Faire confiance à ma psy

Aller en bas

Faire confiance à ma psy Empty Faire confiance à ma psy

Message par Chuna le Ven 2 Jan 2015 - 1:09

Bonjour,

Je me tourne vers vous afin de recevoir quelques conseils, expériences, qui pourraient m'éclairer un peu...

Je vais tenter de faire court, mais c'est pas forcément évident d'être synthétique pour moi lol

J'ai 33 ans, beaucoup d'interrogation, et très peu de certitudes (bon, ça à la limite, c'est pas forcément une mauvaise chose lol).

J'ai toujours cette sensation désagréable de rater ma vie, et de me gâcher. ça a commencé au lycée, je voulais faire véto, j'ai pas bossé au max de ce que j'aurais pu faire, puis en fac, après une année de prépa cata (j'ai buggué d'entrée sur les matrices, et passé le reste de l'année à lire des mangas en découvrant la vie sans parent derrière lol), j'ai réussi à me planter en fac, en passant mes révisions à lire le seigneur des anneaux.

j'ai tout de même réussi à valider un doctorat, non sans mal, et non sans retard, ce qui me complexe beaucoup.

Puis gros ras le bol, j'ai tout lâché, je suis revenue chez mes parents chercher du boulot, pour terminer comme prof dans une école de merde, quittée il y a quelques mois.
Je suis maintenant prof en collège classique, et j'avoue m'éclater avec les 6ième que j'adore, si intellectuellement ça m'apporte pas grand chose, humainement c'est génial.

Mais j'ai tout de même cette impression permanente d'autosabottage qui m'ennuie, et je crains un avenir pro fade avec un salaire bof, une fois que j'aurai fait le tour des enseignements (pas les élèves, je les aimeuhhhhh). Au moins, la recherche, on peut pas s'emmerder lol

Bref, voici le contexte actuel, qui m'a amené à plusieurs reprises à consulter (j'ajoute à tout ça un stress énorme, de grosses anxiétés, des soucis relationnels avec ma petite maman adorée et avec les autres, qui ont tendance à me traiter mal parce que je les laisse faire, en leur trouvant toujours des excuses).


Ma thérapie a commencé en mai dernier, après un burn out dans mon ancien taf. Le courant passe bien, la nana est top, en plus elle est belle (ça fait pas avancer le schmilblick mais c'est pas grave lol). 2 séances par mois, elle est thérapeute comportementaliste, elle sort de Bordeaux, et est spécialisée dans le développement émotionnel des enfants ou un truc dans le genre.

Ces séances me font un bien fou, mais punaise, c'est long!...

Il y a déjà un bon moment (plusieurs mois), elle m'avait dit que la thérapie allait me permettre de laisser exprimer mon potentiel. Bon, ça donne envie c'est vrai.

Et là, récemment, après un autre burn out qui s'est terminé cette fois par une mise sous anti-dépresseurs, elle me parle de personnalité à haut potentiel. Je pense que l'objectif était que je comprenne comment fonctionne mon cerveau.
Elle m'a parlé de pensée en arborescence, j'ai pas trop saisi le concept sur le moment. Elle m'a dit voir ma pensée comme des nids d'abeilles, avec plein de petites bulles qui explosent.

Vu que je suis curieuse comme une pie, je me suis intéressée à la chose, forcément (pas encore acheté le livre sur ça, j'en ai un à terminé sur l'EMDR sur lequel j'avance pas, par contre, je perds beaucoup de temps sur le net, ça, pas de soucis lol...)
J'ai encore de mal à voir ce que c'est l'arborescence vs le linéaire. Je suis en train d'explorer ce forum, mais de toute façon, je ne suis pas certaine d'avoir les capacités à déterminer si oui ou non c'est mon cas (du mal à prendre du recul sur moi en ce moment, trop de choses se mêlent en même temps).

Ya cette histoire de douance qui y est associée qui me perturbe un peu, moi qui me suis toujours vue con (j'en suis venue à penser que n'importe qui peut avoir un doctorat, ce qui n'est tout de même pas vraiment vrai), et qui n'ai pas réussi grand chose de ma vie. Mais à priori, j'ai cru comprendre que c'est normal de penser ainsi quand on est zèbre. et c'est régulier qu'on se rate.

Une amie qui me connait depuis longtemps, qui en étude de psycho depuis 3 ans, elle, semble assez perplexe de ce "diagnostic". Elle me dit ne pas reconnaitre chez moi la pensée en arborescence, que j'ai toujours dit que j'aimais bien classer mes idées selon des plans.
c'est vrai, je trouvais que c'est ce qui est le mieux pour classer les choses de manière compréhensible pour les autres, et retenir les points essentiels, ceci dit j'ai jamais été réellement doué pour ça, et depuis que je connais les cartes heuristiques, je me sens bien plus à l'aise pour prendre des notes et raisonner. Mais je vais garder je pense un raisonnement par plan, pour mon travail, c'est plus adapté pour les gosses...

Bref, je suis un peu perdue, à savoir si je peux ou non avoir une confiance absolue dans ma psy. Dans le sens où elle peut faire des erreurs, comme tout le monde, personne n'est parfait. De toute façon, elle me fait beaucoup de bien, si elle s'était trompée, ça me ne me pousserait pas à aller voir ailleurs.
Juste que je chercherais dans une autre voie que la zébritude...

Ma psy semble assez sûre d'elle (et a pas super bien pris ce que ma copine a dit, même si elle l'a pas dit clairement, j'ai bien remarqué que ça l'ennuyait que qq1 cherche à interférer avec son travail, mais de toute façon, c'est pas/ plus le cas).
Après, son travail ne se focalise pas dessus, c'est juste un paramètre à prendre en compte dans la thérapie...

Mon objectif aujourd'hui est me comprendre, pour pouvoir évoluer sereinement, et plus dans ce flou qui m'entoure depuis si longtemps....

Je sais que j'ai la solution de passer un test de QI. Qui me fait trèèèèèèès peur (et si j'étais vraiment con? Zèbre or not zèbre). Mais ça sera pas pour de suite, la psy en a parlé, plus pour voir si ya pas un soucis de dys- qui traine par là (elle a évoqué la dyspraxie, ce qui m'étonnerait, mais bon, vu comment je suis douée pour apprendre un nouveau sport ou de la danse, pourquoi pas?). On verra en temps et en heure, si j'ai les sous... (je préfère investir dans l'EMDR, ça me sera plus utile dans l'immédiat).

Après, ma psy semble dire que ya pas forcément besoin de test de QI pour valider le HP...

Voilà mon "petit résumé" Embarassed

Je pense qu'on peut voir là à quel point je suis paumée en ce moment Embarassed

Chuna

Messages : 15477
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Faire confiance à ma psy Empty Re: Faire confiance à ma psy

Message par Invité le Ven 2 Jan 2015 - 11:24

chuna56 a écrit:
Bref, je suis un peu perdue, à savoir si je peux ou non avoir une confiance absolue dans ma psy. Dans le sens où elle peut faire des erreurs, comme tout le monde, personne n'est parfait. De toute façon, elle me fait beaucoup de bien, si elle s'était trompée, ça me ne me pousserait pas à aller voir ailleurs.
Juste que je chercherais dans une autre voie que la zébritude...
Ma psy semble assez sûre d'elle (et a pas super bien pris ce que ma copine a dit, même si elle l'a pas dit clairement, j'ai bien remarqué que ça l'ennuyait que qq1 cherche à interférer avec son travail, mais de toute façon, c'est pas/ plus le cas).
Après, son travail ne se focalise pas dessus, c'est juste un paramètre à prendre en compte dans la thérapie...
Mon objectif aujourd'hui est me comprendre, pour pouvoir évoluer sereinement, et plus dans ce flou qui m'entoure depuis si longtemps....

Tu le dis toi même, tu ne peux pas avoir une confiance absolue. Si elle te fait du bien tant mieux. Je ne considère pas que de faire une dépression, après avoir fait de nombreuse séances avec elle, soit un résultat si impressionnant. Je ferais plutôt confiance à ta copine. A moins que ta copine ne te pousse à douter de tes compétences bien sûr. Car y a pas besoin de creuser beaucoup pour avoir l'impression qu'en effet tu doutes beaucoup trop de toi.

Tu as trouvé un boulot qui te plait, et ça, ça n'a pas de prix. Les capacités intellectuelles sont une responsabilité que certains trouvent lourde à porter. Mais il n'y a pas de recette miracle. Et souvent le cadre relationnel, affectif, et professionnel est bien plus important que le reste. Le monde de la recherche, c'est pas la panacée. Ni pour l'intelligence, ni même pour faire avancer la connaissance humaine. C'est un monde finalement très humain.

chuna56 a écrit:Je sais que j'ai la solution de passer un test de QI. Qui me fait trèèèèèèès peur (et si j'étais vraiment con? Zèbre or not zèbre).
Le QI ne mesure ni l'intelligence, ni même la connerie. Après avoir passé un certain temps sur ces forums de surdoués, où il y a bien trop d'intelligence, et pas suffisamment de gens qui savent être cons avec à propos, on fini par prendre conscience de la valeur de nos moments les plus bêtes !

chuna56 a écrit:Après, ma psy semble dire que ya pas forcément besoin de test de QI pour valider le HP...
Personne ne peut valider le "HP". Ca doit rester une hypothèse. A activer ou non suivant le contexte dans lequel on se trouve. Si quelqu'un a des certitudes en la matière, il faut procéder avec prudence. Beaucoup, de prudence.


chuna56 a écrit:Je pense qu'on peut voir là à quel point je suis paumée en ce moment Embarassed
Bienvenue sur ce forum. Et bon courage.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Faire confiance à ma psy Empty Re: Faire confiance à ma psy

Message par Chuna le Ven 2 Jan 2015 - 12:23

Merci d'avoir pris le temps de me lire et de me répondre Smile

Je ne considère pas que de faire une dépression, après avoir fait de nombreuse séances avec elle, soit un résultat si impressionnant.

je ne fais pas une dépression, j'ai eu un burn out suite à une trahison par un ami très cher, en septembre dernier. C'est plus un soucis de trouble de l'anxiété qui a été déclenché par ça. On va dire que la dernière année m'a pas mal éprouvée. Recommencer une thérapie m'a fait du bien, je me sens changer, ça va mieux, je commence à voir les choses autrement, et justement, cet évènement que j'aurais enfoui et accepté autrefois, en fermant ma gueule, ben je l'ai pas enfoui, mais pour la première fois de ma vie, j'ai réagi, et le contre coup a été difficile.

Après, de toute façon, je pense que j'aurais dû être mise sous anti dépresseur en mai dernier, après mon départ de mon taf, au moment justement où j'ai commencé la thérapie, j'aurais probablement gagné du temps...

Ptèt que tu as raison, que je devrais pas faire confiance à ma psy à cause de cet évènement, qui vient après quelques mois de traitement, ptèt aussi que l'on ne peut pas juger réellement le résultat d'une thérapie sur du si court terme?

A moins que ta copine ne te pousse à douter de tes compétences bien sûr. Car y a pas besoin de creuser beaucoup pour avoir l'impression qu'en effet tu doutes beaucoup trop de toi.

Je ne pense pas que ça soit ça, je pense surtout qu'elle a l'impression qu'elle ne peut plus me manipuler à sa guise (elle joue les apprentis psy sur moi depuis des années, ça ne m'a jamais dérangé, mais aujourd'hui ça m'intéresse plus).

Je doute beaucoup de moi, encore, mais c'est rien comparé à avant lol, et justement, ça coince avec mes amitiés, parce que je change. ça entraine des disputes, ça fait bizarre aux gens de me voir aujourd'hui dire non à des actes qui me blessent et que j'aurais encaissé avant.
Difficile à vivre pour moi...

Tu as trouvé un boulot qui te plait, et ça, ça n'a pas de prix. Les capacités intellectuelles sont une responsabilité que certains trouvent lourde à porter. Mais il n'y a pas de recette miracle. Et souvent le cadre relationnel, affectif, et professionnel est bien plus important que le reste. Le monde de la recherche, c'est pas la panacée. Ni pour l'intelligence, ni même pour faire avancer la connaissance humaine. C'est un monde finalement très humain.

Mon boulot va se terminer à la fin de l'année scolaire, après c'est re-chomage, re-galère, re-stress...
Du coup, vient l'idée de me bouger enfin pour trouver autre chose, sachant que je pourrai repartir dans l'enseignement quand je voudrai (j'ai pas le concours, c'est le soucis, ou pas d'ailleurs lol du coup pas d'emploi fixe, mais je peux chercher dans ma région)

Pour moi, le cadre relationnel est en effet super important, c'est pour ça que ça va au boulot aujourd'hui, chef top, collègues tops, mais après, ça reste un travail éprouvant (c'est pas un collège facile, on va dire), mais de toute façon, pas possible à cet endroit sur du long terme (le poste va être réouvert, un jeune qui a le concours va le réclamer, ils auront plus besoin de moi, et de toute façon, vu la distance depuis chez moi, c'est probablement pas un mal!...)

d'où mon idée de repartir dans mes premières amours (recherche)

Si quelqu'un a des certitudes en la matière, il faut procéder avec prudence. Beaucoup, de prudence.

C'est ce que m'a fait remarquer mon amie, qui ne comprend pas pourquoi ma psy en a parlé. Moi j'ai pris ça pour une façon de me faire comprendre mon fonctionnement, afin de l'optimiser, et d'arrêter de penser que je suis tarée (et donc la culpabilité qui va avec).
Mais bon, là, ça me triture le cerveau, ça passera probablement rapidement, dès que j'aurai compris comment ça fonctionne (je retournerai me prendre la tête sur le choix d'un objectif pour mon appareil photo ou bien le mode de reproduction du poisson combattant en élevage lol)

Bienvenue sur ce forum. Et bon courage.

Merci Very Happy

Quand je me relis, et que je lis "un peu paumée'' et "en ce moment", je me dis que c'est assez risible en fait, pasque ça fait depuis des années que ça dure, et que c'est pas qu'un peu loooool!!!!
mais bon, j'avance quand même, à pas de souris...

Chuna

Messages : 15477
Date d'inscription : 31/12/2014
Age : 38
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Faire confiance à ma psy Empty Re: Faire confiance à ma psy

Message par Invité le Ven 2 Jan 2015 - 12:49

chuna56 a écrit:
Quand je me relis, et que je lis "un peu paumée'' et "en ce moment", je me dis que c'est assez risible en fait, pasque ça fait depuis des années que ça dure, et que c'est pas qu'un peu loooool!!!!
mais bon, j'avance quand même, à pas de souris...

Chui pas forcément surdoué, mais pour ce qui est d'être paumé, je sais ce que c'est ! J'espère que tu vas trouver des pistes intéressantes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Faire confiance à ma psy Empty Re: Faire confiance à ma psy

Message par Hildou dame Hibou le Sam 17 Jan 2015 - 16:15

Bonjour !

Je ne peux malheureusement pas t'apporter de réponse mais je me reconnais totalement dans ton discours. J'ai moi aussi beaucoup de mal à synthétiser donc je vais tenter d'élaborer un message le plus court possible.

J'ai 26 ans et j'ai également ce sentiment horrible et désagréable de gâcher ma vie. C'est terriblement culpabilisant et pourri pour la confiance en soi ! Dans tout ce que je fais, je pourrais être excellente. Mais comme je fais tout à l'arrache, que je n'ai ni rigueur, ni organisation, ben tout est juste bien. Et pour couronner le tout j'ai abandonné les premieres etudes que je faisais, puis les secondes, puis maintenant que je suis dans un nouveau parcours je les reprends en parallèle... et je te comprends très bien car je ne tire aucune satisfaction des diplômes que j'ai obtenus (Bac S et licence) car jen'ai rien foutu, j'ai la même impression que tout le monde pourrait faire pareil : sentiment d'imposture permanent.

Je suis également dans la même situation que toi par rapport à ma psy : je viens de faire mon premier entretien avec elle et elle est persuadée que je suis surdouée au vu de tous les éléments que je lui ai apportés et qui selon elle sont probants. Sauf que le test, je le passe mardi. Je suis TERRIFIEE (j'ai un rapport très difficile à tout ce qui est "test", "jugement") et quelque soit la réponse je serai choquée : j'ai peur de ne pas l'être car je n'aurais pas la réponse à la question "pourquoi suis-je bizarre ?" Et j'aurai l'impression d'avoir "raté", peur de l'être car ça confirmerait que je suis bizarre et que je fous en l'air mes capacités, et peur d'être débile. J'ai conscience que ce sont des peurs fausses et irrationnelles mais même si je vois le truc de l'extérieur, je ne peux pas m'empêcher de le ressentir. En tout cas, j'ai hâte de savoir, car je me pose la question depuis toujours (ma mère avait refusé de me le faire passer au primaire sur les conseils des profs) et là au moins je serai fixée.

En tout cas, quelque soit la réponse pour moi et que tu sois surdouée ou non, tu n'es pas seule et d'autres personnes partagent ton parcours atypique, un niveau d'angoisse élevé ainsi que tes doutes et tes questions. Et qu'on le soit ou pas, la thérapie cognitivo comportementale peut nous aider à nous comprendre et à avancer dans la vie, car c'est bien ce qui compte après tout.

La psy m'a persuadé de faire le test car si je le suis, j'aurai un mot sur mon malêtre et enfin une réponse à cette question. Mais sache qu'il est aussi possible de le passer et de ne pas avoir la réponse, comme elle me l'a proposé : elle le saurait et se servirait de ces infos pour la tcc sans que je sois au courant. Me connaissant, je voudrai de toute façon savoir donc j'ai décliné cette option qui peut être très intéressante selon le caractère et l'état d'esprit pour une autre personne.

En tout cas bravo pour ton évolution vis à vis des autres, tu peux être très fière de toi, tu apprends à te protéger c'est super ! Et attention à ta copine, elle n'est pas psy, juste en études, et la relation que vous avez n'est pas neutre ce qui forcément influe sur son discours.

Voilà j'espère ne pas avoir été trop brouillon (je suis sur le téléphone l'encadré est très petit donc compliqué pour relire et modifier) et t'avoir apporté un minuscule soutien. Je salue encore a volonté d'avancer et tant pis si le chemin est long : lentement mais surement c'est mieux que rien du tout !

Plein de courage

Hildou dame Hibou

Messages : 26
Date d'inscription : 17/01/2015
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum