Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par ______________ le Mar 29 Sep 2015 - 9:41

Ouuuuais,

tandis toi... ben nan... des points c'est mieux.



Salut ddistance

______________
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 399
Date d'inscription : 31/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par //ha!ha! le Mar 29 Sep 2015 - 10:56

______________ a écrit:
Salut ddistance

Je le retiens:

ddistance a écrit:

Silent

Namého quoi!

@Yul
Console

//ha!ha!
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 86

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Pola le Mar 29 Sep 2015 - 12:17

M'en fiche, moi jl'aime mon numéro !

Pola
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3063
Date d'inscription : 22/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Yul le Mar 29 Sep 2015 - 12:27

______________ a écrit:Ouuuuais,

tandis toi... ben nan... des points c'est mieux.

Ben j'suis comme toi quoi, tu le disais d'ailleurs, "on est pareil".

Laisse moi juste le temps de m'y résigner, j'ai 12 ans de moins que toi quand même! Suspect

Yul
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3937
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 32
Localisation : Dieppe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par ______________ le Mar 29 Sep 2015 - 12:32

Ouuuais on est trop tout pareil sauf que je suis pas toi, c'est fou ça.
Putain j'ai 42 ans, pas vu les années passées dû roupiller trop longtemps.

______________
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 399
Date d'inscription : 31/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Yul le Mar 29 Sep 2015 - 12:34

Plus ou moins, c'est pas une science exacte, on est pas à une vache près...

Yul
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3937
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 32
Localisation : Dieppe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par //ha!ha! le Mar 29 Sep 2015 - 12:34

Popcorn

//ha!ha!
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 86

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par ______________ le Mar 29 Sep 2015 - 12:39

http://www.1001vaches.com/la-boucherie/

______________
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 399
Date d'inscription : 31/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Mar 29 Sep 2015 - 12:55

Numero6 a écrit:Je crois comprendre d'où vient le malentendu, en réalité je ne sais pas qui se cache derrière les pseudos, surtout que ça aurait tendance à valser ces derniers temps avec une foultitude de pseudos pour la même personne.

Je me suis contenté de cueillir les phrases sans tenir compte de leurs auteurs, je me suis juste amusé à flatter celui-que-j'avais-pris-pour-Uccen-le-magnifique parce que j'aime utiliser ce gimmick de flatter le chacal dans le sens du poil.

Pour faire simple, j'ai chopé des citations dans leur ordre d'apparition sur ce fil comme autant d'illustrations ayant vaguement un rapport avec ce que j'écrivais. Comme si on m'avait demandé de faire une phrase avec un certain nombre de mots imposés. C'est ce qui doit donner ce coté mal fagoté au texte.

C'était une tentative. D'après tes remarques, si je retente ce genre d'exercice, il faudra que je sois attentif à lier plus intimement mon texte et les citations. Je me demande dans quelle mesure il n'y a pas nécessité de respecter le rythme de ce forum, sa lecture n'est qu'une succession de réactions aux posts qui précèdent. Alors que moi je suis parti sur un fil de pensée sans chercher vraiment à répondre, à réagir à chaque post.
Faut voir.

En lisant "c'est quoi ce bordel" j'ai bien noté que tu avais pris 16dims et ces pseudos multiples pour Uccen (ou ________) et me suis demandée si tu aurais répondu différemment en sachant cela.

Tu y réponds partiellement (voir ci-dessus) mais je ne reste pas convaincue de ton impartialité.
Si un idiot (à tes yeux) avait écrit les mêmes mots, tu aurais réagi pareil ?
Uccen fait de la provoc
16dims pense vraiment ce qu'il écrit (Ça doit arriver parfois à Uccen j'imagine).


Pour reagir au message de dims, le conjoint, amis ou enfants comme faire valoir, c'est unisexe.
Un homme qui aime que sa femme se maquille, coiffe et s'habille bien pour sortir, c'est bien sa "gloire" qu'il veut afficher !!!
Et les enfants qui doivent rester sages, pas bougé, c'est son éducation parfaite qu'il aime montrer.

Concernant le narcissisme, homme et femme me paraissent à égalité.

(J'ai en horreur ces généralités, "les femmes aiment les hommes riches et beaux", et sinon ce sont des exceptions...ça me rappelle un fil que j'ai arrêté de lire tant on se croyait au bistrot à 20h)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par ______________ le Mar 29 Sep 2015 - 13:11

si des gnons:

plestormilem a écrit:
Parisette a écrit:En lisant "c'est quoi ce bordel" j'ai bien noté que tu avais pris 16dims et ces pseudos multiples pour Uccen (ou ________) et me suis demandée si tu aurais répondu différemment en sachant cela.

Tu y réponds partiellement (voir ci-dessus) mais je ne reste pas convaincue de ton impartialité.
Si un idiot (à tes yeux) avait écrit les mêmes mots, tu aurais réagi pareil ?
Uccen fait de la provoc
16dims pense vraiment ce qu'il écrit (Ça doit arriver parfois à Uccen j'imagine).

Je pense que Numéro6 est moins attaché que vous à l'identité présumé et aux intentions du porte parole. Vous, ça vous intéresse parce-que vous voulez savoir si cette "horripilante généralité" émane d'un esprit brillant, auquel cas ça pose problème, ou d'une misérable crotte, auquel cas, vous pouvez continuer à dormir sur vos deux oreilles. Lui s'en fiche pas mal à mon avis, il n'a pas de dissonances cognitives de ce genre à gérer... ce ne sont pas tant les paroles d'un idiot ou d'un génie qui compte, mais le feu d'artifice que ça provoque et l'afflux d'information brute prête à être interprétée, décodée, à prendre sens. Pensez-vous vraiment que Numéro6 ait besoin de moi ou de quiconque pour lui expliquer comment fonctionne un carburateur ? Bon, c'est juste que moi, mon truc, c'est pas les voitures, mais les avions... à réaction en plus.





Vous pouvez ajouter au 9 milliards de noms avec lesquels vous m'évoquez ce dernier et non des moindres,
Intelligible suprême, le Premier,
Premier suffira pour les prières désespérées.

Merci Plotin.


Dernière édition par ______________ le Mar 29 Sep 2015 - 19:37, édité 2 fois

______________
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 399
Date d'inscription : 31/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Pola le Mar 29 Sep 2015 - 14:00


Pola
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3063
Date d'inscription : 22/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Pola le Mar 29 Sep 2015 - 14:08

c'est pour le jeu musical

Pola
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3063
Date d'inscription : 22/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Mar 29 Sep 2015 - 16:22

16dims, je te réponds au post disparu.

"Idiot à ses yeux" était peut-être trop péjoratif.
Je pense malgré tout qu'on répond différemment à un pote ou quelqu'un dont on aime généralement les propos.

Quand Numero6 reprend tes propos et même en rajoute, lis-tu des femmes énervées le contredire ?
Bon OK, il noit le poisson dans un pavé, quand ton post était suffisamment court pour être bien compris Very Happy
N'empêche qu'on réagit différemment en fonction de qui écrit.
Je parierai (si j'avais de l'argent à gaspiller) que si Numero6 écrivait la même chose sous un pseudo clone, ça ne passerait pas.

Après, comme tu dis, lui est peut-être au-dessus de ça Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Patate le Mar 29 Sep 2015 - 19:22

MOI JE dis quia qu'les cruches qui vivent d'amour et d'eau fraîche. Les autres, elles rament !

Patate
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7604
Date d'inscription : 11/09/2013
Age : 43
Localisation : Paris

http://www.zebrascrossing.net/t12645-pourquoi-patate

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par 'C.Z. le Mar 29 Sep 2015 - 19:25

Elles se cassent les couilles surtout !

'C.Z.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2693
Date d'inscription : 16/02/2015
Age : 35
Localisation : Côte d'Azur (de la Bretonie)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Patate le Mar 29 Sep 2015 - 20:20

Nan. Elles leur cassent ...

Patate
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7604
Date d'inscription : 11/09/2013
Age : 43
Localisation : Paris

http://www.zebrascrossing.net/t12645-pourquoi-patate

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par 'C.Z. le Mar 29 Sep 2015 - 20:26

Les deux je crois bien. What a Face

'C.Z.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2693
Date d'inscription : 16/02/2015
Age : 35
Localisation : Côte d'Azur (de la Bretonie)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par 'C.Z. le Mar 29 Sep 2015 - 20:50

Faut bien du courage pour accepter de devenir une femme. Fuck

'C.Z.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2693
Date d'inscription : 16/02/2015
Age : 35
Localisation : Côte d'Azur (de la Bretonie)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Stauk le Mar 29 Sep 2015 - 23:35

Centaure Z'ailée a écrit:Faut bien du courage pour accepter de devenir une femme. Fuck

On voudrait bien.

Stauk
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4978
Date d'inscription : 16/01/2015

http://www.staukwood.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par De Sinope le Mer 30 Sep 2015 - 0:01


De Sinope
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 11
Date d'inscription : 29/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par //ha!ha! le Mer 30 Sep 2015 - 13:36

Est-ce que le bruit serait moins insupportable, si c'était un oiseau lyre qui imitait la perceuse du voisin?


//ha!ha!
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 86

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par //ha!ha! le Mer 30 Sep 2015 - 14:41



//ha!ha!
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 86

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par zeHibou le Jeu 1 Oct 2015 - 7:22

Depuis lundi, pas de commentaire sur "Le tonneau des Danaïdes" que je viens de lire.

Alors, à quoi ça sert qu'il se décarcasse, le Numéro?

(En plus c'est vrai qu'il ne pense qu'à ça.)

Mais c'est normal, un texte où tout est dit avec un tel brio et une telle malice n'appelle aucun commentaire sous peine d'avoir l'air un petit peu idiot. Une belle pépite, une gemme.

Je ne me risquerai donc pas à commenter; par contre une révérence me semble de bon aloi.  Respect
Chapeau bas et merci, Numero6.

--
The power of accurate observation is called cynicism by those who have not got it. (G.B. Shaw)

zeHibou
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 248
Date d'inscription : 12/02/2015
Age : 51
Localisation : location unknown

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par ______________ le Jeu 1 Oct 2015 - 8:13

Numero6 a écrit:
Tout d'un coup, je n'en avais plus rien à foutre de mes conneries. J'avais juste envie d'entendre une cheville claquer, une porte qui se ferme au fond de l'appartement, j'avais juste envie qu'une femme soit là, à tirer la chasse d'eau ou à faire tinter ses talons sur le parquet en bois.


Snif...

______________
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 399
Date d'inscription : 31/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Numero6 le Sam 3 Oct 2015 - 15:37

______________ a écrit:
Numero6 a écrit:
Tout d'un coup, je n'en avais plus rien à foutre de mes conneries. J'avais juste envie d'entendre une cheville claquer, une porte qui se ferme au fond de l'appartement, j'avais juste envie qu'une femme soit là, à tirer la chasse d'eau ou à faire tinter ses talons sur le parquet en bois.


Snif...

Ben oui, je sais, il me fallait une pirouette pour clôturer, je commençais à me saouler moi-même.


C'est le drame de ma vie, l'excitation, l'impossible équation de l'entretien de l'attrait. Schopenhauer ou Plus belle la vie. Quand l'intendance ne suit pas, quand l'objectif visé perd toute pertinence stratégique.




La semaine dernière j'aurais juré que Schopenhauer était un compositeur. C'est pourquoi la curiosité m'a fait tendre la main dans le rayon philosophie de la FNAC. Je venais de finir le bouquin de Sacks, L'homme qui prenait sa femme pour un chapeau, j'étais encore imprégné de son amour pour la musique et sa tendance à chercher des analogies musicales dans les pathologies neurologiques. Je me suis dis que ça pouvait être gouteux les divagations philosophiques d'un musicos, concerto en fumette majeure.

Si j'ai bien compris, Arthur Schopenhauer ne touchait pas sa bille au clavecin, il était surtout très doué pour trouver des titres percutants. Je me suis choppé l'art d'être heureux et l'art d'avoir toujours raison, deux de mes principales préoccupations.

Et comme d'habitude, j'ai éprouvé LE sentiment habituel, entre guide du routard et témoin d'un accident.

Guide du routard parce que je trouvais colligés, catalogués, détaillés, analysés, les trucs qui volètent d'habitude dans ma tête à la manière d'une classe de maternelle laissée seule pendant que la maitresse est partie changer son tampon hygiénique de toute urgence.

Témoin d'un accident. Quand la partie adverse vous certifie que vous êtes dans votre tort (et le tort tue, la vanne est pourrie, elle m'évitera peut-être de le voir écrit tord à l'avenir, le tort tue, think of it), le pépére placide qui s'approche de la zone du crash pour certifier le contraire, vous le prenez par l'épaule et vous le propulsez sur la scène conflictuelle comme étendard de votre bonne foi.

- Ah, je vous l'avais bien dit que le bonheur trainait ses guêtres entre stoïcisme et cynisme, ses frontières annihilantes. Écoutez le monsieur.

Et je m'emmerde. Mais je m'emmerde...
A peu près autant qu'en visionnant mes photos de voyage. Je connais l'endroit pour y être allé, revoir les clichés m'ennuie. Surtout quand je vois ce qu'il en fait de mon chaos, c'est empesé d'académisme. C'est un peu le problème quand on vise la titularisation de la chaire de philo et qu'en face se pavane cette tarlouze charmeuse de Hegel.
Je me demande parfois si les académiciens de toute engeance ne connaissent pas QUE l'académisme. Quand une pensée vient soulever la jupe de cette vieille dame, elle le doit le faire en toute discrétion, une fine tranche d'esprit dissimulée entre les multiples épaisseurs de la convention.
J'ai malheureusement perdu toute possibilité de satisfaction narcissique à me prétendre lassé par un grand auteur. J'ai l'impression de subir un fonctionnaire qui se fait un devoir de me lire l'énoncé du contrat dans lequel il est spécifié que je vais me faire enculer, et que le protocole sera respecté à la virgule près. Abrège bro, je connais la fin.
Dans ma tête, au moins, c'est tout en bordel, je peux y jouer en fonction de mes humeurs ou de mon ennui. Petit a, petit b, oh l'Arthur, tu n'irais pas me chercher une petite bière ? tu m'as donné soif avec tes formules arides.

Trop familier, trop laborieux, trop démonstratif. Je m'emmerde. Je ne dis pas qu'il ait tort ou quoi que ce soit, non, je suis sans renâcler la démarche de sa pensée. Autant une cuisinière peut me faire saliver à me raconter sa recette (ou en écartant un peu les genoux), autant dans le domaine de la pensée, l'énoncé de la recette du bonheur je trouve que c'est vite chiant, pas vraiment séduisant. Juste chiant. Le Schopenhauer il range ma chambre, l'effort est méritant, mais je m'endors mieux au milieu de mon foutoir.


Je suis comme tout le monde, j'adore me croire différent, j'adore me penser supérieur. Prendre plaisir à lire des trucs qui font chier tout le monde, c'est la pure classe, j'ai une chance d'intriguer la caissière d'Auchan qui n'a qu'un bac+5.
Et c'est vrai que si Schopenhauer était aussi populaire que Plus belle la vie, que des auteurs comme lui devenaient le sujet des conversations du lundi matin devant la machine à café, mon univers serait enfin équilibré.
Je pourrais enfin me sentir différent, faire mon mariole, me moquer d'Arthur Schoscho, avec modération, comme on se complait à moquer les drames humains qui reflètent si bien la sociologie de la France de la Pure Niaiserie de PBLV.

- Mais ça vous plait ce truc ? Mais comment vous pouvez aimer ça ? C'est plum-pudding cuisiné au platre blanc, ça se rote avec difficulté tellement c'est lourd, c'est pas un estomac que vous avez, c'est un sani-broyeur, L'art d'être heureux, tout de suite tu sens le mec anorgasmique qui va t'expliquer les multiples facettes du cajolage de clito.


Ça m'emmerde. Trop familier. Il me manque le décalage, il me manque la surprise, le truc qui me retourne la tête, le truc que je fais semblant de savoir depuis toujours, impassible, comment n'y avais-je pas pensé ? Enculéééé. J'ai l'érection élective et masquée, je savoure le plaisir en silence, je me le garde pour moi.
Et comme en général ceux qui me mettent la tête à l'envers aurait tendance à se faire aussi plaisir avec l'anodin masquant, la phrase sublime glissée entre deux banalités, un observateur innocent ne conclurait qu'à un ennui profond entre deux personnes qui n'ont pas grand-chose à se dire. Et pendant ce temps-là, on est excités, à mort, c'est un coït en public, une caresse invisible. Personne ne voit rien, personne n'a rien entendu, il vient de me balancer le penalty du siècle, et je viens de le bloquer sans faire trembler un seul poil de mes sourcils, gimmyfive, bro.

Quand la discrétion de l'annonce la réserve à ceux qui savent la savourer. Se montrer distant, perdu dans ses réflexions alors que les passants vous frôlent, saisi entre la beauté de l'instant et la main d'une languide. Et tant pis pour les taches. Impassible rêveur, masque de cire et auréole encore humide.

Barjots pour barjots, les films de barjots m'ennuient à mourir. Les dialogues de La famille Tanenbaum me font bailler, le décalage censé engendrer l'hilarité me consterne de banalité. Je ne peux pas détecter la partie drolatique. Je vois deux personnes qui dialoguent normalement. Et leur dialogue est d'un ennui mortel. Pour moi, il ne se passe rien.
Comme dans la série Monk, ce nain semi-autiste qui résout les enquêtes. Ces manies tatillonnes me semblent si normales que l'humour censé en découler m'échappe totalement. Tout ce que je vois c'est un connard peu affable qui passe son temps à irriter ses collègues forcément idiots. Pour mettre en relief ses capacités d'enquêteur autiste, l'effet comique nécessite des collègues idiots. Awesome my dear friends, awesome.

Je n'aime pas ce genre de fictions pour cette raison. Les gens que je trouve normaux sont obligatoirement interprétés par des marginaux. Bizarres pour le grand public, les scénaristes les concrétisent par des tafioles infantiles, des célibataires autistes, des attardés amateurs de stratosphère.
Mais à quand un surdoué autistique qui dézingue du djihadiste, qui emballe la belle Peggy du Saloon, qui se gratte les burnes en rotant sa bière ? A croire que le grand public ne supporte plus les surdoués que dotés de lunettes de myope, avec un pantalon trop court, des TOC, qui crispent leurs petits poings de frêle créature à la moindre contrariété. Et qui boude comme des petites filles.

Les neuneus déficitaires affectifs ou sociaux me laissent totalement indifférents, tellement ils me paraissent normaux. Les prévisibles réactions de leur entourage sont si stéréotypées et si quotidiennes, prétendre faire une fiction de mon quotidien me désole d'ennui. Je ne vois absolument pas d'où peut naitre le ressort comique. Pour une fois qu'on nous montre quelqu'un de normal, ça leur trouerait le cul de lui mettre des muscles et une forte intention d'envahir la Pologne ? Ça nous changerait un peu.
Comment voulez-vous que je m'identifie aux surdoués de fiction, leur rôle ne repose que sur leur bizarrerie supposée, ils ne pourraient pas manier l'épée ou balancer des grenades pour changer ?
Heu-reu-se-ment, il y a Sherlock, Sher-lock.

Je préfère mille fois un bon western où le héros va défier le vilain au milieu de la rue principale de Tombstone, au lieu de lui tirer dans le dos comme le ferait un être humain normalement constitué. C'est tellement totalement con, tellement absurde, que je reste bouche bée, avide de suspense, jusqu'où les scénaristes tenteront-ils de pousser l'irrationnel ?

Bref, ce qui aurait tendance à m'attirer de prime abord parce que proche de mon univers réussit au bout du compte à m'ennuyer à mourir. Comme un film attractif par son héroïne génétiquement favorisée, et qui montrerait pendant deux heures une caissière à sa caisse. Pareil. Bip, bip, bip...

D'un autre coté, l'intrigue inspirée par des comportements sociaux qui m'échappent complètement, basée sur des relations humaines normales, me plonge dans des abimes de perplexité. Ces films ont le méritent de me stimuler l'interrogatif jusqu'à plus soif, jusqu'à ce que je fasse l'effort de comprendre qu'il n'y a rien à comprendre, ce qui me laisse tout bizarre, pas d'amertume, l'impression d'une petite brise qui court sur son aire, là où rien ne se passe.

J'ai bien tenté des expériences ultimes, mais tout le monde n'est pas prêt à risquer sa vie pour gravir le K2. En regardant Plus belle la vie, je ne suis jamais arrivé au camp de base. Le parti pris niaiseux, l'impératif du jeu décalé, l'obligation révérencieuse de la crétinerie bien-pensante, me rejette en moins de quelques minutes au pied de mon défi. Je suis très sensible aux voix. Le distillat de niaiserie émis par chaque personnage forment un ensemble symphonique de la cacophonie, tout sonne tellement faux que c'en est insupportable.

Alors que reste-t-il ? La science-fiction. Un univers cohérent à la logique différente, un système de relations entre planètes adverses, totalement artificiel et totalement connecté à l'expérience humaine normale, voici la passerelle qui me permet d’accéder à la logique humaine en passant par un univers fictionnel. Suffisamment séduisant par son étrangeté, suffisamment complexe pour me donner envie de saisir la fiction, partant, le normal. Enfin ça c'était avant les productions Marvel.

And now, it's fart-joke-time ! Le méthane parle aux français.







Cette charmante étudiante est ultra-brillante. A 26 ans, elle se fait remarquer par une communication hilarante et passionnante sur l'importance du contenu digestif pour nos émotions. Elle est blonde, elle est jolie, elle parle de merde et de pets, les médias l'adorent. Elle est vive, elle cause un fluent english, et elle émet, et pas que des gaz, mais aussi des théories géniales sur le pouvoir de régénération neurologique des protéases de bactéries résidant dans nos intestins.
Elle se passionne sur le sphincter interne de l'anus, première étape de ce monde intérieur qui échappe à notre conscience.

Médicalement, ça ne tient pas la route une seule seconde. Une simple analyse de son discours le rend désarmant de candeur. La petite blonde nous parle du pouvoir supposée de bactéries digestives, alors que la minute précédente elle vient de dire qu'il était impossible de recueillir les bestioles en question, elles ne peuvent exister qu'entre un pet de force 7 et un restant de choucroute en cours de digestion.
Sa fascination pour le monde mystérieux de l'intérieur, avec le sphincter interne comme garde-barrière, ne fait que reprendre l'imaginaire féminin sur la galaxie qu'elles hébergent dans leur ventre, toute cette fantasmagorie du bidou, tout ce monde qui les habite et qui échappe à leur contrôle, en partie redouté, en partie espéré, l'espérance d'être choisie entre toutes les femmes.
Elle a vendu 1 million d'exemplaires de son bouquin. Elle est absolument brillante. Et malgré cela je n'arrive pas à la détester.

Parce qu'en l'écoutant, le discours qui se prétendait scientifique est digne d'une mémère constipée en attente pré-orgasmique du doigt qui va accoucher son fécalome. Elle nous explique qu'au lieu de chercher des origines extérieures à nos émotions et nos humeurs, nous devrions nous concentrer sur l'usine à prout et ses métabolismes. C'est-à-dire que derrière une façade scientifique, elle ne fait que décrire ce qu'Uccen avait magnifiquement écrit sur la tendance féminine à tout ramener à son intérieur. Et pour ceux qui ne le sauraient pas, sous prétexte d'utiliser sa capacité à outrepasser l'indisposition habituelle lors de l'évocation du tuyau à caca, elle ne fait que se vautrer dans la passion dévorante des femmes pour leurs tripes et leur trou du cul, cet utérus du pauvre.

Une fausse originalité, une très jolie blonde, deux ou trois pets, une énième version de l'équilibre intérieur, une grosse tartine de science approximative, et hop, elle redécouvre cette billevesée de l'équilibre bactérien digestif, qui permet de vendre tant de produits laitiers et  engraissé de nombreux laboratoires avec la célébrissime Ultra-Levure, patrimoine de l'humanité française, Himalaya de l'inutile onguent intérieur. Tant d'intelligence qui n'aboutit qu'à un seul résultat : faire la démonstration d'une pensée scientifique totalement imprégnée de schémas archaïques. Quand le cerveau reptilien se montre plus rusé que le cerveau frontal. Croyant découvrir les mystères de la tripe, elle ne fait que retrouver la femme en elle.

Là encore, j'aimerais me sentir proche de la donzelle et m'enthousiasmer sur ses théories en apparence originales. Impossible, je vois le scénario plus clairement qu'une saison entière de Plus belle la vie.

Elle est pourtant autrement plus avenante que Schopenhauer jeune, à l'époque où il bourrait les souliers de Hegel de poisse de Hambourg pour se venger de la popularité de son concurrent. Mais voilà, on en revient au prévisible, une femme parle des femmes, de la femme, de l'intérieur des femmes, de l'équilibre des femmes. La trame de l'histoire est trop grossière.

Jusqu'à présent, à part les westerns et Alien, vous aurez constaté que à peu près tout m'emmerde. Ce n'est pas avec ça que je vais pouvoir organiser la fête du slip.

Et puis de temps en temps, je tombe à genoux. Mister Spock à un congrés socialiste, un bon vivant sympa à une IRL zèbre, le cow-boy qui se décide enfin à tirer dans le dos du méchant, de nuit, à distance, un résident échappée de la zone 51, lassé des hamburgers et du coca (tant qu'à faire autant d'années-lumières, je serais extra-terrestre, j'irais me garer à Bologne pour me taper de la lasagne de compétition, pas de la bouffe de ricains en plein désert du Mojave, oui, c'est un drame, je vous le confirme, les extra-terrestres aussi sont très cons).

Une relation mienne, moins vulgaire mais avec une bonne proportion de jeune fille coincée entre les neurones lui aussi, avait les yeux brillants en me rapportant sa récente découverte : une femme qui connait les hommes. Une femme qui ne décrit pas son univers intérieur, ses intuitions et ses espérances émotionnelles, non, pas de la pétasse de base qui multiplie les listes de ses aspirations sur le parfait étalon de leurs rêves, non, de la femme qui a vécu, qui a souffert au-delà de mon imagination, qui s'en fout, et qui pour se placer sur la marché sait flatter ses nombreuses qualités : cuisine, enfant, intérieur, et pour le reste "aucun problème", son assurance est un bonheur à elle toute seule. Je ne l'ai jamais vue, mais une femme qui sait que les hommes se foutent éperdument de l'univers intérieur de ces dames, et qu'ils auraient tendance à ne même plus espérer les qualités alignées par cette charmante personne sur son CV, je vais déposer un cierge à Sainte Rita pour qu'elle lui trouve un mec bien. Je crois la future casée capable de savoir apprécier son futur couillu.

Souvent je m'égare
, je me laisse corrompre par les impatiences de ma tête, je m'excite sur l'ultime, je me noie voluptueusement dans le complexe, pour au final me laisser rattraper par la vanité de tout ça. Je m'ennuie de l'étrange. Finalement, à force de différences vaines, je m'aperçois qu'une des choses les plus précieuses et les plus rares au monde, c'est une jolie gonzesse qui déambule sur un trottoir.
Le véritable snobisme est peut-être là, pour se distinguer de la foule de tous ceux qui se voudraient différents, il suffit de s'autoriser le panache du normal.

Tu nous auras quand même bien fait chier !
dirait mon psy. Après toute ces années, après toutes ces errances, mon souhait le plus cher reste encore de me normaliser. Il a beau me présenter les types les plus tordus de la création, ça n'aboutit qu'à une seule conclusion : puisque je m'aligne sans aucun effort sur ces bizarres, je ne vois pas pourquoi je serais incapable de le faire avec les normaux.
Je n'arrive pas à accepter ce renoncement.
Je pensais que les années me fatigueraient suffisamment pour m'imposer cette sagesse, mais tu parles ! Que dalle ! Je trouve même que ça empire.
En plus le psy me démontre à quel point je suis nul quand je cherche à me normaliser, chiant pour tout dire. Je ne suis pas fait pour ça, je n'y arrive pas, je ne bénéficie d'attentions qu'en laissant ma bizarrerie folâtrer à sa guise. Après les gens se débrouillent, ils mangent ou pas.

Alors je lève discrètement le doigt pour poser une question, je tente une dernière négociation, j'en veux encore du normal, je ne renonce pas au passeport Normal.

- Oui mais, et si...

- Ah mais putain, mais ferme ta gueule, à tout jamais. Physiquement.


J'ai la chance d'avoir un psy au vocabulaire étendu.

Impératif de la modestie, certains territoires me sont interdits. Je dois apprendre à accepter l'aléatoire de ces systèmes complexes qu'on appelle les humains, renoncer à en contrôler les jugements.
Je suis comme un Burundais à Genève, qui n'indispose jamais autant les helvètes que lorsqu'il se veut plus suisse que les suisses. Tant que je deale des herbes de Provence, je suis à ma place et tout va bien. Je suis fait pour faire rêver avec l'exotisme de Bujumbura, pas pour réciter les normes genevoises en matière de sacs poubelles, trois tomes de 257 pages chacun, téléchargeable en PDF sur le site Genevelibereedelacrasse.ch.
Dieu que c'est difficile, je connais chaque rue, chaque trafiquant de Bujumbura, j'y suis né, alors que si il y a bien quelque chose que je trouve exotique c'est la somme d'efforts consentie par les suisses en matière de tri sélectif.
Leur normalité est mon exotisme.

Il faut que j'accepte que les suisses voient que je suis noir de peau, renoncer à ma blanchitude. Et faire avec, raconter l'exotisme du marché central de Buja où notre mère nous trainait deux fois par semaine. J'y trouve autant d'intérêt que vous à raconter les rayonnages de votre Carrefour local.

Qu'on me donne l'envie, l'envie d'avoir envie, qu'on me donne ma vie. Alors, Schopenhauer ou Plus belle la vie ?
Mon tout petit bordel, mon bordel à moi, le seul capable de me faire rire comme un crétin atavique.
Et quand il ne suffit plus, j'ai sous la main 257 pages de délire technocratique, une nation entière hallucinée par l'obsession de la propreté, la zone 51 à coté c'est de la roupie de sansonnet dans le registre paranormal.

Un jour faudra que je vous parle de leurs washing agendas, c'est top délire.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5526
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:22


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 39 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum