Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Pola le Dim 27 Sep 2015 - 20:16

On s'en fout de ta caricature bordel !

Pola
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3103
Date d'inscription : 22/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Dim 27 Sep 2015 - 20:26

Yul a écrit:@silent : je suis ENFP

Quel troll êtes vous? Psychologie du Troll

3.1 - The Classic

The "Classic" type troll is the most polemic, in that the primary purpose is to engage others in a heated discussion about a topic. Classicists tend to have above average intelligence, and the predominant Meyers-Briggs temperament was eNFp.

Ca va encore, il pourrait y avoir ce genre de trolls ici:

3.4 - The Malicious

"Malicious" trolls tended towards strong destructive actions such as spamming and excessive profanity. They showed no tendencies towards any of the Meyers-Briggs known types, instead only indicating significant personality defect PTypes such as histrionics and compensatory narcissism. Other issues were raised with such surprising regularity that one must conclude that virtually all Malicious trolls have both erectile dysfunction and suffer frequent enuresis The average IQ of this group was 83.

Je voulais pas dire que Yul est un troll hein...


Dernière édition par Mily le Dim 27 Sep 2015 - 20:27, édité 1 fois (Raison : Précision...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par //ha!ha! le Dim 27 Sep 2015 - 20:26

@Yul:
Au cas où tu aies un doute, je rigolais. Je sais t'aimes pas quand tu penses que les gens peuvent ne pas t'aimer. Donc, c'était pour de faux.

//ha!ha!
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 86

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Skeletor le Dim 27 Sep 2015 - 20:41

Mily a écrit:
Quel troll êtes vous? [url=]Psychologie du Troll[/url]

Ah tiens, y'a pas d'INTP...


Skeletor
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 2
Date d'inscription : 27/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par 'C.Z. le Dim 27 Sep 2015 - 20:51

Mily !! Je te kiffe !! Bisous

'C.Z.
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2693
Date d'inscription : 16/02/2015
Age : 35
Localisation : Côte d'Azur (de la Bretonie)

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Yul le Dim 27 Sep 2015 - 20:54

Mily a écrit:
Yul a écrit:@silent : je suis ENFP

Quel troll êtes vous? Psychologie du Troll

3.1 - The Classic

The "Classic" type troll is the most polemic, in that the primary purpose is to engage others in a heated discussion about a topic. Classicists tend to have above average intelligence, and the predominant Meyers-Briggs temperament was eNFp.

Ca va encore, il pourrait y avoir ce genre de trolls ici:

3.4 - The Malicious

"Malicious" trolls tended towards strong destructive actions such as spamming and excessive profanity. They showed no tendencies towards any of the Meyers-Briggs known types, instead only indicating significant personality defect PTypes such as histrionics and compensatory narcissism. Other issues were raised with such surprising regularity that one must conclude that virtually all Malicious trolls have both erectile dysfunction and suffer frequent enuresis The average IQ of this group was 83.

Je voulais pas dire que Yul est un troll hein...

What a Face

Embarassed

Silent a écrit:
@Yul:
Au cas où tu aies un doute, je rigolais. Je sais t'aimes pas quand tu penses que les gens peuvent ne pas t'aimer. Donc, c'était pour de faux.

I love you
Pendant un moment, je me suis demandé si Numero6 ou dims16 n'auraient pas fait une annonce que je n'aurais pas lu et que du coup j'aurais gaffé (vu que j'ai débarqué dans la discussion sans lire ce qui a été écris avant) Embarassed


Yul
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3940
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 32
Localisation : Dieppe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par IndianaJoan le Dim 27 Sep 2015 - 20:58

Mily a écrit:

Je voulais pas dire que Yul est un troll hein...

Tu devrais. Y'a pas pire que les anciens modos What a Face

Au fait, j'ai annoncé que j'allais me casser de la modo, moi?

IndianaJoan
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1580
Date d'inscription : 15/10/2013
Age : 32
Localisation : tête en l'air, pieds sur terre et nez dans un bouquin

http://www.zebrascrossing.net/t17945-puisqu-il-faut-bien-commenc

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par //ha!ha! le Dim 27 Sep 2015 - 21:02

IndianaJoan a écrit:

Tu devrais. Y'a pas pire que les anciens modos What a Face

Au fait, j'ai annoncé que j'allais me casser de la modo, moi?

Pété de rire

//ha!ha!
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 86

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Invité le Dim 27 Sep 2015 - 23:24


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Numero6 le Lun 28 Sep 2015 - 23:11

C'est pas bientôt fini ce bordel !


Garamond 16pt Bold a écrit:
Numero6 a écrit:Je sais, je sais, pour aimer les autres il faut commencer par s'aimer soi-même

Non... C'est ce que les femmes disent souvent aux hommes, c'est surtout un truc qui fonctionne chez les femmes ça, du fait que la femme est un être essentiellement narcissique, son amour pour autre chose qu'elle-même passe nécessairement par son amour d'elle-même. Elle aime une paire de chaussure parce-qu’elle s'aime en les portant. Elle aime un homme, parce-qu’elles s'aime en l'ayant "acquis", d'où l'importance que ça rende ses copines jalouses.


Mais quel est donc cet intriguant qui prétend empièter sur mes parts de marché ? Je ne suis qu'un Working Process, je ne suis capable d'appréhender une réalité que par petites touches, lentement, très lentement.
Et l'autre bourrin met tout à plat, d'un coup, il me file la réponse de l'énigme. Mais que me reste-t-il à écrire pour prétendre chercher la solution ?
Je me retrouve cantonné à un rôle subalterne, celui qui rame pour comprendre la réponse de l'énigme. C'est dévalorisant ce truc.

Mon cerveau est un Diesel pusillanime. Il n'aime pas les packages définitifs. J'aime m'extasier. Et j'avais posté sur la finesse d'esprit de Christian Louboutin quand il déclarait qu'une fois chaussées de ses FuckMePump, c'est elles-mêmes que les femmes évaluaient dans le miroir. Je trouvais ça raffiné. Et j'adorais les sourires complices de ces femelles si guillerettes qu'un homme les comprennent.
Ce qui les conduisaient à acheter à prix d'or des pompes destructrices de rotules, pour la simple raison que les SuperBitch exposées dans les médias se trémoussent avec le modèle Pigalle sur le tapis rouge. Ce qui constitue le véritable fond de commerce du père Louboutin.
Et ça il ne faut pas le dire.

C'est un peu ça les femmes, elles adorent être devinées... mais pas trop. J'ai l'impression qu'elles sont trop conscientes du théatre de marionnettes dont elles sont les marionnettistes.

Centaure Z'ailée a écrit:La femme cherche à l'être et l'homme à combler... que demander de plus ? sinon qu'ils s'accordent sur les termes du contrat ? Il y a des hommes qui ont plus à donner que d'autres et des femmes qui n'en attendent pas moins. Battement de cils

Voilà, voilà, on est d'accord sur le principe, nos princesses acceptent d'admettre qu'elles attendent d'être comblées, mais c'est bon, stop, on arrête de creuser, on ne va pas plus loin.
Le truc le plus touffu, c'est cette impression qu'elles redoutent qu'on soulève le capot, et que la belle limousine aux chromes rutilants ne s'active que par la grâce d'un moteur de Deudeuche retapé par un roumain trisomique.
Elles veulent attirer mon attention sur les chromes rutilants dont je n'ai rien à foutre, et prétendent m'interdire de m'extasier sur le miracle mécanique et l'ingéniosité d'un attardé, capable de faire cracher à un modeste flat-twin le même nombre de chevaux qu'un V12 ricain.

Qu'on puisse s'intéresser à ce qui est sous le capot provoque des incompréhensions ultimes.

Pola a écrit:je suis sur le cul !


Mais oui, mais oui, de temps en temps, par une faille génétique, une mutation cosmique, certains ont besoin de savoir ce qu'il y a sous le capot. Et quand les vendeuses d'enjoliveurs réclament la garantie de l'hypnose par chromes interposés, la frénésie compulsive de l'appropriation, il devient quasiment impossible de faire entendre qu'il est possible de s'extasier devant l'ingéniosité du moteur. Mais que, bon, la mécanique n'est passionante que parce que je suis capable de la trouver passionante, ce qui est valorisant, pas parce que son emballage me percute des schémas pré-définis.
Je peux m'extasier sur la mécanique. Il faut croire que les vendeuses ne préfèrent pas, elles préfèrent du garanti, elles préfèrent du pigeon, fasciné par les accessoires.


Garamond 16pt Bold a écrit:Pourquoi diable partez-vous donc du principe que je serais dans une logique de séduction ? Ainsi la seule chose qui vous intéresse est votre valeur boursière sur mon indice "niquer" ? "Comment ?! cet homme n'essaye pas de me séduire ?! c'est une infamie ! Il est impossible de commercer dans ces condition... cet homme est-il donc incorruptible ? O rage ! O désespoir !"

Voilà, voilà, tomber sous le charme d'un beau chassis doit entrainer la compulsion d'achat. C'est à peu près aussi horripilant qu'une vendeuse qui refuse de concevoir l'éventualité d'un choix.

- Comment peut-te-non ne pas tomber sous le charme de cette absolue concrétisation du désir ?

Je le perçois comme un défi, les dix épreuves du chevalier, les douze travaux d'Hercule. Comment peut-on ? Je vais te le montrer connasse comment on le peuton, tu peux l'exposer en vitrine ton bolide, et je garantis que si tu aperçois le coin de mon chéquier c'est que tu souffres d'allucination érotomaniaque.
Ce doit être mon cerveau de gonzesse, j'ai l'impératif de maintenir l'illusion que c'est moi qui choisit.

Centaure Z'ailée a écrit:J'ai ajouté le principe de déduction - parce que c'est mon genre - à un principe d'égalité. Il est aisé d'exposer une vérité peu constructive finalement sur l'autre. Il est bien plus élégant de se dire également soi même sous ce même angle. Si les femmes veulent recevoir, les hommes veulent donner et on peut aussi railler cela.

Logique, logique, on dirait un commercial qui vous propose un rabais, parce qu'il a la souci de votre bien-être, qu'il ne peut pas vous laisser démuni, seul, perdu dans le désert, sans son élégiaque photocopieur.
A croire que le photocopieur n'a de valeur que si je l'achète.
Tiens, et au fait, ce ne serait pas un peu le cas ?

C'est un dialogue de dupe. Laissez-moi absolument vous faire profiter des derniers progrès de la technologie, vous ne pouvez pas refuser. Vous ne pouvez pas refuser mon offre. Je sais que vous bavez en votre fors intérieur, je sais que vous vous retenez. Laissez-vous aller, vous faites le bon choix, le prix s'oublie, la qualité reste.
Moi, je rêve d'un commercial qui avouerait baver sur mon chéquier, prêt à se casser le cul pour le mériter.


Garamond 16pt Bold a écrit:
Centaure Z'ailée a écrit: à défaut de pouvoir entrer dans... il expose son désir de s'introduire dans notre cerveau, mais le fait poliment.

L'échec face à la concurrence pousse à l'analyse des facteurs de réussite des concurrents, c'est logique... aussi je ne m'en cache nullement, je suis un très mauvais produit, contrairement à Christian...

Aaaahhhh, enfin un peu de lucidité.

Silent a écrit:Beh, parce que t'es toujours fixé sur le même thème, qui est généralement celui de ceux qui veulent péchos.
Et que j'ai toujours l'impression que les réactions des gens t'intéressent plus que ton propos en lui même.
Du coup, j'essaie de comprendre la logique de ta démarche.

C'est le drame. Toujours cette impression bizarre que les femmes cherchent à fourguer un véhicule d'occasion au prix du neuf, qu'elles ne s'envisagent attractives que maquillées comme une voiture volée.
A croire que pas une seule seconde elles ne croient elles-mêmes à la qualité du produit. Elles ne sont pas abasourdies que l'on puisse les apprécier tel quel, pour la simple raison que cette hypothèse est exclue de leur champ de réflexion. Trop aléatoire, trop imprévisible.
La crapaude se revendique princesse pour ne pas dépendre des préferences d'un crapaud.

Elles veulent que l'on aime la princesse en elle, alors qu'on bande pour la crapaude. Mais qu'il ne faut pas le dire. Parce qu'un homme qui bande pour une crapaude, ce n'est pas vraiment valorisant auprès des copines.
Alors que dans la gent masculine, il s'agit d'un sujet de conversation fréquent. Elle a l'intelligence de Rihanna et les charmes de Maité, mais rien que son parfum me flanque une gaule du diable. Vous en pensez quoi les mecs ? J'attaque ? Je reste coi ? Je suis ma bite ou le désir mimétique ?

Silent a écrit:Beh, parce que t'es toujours fixé sur le même thème, qui est généralement celui de ceux qui veulent péchos.
Et que j'ai toujours l'impression que les réactions des gens t'intéressent plus que ton propos en lui même.
[/quote]

Bonne impression.

Silent a écrit:Du coup, j'essaie de comprendre la logique de ta démarche.

Ma démarche de faire de l'anti-drague ? Je l'ai expliqué dans un post que Klhatu a supprimé... Quel intéret d'être dans une logique de séduction, alors que les femmes n'attendent que ça ? [/quote]

C'est peut-être là que les emmerdes commencent. Adapter sa conduite en fonction des schémas féminins.
C'est peut-être là le point faible.
Un mec qui prend plus de plaisir à savoir la ruse féminine, à en jouer, à la renvoyer en mirroir... C'est peut-être pas très viril, mais c'est assurément une forme de flatterie. Or, normalement, un mec ne se fait pas chier à flatter une femme, si ce n'est pour lui planter son dard comme argument définitif.

I Want To Believe a écrit:C'est beaucoup plus drôle de leur présenter un schéma exactement inverse, un truc épouvantable qui annihile la prise qu'elles ont (ou croient avoir) naturellement sur un mâle... Selon les réactions, certaines peuvent devenir les élues de mon coeur (au moins virtuellement et temporairement).  C'est un "shit test" masculin...

Silent a écrit:Et je vois bien que le nombre de vues dans la rubriques zeetic est énorme (rubrique plus récente que les autres) et donc que c'est la motivation première d'une grosse majorité des gens, pécho.
Mais tu sors peut-être de la norme, je sais pas.

Je sors de la norme de bien des manières oui.

C'est toute la différence entre celui-qu'il-ne-faut-plus-appeler-Uccen et moi. Il se revendique a-normal quand je me désespère de l'être, normal. Mais au bout du compte on arrive à la même attitude.

On aurait dit que toute motivation masculine était sous-tendu par le désir de fourrer sa queue dans un orifice chaud et humide. On aurait dit que tu bavais tellement sur ma splendide carrosserie que je peux t'en demander le prix que je veux, parce que je le vaux bien.

A croire que pour obtenir le statut de princesse, une femme n'a besoin que de maintenir sa température interne aux alentours de 37°c.

Le plus phénoménalement con, c'est de tout faire pour que cette attraction universelle soit garantie, puis de se plaindre de son efficacité. Tout faire pour vérifier la permanence de ce super-pouvoir, puis rejeter toute responsabilité dans son inflation.

Silent a écrit:Beh, parce que t'es toujours fixé sur le même thème, qui est généralement celui de ceux qui veulent péchos.
Et que j'ai toujours l'impression que les réactions des gens t'intéressent plus que ton propos en lui même.

Bah oui, évidemment, c'est le contraire qui m'échappe complètement.

J'ai une idée, j'ai une pensée, j'ai envie de jouer avec, de la soumettre aux réactions, de l'affiner, de la rendre plus séduisante, de la distiller pour n'en garder que sa partie la plus ennivrante. Je joue avec une pensée comme d'autres jouent à la poupée. Je la peigne, je la coiffe, je l'habille et je la soumets aux réactions.

C'est gonzessiforme ?

Je ne crois pas. Une idée n'est qu'une idée. Je ne m'identifie pas à elle, c'est un produit extérieur. En plus j'ai cru remarquer qu'elles avaient tendance à se ressembler sur le long terme. C'est chiant. Les réactions, je les espère plus variées, imprévues, surprenantes.

Centaure Z'ailée a écrit:Donc, on en revient au propos de départ, tu agresses gratuitement, histoire de mieux juger ton prochain.

Une agression ? Non mais sans blague, balancer quelques vérités sur la gente féminine, c'est une "agression" ? Dis moi, tu t'es vraiment sentis visée par ce que j'ai dis, tu t'es sentis "agressée" ? Non, je demande, parce-que, je ne t'ai pas spécifiquement pointé du doigt, toi... Une agression, regardez moi cette vipère jouer les victimes...[/quote]

Même interrogation. Je m'interroge. Les gens ne font pas les choses pour rien. Jamais. Ils ont rarement la pleine conscience de ce qui les anime, mais le hasard ou l'intuition ne sont là que pour masquer cette méconnaissance.

Tu agresses gratuitement. Gratuitement. C'est peut-être le panache qui agace, l'acte gratuit, la beauté du geste sans intention de conclure. Pourquoi viens-tu me renifler le cul sans raison ?
Mais fous-moi la paix avec tes agaceries, bougre de couille-molle, de délaissé, de petite bite, de Casanova de clavier, vas-tu te décider enfin à me défoncer le cul, connard ?
Dis voir, faut que je fasse quoi pour que tu m'agresses pour de bon ? T'as le spaghetti qui flageole ? Un petit coup de Vermifuge Lune pour te désencombrer l'enthousiasme ?

Font chier ces mecs, vous allument la promesse de la domination, vous promettent la fessée, et se contentent de se flatter l'organe, tout ravis qu'ils sont de subodorer notre bordel ambiant. Mais donnez-nous du bucheron, du défonceur, du pilonneur, une bite avec un mec autour. Ah, et oui, si possible, qu'il ait le mode d'emploi dans sa boite à gants. Mon cul, il te plait pas mon cul ? Monsieur fait sa mijaurée, monsieur s'interroge ? Je ne voudrais pas me montrer discourtoise, mais tu vas te décider à me trombiner si ce n'est pas trop te demander ?
Je ne me suis pas épilé la foune, maquillée comme Louane, attifée comme Clara Morgane pour que tu dissertes sur l'éternel féminin.
Et tu prétends que je deviens agressive ? Mais, mollusque, tu n'as aucune idée de l'aggressivité féminine mon petit bonhomme, mon calinou d'amour, ton petit cœur amoureux de merde je vais en faire des confettis trempés dans du caramel, je vais l'éparpiller aux quatre vents ton totem viril.

Mais tu vas me défoncer le cul, oui ou merde ? C'est non négociable. Après, on verra pour les tractations et les enjeux de territoire.

Silent a écrit:Pour le contenu, j'ai pas l'impression que N°6 en soit bien éloigné. Sans vouloir créer de polémique.

Au contraire, au contraire. J'ai l'impression d'être un surveillant de dortoir pour filles. J'entends tout, j'écoute tout et je n'en crois pas mes yeux (ahah).

Silent a écrit:Moi je sais.
Lorsqu'on dit des vacheries, il faut le faire comme si on décrivait des qualités.
Faire au moins semblant de parler de quelque chose de beau - et si possible dans un style élégant  (je commence à plancher sérieusement sur cette histoire de fond/forme dont parle la modération, l'équilibre etc)

J'peux avoir un su-sucre?

Le style, c'est l'homme. Le style, c'est pour l'homme. Le style, c'est pour se faire plaisir. Cigler l'addition d'un resto, c'est le pied. Tenir la porte de la voiture, c'est top class, putain, comment que je me la pète. S'effacer devant une femme juste après avoir poussé la porte d'un resto, c'est aussi narcissique qu'écrire ici, c'est uniquement pour me la péter sévère. La trémulation du désuet, la gratuité de la posture, matador de l'inutile.

Après faut voir. Déployer autant de classe pour un acariâtre boudin, c'est jouer la facilité. Renier à la donzelle la moindre responsabilité, la plus petite origine, le plus petit début de déclencheur. La classe est là, totale, parfaite, absolue. C'est tellement décalé.

Ne pas oublier le plaisir du désir. L'excitation d'un pas-de-deux. Partenaire discret d'une danse dont l'étoile doit briller, dandy arrogant qui se fait majordome silencieux. Et c'est encore plus enivrant si je suis le seul capable de voir l'étoile briller. Tout cela ne sert strictement à rien, c'est le paon qui fait la roue pour le plaisir de se détruire les lombaires.

Plaisir coupable. Ivresse coupable. Tout cela n'est autorisé qu'en cas d'impératif bital.

- Je te préviens, je ne couche pas le premier soir ! Je vous connais les mecs, vous ne pensez qu'à ça !

Ah merde, finie la rigolade. Si le deuxième soir, au plus tard le cinquième soir, je ne me suis pas soumis au retour sur terre, ça va chier ! Faut pas chauffer la dame si t'as pas la ferme intention de sortir ta lance d'incendie dans les plus brefs délais. Faut pas attiser les braises si t'as pas l'intention d'y faire transpirer ta merguez.
Mais comment espérer une certaine grâce au plumard si un minimum d'élégance est absente au resto ?

Elles rigolent pas les bonnes femmes ! C'est du sérieux avec elle ! On n'est pas là pour niaiser !

Allez, viens, Popaul, elles ne comprendront jamais rien. Boys want to have fun.


Dernière édition par Numero6 le Lun 28 Sep 2015 - 23:31, édité 2 fois

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par ______________ le Lun 28 Sep 2015 - 23:29

Tu peux enlever chacal merci

______________
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 399
Date d'inscription : 31/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Numero6 le Lun 28 Sep 2015 - 23:32

Done

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par ______________ le Lun 28 Sep 2015 - 23:34

ce-qu'il-n'aurait-fallu-appeler-Done

______________
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 399
Date d'inscription : 31/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par //ha!ha! le Lun 28 Sep 2015 - 23:37

@Numero6
J'ai l'impression qu'on ne parle pas la même langue.
Je ne vois aucun lien entre tes citations et les propos qui suivent.
M'enfin, on brode comme on peut.

//ha!ha!
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 86

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Numero6 le Lun 28 Sep 2015 - 23:37

Le tonneau des Danaïdes.


Dans la mythologie grecque, les Danaïdes sont les cinquante filles du roi Danaos. Elles accompagnent leur père à Argos quand il fuit ses neveux, les cinquante fils de son frère Égyptos, un oracle ayant révélé à Danaos que l’intention des fils de son frère était de tuer ses filles après les noces, il décide de s’enfuir avec elles. Après avoir proposé une réconciliation, elles épousent leurs cousins et les mettent à mort le soir même des noces sur l'ordre de leur père. Les Danaïdes sont condamnées, aux Enfers, à remplir sans fin un tonneau sans fond.


Une des plus gigantesques arnaques de l'éducation des petits garçon par leur mère débute par La Grande Illusion. Les malheureux finissent par se convaincre que ce sont leurs actes, leurs beaux dessins de chiotte d'enfants de chiotte, qui comblent leur mère.
Faux. Leurs mères se contentent de satisfaire leur besoin de gloriole, c'est bien, c'est bien, va refaire un beau dessin pour maman.
Ce qui comble une mère c'est d'être une mère. Le chiard importe peu. Il suffit de constater leur complaisance, leur admiration coupable devant un petit connard, souffrant de dys-grace, atteint d'une intelligence différente à tendance lacunaire.

Pour les filles c'est différend. Reproduction. Se reproduire. Se dupliquer. Ce n'est pas Sissi l'impératrice, c'est Sissi Parité. Mini-moi. Plus d'attention, mais aussi plus d'exigence, la mère sait imposer le même regard critique à sa fille qu'elle s'impose à elle.

Si tu fais dodo, t'auras du lolo.

Comble-moi et t'auras à bouffer. Il ne faudrait pas grand-chose pour que le message se mue en "comble-moi et tu pourras me bouffer". Ou pas.

Putain d'arnaque !


Mais c'est impossible, c'est totalement impossible, il est impossible de combler un engin conçu pour ne jamais être comblé, qui ne fonctionne qu'avide, on ne comble pas un puit sans fond.

- Que veulent les femmes ? que j'ai demandé sur ce forum.

- Tout ! qu'on m'a répondu.

Mais c'est faux, "Tout" n'y suffirait pas.

Ce machin est conçu comme une pompe aspirante. Prétendre combler une femme est un but aussi noble que de saturer la contenance du sac d'un aspirateur, c'est un non-sens. Un aspirateur plein, quelle est la première chose à faire ? C'est ça : remettre un sac à remplir.
Le but c'est d'aspirer, la réplétion du sac n'est qu'un dommage collatéral.



Non mais alors, c'est quoi ce bordel ? J'en fais quoi de ma pompe aspirante ?

Parce qu'elle est toute mignonne et vraiment gentille, mais pour la partie bitale, elle me sert quand, en pratique, dans une semaine ? 1 % du temps ? Grand maximum, tout grand maximum.
C'est peut-être la clé du mystère. Utile 1 % du temps en pratique, elle m'apaise 100 % du temps. A une seule condition : que je puisse croire à la disponibilité permanente du pompier en cas d'incendie du slip. Devoir conjugal qu'ils avaient appelé ça.
Fonction trop dévalorisée à notre époque pour prétendre à la moindre valeur d'échange.
Alors que...

Popaul est d'une susceptibilité de fouine. S'il détecte la présence d'un prédateur, il retourne dans son terrier en catastrophe. S'il détecte le moindre signe de lassitude ou de migraines compulsives, l'écartement jambier passif le fait halluciner, il délire, il fantasme du néfaste, il soupçonne un manque d'enthousiasme, il envisage la transmutation de Madame en réceptacle contraint de sperme non-désiré, il cherche l'huissier, il redoute l'avocat, il consulte ses proches, il demande un encouragement : "qu'est-ce qu'on fait les mecs, on y va ou on n'y va pas ?".

Au temps béni où il fallait s'occuper des bêtes, pas besoin de lui faire un dessin à madame. Sans la traite, les vaches vont de mal en pis, et ça beugle un max une vache qui a mal au pi. Traire le conjoint n'avait pas du tout l'aspect psycho-socio-orgasmo-écolo-bio qu'il a pris maintenant. Fallait traire les vaches chaque jour, fallait vider les couilles au bonhomme un peu moins souvent, ou un peu plus souvent, mais si en plus fallait s'organiser pour systématiquement se provoquer l'orgasme du frifri, pfff..., y aurait pas assez d'heures dans une journée, hé pépère, j'ai autre chose à foutre moi, le boulot ne va pas se faire tout seul.

Identification projective qu'ils disent les psy. "Tu ne penses qu'à ça" qu'ils énoncent les jaloux. Leur délire de disponibilité sexuelle, ils le projettent sur madame, en concluent du fâcheux, débusquent le potentiel amant partout. Et pendant ce temps-là, madame, qui n'a même pas le temps de laisser sa tripaille se détendre suffisamment chaque jour au-dessus de la lunette des gogues, harcelée par la marmaille dés qu'invisible, entre deux factures et une panne de micro-onde, oui, madame se dit que, finalement, donner raison au futur cornard remettrait les pendules à l'heure. Tant qu'à nier farouchement, autant le faire avec beaucoup de mensonges dedans, c'est autrement plus gouteux.
Seul inconvénient, se coltiner les humeurs d'un autre burné. Le choisir volage dans la mesure du possible.

Potentiel. Pour une fois que c'est utile, le potentiel. Comme pour l'intelligence, le potentiel sexuel ne se rend utile qu'avec de l'expérience, du boulot et de la constance.
Quiconque a tenté de traire une vache sait de quoi je parle. Avant de réussir à faire jaillir le lait, faut de l'expérience, un sacré coup de main, et de la constance dans l'effort.

Potentiellement, le pompier de service peut intervenir à tout moment, s'il vient les mains dans les poches, il n'a qu'à se lancer dans le macramé.
La vigilante gardienne de mon slip a passé son DU de soupirs, elle est arrivée major de sa promo pour son MBA de l'émerveillement des soubresauts de la bête, elle dépose Meg Ryan sur le marathon du soupir feint, de l'extase supposée.
Ah et puis, attention, c'est pas de la feignasse, ça vous roule une pate à tarte avec une bouteille de pinard vide aussi vite que tu sors la pizza du congélo. C'est pas une petite branlette vite fait sur le gaz qui risque de l'impressionner. C'est des mains de travailleuse ça madame. Toutes douces en plus, mais là, c'est juste un énorme coup de bol.

Mais s'il n'y avait que Popaul à satisfaire ! Mais non, il faut aussi satisfaire le petit cerveau, celui qui commande le gland. Du boulot je vous dis, de l'expertise dentellière, de l'entretien pileux, de la blonditude couteuse, cachez ces varices que je ne saurais voir.
Mais c'est comme pour tout, au début il faut penser à mille trucs en même temps, et après ça devient automatique on n'y fait même plus attention. Il faut planter le décor, valoriser le personnage principal, le mettre sous les projecteurs, Monsieur Labitte réclame des attentions, il lui faut des louanges, des applaudissements, des convulsions, des feulements, faites un maximum de bruit pour Laaaabiiiiitte,

C'est un drame, fallait pas nous prendre au sérieux, on voulait pas du tout que vous preniez votre pied à chaque fois, on s'en branle complétement, on voulait juste que vous fassiez semblant d'être éprouvée jusqueu zo fond du slip. On matait votre cul avec notre bite dedans, on voulait juste un fond sonore, du sound effect pour rendre les coups de boutoir plus spectaculaires.
Mais qui a bien pu vous faire croire qu'à un seul moment votre Orgasme avait la moindre importance ? Déjà qu'on sait pas le reconnaitre quand il se produit. Dés le départ l'orgasme féminin c'est un truc virtuel. Un peu plus ou un peu moins, on s'en fout, tout ce qu'on veut c'est une bande-son crédible.
Non, non, on voulait juste que vous fassiez semblant. Boys want to have fun.

Zont bien compris le truc en Afrique, ils barrent les clitos pour éviter la confusion (ouais, bon, celle-là, je vous l'accorde, elle n'est pas seulement de mauvais gout, elle craint un max, ce n'était pas une recommandation, c'était pour illustrer).



Prenons la situation idéale, de la personne travailleuse, experte, soupireuse à souhait, dénuée de toute tentation symbolique ou sentimentale, de la videuse de couilles de catégorie A, bon, ben, cette sperm extractor de première, combien de temps d'usage dans un quotidien surchargé ?
Dans une hypothèse optimiste, ça se décompte en minutes, au pluriel.

Malgré ce temps d'utilisation plus que restreint, l'experte a ce talent merveilleux d'apaiser la tension du matin au soir. Rien que par sa présence. C'est absolument fabuleux. Elle éteint l'angoisse de la surtension testiculaire, elle sérénise Popaul en permanence, au moindre rhume, elle saura le faire éternuer en douceur. C'est merveilleux.

A part quelques frimeurs définitifs dans mon genre, des obsédés du contrôle, il ne faut que quelques minutes de torture soft pour faire avouer aux mecs que se débarbouiller les valseuses restent une préoccupation permanente. Je me qualifierais de coupe-circuit. A distance de la belle des images de destruction culière me hantent et m'animent, sitôt son entrée en scène l'apaisement hormonal se produit, la détente m'envahit, la béatitude me gagne. Bloinnggg, débranché du cul, en apesanteur, la péri-durale de la surtension, la morphine de la bandaison.
Si par malheur elle néglige de venir me briser les noix, de me réactiver l'adrénaline, de me chatouiller la mauvaise humeur, jamais l'envie de la flageller ne me viendra, chui trop bien, ma torpeur est divine. La preuve, je ne pense plus. Je flotte.

Une femme, non. Vous pouvez la tremper dans l'huile bouillante, la fringuer comme Carla Bruni en visite chez sa majesté la Queen, lui retirer sa carte premium chez Sephora, elle préférera mourir plutot que d'avouer qu'elle a besoin d'un mec. Pour que ce soit aussi systématique, il doit bien y avoir une raison, c'est pas possible que ce soit spontané.
Il doit forcément exister la trace d'une stratégie d'adaptation, une éducation par l'échec répété, nos danaïdes ont surement une bonne raison.

Je cherche, je m'explore, j'envoie des mails à la partie la plus Hello Kitty de mon petit cerveau.

L'aveu de se vouloir comblée, laminée, remplie, défoncée, ravagée, détruite, pleine, ne ressemblerait-il pas à la proposition de l'aider à remplir son puit sans fond ? Alors que je n'ai fini de lire l’Équipe, excellent journal au demeurant, dont la prose sportive dépasse en qualité la plupart des journaux de presse écrite, rédigée par des stagiaires payés au lance-pierre.

Sont pas folles les guêpes. Faut pas décourager le naïf, faut pas dissuader le romantique, faut pas désespérer Billancourt.

De l'allégorie du tonneau des danaïdes on ne retient que la symbolique d'une tache sans fin. Et pourtant... on parle bien de gonzesses condamnées à remplir toutes seules un vide, après s'être débarrassé de leurs maris au prétexte qu'ils avaient de mauvaises intentions à leur égard. Tout ça sur les conseils de papa. Si l'on ne retient généralement de la psychanalyse que le complexe d'oedipe ce n'est pas pour rien, le père Freud ne devenait pertinent que quand il pompait outrageusement. La mythologie, c'est autrement plus riche.

Là encore il y a confusion. Vouloir nous masquer ce vide ontologique est une erreur grossière. Satisfaire une femme est une prétention que tout homme sain d'esprit a chassé de son vocabulaire. Quand à prétendre savoir la faire jouir à tous les coups... là on tombe carrément dans le burlesque. Comment prétendre rivaliser avec sa main qui la connait si bien ? Je ne parle même pas de celles qui ne sont foutus de se concocter un solo de mandoline, ne sachant pas à quoi ressemble leur propre orgasme toute tentative d'intervention se soldera par un échec, et ne fera que creuser le trou béant de la frustration. Laissez tomber. Si elles ne savent pas elle-mêmes à quoi ressemble ce qu'elles se désespèrent d'obtenir de vous, vous allez ramer les enfants.


Une autre source de totale confusion, l'hypothèse selon laquelle notre petit vermicelle serait à même de combler ce vide métaphysique et permanent. Bien sabrée, la femelle est détendue, câline, quasiment en équilibre stable. Mais pour combien de temps ? Les plus optimistes tablent sur quelques heures.

Le seul truc qui parviennent à les combler c'est de leur faire dépoter du gluant, qu'elles pourront regarder toute leur vie en se pâmant :"Mais j'ai fait ça, moi ?" La nostalgie de la réplétion prend le relais du ballon. Et même pendant leur temps de vergetures, comblées jusqu'au reflux gastrique, dégueulantes d'hormones et de petites attentions, la compulsion du remplissage du vide se reporte sur la bouffe.



Bon, j'allais l'intuition de broder sur la noble valeur de la présence masculine auprès de cet ogre, potentiel contempteur, exigé à 1 % comme source de plénitude.

J'avais l'intention d'inventer un équilibre biologique qui pourrait donner un début d'explication à la constitution de ce truc qui défie toute logique : un couple hétérosexuel, soudé par ce 1 % potentiel.

Et je suis aller remplir ma cave à l'occasion de la foire aux vins. Une des hôtesses avait des jambes magnifiques qui brillait au soleil déclinant par l'entremise de délicieux collants aux reflets satinés. J'ai trouvé dans les rayons un vin au nom surprenant : racine carré. J'en avais partagé une bouteille avec celle qui m'avait mis la tête à l'envers. J'en ai pris deux caisses, par nostalgie de l'époque où je humais le zèbre comme le clébard la truffe.
J'ai suivi les achats des faciès les plus rougeauds, que j'ai choisi de considéré comme de bons indicateurs de millésimes.
Il faisait beau, les filles étaient jolies, j'ai eu le droit à 5 % de réduction.

Tout d'un coup, je n'en avais plus rien à foutre de mes conneries. J'avais juste envie d'entendre une cheville claquer, une porte qui se ferme au fond de l'appartement, j'avais juste envie qu'une femme soit là, à tirer la chasse d'eau ou à faire tinter ses talons sur le parquet en bois.

Everything else is bullshit.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Numero6 le Lun 28 Sep 2015 - 23:40

Silent a écrit:J'ai l'impression qu'on ne parle pas la même langue.
Je ne vois aucun lien entre tes citations et les propos qui suivent.

C'est très possible.

C'est un problème ?

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par //ha!ha! le Mar 29 Sep 2015 - 0:02

Non.
Simplement tu m'as citée, donc je me suis sentie obligée de faire un commentaire.

//ha!ha!
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 86

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Numero6 le Mar 29 Sep 2015 - 0:31

Cool. C'est vrai que partir sur une impression floue en piochant des quotes par-ci par-là, tenter un vague fil conducteur en slalomant entre les citations, j'avais peu de chances de "répondre".

Tiens, faudrait que j'essaye de me creuser le ciboulot sur les réponses qui semblent n'avoir aucun rapport avec la phrase précédente. Dans certains cas, cela m'entraine sur un long fleuve tranquille, dans d'autres cas ça me hérisse le poil.

Dans un cas je suis ravi de découvrir ce qu'une de mes phrases peut déclencher, dans l'autre cas je crois deviner une pensée monolithique auto-référentielle.

Et pourtant à la base le mécanisme semble identique. C'est peut-être le coté répétitif qui entraine le sentiment que, quelque soit mes phrases, la réponse ressemblera à la prolongation d'une éternelle propagande.

Il faut que j'arrête pour aujourd'hui, la moindre phrase et je repars à mouliner.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par //ha!ha! le Mar 29 Sep 2015 - 0:46

Bah vivement les prochains textes alors, parce que là je me retrouve un peu bête.
Parce qu'en général j'aime bien te lire, tu m'amuses, m'irrites, mais bon ça suscite en général une réaction.
Je n'ai pas compris non plus ton trip sur Dims et Uccen. Est-ce que tu as placé ça pour susciter des réactions, ou tu crois vraiment que l'un est l'autre?
Et je me demande pourquoi.
Ouais, désolée, j'ai eu une impression un peu "WTF" en lisant ton premier texte.

//ha!ha!
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 86

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Numero6 le Mar 29 Sep 2015 - 1:00

Je crois comprendre d'où vient le malentendu, en réalité je ne sais pas qui se cache derrière les pseudos, surtout que ça aurait tendance à valser ces derniers temps avec une foultitude de pseudos pour la même personne.

Je me suis contenté de cueillir les phrases sans tenir compte de leurs auteurs, je me suis juste amusé à flatter celui-que-j'avais-pris-pour-Uccen-le-magnifique parce que j'aime utiliser ce gimmick de flatter le chacal dans le sens du poil.

Pour faire simple, j'ai chopé des citations dans leur ordre d'apparition sur ce fil comme autant d'illustrations ayant vaguement un rapport avec ce que j'écrivais. Comme si on m'avait demandé de faire une phrase avec un certain nombre de mots imposés. C'est ce qui doit donner ce coté mal fagoté au texte.

C'était une tentative. D'après tes remarques, si je retente ce genre d'exercice, il faudra que je sois attentif à lier plus intimement mon texte et les citations. Je me demande dans quelle mesure il n'y a pas nécessité de respecter le rythme de ce forum, sa lecture n'est qu'une succession de réactions aux posts qui précèdent. Alors que moi je suis parti sur un fil de pensée sans chercher vraiment à répondre, à réagir à chaque post.
Faut voir.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par zelle le Mar 29 Sep 2015 - 1:34

et bien... t'es un sacré numéro... quel talent...

zelle
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1038
Date d'inscription : 27/03/2015
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par //ha!ha! le Mar 29 Sep 2015 - 1:42

@N6
Tu as écrit ça peu de temps après le texte sur l'envie de "lauder", ce qui accentue le contraste.
J'ai bien aimé ce texte, parce que j'ai pu réfléchir après sur cette tendance que j'avais. Pas a propos des courbes féminines, c'est certain, mais je le fais un peu trop.
Et, en y réfléchissant, je me rends compte que ce qui me donne envie de le faire, c'est d'imaginer un monde, un univers autour d'une personne.

Ce qui fait qu'en lisant le texte "wtf", j'avais des attentes un peu élevées, et d'un coup plus la possibilité d'imaginer des mondes, plus de personnalités.

Et mince, tu compares dims, qui a plutôt tendance à parler (je ne sais pas si ça lui ressemble, je le comprends mal) des idées générales, des grands traits, à Uccen, qui se concentre sur des détails, qui voit ce qui échappe au regard de la plupart d'entre nous. Bon, et ça il n'y a pas spécialement besoin de le comprendre pour le voir, il arrive à distinguer les gens (wtf?)

Après le texte sur l'envie de lauder, ça m'a fait l'effet d'une douche froide.

Au fait, est-ce que tu as lu Pola ces derniers temps? J'ai trouvé qu'elle avait un comportement inhabituel, ou je me fais des films?
J'essaie de faire attention, parce que j'ai du mal à tous vous reconnaître. Mais bon.

//ha!ha!
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 31/08/2015
Age : 86

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par ______________ le Mar 29 Sep 2015 - 10:24

C'est alors que la caméra entraîne le spectateur sur le bateau qui emmène un Jack Beauregard bien vivant vers l'Europe. La voix "off" récitait la lettre que le vieux pistolero, revêtu d'habits de marin, est en train d'écrire à Personne, instigateur du duel truqué qui a permis à Jack de « dire adieu à l'Ouest » tout en entrant dans les livres d'histoire.

"Jackal Beauregard . Personne n'était plus rapide que lui."

______________
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 399
Date d'inscription : 31/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par ______________ le Mar 29 Sep 2015 - 10:25

Sullivan et des ramassis de la horde sauvage nuisent encore.

______________
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 399
Date d'inscription : 31/08/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Yul le Mar 29 Sep 2015 - 10:31

Silent a écrit:qui voit ce qui échappe au regard de la plupart d'entre nous.

Faut peut être pas exagérer non plus. Il est juste un peu moralisateur, c'est tout.

Yul
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3940
Date d'inscription : 14/06/2014
Age : 32
Localisation : Dieppe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Je ne suis pas un HQI, je suis un homme libre

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:41


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 38 sur 40 Précédent  1 ... 20 ... 37, 38, 39, 40  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum