Une bête à plume chez les zèbres à poils

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une bête à plume chez les zèbres à poils

Message par BleueBETAPLUME le Mar 21 Avr 2015 - 3:26

Euh, salut tout le monde.
Bon, qu'est-ce qu'une bête résolument à plume fout chez les zèbres? Je suis là par curiosité. Je me cherche. J'ai des intuitions et je ne sais pas si je peux m'y fier.
Je viens de finir Trop intelligent pour être heureux. C'est une personne qui se suspecte zèbre qui me l'a prêté par l'entremise d'une amie commune. Cette personne me suspecte zèbre sur la foi de ce que lui a raconté notre amie. Je me retrouve un peu dans ce bouquin, sauf que j'ai pas un QI supérieur et que le terme zèbre pour moi est indissociable d'Alexandre Jardin.
Mon compagnon, un QI de 158 droit dans ses bottes et en profonde paix avec lui-même, pense que j'ai plus d'intelligence que la moyenne.
Le WAISII que j'ai passé l'an dernier à ma demande dit que je me traine un minable 114 au compteur. Donc à priori pas surdouée.
Ma psychiatre de HP (Hopital psy) a dit que j'étais bipolaire hypomane, que je sautais du coq à l'âne, que j'étais trop exaltée, que c'était mieux de déprimer avec les médocs et d'être intelligible et posée quand on dit des platitudes et des mots réduits au sens le plus commun.
Un test posté dans un des fora du site dit que je suis probablement Aspie

Moi j'ai dit un jour à mon père que j'étais comme autiste avec le monde et les gens. Mon père m'a dit d'arrêter de dire des conneries.
En cinquième j'ai dit en plein cours de biologie que j'étais le martyr de la société parce que j'en bavais un max en termes d'insultes, d'ostracisme et de brimades à chaque récrée depuis le CE1 (et ça a continué jusqu'en 3ème) En lycée et en fac,dans la vie pro, les jeux étaient faits question estime de moi. J'étais devenue moyenne, terne, et je me fondais dans la masse. Surtout pas faire de vagues. J'ai toujours eu l'impression d'usurper ma place. J'ai eu mes trois diplômes sans trop bosser, sans trop briller, je n'ai pas fait mon mémoire de maîtrise parce que j'arrive déjà pas à torcher une dissert en plan cartésien, je n'ai pas poussé jusqu'au doctorat, n'ai pas passé l'Agreg, ai eu mon CAPES à l'usure et en pliant mon mémoire pro en trois jours et trois nuits à l'arrache à l'extrême limite de la date limite. ça aurait dû casser. C'est passé. Ce qui en dit assez long sur le niveau d'exigence à l'éducation nationale.
A 12 ans j'ai pigé que la vie ça allait être très chiant et très répétitif: en gros la même chose que ma vie d'écolière avec des problèmes pragmatiques d'adulte et des facture à régler en plus. Carpe diem et C'est beau la vie plus belle, j'y ai jamais cru. J'avais raison. ça fait 40 piges et je trouve déjà le temps très long. A douze ans je pensais au suicide et j'ai décidé que je pouvais pas faire ça à mes parents. Jusqu'à l'an dernier j'ai vécu pour eux en culpabilisant devant leur inquiétude.
Mes vieux vous diront le contraire, mais mon blog m'a sauvé la vie. Et c'est pour ça que je tiens à mes plumes. J'y ai rencontré des gens, me suis souvent engueulée avec alors que je ne m'engueule avec personne IRL (vu que je préfère prendre sur moi et la boucler ayant une sainte horreur des conflits) et c'est en analysant mes réactions et les leurs que j'ai commencé à piger qu'il y avait un petit gros décalage dans la façon dont eux et moi comprenions les mots, les images, les choses. J'avais affaire à mes camarades de classe devenus adultes. C'est pas joli et ça mord dès qu'on leur dit pas qu'il sont beaux.
Il y a deux ans j'ai découvert le fonctionnement atypique de mon cerveau parce que j'ai dû le décortiquer et le dire à un 158 de QI qui a trouvé très intéressant le machin indéfini que j'étais. Je lui posais une colle. Marrant, j'en étais une pour moi-même. Je suis née à moi-même à cette période. Juste avant qu'on écrête mon immense exultation, mon euphorie libératrice à coup de médocs parce que ma psy a confondu avec le mot ''exaltation''. Bref, mon cerveau s'est tu alors que je venais enfin de comprendre sa langue et d'entendre sa vraie voix.
Me suis toujours sentie différente et on m'a fait me sentir différente, mais en négatif. J'ai fait de gros efforts pour être ce qu'on attendait de moi et pour penser et m'exprimer de commune façon (badinage, la pluie et le beau temps qui revient et on s'en fout, les disserts et les commentaires en Cartésien primaire et en 2D linéaire). J'ai tenu tant que j'ai pu. Mais là, j'en peux plus. Je suis très fatiguée du grand cirque humain. Je ne sors pas de chez moi, j'ouvre pas ma boîte à lettres (elle a des dents), je réponds pas au téléphone, l'administratif me plonge dans des abîmes d'angoisse et me met en nage, je procrastine et me complais dans l'inertie, aller vers les autres est un effort surhumain que je ne parviens plus à faire. Ma vie s'effiloche. Je suis en bug.
Ces quatre dernières années, j'ai commencé à me définir comme bizarre. C'est plus facile de l'assumer que d'entendre les autres le penser très fort. Je dis aussi que je suis blonde, ça simplifie les choses, et ça avertit les gens qu'il ne faut pas trop attendre de moi, j'ai plus grand chose à donner.
Et depuis mon passage en HP et le diagnostic de bipolarité, je prends le parti de dire que je suis dingue (en le pensant ''ding!'', parce que ça sonne bien pour une cloche fêlée). Une fois qu'on est fou certifié on peut dire ce qu'on veut, partir dans ses délires sans plus aucun complexe ni souci de l'opinion des autres. La folie c'est super libérateur, moi, je vous le dis.

Donc J'ai l'intuition que je ne suis pas bipolaire au sens strict parce que le diagnostic s'est fait à un moment exceptionnel de ma vie cérébrale
le compte-rendu oral de la très jeune psy sur mes résultats au WAIS m'a paru si stéréotypé, si impersonnel et si plat qu'il ne m'a pas vraiment convaincu avec en plus cette impression que ça ne m'apprenait pas grand chose de nouveau sur moi
J'ai confiance dans le jugement et les intuitions de mon cher QI 158 sans trop y croire mais il confirme certaines de mes inavouables intuitions
Quant au côté aspie va falloir que je parle de ce test à mon psy.

Bref, c'est un peu le souk, là, un peu confus tout ça. Je m'y perds un peu. Je ne sais toujours pas avec certitude ce que je suis ni si j'ai ma place ici. Et j'ai besoin de savoir ces choses pour me donner du sens et en trouver à ma vie.

BleueBETAPLUME
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 5
Date d'inscription : 20/04/2015
Age : 42

http://bleuebetaplume.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une bête à plume chez les zèbres à poils

Message par Oni le Mar 21 Avr 2015 - 5:57

Kikoo Bleuebetaplume,

Je pense qu'il y a un salon pour les THQI, toi tu es dans les TTHQI, mais bon je ne pense pas que le mode de fonctionnement se différencie tant que ça. Mais, il faut une permission je pense. Demande sur le Chat, ils t'orientent en règles générale. Tu as aussi des personnes concernées par les asperger, je te dirais de demander à Parisette. Elle connait certainement plus de monde. Voit les deux versants, tu trouvera peut-être une réponse ou du moins quelqu'un pour en discuter

Bienvenue

Oni
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 232
Date d'inscription : 09/04/2015
Age : 39
Localisation : dans mon chêne écoutant le bruit du vent

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une bête à plume chez les zèbres à poils

Message par Oni le Mar 21 Avr 2015 - 5:59

Ah, oui Cyril THQi demande lui peut être si tu n'aime pas trop les chats, je pense qu'il est souvent là et il a l'air extrêmement ouvert. Connais pas perso, mais d'après ce que j'ai lu de ses interventions, il pourra peut-être t'orienter.

Oni
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 232
Date d'inscription : 09/04/2015
Age : 39
Localisation : dans mon chêne écoutant le bruit du vent

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une bête à plume chez les zèbres à poils

Message par BleueBETAPLUME le Mar 21 Avr 2015 - 14:19

@Oni
Merci pour ta réponse mais je dois t'avouer que je tourne autour depuis que je l'ai lue en essayant de trouver le bon niveau de lecture. Elle m'a plongée dans le trouble.
L'univers de la douance et les acronymes du forum sont très nouveaux pour moi. En plus avec mon petit 114, mon complexe d'infériorité latent à tendance à m'affoler le neurone atavique. Je doute de ma juste compréhension. Je te prie de m'en excuser.
Je te donne mes réactions:
''Je pense qu'il y a un salon pour les THQI''
-- Merde j'ai pas posté au bon endroit? Quelle cruche!( Doute, doute quand tu nous tiens)
-- Quoi? Je serais peut-ête une THQI? Meuh, non, au mieux juste une HQI, même que WAIS dit que je suis encore moins.
''Toi tu es dans les TTHQI''
-- Ah bein oui, j'ai dû me tromper d'endroit (pourtant j'apparais bien dans la case présentations des nouveaux et pas dans un des autres topics du forum)
-- C'est quoi un TTHQI? Merde ça doit être écrit quelque part dans Trop intelligents pour être heureux, mais je l'ai lu en deux jours sans m'arrêter et j'ai pas retenu un tas de choses (syndrome de la mauvaise élève qui sait avoir survolé ses devoirs)
-- Je serais une TTHQ? (si TTHQ veut dire Très Très Haut QI, l'hypothèse est ridicule)
''mais bon je ne pense pas que le mode de fonctionnement se différencie tant que ça. Mais, il faut une permission je pense''
-- Mode de fonctionnement ? Entre THQI et des TTHQI? Ou bien du forum et des salons vu qu'Oni précise qu'il faut demander une autorisation?

ça fait beaucoup d'interrogations sur le sens, et trop de flottement entre le littéral et le non-verbalisé, l'explicite et l'implicite ce qui entre en résonnance avec mes interrogations sur moi-même et avec mes doutes. J'ai conscience que je réagis en surmultiplié devant les mots, ce qui doit paraître ridicule vu que ton message a pour simple but de très obligeamment m'orienter. Mais j'ai besoin de précision parce que je ne suis pas sûre de moi.

Aller vers les autres de but en blanc sur ce forum.
ça va me demander un effort. Je doute beaucoup de mes capacités et suis très intimidée par les chiffres QIesques que j'ai pu voir sur quelques topics. Y en a même un qui a écrit de manière très méprisante en s'adressant à un autre membre du forum '' Avec ton 110, qu'est-ce que tu peux comprendre? '' Et moi donc, avec mon 114, qu'est-ce que je peux bien comprendre aux discussions et aux gens ici? Je devrais peut-être arrêter de me prendre pour ce que je ne suis, arrêter l'imposture, me satisfaire de l'étiquette bipolaire, gober mes médocs et oublier le reste.

Bref, j'arrête de faire mon Caliméro de service et te remercie, n'en doute pas, de m'avoir lue, et de chercher à m'aider. Je vais aller sur le forum THQI, fureter, prendre la température, même si l'idée d'oser y poster mes interrogations me fout un peu la trouille. J'ai peur de me faire jeter dehors comme une malpropre. Et tu l'as apparemment bien compris.
CyrilTHQI, oui je vois bien son avatar, je l'ai croisé au hasard des sujets
Chats: bien vu, je suis très loin d'être prête pour ça. C'est trop direct, trop immédiat, trop dans l'instant. j'aurais pas le temps de peser mes réactions.





BleueBETAPLUME
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 5
Date d'inscription : 20/04/2015
Age : 42

http://bleuebetaplume.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une bête à plume chez les zèbres à poils

Message par Invité le Mar 21 Avr 2015 - 14:26

Bonjour Betaplume,

J'ai été intrigué par ce Wais2 que tu aurais passé l'année dernière. On peut encore passer le Wais3, la version 4 est disponible depuis 2011...mais la version 2 scratch ?

Tu peux parler de tes intuitions à ta psy. Cela dit, le syndrome Asperger est mal connu en France alors prends du recul si elle te répond que non non c'est pas possible.

On est tous un peu différents ici, peut-être trouveras tu des gens qui te ressemblent et avec qui tu te sens normale.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une bête à plume chez les zèbres à poils

Message par Oni le Mar 21 Avr 2015 - 14:41

hmmm, j'ai encore du pas avoir mes yeux en face des trous quand je t'ai lu (ne dors plus des masses ces derniers temps ). Heureusement Parisette est en meilleure forme.

Plein de facteurs peuvent jouer et comme dit Parisette. Le tout c'est que tu te sente bien et que tu puisse en parler avec des gens avec qui tu auras des atomes crochus Very Happy

Oni
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 232
Date d'inscription : 09/04/2015
Age : 39
Localisation : dans mon chêne écoutant le bruit du vent

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une bête à plume chez les zèbres à poils

Message par BleueBETAPLUME le Mar 21 Avr 2015 - 16:59

Salut Parisette, merci pour ton soutien.
WAIS II :
j'ai lu effectivement sur le forum que certains avaient passé le WAIS IV. Du coup je doute de la compétence de la psy qui m'a fait passer le test, mais je doute aussi de ma mémorisation. Je me rappelle avoir lu ''WAIS barre barre'' (ouais barbare!) en quelque chose comme de l'arial bleu sur un livret cartonné blanc à ressort, mais j'ai du mal avec les chiffres romains qui sont trop lettres pour que mon cerveau les conçoive immédiatement comme des chiffres , ce qui occasionne du parasitage mémoriel, et peut-être visuel. J'ai peut-être zappé une barre ou l'ai amalgamée aux deux autres.
Je devrais peut-être demander à le repasser, ce test, dans sa version la plus récente.

Mes psys sont persuadés que je ne suis pas différente, me veulent normale et que je rentre dans le rang. Des psys que je sens désespérément normaux, mainstream et trop bien intégrés. C'est louche. Qu'est-ce qu'ils en savent, eux, pour qui ça a l'air d'aller bien, du sentiment perpétuel de décalage et de la vaste inutilité des choses? J'entends le discours de la raison qui me bassine avec des platitudes et des lieux commun depuis que j'ai 7 ans. C'est pas fait pour me rassurer. les raisonnables résonnent peu. En plus je suis extrêmement consciente du rapport encadrant/encadré qui s'instaure entre soignant et soigné.
y a que mon compagnon surdoué, une amie décalée , une autre amie très intelligente, et une zèbrée que je ne connais pas qui me pensent autrement. Et mon toubib de famille. Lui est un dyslexique qui a réussi et qui a un enfant handicapé: il a parlé d'intelligence méta-cartésienne à mon sujet. J'ai tendance à le croire, l'altérité ça doit pas mal lui causer, à lui. La dernière fois qu'on s'est vus, ça s'est fini sur sa conclusion (certes un peu défaitiste) que j'étais trop intelligente pour être heureuse en ce petit monde. Et moins d'une semaine plus tard, une inconnue me prête un bouquin du même titre sur les surdoués qui s'ignorent. J'ai pris ça comme une co-incidence significative, des petits cailloux blancs à suivre.
Bref,
En gros mon intelligence supposée est considérée comme normale ou dans la tranche supérieure de la moyenne par les personnes qui sont censées faire autorité dans le diagnostic, mais hors norme par des gens eux-mêmes hors-normes mais pas spécialistes. je ne sais pas trop qui croire, en fait.

Aspie,
je découvre un peu le sujet, mais j'ai bien compris qu'à moins d'être un mec et un peu comme Rainman on avait de grandes chances de se faire passer à côté par les psychiatres et psys de base.
Et la question ''prendre du recul'' par rapport aux diagnostics est perturbante. Qui suis-je pour dire à un spécialiste qu'il se plante? Jusqu'à quel point ce que je sens est juste? Jusqu'à quel point le spécialiste se plante-t-il? Et puis ils sont tellement cartésiens, linéraires, confits dans ce qu'ils croient savoir et ce qu'ils ont appris dans les livres.
Aspie et bipolaires partagent des symptômes existentiels et des modes de fonctionnement similaires aux (T)(T)HIQ malheureux, si bien que les uns sont souvent pris pour les autres. C'est dur de placer la barre, de se voir avec justesse et de se rendre enfin justice.

Se sentir normale
Suis pas du tout certaine de vouloir me sentir normale, de vouloir me sentir aussi intégrée que les gens qui ne me comprennent pas, après tant d'années au contact douloureux de la norme, et du commun des blessants mortels. Je suis dans une phase d'immense colère, de ressentiment, et si tant est que je sois vraiment un peu différente, j'ai envie d'en faire ma négritude, de la brandir comme l'étendard de la revanche en gueulant ''j'avais raison, putain, j'avais raison, bande de cons! C'est vous qui ne comprenez rien!''. Envie que je jugule, je ne peux en vouloir aux autres de ne pas piger quand j'ai mis si longtemps à me piger un peu moi-même.

Atomes crochus, oui, c'est bien de cela qu'il s'agit. Trouver sa tribu, son troupeau ou sa palanquée par attraction spontanée et liaisons invisibles. Je dois fais confiance au principe du ''qui se ressemble s'assemble''. ça a l'air de marcher IRL. Wink



BleueBETAPLUME
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 5
Date d'inscription : 20/04/2015
Age : 42

http://bleuebetaplume.skyrock.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une bête à plume chez les zèbres à poils

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 6:48


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum