les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Invité le Lun 6 Oct 2014 - 18:43

Cool, j'ai ton tampon ! Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par G. le Lun 6 Oct 2014 - 18:45

Cyril THQI a écrit:
Gabylune a écrit:MERCI d'avoir créé ce sujet! J'ai quitté Zebra un moment, à cause du dégoût que m'inspiraient ces plaintes prétentieuses et égocentriques, ayant pour dénominateur commun "Je suis zèbre, donc souffre de -n'importe quoi-, comment vivre malgré tout parmi ces rustauds de normopensants?".
Heureusement, cette position n'est tout de même pas unanime. Certaines personnes veulent aussi parler aussi du bonheur sur une section du forum qui cherche en ce moment son nom.

Ni zèbre, ni malheureux, je fais partie des surdoués très contents de leur avantage. La douance me fait profiter de la vie et m'évite bien des problèmes que je vois autour de moi.
Moi aussi Cyril !

Les membres du forum heureux... pas si minoritaires que ça

http://www.zebrascrossing.net/f90-la-galerie-du-bonheur
Et il est toujours possible de rejoindre ce groupe

http://www.zebrascrossing.net/t14280-sondage-votre-zebritude-positif-ou-negatif
avatar
G.
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : à l'ouest

http://www.zebrascrossing.net/t4928-dabrowski-je-vais-bien-ne-t-

Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Gabylune le Lun 6 Oct 2014 - 18:54

@Cyril: Je m'appuie sur l'échantillon de zèbres en souffrance -a minima, au début de leur idiosyncrasique acception-, échantillon évidemment biaisé, non pas sur une étude.

Ironique, n'est-ce pas?

@Pom: Mais comment qualifier cette régurgitation?

Gabylune
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 116
Date d'inscription : 06/10/2013
Age : 26
Localisation : Val de Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Invité le Lun 6 Oct 2014 - 18:57

.


Dernière édition par Pom le Lun 6 Oct 2014 - 23:51, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Gabylune le Lun 6 Oct 2014 - 19:06

On a déjà beaucoup écrit sur le sentiment"La zebritude est la cause universelle de mes malheurs, donc rien n'est de ma faute", sans que ce types de posts cessent.

Étonnant que des personnes a priori dotées d'intelligence commettent de telles erreurs logiques.

Gabylune
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 116
Date d'inscription : 06/10/2013
Age : 26
Localisation : Val de Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Invité le Lun 6 Oct 2014 - 19:52

On a déjà beaucoup écrit sur le sentiment"La zebritude est la cause universelle de mes malheurs, donc rien n'est de ma faute", sans que ce types de posts cessent.

c'est vrai ça.

Et on continue à écrire, écrire, mais ça revient toujours.
C'est cyclique , un peu comme les saisons.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Mansy le Dim 23 Nov 2014 - 19:18

bonsoir, je débarque un peu sur le site...
Quand je lis ça, je m'interroge
"On a déjà beaucoup écrit sur le sentiment"La zebritude est la cause universelle de mes malheurs, donc rien n'est de ma faute", sans que ce types de posts cessent.

Étonnant que des personnes a priori dotées d'intelligence commettent de telles erreurs logiques."

Je n'ai pas lu tout le site, heureusement :p
Mais si je me base sur ma propre expérience, être zébrée paraît-il n'est pas pour moi l'explication de tous les soucis ... Mais offre par contre une sacrée relecture de l'histoire..
quand on te renvoie régulièrement que tu es moins bonne, voire mauvaise car tu penses et agis différemment du reste des gens autour de toi, quand on va jusqu'à te dire que tu as forcément un problème... voire des pathologies sérieuses...
Oui, cela induit beaucoup de souffrances. Et je pense que l'intelligence émotionnelle aiguë te fait vivre du coup toute émotion tellement fort...
Mais souffrir ne signifie pas forcément se victimiser et n'être pas heureux.

Je me suis toujours considérée comme chanceuse de la vie que j'ai menée, plutôt très heureuse, mais en même temps cette conscience permanente des douleurs et des drames autour de moi me rend également profondément désespérée..
Mais je ne voudrais pas changer. Être heureuse sans conscience serait pour moi le signe de la perte de mon humanité...
pffff, j'suis pas sûre d'être super claire là Smile)))
avatar
Mansy
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 110
Date d'inscription : 16/11/2014
Age : 49
Localisation : Cagnes sur Mer

Revenir en haut Aller en bas

@Mamsy

Message par Gabylune le Dim 30 Nov 2014 - 21:35

Si, tu l'es. La douance venant avec son lot de souffrances diverses et variées, nombreux sont ceux qui tentent d'en faire la cause unique de leurs difficultés. Cela présente le double avantage d'en être presque un (après tout, je suis intelligent) et de ne pas réfléchir sur sa condition.

Heureusement, nous n'en sommes pas tous à ce stade.

Bien à toi. Smile

Gabylune
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 116
Date d'inscription : 06/10/2013
Age : 26
Localisation : Val de Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Invité le Dim 30 Nov 2014 - 23:47

Je crois avoir lu qu'il existe des hypothèses sur le rôle précoce du stress sur la maturation du système nerveux...à confirmer
donc en découlent des formes de pathologies diverses, et notamment dans le domaine affectif, puisqu'il a été démontré que le développement affectif et psychomoteur est moins en avance que le développement intellectuel, et ceci dès l'enfance.

Dyssinchronie

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Sélène-Nyx le Lun 1 Déc 2014 - 0:59

eucalyptus a écrit:Je crois avoir lu qu'il existe des hypothèses sur le rôle précoce du stress sur la maturation du système nerveux...à confirmer
donc en découlent des formes de pathologies diverses, et notamment dans le domaine affectif, puisqu'il a été démontré que le développement affectif et psychomoteur est moins en avance que le développement intellectuel, et ceci dès l'enfance.

Dyssinchronie

Très intéressant, merci Dyssinchronie!!! (Je pense être dans ce cas de figure, stressée chronique depuis .... toujours).

Je viens de trouver cet article:
http://www.enfant-encyclopedie.com/Pages/PDF/Gunnar-Herrera-HostinarFRxp.pdf

Dans les premières années de vie, lorsque le cerveau se développe rapidement, il est
particulièrement sensible aux influences environnementales. Le stress toxique précoce
(STP) peut provoquer une hypersensibilité persistante aux stresseurs et une sensibilisation
des circuits neuraux et d’autres systèmes de neurotransmetteurs qui traitent les indices de
danger. Ces séquelles neurobiologiques du STP peuvent favoriser le développement de
problèmes de comportement et affectifs à court et à long terme qui peuvent persister et
augmenter le risque de psychopathologie et de troubles de la santé physique à l’âge
adulte.
avatar
Sélène-Nyx
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2184
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Sélène-Nyx le Lun 1 Déc 2014 - 1:03


Un autre lien:

http://www.enfant-encyclopedie.com/cerveau/synthese

LE STRESS TOXIQUE PRÉCOCE

Le stress toxique précoce peut également influer sur le volume du cerveau. Les recherches effectuées sur des animaux révèlent que l’amygdale, le cortex préfrontal et l’hippocampe subissent une réorganisation structurelle causée par le stress, qui modifie les réponses comportementales et les réactions physiologiques telles que l’anxiété, l’agression, la flexibilité mentale, la mémoire et d’autres processus cognitifs. Des recherches effectuées chez des sujets humains laissent de plus en plus à penser que le stress précoce excessif ou prolongé (p. ex., traumatismes, mauvais traitements, négligence) peut altérer le volume du cerveau. Toutefois, d’après de nombreux travaux scientifiques, favoriser des relations empreintes de réconfort et d’attention dès le plus jeune âge peut prévenir ou annuler les effets dommageables du stress toxique.
avatar
Sélène-Nyx
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2184
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par painperdu le Lun 1 Déc 2014 - 1:41

@


Dernière édition par painperdu le Mer 3 Déc 2014 - 16:05, édité 1 fois

painperdu
Rayures toutes fraîches
Rayures toutes fraîches

Messages : 5
Date d'inscription : 02/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Gabylune le Lun 1 Déc 2014 - 10:03

Tu peux développer Selene-Nyx?

Gabylune
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 116
Date d'inscription : 06/10/2013
Age : 26
Localisation : Val de Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Sélène-Nyx le Mar 2 Déc 2014 - 0:48


Gabylune: a écrit:Tu peux développer Selene-Nyx?

Développer quoi, Gaby? Excuse_moi, car je ne suis pas certaine de comprendre ce que tu me demandes ... En fait, je n'ai fait que retrouver deux articles sur ce que venait de dire Eucalyptus, à savoir:

eucalyptus a écrit:Je crois avoir lu qu'il existe des hypothèses sur le rôle précoce du stress sur la maturation du système nerveux...à confirmer
donc en découlent des formes de pathologies diverses, et notamment dans le domaine affectif, puisqu'il a été démontré que le développement affectif et psychomoteur est moins en avance que le développement intellectuel, et ceci dès l'enfance.

Dyssinchronie
Et cela m'intéresse car il est question d'un possible lien entre le stress précoce (même très précoce, apparemment), des enfants stressés au moment du développement du cerveau, et, donc, il semblerait que ce stress ait entraîné des modifications neuronales, au cours de la formation du cerveau, ce qui peut aboutir à des troubles psychologiques ....
Quand on lis le second article, je crois, on parle de stress psychologique, mais aussi du stress causé par des traumas physiques, par la violence (je pense qu'on peut également joindre les traumas provoqués lors de l'accouchement effectué à l'aide des forceps), etc ... et du lien entre ce stress et certains dysfonctionnements psys.

Un autre article:
http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/04/02/17888-comment-stress-rend-malade

Extrait a écrit: Cet enchaînement serait-il valable pour d'autres maladies? Il faudra le démontrer, car l'identification du stress psychologique comme facteur de risque pour la santé n'a, pour l'instant, été relevée de façon convaincante que pour les maladies cardio-vasculaires, les maladies auto-immunes, le diabète et la dépression.

Le rapport entre stress précoce et les "maladies" du cerveau demeure encore au stade d'hypothèse (comme l'a dit Eucalyptus).

avatar
Sélène-Nyx
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2184
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Gabylune le Mar 2 Déc 2014 - 8:12

@Selene-Nyx: Je te propose de nous livrer ton opinion sur ces articles, leur relation avec certains éléments personnels, pour enrichir un message vide sinon. Comme tu le dis, ces corrélations sont loin d'avoir été transformées en causalités.

Gabylune
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 116
Date d'inscription : 06/10/2013
Age : 26
Localisation : Val de Marne

Revenir en haut Aller en bas

Re: les "Pathologies zébresques classiques" n'existent pas statistiquement

Message par Sélène-Nyx le Mar 2 Déc 2014 - 17:38

Gabylune a écrit:@Selene-Nyx: Je te propose de nous livrer ton opinion sur ces articles, leur relation avec certains éléments personnels, pour enrichir un message vide sinon. Comme tu le dis, ces corrélations sont loin d'avoir été transformées en causalités.

Ces articles parlent du possible rôle du stress, lors du développement du cerveau et en déduisent que le stress quand il intervient au moment où le cerveau de l'enfant se forme peut avoir des répercussions sur le fonctionnement cérébral, dont des troubles plus ou moins importants et même qui peuvent déboucher sur des maladies (les maladies auto-immunes, qui semblent avoir une prévalence chez les "surdoués", par rapport à la population générale, en feraient partie).

Perso: je m'intéresse principalement au rôle des lésions cérébrales puisque je suis concernée (Sclérose En Plaques) et essaye de comprendre ce qu'il se passe dans mon cerveau. En principe, des neurones meurent: or, nous apprenons, d'après de nouvelles recherches, que l'influx nerveux passe par d'autres circuits et que de nouveaux neurones se forment, c'est ce qu'on appelle la "plasticité neuronale".
Pour ma part, je souffre de quelques troubles (que je retrouve dans les messages de quelques participants, comme un léger trouble de l'attention, j'étais "limite bipolaire" et ai quelques autres "particularités", mais tout cela reste soft), et je ne peux m'empêcher de chercher le lien avec les zones du cerveau qui ont été lésées: pour ma part, il s'agit surtout des aires préfrontale et pariétale (petites lésions), mais aussi, les interconnexions entre les neurones sont perturbées: ceci peut expliquer cela, ce me semble.
L'origine des lésions reste "mystérieuse" et font toujours l'objet de recherches importants sur les gènes, les virus, etc ...., mais il se trouve que je suis également née à l'aide de forceps (d'après mon père, j'avais le visage en sang, et j'ai toujours une "marque de naissance" en haut de la joue droite, d'où ma curiosité pour le rôle éventuel des traumas dans le développement de la maladie)

Alors, ce que je pense de ces articles? Pour moi, ils prouvent que la recherche sur le cerveau avance, mais qu'il faudra attendre encore plusieurs décennies avant d'obtenir toutes les preuves d'un lien entre toutes les lésions (l'IRM ne montre que la partie immergée de l'iceberg qu'est notre cerveau: les lésions à la matière grise ne paraissent pas sur la plupart des matériels utilisés) et les troubles psys qui nous perturbent. En attendant, nous ne disposons que d'hypothèses.
Parfois, je me dis qu'un jour, il sera possible d'expliquer ce qu'on appelle des manifestations de "l'inconscient", et que les sciences de l'inconscient (telle la psychanalyse) deviendront des "sciences exactes".

Un article sur les circuits neuronaux, la plasticité, avec cet extrait:
Cette expérience, l’une des plus vastes du genre, démontre donc clairement que les facultés intellectuelles et cognitives ne correspondent pas à une région précise du cerveau, ni à l’intégralité de l’encéphale, mais qu’elles dépendent de quelques aires spécifiques, ce dont on se doutait déjà.

Aron Barbey, le superviseur de ce travail précise que « les régions particulières et les connexions que nous avons découvertes […] indiquent que l’intelligence dépend de la capacité du cerveau à intégrer l’information depuis des processus verbaux, visuels, spatiaux et exécutifs ».

http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/biologie-enfin-atlas-intelligence-cerveau-humain-38115/
avatar
Sélène-Nyx
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 2184
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum