De la difficulté de se faire comprendre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

De la difficulté de se faire comprendre

Message par Lanaka le Mar 25 Nov 2014 - 19:47

Voilà un sujet que j'ai hésité de poster à chaud pour éviter des commentaires désobligeants qui me rendent littéralement malade (merci hypersensibilité), toutefois je vais essayer de me faire comprendre... encore une fois

J'ai une grande difficulté à faire comprendre ma pensée!!

Je n'ai aucun problème de langage, je lis rapidement et je comprends le contenu sans difficulté; il m'arrive de devoir relire certaines longues phrases chez certains auteurs dont le langage est plus complexe que la moyenne; en revanche quand le fil conducteur m'intéresse et qu'il n'y a pas trop de descriptions ni verbiage inutile cela coule de source (il est même arrivé que lorsque j'ai lu à mon mari un passage d'un livre qui m'avait parlé à moi, lui, français, m'avait arrêté disant qu'il ne comprenait absolument rien); il parait que j'ai un vocabulaire plutôt riche au quotidien, en tout cas on me le dit régulièrement; par ailleurs je suis parfaitement bilingue russe/français (que j'ai appris en un an... certains disent que c'est court, mais une année pour apprendre, c'est long, non? D'autant plus que j'y avais mis beaucoup de mauvaise volonté, cela aurait pu être nettement plus rapide...), j'ai de bonnes notions d'anglais (je comprends relativement bien l'écrit, j'ai du mal avec l'oral que je ne pratique pas), j'ai quelque notions d'allemand (appris au lycée, 15 au bac, oublié... et puis je me rends compte que je comprends des grandes lignes de statuts FB de certains de mes contacts) et d'espagnol, mais rien de bien concluant, toutefois je sais que si j'en avais besoin je pourrais maîtriser ces langues très rapidement. Bref, je ne pense pas avoir de soucis de ce côté-là.

Non, la difficulté réside dans le fait que mon raisonnement est apparemment trop tordu, trop tiré par les cheveux. J'arrive à capter le moment où l'interlocuteur décroche (quand il ne rejette pas, à peux près dans les deux tiers des fois, mon idée toute en bloc dès le départ: trop bizarre, trop inconcevable, trop... illogique??) mais je ne comprends pas ce qui lui pose problème; j'essaie de simplifier, expliquer, je présente des exemples, des métaphores, des exagérations pour forcer le contraste, des parallèles avec des notions qui, à priori, devraient être plus parlantes mais... non! ça ne passe pas, ça ne passe vraiment pas, je m'enfonce!!! Pourtant, je me rends compte que mon idée n'est pas folle, qu'elle suit un raisonnement, imparfait certes mais en tout cas tout aussi acceptable qu'un autre; que ce n'est pas mon idée qui est rejetée mais qu'elle est bien incomprise, ou plutôt, comprise d'une manière différente de ce que j'essaie d'expliquer... un peu comme si je vous disais  "la farine et la semoule sont de nature commune car faites à partir du blé" et que vous me répondiez "non, tu dis n'importe quoi, la farine et la semoule sont bien deux choses différentes, elles n'ont pas la même taille de grain et on n'en fait pas les mêmes plats!" Et bien à chaque fois que j'essaie de partager une idée j'aboutis à ce genre d'incompréhension, ou plutôt, d'une compréhension différente de ce que je tente d'exprimer, et plus je me débats pour simplifier et imager les choses et plus ça devient flou pour mon interlocuteur, qui finit par penser que c'est moi qui ne comprends pas son argument, suis folle, et prétends donc que la farine et la semoule sont interchangeables, alors que ce dont j'ai parlé, moi, ne se situe pas au même niveau!

Cette difficulté à me faire comprendre touche toutes les sphères de ma vie, altère mes rapports avec les autres... depuis longtemps j'essaie de ne rentrer dans aucun débat, ne pas tendre la perche pour me faire battre mais... je n'y arrive pas!!! Je trouve l'ensemble de conversations autour de moi tellement plates; alors je tourne en rond chez moi, tournant et retournant dans tous les sens des problèmes qui ne sont pas les miens; si bien que dès que j'ai occasion d'espérer de pouvoir expliquer mes idées à quelqu'un, d'échanger, d'entendre des raisonnements et des pensées intéressantes, des informations nouvelles, c'est plus fort que moi, je me jette dedans tête baissée... et me ramasse systématiquement! Ceux qui sont polis changent poliment de sujet, les autres, au choix, soit se vexent, soit me prennent pour une folle. Ou parfois les deux. Je n'ai pas impression d'évoluer dans le même référentiel; ce qui est de l'ordre d'évidence pour moi n'en est pas pour les autres et à fortiori je trouve celles des autres infiniment contestables...  Par conséquence de cette incompréhension et de peur de les faire fuir, j'essaie de ne pas voir trop souvent les gens que j'apprécie, histoire d'avoir toujours des nouveautés à se raconter et ne surtout pas aller vers la pente glissante d'échange d'idées. Je ne suis pas timide, je suis une interlocutrice plutôt appréciée tant qu'on reste au stade de banalités, mais comme j'ai l'impression de marcher sur des oeufs dans mes échanges avec les autres, que j'évite les gens qui me plaisent, ne réponds pas à leurs invitations, me sabote moi-même à chaque fois que je pourrai progresser, j'ai du mal à lier des relations d'amitié au-delà des politesses d'usage... qui par ailleurs m’insupportent par leur côté superficiel et hypocrite.

On m'avait parlé de douance, je ne suis pas testée mais trois de mes enfants sont zébrés (le plus petit n'a pas encore été testé); toutefois je me rends compte que j'ai le même problème dans mes rapports avec les surdoués, et puis je suis loin de la "révélation" que certains évoquent; si j'adhère à certaines caractéristiques (et encore, peut-on pleinement adhérer à quelque chose sans se demander si cette adhésion n'est pas portée par la volonté de se reconnaitre quelque part?) d'autres me laissent bien dubitative; pas non plus l'impression de me retrouver "en famille" avec les surdoués comme certains l'évoquent, même si à priori lors des deux rencontres que j'ai faite j'ai rencontré quelque personnes qui ont l'air intéressantes et que de façon plus générale les gens que je trouve intéressants se révèlent zèbres; bref, à priori ce ne serait donc pas la douance, mais qu'est-ce qui cloche chez moi?  confused

Bref, considérez ceci comme une bouteille à la mer... si quelqu'un vit la même chose, ou a un "dagnostic" avec une direction à creuser, je suis preneuse d'idées!

Lanaka
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 207
Date d'inscription : 16/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Paradoxe le Mar 25 Nov 2014 - 20:22

Rien ne cloche chez toi. La différence n'est pas un problème, même si certaines manifestations peuvent être problématique.

Tu dis que même parmi les surdoués, tu rencontres des difficultés, c'est compréhensible, il y a aussi des affinités et des modèles de pensée différents. Être surdoué n'est qu'une part de la personnalité, pas l'ensemble.

Tu dis être globalement a l'aise avec les langues, peut être vois tu plus de profondeur de sens dans les mots, là où d'autres sont plus imprécis ?
Peut être à tu tendance à être tellement à l'aise avec certains concepts que tu ne comprends pas ce que les autres ne comprennent pas, par écart de niveau ?
Peut être échanges tu avec des gens qui n'ont pas l'envie/l'énergie/la capacité d'aller dans une logique qui t'es propre, mais qui sort de l'ordinaire ?

Si tu revis un exemple concert d’incompréhension, pourrais tu nous en faire part, à chaud et le plus objectivement possible ?

Même si cela n'est pas la solution à tout, as tu envisagé un test de QI, qui peut permettre de distinguer certains modes de pensées, grâce aux différents axes du test, et notamment au rapport qu'il entretiennent entre eux ?

Paradoxe
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 372
Date d'inscription : 19/10/2014
Age : 31
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Bibo le Mar 25 Nov 2014 - 21:03

Je suis désolé de t'avoir blessé si cela a été le cas.

Ce que je te reprochais concernait l'utilisation d'argument d'ignorance comme décrient ici : http://www.charlatans.info/logique.shtml
ou de manière plus approfondi ici : http://sophismes.free.fr/log02.htm

Si tu voulais aborder une problématique plus générale, alors ce post est inutil.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Samarus le Mar 25 Nov 2014 - 21:29

Je crois que je comprends un peu ce que tu ressens. J'ai moi-même souvent du mal à me faire comprendre, soit parce que mes idées sont trop bizarres (et comme ça passe très vite dans ma tête, j'ai peut-être du mal a restituer toutes les infos nécéssaires pour que les autres puissent suivre aussi), soit parce que le sens que j'attribue au mot diffère un peu de celui que mon interlocuteur leur attribue.
Cela dit, j'ai connu une personne que tu me rappelles un petit peu, dans le sens ou c'était une personne également très douée avec les langues et qui en apprenait beaucoup, et qui, assez souvent, avait du mal à se faire comprendre également. Du moins, par des personnes d'ici (france généralement). Je précise ça car elle a remarqué qu'elle avait plus de facilité avec les personnes asiatiques, parce que leur façons de penser correspondait plus à sa façon de s'exprimer.
Bref, ce que j'essaye de dire, c'est que ce sentiment d'incompréhension peut avoir plusieurs origines. Ca peut venir du fait de ta pensée trop "vive" ou juste un peu "différente" ou d'un problème de compréhension des mots, phrases, etc (plusieurs personnes d'un même groupe peuvent avoir des interprétations différentes de choses toutes simples).
Au final, je pense pas qu'il y ait quelque chose qui cloche chez toi, tu es juste différente. C'est un peu comme essayer de décrire un arc-en-ciel à des personnes qui voient en monochromatique : tu vois des choses différentes qui dépassent leur perception, donc tu vas forcément rencontrer de la résistance, de l'incompréhension, etc...
Je sais pas si ça pourra t'aider, mais au moins tu sauras que tu n'es pas la seule dans ce cas, et que ça veut pas forcément dire que c'est toi qui a un problème ^^

Samarus
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 14
Date d'inscription : 14/11/2014
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Invité le Mar 25 Nov 2014 - 21:39

.


Dernière édition par Pythie le Dim 22 Mar 2015 - 14:00, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Lanaka le Mar 25 Nov 2014 - 22:28

Bibo a écrit:Je suis désolé de t'avoir blessé si cela a été le cas.

Ce que je te reprochais concernait l'utilisation d'argument d'ignorance comme décrient ici : http://www.charlatans.info/logique.shtml
ou de manière plus approfondi ici : http://sophismes.free.fr/log02.htm

Si tu voulais aborder une problématique plus générale, alors ce post est inutil.

Bibo, blessée, ce n'est pas vraiment le mot exact, je dirai plutôt fatiguée; fatiguée en effet d'être comprise de travers. Je te remercie pour le lien mais en efet, "sophisme" est le mot qui m'est vénu au sujet de nombre de tes propres arguments, comme quoi Smile

Disons que pour moi, quelque chose qui n'est pas faux n'est pas nécessairement vrai, mais n'est pas non plus à exclure à défaut de preuves concrètes. Pour reprendre l'exemple de ton premier lien, le fait que personne n'ait vu d'extraterrestres ne signifie en effet pas qu'ils n'existent pas; mais si je dis cela je ne veux pas dire par là qu'ils existent forcément, disons plutôt que l'hypothèse ne peut être exclue. Pour ce qui est de l'autre débat, il y a tellement de paramètres (et je ne parle pas là uniquement de paramètres psycho/physiologiques, définitions floues et de divers biais expérimentaux mais même de ceux, à priori, qui n'ont pas de lien direct avec le problème et qui pourtant vont influencer les résultats et interférer avec le résultat d'une manière ou d'une autre: quelle est l'hypothèse du départ du chercheur: que cherche-t-il à prouver exactement? Pour qui travaille-t-il? etc.) qu'une réponse unilatérale et catégorique me semble, justement, du même ordre que les fameux extraterrestres. OR C'EST CELLE COMMUNÉMENT ADMISE, avec ô miracle, un certain nombre d'intérêts privés à la clé, et ce malgré un manque évident de preuves. Tu remarqueras que je ne dis pas qu'elle est forcément fausse, j'envisage toutefois qu'elle puisse l'être - de même que la mienne d'ailleurs.  Je tente seulement d'essayer d'envisager une autre possibilité, voir des choses de manière plus large, établir d'autres parallèles (à creuser et vérifier bien évidemment); quitte à me planter (ce qui n'implique pas par ailleurs que c'est forcément l'autre idée qui est juste: peut-être qu'un jour un chercheur particulièrement talentueux aura une idée de génie qui saura expliquer des choses d'une troisième manière, qu'il réussira à démontrer et qui sera celle qui restera à la postérité comme vérité scientifique). D'ailleurs si tu relis mon post de départ, je dis bien que j’accepte tout à fait de reconnaitre de m'être plantée sur toute la ligne, si quelque chose de concret m’ait échappé. C'est aussi la raison pour laquelle je t'avais demandé des liens. Sauf que du coup là encore je ne sais pas si je m'exprime clairement scratch

Lanaka
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 207
Date d'inscription : 16/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Lanaka le Mar 25 Nov 2014 - 22:48

Paradoxe, Samarus, Pythie, je vous remercie pour vos interventions, en effet je ne donne peut-être pas forcément le même sens aux mots... je me rappelle, au moment des débats sur mariage pour tous, j'avais dit à je ne sais plus quel propos que l'homosexualité était une anomalie dans une population (dans le sens où c'est un comportement minoritaire qui diffère de celui du plus grand nombre, ce mot ne désigne que cela, il est neutre de jugement de valeur dans la mesure où une anomalie peut très bien être un facteur d'évolution si on parle de génétique par exemple) et comme je sentais que ce mot puisse être mal interprété j'avais ajouté, "comme le fait que mes enfants soient précoces en est une également", et bien la personne avait complètement zappé pourquoi j'avais dit cela, pour y attacher seulement le sens négatif (le confondant sans doute avec anormalité) et me traiter d'homophobe qui se la pète avec ses enfants. Je souris aujourd'hui de cette anecdote dans la mesure où je me suis en effet montrée maladroite en choisissant ce terme auquel je n'attache pas quelque chose de péjoratif mais qui peut avoir cette signification pour d'autres personnes; toutefois force est de constater que d'une manière ou d'une autre je réussis toujours à mettre les pieds dans le plat.

Mais je me suis rendue compte seulement relativement récemment que ma manière de parler n'est pas toujours claire, avec mon mari nous avons traversé une grosse crise à l'issue de laquelle nous nous sommes rendus compte que je ne communiquais pas d'une manière évidente pour les autres (encore anecdotique: moi: "il n'y a plus de lait pour le petit déjeuner des enfants de demain matin" et le soir "mais pourquoi tu n'as pas acheté de lait? "  "bah tu ne me l'as pas demandé!" grrrrrrrrrrrr cyclops lui, il croyait depuis treize ans que lorsque je formulais mes phrases de cette façon je faisais des constats  jocolor )

Lanaka
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 207
Date d'inscription : 16/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Invité le Mar 25 Nov 2014 - 23:39

je fais comme toi.
je gere moins de langues que toi. j'ai aussi appris le francais tres vite. mais ca compte pas...ou si ?
et quand je parle on comprends tout de travers et ca m'enerve. je suis pas tres clair et c'est difficile. des fois jme demande si les gens font exprés de pas comprendre...
le pire c'est qu'ils croient que je suis a coté dla plaque alors ils me repondent pr certains sur un ton sarcastique etc et ca me met tres en colere.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Zebra le Mer 26 Nov 2014 - 15:18

Si se faire entendre par une personne lambda n'est pas facile , ça peut l’être aussi avec l'un des nôtres.
Même si on sensé mieux se comprendre , entre surdoués , il reste les traits de caractères bien spécifiques propre à chacun.

Mais la difficulté à se faire comprendre n'est pas qu'orale ,elle l'est aussi à l'écrit.
Lorsque l'on doit faire une synthèse ou rédiger un mémoire.
Ce qui est logique pour nous ne le sera pas forcement pour les autres.
Et pris dans notre gigantesque élan de pensée , on n'a vite fait de faire du Hors Sujet.

Comme quoi , il ne faut jamais baisser sa garde ^^


Zebra
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 239
Date d'inscription : 29/10/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Invité le Mar 9 Déc 2014 - 0:55

ni baisser les bras si c'est important d'être compris Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par edrusbA le Mer 24 Déc 2014 - 7:38

Se faire comprendre ou communiquer autrement ?
Articuler son esprit autrement. Un petit travail qui consiste à se simplifier, pour se rendre intelligible aux "autres"
Surprendre et attiser la curiosité, dérouter... mais en aucun cas chercher à être comprise, telle est ma devise.
Ainsi la vie est ponctuée de belles surprises.




edrusbA
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 1
Date d'inscription : 14/12/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par -Wa- le Sam 27 Déc 2014 - 1:50

Bonsoir, je comprends tellement ce que tu vis, je passes mon temps à m'ordonner de me taire en société, à part pour les banalités comme tu dis, car les gens ne supportent pas quand j'essaye d'argumenter. Je reçois en permanence des "de toutes façons, tu vas chercher trop loin" dès que j'approfondie un tout petit peu les sujets de conversation. J'ai appris à sélectionner les phrases à dire, et celles à garder pour moi, et heureusement j'ai une mère, une soeur et un petit ami à qui je peux parler (presque) sans filtre, sans quoi j'aurais déjà explosé. Le seul conseil que j'ai à donner, c'est de trouver quelqu'un (par exemple, ce site ^^) avec qui tu peux parler comme tu le souhaites, ça t'aidera à surmonter ces horribles conversations qui ne riment à rien et n'apportent rien, dans le quotidien. C'est très vrai, l'impression de marcher sur des oeufs avec les autres, un rien les agace, et surtout il ne faut pas dire de trucs trop intelligent, sinon tout le monde décroche et on passe pour les rabats-joie. Alors je me contente d'essayer d'être drôle, et ça passe le temps, ce n'est pas désagréable, parfois même c'est sympa d'être avec des gens qui n'interprêtent pas tout et ne sont pas hypersensible (comme ma mère, ou moi) mais au bout d'un moment, c'est lassant et fatiguant d'être perçue négativement parce qu'on souhaite dire plus de trois phrases sur un sujet, en évitant les poncifs. Et puis cette manie, de ne jamais demander de nouvelles, de ne pas s'intéresser aux autres, ça me dépasse. Ex: j'envoie un sms à une fille à qui je n'ai pas parlé depuis longtemps, je demande des nouvelles etc, mais de sa part, pas une seule question sur ma vie, sur moi à par l'éternel "ça va ?" rétorique. Elle ne se demande pas pourquoi je lui envoie un sms à deux heures du matin alors qu'on ne s'est pas parlé depuis 3 mois ? M'enfin, on va survivre ^^ bon courage à toi en tous cas, tu es loin d'être seule.

-Wa-
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 238
Date d'inscription : 26/06/2013
Localisation : Sur Wakah Chan.

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Missterieuze le Lun 29 Déc 2014 - 21:42

Bonsoir,

Enfin ! Une chose est sûre, je ne suis plus seule au monde ( je souris).
Je rencontre exactement les mêmes difficultés que toi, pour reprendre l'exemple de la farine et de la semoule.
Je crois, qu'il y a effectivement une question sur le sens donné aux mots. une espèce de subtilité que nous saisissons et que l'autre ne saisis pas, ne semble pas saisir, voire qu'il refuse de saisir.
Peut-être aussi, a -t- il plus ou moins compris le sens de tes explications mais, comment dire, "agacé" de ne pas avoir attrapé la nuance en premier, il devient plus facile d'emmener son interlocuteur sur un sujet parallèle et affirmer que la semoule est interchangeable avec la farine. Du coup, à énoncer cette évidence, c'est toi qui passe presque pour "l'idiote". Comme tu as visiblement, (si j'ai bien compris) cette faculté de capituler, de renoncer, et peut-être de douter, l'autre "l'emporte".
(désolée pour la pauvreté de mon vocabulaire mais je suis fatiguée).
La communication a un but, mais ce but, si il n'est pas clairement défini au préalable, n'est pas nécessairement le même pour tous. Si il faut convaincre (au sens non philosophique du terme) alors se livre une sorte de bataille, de la "manipulation à l'usage des honnêtes gens"...( à lire pourquoi pas "petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens" de Robert Vincent Joule).
Au fond, c'est tellement plus simple pour la personne face à toi de te dire que tu trompes en te faisant glisser sur une plaque de farine que d'admettre que tu as raison.
Que d'énergie dépensée pour se faire comprendre alors même que l'interlocuteur peut avoir renoncé, très vite, à comprendre. Saisir la subtilité des sens avant les autres, ou assister à leur impuissance à toucher la nuance peut être frustrant pour eux et comme en France nous sommes dans un esprit démocratique, du coup c'est la majorité qui l'emporte même si cette majorité a parfaitement tort.

Je ne suis pas sûre d'être dans le vrai mais, dans la mesure où je rencontre les mêmes difficultés que toi, j'ai tenté d'analyser cela. Je n'ai pas fini la décortication de cette analyse. A chaque fois que je crois tenir une nouvelle explication à ma mauvaise communication apparente, je tente un nouveau truc qui échoue.
Moralité, je ne communique plus en présence de certaines personnes car je ne me sens pas en sécurité dans ma relation à l'autre. J'en souffre au fond. Je ne sais pas si tu en es là dans ton cheminement. Plus le temps passe, plus j'essaye de nouvelles stratégies et plus ce chemin me parait sans issue.
Bon courage à toi et si tu as envie de poursuivre en MP, c'est ouvert chez moi.

Missterieuze
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 61
Date d'inscription : 27/12/2014
Age : 47
Localisation : oise

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par elpulsco le Mar 30 Déc 2014 - 18:30

Tout cela me parle beaucoup. Et ça fait vraiment du bien de sentir que je ne suis pas la seule à ressentir ce genre de choses.
Je décortique en ce moment ma manière de percevoir et comprendre, pour mieux l'exploiter (premièrement) et mieux communiquer (deuxièmement). Il s'agit de la finalité mais le cœur du problème c'est bien la communication dans la relation à l'autre.
J'ai passé un temps incommensurable à m'adapter pour ne pas trop me faire rejeter, cela consistait surtout à me taire ou imiter la population avoisinante.  farao  albino  cat  pig  rendeer
Évidemment, rien de satisfaisant là dedans.

Depuis la découverte de ma surdouance, je trouve des contextes plus favorables pour m'exprimer, et ça me fait un effet très surprenant et très agréable (pouvoir enchaîner des phrases sans que l'attention ou la compréhension de l'interlocuteur soit mise à mal est très déstabilisant au départ).

Cela dit, dès qu'il s'agit de débats d'idées, c'est de nouveau assez souvent la catastrophe  (et là je m'identifie vraiment à l'histoire de farine etc), je me retrouve dans des drames communicationnels, des combles du comble de l'ironie, des situations dans lesquelles mon interlocuteur perçoit de mon message l'inverse de ce que j'avais l'intention d'y mettre. Twisted Evil

J'y vois plusieurs causes possibles (qui rejoignent en partie celles déjà évoquées):

- je vois beaucoup de nuances dans les mots (je fais une sorte d'autopsie linguistique de chaque mot dans ma tête, imaginant des hypothèses étymologiques, les divers emplois selon les époques ou les groupes de locuteurs, les dérives et les confusions possibles : du coup pour moi le sens d'un mot est un truc dynamique en fait) (si je ne le vois pas carrément dans une ou plusieurs autres langues....)

- je remets tout en question Exclamation  Question  Idea  Idea  Question  Exclamation  Question  Question  Idea  Exclamation  Question  (ce qui peut être lourd et pour les autres et pour moi) donc je pose des questions qui, pour moi, sont fondamentales et pour les autres, sont juste la preuve que je n'ai rien compris à rien, ou que je n'ai pas de connaissances dans le domaine. Or, j'ai parfois plus de connaissances qu'eux, c'est juste que j'aime questionner le fond des sujets pour revenir à l'essentiel et découvrir de nouvelles perspectives de réflexion.

- peut-être ai-je un problème avec le fait que l'autre ne pense pas comme moi, Suspect  Suspect  Suspect  j'ai un peu de mal à accepter ça, une sorte de frustration, que je gère au bout d'un moment (plus ou moins bien), mais j'aimerais tellement pourvoir rencontrer des gens qui pensent comme moi pour comprendre ce que c'est que ce drôle de bidule là haut. Parce que au final, je fais toujours l'effort de me mettre à la place de l'autre, comprendre son point de vue etc, remettre en cause ma vision, mais en face bof je ne repère pas les mêmes signes d'agitation psychique;)

- je fais des liens très « étranges » entre les idées, les mots, les situations, des liens qui sont cohérents pour moi mais qui ne le sont pas pour les autres. En plus dans ma tête, ça fonctionne beaucoup avec des images, des formes, des animations, verbaliser me demande un effort.

- j'en arrive à ce dernier point : je peine à verbaliser tout ce qui se passe dans ma tête, enfin paradoxalement je peux le faire (écrire ou parler 3 heures) de manière très détaillée ou l'inverse, ne pas le faire du tout. Et j'ai bien du mal à déterminer quelle « version » je peux livrer aux autres. C'est si dur parfois de se donner telle qu'on est car on croit qu'en face la personne va comprendre ou du moins nous accueillir sans juger, et là, se recevoir des pics (à glace) sur notre manière de fonctionner.

Arriver à être différent, pleinement unique, se connaître et s'aimer suffisamment pour s'accepter en dépit de ce que l'on perçoit du monde environnant est, je trouve, un défi quotidien... Allez, au boulot Wink et bon courage à vous toutes/s !!!

elpulsco
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 43
Date d'inscription : 29/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: De la difficulté de se faire comprendre

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum