Le choix d'une vie sans enfant

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Pieyre le Mer 23 Déc 2015 - 13:06

Tout ce qui concerne une réalisation qui dépasse le seul instant vécu. Bien sûr il y aura eu profusion de ces instants, avec des joies que j'essaierai de dire, bien qu'indicibles.
Pourtant, ne pouvoir aller plus loin, ne pouvoir transmettre quelque chose qui aille dans le sens non de mon seul bien personnel mais de celui de la collectivité, oui cela m'attriste.

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15297
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Invité le Mer 23 Déc 2015 - 13:23

Pieyre a écrit:Tout ce qui concerne une réalisation qui dépasse le seul instant vécu. Bien sûr il y aura eu profusion de ces instants, avec des joies que j'essaierai de dire, bien qu'indicibles.
Pourtant, ne pouvoir aller plus loin, ne pouvoir transmettre quelque chose qui aille dans le sens non de mon seul bien personnel mais de celui de la collectivité, oui cela m'attriste.

c'est ce que je pensais aussi puis je me suis rendu compte que il faut élever les enfants dans de bonnes conditions, la vie ne m'a pas ménagé, avec ce que je suis devenu  je ne serai pas un père standard et l'enfant risque de souffrir, donc j'ai fait le deuil

cela m'attristait au début et je ne m'attend pas à révolutionner le monde non plus, je ne fais que passer

je peux juste essayer de passer les années qui viennent mieux en essayant de faire un peu de bien , ce que j'ai en plus , de plus en plus de mal à faire

dans mon cas il faudrait 2 à 3 miracles en rafale pour corriger, et les miracles par définition

le sens de la vie toussa toussa... finalement certains sont là pour faire des enfants, d'autres pas ,certains font des enfants heureux, d'autres les abandonnent, certains les aiment et un chauffard leur prend sur la route, touchons du bois.. dubois au pied ! certes

je pense que il faut avoir vécu dans une vraie famille pour avoir envie d'en fonder une

une sorte d'autorégulation de mère nature en quelque sorte

bien entendu certains fondent quand même une famille, parfois cela fonctionne et c'est une belle chose, parfois c'est un semblant de famille et personne ne s'y retouve

j'aurais vraiment aimé que cela se passe autrement, mais il est des tas de choses dans une vie, même comme zèbre qu'on ne peut pas contrôler ni même compenser

je suis assez fataliste par ailleurs , la question est alors plus perso.. je suis tombé sur terre pour faire quoi exactement, jusqu'ici je ne sais toujours pas

j'aurais pu être enseignant , adopter un enfant .. j'ai donné des cours dans une de mes mille vies d'ailleurs, mais l'éducation nationale est un univers sclérosé dans lequel on ne peut pas donner nécessairement comme on le voudrait, l'expérience a été enrichissante mais loin par rapport à éduquer un enfant

et d'ailleurs bien éduquer c'est vraiment compliqué

adopter mais il faut un équilibre personnel qui permette de fournir un nid pour donner de l'amour à un enfant qui souvent a un passé lui même compliqué

ceci dit parfois aimer est juste ce qu'ils demandent

l'aspect transmission de ce que je suis de ce que je sais me paraît futile comme dansle film troie où une séquence explique que finalement après x générations on ne se souvient plus , moi il ya toute une partie de ma famille que je ne connais même pas, cela relativise

transmettre mon adn ? j'aurais pu donner mon sperme mais ce n'est pas mon choix

avoir des enfants pourquoi ? pour soi ? pour la biologie ? pour ?

je pense que si on en fait cela découle d'une relation d'amour et que cela peut ou non venir naturellement, dans toutes autres conditions cela ne m'intéresse pas

et comme l'amour et moi c'est pas la joie, 2 ou 3 miracles en rafale donc et vu mon âge dieu j'y crois plus trop







Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par adelaidelechat le Mer 23 Déc 2015 - 14:12

53 ans c 'est jeune ! (suffisamment pour refaire sa vie) ne peut on pas aimer à n'importe quel âge ?
A quoi sert la vie si on n'aime pas ? (quelque soit la forme de l'amour du reste ...)

adelaidelechat
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 294
Date d'inscription : 21/11/2015
Age : 45
Localisation : cergy

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Ouf le Mer 23 Déc 2015 - 15:52

adelaidelechat a écrit:Ah ok....  Ce que je comprends c'est qu'il y a un oui et un non de part et d'autre... Flûte ! 
C'est pas simple. 
Moi  "childfree" je me dis que je ne veux pas perdre ma liberté, et que j'ai peu d'énergie à consacrer à un zafa. Au moment où j'en avais envie c'était aussi l'idée d'un cadeau à l'homme que j'amais, et pour moi, il était le seul avec qui je pouvais l'envisager.

C'est un "oui" de son côté et un "non" du mien, pour le moment la "nature" penche de mon côté ! J'ai été parfaitement honnête sur mon refus (j'ai expliqué mes raisons, ma démarche pour comprendre l'intérêt et l'absence totale de résultat). J'ai également "proposé" une séparation pour qu'elle aille trouver une relation pleinement satisfaisante pour elle ailleurs.

Ce que tu appelles liberté, c'est aussi ma crainte principale (parce qu'il y a un paquet d'autres) : toutes les contraintes qu'un enfant engendre et qui démarrent de la conception jusqu'à notre dernier jour. Je suis trop indépendante, trop curieuse de tout et j'ai trop besoin de temps pour "m'auto-mettre" des batons dans les roues.

Ouf
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 20
Date d'inscription : 24/11/2015
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par adelaidelechat le Mer 23 Déc 2015 - 18:20

Je comprends. En tous cas, je trouve cela beau d'aller proposer à l'autre d'aller faire une vie plus "épanouie" ailleurs. 
Je crois même que c'est la plus belle preuve d'amour que de dire à  l'autre : si tu es plus heureux (même sans moi) alors va vers ton chemin. 

C'est ce que j'avais fait pour l'homme à qui j'envisageais de donner un enfant. 
Nous vivions séparés géographiquement . Je lui ai dit que s'il avait des doutes, il fallait qu'il aille vérifier pour lui même. Que je l'aimais suffisamment pour qu'il soit heureux, plus heureux sans moi. 
Ca n'a pas été facile. Et en même temps c'est exactement cela qui m'a fait dire que je l'aimais. C'était inconditionnel avec des espoirs, et sans attente.

adelaidelechat
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 294
Date d'inscription : 21/11/2015
Age : 45
Localisation : cergy

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par eidôlon le Jeu 24 Déc 2015 - 11:31

Eh bien quelque soit le choix de chacun, je trouve que c'est déjà bien de s'interroger sur le fait d'en vouloir ou pas !!

Il y a tellement de personnes qui en veulent car "c'est la suite logique des choses"... Mais si on vit bien en couple, pourquoi rajouter une 3ème personne ? Moi je ne comprends pas ...

D'autres argumentent que c'est cool d'avoir un "mini-soi", alors là rien de tel pour me mettre hors de moi! C'est le comble de l'égocentrisme! Un enfant est un individu à part entière et n'est absolument pas obligé de ressembler à ses parents !!

Et les autres pour qui c'est super mignon les enfants mais étrangement le discours change beaucoup lorsque les charmants enfants deviennent ados, ben oui un enfant ne reste pas éternellement petit et mignon...

L'intérêt principal de se reproduire c'est de transmettre, mais transmettre quoi au juste ? La ressemblance physique? L'intelligence ? Malheureusement c'est très aléatoire on peut aussi bien avoir un enfant beau et intelligent qu'un enfant moche et stupide. Sans compter qu'il n'est jamais sûr d'avoir un enfant équilibré psychologiquement et ça c'est dur à assumer.

J'imagine les pires scénarios mais avoir un enfant ça peut vite devenir un cauchemar, même quand on s'investit énormément pour s'en occuper, il faut accepter le fait que l'enfant n'est pas un "mini-moi", il peut être l'opposé de soi-même, bref moi ça ne me fait pas rêver... A choisir je préfèrerais aider des gens qui existent déjà à faire face à la vie que donner la vie et ne pas être sûre de l'assumer. Si certaines personnes pouvaient réfléchir avant d'en faire ce serait bien !!!

Et la planète nous en remerciera Wink

eidôlon
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 32
Date d'inscription : 21/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Ouf le Ven 25 Déc 2015 - 9:17

eidôlon a écrit:
D'autres argumentent que c'est cool d'avoir un "mini-soi", alors là rien de tel pour me mettre hors de moi! C'est le comble de l'égocentrisme! Un enfant est un individu à part entière et n'est absolument pas obligé de ressembler à ses parents !!

C'est vrai que j'avais entendu cet argument aussi mais rien qu'au niveau génétique, un "mini-moi" n'a aucun sens, ou alors il manque un truc un "mini à moi" Very Happy Arrow

Ouf
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 20
Date d'inscription : 24/11/2015
Localisation : Provence

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le choix d'une vie sans enfant

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 13:12


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum