Les effets de l'apesanteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les effets de l'apesanteur

Message par TheWomanWhoFellToEarth le Mer 18 Mar 2015 - 15:22

[...]
Et si quelquefois, sur les marches d'un palais, sur l'herbe verte d'un fossé, vous vous réveillez, l'ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l'étoile, à l'oiseau, à l'horloge; à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est. Et le vent, la vague, l'étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront, il est l'heure de s'enivrer
[...]

Cher Charles,
C'est une espèce de malédiction cette nécessité d'ivresse, d'intensité, d'absolu ... qui vire souvent au grand n'importe quoi. Mais quand il est jouissif, on a tendance à y retourner, pas vrai ?

Diagnostiquée il y a quelques mois dans le tumulte d'une copieuse crise de la quarantaine (précoce aussi pour vivre ça ... Fichtre!), me voilà Very Happy

Si vous disposez d'un antidote contre les prises de risque débiles, d'une potion qui rend sage, d'une faille spatio-temporelle qui me déposerait en douceur loin de mes questions existentielles, d'un détecteur à pervers narcissique, ou encore d'un humour irrésistible: bienvenue(s) sur mon fil !

NB: Si vous êtes adorable(s), ça marche aussi.
Je ne suis pas si sectaire ...

TheWomanWhoFellToEarth
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 37
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 41
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par Tigrabelle le Mer 18 Mar 2015 - 15:35

Sois la très bienvenue ici.
Il y a de tout, comme dans le monde reel, mais amplifié et avec une majorité de gentils sensibles.

Bonnes lectures ; j'attends de te lire avec impatience

Tigrabelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 468
Date d'inscription : 02/01/2014
Age : 49
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par TheWomanWhoFellToEarth le Mer 18 Mar 2015 - 15:44

Tigrabelle a écrit:Sois la très bienvenue ici.
Il y a de tout, comme dans le monde reel, mais amplifié et avec une majorité de gentils sensibles.

Bonnes lectures ; j'attends de te lire avec impatience

Merci vous.

Gentils sensibles, ça me va bien : )

TheWomanWhoFellToEarth
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 37
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 41
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Mer 18 Mar 2015 - 17:16

Bienvenue à toi
par contre "d'une potion qui rend sage," ne compte pas sur moi Very Happy !!!
Profites bien du forum Wink

_________________
Appel tigres // Règles de courtoisie // pour les nouveaux // C'est quoi les Tigres ?
"Hasta la tigrolution siempre !" "Nous pensons trop et ne ressentons pas assez !"

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16921
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par TheWomanWhoFellToEarth le Mer 18 Mar 2015 - 18:46

Darth Lord Tiger Kalthu a écrit:Bienvenue à toi
par contre "d'une potion qui rend sage," ne compte pas sur moi Very Happy !!!
Profites bien du forum Wink

affraid
Je n'ose pas imaginer tes 40 ans!

Tu disposes de quoi, alors, dans ton attirail ???

TheWomanWhoFellToEarth
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 37
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 41
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Mer 18 Mar 2015 - 20:44

Il ne vaut mieux pas imaginer lol !
Je dispose de quoi, comment ça ?

_________________
Appel tigres // Règles de courtoisie // pour les nouveaux // C'est quoi les Tigres ?
"Hasta la tigrolution siempre !" "Nous pensons trop et ne ressentons pas assez !"

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16921
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par TheWomanWhoFellToEarth le Jeu 19 Mar 2015 - 9:44

Darth Lord Tiger Kalthu a écrit:Il ne vaut mieux pas imaginer lol !
Je dispose de quoi, comment ça ?

Rayer la mention inutile:
d'un antidote contre les prises de risque débiles,
d'une potion qui rend sage
d'une faille spatio-temporelle qui me déposerait en douceur loin de mes questions existentielles
d'un détecteur à pervers narcissique
d'un humour irrésistible
adorable
gentil sensible

Very Happy

TheWomanWhoFellToEarth
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 37
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 41
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par Darth Lord Tiger Kalthu le Jeu 19 Mar 2015 - 12:35

AH non plus, mais j'ai une priorité de ne jamais devenir sérieux... (la prise de risque débile ou non ouais... ; les failles spatio temporelles... les PN je les bouffes , humour il parait que ça va, adorable juste pour certain, gentil surement pas).
Par contre en ce moment je cherche un nuage magique Very Happy http://www.zebrascrossing.net/t20297-les-delires-de-kalthu#889033

_________________
Appel tigres // Règles de courtoisie // pour les nouveaux // C'est quoi les Tigres ?
"Hasta la tigrolution siempre !" "Nous pensons trop et ne ressentons pas assez !"

Darth Lord Tiger Kalthu
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 16921
Date d'inscription : 02/12/2012
Age : 37
Localisation : Koriban

http://www.zebrascrossing.net/t14849-qu-est-ce-que-le-tigre#6200

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par TheWomanWhoFellToEarth le Jeu 19 Mar 2015 - 18:24

Darth Lord Tiger Kalthu a écrit:AH non plus, mais j'ai une priorité de ne jamais devenir sérieux... (la prise de risque débile ou non ouais... ; les failles spatio temporelles... les PN je les bouffes , humour il parait que ça va, adorable juste pour certain, gentil surement pas).
Par contre en ce moment je cherche un nuage magique Very Happy http://www.zebrascrossing.net/t20297-les-delires-de-kalthu#889033

Choisit-on seulement de le devenir ou pas, sérieux ?
Moi, j'adorerais pouvoir l'être parfois (quand un proche est à l'hôpital, qu'on se fait engueuler, qu'un supérieur hiérarchique veut notre peau, que t'as un truc un peu solennel à dire ...) mais, je n'y arrive pas!

Il y a un très joli album pour enfants de Mario Ramos qui s'intitule Quand j'étais petit; sans texte il évoque très poétiquement la rentrée dans l'âge adulte et les désillusions ou autres tristes transformations qu'elle induit. Je n'imagine pas que ce soit une fatalité, certains doivent y trouver leur compte ...

Je file faire un tour sur ton nuage !

TheWomanWhoFellToEarth
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 37
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 41
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par Sabou le Ven 20 Mar 2015 - 6:53

Bienvenue à toi,

C'est marrant, j'ai remarqué dans les diverses présentations, que "ça sortait" souvent dans la crise des dizaines Laughing

Au plaisir de te lire.

A bientôt.

Sabou
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 100
Date d'inscription : 09/03/2015
Age : 32
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par TheWomanWhoFellToEarth le Ven 20 Mar 2015 - 13:23

sabou a écrit:Bienvenue à toi,

C'est marrant, j'ai remarqué dans les diverses présentations, que "ça sortait" souvent dans la crise des dizaines  Laughing  

Au plaisir de te lire.

A bientôt.

Oui, j'ai vu ça aussi ... Ca me va bien aussi de ne pas faire dans l'originalité : )

Merci sabou pour cet accueil et bon passage de crise à toi, si j'ai bien suivi ; )

TheWomanWhoFellToEarth
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 37
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 41
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par Sabou le Ven 20 Mar 2015 - 17:07

Tu as totalement compris Wink

Dingue comment ça peut nous rendre!!!  Horreur

Sabou
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 100
Date d'inscription : 09/03/2015
Age : 32
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par Flou Artistique le Dim 22 Mar 2015 - 15:41

De vin, de poésie ou de vertu......

C'est chouette de tomber sur ce texte. C'est celui qui commençait le premier spectacle pro qui j'ai mis en scène. Souvenir, souvenir ^^

Comme toi, la quarantaine me laisse un sentiment étrange. Je ne me suis pas fait diagnostiquer. C'est ma nièce de 12 ans, elle même diagnostiquée, qui m'a balancée lorsque je la ramenais chez ma soeur: "Tu sais tonton t'es différent. T'es intelligent." Après quelques secondes (allez d'accord, minutes!) de fierté familial, cela m'a ramené à moi, à ce que je vivais depuis tant d'années. Je me suis pris dans les dents tout ce temps à m'étourdir de projets ou à m'abrutir pour que mes pensées me laissent en paix. J'ai pris le temps de fouiller le net et comme beaucoup, je suis tombé sur les zèbres de JSF. Son livre m'a fait l'effet d'un miroir. De là, je suis venu lire quelques articles sur ce forum et me voilà ici...aujourd'hui. Répondant à cet article que tu as écrit car il me ramène à une époque ancienne de ma vie. Une boucle....

Mais tout cela est très auto-centré et puisque tu réclamais un peu d'humour et que tu m'as incité à m'inscrire, je vais tacher de t'en donner un peu (Il n'y a que sur l'humour que je peux oeuvrer. Je n'ai rien d'un pervers mais, étant comédien, je ne peux qu'avouer un certain narcissisme )
Voilà comme cadeau une nouvelle que j'ai réussi à me faire éditer l'année dernière. Ce n'est pas que drôle et cela ne sera peut être pas à ton goût mais j'espère que cela te touchera un peu.

D'un quarantenaire à une autre.



Like a Sexe Machine


Ça avait été une journée affreusement banale. Une de ces journées remplies d’heures interminables. De celles qui n’en finissent plus de vous narguer du coin de la pendule accrochée sur le mur jaune quelconque du bureau. Le tic tac régulier semblait ne jamais devoir faire avancer les longues aiguilles noires qui assénaient tels des juges leurs suprêmes sentences. Le verdict tombait. Il était impitoyable à chaque fois: remettez-vous au travail! Lorsqu’enfin les deux tortionnaires s’étaient rassemblées sur le six en un unique trait d’obscurité pour proclamer ma libération, j’étais fourbu par cette éternité d’attente. Mes lombaires avaient émis comme à chaque fois un râle de protestation et, comme à chaque fois, mes jambes avaient pris quelques secondes pour se familiariser de nouveau avec la station verticale. Je fus pris d’un léger vertige. L’homme moderne passe tellement de temps assis que son organisme tend à s’adapter à cette nouvelle contrainte et ce n'est qu'en rechignant que la carcasse se défroisse après tant de temps passé à jouer les chaises pliantes. Je jetai un dernier coup d’oeil aux piles de papier que je retrouverai dès le lendemain matin et je m’en fus au porte manteau récupérer ma veste. Sa relative fraîcheur soulagea mes épaules d’un peu du poids de mon labeur et mes mains se mirent à chercher machinalement la cigarette qui marquerait, tel un rituel sacré, la fin de mon calvaire. Le cerveau se mit en pilotage automatique et mes pas m’emmenèrent vers la porte de sortie. Comme toujours elle résista un peu, retenue doucement par la ferraille en forme de patte de mante religieuse qui referme pour vous toutes les portes des entreprises et puis finalement, elle rendit les armes dans un clac sonore. A peine cette frontière franchie, un briquet apparut comme par enchantement dans ma main gauche. Une cigarette arriva jusqu'à ma bouche elle aussi comme par enchantement. Puis le crépitement du silex. La flamme qui jaillit. Le tabac qui grésille. Je me mis à inspirer lentement en fermant les yeux . Tous mes muscles se décontractèrent. Expiration. J'ouvris les yeux. Un nuage gris avait rempli l’espace du couloir terne devant moi. Gris sur gris.
Mes pas reprirent. Ma main libre fouilla mes poches pour y dénicher mes clefs de voiture. Les petites chéries manifestèrent leur impatience en faisant entendre leur carillon métallique. Je crois qu’elles ont presque jailli d’elles même de ma veste pour tomber sur la moquette usée par le passage de milliers de chaussures d’hommes et de femmes comme moi. Très sérieusement, je peux dire que je leur dois, à mes clefs, ce qui m’arrive. D’ailleurs, je leur garde depuis une tendresse particulière. Enfin! C’est donc en me baissant pour les ramasser que j’aperçus la douce lumière qui émanait du couloir latérale devant lequel je m’étais arrêté. C’était un couloir identique en tous points à celui dans lequel je me trouvais. Même moquette, même murs lisses et froids sur lesquels on avait plaqué une tapisserie anonyme. Il n’y avait pour les différencier que cette étrange couleur qui palpitait doucement. Immédiatement, je fus subjugué. Le pourpre léger dansait devant moi et je ressentis aussitôt l’appel quasiment charnel qu’il véhiculait. Cela pulsait comme un coeur et le mien se mit, en réponse, à suivre la cadence. Je savais, avant même de l’avoir vue, qu’il était déjà trop tard. Tout mon être était aimanté vers cette source de vie qui répandait ses volutes colorées tel un crépuscule tropical. Mes pieds avançaient et mon sang fouettait mes artères comme un adolescent. Mes mains moites laissèrent tomber mes clefs. Ma cigarette tomba elle aussi et alla finir de se consumer seule, abandonnée, trouant dans son désespoir la moquette usée jusqu’à la trame. J’avançais encore. L’atmosphère était maintenant entièrement baignée par les photons rouge sombre qui dansaient autour de moi telles de paresseuses abeilles. Le léger bourdonnement de leurs ailes se changeait parfois en un ronronnement voluptueux de chatte. Les vibrations félines me frôlaient la nuque comme une caresse interdite. Tous mes sens étaient en émoi et l’excitation que je ressentais m’asséchait la bouche. Je faillis défaillir en la découvrant. Je ne dus qu’à la proximité du mur de ne pas tomber. Elle se tenait là, insolente et immobile comme une idole impie. Ho, seigneur! Sa beauté emplissait l’espace et exigeait son lot de dévotions. Tout en elle invitait à l’acte contre nature que je me savais déjà impatient d’accomplir. Quelques gouttes légères ourlaient sa surface et venaient mourir délicatement sur sa divine ouverture. Sa petite fente argentée luisait d’impatience perverse et je ne pus saisir que fébrilement de quoi la contenter. Je défis mon pantalon et commençai à me masturber d’une main tandis que de l’autre je l’introduisais lentement avec une pièce qui traînait dans une de mes poches. Je caressais de mon sexe sa paroi de plastique dur et légèrement mouillé, ressentant l’orgasme qui montait peu à peu. Mon doigt titilla nerveusement ses petits boutons tendus comme des tétons durcis par l’amour et lorsque je sentis mes couilles se contracter, j’en enfonçai un. Nous avons joui au même instant, moi la maculant de ma semence nacrée en criant et elle accouchant dans un râle mécanique d’une canette de soda. Le moment de tendresse qui concluait cette étreinte magnifique fut gâcher par un toussotement inopportun. En me retournant, le pantalon toujours sur les chaussettes et mon pénis ramollissant entre mes doigts, je découvris comme au sortir d’un rêve, la dizaine d’employés qui me dévisageaient.

Bien des heures plus tard, alors que je croupissais dans une cellule pour attentat à la pudeur, on m’annonça une visite. Je tachai de m’extraire de la contemplation des taches d’humidité présentes sur le mur sale pour reporter mon attention sur la lourde porte métallique. Rien à faire. Mes yeux repartirent dans le vague et le vague repartit vers l’âme. Depuis l’incident j’avais vécu en somnambule, guidé par d’autres vers des endroits dont je me moquais éperdument. De la fadeur du repas que l’on m’avait servi aux conséquences graves que l’incident aurait sur ma vie, tout m’était égal. Cependant mes sens fonctionnaient toujours et continuaient à m’informer, de loin, du monde alentour. J’entendis des bruits de pas et les échos d’une conversation. L’oeilleton bougea. On m’observait. Re-conversation. Cela dura un peu et puis le cliquetis de la clef dans le penne se fit entendre. Quel que fut mon visiteur, il s’était décidé à entrer.
Il me fallut quelques secondes mais je reconnus son visage. C’était un visage d’homme mûr à qui la vie a réussie. Un visage au milieu duquel s’ouvrait un sourire de compassion excessivement large. J’étais incapable de me souvenir de son nom et de son poste mais sa tête, je le savais, trônait souvent dans les brochures internes de l’entreprise. Il venait probablement m’informer d’un licenciement rapide et pour tout dire je m’en foutais. Je me retournai sur ma couchette et lui montrai ostensiblement mon dos. Il y eut bien quelques raclements de gorge comme un appel à la politesse mais j’avais décidé de me murer dans ma morosité et rien n’aurait pu m’en faire sortir. Malgré cela il commença un babillage interminable dont ne surnagèrent que quelques mots épars. En vérité, j’étais bien loin de ma cellule et ces mots me parvenaient comme un écho lointain, fatigués par la distance qu’ils avaient parcouru pour me trouver. Ils livraient leur message à bout de souffle, trébuchant sur les syllabes dans un effort d’asmathique. Quelques uns réussirent cependant à garder miraculeusement un semblant de cohérence. Il y eut tout d’abord un “productivité” et des “rendements” puis plus tard surgit une “invention technologique” accompagnée d’un “confort du salarié”. La marée informe se poursuivit encore longtemps sans que rien n’en ressorte. A la fin un “dédommagement” se fraya péniblement un chemin. Il y eut à nouveau une petite toux diplomatique puis la porte se referma en grinçant. L’homme était parti et je me retrouvais seul. Encore. La détresse me submergea. Aussi improbable que cela paraisse elle me manquait. Un manque terrible! J‘avais reçu, au milieu d’une vie terne, le plus improbable et merveilleux des cadeaux. C’était risible, j’étais amoureux!
L’absurdité de cette situation me laissait un goût amer. Ma raison me criait à pleins poumons de me reprendre mais la déchirure que je ressentais devant son absence surpassait tout le reste. Chaque mouvement m’était douleur, chaque pensée une fracture. Je me traitais de pauvre type mais cela ne changeait rien. Je tournais et retournais péniblement ma carcasse en me languissant d’elle tout en sachant que je ne pourrais plus la revoir. Quand l’être aimé vous quitte, l’espoir de son retour reste un bandage de fortune qui vous tient en vie mais, par mon acte, j’avais scellé moi-même mon départ définitif. J’étais un paria à l’endroit même où j’aurais pu être heureux. Les larmes me montèrent aux yeux et je me mis à pleurer comme un enfant.

Je fus libéré trente minutes plus tard. Seul, décomposé, je me traînais de rue en rue jusqu’à mon appartement. Au fil des pavés une idée naquit en moi doucement. Elle prit forme et s’affirmat le long du chemin. Lorsque ma rue se dessina et que mes pas s’y engagèrent, l’idée s’était faite certitude. J’allais mettre fin à cette mascarade qu’était devenue ma vie. Une corde traînerait bien dans un placard et il y aurait bien une poutre pour supporter mon désespoir. Je franchis la porte de l’immeuble comme un fantôme et la concierge, qui ne manquait jamais de me saluer, me regarda passer en restant interdite devant ma tête de condamné. J’allais attaquer l’escalier en colimaçon lorsqu’un costaud en bleu de travail me héla avec impatience solidement campé sur les premières marches. Il me demanda mon nom et lorsque je le lui appris, il me tendit une feuille de papier en me gratifiant d’un “pas trop tôt” pas franchement aimable. J’étais déterminé à l’ignorer mais devant les signes d’énervement qu’il montrait je me surpris à une dernière lacheté. Je l’avoue, même au seuil de la mort, j’avais un peu peur de me faire casser la gueule.
Je signais machinalement et l’individu s’éloigna prestement en grognant un merci de pur forme. Alors que, soulagé, je m’apprêtais à froisser le reçu afin de me reconcentrer sur les modalités de mon suicide, le logo de mon entreprise se détacha sur celui-ci. Une intuition nouvelle m’arrêta sur le palier du premier étage. Ce ne pouvait pas être cela, je me trompais. Pourtant un espoir insensé me gagna peu à peu. Le type avait bien l’air d’un déménageur. Ma bouche s’assécha tandis que mes yeux retournèrent avaler les termes du reçu. A leur lecture un étau me serra soudainement le coeur. Je fis un saut de cabri grotesque et je me mis à franchir quatre à quatre les marches qui me séparaient de mon logement. Au quatrième, je ralentis et tout commença à tanguer autour de moi. L’émotion me submergea. Elle était là! Sa lumière se frayait un chemin de l’étage du dessus jusque dans la cage étroite de l’escalier. Son appel était faible encore, comme l’écho lointain de la mer dans les coquillages mais c’était elle sans doute possible. Certains des mots entendus en cellule revenaient maintenant vers moi chargés de sens. Quelle qu’elle soit, l’erreur commise par l’entreprise nécessitait réparation. “Elle” était mon dédommagement. Une paix intérieure m’envahit alors. Je gravis doucement les derniers mètres laissant tomber derrière moi, comme on le ferait d'un vieux manteau, les heures grises qui venaient de passer. Bientôt il n’y eut plus que la douce et pourpre palpitation dans laquelle je m’immergeais en m’abandonnant. Des larmes coulèrent sur mes joues alors que je la découvrais devant ma porte.
Nous étions enfin réunis.......

Flou Artistique
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 28
Date d'inscription : 22/03/2015
Age : 42
Localisation : poitiers

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par 83N le Dim 22 Mar 2015 - 16:47

I love you

83N
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 62
Date d'inscription : 17/03/2015
Age : 37
Localisation : Lille

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par Invité le Dim 22 Mar 2015 - 16:55

...oh que c'etait beau Bravo !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par TheWomanWhoFellToEarth le Mer 25 Mar 2015 - 13:10

De vin, de poésie ou de vertu......

C'est chouette de tomber sur ce texte. C'est celui qui commençait le premier spectacle pro qui j'ai mis en scène. Souvenir, souvenir ^^

Comme toi, la quarantaine me laisse un sentiment étrange. Je ne me suis pas fait diagnostiquer. C'est ma nièce de 12 ans, elle même diagnostiquée, qui m'a balancée lorsque je la ramenais chez ma soeur: "Tu sais tonton t'es différent. T'es intelligent." Après quelques secondes (allez d'accord, minutes!) de fierté familial, cela m'a ramené à moi, à ce que je vivais depuis tant d'années. Je me suis pris dans les dents tout ce temps à m'étourdir de projets ou à m'abrutir pour que mes pensées me laissent en paix. J'ai pris le temps de fouiller le net et comme beaucoup, je suis tombé sur les zèbres de JSF. Son livre m'a fait l'effet d'un miroir. De là, je suis venu lire quelques articles sur ce forum et me voilà ici...aujourd'hui. Répondant à cet article que tu as écrit car il me ramène à une époque ancienne de ma vie. Une boucle....

Mais tout cela est très auto-centré et puisque tu réclamais un peu d'humour et que tu m'as incité à m'inscrire, je vais tacher de t'en donner un peu (Il n'y a que sur l'humour que je peux oeuvrer. Je n'ai rien d'un pervers mais, étant comédien, je ne peux qu'avouer un certain narcissisme )
Voilà comme cadeau une nouvelle que j'ai réussi à me faire éditer l'année dernière. Ce n'est pas que drôle et cela ne sera peut être pas à ton goût mais j'espère que cela te touchera un peu.

D'un quarantenaire à une autre.

Troublée bien plus encore que touchée, j'imagine que tu n'en attendais pas moins, Filou artistique...
Je réponds plus longuement, ailleurs.

TheWomanWhoFellToEarth
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 37
Date d'inscription : 18/03/2015
Age : 41
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les effets de l'apesanteur

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:49


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum