Question existencielle du samedi soir...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Question existencielle du samedi soir...

Message par clem31 le Dim 9 Jan 2011 - 1:00

Juste une impression qu'il faut que je partage:

J'ai le sentiment et j'observe, que la différence entre les zèbres eux même est bien plus grande que celle entre les non zèbres eux même.
C'est peut être stupide comme remarque, et je me la fait en ce samedi soir en train de tripper devant mon ordi...et je voulais savoir si vous aviez noter cette "différence de différence" vous aussi ?
Bref, votre avis m'intéresse.

clem31

clem31
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 83
Date d'inscription : 01/09/2010
Age : 36
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question existencielle du samedi soir...

Message par The_Nomi_Song le Dim 9 Jan 2011 - 1:44

Oui j'ai noter aussi ce genre de différence, je n'arrive pas a expliquer pourquoi (enfin j'ai une idée incomplète que je préfère garder pour moi tant qu'elle ne sera pas complète).

The_Nomi_Song
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 57
Date d'inscription : 28/12/2010
Age : 26
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question existencielle du samedi soir...

Message par Simao le Dim 9 Jan 2011 - 16:26

Ton questionnement m'a inspiré une hypothèse :

Les zèbres semblent avoir un penchant pour s'intéresser à de nombreuses choses différentes, souvent en autonomie dans la mesure où ils cheminent la plupart du temps seuls, alors que les gens "normaux" se développent en premier lieu au contact de leur entourage social, (études, travail), et se limitent à ces connaissances. Ils pourront bie sûr s'intéresser à d'autres choses, mais pas au point de les approfondir extrêmement comme les zèbres le peuvent. La connaissance pour la personne normale peut être un loisir dans un domaine restreint, alors que pour le zèbre cela devient une finalité de vie d'une certaine manière, et dans de nombreux domaines.
Donc imagine des zèbres qui chacun dans leurs différents domaines d'intérêt ont développé des capacités, ont acquis des connaissances pointues qui les fondent finalement. Cela peut amener une certaine différence, importante.

Mais cette hypothèse est surtout liée à la connaissance et au développement de pratiques. Elles peuvent être la cause de différences certainement mais celles-ci seront plutôt culturelles. Je ne sais pas si tu parlais de différence de ce point de vue.

Sinon je ne pense pas que les zèbres se différencient tant que ça, d'un point de vue essentiel. Ils ont des aptitudes différentes, mais leur essence les réunit. Il y'a différents types de zèbres mais zèbres ils sont. Smile

(je présente une antithèse volontairement)


Simao
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 203
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 32
Localisation : Near of Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question existencielle du samedi soir...

Message par clem31 le Dim 9 Jan 2011 - 18:13

Je suis d'accord avec toi du point de vue des différences culturelles. Elles sont évidentes et c'est plutôt logique.
Mais je pensais plus à des différences du point de vue relationnel et comportementales (non cognitives, puisque là, nous sommes assez semblables).
Alors oui les zèbres ne sont pas si différents que ça dans leur essence, je suis d'accord.

Mais justement, ce mode de fonctionnement qui nous rend si semblables entre nous (émotions, capacités intellectuelles...etc), ne pourrait-il pas induire de grandes différences comportementales ? dans la mesure ou ce même fonctionnement (de part sa nature très complexe j'entends) nous pousse souvent à réagir "à l'extrême" (comme disent les gens...), peut-être est-ce donc possible qu'il contribue à nous rendre "extrêmement" différent entre nous?
C'est une hypothèse...

clem31
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 83
Date d'inscription : 01/09/2010
Age : 36
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question existencielle du samedi soir...

Message par thingfish le Dim 9 Jan 2011 - 21:43

Surtout il ne faut pas tomber dans le communautarisme. Ne pas voir dans nos similarités, une unité. Il n'y a pas que les zèbres qui sont différents les uns des autres. Cette propriété est propre à chaque individus, seulement je pense que les zèbres ont tendance à être assez individualistes et à prendre certaines distances vis à vis de la majorité qui s'exerce à gommer ses différences par souci de sociabilité. Les zèbres n'arrivent pas à renier leurs différences, ils restent donc des individus très spécifiques chacun à leur manière.

thingfish
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 915
Date d'inscription : 22/04/2010
Age : 28
Localisation : Juste derrière toi!

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question existencielle du samedi soir...

Message par Simao le Dim 9 Jan 2011 - 23:15

Hmm je suis plutôt d'accord avec ça. Par contre je dirais que la différence avec les autres peut constituer une sorte d'unité, si l'on étudie les choses dans leur globalité. Cette unité n'est pas forcément sociale, c'est-à-dire qu'elle n'implique pas nécessairement un regroupement des zèbres en tant que communauté agissante et revendicatrice. M'enfin l'existence d'un tel site est déjà une communauté... Sans que pour autant cela soit du communautarisme, même si cela pourrait le devenir effectivement. Personnellement j'y vois un regroupement d'individus indépendants qui échangent autour d'un problème commun, pour partager au sens social, pour le plaisir notamment, et pour se nourrir d'idées pour leurs vies respectives.
Si le concept de zébritude n'existait pas, il n'a d'ailleurs pas toujours existé, cette unité existerait tout de même selon moi, sans pour autant qu'on en soit conscient. N'y a t'il pas par exemple une unité entre les créateurs des différentes époques ? Entre les penseurs ? Cela n'empêche qu'ils peuvent s'opposer dans leurs idées, leurs manières d'être, leurs créations; cependant le fait qu'ils pensent, créer, les différencient déjà des autres... Il peut y'avoir de la division dans l'unité donc. Et l'unité peut exister sans qu'on en ait la conscience, et sans regroupement pratique d'individus. Tout dépend si la réflexion commence au niveau de l'individu, ou si l'on pense l'individu à partir de la globalité.
Je crois comprendre ce que tu veux dire par communautarisme, il me semble que c'est peut-être une crainte que tu as, dans le fait que des individus puissent oublier leur individualité dans un regroupement, par sécurité notamment. "L'homme est un animal social" disait Platon, et effectivement même les zèbres ne sont pas des individus purs, vivent dans le rapport aux autres, d'où les nombreuses souffrances liés à cet état notamment. Seulement les zèbres vivent leur rapport à la société différement, ils ne peulent pas se fondre dans celle-ci mais vivent plutôt en retrait. Mais rarement en dehors. Les seuls qui l'ont fait avaient Dieu, ou communiquaient avec la société par leurs créations. Bref. Je m'éloigne du sujet. Smile Les zèbres vivent dans la société, avec les autres, mais jamais leur individualité ne s'efface sans que cela ne cause de souffrance psychique. C'est la même entre zèbres j'imagine, si un zèbre renie son individualité pour faire partie du groupe zèbres, déjà il se renie en tant que zèbre. Mais un regroupement de zèbres n'est-il pas justement nécessaire pour permettre aux zèbres de s'épanouir au contact d'autres humains, sans se renier ?

On peut ne pas tenir compte de ce message. Smile

A lire concernant le développement de l'individualité les oeuvres de Nietzsche, il me semble qu'il était zèbre et que finalement son idée de surhomme présente bien des similarités avec celle de zèbre.


Simao
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 203
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 32
Localisation : Near of Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Question existencielle du samedi soir...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:00


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum