Echo Lalie

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Echo Lalie

Message par Invité le Dim 7 Sep 2014 - 16:39

Bonjour,

Après quelques séjours sur différents fora puis une période sevrage de relations "virtuelles", la nécessité mon instinct m'a poussé àd me ré-inscrire chez vous.
J'aime lire certains d'entre vous, j'aime lire quand certains offrent le cheminement de leur pensée alimenté par leurs expériences, égayé par leurs émotions. J'aime cette intelligence là qui chemine, une intelligence vivante et vivifiante. Même si je ne suivrais pas nécessairement le même chemin de pensée, j'aime découvrir ces différences. jouer de temps en temps.

Je n'irai à aucune IRL parce que je me suis installée dans une sociophobie salvatrice et réparatrice pour un temps dont la durée est indéterminée et dont je sortirai quand je l'aurai décidé.

Cette semaine encore j'ai été en contact avec un ado en échec scolaire et complètement déstructuré mais j'ai pas le temps de vous raconter la suite.
Cette expérience me conforte que inclure un QI dans un bilan psy n'est pas sans intérêt tout comme un médecin peut vous prescrire des examens complémentaires pour chercher comment améliorer votre santé.

Je connais mon QI depuis de nombreuses années et c'est pas brillant.

Arrow


Dernière édition par Lalie le Mar 16 Sep 2014 - 9:12, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par mrs doubtfull le Dim 7 Sep 2014 - 17:01

bienvenue Lalie,
j'aime tout comme toi les échanges apaisés, que l'on soit d'accord ou pas...
Au plaisir de te lire

mrs doubtfull
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 673
Date d'inscription : 16/12/2012
Age : 49
Localisation : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Dim 7 Sep 2014 - 17:22

Bienvenue a toi par ici

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Reprocher et aimer ...

Message par Invité le Dim 7 Sep 2014 - 20:55

Merci à vous deux!


Ces temps ci j'ai enfin ouvert un livre qui me nargue depuis quelques années.
Il s'agit de "Le sacrifice interdit" de Marie Balmary.

En voici un extrait sur le reproche et l'amour (p 58 du livre poche :
" .... Reprocher et aimer sont donc ressentis comme opposés. On ne peut pas aimer son prochain parce qu'on a des reproches à lui faire (Freud), ou bien on voudrait bien l'aimer mais on a des reproches à lui faire. Nous avons tous vécus les délices des "lunes de miel" au début des relations amoureuses ou amicales alors qu'aucun malentendu, aucune offense n'a encore troublé les sentiments qui naissent. Ensuite, vécue la difficulté d'employer encore le verbe aimer tandis que s'accumulent en nous des reproches parfois informulés, gardés en soi. Allons nous les dire et commencer un conflit ou les conserver en nous-mêmes? Mais ils empoisonnent notre affection pour l'autre et arrête notre élan vers lui, vers elle. Qui sait s'ils ne sortiront pas un jour, ces reproches, avec violence, au mauvais moment, dans une colère si vive qu'elle nous aveuglera et rendra nos paroles irrecevables par l'autre, provocant chez lui non pas le retour sur sa propre conduite, mais le sentiment d'être à son tour injustement violenter? Serions coincés des deux côtés? Si on ne peut aimer parce qu'on a des reproches et que ne pas reprocher conduise à ne plus aimer, que faire?"


Dernière édition par Lalie le Mar 16 Sep 2014 - 9:13, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Dim 7 Sep 2014 - 22:43

Magnifique présentation. J'ai bu tes paroles.
J'ai eu l'impression de te connaitre depuis toujours.
Alors je ne te souhaite pas la bienvenue, tu es déjà chez toi.

Tu aurais d'autres passage à nous faire lire de ce livre ? C'est super intéressant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Lun 8 Sep 2014 - 12:08

Bonjour Jordan,

"Magnifique" n'est-il pas quelque peu emphatique?
J'en ai écrit de meilleures...
Merci quand même pour mon petit narcisse intérieur (en cours de flétrissement accéléré).

C'était bien mon intention de reprendre ici quelques autres extraits aussi je suis contente de voir que cela en intéresse au moins un(e).

Voici donc un autre passage:

"Le sacrifice interdit" de Marie Balmary (suite):

Dans la vie quotidienne, tout être humain ayant l'exercice de sa sensibilité et de sa raison connait le malaise que donne une offense à la suite de laquelle il n'a pas pu exprimer le déplaisir ou la souffrance qu'elle lui cause. Dix mille exemples chaque jour: qu'on soit privé d'un objet personnel, contraint de faire une tâche qu'un autre devrait faire, accusé d'un acte qu'on n'a pas commis ou même simplement qu'on soit ignoré par quelqu'un dont on attendait le salut... Cela peut nous blesser à divers degrés. Souvent, par exemple, nous ne pouvons pas ce soir-là nous endormir comme d'habitude. Nous éprouvons le besoin d'en parler à quelqu'un. Et si nous trouvons alors une oreille amie pour dire les reproches que nous n'avons pas pu faire à celui qui nous a offensés, cela va déjà beaucoup mieux. Ces reproches ne sont pas encore parvenus à leur destinataire mais ils sont prêts à l'être, ayant déjà été mis en mots, et notre blessure, notre colère a trouvé témoin. Si nous sommes seuls ce soir là, peut-être nous mettrons nous à écrire une lettre à celui auquel nous avons ce reproche à faire et, même si nous n'employons pas la lettre, nous éprouvons déjà un soulagement. Pour certains, le seul fait d'écrire quelques lignes à ce sujet pour eux-mêmes suffira à l'apaisement.
L'offense qui nous a été faite, nous éprouvons le besoin de la déposer, de la mettre hors de nous. N'est-il pas vrai donc que nous la portions auparavant puisque, la mettant dans une conversation avec un autre ou sur une feuille de papier, nous en sommes déjà plus légers? Je parle là d'offenses que tous nous connaissons, offenses qui n'échappent pas à notre conscience et dont nous parvenons la plupart du temps à débarrasser notre esprit.
Il ne s'est agi ici que d'offenses entre personnes plus ou moins égales.
Si entre l'offenseur et l'offensé, la relation est beaucoup plus inégale, les choses se modifient: en effet, la force de l'offense peut-être beaucoup plus grande lorsque l'offenseur est plus fort que l'offensé; celui-ci pourra encore moins exprimer sa souffrance que dans les exemples précédents.
Plus encore si l'offenseur est un parent ou un maître aimé et admiré. Il n'est pas facile à un enfant de réprimander un de ses éducateurs. S'il le fait pourtant, et qu'il ait la chance que l'adulte veuille bien reconnaitre qu'il a mal agi envers l'enfant, ce dernier s'en trouvera plus fort et la relation entre eux aura franchi une étape vers une égalisation en valeur de chacun, vers le devenir-soi de l'enfant, reconnu comme autre dont la propre parole a du poids.
Mais comme il en est souvent autrement, cela ne peut être mis de côté; bien des enfants, et bien des dominés (socialement, professionnellement, politiquement), ont vécu et vivent la succession d'évènements suivante: ayant été offensés, ils protestent et sont alors réprimandés de réprimander; on leur reproche le fait même de faire un reproche. Les forces étant inégales, ils en viennent à se taire. Dans bien des familles à "forte ambition éducative", des enfants ont même dû demander pardon d'avoir fait un reproche. La boucle est bouclée: c'est l'offensé qui est maintenant celui qui demande pardon; la faute est bien revenue sur lui. "
Ce texte, bien qu'intéressant par essence perd en puissance lorsqu'on le sort du contexte du livre et c'est dommage.

Ça parait évident, non?


Dernière édition par Lalie le Mar 16 Sep 2014 - 9:15, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Lun 8 Sep 2014 - 13:27

Bienvenue Lalie. Je comprends l'ennui et l'agacement relationnels mais aussi cette curiosité insatiable qui pousse à la nécessité ; disons plutôt que mon interprétation personnelle et actuelle de ce que tu écris est que les deux sont indissociables, une sorte de cycle.

Merci pour les extraits, ils donnent envie de lire ce livre et ouvrent d'autres pistes, c'est toujours un besoin et un plaisir d'arpenter de nouvelles pistes.

Pourquoi dis-tu que Le sacrifice interdit te nargue depuis plusieurs années ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Lun 8 Sep 2014 - 16:41

Bonjour Oregon,

Merci pour ta visite et ton intérêt.

J'ai l'impression de trésors à chaque ligne.
En tant  que psychanalyste elle rapproche l'ancien testament des écrits de Freud et c'est assez jouissif pour qui s'intéresse à la psychologie des profondeurs.
Pour ceux qui ne s'y intéressent pas, ce doit être profondément chiatique.
Et ici, y'a pas grand monde pour s'y intéresser.



Dernière édition par Lalie le Mer 17 Sep 2014 - 18:51, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Lun 8 Sep 2014 - 17:39

Oui, les livres me permettent aussi de me remettre en route quand je me sens bloquée ou en panne. Ils me rappellent ce qui est essentiel pour moi, ce pour quoi le repli ne peut être que temporaire, un répit, une phase de récupération, d'intégration.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Lun 8 Sep 2014 - 18:01

Trop récente pour mp mais non. Je suis désolée pour ceux/celles qui pensaient, espéraient, retrouver une absente que je ne suis pas.

Oregon.. j'espère un jour ne plus avoir besoin de ces phases là et pouvoir avancer à mon rythme dans le monde sans que ce monde ne me touche autant ou me blase. Je crois que ce qui m'insupporte le plus actuellement, c'est la solitude dans un troupeau. C'est ce que j'ai ressenti souvent sur zc.
Le zèbre-animal a un fort instinct grégaire, en est-il de même pour le zèbre-douancé?
Tous les z que je fréquente ont ce même rapport à la solitude souvent ambivalent. Tout autant solitaires qu' "amoureux" des rencontres. Amoureux au sens de désireux.




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Lun 8 Sep 2014 - 18:54

.


Dernière édition par Lalie le Mer 17 Sep 2014 - 18:52, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Mar 9 Sep 2014 - 8:56

Pfiu Pfiu

Ça y est me voilà remise de ma p.... de sacrée bonne nouvelle.
J'ai fait des progrès, je reste moins longtemps sous l'emprise (ie tétanisée) d'une même émotion qu'elle soit bonne ou mauvaise.

Bon allez, pour aujourd'hui, ma maxime sera:
"il est urgent de ne rien faire".


Dernière édition par Lalie le Mar 16 Sep 2014 - 9:20, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Mar 9 Sep 2014 - 9:28

Tu aimais bien la Suisse ?
Quelle est cette nouvelle étape ? La France ?

Les déménagements ont cela d'excitants qu'on a l'impression de démarrer une nouvelle vie, on peut la fantasmer un peu avant pour se donner de l'élan.
On emballe un morceau de sa vie, on met dans les cartons le plus important, on essaie de jeter le superflu, l'accumulation de babioles qui n'ont qu'un sens sentimental et non pratique. Ça oblige à faire le tri.

Je suis très nostalgique, jeter, trier m'est très difficile.
S'il n'y avait pas eu quelques déménagements dans ma vie pour m'obliger à ce grand menage, j'aurai encore tous les dessins de mes enfants depuis leur naissance

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Mar 9 Sep 2014 - 13:10

Lalie a écrit:Tous les z que je fréquente ont ce même rapport à la solitude souvent ambivalent. Tout autant solitaires qu' "amoureux" des rencontres. Amoureux au sens de désireux.

Ah oui, c'est difficile de trouver le bon équilibre. La solitude est un besoin, et elle est très mal comprise des entourages, ce qui n'aide pas à avoir un rapport serein avec elle. Désireux des rencontres, la curiosité, l'attente de trouver qui nous comprend, mais ce n'est pas non plus tellement simple, le rapport à l'autre, même semblable, et surtout semblable d'ailleurs, c'est encore plus compliqué je crois. Alors trouver en nous-mêmes dans la solitude ce que nous attendons des autres, et n'avoir qu'à l'offrir dans les rencontres, pour garder la curiosité de l'autre. Le truc le plus difficile qui soit, en réalité. Une sacrée recherche, plus souvent sombre que lumineuse. Faut s'accrocher.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Mar 9 Sep 2014 - 17:18


Oregon:  bounce  bounce  bounce
sans dec, t'as l'air de comprendre ce que je voulais dire... Rien que ça, ça fait du bien. La rencontre et toutes les interactions qui s'y passent plus ou moins consciemment relèvent d'une complexité difficile à saisir.
Parfois c'est évident comme dans le cadre d'un simple transfert où on se rend compte que nous ne sommes que le lieu de projection d'une relation dans laquelle en fait, notre altérité compte peu aux yeux de l'autre. Il ne nous voit pas ou si peu.
Je fuis ce genre de relations mais j'ai mis longtemps pour arriver à les repérer et ne plus me laisser embarquer dans des trucs ouf.
Puis il y a nos attentes qui comme tu dis, attentes, reflets de nos vides, que nous devons apprendre à remplir par nous mêmes pour ne pas charger l'autre d'un poids dont il n'a que faire.


Je rêve de fraîcheur, oui c'est ça, de relations qui sentent le frais.


Dernière édition par Lalie le Mar 16 Sep 2014 - 9:22, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Mar 9 Sep 2014 - 22:05

Nous sommes quelques-uns à connaître les mêmes questions et tourments, c'est pour ça. Il y a aussi tout ce qui n'est ni attente, ni projection, et qui reste très mystérieux.

Aller vers quelqu'un pour me confier, je n'ai jamais su trop faire, un peu appris pourtant, mais c'est fragile pour moi comme mouvement, je ne le fais qu'au bout d'un long tatonnement pour savoir si je peux et jusqu'où je serais entendue. L'écoute est un don rare et précieux sont ceux qui savent le partager.

C'est vrai que les livres peuvent jouer ce rôle. Il y a eu des bouquins ou des phrases qui ont été des mises en lumière au moment où je pouvais enfin voir et regarder, et plus rarement des fulgurances. On n'achète pas tel ou tel livre par hasard, et on ne le lit pas non plus n'importe quand. C'est comme ces phrases que quelqu'un prononce dans une conversation, ou un truc qu'on entend dans la rue, et qui ouvre un espace neuf.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Mer 10 Sep 2014 - 22:30

Le mystère de la rencontre:

Aujourd'hui j'ai rencontré une personne que je ne connaissais pas. J'étais assise à côté d'elle.
Je me suis sentie envahie par une douce confiance, et en sécurité.
C'était comme une sorte de fulgurance, mais pas de ces fulgurances intellectuelles.  
C'était physique. Ce n'est pas la première fois que ça m'arrive. C'est rare.
Tu t'assieds à coté de quelqu'un et sans un mot, tout se dit et se fait...


Dernière édition par Lalie le Mar 16 Sep 2014 - 9:23, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Jeu 11 Sep 2014 - 16:09

Fritz Zorn auteur de "Mars"
Cité dans le sacrifice interdit de Marie Balmary
"Je suis jeune, riche, et cultivé; et je suis malheureusement névrosé et seul. Je descends d'une des meilleures familles de la rive droite du lac de Zurich, qu'on appelle aussi la rive dorée. J'ai eu une éducation bourgeoise et j'ai été sage toute ma vie. Ma famille est passablement dégénérée, c'est sans doute pourquoi j'ai une lourde hérédité et je suis abîmé par mon milieu. Naturellement, j'ai aussi le cancer, ce qui va de soi, si l'on en juge parce que je viens de dire. Cela dit, la question du cancer se présente d'une double manière: d'une part, c'est une maladie de corps, dont il est probable que je mourrai prochainement, mais peut-être aussi puis-je la vaincre et survivre; d'autre part, c'est une maladie de l'âme, dont je ne sais dire qu'une chose: c'est une chance qu'elle se soit enfin déclarée. (p29)

S'il faut [...] que je me rappelle mon enfance, je dirai tout d'abord que j'ai grandi dans le meilleur des mondes possibles. D'après cette remarque le lecteur intelligent comprendra tout de suite que l'affaire devait forcément mal tourner. (p30)

.... le fait que dans ce meilleur des mondes tout n'était jamais que délices, harmonies et bonheur, c'était justement cela le malheur [...]. Ce n'était pas dans un monde malheureux que j'ai grandi, mais dans un monde menteur. Et si la chose est vraiment bien menteuse, le malheur ne se fait attendre longtemps; il arrive alors tout naturellement. (p31).

Le thème le plus important de l'univers de ma jeunesse est sans aucun doute l'harmonie [...]. On ne comprendra jamais assez à quel point la notion d'harmonie était totale. J'ai grandi dans un monde si parfaitement harmonieux que même le plus fieffé harmoniste en frémirait d'horreur. (p32)

Il ne devait y avoir sur tout qu'une opinion, car une divergence d'opinion eut été la fin de tout. Aujourd'hui je comprends bien pourquoi, chez nous, une divergence d'opinion eût été un équivalent d'une petite fin du monde: nous ne pouvions pas nous disputer [...] Je doute d'avoir appris de mes parents le mot "non". (c'est peut-être bien à l'école qu'il est entré un jour dans mon vocabulaire): en effet, on ne l'employait pas chez nous, puisqu'il était superflu (p33)."
Mal aise en lisant ces lignes. Ça me glace!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Ven 12 Sep 2014 - 21:47

"Dire: cette vie est un jardin de roses,
c'est mentir.
Dire: cette vie est un champ de ruines,
c'est mentir.
Dire: je sais les horreurs de cette vie
et je ne me lasserai jamais d'en débusquer les merveilles,
c'est faire son travail d'homme
et vous le savez bien:
ce genre de travail n'est jamais fini."

Ch Bobin.


Dernière édition par Lalie le Dim 14 Sep 2014 - 22:40, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Ven 12 Sep 2014 - 21:50

Quant à la notion de QI fixe dans le temps, ceux qui y croient ont dû vivre dans une barque sur un long fleuve tranquille. Il n'est pas le premier que je croise dont le potentiel cognitif s'est effondré sous les coups de l'absurdité de leur environnement, sous les coups de la violence relationnelle, sous les coups de l'incohérence humaine.

Demain je serai un autre comme aujourd'hui je ne suis plus celui que j'étais hier.
Qui suis-je.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Ven 12 Sep 2014 - 21:54

Là où tu sembles être, je ne suis pas...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Ven 12 Sep 2014 - 23:13

Logique et tant mieux !!!
Ho, une phrasesansverbe...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Sam 13 Sep 2014 - 11:19

Bé en fait, j'avais débranché les quelques neurones que je réserve à zc... et j'avais pas capté ce que tu disais...
T'as vu l'art de dire keceketudi sans le dire. Cro fort! Je m'épate moi même.

Je cherche depuis hier les paroles d'une chanson dont l'air me tourne dans la tête...
Ça commence "tous les enfants de France...." lalalallère...
Je reviens...

Ca y est c'est reviendu:
Ah oui, ça y est, je sais pourquoi j'ai oublié ces paroles. Elles avaient été censurées sans avertissement par la modération. Donc je ne vais pas les remettre.

Anecdote:

Un jour au boulot, alors que nous étions en réunion de service, un de mes collègues, d'origine Allemande, explose en disant "Y'en a marre de ce truc chez les français, il faut toujours qu'ils s'en réfèrent à un chef ou un leader.". C'était assez mal à propos car justement le chef de ce service-là n'était jamais en position hiérarchique et qu'il se contentait de faire du lien entre ses collègues éparpillés un peu partout dans l'entreprise. Comme en plus à l'époque j'avais une fibre patriotique un peu sensible et que j'appréciais notre chef de service pour la qualité de son management, un obus m'a échappé: "en matière de leader, je crois que l'Allemagne n'a pas de leçon à donner à la France". Un vent de glace a soufflé la salle...
Mon allusion était franchement dégueulasse et je m'en veux encore mais c'est pas ma faute, je suis hypersensible, je suis hqi.
Cependant cette scène continue de me parler même plus de 20 ans après, car il y avait une vérité importante à entendre dans ce que disait mon collègue.


Dernière édition par Lalie le Mar 16 Sep 2014 - 9:05, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Sam 13 Sep 2014 - 18:27

.


Dernière édition par Lalie le Mar 16 Sep 2014 - 9:06, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Invité le Sam 13 Sep 2014 - 18:51

je devrais aller bosser en allemagne tu crois ? Sinon je cherchais le fil de numéro6. Je sais pas où il est passé. Ah, le voilà.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Echo Lalie

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:34


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum