Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Rootless le Dim 19 Déc 2010 - 19:17

Supériorité?

Ben j'ai une supériorité dans certains domaines et une infériorité dans d'autres et aussi des domaines dans lesquels je suis dans la moyenne.

Et d'ailleurs puisqu'on parle de supériorité déjà je sais pas pour qui te prend à répondre à la place de Lynka, d'une, et de deux à juger mes topics et faire des petites attaques personnelles hors de propos et vouloir me faire taire.Ça te dérange ce que je dis? Tant mieux, eh, on est dans une démocratie et t'es anti-démocratique c'est ça ton problème.

D'ailleurs ça tombe bien parce que tu es l'illustration parfaite des gens qui ne supportent pas les propos des autres et qui leurs bondissent dessus et essayent de censurer ou les faire taire alors qu'ils se revendiquent humbles et tolérants.

C'est parfait sur ce topic finalement.

Apparemment tu as une supériorité qui te permet aussi de juger les opinions des gens qui ont eu une mauvaise expérience avec les gens et qui les pousse à ouvrir des topics "pas tout roses" pour en parler, exprimer leurs ressentis etc...Même si des fois c'est négatif.

Je me suis rendu compte sur ZC (je ne citerai personne) qu'on peut être surdoué et ne pas avoir d'empathie, être intolérant, agressif gratuitement et injuste.

Je ne considère pas que les surdoués soient "meilleurs" pour leur intelligence, je ne suis pas surdoué en plus.
Je pense que la valeur humaine d'une personne n'est pas parallèle à son niveau de réflexion.

La dureté de mes topics sur "les gens" est due au fait que "les gens" ne font pas de cadeaux à ceux qui ne sont pas habiles socialement.On les traite d'une manière humiliante et infériorisante tout ça parce qu'ils ont un niveau d'habilités sociales inférieures à la moyenne (et dans ce cas je m'inclus).

J'ai payé cher psychologiquement mes maladresses relationnelles et je m'estime heureux au moins de pouvoir en parler parce qu'on vit dans un régime démocratique même si ça en met certains mal à l'aise.



Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Invité le Dim 19 Déc 2010 - 19:22

Régime démocratique?
Finalement, quand ça t'arrange c'est bien, mais bon, la démocratie c'est ça hein:
Rootless a écrit:
C'est la tyrannie de la majorité.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Rootless le Dim 19 Déc 2010 - 19:33

vega a écrit:Régime démocratique?
Finalement, quand ça t'arrange c'est bien, mais bon, la démocratie c'est ça hein:
Rootless a écrit:
C'est la tyrannie de la majorité.


Nan c'est une dérive justement, on bafoue les droits de la minorité ce qui justement annule la démocratie et son coté "représentation de différents goûts, opinions etc" encore une interprétation manichéenne sans aucune nuance et une réponse agressive, et t'es modératrice?.

Bon de toute façon je vais arrêter de poster sur le forum réjouissez-vous.

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Invité le Dim 19 Déc 2010 - 20:01

Rootless a écrit:
vega a écrit:Régime démocratique?
Finalement, quand ça t'arrange c'est bien, mais bon, la démocratie c'est ça hein:
Rootless a écrit:
C'est la tyrannie de la majorité.


Nan c'est une dérive justement, on bafoue les droits de la minorité ce qui justement annule la démocratie et son coté "représentation de différents goûts, opinions etc" encore une interprétation manichéenne sans aucune nuance et une réponse agressive, et t'es modératrice?.

Bon de toute façon je vais arrêter de poster sur le forum réjouissez-vous.

aoui je suis modératrice et je suis très très méchante Very Happy

Enfin, en régime démocratique, on a aussi le droit de ne pas être d'accord avec ta façon d'être et de t'exprimer.

Ton discours, personnellement, je le ressens comme très agressif : les gens sont cons sauf moi et je suis un martyr.
Un peu de remise en cause ne te ferait pas de mal je pense.
Comme ça t'a déjà été dit, quand on a mal au monde, c'est pas forcément le monde le problème.

Tu es agressif, tu reçois la même chose en retour, c'est peut-être pas une coincidence....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par .............. le Dim 19 Déc 2010 - 22:30

Peut etre qu'on pourrait l'aider et ne pas l'enfoncer... Si j'ai bien compris on est "plus humain" alors soyons le !

Rootless sait tu pourquoi tu sembles aux yeux des autres agressifs ? Perso je ne l'ai pas ressenti comme ça. J'ai trouvé tes sujets interessants.

..............
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 588
Date d'inscription : 17/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Rootless le Dim 19 Déc 2010 - 22:48

T-REX a écrit:Peut etre qu'on pourrait l'aider et ne pas l'enfoncer... Si j'ai bien compris on est "plus humain" alors soyons le !

Rootless sait tu pourquoi tu sembles aux yeux des autres agressifs ? Perso je ne l'ai pas ressenti comme ça. J'ai trouvé tes sujets interessants.

Parce que ce que je dis est dur à entendre indépendemment du fait que ce soit vrai ou faux, il faut avoir une certaine dose de sang froid pour ne pas s'énerver, surtout si on le prend pour une insinuation ou quelque chose de personnel alors que ça l'est pas du tout.


Dernière édition par Rootless le Dim 19 Déc 2010 - 22:50, édité 1 fois (Raison : oubli d'un mot qui aurait changé complètement le sens, c'est pas le moment!)

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Link le Dim 19 Déc 2010 - 23:46

Et bien je pensais à un débat sur le fait de considérer les autres sous le prisme de leur "intérêt" (dont une conséquence gênante pour moi est le mépris que l'on pourrait avoir à ceux qui n'en ont point).

Personnellement, je ne vois pas de dictature de la majorité. peut être est-ce là mon côté profondément démocrate, mais à partir du moment où une majorité de gens fonctionne d'une certaine manière, je me refuse à la mépriser. Ce n'est pas me rabaisser que de comprendre le foot ou de connaître le sujet de telle émission de télé-réalité. C'est faire un pas vers mes semblables. Si ça fait partie de leurs intérêts, alors je peux essayer de voir ce qu'il y a dedans. Comme j'attends que certains fassent le pas vers mes centres d'intérêt. il ne s'agit pas seulement de piocher dans le groupe les personnes dignes de partager des choses profondes avec nous (ça aussi mais pas que), il s'agit également d'être en mesure d'échanger avec un groupe dont les centres d'intérêt s'éloignent des nôtres. En tout cas si tu as justement cette envie de dialogue. Je ne pense que cela soit se rabaisser.

Pour t'expliquer à présent ce qui me dérange dans ton propos, ce n'est pas le côté provocateur que je ne relève pas comme étant autre chose que de la déco. Ce n'est pas non plus ce pseudo-mépris que tu affiches à l'égard des moins que toi. Non, ce qui m'embête, c'est l'hypocrisie vache dont tu parles lorsque tu dis que tu te rabaisses à leur niveau pour flatter leur égo. Ce type de relation me semble particulièrement faux et déplacé, et c'est lui qui me dérange. Si tu n'as pas l'envie de dialoguer avec des personnes qui ne partagent pas ton approche, libre à toi. Tout ce que j'ai dit plus haut sur l'adaptation commune ne s'applique que dans le cas où les deux ont envie de dialoguer. Mais jouer sur un dialogue faussé avec mépris, je trouve ça malhonnête.

Ceci étant dit, revenons au fond du problème puisque tu poses très justement celui-ci : la société ne fait pas de cadeau à ceux qui ne sont pas doués socialement. Tu as tout à fait raison. Deux manières d'approcher ce problème à mon sens.

1/ Tu considères que la société = les gens donc tu la personnifie. Ces gens sont intolérants envers une minorité (les mal-sociaux). Ils usent donc d'une position majoritaire afin de faire payer les plus faibles. Ils doivent donc être punis de leurs méfaits et traités comme des salauds.

2/ Tu considères la société comme un système global de communication et de vivre-ensemble. Les mécanismes qui constituent ce système ne sont pas faciles à appréhender et chacun ayant envie de s'épanouir dans la société doit en apprendre les ressorts. Il y en a qui vont plus vite que d'autre, mais chacun, à son rythme, finit par y arriver. La route est plus douloureuse pour ceux qui partent de loin, mais c'est le résultat qui compte.

La différence fondamentale est que dans le cas n°2, il y auras forcément des salauds sur ton passage, mais tu ne généralises pas cela à l'ensemble du groupe. Les mécanismes de rejet sont le fait de personnes qui sont mauvaises ou intolérantes, mais le système lui-même ne crée pas ce rejet.

Je ne dis pas qu'une approche est meilleur ou plus vraie que l'autre. Très sincèrement je n'en sais rien et les deux se valent. Mais moi je crois en la seconde, et je crois comprendre que tu serais plutôt partisan de la première. Et pour cela, je ne suis pas d'accord avec toi.

Débat lancé :-)

Link
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 172
Date d'inscription : 06/01/2010
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Rootless le Lun 20 Déc 2010 - 8:38

Link,

Le truc c'est que c'est quand même "les gens" qui se sentent diminués pour des actitudes qui ne les visent en rien.Si on monopolise le dialogue, c'est qu'on pense que ce qu'on a envie de dire intéresse et peut apporter et qu'après on se perd, c'est pas dans le but de "sortir sa science", " se la jouer" ou quoique ce soit d'autre.

Donc c'est plutôt eux qui commencent avec une vision supérieure ou inférieure.C'est ce qu'on appelle la jalousie et c'est vraiment un vilain défaut.

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Rootless le Lun 20 Déc 2010 - 8:47

Pour ce qui est de l'"hypocrisie vache", ça serait pas un peut fort comme termes ça?

C'est quand-même eux qui t'obligent à l'être.
"vache" c'est plutôt ce qu'on pourrait dire de leurs petites vengeances qui consistent à t'exclure d'un groupe sans que tu saches pourquoi et te refiler le mauvais rôle alors que tu le fais pas exprès.

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Link le Lun 20 Déc 2010 - 8:51

Je ne nie pas que ça puisse partir d'une bonne intention. Et je n'ai jamais dit que c'était une manière de ramener sa science. Mais justement ne crois-tu pas que s'ils ont cette réaction, c'est peut être aussi que tu as mal estimé l'intérêt qu'ils pouvaient avoir pour ce que tu avais à dire ? C'est pour ça que l'on revient toujours aux talents sociaux. Si tu sais voir rapidement quel intérêt le groupe aura pour ton discours, tu peux adapter rapidement et ne pas perdre ton énergie s'ils ne sont pas réceptifs. Si tu n'es pas assez à l'écoute, tu peux effectivement te retrouver dans la posture de celui qui "saoule" les autres avec un discours dont ils se foutent. Après, je dis bien que les torts sont partagés. Certains d'entre eux n'ont pas la finesse de comprendre que tu n'es pas pédant et toi tu ne fais pas assez attention à l'accueil réservé à tes paroles.

Et pour ce qui est de ta dernière remarque, je considère que c'est du même niveau qu'ils te disent "tu ramènes ta science" et que tu répondes "c'est de la jalousie". C'est de l'interprétation facile est non fondée. Pour prendre un exemple précis (toujours ce même type à mon boulot, brillant, mais très friand de monologues), parfois je me retrouve à arrêter une conversation non pas par jalousie mais bien parce que ça m'emmerde, que je n'étais pas réceptif ce jour là, et que vu qu'il n'a pas réussi à comprendre tout seul que ce n'était pas le moment, j'ai été obligé de rompre le dialogue unilatéralement.

Je pense que tu as besoin de plus d'écoute...

Link
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 172
Date d'inscription : 06/01/2010
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Link le Lun 20 Déc 2010 - 8:56

Rootless a écrit:Pour ce qui est de l'"hypocrisie vache", ça serait pas un peut fort comme termes ça?

C'est quand-même eux qui t'obligent à l'être.
"vache" c'est plutôt ce qu'on pourrait dire de leurs petites vengeances qui consistent à t'exclure d'un groupe sans que tu saches pourquoi et te refiler le mauvais rôle alors que tu le fais pas exprès.

Je n'ai pas dit que tu étais plus vache qu'eux. Je te reproche deux choses (cf. mon post d'hier soir) : 1/ tu généralises à l'ensemble du groupe le comportement de quelques connards intolérants. 2/ tu te mets au niveau du connard intolérant dans ta relation avec le reste des gens.

Donc je t'assure que je ne te mets pas là dans la situation du méchant alors que les gens seraient des anges. J'ai même souligné la pertinence de ton analyse du rejet des malsociaux. Mais à mon sens, c'est avec plus d'écoute et de finesse que tu apporteras une réponse enrichissante à ce problème, pas en descendant la barre avec des attitudes que je trouve fausses.

PS : le terme vache, je suis désolé si tu l'as mal pris, j'essayais au contraire de trouver un mot pas trop fort (car ce n'est ni de la méchanceté, ni quelque chose de grave). c'est ce que j'ai trouvé de mieux pour désigner une petite mesquinerie, une vacherie quoi. Mais les mots n'ayant pas le même poids pour tous, sache que je ne pensais pas plus loin que ça

Link
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 172
Date d'inscription : 06/01/2010
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Link le Lun 20 Déc 2010 - 9:02

Ah et Rootless, quand tu dis "leurs petites vengeances qui consistent à t'exclure d'un groupe sans que tu saches pourquoi et te refiler le mauvais rôle alors que tu le fais pas exprès", je pense qu'il y a méprise sur le terme vengeance.

Là encore je ne te jette pas la pierre, à un niveau personnel, c'est révoltant d'être rejeté simplement pour ce qu'on est, alors qu'on ne fait pas exprès de communiquer sur un mode qui a l'air de déranger, et qu'au contraire on le fait pour apporter aux autre.

Mais à mon sens (là encore cf. mon post d'hier soir) tu confonds l'intention personnelle des gens (ils ne m'aiment pas) et la dynamique de groupe (je n'ai pas trouvé le bon niveau de discours pour échanger). A la base des relations humaines, il y a des échanges et malheureusement, oui, tant que tu n'en maîtrises pas trop les codes, il y a du rejet. Mais avec le temps tout le monde finit par les intégrer. Ca t'a l'air hypocrite comme attitude mais c'est intrinsèque à la nature humaine et à notre société.

J'imagine que tu as du prendre vraiment cher dans ta vie pour en arriver à ce rejet des autres, parce que c'est plus simple comme ça. Mais crois-moi, d'autres manières existent...

Link
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 172
Date d'inscription : 06/01/2010
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Rootless le Lun 20 Déc 2010 - 10:45

Link,

Mais je suis pas vexé, je trouve le terme "vache" est un peu gros c'est tout.

En fait j'ai une réaction assez constructive, c'est que quand on me reproche un truc en face même si ça blesse bien sur le moment en fait après je valorise la personne qui a le courage de me dire ce que les autres ne veulent pas me dire.

Ça a deux conséquences ou plutôt une conséquence qui a une part positive et une autre négative:

- J'arrive mieux à me faire accepter (surtout à court et moyen terme)
- Je me retiens trop et les relations perdent en authenticité,ça donne une impression de ne pas être moi-même. Les relations sont pour moi un peu superficielles et je me sens pas entouré, et j'ai surtout des symptômes physiques de stress parce que je me contiens trop.D'ailleurs j'ai décidé de ne plus me "créer de besoins intellectuels, de curiosité", en gros ne plus lire des trucs qui m'intéressent et qui créent des raisonnements et des théories dans ma tête parce que ça débouchera sur de la frustration.J'ai décidé d'être plus dans l'action et la concentration sans raisonnement.On me l'a toujours dit, tu réfléchis trop.Et d'ailleurs j'en ai besoin au niveau cognitif parce que j'ai de gros problèmes pour retenir la concentration sur un truc simple.C'est un autre truc qui énerve les gens d'ailleurs.

Je crois qu'on m'a assez fait comprendre que je parlais trop.J'ai choisi de ne pas trop réfléchir parce que ça me stresse d'essayer d'interpréter ce que les autres pensent de moi sans me le dire.Je tombe dans la parano, je me dis "J'aurais pas trop parlé là?", "J'aurais pas encore dit ou fait un truc qui a déplu?".
Donc me taire ou parler à peine me semble être une bonne solution, d'ailleurs je crois même que ça donne une part de mystère qui attire la curiosité des gens, surtout quand tu affiches une attitude simplement enthousiaste. Et je me rend compte aussi avec l'expérience que ne pas dépendre des gens c'est la condition sine qua non à ton bien-être, en n'ayant pas un besoin compulsif de leur parler de tes connaissances.
Tu dis que je manque d'écoute? Je manque peut-être de sens de l'écoute c'est différent.Quand l'aptitude est faible tu peux répéter 100 fois, t'avances très lentement et c'est très démotivant.

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Link le Lun 20 Déc 2010 - 11:51

Alors on s'est bien compris (et je voulais effectivement dire de "sens de l'écoute"). Je comprends très bien ce cheminement qui t'a mené à cette posture, je trouve simplement cela dommage. Mais je n'ai pas ton vécu pour juger. C'est peut être illusoire, mais je me dis que quand on avance lentement, c'est parfois parce qu'on ne prend pas le bon chemin. Tu as peut-être usé ta motivation sur une manière de faire, alors qu'une autre approche t'aurais peut-être permis d'avancer mieux et de trouver plus rapidement un équilibre pour toi. Moi je dis juste ça parce qu'avec le côtoiement des personnes du forum, tu peux trouver des réponses dans les expériences de chacun (auxquelles tu n'aurais pas pensé seul) et ne pas totalement abandonner l'idée de continuer à t'intéresser, réfléchir, et partager cela avec les autres.

Si je résume : je comprends ta posture de défense, mais si tu as envie de te remettre à creuser dans une autre voie, il y a de bons conseils à piocher ici autour de toi.

Link
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 172
Date d'inscription : 06/01/2010
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Rootless le Lun 20 Déc 2010 - 23:24

Déjà je voulais préciser que quand je parle de la vie et des gens ça n'inclut pas ZC qui regroupe des circonstances et un profil à part.
Donc ci souvent je dis les gens ci, les gens ça...Il faut pas vous sentir visés, je me plains des autres ici c'est tout.

Sinon Link pour continuer avec ta métaphore, c'est surtout que quand on boîte on avance lentement.

Mais en fait j'ai eu la chance de connaître des gens qui m'ont dit franchement la vérité.Ça blesse mais ça sert, ce que je supporte pas dans une critique ou un truc qui blesse c'est quand ça sert à rien, dans ces cas là c'est de la méchanceté gratuite.Quand ça sert en général j'accepte de prendre sur moi et d'accepter que c'est un mal nécessaire.

En fait j'ai essayé de comprendre mes échecs mais trop difficile, j'ai pas le même raisonnement que la plupart des gens (désolé de dire encore "les gens" mais je vois pas ce que je peux dire d'autre! Shocked ) c'est quand on me l'a dit "brut de décoffrage" que j'ai compris.

Je pense sérieusement que le silence avec alternance de "versions très abrégées" + "relances du discours" est une bonne solution, n'empêche j'y arrive pas mal c'est dur, je me lance dans un truc dont j'ai trop envie de parler et je me dis:"stop!Les nuances et détails n'intéressent que toi".

Sinon j'avais pensé écrire (livres), plutôt que de saouler, on cible ceux qui s'y intéressent et s'ils ont mal à la tête ils ferment le bouquin.

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Link le Mar 21 Déc 2010 - 8:54

Pour "les gens", j'espère bien que tout le monde aura compris que ça ne se limitait pas à ce forum (putain d'égocentriques, ces surdoués :-) ).

Pour ce qui est de l'écriture, ça peut être une excellente manière de gérer ça, si tu y arrives. Moi je n'ai jamais réussi à coucher tout ça sur le papier, c'est pour ça que j'ai été obligé de rattraper mon retard en relations sociales. Seul l'oral me va pour m'exprimer. Et j'aime bien l'idée qu'avec un livre, tu es sûr que la personne qui te lit s'intéresse à ce que tu dis.

Link
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 172
Date d'inscription : 06/01/2010
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par petitejulie le Mar 21 Déc 2010 - 11:51

Ou qu'il arrête au bout de 10 pages

Pour reprendre sur un autre point, j'ai bien l'impression que cette phrase a été le leitmotiv de ma scolarité.

Quand on est petit on aurait envie de montrer qu'on sait des trucs, qu'on va plus vite que les autres ... Mais ça agace ces autres.

Et c'est le début de l'inhibition intellectuelle, d'abord le silence, puis le nivellement par le bas, pour s'évanouir dans la masse.

Et voilà encore une foule de nouvelle question. Tant que j'étais chez moi, je ne me sentais pas différente, dès l'école, ça apparaissait comme le nez au milieu de la figure. D'une évidence limpide ! Mais je m'égare ...

Donc "quand on sait on se sait" ou si tu veux avoir l'air normal, ne montre pas l'étendue de tes connaissances

petitejulie
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 120
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 33
Localisation : Saône et Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Link le Mar 21 Déc 2010 - 13:22

Pas d'accord, tu la montres à qui veut bien la voir. Si on place sur un sujet totalement différent de la douance, ça s'applique également. Imaginons que tu soit une personne lambda par excellence. Rien d'extraordinaire ni dans un sens ni dans l'autre. Imaginons que tu es une folle passion pour les biographies. Tu apprendras très jeune à ne pas saouler tout le monde avec tes histoires sur l'urticaire d'Henri IV et en quoi il permet d'expliquer ses choix politiques... Apprendre à voir quand on est intéressant ou non pour son interlocuteur, ça fait partie des apprentissages sociaux comme il en existe tant. Et chacun passe par là, surdoué ou non. Après c'est plus dur pour certains que pour d'autres (cf. notre échange avec Rootless) et je comprends donc qu'on arrive au final à des choix radicaux. Mais poser le postulat que c'est mal vu d'étaler ses connaissances, c'est partir du principe que les gens sont non seulement cons mais même pas curieux d'apprendre, et assez jaloux pour te faire payer le fait que toi tu en saches plus. Moi je dis que ça dépend de qui on a en face. J'aime pas les postulats.

Link
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 172
Date d'inscription : 06/01/2010
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Rootless le Mar 21 Déc 2010 - 13:37

En fait je pense que sortir de manière ponctuelle des trucs profonds sans s'étaler c'est une bonne méthode.

1: ceux dont la curiosité n'est pas stimulée ne feront pas attention et le prendront pas pour une monopolisation du dialogue, même si ça fait un peu "monsieur je sais tout" le dialogue repasse vite à quelque chose qui les intéresse et ils oublient vite.
2: les autres te manifesteront à un autre moment plus propice si ça les a intéréssés.

C'est un peu un "scanner à interlocuteur potentiel".

D'ailleurs ya une technique qui consiste à interrompre ton propre discours et faire comme si t'avais oublié et dire:

Qu'est-ce que je disais?
1: si l'autre s'en souvient ou revient volontairement au sujet tu reprend
2: si il s'en rappelle pas c'est qu'il a pas trop envie d'en parler

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par petitejulie le Mar 21 Déc 2010 - 13:42

@Link, je ne voulais pas avoir l'air catégorique, je parlais en fait particulièrement de mon cas. D'ailleurs je ne parle plus à grand monde à cause de cela.

@Rootless, je crois aussi que ton idée est bonne, il faudrait peut être que je la pratique plus.

petitejulie
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 120
Date d'inscription : 28/04/2010
Age : 33
Localisation : Saône et Loire

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Link le Mar 21 Déc 2010 - 18:00

Tout à fait d'accord, très bonne manière de faire. Tu apprends à connaître ton interlocuteur, et ensuite tu embrayes selon les possibilités qui s'ouvrent.

@ Julie : je ne répondais pas forcément sur le côté catégorique, c'est surtout ce que tu dis sur le nivellement par le bas qui m'avait interpelé. Je pense que tu peux à la fois sociabiliser ET étaler ta culture :-) C'est pas si grave que ça. Je trouve en fait seulement dommage d'en arriver à une situation d'inhibition aussi forte.

Link
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 172
Date d'inscription : 06/01/2010
Age : 35
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Invité le Mar 21 Déc 2010 - 19:38

Tout dépend peut-être du milieu socio-culturel dans lequel on évolue, non ?

Trop longtemps dans un entourage de culture peu intellectuelle (car tout est culture en un sens), on finit par perdre l'habitude de se cultiver (au sens où vous l'entendez)... On finit même par perdre la culture qu'on avait acquise plus jeune.
On s'imprègne du milieu dans lequel on (sur)vit, qu'on le veuille ou non... Exactement comme quand on séjourne suffisamment longtemps à l'étranger pour en arriver à penser et rêver dans la langue du pays d'adoption, à ne plus retrouver ses mots dans la langue natale... Une culture, ça n'est pas quelque chose de fixé pour la vie, ça se perd... Ça se retrouve, aussi... J'espère... pale

Au bout de trop longues années à jouer les funambules, on se sent en décalage partout, dans l'environnement quotidien habituel parce qu'on a un fonctionnement mental, psychologique, une vision du monde qui "ne colle pas", et dans un environnement correspondant à notre "culture" interne, comme ici par exemple, parce qu'on n'est plus "au niveau", on ne parle plus la même langue...
Désolée pour les multiples lourdeurs et redites... Ma "culture" a perdu ses synonymes Smile

Je vois beaucoup plus ce type d'inhibition comme de la suradaptation que comme de l'inadaptation...

Et ça me fait souvent mal de voir à quel point, sur les fora dédiés HQI, on confond zébritude et niveau culturel (ou, si c'est plus clair : capacité de réflexion et connaissances intellectuelles)... Alors que c'est sur le plan du niveau social que se trouve le niveau culturel. La zébritude n'étant pas liée a priori au niveau social (heureusement ou malheureusement, va savoir )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par augenblick le Mar 21 Déc 2010 - 19:42

Equinoxe a écrit:Ma "culture" a perdu ses synonymes Smile
L'excellent dictionnaire des synonymes de l'Université de Caen, quand c'est utile bounce
http://www.crisco.unicaen.fr/cgi-bin/cherches.cgi

augenblick
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6243
Date d'inscription : 05/12/2009
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Martel en tête le Mar 21 Déc 2010 - 19:44

Bande de zèbres.

Martel en tête
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 832
Date d'inscription : 17/08/2009
Age : 26

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Philippe le Mar 21 Déc 2010 - 19:49

Quelle bande? Noire ou blanche?

Philippe
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1937
Date d'inscription : 19/11/2009
Age : 39
Localisation : Au pays du soleil et du vent... (Roussillon)

http://www.zebrascrossing.net/t329-grrroooaaaooo

Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand on sait on se tait, le B.A BA des habiletés sociales

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:41


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum