les sciences neurocognitives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

les sciences neurocognitives

Message par poupée BB le Dim 15 Mar 2015 - 15:20

http://fr.wikipedia.org/wiki/Neurosciences_cognitives
Cette démarche de vouloir rassembler les neurosciences à la psychologie comportementale....
Quoi de mieux pour comprendre l'humain dans son "entier"

poupée BB
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 903
Date d'inscription : 22/08/2012
Age : 50
Localisation : picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par offset le Dim 15 Mar 2015 - 19:14

Bon sujet

J'ai trouvé ceci sur la neuroscience des émotions musicales :


http://lettre-cdf.revues.org/324

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par poupée BB le Dim 15 Mar 2015 - 19:41

Bien offset!!génial!j en cherche sur les enfants dys...si tu trouve quelque chose?
J aimerais savoir s'il y a eu des études sur eux de cette manière.
Comparaison neuro /psycho.
Le sujet est en effet super intéressant!!

poupée BB
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 903
Date d'inscription : 22/08/2012
Age : 50
Localisation : picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par offset le Dim 15 Mar 2015 - 21:39

Voici une information sur les troubles des apprentissages :


http://www.inserm.fr/thematiques/neurosciences-sciences-cognitives-neurologie-psychiatrie/dossiers-d-information/troubles-des-apprentissages-les-troubles-dys

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par licorneau le Dim 15 Mar 2015 - 22:26

Bonjoir.

C'est déposé à l'arrache, mais voici quelques liens sur les recherche du Dr Michel Habib, neurologue dont j'ai déjà déposé une vidéo.


https://www.facebook.com/notes/xavi%C3%A8re-remacle/la-dyslexie-%C3%A0-livre-ouvert-du-dr-michel-habib-extrait/10152182161950282

http://troublesneurovisuels.unblog.fr/2015/03/03/dr-michel-habib-dys-et-douance-recherches-scientifiques/

http://www.apedys.org/dyslexie/article.php?sid=780
Citation:
Docteur Michel Habib, neurologue, professeur Univ d'Aix, neurosciences.


LES CAUSES DE LA DYSLEXIE
                     
Il y a quelques années à peine, on concevait la dyslexie comme une difficulté d'apprentissage en rapport avec un trouble particulier de l'intelligence et favorisé par un contexte psychologique et familial souvent considéré comme déterminant. On sait à présent qu'il n'en est rien. Depuis une quinzaine d'années, en effet, divers travaux de recherche ont permis de préciser les particularités de la structure cérébrale du dyslexique. Et, contrairement à ce qu'on pourrait penser, dans la majorité des cas les résultats de ces recherches tendent à montrer que le cerveau du dyslexique, loin de manquer de substance cérébrale, en particulier de cette "substance grise" qui contient l'origine des neurones, en possède en excès, un excès considérable puisqu'il s'agit de plusieurs millions de neurones supplémentaires!


Trop de “ matière grise” peut nuire !

Des travaux américains ayant étudié au microscope des cerveaux de sujets qui avaient été de leurs vivants dyslexiques, ont mis en évidence des anomalies de la structure du cortex cérébral. Ce cortex cérébral, qui s'étend sur toute la surface du cerveau sous la forme d'un ruban de 3 à 4 mm d'épaisseur, apparaît au microscope comme un amas de cellules organisées en plusieurs couches superposées. Chez le dyslexique, on note dans la couche la plus superficielle des amas anormaux de plusieurs milliers de cellules en excès, réalisant de véritables "verrues" corticales ou ectopies. Ces ectopies prédominent nettement sur l'hémisphère gauche, et plus précisément dans les zones dévolues au contrôle des fonctions du langage (région périsylvienne). Les données disponibles sur le développement normal du cortex permettent de dater au milieu du 6ème mois de gestation le mécanisme anormal ayant abouti à la production de ces neurones en excès et en position atypique.
   
Des anomalies microscopiques sur les voies visuelles et auditives
   
Les spécialistes de la microscopie cérébrale ayant analysé ces cerveaux de dyslexiques ont également découvert des anomalies cellulaires non plus au niveau de la surface corticale, mais dans la profondeur des hémisphères, au sein de noyaux appelés les corps genouillés qui servent de relais aux voies auditives et visuelles. Plus précisément, il existe une atrophie des grosses cellules de ces noyaux, dont on présume qu'elles servent à véhiculer un certain type d'informations sensorielles ayant trait à la perception globale et à la transmission rapide de l'information, tant auditive que visuelle. Ces anomalies magnocellulaires ont été rapprochées des constatations citées plus haut d'anomalies de la perception des informations visuelles rapides et à faible contraste chez le dyslexique.



Latéralisation du cerveau et dyslexie : quand la droite et la gauche ne se parlent plus !

Une des particularités les plus étonnantes du cerveau humain est d'être constitué de deux moitiés (hémisphères) reliées par un "pont" de substance blanche, le corps calleux..
Ces deux hémisphères, bien que morphologiquement très similaires, fonctionnent en fait de manière très différente.
Le gauche contient tous les centres et circuits spécialisés dans le langage, alors que le droit est pratiquement incapable de toute activité linguistique mais contient la plupart des circuits permettant l a perception spatiale, en particulier sur le mode visuel, du monde environnant.

Depuis plus d'un siècle, les médecins ayant observé des enfants dyslexiques se sont demandé, sans pouvoir y répondre scientifiquement, si la cause de la dyslexie n'était pas simplement un trouble de l'équilibre entre les deux hémisphères, en particulier une mauvaise répartition des fonctions entre le droit et le gauche, ou une mauvaise communication entre les circuits de chaque hémisphère. Avec l'introduction de l'IRM, il est maintenant possible de répondre à cette question en analysant précisément les différences morphologiques entre les hémisphères cérébraux et en mesurant la taille du corps calleux

Des travaux récents ont ainsi montré deux différences fondamentales entre les cerveaux de sujets dyslexiques et non dyslexiques : d'une part une modification de l'asymétrie entre les parties droite et gauche de certaines zones de la surface cérébrale, et d'autre part une augmentation de la taille du corps calleux Dans les deux cas, ces particularités correspondent à des millions de cellules nerveuses supplémentaires sur le cerveau du dyslexique par rapport au non dyslexique. Qui plus est, il a été montré que ce sont bien ces anomalies qui sont responsables du trouble du dyslexique, puisque leur importance s'est avérée proportionnelle à l'importance du trouble de la lecture.

Une destruction programmée sous l'effet des hormones masculines

Pourquoi et comment est-il possible qu'un cerveau contienne des millions de neurones en trop, on ne le sait pas encore, mais tout laisse à penser que ces cerveaux n'ont pas subi un processus naturel qui, au cours du développement du foetus, se caractérise par la destruction normale, physiologique, de millions de cellules, celles-là même, peut-être, qui persistent chez le dyslexique. On pense en outre que des hormones comme la testostérone (l'hormone mâle) pourrait être un facteur favorisant ou défavorisant selon les cas, de cette destruction programmée.

 



CONCLUSION

Il est clair que le fardeau psychologique que représentent, tant pour l'enfant que pour son environnement familial, la confrontation quotidienne avec l'échec, le poids de la différence, l'incompréhension générale des enseignants face à un phénomène qui leur échappe, est générateur de tensions et de conflits qui ne pourront parfois être résolus qu'à l'aide d'une psychothérapie.

Il est clair également que les caractéristiques socioculturelles de l'environnement familial pourront jouer un rôle déterminant en prodiguant à l'enfant les encouragements nécessaires et en lui assurant une motivation suffisante pour affronter l'effort supplémentaire que représente pour lui une rééducation orthophonique au moins bihebdomadaire durant parfois plusieurs années.

Il n'en reste pas moins que la démonstration d'un substrat biologique à la dyslexie, faisant entrer du même coup les neurosciences dans le domaine socio- éducatif, représente un espoir considérable d'améliorer la condition d'une minorité qui sans identité n'avait pas d'existence, ce qui ajoutait encore à sa détresse.

Insister à nouveau sur le caractère spécifique de ces troubles, c'est tout à la fois souligner que le domaine déficitaire se doit d'être pris en charge de la manière la plus performante possible et mettre en avant les qualités intactes, parfois supérieures, de ce cerveau " extra-ordinaire " reconnu par la médecine mais pas encore par la société.

Fin de citation.


Dernière édition par licorneau le Lun 16 Mar 2015 - 13:23, édité 1 fois (Raison : fin de citation)

licorneau
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1446
Date d'inscription : 02/07/2014
Localisation : A l'arrière du front, entre mes oreilles.

http://www.zebrascrossing.net/t22633-revisions-d-un-homme-parmi-

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par offset le Lun 16 Mar 2015 - 7:14

@Licorneau, riche complément et belle conclusion  Courbette

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par poupée BB le Lun 16 Mar 2015 - 7:25

Oui,je connais déjà.
Mais c'est très bien!ce sont de bons liens,très fiables.
J'affectionne particulièrement le cite de valou.
Habib très bien aussi bien sûr.
a neurospin;ils ont dû faire ça.

poupée BB
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 903
Date d'inscription : 22/08/2012
Age : 50
Localisation : picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par poupée BB le Lun 16 Mar 2015 - 7:44

http://www-dsv.cea.fr/dsv/instituts/institut-d-imagerie-biomedicale-i2bm/services/neurospin-neurospin/recherche/unites-de-recherche/unite-d-imagerie-cognitive-inserm-u992-unicog

poupée BB
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 903
Date d'inscription : 22/08/2012
Age : 50
Localisation : picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par poupée BB le Lun 16 Mar 2015 - 9:21

http://www.frm.org/recherche-medicale/l-actualite-pathologies-video/7597/thierry-lhermitte-sur-la-dyspraxie-comportementale---le-magazine-de-la-sante.html
la dyspraxie a dû être vu en ce sens.
J'ai trouvé ça

poupée BB
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 903
Date d'inscription : 22/08/2012
Age : 50
Localisation : picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par poupée BB le Sam 21 Mar 2015 - 16:57

http://www.irles-aquitaine.fr/les-professionnels/gestion-mentale
La gestion mentale

poupée BB
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 903
Date d'inscription : 22/08/2012
Age : 50
Localisation : picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par offset le Sam 21 Mar 2015 - 21:49

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Difficultes_et_troubles_des_apprentissages_chez_l_enfant_a_partir_de_5_ans.pdf

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par poupée BB le Mar 28 Avr 2015 - 14:55

Il y a les sciences neurocognitives,et les neurosciences affectives.
A découvrir.
https://www.facebook.com/irles.aquitaine/posts/845670005488035

poupée BB
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 903
Date d'inscription : 22/08/2012
Age : 50
Localisation : picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par poupée BB le Sam 20 Juin 2015 - 14:44


les neurosciences éducatives

poupée BB
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 903
Date d'inscription : 22/08/2012
Age : 50
Localisation : picardie

Revenir en haut Aller en bas

Re: les sciences neurocognitives

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:21


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum