Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Mer 17 Déc 2014 - 16:17

Parce qu' entre l'enfer seul et l'enfer avec un boulet qui se transforme en chèvre quand on veut coucher avec, l'enfer seul est un peu moins fatigant, nerveusement...

J'édite pour modérer un peu mon propos.  J'imagine qu'il peut être choquant pour celles qui s'identifieraient trop facilement à un boulet ou à une chèvre. J'ai longtemps fait le pénible choix d'être mal accompagné plutôt que seul.. Je ne veux plus vivre ça..


Dernière édition par Gianpao le Jeu 29 Jan 2015 - 2:15, édité 2 fois (Raison : J'ai édité pour améliorer un peu le titre. J'espère que ça va plaire...)
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Lun 22 Déc 2014 - 13:46

Il m'en coûte une déprime de fond et de longue haleine, et ce sentiment de solitude insupportable à beaucoup d'entre nous, qui m'est une torture à quoi j'échape par le rêve et le rire autant que possible. Ce n'est jamais assez, et il m'en coûte, à cause de la couleur du blé, par exemple...
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Zebra le Lun 22 Déc 2014 - 18:01

Et pourtant c'est vrai que l'on est mieux seul ... qu'à deux , mais mal accompagné.

Regarde toutes les bonnes choses que tu peux faire en étant libre , sans personne pour te prendre la tête.    Wink

Tu peux toujours combler ta solitude avec une vie sociale très riche , et tout un panel d'activités , des voyages , et pourquoi pas du bénévolat.

Même si tu aimes la couleur du blé , et qui ne l'aimerait pas ... La liberté n’a pas de prix !

Mais si  tu veux vraiment vivre une autre histoire , pèse bien le pour et le contre avant de t'engager , car il n'y a pas d'âge pour faire des erreurs.
Elles sont parfois lourdes de conséquences.

PS:  Si tu ne veux pas une chèvre , la prochaine fois , prends une tigresse.    Very Happy
Zebra
Zebra

Messages : 239
Date d'inscription : 29/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Lun 22 Déc 2014 - 20:07

Désolé, PadMan, je n'arrive pas à bien comprendre ce que tu écris, mais j'y vois des qualités poétiques et littéraire, vraiment.

Et Zebra, tu ne sembles pas comprendre quand j'écris que j'ai "préféré" être mal accompagné que seul, c'était un choix, et quand ça m'a été trop insupportable, j'ai fais un autre choix, où je ne suis pas mieux, pas mieux du tout, et je savais très bien ce qui m'attendait.

Une vie sociale très riche ne comble rien du tout : on ne peut pas combler un manque d'une certaine nature avec des activités d'une autre nature.

Mon pannel d'activités est si varié qu'il me ferait paraitre prétentieux, même ici où on devrait en avoir l'habitude. Ca ne comble rien de rien et je ne réalise presque rien de mon potentiel, faute de motivation.

J'ai fait aussi du bénévolat et je continuerai : nib de comblement !

La couleur du blé, c'est une évocation, que je croyais transparente, au "Petit Prince", quand vers la fin, il demande au renard pourquoi il sera triste, quans ils seront loin l'un de l'autre, et le renard lui répond (avec l'exquise pudeur qui fait toute la poésie de ce passage) "à cause de la couleur du blé" (la même couleur que les cheveux du Petit Prince...)
La liberté ? Chacun peut parler de la sienne. La mienne a un prix, et c'est très cher. Je le paye jour après jour, ce prix amer. J'ai failli le payer de ma vie l'été dernier, et le prix n'a pas baissé.

Les tigresses ne me plaisent pas plus que les chèvres. J'aimerais tellement une femelle de mon espèce...

Et je trouve ça très attendrissant quand tu dis : "il n'y a pas d'âge pour faire des erreurs", c'est tellement mignon ! Long hug
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Pola le Lun 22 Déc 2014 - 20:15

Bonsoir Gianpao Smile

Si je peux me permettre, un "pourquoi je me suis résigné" aurait soufi

Pola

Messages : 6058
Date d'inscription : 22/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Lun 22 Déc 2014 - 20:33

Bonsoir Pola, tu m'a manqué... Pour Toi

Bien sûr que je t'autorise à te permettre, mais je trouve que ça n'aurait pas soufi, ni derviche à propos. Hourra !
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Lun 22 Déc 2014 - 21:05

Oui, Pola, tu es trop rare dans mes histoires, d'autant que ta concision m'amuse
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Zebra le Lun 22 Déc 2014 - 21:22

Gianpao , je comprends mieux ce que tu veux dire à présent.

Pour le petit prince , j'avais capté la comparaison , mais j'ai fais le choix délibéré de te parler de l'autre versant du blé ^^

J’espère que tu trouveras une femme qui te conviennes.

Et peu importe qu'elle soit tigresse ou zebrelle , l'essentiel est qu'elle te corresponde.   Wink
Zebra
Zebra

Messages : 239
Date d'inscription : 29/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Lun 22 Déc 2014 - 22:00

Ah oui, le blé, l'artiche, j'avais pas percuté, c'est dire à quel point c'est ma priorité !

Une femme, oui, je trouverai, ou pas. Le pire c'est qu'il y en a certainement avec qui ça pourrait coller, mait faut encore se retrouver en face, et se voir ! Il y en a même qui m'aiment bien, voire plus que ça mais en couple et mon éthique me l'interdit.

Pour se marrer en attendant, le livre "La femme parfaite est une connasse 2" vient de sortir. J'aime bien cet humour facile, ça rafraîchit !

(toute réaction indignée me traitant de mysogine serait déplacée, faut connaitre le bouquin pour comprendre)
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Abonné absent le Lun 22 Déc 2014 - 22:11

Y aurait il une "crise de la cinquantaine" ? Je suis exactement dans le même trip en ce moment.

Je crois que je vais lire ce bouquin. Laughing
Abonné absent
Abonné absent

Messages : 2582
Date d'inscription : 21/12/2014
Age : 55

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Lun 22 Déc 2014 - 22:23

Silwilhith , je crois qu'il y a malentendu (prévisible...) Ce livre est écrit par deux femmes et s'adresse surtout aux femmes, qui l'adorent en général (les femmes non parfaites).  C'est tout à fait par hasard qu'il plaît à quelques hommes bizarres, comme moi.

Quand à une crise de la cinquantaine, je sais pas, moi j'ai "la crise qui dure cinquante ans, jusqu'à présent"

Après, des "crises" de ceci ou cela, , je crois que c'est à chaque fois qu'on prend un peu conscience de quelque chose...
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Pola le Lun 22 Déc 2014 - 23:23

Me restait un cadeau de Noël a trouver. Challenge, son prix ne devait pas dépasser les 5 euros. La femme parfaite est une connasse ne pouvait pas mieux tomber Wink

Pola

Messages : 6058
Date d'inscription : 22/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Lun 22 Déc 2014 - 23:39

Tu vas faire plaisir, c'est un super bouquin, qu'il faut t'acheter aussi, poilade assurée. Je vais l'offrir aussi...
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Zebra le Mar 23 Déc 2014 - 8:49

Merci PadMan , c'est mignon tout plein.     Courbette

C'est vrai que le préfère être libre et heureuse qu'à deux et mal accompagné.
C'est que j'en ai vu des gars sur ma route ... et aucun d'eux n'a était bienveillants , jusqu'à présent en tout cas.
J'ai beau défendre de nobles causes , je n'ai pas encore trouver sur mon chemin de nobles justiciers ...

Pourtant c'est pas faute d'y voir cru.
P ... on va le reconstruire ce monde ?
Pour ça , il faudrait qu'il y en est qui soient bienveillants , mais ça , ça n'existe pas.
Ou alors je ne les ai pas encore rencontrer.   Wink
Zebra
Zebra

Messages : 239
Date d'inscription : 29/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par elizèbrée31416 le Lun 5 Jan 2015 - 19:44

Oui il n’y a pas d’âge pour faire des erreurs. Celles et ceux qui sur le plan affectif n’ont pas fait, ou ont arrêté avec le temps ou la sagesse, de faire des erreurs, je crois qu’ils ne sont pas sortis de l’auberge des cœurs ou du désert sentimental…

euh.........il n'y a que deux auberges ????
elizèbrée31416
elizèbrée31416

Messages : 34
Date d'inscription : 21/10/2014
Age : 52
Localisation : rennes35

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Invité le Mer 21 Jan 2015 - 23:55

je n'appelle pas ça des erreurs en fait mais des expériences.

je me demande si on s'habitue pas à vivre seul. et je me demande en fait ou je vais me demander si il y a vraiment une situation mieux que l'autre ...

j'ai vu tellement de situations tellement différentes.

et du coup non ça ne me donne pas l'impression qu'il n'y a que deux auberges. que deux façons donc, que deux extrêmes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par JANE le Jeu 22 Jan 2015 - 21:51

Zebra a écrit:
Ou alors je ne les ai pas encore rencontrer.   Wink

... raisonnement ... doute ... résultat !!!
le hic avec ceux que tu recherches, c'est que les femmes les mettent vite de côté (je crois ???) et quils ne se mettennt pas en avant ...
JANE
JANE

Messages : 121
Date d'inscription : 26/07/2013
Age : 45
Localisation : paris

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par kissalion le Jeu 22 Jan 2015 - 23:59

Bonsoir.
Je préfère moi aussi être seule qu'avec quelqu'un avec qui je m'ennuie ou qui me freine dans mes trop? nombreuses activités.
Mais je souffre beaucoup de cette solitude car je garde l'espoir naif? de pouvoir partager un bout de ma vie avec quelqu'un qui me comprenne dans mes incompréhensions.
J'ai perdu l'illusion d'une histoire pour la vie, d'ailleurs y ai-je vraiment cru? Et je pense qu'il ne faut pas vouloir tout partager avec quelqu'un sous peine de perdre.
Ma vision idéale du couple serait d'avoir chacun son chez soi et pour une vie de famille, pourquoi pas chacun son fare avec un fare central pour se retrouver.
Mais je pense que le sentiment de solitude paraît plus prenant quand on est célibataire dans une société le marginalisant mais je sais qu'il ne disparaît jamais complètement même en couple. Car on naît seul et on meurt seul. Mais on peut vivre avec d'autres avec grand plaisir.
kissalion
kissalion

Messages : 44
Date d'inscription : 06/08/2014
Age : 36
Localisation : Bordeaux

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par SuzyLee le Ven 23 Jan 2015 - 10:06

Gianpao ça me désole que tu vives ton célibat comme un enfer... Ce n'est peut-être qu'un (mauvais) passage. J'espère vraiment que tu sauras bientôt apprécier ta nouvelle vie et en profiter à chaque seconde. J'ai été comme toi, longtemps entravée par une relation qui ne me correspondait pas, et donc malheureuse... quand on trouve le courage d'y mettre un terme c'est déjà beaucoup. Le reste... ma foi tu rencontreras peut-être une âme amie, c'est en tout cas ce que je te souhaite !

Le blé n'a qu'une couleur, la liberté en a mille Wink
SuzyLee
SuzyLee

Messages : 45
Date d'inscription : 25/12/2013
Age : 50
Localisation : In my cave

https://www.facebook.com/fredbananafred

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Invité le Ven 23 Jan 2015 - 12:45

bon après y'a aussi cette histoire :

j'allais dire tout dépend aussi par qui on est accompagnée ... dans sa tête, dans ses pensées.

mais bon j'ai découvert ici que ça peut être interprété différemment Smile

je pense que le célibat peut être l'enfer si on vit seul avec des pensées négatives ou du désespoir plutôt que de l'espoir, ou qui sait un entourage qui quand on se retrouve seul nous a donné des idées tristes ou négatives.

ça va on est pas plusieurs dans ma tête mais je sais que je ne vis pas un célibat en passant mon temps à y penser que je suis célibataire sauf effectivement quand j'ai des contacts avec des personnes qui me renvoient ma vie négativement

mes deux expériences affectives (du moins les normées ou je ne saurai comment les appeler, je vais y penser) ont été un véritable enfer et encore plus quand j'y repense vu sous l'angle d'aujourd'hui alors que des périodes de célibat ont été bien plus heureuses.

limite je dirai qu'être célibataire en pouvant penser qu'on va peut être demain croiser quelqu'un de super, c'est tout de même mieux que d'être avec quelqu'un avec qui on est pas bien et de devoir se dire que ça ne va pas changer. lol

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par CarpeDiem le Lun 26 Jan 2015 - 22:37

Gianpao a écrit:Parce qu' entre l'enfer seul et l'enfer avec un boulet qui se transforme en chèvre quand on veut coucher avec, l'enfer seul est un peu moins fatigant, nerveusement...

J'édite pour modérer un peu mon propos.  J'imagine qu'il peut être choquant pour celles qui s'identifieraient trop facilement à un boulet ou à une chèvre. J'ai longtemps fait le pénible choix d'être mal accompagné plutôt que seul.. Je ne veux plus vivre ça..

Merci pour ce message!

Il se trouve que je suis incapable d'avoir une vraie relation (ma plus longue relation date du lycée et n'a duré qu'un mois... - j'ai 26 ans). Je perçois tout de suite si ça va le faire ou pas et en l'occurrence, je perçois à chaque fois que ça ne va pas le faire. Le décalage... la sensation d'étouffer déjà avant d'être en couple, la peur aussi, le fait que j'aime tellement plein de choses, ou découvrir plein de choses, que je sois comme des montagnes russes, que je vive la vie intensément, profondément... que je sois très angoissée, stressée. Que j'aime les idées compliquées, que je soie compliquée.
Le pire étant que je n'ai même pas été "diagnostiquée" surdouée (même si le test montre quand même un décalage avec la norme.
En somme, je ne peux même pas me dire que toute cette merde repose sur quelque chose de concret. J'aimerais tellement une relation sérieuse, je veux fonder une famille, aimer, être aimée.
Mais je désespère... et me prends des "tu es compliquée" avec des sourires ironiques de la part de mes amis ( et j'en passe et des meilleurs). Mes propres parents ont de sacrées remarques aussi.
Si je résume: je me sens inadaptée à la vie en couple dans le sens où visiblement, il est difficile de me supporter, moi et mon comportement anormal (en-dehors de la norme ^^) et puis, surtout, ce n'est pas pédant mais je ne suis pas séduite ou très rarement. En fait, je finis par me demander si c'est possible de réellement me séduire. Je me sens seule: j'ai des amis avec qui je passe de bons moments mais ils n'ont pas cet engouement pour tout et n'importe quoi, cette complexité que je peux avoir, cette intensité, ... Et dans l'amour, alors là... Sad

Est-ce que quelqu'un ressent pareil? C'est vraiment difficile... Le pire, c'est que je plais quand même mais personne ne me plaît... Suis-je trop exigeante? ... Pourtant, au fond, je ne demande pas qu'on soit comme moi ou quoi, en fait, j'aimerais simplement quelqu'un qui aie cette même folie de vivre que moi et quelqu'un capable de me comprendre (parce qu'expliquer chacun de ses comportements toutes les trente secondes, c'est vraiment lourd).
CarpeDiem
CarpeDiem

Messages : 1169
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Courtneylove le Mer 28 Jan 2015 - 9:38

Bonjour
Moi aussi je préfère être seule que mal accompagnée. J'ai 39 ans demain. Je vis seule avec mon chien. Je n'ai pas trouvé l'homme qui pourrait être à la hauteur de ce que je cherche. Et pourtant je ne cherche pas le prince charmant car contrairement à la plupart des filles, j'ai toujours su que ça n'existait pas.
En fait, je n'ai jamais compris comment les gens pouvaient tomber amoureux du jour au lendemain de quelqu'un qu'on ne connaît pas. Je n'ai jamais compris non plus comment on peut rester acec quelqu'un par habitude ou pire faute de mieux.
J'ai vécu 2, 5 ans avec un homme quand j'avais 23 ans. Ça a été la première et dernière fois.
J'ai vu des psy, des sophrologues, mais personne n'a pu m'expliquer pourquoi cette solitude. Jusqu'à ce que je découvre mon éventuelle surdouance. J'ai toujours su qu'il y avait quelque chose de bizarre chez moi. En fait, ce n'est pas donné à tout le monde de pouvoir vivre seul. Mais pour moi, ce qui est difficile c'est de vivre à 2. C'est plus facile de se supporter soi-même que de supporter une tierce personne.
Courtneylove
Courtneylove

Messages : 50
Date d'inscription : 06/11/2014
Age : 43
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Aïris le Mer 28 Jan 2015 - 17:30

Bonjour à tous et toutes,

J'ai toujours su que je ne pourrais jamais avoir une vie sentimentale et une vie de couple "normales", mais j'ai voulu y croire, j'ai essayé et même insisté, jusqu'à ce qu'il me faille dire stop tellement je m'étais laissée détruire. Le choix de rester célibataire s'est imposé à moi comme un soulagement et est devenu source de sérénité il y a de nombreuses années déjà.
Je ne me suis pas résignée, j'ai juste fait le constat que la probabilité de rencontrer un jour un homme qui soit sur la même longueur d'onde , m'accepte et me comprenne , était infinitésimale, et qu'il était donc vain que je gaspille mon énergie à espérer qu'il croise ma route...
Ce qu'il m'en a coûté, c'est juste un petit travail de deuil , un de plus parmi ceux qui consistent à accepter d'être "hors des normes"... n'est-ce pas la seule chose à faire quand les normes ne veulent pas de nous? Rolling Eyes

Aïris

Messages : 36
Date d'inscription : 05/01/2015
Age : 55
Localisation : 33

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Sentinel le Mer 28 Jan 2015 - 17:38

CarpeDiem a écrit:Je perçois tout de suite si ça va le faire ou pas et en l'occurrence, je perçois à chaque fois que ça ne va pas le faire. Le décalage... la sensation d'étouffer déjà avant d'être en couple, la peur aussi, le fait que j'aime tellement plein de choses, ou découvrir plein de choses, que je sois comme des montagnes russes, que je vive la vie intensément, profondément... que je sois très angoissée, stressée. Que j'aime les idées compliquées, que je soie compliquée.

Voilà un message que j’aurais pu écrire. Je suis exactement dans le même cas. Et je pense que tu mets le doigt sur quelque chose d’important qui n’a pas encore été évoqué ici (sauf erreur) : l’exigence. J'ai réfléchi à cette exigence dont on nous accuse, dont on s'accuse aussi, et j'y vois surtout une mauvaise interprétation.
Aux yeux des gens, nous sommes peut-être exigeants mais je crois surtout que c’est inhérent à notre nature. Etant un peu déphasés par rapport aux autres, il nous est plus difficile de trouver quelqu’un de « compatible ». A plus forte raison à notre âge où les couples se marient, font des enfants, et où les prétendant(e)s se font plus rares.

Je n’ai vécu pour ma part que des histoire courtes ou très courtes, avec les mêmes problèmes que ceux que tu as pu citer. A part une zèbre (je l’ai su plus tard pour elle et j’ai aussi été testé après) qui avait tout pour me plaire, belle et intelligente. Puis elle est partie avec un autre quelques mois plus tard, j’étais dévasté.

(mode optimiste ON)
Voilà ce que j’en garde : j’ai plu à une femme que je n’aurais jamais pensé atteindre et avec qui l’échange reste à ce jour inégalé. J’ai tournée la page, c’était destructeur mais ça reste une assez belle histoire.
Aujourd’hui, je désespère de trouver une autre personne qui me corresponde. Je crois qu’il faut se montrer patient et y croire car j’ai eu d’autres histoires qui n’ont pas marché depuis. Le manque de tendresse et d’une présence complice sont des choses sournoises qui nous font courir des chimères. On a beau essayer de « laisser faire le temps », de se laisser convaincre que ça peut marcher, l’alchimie ne se crée pas, on se lasse, on finit souvent par partir. Séduire les gens, ça fait du bien à l'âme, ça apporte un peu de lumière mais ça brise aussi des cœurs.

D’où ma conclusion :
il vaut mieux vivre seule (et triste) que (mal) accompagné : à défaut de s’ennuyer, de se lasser,de faire des concessions, des efforts, on oublie qu’on peut souvent finir par faire du mal à la personne qui s’attache à nous.

Prenons nos maux en patience et croyons-y sans trop vouloir forcer le destin. C'est beaucoup d'énergie dépensée pour très peu de chances de réussite. Mais je reste convaincu qu’une bonne personne nous attend quelque part.

Aïris a écrit:
J'ai toujours su que je ne pourrais jamais avoir une vie sentimentale et une vie de couple "normales", mais j'ai voulu y croire, j'ai essayé et même insisté, jusqu'à ce qu'il me faille dire stop tellement je m'étais laissée détruire. Le choix de rester célibataire s'est imposé à moi comme un soulagement et est devenu source de sérénité il y a de nombreuses années déjà.
Je ne me suis pas résignée, j'ai juste fait le constat que la probabilité de rencontrer un jour un homme qui soit sur la même longueur d'onde , m'accepte et me comprenne , était infinitésimale, et qu'il était donc vain que je gaspille mon énergie à espérer qu'il croise ma route...
Ce qu'il m'en a coûté, c'est juste un petit travail de deuil , un de plus parmi ceux qui consistent à accepter d'être "hors des normes"... n'est-ce pas la seule chose à faire quand les normes ne veulent pas de nous? Rolling Eyes

On est d'accord  Smile .
Sentinel
Sentinel

Messages : 25
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 34
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Courtneylove le Mer 28 Jan 2015 - 18:08

Je suis tout à fait d'accord avec vos propos. Je me suis toujours sentie en dehors de la normalité. Les gens extérieurs en plus se font un plaisir de vous demander mais comment se fait-il que tu ne rencontres personne ? Il faut que tu baisses tes exigences ! Tu es sûre que tu aimes les hommes ? Des questions à la con !! Oui j'aime les hommes et j'aime le sexe . Mais je ne trouve pas celui qui me convienne tant d'un point de vue physique, social et cérébral. Je ne veux pas être traitée de vieille fille car je n'en suis pas une. Le problème c'est quand je rencontre un homme, en l'espace de 30 secondes, je connais le déroulé de l'histoire. Et je connais la fin alors pourquoi aller plus loin et perdre mon temps. Je ne veux pas faire le deuil de toute possibilité. Si j'existe, il y a forcément des gens comme moi avec qui je serai compatible. Le problème c'est où les trouver ? Un hors norme comme moi. Moi aussi des relations qui detruisent j'en ai connues, mais pourtant quand je regarde les gens normaux autour de moi, ça a l'air tellement simple . Ils ne se posent pas le dixième de questions que je peux avoir dans mon cerveau. C'est tellement extenuant. Je ne comprends pas, j'arrive à réussir des choses extraordinaires, à entreprendre tout ce qui me tient à coeur. Mais la vie à 2 rien, échec total. Courtneylove
Courtneylove
Courtneylove

Messages : 50
Date d'inscription : 06/11/2014
Age : 43
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Jeu 29 Jan 2015 - 1:29

Merci SuzyLee, pour tes mots d'encouragement qui me vont au coeur.

Je ne sais pas pourquoi je ne recois presque plus les avis de nouveaux messages sur les sujets ...

Il me semble que beaucoup se trompent sur le titre de mon sujet. Je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul et si je me suis résigné à cette solitude subie que je déteste, que je hais, que je vomis et qui me sort par les yeux, car je préfère rester poli, c'est bien malgré moi, à contre coeur et la mort dans l'âme, une mort qui justement me ratrape à grands pas, car elle affectionne les solitaires, la bougresse ! Donc, cette foutue pourriture de solitude, je pense que j'en crèverai. Demandez aux médecins et aux assureurs, leurs statistiques prouvent qu'on en crève beaucoup.

N'allez pas croire que je considère ma mort comme une chose importante, je n'ai aucune prétention de ce côté là. J'aimerais juste passer mon temps en plaisante compagnie, dans l'affection et la conversation, avec une femme à qui je conviendrais autant qu'elle me conviendrait... J'ai toujours été rêveur, ça me soulage un peu d'une vie sans saveur.

Chacun voit midi à sa porte, comme on disait dans le vieux temps, et si je trouve que plus d'une se trompe en croyant que les hommes selon son coeur n'existent pas, je serais malvenu de le lui dire avec trop de rudesse, moi qui suis incapable de me faire aimer alors que je suis persuadé qu'il y en a beaucoup à qui je pourrais plaire, et me plairaient de même. Mais nous nous croisons sans nous reconnaître, visages fermés, toujours pressés, nos préjugés au vent comme des étendards !  Nous croisons le passant sans ralentir le pas, nous fuyons son regard, sa présence importune, impatients de retrouver l'ennui où nous avons nos habitudes, le chagrin dont le goût nous rassure et la déprime qui à force de temps conserve notre empreinte...

Ah, bah ! Voilà encore que je dis des sotises, il est temps que j'aille me coucher dans mon grand lit glacé où pendant quelques heures, j'oublierai par bonheur que je vis encore.

Notez que j'ai fait une fiche zeetic, si vous voyez c'que j'veux dire... Et c'est ici q'on peut la voir...  flower
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Invité le Jeu 29 Jan 2015 - 4:09

Juste deux trucs pour le lit :

Solution 1 : les bouillottes. C'est triste à passer la porte pour se jeter dans le canal (du Midi clown ), mais c'est ainsi.

Solution 2 : les draps en flanelle. Une tuerie de la mort qui tue. Un truc à rester blotti des jours entiers rien que pour se tourner et se retourner. J'en tressaille.

D'ailleurs... j'y retourne... flower

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Aïris le Jeu 29 Jan 2015 - 9:31

Gianpao a écrit:Merci SuzyLee, pour tes mots d'encouragement qui me vont au coeur.

Je ne sais pas pourquoi je ne recois presque plus les avis de nouveaux messages sur les sujets ...

Il me semble que beaucoup se trompent sur le titre de mon sujet. Je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul et si je me suis résigné à cette solitude subie que je déteste, que je hais, que je vomis et qui me sort par les yeux, car je préfère rester poli, c'est bien malgré moi, à contre coeur et la mort dans l'âme, une mort qui justement me ratrape à grands pas, car elle affectionne les solitaires, la bougresse ! Donc, cette foutue pourriture de solitude, je pense que j'en crèverai. Demandez aux médecins et aux assureurs, leurs statistiques prouvent qu'on en crève beaucoup.

N'allez pas croire que je considère ma mort comme une chose importante, je n'ai aucune prétention de ce côté là. J'aimerais juste passer mon temps en plaisante compagnie, dans l'affection et la conversation, avec une femme à qui je conviendrais autant qu'elle me conviendrait... J'ai toujours été rêveur, ça me soulage un peu d'une vie sans saveur.

Chacun voit midi à sa porte, comme on disait dans le vieux temps, et si je trouve que plus d'une se trompe en croyant que les hommes selon son coeur n'existent pas, je serais malvenu de le lui dire avec trop de rudesse, moi qui suis incapable de me faire aimer alors que je suis persuadé qu'il y en a beaucoup à qui je pourrais plaire, et me plairaient de même. Mais nous nous croisons sans nous reconnaître, visages fermés, toujours pressés, nos préjugés au vent comme des étendards !  Nous croisons le passant sans ralentir le pas, nous fuyons son regard, sa présence importune, impatients de retrouver l'ennui où nous avons nos habitudes, le chagrin dont le goût nous rassure et la déprime qui à force de temps conserve notre empreinte...

Ah, bah ! Voilà encore que je dis des sotises, il est temps que j'aille me coucher dans mon grand lit glacé où pendant quelques heures, j'oublierai par bonheur que je vis encore.

Notez que j'ai fait une fiche zeetic, si vous voyez c'que j'veux dire... Et c'est ici q'on peut la voir...  flower

Bonjour Gianpao,

Le moins qu'on puisse dire c'est que ton message , certes lucide, est criant de désespoir.

Par expérience, il me semble que quand on est déprimé, on affiche une façon d'être qui ne donne pas envie à grand monde de nous approcher ou seulement nous sourire, ce qui ne risque pas de rompre le cercle infernal de cette insupportable solitude ... Si tu parvenais à te sourire à toi-même chaque matin en essayant de mettre de côté pour quelques heures tout ce qui te pèse, peut-être te sentirais-tu capable de sourire aussi aux personnes que tu croises dans la journée et sans doute serais-tu surpris que certaines d'entre elles te sourient à leur tour ( pas toutes, et pas forcément celles que tu souhaiterais, faut pas trop rêver non plus!). Ce n'est pas grand chose et ça ne garantit pas non plus de faire "la" rencontre que tu attends dès le premier jour, mais c'est un début d'ouverture sur une autre vision des choses , aussi insuffisante soit-elle à satisfaire tes besoins.

Se montrer simplement avenant conditionne beaucoup les réactions d'autrui ; c'est en partie ce qui va te rendre "charmant" malgré toi, pour ne pas dire séduisant... le risque inhérent à ce charme , c'est d'attirer vers toi des femmes qui ne correspondront pas toujours à ce qui pourrait te rendre heureux et là se posera peut-être à nouveau la question : vaut-il vraiment mieux vivre mal accompagné que vivre seul ?
Je ne doute pas de tes capacités à plaire si tu prends conscience de ton potentiel à sourire ( à toi-même et à la Vie). Ce n'est sans doute pas évident pour toi à ce jour, mais ce n'est pas le plus difficile (enfin, je pense... Smile ) . Je te souhaite évidemment de n'attirer que des personnes avec qui le meilleur soit possible , mais avant cela, essaie de commencer par  larguer un peu tous les jours cette "dame Solitude" qui prend trop de place dans ton esprit  et, qui, de toute évidence,  plombe tes grandes ailes !

Aïris

Messages : 36
Date d'inscription : 05/01/2015
Age : 55
Localisation : 33

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Courtneylove le Jeu 29 Jan 2015 - 11:09

Gianpao
Je ne sais pas quel âge tu as ni ta vie. Mais une chose est certaine c'est que rien n'est définitif dans la vie. Et heureusement d'ailleurs. La solitude c'est très dur, j'en conviens mais vivre à 2 quand ça ne fonctionne pas, c'est très dur aussi et je pense bien plus dur. Car du coup, on se perd soi-même et ça, pour ma part c'est encore plus difficile. Quelque part, on ne fait que subir les choses. Moi aussi si j'avais eu la chance de rencontrer quelqu'un qui me correspond j'aurais été heureuse de fonder quelque chose. Mais voilà, comme tu dis si bien, on se croise mais on ne se connaît pas et peut être que le mec qui s'arrête au feu rouge c'était la personne parfaite pour moi mais ça je ne le saurai jamais. C'est comme ça, il faut faire avec.
Si ça peut te consoler ou t'aider, je me suis fixée un règle : peu importe si je suis heureuse ou non, ce qui compte c'est que je ne sois pas malheureuse. Et bien c'est déjà pas mal.
Si maintenant tu dois absolument être avec quelqu'un et bien vas y. Mais tout est difficile. Bon courage.
Et tu sais même si je dis que je préfère vivre seule que mal accompagnée c'est parce que moi aussi je suis résignée mais depuis longtemps, je suis très lasse de toutes ces conneries de couples qui ne servent à rien mais qui persistent, je suis fatiguée de beaucoup de choses en fait, mais il faut faire avec. C'est comme ça.
Courtneylove
Courtneylove

Messages : 50
Date d'inscription : 06/11/2014
Age : 43
Localisation : NICE

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Jeu 29 Jan 2015 - 14:55

Vos réponses sont gentilles tout plein. J'écrirai plus en détails ce soir, merci.

(je teste ma signature perso, faite à la main et avec mes contraintes à moi. Si vous préférez celle ci ou bien celle qui est dessous, et qui suit les sévères règles du forum, votre opinion m'intérèsse).

Notez que j'ai fait une fiche zeetic, si vous voyez c'que j'veux dire... Et c'est ici q'on peut la voir... flower
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Kodiak le Jeu 29 Jan 2015 - 15:57

Courtneylove a écrit:je ne cherche pas le prince charmant car contrairement à la plupart des filles, j'ai toujours su que ça n'existait pas.

LE prince charmant ("plug and play" compatible avec toutes les femmes) n'existe certes pas. Cependant, l'existence de TON prince charmant (compatible avec ta personnalité et susceptible d'être bénéfique à tes côtés) est heureusement un tantinet plus plausible   Smile      


Courtneylove a écrit:En fait, je n'ai jamais compris comment les gens pouvaient tomber amoureux du jour au lendemain de quelqu'un qu'on ne connaît pas.

Effet inconscient des phéromones ? Matérialisation d'une projection longuement fantasmée ? Sensation intuitive et fluide d'aise et de bien être immédiat en compagnie de cet(te) inconnu(e) ?  Perception d'une séduction/attraction puissante exercée sur cette personne ? Pour ma part je ne suis par en pénurie d'explications, j'en trouve même pléthore  Razz

Courtneylove a écrit:Je n'ai jamais compris non plus comment on peut rester acec quelqu'un par habitude ou pire faute de mieux.

Par peur de se retrouver seul(e) confronté(e) à soi même ? pour de basses et triviales considérations de confort matériel ?




Courtneylove a écrit:Je suis tout à fait d'accord avec vos propos.  Je me suis toujours sentie en dehors de la normalité.  Les gens extérieurs en plus se font un plaisir de vous demander mais comment se fait-il que tu  ne rencontres personne ? Il faut que tu baisses tes exigences ! Tu es sûre que tu aimes les hommes ? Des questions à la con !!

Des questions à la con formulées par des personnes à la con ...  Wink A la con...formiste, à la con...vention, à la con...promis;  incapables de projeter qu'une longue période de vie en solo constitue un choix assumé et vécu assez harmonieusement, puisque cela constitue un parcours atypique et hors des normes socialement admises, valorisées, et reconnues.  



Courtneylove a écrit:Oui j'aime les hommes et j'aime le sexe . Mais je ne trouve pas celui qui me convienne tant d'un point de vue physique,  social et cérébral.


Cela me parle car l'exigence physique m'a toujours accompagné; et l'exigence intellectuelle m'est venue crescendo suite à des expériences de couple au sein desquelles ne soufflait pas l'esprit (doux euphémisme). Quand à l'exigence sociale, je ne sais pas ce que contient ton assertion. Dans le sens communément admis de recherche de "reconnaissance" et de "surface", il s'agit de quelque chose que je ne pratique pas, et que j'évite même : j'ai constaté de manière croissante au fil de ma vie une forte corrélation entre un niveau de revenu et/ou de prestige professionnel élevé et une valeur humaine intrinsèque faible, voire négative.



Courtneylove a écrit:Le problème c'est quand je rencontre un homme, en l'espace de 30 secondes,  je connais le déroulé de l'histoire.  Et je connais la fin alors pourquoi aller plus loin et perdre mon temps.  Je ne veux pas faire le deuil de toute possibilité. Si j'existe,  il y a forcément des gens comme moi avec qui je serai compatible.  Le problème c'est où les trouver ? Un hors norme comme moi.

Ils (et elles) existent.
Ils (et elles) sont très rares.
Ou sont ils (et elles) ? Je n'ai hélas pas plus la réponse à cette question que toi....  


Courtneylove a écrit:quand je regarde les gens normaux autour de moi,  ça a l'air tellement simple . Ils ne se posent pas le dixième de questions que je peux avoir dans mon cerveau.  C'est tellement extenuant. Je ne comprends pas, j'arrive à réussir des choses extraordinaires,  à entreprendre tout ce qui me tient à coeur.  Mais la vie à 2 rien, échec total.

Cela fait partie des éléments constitutifs de l'envers de la médaille de la douance : les questionnements récurrents et profonds, la curiosité insatiable de comprendre, d'apprendre, de savoir, de trouver du sens, sont peu partagés et peu prisés par les normopensants. L'échange avec eux est limité, le champ de compréhension se trouve fort restreint par ce décalage cognitif permanent, à fortiori la cohabitation en devient fastidieuse, ardue et rébarbative.
Kodiak
Kodiak

Messages : 1903
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 56
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Invité le Jeu 29 Jan 2015 - 17:08

Gianpao a écrit:Vos réponses sont gentilles tout plein. J'écrirai plus en détails ce soir, merci.

(je teste ma signature perso, faite à la main et avec mes contraintes à moi. Si vous préférez celle ci ou bien celle qui est dessous, et qui suit les sévères règles du forum, votre opinion m'intérèsse).

Notez que j'ai fait une fiche zeetic, si vous voyez c'que j'veux dire... Et c'est ici q'on peut la voir... flower

Je préfère, de loin, la perso, bricolée à la main.

Kodiak a écrit:
Cela fait partie des éléments constitutifs de l'envers de la médaille de la douance : les questionnements récurrents et profonds, la curiosité insatiable de comprendre, d'apprendre, de savoir, de trouver du sens, sont peu partagés et peu prisés par les normopensants. L'échange avec eux est limité, le champ de compréhension se trouve fort restreint par ce décalage cognitif permanent, à fortiori la cohabitation en devient fastidieuse, ardue et rébarbative.

Pardonne-moi, Kodiak, mais je ne te rejoins pas.
Depuis que je sors à nouveau dans "le monde tel qu'il est"... je rencontre des tas de gens brillants, qui s'intéressent à des tas de choses et se posent des tas de questions.
Et moi, qui suis restée en dehors du monde, toutes ces années, j'ai l'impression, au contraire, de prendre une vraie bouffée d'oxygène.

Je pense qu'à rester isolés, à vivre sur nos îles désertes, quelles que soient nos raisons, je me demande, parfois, si nous ne nous trompons pas.
C'est à tel point que j'ai eu l'impression, quelque temps, de n'avoir que des zèbres autour de moi, pour arriver malheureusement à la conclusion que c'est moi qui suis idiote.
Superficielle, ne creusant aucun sujet.
Idiote, incapable de me concentrer.
Extrêmement mauvaise écoute.

Et j'en passe...

Il est vrai que je rencontre ces personnes dans le cadre d'une association dont le projet est assez vaste...
Ceci explique peut-être aussi cela.
M'ouiiiii, ce n'est pas tout à fait le monde tel qu'il est.
C'est tout de même un monde de réflexion.

Et en écrivant... il me remonte le souvenir d'une fête des voisins dont j'étais partie en larmes, arguant d'un quelconque "me sens pas bien", alors que, n'en pouvant plus, je m'effondrais face à la vacuité des échanges.

Mais tout de même, je me demande, parfois, si les zèbres ne seraient pas juste "cons, pas sympas, inadaptés et pis c'est tout" !!!

Bref...  je crois que je suis en train d'essayer de vous dire qu'au final, je n'ai pas de réponse aux questions.

Ah c'est malin, ça !

flower

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Kodiak le Jeu 29 Jan 2015 - 19:06

Zebulle a écrit:
Kodiak a écrit:
Cela fait partie des éléments constitutifs de l'envers de la médaille de la douance : les questionnements récurrents et profonds, la curiosité insatiable de comprendre, d'apprendre, de savoir, de trouver du sens, sont peu partagés et peu prisés par les normopensants. L'échange avec eux est limité, le champ de compréhension se trouve fort restreint par ce décalage cognitif permanent, à fortiori la cohabitation en devient fastidieuse, ardue et rébarbative.

Pardonne-moi, Kodiak, mais je ne te rejoins pas.
Depuis que je sors à nouveau dans "le monde tel qu'il est"... je rencontre des tas de gens brillants, qui s'intéressent à des tas de choses et se posent des tas de questions.
Et moi, qui suis restée en dehors du monde, toutes ces années, j'ai l'impression, au contraire, de prendre une vraie bouffée d'oxygène.

Je pense qu'à rester isolés, à vivre sur nos îles désertes, quelles que soient nos raisons, je me demande, parfois, si nous ne nous trompons pas.
C'est à tel point que j'ai eu l'impression, quelque temps, de n'avoir que des zèbres autour de moi, pour arriver malheureusement à la conclusion que c'est moi qui suis idiote.
Superficielle, ne creusant aucun sujet.
Idiote, incapable de me concentrer.
Extrêmement mauvaise écoute.

Et j'en passe...

Il est vrai que je rencontre ces personnes dans le cadre d'une association dont le projet est assez vaste...
Ceci explique peut-être aussi cela.
M'ouiiiii, ce n'est pas tout à fait le monde tel qu'il est.

C'est tout de même un monde de réflexion.

Effectivement, les personnes que tu côtoies au sein de cette association ne sont pas vraiment représentatives de l'ensemble de la population : elles sont animées par les projets portés par cette structure, ce qui peut leur offrir une palette d'intérêts plus vaste et un champ de vision plus ouvert que la moyenne.


Zebulle a écrit:Et en écrivant... il me remonte le souvenir d'une fête des voisins dont j'étais partie en larmes, arguant d'un quelconque "me sens pas bien", alors que, n'en pouvant plus, je m'effondrais face à la vacuité des échanges.

Mais tout de même, je me demande, parfois, si les zèbres ne seraient pas juste "cons, pas sympas, inadaptés et pis c'est tout" !!!

Bref...  je crois que je suis en train d'essayer de vous dire qu'au final, je n'ai pas de réponse aux questions.

Ah c'est malin, ça !

flower

Voisinage, lieu de travail, je me trouve quotidiennement confronté à cette vacuité et à cette superficielle médiocrité que tu relates. Quand le spectre des conversations possibles n'excède pas le film de la veille, les lieux communs traînés par les aléas de l'actualité tels des filets dérivants, les objets de consommation acquis ou convoités (voiture, hi-fi, fringues, etc.), la grande bouffe-picole en troupeau de dimanche dernier ou samedi prochain, et les avis généralement libidineux ou blessants sur untel ou unetelle, je ne me sens ni en phase ni à ma place en pareille compagnie.

Et je revendique haut (prenant même plaisir à cultiver la chose) mon droit d'être inadapté en pareille société, pas sympa avec pareils ostrogoths, et jugé con, cassant et arrogant par iceux Razz

Kodiak
Kodiak

Messages : 1903
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 56
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Jeu 29 Jan 2015 - 22:03

Merci Kodiak de m'offrir le biais qui va faciliter ma réponse à Courtneylove, quel joli peudo, soit dit en passant, muy lindo !


- Question "prince charmant", c'est un archétype qui n'a pas que des défauts, il faut se méfier de ne pas jeter le prince charmant avec l'eau du bain, des fois il peut encore servir, bien rincé et mis à sécher à l'ombre...

Et sinon, "plug and play", si, si, depuiis ma dernière mise à jour, je suis garanti "plug and play", ou remboursée trois fois !  Et justement, moi, au contraire, je ne crois pas à SON, ni à TON prince charmant, je crois qu'on est tous très adaptables et modulables, même et surtout si on est persuadés du contraire...



- Ah Courtney, sur l'état amoureux, ton questionnement m'interpelle, il faut vraiment que je prenne le temps d'ouvrir un sujet sur cette question précise. Il y a une vingtaine d'années, j'ai écrit un petit essai là dessus, note que ma technique d'exposition est assez réthorique et paraîtra lourde à certains, j'assume. Je te résume : Remarquons d'abord qu'après une rupture amoureuse, on se demande souvent : "Mais comment est ce que j'ai pu aimer un abruti pareil ? (ou, "une imbécile de ce calibre") ", ce qui prouve que soit on ne le / la connaissait pas bien avant ou alors après. Copmme souvent, la vérité est ailleurs : on ne le-la connait bien ni avant ni après !
Ce que nous avons aimé, car nous avons bien aimé quelque-chose, et peut être même quelqu'un, le souvenir de nos batements cardiaque et de notre enthousiasme délirant est très net, trop... Ce que nous avons aimé, donc, c'est une image, que j'aime bien nommer une projection, car je vais dévellopper (...) toute une métaphore cinématographique...(Approchez messieurs-dames, les petits devant et les grands derrière, on ne se bouscule pas, il y aura de la place pour tout le monde...)

L'être pour qui nous nous pâmons, ce n'est pas l'être humain qui est devant nous (la preuve en est faite ci-dessus), c'est une image que nous projetons sur lui, ou elle, et puisque nous aimons ce que nous voyons projeté sur cet écran, c'est que nous y projetons à partir de nous ( on ne peut rien projeter depuis ailleurs) ce que nous avons de plus aimable en magasin. Forcément, ça nous plait !

Voilà, c'est l'essentiel du mécanisme de l'état amoureux. Si vous avez déjà lu ou entendu cette théorie ailleurs, dites le moi, ça m'intérèsse. J'aime connaître mes prédécesseurs ou contemporains.

Pour la rapidité du coup de foudre, Courtney, c'est aussi simple : un quart de seconde suffit pour juger, jauger et élire un écran de projection de premier choix, et ensuite, c'est très logiquement qu'on a l'impression de l'avoir toujours connu (e), puisqu'en effet, nous avons toujours connu, et aimé, ce que nous projetons de nous sur lui (ou elle).

Et cependant, qu'on ne croie pas ici que je méprise en aucune manière le sentiment ni l'état amoureux qui est selon moi la plus belle et plus douce chose au monde. Je l'examine et l'analyse, c'est un fait, mais je n'y échape pas et ne m'en plains pas. C'est une partie du sort commun que je trouve sage d'accepter.

Si vous me permettez, je continuerai à répondre un peu plus tard. Les interventions sont tellement  riches, on peut y répondre pendant des heures...

Alors à très bientôt Smile

(je teste ma signature perso, faite à la main et avec mes contraintes à moi. Si vous préférez celle ci ou bien celle qui est dessous, et qui suit les sévères règles du forum, votre opinion m'intérèsse).

Notez que j'ai fait une fiche zeetic, si vous voyez c'que j'veux dire... Et c'est ici q'on peut la voir... flower
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Ven 30 Jan 2015 - 1:53

CarpeDiem, je n'avais pas encore lu ton message. très touchant (je ne m'exprime pas au second degré, et quand ça m'arrive, j'essaie que ce soit clair).    

Pour ce qui est de ta zébritude, ne te casse pas la tête avec des histoires de test. Sur le forum, tu vois bien que la plupart des gens ont des fonctionnement et des problèmes très semblables aux tiens, et j'espère que tu as eu l'occasion de participer à des rencontres sur Nantes et la région. Tu sais qui tu es quand face à quelqu'un tu as enfin l'impression d'être normale.

Je sais que c'est difficile mais je crains que tu doive souvent te déguiser en femme « normale » pour être plus tranquille. Bien sûr, c'est pas une vie quand on a personne avec qui on peut être soi-même...

  Je crois qu'il ne faut surtout pas que tu désespères.  Selon mes observations depuis quelques années, les zèbres sont beaucoup plus nombreux qu'on ne l'imagine, parceque d'une part nos critères de zébritude ne sont pas forcément très bien définis et d'autre part, beaucoup portent des masques, affichent des fausses personnalités, les fameux « faux self », qui gènent beaucoup pour les voir tels qu'ils sont vraiment. D'après ce que j'ai vu, en plus, les hommes étant psychologiquement beaucoup plus fragiles que les femmes, quand ils sont zèbres ils ont souvent des plus gros problèmes aussi et ils essaient de se protéger comme ils peuvent en étant assez souvent provocateurs, cyniques, grossiers, railleurs, tout ça parce qu'ils n'osent pas montrer leur sensibilité, encore moins que des hommes normaux, non zèbres. Ca ne facilite pas les choses pour qu'une femme soit séduite, je le reconnais.

De plus, il ne suffit pas d'être zèbres pour s'entendre ni même pour se supporter, parfois. Je ne sais pas quelle est ton activité ni tes goûts. Je pense que la démarche d'aider autrui, à travers des associations, par exemple, est souvent quelque chose qui nous fait du bien. Personnellement, ça m'a souvent aidé, et je continue, sous diverses formes. Ca m'évite de complètement désespérer.

Je te souhaite bon courage. Va aux rassemblements zébrés de ta ville et région, tu ne sera pas déçue.
Si tu veux des conseils de lecture, à part çà, je t'en donnerai volontiers. Dis moi juste les domaines qui t'intérèssent le plus.

A bientôt

(je teste ma signature perso, faite à la main et avec mes contraintes à moi. Si vous préférez celle ci ou bien celle qui est dessous, et qui suit les sévères règles du forum, votre opinion m'intérèsse).

Notez que j'ai fait une fiche zeetic, si vous voyez c'que j'veux dire... Et c'est ici q'on peut la voir... flower
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Kodiak le Ven 30 Jan 2015 - 14:55

Gianpao a écrit:

- Question "prince charmant", c'est un archétype qui n'a pas que des défauts, il faut se méfier de ne pas jeter le prince charmant avec l'eau du bain, des fois il peut encore servir, bien rincé et mis à sécher à l'ombre...

Et sinon, "plug and play", si, si, depuiis ma dernière mise à jour, je suis garanti "plug and play", ou remboursée trois fois !  Et justement, moi, au contraire, je ne crois pas à SON, ni à TON prince charmant, je crois qu'on est tous très adaptables et modulables, même et surtout si on est persuadés du contraire...

J'ai vraiment, mais alors VRAIMENT du mal à croire que tu éprouves une foi aussi ardente envers l'adaptabilité et la plasticité comportementale en matière de relations amoureuses et conjugales, à fortiori à 50 ans (c'est à dire après avoir potentiellement éprouvé à plusieurs reprises l'abrasive solidité du mur que constitue une incompatibilité de valeurs, de comportements, de centres d'intérêt, d'attentes, de cognition, de feeling sexuel, etc...qui peut exister entre deux partenaires).

Je reste donc campé sur ma position : je peux constituer une perle pour certaines femmes, tout comme un cauchemar pour d'autres. Il en va de même en sens inverse. Et il en va de même pour toi, comme pour n'importe quel homo sapiens. Ce qui change de l'un à l'autre, c'est le pourcentage d'acceptation potentielle. Une personne en phase avec les référents socio-culturels de son lieu de vie et de son époque sera agréée par un plus fort pourcentage de partenaires potentiels que quelqu'un pensant et se comportant à contre courant. De même, une personne HQI aura plus de difficultés à trouver chez autrui compréhension, complicité, et à fortiori symbiose et osmose, de par l'originalité dérangeante et la rareté de sa personnalité.

Je reviens un instant sur l'adaptabilité. Je ne crois pas possible, à moins de pratiquer un faux-self confinant au dédoublement de la personnalité, d'apprécier (ni même d'accepter) dans la durée des comportements qui heurtent frontalement la substance profonde d'un être, ses valeurs fondamentales. L'amour, sous sa forme intense et passionnelle, peut altérer le jugement et masquer la réalité durant sa phase éruptive, mais dès lors que son feu devient plus doux et moins aveuglant, que la lucidité reprend le dessus, l'envers du décor apparaît crûment et sans fard.


Gianpao a écrit:Remarquons d'abord qu'après une rupture amoureuse, on se demande souvent : "Mais comment est ce que j'ai pu aimer un abruti pareil ? (ou, "une imbécile de ce calibre") ", ce qui prouve que soit on ne le / la connaissait pas bien avant ou alors après. Copmme souvent, la vérité est ailleurs : on ne le-la connait bien ni avant ni après !

Ce que nous avons aimé, car nous avons bien aimé quelque-chose, et peut être même quelqu'un, le souvenir de nos batements cardiaque et de notre enthousiasme délirant est très net, trop... Ce que nous avons aimé, donc, c'est une image, que j'aime bien nommer une projection,


Cf. mon paragraphe précédent Wink "les faits sont têtus" (VI Lénine)

"le bonheur est un songe, et l'amour un mensonge"



Gianpao a écrit: Pour la rapidité du coup de foudre, Courtney, c'est aussi simple : un quart de seconde suffit pour juger, jauger et élire un écran de projection de premier choix, et ensuite, c'est très logiquement qu'on a l'impression de l'avoir toujours connu (e), puisqu'en effet, nous avons toujours connu, et aimé, ce que nous projetons de nous sur lui (ou elle).

La perception intuitive et instinctive, quasiment hormonale et animale, qu'une puissante vague de désir et d'attraction magnétique est en train d'être émise soudainement et irrépressiblement par la personne qu'on a en face, a constitué le moteur de ces "coups de foudre" ou de ces incendies fulgurants et irrationnels les deux fois où je les ai éprouvés.
Kodiak
Kodiak

Messages : 1903
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 56
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Ven 30 Jan 2015 - 22:37

Kodiak, si tu as tant de mal à croire que je puisse avoir une pensée différente de la tienne, ça +dit plus de choses sur toi que sur moi. Selon ma théorie, ça signifie que tu projettes sur moi. On ne projette pas que dans la relation amoureuse, on projette en fait à peu près tout le temps et sur tout le monde... Le détail de ton intervention... Je ne comprends pas clairement tes idées, ça me semble confus, et je n'entends pas polémiquer pour le plaisir d'argumenter. Je ne cherche à convaincre personne, juste à partager quelques idées Smile



*******************************************************************

(je teste ma signature perso, faite à la main et avec mes contraintes à moi. Si vous préférez celle ci ou bien celle qui est dessous, et qui suit les sévères règles du forum, votre opinion m'intérèsse).

Notez que j'ai fait une fiche zeetic, si vous voyez c'que j'veux dire... Et c'est ici q'on peut la voir... flower
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Gianpao le Ven 30 Jan 2015 - 22:41

Et Lénine est un traître à la cause du peuple.


*******************************************************************

(je teste ma signature perso, faite à la main et avec mes contraintes à moi. Si vous préférez celle ci ou bien celle qui est dessous, et qui suit les sévères règles du forum, votre opinion m'intérèsse).

Notez que j'ai fait une fiche zeetic, si vous voyez c'que j'veux dire... Et c'est ici q'on peut la voir... flower
Gianpao
Gianpao

Messages : 441
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 55
Localisation : Dordogne

http://poloduperigord.unblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Kodiak le Ven 30 Jan 2015 - 23:14

Gianpao a écrit:Kodiak, si tu as tant de mal à croire que je puisse avoir une pensée différente de la tienne, ça +dit plus de choses sur toi que sur moi. Selon ma théorie, ça signifie que tu projettes sur moi. On ne projette pas que dans la relation amoureuse, on projette en fait à peu près tout le temps et sur tout le monde... Le détail de ton intervention... Je ne comprends pas clairement tes idées, ça me semble confus, et je n'entends pas polémiquer pour le plaisir d'argumenter. Je ne cherche à convaincre personne, juste à partager quelques idées Smile


Non Gianpao, il ne s'agit pas d'une projection, je suis simplement surpris que tu envisages une si large marge d'adaptation (donc de renoncement à tes référentiels pour intégrer ou à minima accepter ceux d'autrui) dans le champ de tes possibles amoureux.

Mon but n'est pas de polémiquer ou de confronter, mais de comprendre tes constructions, par lesquelles tu intègres un tel scénario. Je suis justement en demande d'exposé de tes idées en la matière.

Et mes vues me semblent claires, peut être que leur formulation t'a semblé confuse. En résumé j'affirme que mon vécu, mon expérience, la connaissance que j'ai pu acquérir de moi et de mes interactions avec les femmes dont j'ai pu partager un moment la route m'amènent à faire le constat de l'existence de plusieurs points bloquants insurmontables. N'ayant pas l'intention de changer moi même, ni la prétention de changer autrui, la survenue d'un de ces points bloquants constitue un obstacle rédhibitoire au déroulement d'une relation harmonieuse.


Dernière édition par Kodiak le Ven 30 Jan 2015 - 23:20, édité 1 fois
Kodiak
Kodiak

Messages : 1903
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 56
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Kodiak le Ven 30 Jan 2015 - 23:20

@Gianpao:

Gianpao a écrit:Et Lénine est un traître à la cause du peuple.

Syndrome de Cronstadt peut être ? Quoi qu'il en soit, il a su ne pas perdre de vue l'essentiel (pérenniser le pouvoir Révolutionnaire et approfondir la construction du Socialisme) au nom de péripéties conjoncturelles.

Kodiak
Kodiak

Messages : 1903
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 56
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !

Message par Invité le Dim 1 Fév 2015 - 15:22

ZeeClic a écrit:Mon écrit n’est construit qu’à partir de mon vécu et je ne demande pas à être compris. Nier que ma vie ne serait poétique serait effectivement se refuser à la réalité. Ou plutôt ma réalité, celle qui me convient et que je choisis.


Oui il n’y a pas d’âge pour faire des erreurs. Celles et ceux qui sur le plan affectif n’ont pas fait, ou ont arrêté avec le temps ou la sagesse, de faire des erreurs, je crois qu’ils ne sont pas sortis de l’auberge des cœurs ou du désert sentimental…

Je dis souvent : Je ne suis jamais bête la première fois, par contre la deuxième.... (façon de m'interroger, pas un concept Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi je me suis résigné (momentanément) à vivre seul plutôt que mal accompagné et combien il m'en coûte, car je ne préfère pas vivre seul que mal accompagné, je préfère largement vivre mal accompagné plutôt que seul !  Empty Re: pourquoi je me suis résignée momentanément a vivre seule plutot qu'accompagnée

Message par ShineFlower le Lun 2 Fév 2015 - 11:17

Zebra a écrit:Et pourtant c'est vrai que l'on est mieux seul ... qu'à deux , mais mal accompagné.

Regarde toutes les bonnes choses que tu peux faire en étant libre , sans personne pour te prendre la tête.    Wink

Tu peux toujours combler ta solitude avec une vie sociale très riche , et tout un panel d'activités , des voyages , et pourquoi pas du bénévolat.

Même si tu aimes la couleur du blé , et qui ne l'aimerait pas ... La liberté n’a pas de prix !

Mais si  tu veux vraiment vivre une autre histoire , pèse bien le pour et le contre avant de t'engager , car il n'y a pas d'âge pour faire des erreurs.
Elles sont parfois lourdes de conséquences.

PS:  Si tu ne veux pas une chèvre , la prochaine fois , prends une tigresse.    Very Happy
Tu as raison la liberté n'a pas de prix. Pour être heureux en couple avec quelqu'un qui respectera ta liberté et ton etre faut trouver la bonne personne ce qui demande parfois beaucoup de temps et de patience. Vu le nombre de divorces qui augmente chaque jour ça fait réfléchir. Ne pas se focaliser sur le couple et vivre au jour le jour c'est ce que je m'efforce de faire. Et ce qui doit arriver arrive. Faut ensuite étudier si c'est la bonne personne. Dégoter un tigre pourquoi pas ou un zèbre? Zèbre
ShineFlower
ShineFlower

Messages : 3561
Date d'inscription : 04/07/2013
Age : 60
Localisation : Chez Dieu

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum