Le choix d'une vie sans enfant

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Lucy le Dim 2 Aoû 2015 - 14:00

Je n'ai pas lu toutes les contributions dans le détail, mais votre conception du "childfree" me chiffonne.
Je n'aurai pas d'enfant, mais pour des raisons très différentes de vous : je ne veux pas d'enfant parce que je ne veux pas prendre le risque (élevé) d'avoir un enfant surdoué et qu'il souffre à cause de ça (risque également élevé).

La plupart d'entre vous en font un choix égoïste, alors que moi je pense à l'enfant. Peut-être que ça veut dire que je suis capable de bien l'élever, mais je ne le saurai pas à moins de prendre le risque d'en faire un, ce que je me refuse à faire car je me refuse à risquer la vie de quelqu'un qui n'a rien demandé à personne.

Un childfree n'est pas forcément quelqu'un d'égoïste qui veut rester libre, ne pas avoir à se soucier d'autre chose que de sa petite personne, voire ne pas reprendre des kilos perdus (comme ma soeur). Il existe d'autres raisons de ne pas vouloir pérenniser l'espèce : la surpopulation, le mépris pour l'espèce humaine qui ne respecte pas son environnement, le refus de faire grandir un enfant dans un monde en guerre et en crise, ou parce qu'on a une maladie héréditaire. Moi, c'est pour ne pas lui léguer mon ADN de surdoué.

Cyril THQI a écrit:Je me demande ce que ressentent les personnes de 60, 70, 80 ans ayant évité d'avoir des enfants. Se déclarent-elles satisfaites ? Regrettent-elles ?
Une de mes anciennes collègues (proche de la retraite) avait fait ce choix, ainsi que celui de ne pas se marier et de ne pas habiter avec son compagnon (qu'elle avait depuis 30 ans).
Visiblement, elle ne le regrettait pas.

Je crois qu'on part du principe que sans enfant, on est forcément malheureux. Beaucoup le sont. Je dirais même qu'instinctivement, nous sommes "programmés" à perpétuer l'espèce, d'où le "désir d'enfant" que beaucoup de femmes ressentent (moi comme les autres). Mais quand on fait le choix, conscient et avisé, de ne pas en avoir, on ne ressent pas de manque.
Il est probable que je mourrai seule et que personne ne s'en apercevra avant des semaines. Et alors ? Je serai morte, ça ne me fera plus rien...

Lucy
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 132
Date d'inscription : 16/10/2014
Age : 28
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Cyril THQI le Dim 2 Aoû 2015 - 14:35

Lucy a écrit:Je crois qu'on part du principe que sans enfant, on est forcément malheureux.
J'ai surtout remarqué la chose suivante autour de moi. Les pensées des personnes de plus de 70 ans qu'il m'est donné de croiser tournent énormément autour de la vie de leur descendance (enfants, petits-enfants et arrières petits-enfants). Ils sont constamment dans l'attente de nouvelles informations les concernant. Et il m'a semblé que leurs autres préoccupations perdaient de l'importance avec l'âge.

Cyril THQI
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1493
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 46
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Invité le Dim 2 Aoû 2015 - 18:39

Je suis d'accord avec Cyril qu'il n'y a pas de désir naturel d'enfant. Je pense aussi que l'amour maternel ou paternel et/ou ce qu'on appelle l'"instinct" maternel ne sont pas non plus automatiques et naturels même si je dois bien avouer que beaucoup de choses pour moi se font de façon presqu'animale mais je suis bien obligée de constater que ce n'est pas le cas de tout le monde.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Dame Seli le Ven 14 Aoû 2015 - 19:13

Deux enfants accompagnent ma vie et je me sens totalement libre ....

Dame Seli
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 543
Date d'inscription : 09/08/2015
Age : 49
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Senn le Lun 17 Aoû 2015 - 10:18

Cyril THQI a écrit:

- Une fois qu'on a des enfants, on leur accorde beaucoup d'importance. Plus que notre propre vie souvent. Mais cette importance ne peut être imaginée avant de l'avoir vécue.


J'ai pourtant entendu des personnes dire "je donnerais tout à mes enfants", "je ferais tout pour eux", "quand j'aurais des enfants je pense que je pourrais mourir pour eux".
Ma réflexion est à l'inverse "je ne veux pas me sacrifier pour mes enfants", "je ne suis pas sure de pouvoir leur donner ce dont ils ont besoin", "si je devais choisir entre ma vie et la leur (ou celle de n'importe quelle personne d'ailleurs), je choisirais la mienne".

Pour moi le désir d'enfant est programmé, comme certains comportements maternels. Simplement, si une femelle humaine s'occupe de ses enfants qui naissent totalement useless, ils auront plus de chance de survivre et de transmettre ces gènes. Donc les gènes qui codent ce comportement se sont propagés. Bon, peut-être pas jusqu'à moi Very Happy

Senn
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 66
Date d'inscription : 22/05/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Invité le Lun 9 Nov 2015 - 23:23

Bacha Posh a écrit:Je pense que pour faire des enfants, il faut cesser de trouver des raisons. Et juste suivre son instinct.

je trouve cette position finalement assez sage

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par CD_CD le Mar 10 Nov 2015 - 0:02

Ma participation au débat :

http://maternage.free.fr/preparer_devenir_maman.htm (et le reste du site pour les parents)

http://nonparents.skynetblogs.be/ (trouvé en recherche rapide google)

Plus l'intervention d'une anthropologue (je crois) hier ou avant hier sur arte, reportage sur le musée de l'homme à Paris ou similaire disait que l'idée selon laquelle tout le monde devait faire des enfants pour que l'espèce se perpétue était totalement fausse, et même mettait l'espèce en danger. Mais elle n'a pas développé (ou alors, à un moment où justement, l'un de mes enfants était venu me distraire du reportage et j'ai manqué ce bout).

Mais bon, à part ça, la plupart du temps, quand on est en plein dedans avec les enfants et qu'on a pris le parti d'en avoir et que ça se passe bien, on n'y pense même plus, on fait avec, on voit le bon côté. (mais quand on voit le mauvais côté de l'affaire, et qu'en plus, on en a pris pour au moins vingt ans, c'est pas joyeux. Genre : vivre avec un colocataire qui trouve hyper marrant de faire l'alphabet en rots comme dans je ne sais plus quel dessin animé, qui ouvre la porte du frigo avec les mains pleines de chocolat, qui fait pipi à côté des toilettes une fois sur cent à peu près, ..., et qui, ensuite, sera plus fort que vous en mangeant comme quatre ou cinq, etc. je remplis le frigo, il le vide (cela dit, les enfants sont super sympas, mais bon, à un moment donné, tout le fric passe dans l'alimentaire, le médecin et les vêtements, ...)

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par ShineFlower le Mar 10 Nov 2015 - 11:57

CD_CD a écrit: De plus tout l'argent passe à l'alimentaire, aux habits et aux fournitures
Tres vrai! Renoncer aux enfants c'est mieux pour le porte-monnaie. MDR

ShineFlower
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3505
Date d'inscription : 04/07/2013
Age : 57
Localisation : Chez Dieu

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par teia le Mer 11 Nov 2015 - 19:46

Mais pourquoi vouloir trouver absolument des raisons pour justifier le choix de faire ou de ne pas faire d'enfant? Il n'y en a aucun qui tient véritablement.
"si tu ne fais pas d'enfants tu vieilliras seule": il y a plein de personnes âgées dans les maisons de retraites qui ont pléthore de petits-enfants et qui sont seules sans voir personne.
"faire des enfants c'est irresponsable car on est en surpopulation": dans nos contrées européennes il n'y a pas surpopulation, la tendance serait même à la baisse s'il n'y avait l'immigration car le taux de fécondité est sous le seuil de remplacement des générations dans bcp de pays européens.
"les enfants ça coûte cher": d'accord, les enfants c'est un gouffre à fric mais franchement, c'est vraiment pas ce qui m'a traversé l'esprit en premier lieu quand j'ai décidé d'en avoir.
...

Avoir ou pas des enfants, ne serait-ce pas avant tout un choix viscéral? purement égoïste?
Argumenter ne serait-ce pas vouloir prouver à l'autre qu'il fait le mauvais choix? ou s'assurer qu'on a fait le bon? Mais quel en est l'intérêt? Ne pourrait-on pas accepter le choix de chacun sans jugement?




teia
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 50
Date d'inscription : 17/06/2015
Age : 36

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Tesla le Mar 24 Nov 2015 - 19:41

Personnellement, je ne désire pas avoir d'enfants.
Dans mon cas, c'est ferme et je ne vois pas ce qui pourrait me faire changer d'avis.

Reste un autre problème : ne pas vouloir d'enfant réduit considérablement le nombre de personnes qui pourraient faire leur chemin de vie avec moi.
Je me vois mal me mettre en couple avec une miss qui veut deux enfants pour lui dire, un an ou deux plus tard : "ah non, véto sur les gosses !".

Reste que, c'est un choix relativement marginal, et le désir ou non de faire des enfants est un critère déterminant pour un couple, non ?

Tesla
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 298
Date d'inscription : 04/08/2014
Age : 28

http://www.zebrascrossing.net/t18794-fiche-zeetic-audio-h-27-lim

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Invité le Mar 24 Nov 2015 - 21:51

Avoir ou pas des enfants, ne serait-ce pas avant tout un choix viscéral? purement égoïste?

Viscéral, probablement.
Purement égoïste, pas nécessairement.
On peut faire des gosses et néanmoins avoir d'eux une approche égoïste, et a contrario ne pas en avoir et se consacrer aux autres, choix qu'on fera difficilement passer pour égoïste.
Inversement, on peut faire des gosses avec la sincère envie de les voir et faire grandir, s'épanouir; et ne pas en avoir dans le seul dessein de centrer sa vie sur sa petite personne.

Egoïste, non. Personnel, tout simplement.
Maintenant, pourquoi argumenter ?
Parce que, que tu choisisses d'en avoir 1, 2, 4 ou 0, tous ceux qui n'ont pas fait ou n'envisagent pas le même choix exigeront que tu le fasses. On peut juste constater que l'option "2" - la plus répandue, la fameuse famille ricoré - est celle qui, du coup, suscitera le moins de remarques.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

être un "autre-là" pour les enfants.

Message par adelaidelechat le Mer 25 Nov 2015 - 10:26

Bonjour,
Je viens sur ce post en tant que femme Z (récemment découverte) de 45 ans qu'on regarde bizzarement parce qu'elle n'a pas eu d'enfant et ce d'autant plus que je travaille dans l'éducation des enfants (Education Nationale)

J'ai bien eu une période quand j'avais 30 ans où une partie de moi voulait correspondre à ce que la société attend, une femme avec un bon boulot, et des zafa. J'avais même trouvé l'homme avec qui je me sentais de lui donner ce cadeau.
La distance géographique m'a permis de choisir de ne pas en faire. Comment éduquer des zafa quand on vit loin l'un de l'autre... je n'avais pas envie de faire les choses seule, comme certaines femmes le font (quitte à utiliser les hommes comme banque de sperme... et j'en connais)

Je n'aime pas qu'on me chosifie comme une femme qui doit correspondre à ce qu'on attend d'elle (à savoir une belle plante qui sourit, pas trop intelligente parce que ça dérange ce que je dis ou ce que je pose comme questions...) et je n'aime pas non plus qu'on chosifie les hommes (l'homme idéal génétiquement pour procréer des bidibules parfaits ronds et bleus)
J'aime ma liberté, celle de pouvoir m'investir dans mes activités et mon travail, libre de ne pas faire à dîner quand je n'en ai pas envie... libre de partir en balade seule...

C'est difficile cependant d'être perçue comme quelqu'un qui a un problème : " Qouaaaa ? Tu n'as pas d'enfants ????? arg ! ahh mais une ananas comme toi, ce serait trop top pour des enfants "... bah oui j'en ai 500 par an, alors un à moi... euh comment te dire ?

je préfère être cette "autre-là", celle qui n'est pas le parent et qui du coup peut se permettre des choses qu'on ne se permet pas quand on est parent parfois à cause de la conscience sociale... je suis un autre exemple de vie, dans les valeurs que je porte et que j'essaie d'incarner au quotidien pour contribuer à la cohérence des adultes autour des enfants.

Parfois je me dis ... mais où sont les adultes, quel manque de cohérence... alors cette "autre-là" que je suis, présente, et différente peut proposer une cohérence, une épaisseur que les autres adultes parfois n'ont pas. Et comme il n'y a pas d'engagement affectif, je suis encore plus libre de le faire, et cela me motive, m'inspire à donner encore plus.

j'ai eu ces autres-là dans ma vie qui me donnaient de l'inconditionnel, de la liberté, et de la confiance (ce qui a permis à la belle plante que je suis de pousser), et c'est exactement ce que j'ai envie de faire pour les zafa qui m'entourent. C'est bon et goutu d'avoir cette possibilité là.

Les hommes ne sont pas des banque de sperme, et les femmes ne sont pas forcément des poules pondeuses, contrairement à ce que le reste du monde attend. Ca me va bien.

Adelaide Le Chat
Etre soi-m'aime, sans l'ombre d'un doute.

adelaidelechat
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 294
Date d'inscription : 21/11/2015
Age : 46
Localisation : cergy

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Sensorium le Dim 13 Déc 2015 - 11:50

J'ai fait le choix de ne pas avoir d'enfants également, et ce pour plusieurs raisons.

La première, et la plus importante, c'est que je ne me sens absolument pas l'étoffe d'une mère. Beaucoup de femmes me disent "attends tu changeras d'avis", mais non, à bientôt 30 ans c'est toujours pareil. Ca semble égoïste, mais je ne me vois pas me consacrer à un enfant, quand je vois les mères autour de moi ça ne me donne absolument pas envie.

Et imaginons que j'aie un enfant, qu'est-ce que je vais lui transmettre? Je ne veux pas faire un enfant comme moi, sa vie ne sera pas un long fleuve tranquille. Je ne veux pas risquer de lui transmettre mes bizarreries, voire mes tares. Je suis une zèbre, je suis dépressive chronique (comme la longue lignée qui me précède du côté de ma mère), je souffre de TOC et de trouble anxieux (on va pas en rajouter en faisant un enfant en m'inquiétant perpétuellement pour lui). J'ai de plus une prédisposition génétique à la schizophrénie et au trouble bipolaire (venant de l'autre lignée du côté de mon père). Je ne veux risquer de refiler ça à personne.

Et enfin, quand je regarde autour de moi et en avant. Quand je vois ce monde dicté par la corruption, la violence, le sentiment de suprématie de l'homme. Quand je vois la race humaine avec ses vices, son esprit belliqueux, sa haine de l'autre dès qu'il est différent de lui. Quand je vois la société, basée sur le consumérisme et le paraître, où les intérêts financiers et matériels écrasent les intérêts humains. Quand je vois l'homme détruire sa planète, scier la branche sur laquelle il est assis, ignorant les signes d'alertes. Quand je vois qu'on va droit dans le mur et qu'on accélère encore. Je refuse de laisser un enfant grandir dans ce monde, je refuse qu'il voit ce que ses ancêtres en ont fait. Je refuse qu'il connaisse de nouvelles crises, de nouvelles guerres, qu'il voit la planète dépérir, je refuse d'imposer une nouvelle bouche à nourrir de trop sur cette pauvre Terre.

Mon choix est souvent mal perçu, mais je n'en ai cure, c'est ma vie, mon choix, mon utérus. Mon compagnon est dans la même optique que moi, c'est notre affaire.

Sensorium
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 09/12/2015
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par mypseudo le Dim 13 Déc 2015 - 14:04

merci pour ce post godisgood. Pas d'enfant non plus. Je n'en ferai pas. Et je partage ton approche.

J'ai je crois navigué entre mon désir intrinsèque (childfree) et la suite tellement naturelle que la majorité prend sans savoir pourquoi (ce n'est pas le cas de tout le monde, je précise). Fondamentalement, je ne m'y vois pas, car je ne me reconnais pas dans ce monde et que je ne vois pas comment élever un enfant qu'il faut aider à s'inscrire dans la société quand tout me pousse à m'en sentir bien loin. Je n'ai pas envie d'en faire un névrosé, donc abstention.

Je suis agacée par la cohorte voulant te convaincre que c'est merveilleux, ce dont je ne doute pas, que j'ai pas encore mûri, que ça viendra etc.... Tu verras gnin gnin...  Je passe sur l'égoïste que je représente pour bcp, que je trouve tout aussi égoïstes d'en faire car après tout, c'est d'abord pour soi qu'on se reproduit, même si on apprend, si tout se passe bien, à faire don de soi et à se dégager des attentes qu'on a à partir de cette progéniture.

bref, je pense que transmettre est important pour l'Homme, et on peut le faire à travers bcp d'actions : se reproduire soit, de même qu'en prenant de l'âge, on peut tisser un lien fort avec un jeune qu'on soutient, qu'on accompagne et dont on devient un modèle, un mentor et sincèrement je pense que c'est aussi fort que le lien enfant-parent, supporté par la génétique ou l'adoption plénière. Et puis aussi s'engager, créer, voyager, enseigner, soigner, etc...

Je ne compte pas les fois où les gens s'adressent à moi en disant "combien d'enfants tu as" ? Comme si c'était une évidence... Je suis vilaine dans ces cas là car je réponds avec un grand sourire que je n'en ai pas, en laissant s'installer le malaise qui s'en suis. (childless??)

Moi je ne suis pas contre les gens qui font des enfants. Je suis pour que chacun balaye devant sa porte et tolère un peu plus les choix de vie des autres. J'attends donc la même chose : qu'on me foute la paix et qu'on essaye pas de me "convertir" à un "bonheur que j'ignore, pauvre malheureuse".

Pour finir, ce que je déteste par dessus tout : c'est ceux qui font les tolérents en disant "non mais chacun fait comme il veut" et qui expirent par tous leurs pores que qd même, on verra bien ce qu'on verra bien... Là je fulmine !

voilà, c'est tout ce que j'ai à dire à ce sujet !!!Very Happy

mypseudo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 533
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 42
Localisation : entre ici et là bas

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Sunshine le Dim 13 Déc 2015 - 14:30

"Pour finir, ce que je déteste par dessus tout : c'est ceux qui font les tolérents en disant "non mais chacun fait comme il veut" et qui expirent par tous leurs pores que qd même, on verra bien ce qu'on verra bien... Là je fulmine !" CARREMENT!
C'est exactement ça, les gens en face de toi qui font semblant de te croire avec leur air entendu (qui signifie "tu verras bien quand ça arrivera, tu feras comme tout le monde") mais qui au fond ne peuvent pas entendre que non c'est non, c'est décidé (tout ce que j'ai lu plus haut: la nature humaine à pleurer, la situation écologique catastrophique -si c'est pour que tes gosses ils se fassent buter par des plus violents à cause de l'eau, du réchauffement ou que sais-je, je vois pas trop l'intérêt-, mon égoîsme ou le fait que dans la vie je ne veux par exemple pas aller à des réunions parents-profs où on te dit que ton enfant, tu ferais bien de... quand toi tu penses "toi, l'instite, t'es débile, tu ferais bien de fermer ta bouche ") Mais parce qu'une femme, c'est supposé avoir l'instinct maternel, c'est comme ça (l'instinct de celle qui adore changer les couches avec caca dedans, préparer des trucs à manger, faire tourner la machine, etc). Moi, comme tout ça, je l'ai pas, le débat est clos!

Sunshine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 373
Date d'inscription : 06/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Pieyre le Dim 13 Déc 2015 - 14:40

Oui, mais ne faut-il pas admettre que la plupart des gens qui sont très bien comme ça sans enfants auraient aussi été très bien avec ? L'illusion principale, c'est de choisir ce qui nous convient. J'ai une certaine vie; je peux regretter de n'avoir pas fait autre chose; mais je suis content d'en être arrivé là. C'est plus ou moins l'opinion commune.
Aussi je crois qu'il faut accepter avec sérénité une certaine pression de la part des autres relativement au fait d'avoir des enfants. Ils jugent en fonction de ce qu'ils ont vécu. On ne pourrait avoir tort de juger ainsi.


Dernière édition par Pieyre le Dim 13 Déc 2015 - 14:51, édité 1 fois (Raison : oubli d'un mot)

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15333
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Invité le Dim 13 Déc 2015 - 14:45

moi je regrette de ne pas en avoir et me pose des questions existentielles à ce sujet pour finir par arriver à la conclusion provisoire que si cela devait arriver cela serait arrivé et que si je veux encore en avoir non seulement c'est compliqué mais qu'il faudra les élever du mieux que je pourrais cela c'est la raison qui cause...

si c'est l'amour qui cause, la vraie question tabou dedans pour moi est .. est ce que je suis vraiment capable de donner comme cela devrait être et la raison ne peut pas répondre

je suis donc totalement incapable de choisir parce que je pense qu'on ne peut choisir que si on aime , les enfants sont, ou ne sont pas, une suite logique de cet amour

non que l'amour soit 'moins que', "il est différent" et il est différent pour chacun

des tas de doutes et aucunes réponses claires autre que de se dire, aime et on verra par la suite

mais ce n'est que mon vécu

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Sunshine le Dim 13 Déc 2015 - 14:53

"J'ai une certaine vie; je peux regretter de n'avoir pas fait autre chose; mais je suis content d'en être arrivé là. C'est plus ou moins l'opinion commune.": oui, y compris la nôtre (les "sans") , bien d'accord.

"Ils jugent en fonction de ce qu'ils ont vécu. On ne pourrait avoir tort de juger ainsi.", c'est là où mon point de vue diverge. Je ne juge pas ceux qui ont des enfants, c'est leur choix, leur parcours, je ne m'encombre pas avec des jugements sur autrui différent de moi. Du coup, j'aime autant qu'on ne me juge pas (ou du moins, qu'on partage pas son jugement avec moi)

"je pense qu'on ne peut choisir que si on aime , les enfants sont, ou ne sont pas, une suite logique de cet amour", oui, je crois ça aussi (peut-être mon choix lié au fait que je n'ai pas connu d'amour qui m'ait donné suffisamment envie de ne serait-ce me pose la question). Je conçoit que lorsqu'on aime profondément et sincèrement qqn qui nous aime d'un amour comme ça aussi, l'envie d'enfant puisse advenir.

Sunshine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 373
Date d'inscription : 06/12/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par mypseudo le Dim 13 Déc 2015 - 15:56

Pieyre a écrit:Oui, mais ne faut-il pas admettre que la plupart des gens qui sont très bien comme ça sans enfants auraient aussi été très bien avec ?

non.

pour le reste, la relativité de la vie et des "choix" qui n'en sont pas est tellement évidente... bien à toi Courbette

mypseudo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 533
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 42
Localisation : entre ici et là bas

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Onagre le Dim 13 Déc 2015 - 15:56

Moi si, je juge, les parents confortablement installés dans l'auto-satisfaction (qui au moins sont à l'abri de questionnements conflictuels sur l'éducation) et dont la pression qu'ils mettent aux personnes plus fragiles (que celles qui ont témoigné ici par exemple) finit par les décider à en avoir alors que pour certaines d'entre elles, elles ne sont pas faites pour ça, et qu'elles feront des parents irresponsables, potentiellement culpabilisant et donc malheureux ; des parents d'enfants eux-mêmes malheureux et futurs adultes à problèmes de longue durée...

S’il y a illusion dans la liberté de choisir de ne pas avoir d’enfants, ça limite au moins les dégâts… Parce qu’autrement, il n’y a plus qu’à compter sur la capacité de résilience des enfants…


Dernière édition par Onagre le Dim 13 Déc 2015 - 16:07, édité 2 fois (Raison : précisions)

Onagre
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 384
Date d'inscription : 27/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par mypseudo le Dim 13 Déc 2015 - 15:58

Sunshine a écrit:"Pour finir, ce que je déteste par dessus tout : c'est ceux qui font les tolérents en disant "non mais chacun fait comme il veut" et qui expirent par tous leurs pores que qd même, on verra bien ce qu'on verra bien... Là je fulmine !" CARREMENT!

yeah sunshine, yeah !!

pieyre:
j'ai oublié de te dire que j'adorais nos "comment" sur le fil... sincèrement

mypseudo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 533
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 42
Localisation : entre ici et là bas

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par CD_CD le Dim 13 Déc 2015 - 17:52

Pieyre a écrit:Oui, mais ne faut-il pas admettre que la plupart des gens qui sont très bien comme ça sans enfants auraient aussi été très bien avec ? L'illusion principale, c'est de choisir ce qui nous convient. J'ai une certaine vie; je peux regretter de n'avoir pas fait autre chose; mais je suis content d'en être arrivé là. C'est plus ou moins l'opinion commune.
Aussi je crois qu'il faut accepter avec sérénité une certaine pression de la part des autres relativement au fait d'avoir des enfants. Ils jugent en fonction de ce qu'ils ont vécu. On ne pourrait avoir tort de juger ainsi.


Moi, je trouve que d'une façon générale, les gens sont chiants de dire à d'autres ce qu'ils devraient faire (et je peux me renvoyer le jugement à l'occasion).
Apparemment, ça alimente les conversations parce qu'un tas de gens ont besoin de meubler le silence relatif et de le meubler avec du rien du tout à expliquer au voisin comment il devrait vivre alors que le voisin ne demande rien.
Les humains, des fois, c'est vraiment ch...t.

CD_CD
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 587
Date d'inscription : 05/09/2015
Age : 41

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par adelaidelechat le Dim 13 Déc 2015 - 19:20

bref, je pense que transmettre est important pour l'Homme, et on peut le faire à travers bcp d'actions : se reproduire soit, de même qu'en prenant de l'âge, on peut tisser un lien fort avec un jeune qu'on soutient, qu'on accompagne et dont on devient un modèle, un mentor et sincèrement je pense que c'est aussi fort que le lien enfant-parent, supporté par la génétique ou l'adoption plénière. Et puis aussi s'engager, créer, voyager, enseigner, soigner, etc...
Bien vu ! C'est ce que je fais pour ma nièce, (zebre aussi) et ma responsabilité de tante me suffit amplement. C'est ce qu'on m'a donné aux USA, c'est ce que je veux faire en retour... Ca me suffa comme ci ! 
Merci pour ce post.

adelaidelechat
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 294
Date d'inscription : 21/11/2015
Age : 46
Localisation : cergy

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par mypseudo le Dim 13 Déc 2015 - 19:30

"tank-you" adelaidelechat, j'ai une nièce aussi dont je suis très proche ! Et j'ai un boulot qui me fait bosser avec des jeunes... Cela m'inspire grandement ! Wink

mypseudo
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 533
Date d'inscription : 24/11/2015
Age : 42
Localisation : entre ici et là bas

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par adelaidelechat le Dim 13 Déc 2015 - 19:54

Very Happy

adelaidelechat
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 294
Date d'inscription : 21/11/2015
Age : 46
Localisation : cergy

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:49


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum