Influence du milieu familial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Influence du milieu familial

Message par Gateone le Lun 6 Déc 2010 - 6:00

Je me suis toujours demandé si l'influence du milieu familial pouvait jouer un rôle dans l'apparition du surdouement chez un enfant. Ou sur sa capacité à s'épanouir avec ce surdouement.
Tout le monde a l'air de considérer qu'il s'agirait d'un héritage génétique.
Pourtant, d'un point de vu plus "cognitiviste" on pourrait également envisager que certains environnements soient plus favorables à une créativité débridée.

D'un point de vue psychanalytique j'ai aussi l'impression que des rapprochements peuvent être faits entre certains traits de caractère propres aux surdoués tels que l'empathie, l'hypersensibilité, la recherche de sens, certains désordres affectifs, le rapport à la justice.. et une image paternelle, figure d'autorités, faiblement présente.

En fait, de manière plus générale, je me demandais si il serait possible d'identifier des grandes lignes communes entre nos vécus au sein de nos familles.

J'ai quelques amis que je soupçonne d'être zèbres et qui n'ont pourtant jamais ressenti aucun sentiment de décalage. Serait-ce dû à un environnement familiale plus sécurisant?

Je serais curieux de connaître votre avis sur ce point..

Gateone
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Invité le Lun 6 Déc 2010 - 8:13

Je pense que dans ton message, il y a plusieurs choses très différentes.

Tu abordes à la fois la question de l'existence de la douance : est-ce qu'un contexte donné joue un rôle dans son existence ou pas, et celle de la façon dont on la vit en parlant d'amis qui n'ont pas de "sentiment de décalage". L'existence, l'épanouissement, le fait de bien le vivre, ce n'est pas la même chose.
Je n'ai pas le temps de développer, je reviendrai...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par prjevalski le Lun 6 Déc 2010 - 11:34

Je pense qu'il est difficile de nous trouver suffisamment de points communs éducatifs pour en déduire des liens automatiques de cause à effet.

Et ce d'autant que la notion de douance est très discutée, au points qu'elle ne soit à ma connaissance pas reconnue par l'académie (et je ne suis pas certain à titre personnel que la psychanalyse puisse se prévaloir d'une approche scientifique, ou au moins rigoureuse et statistique ; s'agissant de ressentis)

Je n'ai pas l'impression du tout d'avoir eut le même vécu de mon enfance que les membres du forum que je connais un peu : J'ai plutôt le sentiment d'avoir eu une mère aimante et un père correspondant bien à l'image que les années 70 se faisait d'un bon père (pas hyper présent par obligation professionnelle, mais cadrant).

Avec un oeil critique je dirais que ma mère était (et est encore) trop présente et trop impliquée dans sa relation à sa progéniture (enfants et petits-enfants) et probablement hyper-anxieuse / hyper-sensible, quand à mon père, il a à se battre contre les même démons que moi (une mauvaise gestion de la colère).

En ce qui me concerne je progresse dans la gestion de ma colère et même aux pires périodes elle ne se matérialise pratiquement que par des paroles aggressives (et parfois des attaques furieuses d'objets inanimés), en revanche j'ai le mauvais souvenir de quelques raclées disproportionnées et hors-contexte.


prjevalski
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 245
Date d'inscription : 02/07/2010
Age : 45
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Gateone le Lun 6 Déc 2010 - 17:38

Merci pour vos réponses!

C'est vrai que ma question n'était pas très clairement formulée. Je vais essayer de la recadrer par rapport à mon expérience.

Je suis convaincu, par exemple, que mon échec scolaire a dès le début (fin de maternelle) été lié à un entêtement à refuser de me soumettre à un système qui ne m'était, certes, pas adapté mais qu'en plus je n'avais pas choisi. Il y avait une sorte de sous-entendu contractualiste derrière ça. Ma réflexion était d'une certaine manière: je n'ai jamais choisi de naître dans une société qui m'impose de subir un système scolaire qui me rend malheureux, je ne vois donc pas pourquoi je serais tenu de m'y soumettre jusqu'à mes 16 ans et de faire le moindre effort pour m'y épanouir. Ma réaction aurait alors été une sorte de résistance intellectuelle passive.

Je peux citer d'autres exemples comme une extrême sensibilité à l'injustice ou aux incohérence morales qui pouvaient/peuvent cristalliser ma pensée des nuits entières jusqu'à m'en faire des noeuds au cerveau.
D'un côté plus comportemental: la timidité, l'hyperémotivité, le rapport à l'autorité..

Dans le développement de l'enfant, et là je croie pouvoir affirmer que c'est admis, le père joue une fonction socialisante très importante. C'est lui qui encourage l'enfant à s'imposer en dehors du contexte familiale. C'est lui qui fixe les interdits. Il rassure en donnant un model à qui s'identifier.

J'aurais envie de rajouter qu'il rassure en fixant les limites de ce que l'on peut se permettre de chercher comme sens à l’existence. D'une certaine manière il fait accepter l'absurde, l'injustice, par l'autorité que l'enfant n'a pas d'autre choix que d'accepter dans une stratégie de survie matérielle au tout début de sa vie.

Contrairement à toi obi-wan, je suis bien certain de ne jamais m'être pris la moindre raclée de la part de mon père. Je croie même que la faiblesse de son caractère a très souvent amené à un renversement des rapports père/fils.
Par contre je te rejoint totalement sur la mère anxieuse, très possesive, limite castratrice, qui aurait bien aimé garder un petit garçon dévirilisé qui lui renverrait une affection inconditionnelle.

Je n'ai rencontré que très peu de zèbres, mais j'ai bien l'impression que les quelques cas croisés avaient tous ce profil mère très présente.

C'est ce genre de grandes lignes que j'essaie d'identifier.

Smile

Gateone
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Gateone le Lun 6 Déc 2010 - 18:00

Je pourrai rajouter, pour en revenir à l'autre point que j'abordais dans ma première question, qu'il est vain de chercher un sens à la vie, d'imaginer qu'une justice universelle pourrait éxister, qu'il faudrait avoir compris les codes de fonctionnement sociaux dans leurs moindres détails pour s'y sentir bien adapté, de se laisser envahir par sa sensibilité...

Tous ces traits de caractère sont propres au groupe d'individus que l'on qualifie aujourd'hui de surdoués, zèbres sur ce forum.

Mon hypothèse est que ces comportements pourrait correspondre à une sorte de dispersion sans fin des moyens de notre intelligence. Celle ci serait permise, voir imposée comme une stratégie de survie, par l'absence de réalisation dans notre psychique d'une sorte de soumission originelle à l'absurde incarné par l'autorité paternelle. Ce processus étant lui même parfaitement inconscient puisque réalisé dans les premiers temps de la vie, à un age où l'on est bien incapable de s'en souvenir.

Ca expliquerait pourquoi tan de personnes extrêmement intelligentes mais ayant bénéficié d'une structure familiale plus traditionnelle n'auraient pas développé notre "symptomatologie" Question

Gateone
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Invité le Lun 6 Déc 2010 - 19:40

Si je comprends bien, ton hypothèse est que le jeune enfant surdoué est naturellement conduit à rejeter l'autorité du père - trop arbitraire, "absurde" - et que si celui-ci n'est pas assez présent pour "résister" et assurer quand même son rôle de cadre, cela donne un zèbre qui "part dans tous les sens", et développe de manière particulièrement marquée les traits tels que refus aigu de l'injustice, sensibilité, empathie etc ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Gateone le Lun 6 Déc 2010 - 20:04

Oui, c'est exactement ça.

A ceci près que je ne suis pas sûr qu'il soit naturellement porté à rejeter l'autorité du père. Je pense au contraire qu'un enfant a plutôt spontanément tendance a l'intégrer.

Parmi les circonstances où cette image paternelle peut faire défaut on peut en envisager plusieurs:

-une séparation des parents, mais dans ce cas l'image paternelle existe encore dans l'esprit de l'enfant et dans les faits

-un décès du père, mais là l'enfant aurait tendance à idéaliser son père disparu au travers des récits que ces proches pourraient en faire. Il peut également transférer ce rôle vacant sur n'importe quelle autre figure d'autorité, homme ou institution

-une situation un peu plus originale dans laquelle la mère, la société, une analyse personnelle, une pathologie psychologique du père.. renverrait à l'enfant l'image d'un père qui n'en est pas un, une figure à laquelle il ne faut surtout pas s'identifier, a fortiori encore moins se soumettre..

Dans cette dernière circonstance il est alors impossible de substituer un nouveau père puisque le géniteur est toujours à sa place.

Je sais, ça va chercher un peu loin tout ça.

Néanmoins je pause cette question à la cantonade:
Quels sont vos rapports avec vos parents?

Gateone
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 9
Date d'inscription : 04/12/2010
Age : 32

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Ringodes&les40bisous le Lun 6 Déc 2010 - 20:17

J'ai moi-même un père absent. Mais je ne me sens pas concernée quant à la notion de "zèbre qui part dans tous les sens".
Ta théorie me semble un peu saugrenu. Quoique ça parait logique de vouloir remettre en question une autorité illogique (autorité traditionnellement représenté par le père)
Mais si le père est absent, c'est donc la mère qui représente l'autorité, donc on devrait généraliser le refus de l'autorité aux deux figures parentales.
Je sais pas en fait. Je sens ma réponse inutile mais j'ai quand même envie de répondre. Embarassed

Ringodes&les40bisous
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 519
Date d'inscription : 10/07/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par prjevalski le Mar 7 Déc 2010 - 11:38

Mes rapports avec mes parents sont assez bons, même si j'ai du mal à "couper le cordon" et que leur attitude culpabilisante ne m'aide pas à faire le travail que je fais sur moi en ce moment.

J'espère que tu ne prendras pas ma remarque comme une remise en cause personnelle, mais je pense que la bonne question n'est pas "pourquoi ?", mais "qu'est-ce qu'on fait maintenant ?".

Il y a probablement de multiple explications (psychodynamiques, comportementaliste, neurologiques...), mais il est à mon avis impossible d'en isoler une comme facteur principale, et illusoire de la chercher ici (nous avons un point commun mais sommes tous différents).

prjevalski
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 245
Date d'inscription : 02/07/2010
Age : 45
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Chat Mallow d'Oran le Dim 12 Déc 2010 - 10:12

Bonjour,
Je me permets de répondre ici.
Alors pour moi, le modèle familiale aura une influence sur le gestion de la "zebritude". Comme il aura une influence sur n'importe qui, d'ailleurs.

Seulement, tomber dans une famille ou une autre, relève complètement du hasard, ce que le zèbre prendra comme une injustice (étant petit) alors qu'il serait normal, étant conçu par ses parents, de se reconnaitre en eux. Pour le "zèbre", qui saura intuitivement qu'il est un peu différent de la masse, pourra penser, que si sa famille est défaillante, elle n'est pas adaptée.
Ce qui peut amener à un rejet de sa famille. Et ceci peut avoir plusieurs conséquences :
Ne se sentant pas sécurisé par son environnement social le plus proche, il ne peut pas se sentir sécurisé dans la société.
Cela peut entrainer une solitude à l'intérieur même du cocon familial, c'est là même que certaines capacités sous-jacentes peuvent se développer : tout seul on réfléchi plus, on s'occupe d'une façon différente des autres peut être (lire, écrire, dessiner, écouter de la musique, etc).

Par contre, mon frère a eu le même modèle que moi. Seulement, lui ne montre pas les signes que je peux montrer moi. Il a l'air tout à fait "normal" même s'il est un peu colérique, faut l'avouer.
Et moi même je soupçonne une personne de mon entourage d'être "zébré" mais lui a une famille carrément opposée à la mienne. Il est relativement perturbé, mais sa famille étant sécurisante, il est très sociable et très apprécié.

Je pense simplement que le zèbre est déjà dans l'exacerbation. Et si l'environnement familial n'est pas dans la "norme", elle accentuera certaines caractéristiques.


Chat Mallow d'Oran
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 118
Date d'inscription : 09/03/2010
Age : 32
Localisation : East coast

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par geass le Ven 31 Déc 2010 - 10:09

Bonjour ,
en ce qui me concerne j'ai eu un père sans autorité fiable en mon sens et une mère extrêmement possessive et angoisser ,qui m'interdisait pratiquement le contact avec le monde extérieur ,si je n'était pas en sa présence , je suis parti a 16 ans pour essayer en quelque sorte de couper le cordon mais elle a réussi a me reprendre sous sa coupe en me faisant culpabiliser , je n'arrive pas en m'en détacher je suis devenue agoraphobe lorsque j'avais 18 ans .

geass
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 22
Date d'inscription : 30/10/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Clepsydre le Ven 31 Déc 2010 - 11:25

Pour ma part, j'ai eu des parents assez compréhensifs dans mon enfance. Mon père est quelqu'un d'intelligent, et de très cultivé (je l'ai toujours soupçonné d'avoir une part de zèbre en lui). Il pouvait donc répondre à la plupart de mes questions et savait comment me captiver.
Alors qu'ils étaient fiers de moi dans mon enfance, ils paraissent plutôt exaspérés maintenant. Mais j'ai quand même eu de quoi assouvir ma soif de connaissances, et étant détectée très tôt, mes professeurs étaient au courant. De plus, j'avais un suivi psychologique.
J'ai donc eu un milieu assez favorable à mon épanouissement.

J'ai rencontré un jeune homme d'une vingtaine d'années, et j'ai été surprise d'apprendre par sa mère qu'il était comme moi.
Pourtant, au premier abord, il parait pourtant tout le contraire. Il a arrêté l'école très tôt, il a fait plusieurs années de prison pour vol et agressions (alors que nous sommes en général respectueux des autres, non ?). Il passe ses journées à jouer au poker, à fumer, à se droguer, à sortir en boite le soir et rentrer saoul chez sa mère.

Nos différences de caractère m'ont conduite à penser que le milieu de vie a une grande influence sur notre culture générale, notre intelligence, notre façon de penser. Mais pas sur notre "zébrétitude". En effet, ce jeune homme a été élevé dans des conditions qui auraient un effet dévastateur sur quelqu'un de normal. (D'ailleurs, son petit frère est d'une stupidité déconcertante). Pourtant il est aussi zèbre que nous.

Clepsydre
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 78
Date d'inscription : 31/12/2010
Age : 22
Localisation : Grenoble

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Chat Mallow d'Oran le Ven 31 Déc 2010 - 12:21

Clepsydre a écrit:
J'ai rencontré un jeune homme d'une vingtaine d'années, et j'ai été surprise d'apprendre par sa mère qu'il était comme moi.
Pourtant, au premier abord, il parait pourtant tout le contraire. Il a arrêté l'école très tôt, il a fait plusieurs années de prison pour vol et agressions (alors que nous sommes en général respectueux des autres, non ?). Il passe ses journées à jouer au poker, à fumer, à se droguer, à sortir en boite le soir et rentrer saoul chez sa mère.

On réagi tous très différemment, je ne pense pas qu'il y'ai un "zèbre type". Le type dont tu parle ne faisait pas preuve d'un manque d'intelligence, mais il n'a pas été structuré, il est sûrement mal dans sa peau, déprimé, dépressif, je sais pas. Le fait de faire des conneries (dans son cas des grosses !) c'est peut être aussi pour s'affirmer, ou parce qu'il n'avait pas conscience de ses capacités.

J'ai eue ma grosse période rebelle (moins quand même, un peu de casse, un peu de vol à l'étalage), j'ai été en échec scolaire, j'ai eue ma période drogues et alcool... (et je m'en suis sortie toute seule Wink)
Je ne rentre pas dans les détails, je ne suis pas sûre d'être zèbre (pas de test), mais même si tel est le cas, cela ne peut protéger de la perdition.

Chat Mallow d'Oran
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 118
Date d'inscription : 09/03/2010
Age : 32
Localisation : East coast

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Invité le Ven 31 Déc 2010 - 12:23

Merci pour ton témoignage, Clepsydre.

Curieusement, ça a l'air d'être un sujet tabou dans les milieux qui s'occupent du sujet. Comme s'il était inadmissible pour leurs pairs que des surdoués puissent "mal tourner".


Dernière édition par Equinoxe le Mar 18 Jan 2011 - 8:25, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par CatsM le Ven 31 Déc 2010 - 12:53

geass a écrit:Bonjour ,
en ce qui me concerne j'ai eu un père sans autorité fiable en mon sens et une mère extrêmement possessive et angoisser ,qui m'interdisait pratiquement le contact avec le monde extérieur ,si je n'était pas en sa présence , je suis parti a 16 ans pour essayer en quelque sorte de couper le cordon mais elle a réussi a me reprendre sous sa coupe en me faisant culpabiliser , je n'arrive pas en m'en détacher je suis devenue agoraphobe lorsque j'avais 18 ans .
Mince! Sad
Mais tu sembles bien conscient(e) du problème, ce qui je pense est déjà un premier pas vers...ce que tu voudras/ auras choisi d'être. Je pense que tu pourrais être intéressé(e) par la théorie de la désintégration positive de Dabrowski, qui est une théorie du développement de la personne. J'ai le sentiment que cela pourrait alimenter ta réflexion et peut-être t'aider, comme cela m'a aidé.

Voici un résumé en français: La notion d'hyperstimulabilité
Un lien un peu plus informatif:Kazimierz Dabrowski
Et tout ce qu'il faut savoir sur cette théorie, avec un site dédié, mais en anglais: The theory of positive disintegration by Kazimierz Dabrowsky

CatsM
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 120
Date d'inscription : 27/12/2010
Age : 41
Localisation : Rhône-Alpes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Invité le Jeu 6 Jan 2011 - 12:16

je serais assez d'accord avec le raisonnement de Dabrowski :

"Dabrowski postule que la personnalité s'élabore au cours de cinq niveaux de développement influencés par trois facteurs distincts :
* facteurs héréditaires,
* facteurs environnementaux
* et facteurs motivationnels dépendant de la volonté de l'individu "


a ceci près que je trouve que l'on peut re-intégrer le troisième item , volonté de l'individu , dans les deux autres , en effet , cette volonté me semble le résultat de l'interaction entre les facteurs héréditaires et les facteurs environnementaux ...

bref , je pense qu'en admettant le "zèbre" est une famille regroupant des personnes aux caractéristiques communes ( a commencer par une intelligence différente ) ce qu'il devient et la façon dont il exprime ses potentialités innées est largement influencé par son histoire , les gens qu'il rencontre et les situations plus ou moins traumatisantes ou , au contraire , stimulantes , auxquelles il est confronté .

comme une plante qui va se développer avec plus ou moins d'ampleur et d'harmonie selon l'endroit où la graine a germé , selon les conditions climatiques , selon les éventuels "jardiniers" qui passent par là et qui peuvent , soit , la transformer en bonsai - ou en massif sculpté -( il y a des moments de l'existence où une personne est particulièrement vulnérable et où elle ne peut pas fuir les sécateurs ou les fils de contention....) soit lui apporter soutien et protection avec tout l'amour d'un jardinier qui respecte les plantes et a vraiment envie qu'elles poussent à leur façon et pour leur épanouissement "propre" ( un jardinier dont l'épanouissement personnel est nourri par celui de ses plantes )

en écrivant ça je me demande si les comportements d'auto destruction que sont l'alcool , la drogue , mais aussi la dépression ... ne sont pas , justement , une façon de fuir les sécateurs et les fils de contention ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Chat Mallow d'Oran le Jeu 6 Jan 2011 - 12:30

Aujourd'hui, on est quand même très conscient de ce que font les drogues, alcool sur la santé...
Je risque de dire quelque chose de dur, mais pour moi c'est du suicide passif.
C'est aussi à court terme du suicide intellectuel, ça ralenti vachement...

Chat Mallow d'Oran
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 118
Date d'inscription : 09/03/2010
Age : 32
Localisation : East coast

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Zacha le Jeu 6 Jan 2011 - 23:47

zehi a écrit:
en écrivant ça je me demande si les comportements d'auto destruction que sont l'alcool , la drogue , mais aussi la dépression ... ne sont pas , justement , une façon de fuir les sécateurs et les fils de contention ?

C'est une question que je me pose depuis longtemps sans en trouver de réponse...

chamallow a écrit:Aujourd'hui, on est quand même très conscient de ce que font les drogues, alcool sur la santé...
Je risque de dire quelque chose de dur, mais pour moi c'est du suicide passif.
C'est aussi à court terme du suicide intellectuel, ça ralenti vachement...

C'est pas parce qu'on sait que la pluie peut tomber que l'on prend un parapluie...

Zacha
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 562
Date d'inscription : 06/10/2009
Age : 30
Localisation : Derrière toi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Super PY est rive le Ven 7 Jan 2011 - 1:37

De toute façon, vivre c'est se suicider à petit feu donc bon...

Super PY est rive
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4427
Date d'inscription : 09/10/2009
Age : 31
Localisation : environ par la

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Invité le Ven 7 Jan 2011 - 8:07


Zacha a écrit : "zehi a écrit : en écrivant ça je me demande si les comportements d'auto destruction que sont l'alcool , la drogue , mais aussi la dépression ... ne sont pas , justement , une façon de fuir les sécateurs et les fils de contention ?"
C'est une question que je me pose depuis longtemps sans en trouver de réponse...

en fait , je sais que pour moi , la réponse est oui .
en position de faiblesse , face à quelqu'un qui a un pouvoir et en particulier celui de te détruire ou t'abîmer à ce moment là , il y a deux solutions , le combat , ou la fuite , ça , c'est pas nouveau ...et parfois le combat est inégal ( un juif raflé pendant la guerre de 39-45 , face a des nazis armés et sans états d'âme , quel "chance "avait-il de s'en sortir vainqueur s'il tentait de résister ? aucune ) alors dans certaines situations de la vie , et notamment quand la conscience des "forces" en présence est (encore) absente , la fuite simple , physique ( rupture avec les personnes ou les situations destructrices ) étant impossible , il reste la fuite "psychologique" .
c'est décrit d'ailleurs désormais , et respecté comme tel , chez les femmes victimes de viol . a un moment , elles sont "absentes" , je crois ...et elles ne luttent pas (instinct de survie) , phase qui est interprétée par le violeur comme ..un consentement . qui a valu a certaines de se voir effectivement refuser le statut de femme violée , parce qu'il n'y avait pas de ....traces de lutte .
et je fais le lien avec ce que je lis en ce moment , sur ce que vit un nourrisson à sa naissance , exposé à l'immense puissance des adultes qui " l'accueillent " ,et je me souviens de ce que m'avait dit mon ami Jacques , suicidé depuis : "il existe des sages femmes qui sont des monstres " .
je mets ici le doigt sur les véritables motivations(inconscientes) de ceux et celles qui choisissent un métier où l'on voit souffrir l'autre ....

je m'arrête là ,je pars quelques jours là où je n'aurai pas internet , mais ça fait du bien de comprendre .

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Chat Mallow d'Oran le Ven 7 Jan 2011 - 8:59

Si je dis ça c'est aussi par rapport à ce que j'ai ressenti, je simplifie peut être, mais aussi il n'y a pas que les zèbres qui se mettent à boire, se droguer etc. Au début ça peut être un jeu social, mais on reste quand même conscient du mal que ça fait, de la dépendance que ça peut entrainer.
Se punir ?
Et que ce soit pour fuir, oui bien sûr, puisque ça anesthésie et modifie la réalité... Mais fuir qui ? Les autres ? Quand on se "défonce" en présence d'autres personnes en utilisant des produits qui tendent à "sociabiliser" ça ne peut pas être pour les fuir, mais se rapprocher d'eux... Virtuellement, il y'a interactions.
Quand on est tout seul, c'est une autre histoire...

Chat Mallow d'Oran
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 118
Date d'inscription : 09/03/2010
Age : 32
Localisation : East coast

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Super PY est rive le Ven 7 Jan 2011 - 9:23

Ou une manière de vivre, d'exprimer une douleur qui est présente. Une auto-médication contre une douleur avec d'autres effets. Chacun a sa ou ses manières de le gérer, de faire avec.

Super PY est rive
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4427
Date d'inscription : 09/10/2009
Age : 31
Localisation : environ par la

Revenir en haut Aller en bas

Re: Influence du milieu familial

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 3:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum