L'utopie du corps, Foucault

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'utopie du corps, Foucault

Message par Invité le Jeu 26 Mar 2015 - 0:09

@Narkyss : merci, je comprends beaucoup mieux !

C'est aussi comme ça que je conçois la sensualité : comme ce qui est relatif au sens, à tous les sens. Ceux que tu décris notamment.

Je pensais d'ailleurs aussi à ce genre d'exemples et même à d'autres sensations : celles de l'effort physique par exemple (du sport notamment).

Par contre... il y a quand même quelque chose dans l'acte de l'amour qu'il n'y a pas dans tout ça. Disons que dans toutes ces sensations, le corps reste encore diffus... tu ne trouves pas?

Je ne sais pas si je suis très claire.

@Oyans : "Avant que l'homme est la capacité scientifique de distinguer des phénomènes qui échappent à l’œil nu. cela a peut-être été contemplé, réfléchit, mais une certitude scientifique valide une idée.

L'homme moderne et originel, la différence c'est la valeur du sacré, sa façon d'être qui ne peut pas être la même à l'évidence qu'une personne qui consomme, qui à du chauffage, des soins de beauté et tout le toutim, on a coupé nos origines et destitué d'une chose importante, l'instinct de survie; l'homme d'aujourd'hui n'est pas originel, il aura beau se mettre tout nu tels Adam et Eve, cela ne l'empêchera pas de pouvoir survivre aux écarts de température par ex."

D'accord... je commence à comprendre ce que tu entends par homme originel, même si j'ai toujours un peu de mal avec cette idée et ces distinctions.
Enfin, l'homme "originel" ou "moderne" reste un homme quoi qu'il en soit.
Son corps d'homme est le même.
Le lien entre corps et âme est le même.

"Non ça n'a pas été toujours aux mêmes degrés, je suis consumériste, tu es consumériste et on amasse des objets qui n'ont pas vraiment de sens ni d'utilité, l'homme d'origine est poussé par la nécessité et trouves ce dont il a besoin, pas ce qui est superflu"

Oui, je suis d'accord, mais du coup je n'arrive vraiment plus à voir le rapport avec le corps et l'utopie du corps.... :s


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'utopie du corps, Foucault

Message par Invité le Jeu 26 Mar 2015 - 0:10

Narkyss a écrit:
J'irais plus loin dans l'idée des sens. Imaginons je suis à la campagne, je me retrouve devant un rivière, tout est calme et je laisse aller mes sens. J'observe les reflets des arbres sur l'eau, dans l'air une odeur de fleur sauvage, boisé et à mes oreilles le courant de la rivière etc etc... lorsque je suis là, que mes sens sont la, mon corps se sent entièrement là, il y à "contemplation" , pas de pensées qui m'emmène ailleurs etc.. je suis là, dans l'instant.
J'emploi sensualité comme une affaire de sens, érotique ou pas.
Si jamais tu nages un peu, tu peux essayer le crawl, sur une certaine distance, c'est assez immersif.
Tu n'es plus dans le même positionnement (horizontal) et je trouve que le touché et l'équilibre se sentent plus. Tu as l'eau qui te porte, te masse, avec une légère fraicheur. Puis tu sens plus ta respiration, la résistance de l'eau quand tu souffles. Pour le son, celui de l'eau est assez particulier. Et en piscine, tu n'as pas à penser aux obstacles, tu peux nager, ressentir tout ça, sans avoir à t'arrêter. Et au bout d'un moment, ton corps se met en mode automatique, c'est à dire que tu avances dans l'eau, tu respires, sans même avoir à y penser. Le flow est assez facile à atteindre dans cette nage, avec un chouille d'habitude.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'utopie du corps, Foucault

Message par Narkyss le Jeu 26 Mar 2015 - 0:27

Kasconaute a écrit:Par contre... il y a quand même quelque chose dans l'acte de l'amour qu'il n'y a pas dans tout ça. Disons que dans toutes ces sensations, le corps reste encore diffus... tu ne trouves pas?

Je ne sais pas, il y a des manières de faire l'amour ou le corps se perds, devient "diffus".

Allez disons que je vois la "topie" comme : se souvenir à soi même. Je suis ici, je vois ce qui m'entoure. Mon attention n'est pas porté ailleurs, mais ici. Je suis attentif(ve).


@ Bac Bver (terrapin) : Non ce n'est pas vraiment de flow ce dont je parle, je dirais même que le flow fait "disparaitre" le corps. (d'ailleurs c'est très intéressant ce flow, parce qu'il me semble qu'a ce moment là, il n'y a plus rien). Je ne dirais pas que c'est un état totale de concentration, mais un état d'attention, juste être attentifs sans "se concentrer" (c'est à dire se projeter sur une chose plus qu'une autre).

Sinon, je suis très nulle en nage, je ne sais pas gérer mon souffle dans l'eau Crying or Very sad

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2800
Date d'inscription : 06/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'utopie du corps, Foucault

Message par Invité le Jeu 26 Mar 2015 - 0:38

Disparaître le corps? Ben, ça dépend du flow, si c'est un flow dû à une activité intellectuelle ou physique.
Avec le crawl, pour moi en tout cas, c'est l'inverse de la disparition du corps, c'est un sentiment d'unité incroyable (et justement, ce n'est pas du tout ce type de concentration, tu n'es pas concentré sur un point, mais t'es dans l'activité). Bon après c'était juste une suggestion ^^

Et ça s'apprend. A 24 ans je ne savais pas flotter, lol
Je pense que pour quelqu'un qui barbotte déjà un peu, ça peut aller vite, si ce n'est pas dans une optique de performance (c'est justement super sensuel, en loisir, vu qu'il faut sentir ton rythme et ton souffle s'adapte en fonction). Mais je bavasse toujours un peu trop sur la nage.
J'ai juste halluciné en découvrant, donc quand je vois quelqu'un qui aime bien les sensation tactiles, qui a un potentiel à se laisser un peu aller (dans le sens lâché prise), j'essaie de vendre ma came, lol

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'utopie du corps, Foucault

Message par Invité le Jeu 26 Mar 2015 - 1:12

"Allez disons que je vois la "topie" comme : se souvenir à soi même. Je suis ici, je vois ce qui m'entoure. Mon attention n'est pas porté ailleurs, mais ici. Je suis attentif(ve)."

Oui, c'est vrai ! Je le vois aussi comme ça en fait.

"Je ne sais pas, il y a des manières de faire l'amour ou le corps se perds, devient "diffus"."

En fait... c'est peut-être parce que j'ai cette image du corps qui se modèle.
Enfin, du coup, des mains qui modèlent le corps... qui devient forme dans l'espace.

(Mais je pense sûrement à ça parce que récemment j'ai dû pas mal réfléchir au corps comme "objet", comme "matière" à modeler. Du coup, ça me parasite. Smile )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'utopie du corps, Foucault

Message par Narkyss le Jeu 26 Mar 2015 - 1:58

Bac Bver (terrapin) a écrit:Disparaître le corps? Ben, ça dépend du flow, si c'est un flow dû à une activité intellectuelle ou physique.
Avec le crawl, pour moi en tout cas, c'est l'inverse de la disparition du corps, c'est un sentiment d'unité incroyable (et justement, ce n'est pas du tout ce type de concentration, tu n'es pas concentré sur un point, mais t'es dans l'activité). Bon après c'était juste une suggestion ^^

Ben si le flow est un état maximal de concentration, comment dire on ne peux pas avoir un état maximal de concentration sur "toutes choses" .
Dans le doute, j'ai été vérifier:

Haut degré de concentration sur un champ limité de conscience (hyperfocus)
Une perte du sentiment de conscience de soi, disparition de la distance entre le sujet et l'objet
Distorsion de la perception du temps
(wiki)

C'est de l'autotélisme en quelque sorte.

Je ne sais pas, mais quand je suis dans un "état maximal de concentration" il me semble qu'il n'y ai plus de moi, plus de corps, plus de temps, plus rien en fait, juste "cette chose".
C'est un peu l'oubli du reste.

Peut être parle tu d'un flow / sentiment plus relatif.


Bac Bver (terrapin) a écrit:j'essaie de vendre ma came, lol

Haha, j'aimerais bien, j'adore l'eau, mais le souffle m'est difficile à trouver. Autant pour courir etc ça va très bien, autant dans l'eau je gère mal.

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2800
Date d'inscription : 06/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'utopie du corps, Foucault

Message par Invité le Jeu 26 Mar 2015 - 2:23

C'est simplement qu'à ce moment là, tu es dans l'action, il n'y a pas lieu d'opposer ton activité consciente et corporelle, ça agit ensemble.

Sinon, pour la respiration, ça vient en nageant. Au début, on a tendance à vouloir aller trop vite, ou à mettre trop de force, du coup ça consomme plus.
Mais en nageant, tu apprends à trouver la juste dose. Au début, c'est un peu plus simple à trouver en fin de séance, avec la fatigue (qui aide à mieux se sentir). Après ça, tu peux nager presque aussi longtemps que tu veux, sans fatiguer.
(sinon, la course c'est impossible pour moi, j'ai jamais su faire. C'est peut-être pour ça que j'ai scotché sur l'eau ^^)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'utopie du corps, Foucault

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum