vis, je suis dégoûté de la nature de certaine personne quand je les vois interagir sournoisement entre elles, je m'émerveille devant un nouveau né, devant la nature, devant les idées géniales d'autres personnes, devant un tableau je tombe amoureuse, le bonheur des autres m'irradient aussi, je suis submergée de questions quand je regarde le ciel, j'adore, je suis passionnée". Tout ça n'est pas tout rose, pas toujours, mais en acceptant mon fonctionnement il m'est devenu moins difficile de m'adapter à certaine situation, tout simplement en aménageant du temps pour moi, pour être ce que je suis à côté, ma bulle, mon espace, là je me ressource complètement, je me préserve, j'adopte de nouvelles stratégies tout en restant moi même, c'est encore un peu bancal mais je ne veux pas me couper du monde même s'il m'ennuie souvent, parce que par moment il réserve de belles surprises, et en me confrontant à lui c'est moi même que j'explore aussi.

Excuse moi pour le pavé, quand je me lance j'ai du mal à m'arrêter, j'espère n'avoir pas fait trop de HS !
Bonne journée Smile


Cataclop
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 24
Date d'inscription : 23/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Poisson pas pané le Lun 27 Avr 2015 - 12:08

Salut Cataclop, merci beaucoup, tout ça me parle. Un angle plus bienveillant.
L'éducation que j'ai eu disait "essaie de te débrouiller par toi même avant de demander l'aide des autres"
Vu sous cet angle oui finalement cela me convient. Je peux garder ça.
"quand on veut on peut" le problème est que faire lorsque la volonté est éteinte, c'est difficile à assumer socialement. Mais c'est vrai, il faut essayer de laisser le jugement des autres de côté. On a pas le temps. Accepter pour essayer peut-être de se faire comprendre aussi.

J'aime bien ta façon de voir la dépression
une urgence intérieure sur des dossiers laissés de côté.
Mais il y a aussi le logiciel qui se ferme, qui plante car ça demande trop de ressources. Smile C'est pas grave. Ça arrive. Tant mieux même, ça fait mal mais on peut laisser tomber la performance, la réussite et chercher autre chose de plus intéressant ou satisfaisant pour soi.

Dans ce que tu dis sur l'hypersensibilité et le fait de la cacher, je me reconnais exactement. Je la tournais même en ridicule chez moi ou chez les autres.

Poisson pas pané
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 351
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 32

http://guylaineregnier.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Cataclop le Lun 27 Avr 2015 - 13:21

Poisson pané a écrit:
"quand on veut on peut" le problème est que faire lorsque la volonté est éteinte, c'est difficile à assumer socialement. Mais c'est vrai, il faut essayer de laisser le jugement des autres de côté. On a pas le temps. Accepter pour essayer peut-être de se faire comprendre aussi.

J'aime bien ta façon de voir la dépression
une urgence intérieure sur des dossiers laissés de côté.
Mais il y a aussi le logiciel qui se ferme, qui plante car ça demande trop de ressources. Smile C'est pas grave. Ça arrive. Tant mieux même, ça fait mal mais on peut laisser tomber la performance, la réussite et chercher autre chose de plus intéressant ou satisfaisant pour soi.

Dans ce que tu dis sur l'hypersensibilité et le fait de la cacher, je me reconnais exactement. Je la tournais même en ridicule chez moi ou chez les autres.


que faire lorsque la volonté est éteinte ça c'est une question à 1 Milliard ! Je connais bien ça !
ça m'inspire ce raisonnement :
Sur quoi tient la volonté ? Pourquoi est-ce qu'un jour "j'ai voulu" ? Qu'est-ce qui dans ce processus actif d'accomplissement n'est plus présent ?
Est-ce que j'ai rencontré trop de difficultés qui font qu'aujourd'hui ce qui soutenait positivement ma volonté s'est éteint au profit d'un ressenti négatif ?
Est ce que ma volonté s'est éteinte parce que je stagne à une étape nécessaire, me laissant un problème à résoudre et je manque d'outils ? Je manque de temps ?Et la notion de plaisir ? Si ma volonté était aussi (et entre autre) basée sur un sentiment de plaisir, mais que le plaisir a du faire place à des contingences d'autres financières et matérielles, avec tout ce que ça sous-entend comme stress et inquiétude, il est normal de perdre en volonté, de se sentir impuissant, de ne plus trouver de plaisir, d'épanouissement. Peut être faut il renouer avec le plaisir, avant la fonction, avant la conformisation (c'est à dire refaire les choses, avoir la volonté de refaire les choses pour mon plaisir, pas pour "assumer socialement" ).
Toi et moi sommes dans des branches artistiques. C'est du moins dans ce domaine que mon projet s'élabore. Plusieurs fois j'ai perdu la volonté, par dénigrement de mes capacités, par manque de bienveillance envers moi-même, je m'ordonnais des choses, des durées de temps impossible, une pression folle, oubliant complètement qu'à la base je faisais ça pour le plaisir, parce que faire ça m'amuse, me titille, me stimule, me rend heureuse. Je cherchais une perfection qui prend des années à se construire, j'échouais dans mes "temps impartis", je me dévalorisais, tout ça me faisait souffrir. Inutilement !  c'était contre productif ! Le problème se répétait cycliquement, je me mettais sous pression pour finir par procrastiner, c'est un vrai soucis la procrastination : je vois l'objectif, je vois clairement les étapes mais la tâche me semble trop monstrueuse pour moi là maintenant, et c'est tout à fait normal : on est pas des robots ! J'ai du baisser mes objectifs pour me sortir de ce cercle vicieux, arrêter de me comparer aux autres, à leurs travaux. Là j'arrive enfin à franchir mes objectifs ! des petits objectifs à la fois, que je franchis à mon rythme, qui me permettent de reprendre confiance en moi de m'estimer positivement, de me dire que l'objectif final est enfin à portée de main et que les mauvais moments passés dans mon "job alimentaire" en valent la peine, puisque je vais pouvoir passer à autre chose.
En ce moment je suis sur un bouclage de dossier, là j'aborde la partie stressante pour moi, la partie où je suis capable de me mettre une balle dans le pied parce que je vais trouver ça nul au dernier moment etc... et bien j'ai entrepris à côté un autre projet, plus petit, pour le plaisir uniquement et ça me fait tellement de bien, je ne perds pas la notion de plaisir la notion d'intimité et ça me permet de porter le "big projet".

Concernant le logiciel qui plante, je te réponds : d'où l'importance de prendre soin de soi, de se reposer, de se recharger de la manière qui nous est propre.
Si les logiciels peuvent planter alors nous aussi, c'est pas plus mal, nous ne sommes pas des ordinateurs après tout. Rolling Eyes

Cataclop
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 24
Date d'inscription : 23/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Poisson pas pané le Lun 27 Avr 2015 - 15:04

Je ne crois pas pouvoir pousser la discussion plus loin que ce que tu dis, pour l'instant. J'en suis exactement là : accepter mon fonctionnement : jeu et plaisir, et arrêter de me battre contre ça. Pour l'instant sur ce que je range dans "travail", je suis bloquée quand même, je cherche où serait le plaisir. Ailleurs ou autrement ? Probablement autrement mais comment ? Seule moi peut trouver petit à petit, comme tu le fais.
Je peux juste donner des exemples anecdotiques à propos de cette façon de faire :
Quand je faisais des petits boulots ingrats et répétitifs je m'inventais toujours des jeux, des histoires, des défis dans ma tête pour rendre la tâche "amusante" et moins aliénante. (c'était aussi plus rapide mais vu que c'était des horaires fixes cela faisait juste plus de travail, pas finir plus tôt Smile )
Je réapprends ça : je déteste par-dessus tout ranger et hier j'ai pu le faire un peu, d'une manière qui semblerait contre productive par rapport à une méthode classique mais qui comme elle était plus marrante, ('fin pour moi) m'a permis de le faire...
Pour l'instant j'ai des pistes, je n'arrive pas encore à les pratiquer pour ce qui est du travail qui permet de vivre matériellement, oui sans doute lié à cette nécessité de "gagner sa vie"-réelle-mais que je vis mal-mais pour laquelle on a pas le choix actuellement.

Concernant le logiciel qui plante, je te réponds : d'où l'importance de prendre soin de soi, de se reposer, de se recharger de la manière qui nous est propre.
J'accepte mieux ça grâce à cette discussion.

En ce moment je suis sur un bouclage de dossier, là j'aborde la partie stressante pour moi, la partie où je suis capable de me mettre une balle dans le pied parce que je vais trouver ça nul au dernier moment etc... et bien j'ai entrepris à côté un autre projet, plus petit, pour le plaisir uniquement et ça me fait tellement de bien, je ne perds pas la notion de plaisir la notion d'intimité et ça me permet de porter le "big projet".
Ça me rappelle un chercheur dans une fac étrangère, vu à la télé, je n'ai plus la référence malheureusement, qui était un procrastinateur heureux ; son point de vue était en gros que c'était pour lui la façon la plus efficace et heureuse de fonctionner. Qu'en fait c'était même une bonne mécanique : une sorte de calcul inconscient du rapport qualité/temps propre à lui pour faire la tâche au mieux : suffisamment bien mais suffisamment rapidement pour que ce ne soit pas ennuyeux. Alors quand c'était l'heure de cette fameuse période où il n'arrivait pas encore à s'y mettre, il faisait cela, comme toi, d'autres plus petites choses. Moins urgentes.
J'espère que tu pourrais ainsi ne pas trouver ça nul au dernier moment, ce qui ne veut pas dire annuler l'auto-critique, ou abandonner tes exigences, sans doute élevées, mais plutôt les déplacer et les intégrer (si besoin !) à la prochaine fois et ainsi de suite.

Poisson pas pané
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 351
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 32

http://guylaineregnier.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Cataclop le Mar 28 Avr 2015 - 10:04

Salut poisson,

Je me dis que je t'ai peut être mis un peu (beaucoup) de pression en disant trop de choses d'un coup, aussi je m'en excuse !

hey moi aussi j'ai du soucis avec le rangement, surtout sur le bureau ! une vrai catastrophe, mais c'est ce que je nomme un "b*rdel organisé" une pile en vrac n'est jamais anecdotique chez moi. Avant j'oscillais entre rangement rigide et joyeux n'importe quoi, maintenant c'est entre les deux, y a du progrès !

A bientôt et bonne journée ! Very Happy

Cataclop
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 24
Date d'inscription : 23/04/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Poisson pas pané le Mar 28 Avr 2015 - 11:13

Salut Cataclop
Ne t'inquiète pas, mes réponses doivent donner l'impression que ça me renvoie à ce que je fais pas/devrais faire mais c'était très intéressant.
Vive le b*rdel organisé !
Bonne journée à toi Like a Star @ heaven

Poisson pas pané
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 351
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 32

http://guylaineregnier.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Otto-Alfred_Azur le Lun 6 Juil 2015 - 23:30

Bonsoir,
Merci pour ta contribution à mon bleu.

Toi, ô poisson qui est né, je te souhaite de trouver des personnes aimables et parfois équilibrées en ce lieu. Je te souhaite également de ne pas te faire trop d'ecchymoses dans les instants suivants de ton existence.

Alfredement vostre.

Otto-Alfred_Azur
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1321
Date d'inscription : 26/11/2013
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Poisson pas pané le Mar 7 Juil 2015 - 8:24

Salut, merci de ton passage ici.  Like a Star @ heaven
Tiens, en cas de blessures superficielles.

Pansement vôtre,
Poisson pas pané, né

Poisson pas pané
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 351
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 32

http://guylaineregnier.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Salut à tous d'un poisson pané incognito.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:30


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum