La solitude

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Vous arrive t'il de vous sentir seul ?

La solitude - Page 2 Vote_lcap2%La solitude - Page 2 Vote_rcap 2% 
[ 10 ]
La solitude - Page 2 Vote_lcap11%La solitude - Page 2 Vote_rcap 11% 
[ 58 ]
La solitude - Page 2 Vote_lcap13%La solitude - Page 2 Vote_rcap 13% 
[ 70 ]
La solitude - Page 2 Vote_lcap13%La solitude - Page 2 Vote_rcap 13% 
[ 65 ]
La solitude - Page 2 Vote_lcap14%La solitude - Page 2 Vote_rcap 14% 
[ 74 ]
La solitude - Page 2 Vote_lcap31%La solitude - Page 2 Vote_rcap 31% 
[ 163 ]
La solitude - Page 2 Vote_lcap15%La solitude - Page 2 Vote_rcap 15% 
[ 79 ]
 
Total des votes : 519

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Lune orangée le Mer 14 Jan 2015 - 21:39

tu sais moi j'y vois pas clair, je me suis jetée à l'eau pour écrire mes posts et en écrivant je me suis rendue compte de certaines choses, jte jure essaye UP !
et on ne te jugera pas

Lune orangée

Messages : 13
Date d'inscription : 02/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Invité le Mer 14 Jan 2015 - 23:01

Oui j’ai déjà été en couple ^^

Mais pas depuis que je souffre de phobie (cela doit faire 3-4 ans que je développe des troubles de la personnalité).

Lune orangée a écrit:  ce qui me pose question (et disons-le me fout les b..), c'est qu'avec certains il arrive à anticiper (enfin qd je dis anticiper, il émet une forte probabilité de pouvoir venir, l'autre et lui-même sachant que rien n'est totalement sûr, en fonction de son état du moment), mais avec moi il n'arrive même pas à faire ça (ou ne veut pas ?)...
or si je me réfère à ma façon de faire, j'ai aussi bcp de mal à anticiper, mais pr certaines choses ou personnes qui me sont prioritaires, je vais y parvenir, même si ça me coûte. du coup je me dis que c'est une question de priorités, et qu'apparemment je ne le suis pas pour lui.  

Je ne réfléchis pas vraiment en termes de priorités : j'aurais plutôt tendance à distinguer ce qui est absolument vital de ce qui ne l’est pas.

Ce qui est vital, en premier lieu, c’est de ne pas perdre mon emploi.
Je fais des crises d’angoisse sur mon lieu de travail (le week-end, je travaille en entreprise), mais je fais l’effort de ne jamais me défiler, car je sais que ce qui me guette, si je laisse mon côté asocial prendre le dessus, c’est la clochardisation.

Ce qui est vital, encore : m’occuper de moi, c'est-à-dire réussir à m’approvisionner, réussir à prendre des rendez-vous chez le médecin.

Il y a aussi les réunions auxquelles on ne peut pas échapper. Dans mon cas c’est le Noël en famille : si je le rate, j’en entendrai parler pendant 10 ans. Ce peut être aussi le pot de fin d’année au boulot : il faut y aller. Sinon, t’es mort.

Mais tout ça, ça demande d’immenses efforts.

Tu te demandes si tu es une priorité pour ton copain. Si mon (hypothétique) petite amie me posait la question, je lui répondrai « Il y a les rendez vous et les sorties auxquels je ne peux échapper. Ils m’épuisent. Avec toi, j’aimerais que ce soit différent ». Le problème, c'est qu'il n'y a aucune raison pour que ce soit différent. Tu as des exigences (celle par exemple de ne pas être prise pour une conne), et ces exigences sont... j'allais dire "légitimes", en fait non, rien n'est légitime, mais... elles sont là. Point.

Lune orangée a écrit:et si ton envie est d'être seul ce soir de 31 et que ton amie veut te voir, ferais-tu un effort pour elle parce que c'est le 31, ou pas ?

C’est très certainement une question de compromis… OK pour l’anniversaire de ta sœur ou de ton frère, OK pour le restau avec les collègues de travail, mais « niet » pour le 31… Enfin, la classique question de l’équilibre au sein du couple, quoi ^^

Lune orangée a écrit: alors qu'à priori c'est plutôt des moments qu'on a (que j'ai) envie de partager en couple
Pour ton copain, je ne sais pas, mais pour moi, ces « moments » que tu évoques ne veulent pas dire grand-chose.

Disons cela autrement.

Par exemple, tu ne trouveras sur ce site pas grand monde pour défendre la Saint-Valentin. Fête commerciale, et bla bla bla. Et si, pour ton ami, fêter un anniversaire, fêter un réveillon était aussi vide de sens que de fêter la Saint-Valentin ?

C’est là que les choses amusantes arrivent. On pourra facilement se mettre tous d’accord pour dire que dans le fond, fêter la Saint Sylvestre, c’est un peu artificiel. Mais à ce compte-là, si rien n’a vraiment d’importance, autant se tirer une balle tout de suite. Aussi je crois qu’il est important de savoir de temps en temps sacrifier aux us et coutumes. Je suis partagé entre une certaine fraternité à l’égard de ton ami (je me dis que dans le fond, ce n’est peut-être pas ta compagnie qui l’ennuie le soir de la Saint Sylvestre, c’est peut-être une simple réticence à l'endroit de ces fêtes artificielles), et une certaine rancœur, car je pense qu’il est du devoir des personnes asociales de ne pas imposer leurs inhibitions à leur entourage. La distance, c’est bien, mais le savoir-vivre, ça peut aussi être pas mal.

Enfin, je te raconte tout ça, ça vaut ce que ça vaut, hein.
Comme je te disais, je ne vis pas en couple (j’estime ne pas être présentable devant une fille… ce qui ne m’empêche pas de faire des efforts pour l’être un jour un peu plus : présentable)

Lune orangée a écrit: comment sortirais-tu ce conflit ?

Aucune idée !  Wink
(ceci dit tu as l’air d’en avoir bien marre…)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Lune orangée le Mer 14 Jan 2015 - 23:31

oui j'en ai marre mais pas au point de baisser les bras,
merci de me rappeler que ce qui a du sens pour moi n'en a pas forcément pour lui ... notamment concernant les priorités, et les moments en couple ...
ceci dit pour les moments que j'ai envie de partager avec lui, ce ne sont pas ces dates "à la mode", mais tt simplement les moments de disponibilité par rapport au travail (we, vacances ..). et pour le 31 je ne voulais même pas parler d'un "réveillon" avec du monde et du bruit, juste une soirée à deux ...
en tt cas merci pour ton éclairage et ton soutien, sauf que qd même t'aurais pu me donner une idée à la fin Wink.

quand à toi, je ne sais pas ce qui te fait dire que tu n'es pas présentable devant une fille, mais ne laisse pas ces pbs te faire perdre confiance en toi. même si ça ne doit pas être évident, surtout si ces troubles te sont arrivés tard. ou peut-être étaient-ils sous-jacents et un événement perturbant ou traumatisant les a fait s'exprimer. mais pardon qui suis-je pour te dire ça sans se connaître.. c'est juste une piste, si ça peut t'aider dans tes réflexions.
bonne soirée

Lune orangée

Messages : 13
Date d'inscription : 02/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Invité le Mer 14 Jan 2015 - 23:37

Merci !

Bisous

(oui ce sont des événements perturbants qui m'ont fait ressortir ces troubles... en dehors de ça, je pense être à peu près normal ^^)

Bise et bonne soirée !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Lune orangée le Mer 14 Jan 2015 - 23:44

de rien, Smile
savoir d'où ça vient c'est déjà un bon début pour leur faire la peau à ces phobies,
bonne soirée

Lune orangée

Messages : 13
Date d'inscription : 02/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Solitude : à tous-toutes et Thesame

Message par Ventvert le Mar 10 Fév 2015 - 20:41

Bonjour à tous et toutes,

je suis toute fraîchement nouvelle et découvre !

La solitude est un espace que je protège sans concessions, particulièrement à l'égard de jugements de surface qui foisonnent impunément tout autour dans cette réalité humaine....où amalgames, confusions et préjugés sans profonds ressentis et compréhensions foisonnent tout autant. Solitude et isolement sont des termes tenus comme péjoratifs, par beaucoup de gens rencontrés temporairement sur mon petit bonhomme de vie, et mon approche est de tout simplement (et avec le plus de calme et de sincérité qu'il soit) dire que cela est très subjectif, que pour ma part j'aime être seule voire être isolée, si ce n'est que cela est fondamental pour ma vie et survie. Qu'ils le comprennent ou pas, qu'importe, ils n'ont d'autres choix que de l'accepter. En ayant ces capacités de ressentir avec autant d'électricité et de lucidité, sans pour autant tenir la vérité, eh bien la sociabilité doit obligatoirement s'accompagner de SOLITUDE. A chacun de l'accepter, de vivre en harmonie avec, avec ses hauts et ses bas, d'où les différentes approches que l'on peut en avoir...plus ou moins négative, plus ou moins positive....jusqu'à ce qu'on ne puisse plus vivre sans elle (surtout en vieillissant.....). Tous ces gens qui sont agglutinés les uns aux autres et vous targuent de ne pas en faire autant, sont infiniment seuls mais ne le perçoivent pas comme ça (ils préfèrent passer leur temps à prétendre à la vie sociale, à avoir peur d'eux-mêmes, et à se critiquer à ne plus finir par derrière en se croyant presque parfait, et ça non !!!!!!!!!!!! Mais si ils pensent être heureux comme ça, tant mieux). Et il n'y aucune honte à avoir d'aimer être seule, car on est jamais vraiment seule de toute façon. On est relié à tout, il n'y a pas que les humains sur la Terre....donc quand on parle de solitude, c'est d'une solitude humaine me semble-t-il. Les humains sont des animaux grégaires, qui vivent en groupes, donc qui s'identifient facilement (trop facilement) à l'autrui collectif. Un peu comme les loups et pas comme les ours. Le tout est de trouver cette "place de côté un peu élastique, flottante". Etre une grégaire éphémère plus ou moins dans le bonheur de la solitude (qu'il faut à mon humble avis tôt ou tard atteindre dans sa vie particulièrement pour les zèbres) est un fait. Peut rien faire contre et ma Nature ce que je l'AIME, cet espace calme

Vos témoignages sont tous aussi intéressants que touchants les uns que les autres. Je suis fascinée par les gens qui arrivent à vivre en couple pour exemple, donc les derniers posts entre ddistance et lune orangée sont très enrichissants (entre eux surtout). Comment vivre dans un même espace quotidiennement dans une certaine forme de linéarité temporelle et spatiale ? Comprends pas......linéarité un est un peu fort, j'aurai pu dire étouffement mais c'est vraiment trop fort et subjectif. Dans tous les cas, il y a ce besoin occasionnel d'éloignement chez vous hein ? D'une forme de complexe simplicité apaisante. Me trompe-je ? Pour ceux qui trouvent l'amour, comment faites vous pour les compromis et tout ?

Enfin dans la solitude reliée en permanence à quelque chose de plus interne et plus immense à la fois (un peu comme le microscopique et le planétaire), il y a cette légèreté exempte de toute lourdeur humaine compliquée voire plus. Thesame, en particulier, si tu lis ce message, j'ai été ébloui par ton humilité oui et cette phrase de fin qui ne voulait pas plus se découvrir par peur de ne pas intéresser : tu parles de dynamique créatrice dans les interactions (si rare au singulier), tu dis que c'est comme "la symbolique/dynamique du Vent"...je suis curieuse.....vraiment curieuse

J'ai l'impression qu'il y a dix mille choses à dire et même si j'écris, les mots ne sont pas suffisants. Je retourne dans mon cocon (petite bière, musique, ou silence, chat, nuit, arbres et lune).

Bien à vous,


Ventvert
Ventvert

Messages : 58
Date d'inscription : 10/02/2015
Age : 39
Localisation : Terre en l'air

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Lune orangée le Mar 10 Fév 2015 - 22:47

[quote="Ventvert"]
La solitude est un espace que je protège sans concessions, particulièrement à l'égard de jugements de surface qui foisonnent impunément tout autour dans cette réalité humaine....où amalgames, confusions et préjugés sans profonds ressentis et compréhensions foisonnent tout autant... ... Qu'ils le comprennent ou pas, qu'importe, ils n'ont d'autres choix que de l'accepter.[quote="Ventvert"]

bonsoir Ventvert,

merci pour ce que tu nous dis de ta solitude, du début à la fin ça me parle vraiment.

quoiqu'en ce moment, ce soir, j'en souffre de cette solitude. autant je la vis bien quand je la choisis, quand c'est dans un moment ou mon couple va bien, autant j'en souffre quand mon compagnon me l'impose agressivement ou sans nouvelles dans les moments de conflits, comme c'est le cas actuellement. dans ces moments-là elle me pèse carrément, voire m'est insupportable au point de m'effondrer.
je travaille à m'affranchir de cela, car c'est trop douloureux à chaque fois et surtout ça me rend totalement dépendante de son humeur, ce qui forcément déséquilibre notre relation. donc mon couple oui, mais plus dans la dépendance affective (il parait que ça vient de la position "objet" ou "sujet" qu'on prend ds son couple).
toi qui t'interroges sur comment on y arrive en couple, bah c'est ce n'est pas facile ts les jours ..

sans vouloir ramener cette discussion à moi, si toi ou quelqu'un est déjà passé par ce problème et a une idée pour ne pas s'effondrer en fonction de l'humeur de l'autre, pour rester "sujet" ds son couple même ds les moments ou l'autre prend de la distance, je suis preneuse.

merci aussi Ventvert pour ta conclusion sur ton cocon, ça m'a rappelée ce que j'aime ds le mien de cocon quand je vis bien ma solitude, ça m'a rappelé qu'il n'est pas forcément ce vide et cette angoisse que je vis en ce moment, et cette soirée en est un peu plus douce ..
merci, bonne soirée




Lune orangée

Messages : 13
Date d'inscription : 02/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Ventvert le Mer 11 Fév 2015 - 0:14

En toute sincérité, objectivement et encore plus subjectivement, je ne peux pas dire grand chose (de par mon incontestable manque d'expérience en la matière et surtout, de par ta propre unique expérience personnelle (que je ne connais pas et ne connaitrais jamais suffisamment, pas autant que toi, vous...). Mais cela doit être très pesant de subir dans la relation. Devenir le sujet ? Ne pas sombrer dans la culpabilisation (tout en se remettant en question, facile à dire....). Profiter de ce précieux moment dont tu n'as pas le choix comme un espace-temps apaisant et revivifiant (au moins tu es éloignée du conflit pour un temps, et puis vous vous retrouverez après...l'éloignement dans ce cas exaspère mais il épure aussi).
En dernière instance, profite de ce moment pour penser à TOI, faire ce qu'il te plait, vider, force-toi à vider (s'il le faut) et refaire encore ce qu'il te plait, n'importe quoi qu'importe, même la plus insignifiante des choses....le négatif se transforme en positif à notre bon gré (facile à dire aussi). La distance peut être vraiment constructive même lorsque l'on a pas le choix, et le retour plus sain. Je ne te connais pas lune orangée, mais toi tu dois suffisamment bien te connaitre, un peu quand même : profite de ça pour faire ce que tu aimes et mieux découvrir...j'ai passé la journée (parce que je pouvais rester cette journée à faire ce que je voulais dans mon cocon) toute nue avec mes chats à faire calmement ce que je voulais vraiment faire sans le savoir, en laissant ouvert (c'est pas tous les jours comme ça hein ! Avec un livre envoûtant sous la couette et la découverte de ce site) et c'est léger et je n'aurai jamais pu le faire avec autrui (ou alors avec "le" bon...). Non sincèrement la vie ça peut avoir du bon dans dans des choses toutes simples, vraiment toutes simples. Et surtout pas de vilaines culpabilisations....lâche. La vie c'est élastique, respect. En acceptant cette distanciation, en se faisant plaisir à soi au passage, on doit revenir un peu plus épanoui et épanouissant

La vie en couple doit respirer, toute interaction surtout si proche

Et pleins de rêves sous la lune
Ventvert
Ventvert

Messages : 58
Date d'inscription : 10/02/2015
Age : 39
Localisation : Terre en l'air

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Lune orangée le Mer 11 Fév 2015 - 22:36

Ventvert j'ai adoré ton message d'hier soir !
d'abord merci d'avoir pris le temps de m'écrire ces mots pour m'aider,
et puis ta façon de t'exprimer me fait voir les choses sous un angle léger ... je ne dis pas que j'arrive à la vivre cette légèreté, mais ça fait du bien de l'entendre !
juste je n'ai pas compris : "vider, force-toi à vider (s'il le faut)" ?

arrives-tu à vivre les choses tjs aussi légèrement ?


Lune orangée

Messages : 13
Date d'inscription : 02/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty j'avais écrit un long message, plus intime, mais la connexion a été interromue sans avoir été sauvegardé....l'essentiel est là (et je suis fatiguée), un autre bientôt pour sûr

Message par Ventvert le Jeu 12 Fév 2015 - 0:15

Oh que non !!!!....d'où "se forcer à vider (s'il le faut)"

petit haïku (féminin d'ailleurs), je vais
chercher le doux soleil
au plus fort de l'hiver

En te souhaitant d'être malgré toutes ces fluctuations, heureuse

ps : et chapeau bas pour ta vie de couple, et même si le bonheur ne s'avère pas être derrière, il peut être devant ou quelque part ailleurs (pas si loin ?)
Ventvert
Ventvert

Messages : 58
Date d'inscription : 10/02/2015
Age : 39
Localisation : Terre en l'air

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Kadjagoogoo le Jeu 12 Fév 2015 - 15:35

Ventvert a écrit:En ayant ces capacités de ressentir avec autant d'électricité et de lucidité, sans pour autant tenir la vérité, eh bien la sociabilité doit obligatoirement s'accompagner de SOLITUDE. A chacun de l'accepter, de vivre en harmonie avec, avec ses hauts et ses bas, d'où les différentes approches que l'on peut en avoir...plus ou moins négative, plus ou moins positive....jusqu'à ce qu'on ne puisse plus vivre sans elle (surtout en vieillissant.....).
Je te sens tellement légitime pour parler de ce sujet délicat - d'aucuns diraient "ingrat" : la solitude, du fait que dans le sillage de ton inscription parmi nous, tu sois promptement venue jusqu'à ce topic, le déterrer depuis un mois qu'il sommeillait pour nous gratifier d'un témoignage empreint de sens et vibrant d'authenticité. Je me joins donc aux autres pour te dire qu'il est précieux de te lire.

J'avais déjà furtivement témoigné sur mon rapport paradoxal à la solitude, en distinguant ce faisant l'état de solitude (choisie) de celui de l'isolement (subi). Ou plutôt, j'avais opéré une hybridation des deux états, pour parler alors d' "isolement choisi, comme une purge, condition sine qua non au renouvellement du désir de communication. C'est ainsi que, pour citer le poète slammeur Souleymane Diamanka, j'apprends la convivialité dans une relative solitude ("Toi et moi, c'est l'écriture qui nous lie / C'est dans la solitude qu'on apprend la convivialité / Et tant pis pour celui qui le nie." Mais écoutez-le plutôt, c'est mieux :

Bref, je suis un homme aussi naturellement sociable - et communicant, donc - qui est, par ailleurs, farouchement attaché à son indépendance, affective notamment. Cela n'aide pas à avoir une vie sentimentale régulière, et même les amis ne comprennent pas toujours cet impérieux repli sur soi qui s'impose après une trop longue ou intense fréquentation de mes semblables."

Comme tu le dis, Ventvert, nous n'avons pas le choix d'être solitaire au moins à temps partiel, du fait de cette lucidité plus ou moins douloureuse, qui engendre cet abîme en nous, lequel nous éloigne toujours un peu des autres à un moment donné. Je vous le dis comme je le vis et le ressens avec toujours davantage d'acuité à msure que je vieillis : il ne se passe pas une fête sans que, parmi mes potes désinvoltes en goguette, je ne sois la proie d'une vague de tristesse "montée des profondeurs" (l' "ultra moderne solitude" si bien décrite par Souchon ?). Même en petite comité, je peux me sentir soudain effroyablement seul alors que la conversation n'a pas fléchi ou infléchi dans un sens défavorable. Je suis peut-être alors rattrapé par une mélancolie de fond (je pense systématiquement à ces paroles de Miossec : "Ne me secoue surtout pas car je suis plein de larmes"), comme gagné que je suis alors par le propos panique de cette belle chanson patraque - car le besoin impérieux de solitude peut aussi s'exprimer pressement au sein même du couple, oui).

Bon, je complique là le besoin d'une solitude par les exigences d'un tempérament hypersensible, sous l'empire d'un souci d'intensité que je suis en quasi-permanence. Et lorsque le "truc" se perd, en soirée ou dans le tête-à-tête, j'en suffoque presque de malaise difficile à masquer... Connaissez-vous ce sentiment d'étrangeté qui se manifeste alors, nous intime l'urgence de nous sauver, nous isoler, nous sauvegarder ?

Ventvert a écrit:Tous ces gens qui sont agglutinés les uns aux autres et vous targuent de ne pas en faire autant, sont infiniment seuls mais ne le perçoivent pas comme ça (ils préfèrent passer leur temps à prétendre à la vie sociale, à avoir peur d'eux-mêmes, et à se critiquer à ne plus finir par derrière en se croyant presque parfait, et ça non !!!!!!!!!!!! Mais si ils pensent être heureux comme ça, tant mieux). Et il n'y aucune honte à avoir d'aimer être seule, car on est jamais vraiment seule de toute façon. On est relié à tout, il n'y a pas que les humains sur la Terre....donc quand on parle de solitude, c'est d'une solitude humaine me semble-t-il. Les humains sont des animaux grégaires, qui vivent en groupes, donc qui s'identifient facilement (trop facilement) à l'autrui collectif. Un peu comme les loups et pas comme les ours. Le tout est de trouver cette "place de côté un peu élastique, flottante". Etre une grégaire éphémère plus ou moins dans le bonheur de la solitude (qu'il faut à mon humble avis tôt ou tard atteindre dans sa vie particulièrement pour les zèbres) est un fait. Peut rien faire contre et ma Nature ce que je l'AIME, cet espace calme
Virginia Woolf communiquait sur le caractère impératif, pour une femme ayant des velléités d'écriture, d'avoir "une chambre à soi", et cette exigence allant dans le sens d'un nécessaire isolement qui serait la condition requise pour créer dans l'introspection, je la revendique également pour moi. Alors certes, cela n'est actuellement pas un problème car je vis seul chez moi (j'ai viré successivement tous mes colocs anxiogènes), mais cela restera valable lorsque j'aurai la joie d'être en couple. Une amie m'avait dit, lorsque je prospectais pour acheter un appartement : "Lorsque tu visites, veilles toujours à garder à l'esprit qu'il te faudra pouvoir t'isoler - ta compagne, des enfants - et tâche d'acheter un bien immobilier suffisamment grand pour y avoir une pièce de repli." Idea

Tu vois, Ventvert, c'est parce que je trouve encore une fois que tes propos font sens que je ne me reconnais pas foncièrement dans la définition officielle du "zèbre" (un terme que l'on doit à celle qu'on ne présente plus ici : Jeanne Siaud-Facchin) :

Contrastés, franc hauts et franc bas, zarbis, rigolos, spéciaux et : "...Zèbres encore, parce que ces animaux singuliers, ont besoin d’être en bande, en troupeaux, entre eux, pour vivre et que les liens de proximité et de coopération sont centraux dans leur communauté de vie.
Zèbres enfin pour sortir de ce vocabulaire, lourd de sens erroné et de mythes néfastes : intellectuellement précoce, précoce, haut potentiel, surdoué… aucun ne convient, aucun n’exprime ce qu’il faudrait, d’emblée, comprendre."
[Source : http://www.zebrasurdoue.com/]
Alors certes, j'aime retrouver mes congénères sur cette agora, me mêler à eux le temps d'un débat d'idées ou d'un délire arborescent (entre artificiers de la pensée Passionné ), mais je reste fondamentalement solitaire, même si cela fut sensiblement moins vrai durant cette année où j'ai presque tout perdu - socialement parlant - sauf mes amis...

Ventvert a écrit:Je suis fascinée par les gens qui arrivent à vivre en couple pour exemple, donc les derniers posts entre ddistance et lune orangée sont très enrichissants (entre eux surtout). Comment vivre dans un même espace quotidiennement dans une certaine forme de linéarité temporelle et spatiale ? Comprends pas......linéarité un est un peu fort, j'aurai pu dire étouffement mais c'est vraiment trop fort et subjectif. Dans tous les cas, il y a ce besoin occasionnel d'éloignement chez vous hein ? D'une forme de complexe simplicité apaisante. Me trompe-je ? Pour ceux qui trouvent l'amour, comment faites vous pour les compromis et tout ?
Oui, racontez-nous comment vous parvenez à réaliser cette prouesse, cette gageure, cet exercice de haute voltige : être zèbre et en couple à la fois ! A l'instar de Ventvert, je suis fasciné par ces zèbres qui ont ainsi apparemment réalisé la quadrature du cercle... Suspect

Ventvert a écrit:Enfin dans la solitude reliée en permanence à quelque chose de plus interne et plus immense à la fois (un peu comme le microscopique et le planétaire), il y a cette légèreté exempte de toute lourdeur humaine compliquée voire plus. Thesame, en particulier, si tu lis ce message, j'ai été ébloui par ton humilité oui et cette phrase de fin qui ne voulait pas plus se découvrir par peur de ne pas intéresser : tu parles de dynamique créatrice dans les interactions (si rare au singulier), tu dis que c'est comme "la symbolique/dynamique du Vent"...je suis curieuse.....vraiment curieuse.
A la suite de ton commentaire, je suis allé lire le post de Thesame et j'ai également retenu ceci de son précieux témoignage :
Je trouve les gens envahissants en permanence et générateurs de problèmes supplémentaires, et beaucoup de choses qu'ils partagent me laissent indifférent. Et je n'ai pas à ce jour, trouvé de solution miracle pour gérer leurs comportements...
L'étiquette Asperger pourrait me démanger s'il ne précisait pas ceci, quelques lignes plus bas :
Cela me fait de la peine de leur faire de la peine (ou me gêne de les gêner), mais j'ai fini par accepter le fait que je n'y peux rien, je suis comme je suis. Je continue à faire beaucoup d'efforts pour ma famille, mais depuis quelques années, j'impose mes limites, quitte à les ignorer quand j'en ai besoin/envie. Pour les autres, soit ils me prennent comme je suis, soit tant pis.
En fait, c'est un peu ce que mon "vrai-self" pour dire, dans le fond. Je suis en train d'essayer de m'accepter tel que je suis, moi aussi. Sur la route...

Je suis réceptif à cette analogie avec le vent, pour parler de la solitude et d'un rapport évanescent à la communauté. Thesame (qui lui aussi a posté sur ce topic de la solitude au lendemain de son inscription, tiens... Symptomatiquement ? Les zèbres sont souvent seuls, avouons-le.) nous disait qu'il ressent sa relation aux autres comme "instrumentale", précision qui me parle beaucoup :
il peut sembler que j'aie une approche assez "instrumentale" des autres (ce qui m'a fait m'interroger sur un éventuel trait autistique), bien qu'après mure réflexion, je ne crois pas que ce soit le cas. Je ne conçois mon rapport avec les autres qu'à travers une dynamique créatrice. Dès qu'il y a stagnance dans le "plaisir d'être ensemble", ça a tendance à me gaver et je passe à autre chose. Mais je considère chaque personne comme mon égale, un collaborateur, et jamais comme quelque chose dont je me sers, mais plutôt comme une occasion de me mélanger, de créer des étincelles, et repartir grandi, gonflé.
Il évoque lui-même l'hypothèse de l'autisme à son sujet, qui pourrait toutefois être écartée par la capacité empathique sur laquelle il communique par ailleurs.
J'aime cette propension, chez lui, à inscrire la fréquentation du monde dans une dynamique "du vent", "musicale". Cela fait sens à mes yeux (oreilles) : Leonard de Vinci méprisait ouvertement la musique, bien inférieur selon lui à la peinture, l'architecture ou à la sculpture, des disciplines artistiques qui s'inscrivent dans le concret et la durée, quand la musique est par essence fugace, évanescente. Il ne jurait que par un art qui dure, qui reste, un art pérenne. La musique, au contraire, est comme le vent : elle passe, glisse, s'efface, aussitôt entendue (ressentie), aussitôt disparue. Quoique : on a coutume de dire qu'à un certain point de génie, elle perdure au-delà d'elle-même, que son sillage en est encore imprégné. "Le silence, après Mozart, c'est encore du Mozart !" J'irai justement vérifier cela ce soir, à l'opéra, où un enlèvement se prépare dans un sérail turc.
De Vinci n'a donc pas toujours brillé par son discernement et cela ne le rend que plus humain à mes yeux. J'aime les failles chez l'autre, qui laissent passer le lumière, dit-on. Et j'aimerai aussi, chez ma partenaire, sa capacité à admettre que je ne souhaite pas nécessairement jouer le jeu social, cette mascarade. Une évidence entre nous deux.

Je conçois, pour ma part, la solitude comme un supplément d'intensité - dans le ressenti, la réflexion - en cela qu'elle est propice à ces salvatrices plages introspectives qui nous réconcilient avec tant de choses et notamment les autres ("l'enfer, c'est les autres", nous dit le philosophe), le moment et le lieu de l'assimilation de ce dont nous aurons été bombardés durant l'exposition plus ou moins bouleversante qui nous aura occupé en compagnie d'autrui. Je ne crains pas l'Autre, mais il a ce redoutable pouvoir - socratique - de me remettre en question et je dois ainsi prendre mes distances avec lui, selon cette logique paradoxale notoire : (re)créer le manque. Mon amour se cultivera, lui aussi, probablement suivant ce principe d' "intermittences du cœur" cher à Proust.
Kadjagoogoo
Kadjagoogoo

Messages : 899
Date d'inscription : 15/11/2014
Localisation : Lyon (Dabrowski Point)

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Cyril THQI le Jeu 12 Fév 2015 - 16:39

Seul, je fonctionne normalement, correctement, de façon équilibrée. Je suis heureux. Extatique même. En compagnie, ou même en la simple présence de certains signes humains, je modifie mon comportement et ma conscience. Je m'éloigne de mon point d'équilibre, de ma position de repos, de ma lucidité, de moi-même. Je rentre dans un monde exigu, terne, gris, artificiel, ma conscience du monde est amoindrie. C'est un effort. Cet effort peut être plus ou moins intense et plus ou moins long. En fonction de ces 2 paramètres l'épuisement arrive plus ou moins rapidement. Pour récupérer de cet effort, il me faut revenir à la solitude plus ou moins longtemps également.

Sur un laps de temps donné, face à une personne, l'effort que je fournis n'est pas le même selon les contraintes que je me donne. Plus une personne est familière et intime, moins l'effort est important.

Ainsi, malgré que je partage régulièrement le même besoin que certains d'entre vous de fuir après une immersion dans un groupe humain, je vis tout de même en couple et peut répondre à la question de Venvert.

Venvert a écrit:Je suis fascinée par les gens qui arrivent à vivre en couple pour exemple, donc les derniers posts entre ddistance et lune orangée sont très enrichissants (entre eux surtout). Comment vivre dans un même espace quotidiennement dans une certaine forme de linéarité temporelle et spatiale ? Comprends pas......linéarité un est un peu fort, j'aurai pu dire étouffement mais c'est vraiment trop fort et subjectif. Dans tous les cas, il y a ce besoin occasionnel d'éloignement chez vous hein ? D'une forme de complexe simplicité apaisante. Me trompe-je ? Pour ceux qui trouvent l'amour, comment faites vous pour les compromis et tout ?

Je vis en couple, et même en famille (nous attendons le troisième enfant) et je le vis très bien pour les raisons suivantes :

1. Je minimise les efforts en vue de modifier mes comportement face à eux. Je suis bien plus authentique qu'avec à une personne quelconque.  

2. J'ai conservé des espaces et des temps d'isolement. Ces temps ne sont pas énormes mais suffisent grâce au point 1.
Cyril THQI
Cyril THQI

Messages : 1509
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 49
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Ventvert le Jeu 12 Fév 2015 - 18:17

Coucou tout le monde (et Kadja, la rivière file...ce qui modifie encore mes prérogatives sociétales (de CV & co)...mea culpa),

alors là c'est trop tentant. Un appel lupin, tout en écho.

Je vais tenter de faire clair et progressif : isolement "subi" et isolement "choisi", pour Lune orangée en particulier, le premier peut par moultes volontés devenir deuxième, au grand bonheur de soi.
Purger, vider, recharger, recycler pour mieux revenir...ou pas d'aileurs. L'espace est vaste ou peut l'être. Les groupes avec lesquels nous sommes amener à interagir sont plus ou moins "subis" ou choisis" eux aussi. Ce qui m'amène à parler version personnelle (ce dont je n'ai pas l'habitude, merci à tous et toutes) de mon passé relationnel avant chute dangereuse voire presque irréversible (mais je suis toujours là, qui a dit que la réincarnation ne pouvait se faire dans une même vie ?), donc "passionnée" de compréhension de l'espèce humaine à différentes échelles ce qui m'a valu - grâce à une rencontre fortuite parce que hasardeuse d'une affiche arborant "la sociologie est un sport de combat" parsemée de petits yeux pétillants appartenant au sus-dit concerné (Mr Pierre Bourdieu, mort d'un cancer du cerveau...) - donc ce qui m'a valu l'exploit de rester huit années à l'explorer cette sociologie version universitaire mais non académique (thèse et plus si affinités, ô nononon) en parallèle FONDAMENTAL de curiosité pratique, que l'on nomme dans le jargon précisément théorique, l'observation participante, et pratiquée avant l'arrivée de la théorie me concernant (d'où...). Retour au simple : le repli sur soi entre ces divers groupes explorés au gré des rencontres (la musique ayant été un fil, un magnétisme attractif commun pour la plupart) était des plus naturellement nécessaire pour me ressourcer après absorption (et mi exclusion-échappatoire, plus le deuxième vraisemblablement). D'où cette légèreté en-dehors - comme un électron libre dans un espace vide entre ces groupes formant des cercles - ET dedans : un repli sur soi comme tu dis Kadja purgatif, salvateur, et régénérateur, sans lequel ma vie ne serait ce qui pourrait répondre à "Connaissez-vous ce sentiment d'étrangeté qui se manifeste alors, nous intime l'urgence de nous sauver, nous isoler, nous sauvegarder ?". Et j'en reviens à ce lien entre solitude-isolement et légèreté qu'il soit dehors ou dedans, comme lors d'une soirée ou quelconque regroupement humain délimité. Ou à cette tristesse inéluctable bien que tout aussi salvatrice remontant "des profondeurs" en plein alors que les autres continuent leur comédie (au sens large du terme comédie hein). Que recouvre cette tristesse ? Pour ma part (mon égo gonfle, je ne me reconnais pas), cela s'apparente à une tristesse nimbée de légèreté évaporescente, je flotte en un mot et ne peut m'en passer de flotter. Dans les soirées ou autres agglomérats éphémères et ludiques, elle est agréable, mais dans les espaces plus coercitifs comme le travail (en équipe...), c'est autre chose. On s'efforce, on cache sans cacher jusqu'au moment où...les volcans s'arrogent le droit. Bien que ça puisse filer à la douceâtre sans manque de dignité et d'humilité, loin de là.

Excusez mais j'espère ne pas être trop dense, ma venue sur ce site est intense pour moi et contrairement aux interactions d'avec les communs des mortels (quel nom donné ?), et le fait que je peux écrire de diverses manières aussi, je me lâche en soi. Si vous ne comprenez pas, que la densité est à ce point, n'hésitez pas.

Bon pour en revenir au vif du-des sujet-s, être en apesanteur, être là sans être là, rêvasser y compris à rien légerléger est une composante intrinsèque à la solitude ou l'isolement sous ses diverses formes. Et je maintiens le fait qu'il faut l'accepter pour être heureux, un peu...Jeanne Siaud-Facchin ? L'ouvrage auquel vous penserez tous et toutes, est le premier procuré sur le sujet que je n'ai pas pris la peine de prendre durant mon déménagement à l'étranger, qui se devait aussi d'être léger...no comment pour le titre, et l'intérieur ? Il y a des données très intéressantes, touchantes de par la volonté au moins de comprendre, mais superficielles quelquefois-à l'occasion et répétitives. Jeanne S-F se donne les moyens sans pour autant en être de la réelle partie, ce qui atteint ses limites très pratiques elles-aussi. Mais au moins la recherche de compréhension est indubitable. Et respect tout de même.
En rattachant toujours tout à du plus grand (ou plus petit) : la culture française bien qu'elle évolue heureusement, est non loin de manquer de "pragmatisme" sur le sujet contrairement à ce deuxième et dernier ouvrage donc en ma possession TRES pragmatique façon coaching d'entreprise "Gifted Adult : A Revolutionary Guide for Liberating Everyday Genius"...différence nette, avec majuscules en veux-tu en voilà et large vacuité sur la SOLITUDE, ses incontournables, ses bienfaits. Passons. Vive l'émotion !!!!!!!!!!!!!!!! Cultivons la diversité au travers de ce site et bien sûr Autres.

INTROSPECTION oui. On me qualifie d'autiste au début de toute relation, ce que je ne comprends tout en comprenant. Notre sociabilité n'est pas linéaire et absolue. Et si je puis me permettre en rejoignant Kadja, Thesame et l'autisme, bien que je ne te connaisse pas, ne rejoint pas la réalité. Je ne m'avancerais pas sur le sujet car manque de savoir en la matière, mais sincèrement....les jugements sont à distancier y compris nos propres. C'est bon d'être "zèbre" aussi pour ça, on ne sombre pas dans l'évident. INTROSPECTION et créativité quelqu'elle soit en toute simplicité, Adhésion Totale. Miossec, lors d'une soirée de jeunesse avec des plus âgés (adultes) comme il se devait, m'a fait sursauter et réveiller soudainement de mon sommeil : qui sait ? D'où il sort ? C'était il y a longtemps. Petite parenthèse. quand à Virginia Woolf, j'appréhende ou ne l'ai encore jamais croisée, mais vais tôt ou tard. L'art et le Suicide...à voir de loin. Si j'ai un livre à vraiment suggérer (et kadja je pense particulièrement à toi puisque commençant à peine à te connaitre (l'homme sur place la femme "volage", désirs à profusions y compris charnels, mais aussi à qui voudra, est "Et mon coeur transparent", qu'une colocataire allemande-anglaise fan de Woolf en passe d'être traductrice de romans quelque peu abrupte, à laquelle j'avais prêté la traduction, a en un temps record remis sur mon palier, car l'écriture est ce qu'elle est mais allie avec incisive douceur réflexion et émotions (avec humour). A chacun d'aimer ou pas).

C'est long tout ça, merci Kadja ! Plaisir il y a

Merci Kadja d'ailleurs pour la curiosité accordée à Thesame, sans exclusion ou déni d'autrui, que j'ai fait avec toi mais pas avec lui...un cœur au galop, c'est du sacré boulot

Et pour en finaliser avec beauté et nécessité sur notre précieux intérieur : solitude et couple ? No comment, laisse la place à autrui (CyrilTHQI en est un exemple prouvant que le bonheur à deux et plus relève de la possibilité au point justement d'en venir à deux et plus. Pas de poursuite sur le sujet pour pas fâcher). Etant dans une phase de ma vie, après avoir tant espérer, où mon "vrai-self" se déploie sans barrières sauf les miennes....tout le monde n'a pas la chance en plus de l’attraper avec respect. Les compromis peuvent être trouvés à condition que trouver il y a.

Vive la bio-diversité












Ventvert
Ventvert

Messages : 58
Date d'inscription : 10/02/2015
Age : 39
Localisation : Terre en l'air

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty oups

Message par Ventvert le Jeu 12 Fév 2015 - 18:39

ça s'est mystérieusement évaporé (reine des gourdes ?) rapport au couple/solitude/bonheur mais pas seulement : un "grand" espace avec son infini espace

J'espère ne pas vous avoir gonflé, même si le plaisir me fait dire "à prendre ou à laisser"

Bien à vous,
Ventvert
Ventvert

Messages : 58
Date d'inscription : 10/02/2015
Age : 39
Localisation : Terre en l'air

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Lune orangée le Dim 15 Fév 2015 - 0:05

je vous ai lus mais ne me suis pas sentie d'intervenir, me sentant zèbre parmi les zèbres ... ??
car moi la solitude je l'aime et j'en ai besoin, mais j'ai vraiment besoin des autres aussi. enfin peut-être est-ce ce que vous vouliez dire aussi, à vrai dire je n'ai pas le coeur au débat et ne suis peut-être pas très attentive ds ma lectures de vos posts, pardonnez-moi.

en ce moment cette solitude qui me ressource tant parfois, je l'ai en horreur, et pourtant je suis moins seule que d'habitude car je vais bcp vers les autres, mais mon compagnon -toujours en phase de distance- me manque. comme le dit la phrase de (?) "un seul être vous manque et tout est dépeuplé" ...
chaque jour je passe un temps fou à réfléchir à quand, comment lui envoyer un message, à chercher mes mots, pour ne pas lui mettre la pression, mais tout de même lui montrer que je suis là et essayer de communiquer. mais il est dans une phase très fuyante, agressive, vis à vis de moi. du coup fermé au dialogue. et le temps passe, et je pète les plombs de son absence. enfin ce qui me gêne ce n'est pas tant cette distance, que son agressivité du moment. qui fait que je m'inquiète pour notre relation, et n'arrive plus à me concentrer sur rien.
comment faire pour respecter sa distance, tout en me respectant ... ça me démange de débarquer chez lui et le "forcer" au dialogue, mais j'ai peur qu'il le prenne super mal et d'obtenir le résultat inverse.
avez-vous des avis de ce que je pourrais faire, car il est adepte de sa solitude comme vous (je ne sais pas s'il est zèbre, mais il est hypersensible c'est sûr) ?

merci ventvert pour ton conseil pour basculer de solitude subie à choisie, j'y arrive parfois, mais c'est hyper dur en ce moment, je n'ai plus le goût à grand-chose.

Lune orangée

Messages : 13
Date d'inscription : 02/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Ventvert le Lun 16 Fév 2015 - 18:25

Ça a l'air bien difficile et compliqué tout ça...t'es-tu demandée (car c'est bon dans ces moments-là), si vous-toi "es-êtes globalement heureux ?"...fais-tu des choses qui te procure du bien-être en parallèle ?...le parallèle peut aider dans les réponses que seule toi pourrais trouver....

Ventvert
Ventvert

Messages : 58
Date d'inscription : 10/02/2015
Age : 39
Localisation : Terre en l'air

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Ventvert le Lun 16 Fév 2015 - 18:27

Parce que j"avais oublié (et ne s'est pas évaporé) : le recul et toujours le recul...............................
Ventvert
Ventvert

Messages : 58
Date d'inscription : 10/02/2015
Age : 39
Localisation : Terre en l'air

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Ventvert le Lun 16 Fév 2015 - 19:10

Et dernièrement : la communication est fondamentale (ce qui est loin d'être évident) en toute SINCERITE et HONNETETE (ce qui est tout aussi loin d'être évident)....laisse-le aller à son rythme (s'il veut communiquer, puisqu'il sait que tu le veux, il reviendra, sinon...ce que tu vis est en ce sens douloureux mais sain et fondamental à l'horizon) et en acceptant en parallèle cet espace "loin" qu'est aussi le tien, le recul pourra voire devra vous-t'être sain et constructif (voire bénéfique)...ce qui revient à ce recul respectueux salvateur pour tout à chacun-e dans une relation pour éviter bien des choses malheureuses et inutiles....nous n'avons qu'une vie (sauf erreur)

Les détails sont les tiens et la vie continue
Ventvert
Ventvert

Messages : 58
Date d'inscription : 10/02/2015
Age : 39
Localisation : Terre en l'air

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Lune orangée le Lun 16 Fév 2015 - 23:57

merci merci Ventvert .. je t'ai répondu en MP

Lune orangée

Messages : 13
Date d'inscription : 02/01/2015

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Zebrasca le Ven 3 Juil 2015 - 21:45

J'ai répondu "parfois" car je recherche et j'ai besoin de solitude.

Je suis extrêmement sociable et comme dit ma mère, en 10 min je connais le Maire et le conseil municipal. Certes mais même si effectivement je vais très facilement vers les autres, j'ai tres peu d'amis et j'ai besoin d'être seule. Et comme c'est une solitude voulue, je ne la ressens pas.
Il arrive que je me sente non pas seule mais invisible lors de certains regroupement ou il y a beaucoup de monde, même si je participe, j'ai l'impression d'être la corporellement mais ailleurs dans la tête, je parle et réponds mécaniquement.

Il y a quelques mois, j'ai rencontre un homme avec qui je vis aujourd’hui et je l'ai tout de suite prévenu de mon besoin de solitude. Il a été un peu surpris mais comprend.
Zebrasca
Zebrasca

Messages : 147
Date d'inscription : 03/07/2015

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Invité le Sam 3 Oct 2015 - 1:57

pour commencer j'ai répondu très très très... etc.. non en raison d'une absence de contacts sociaux mais parce que comme d'autres l'on dit je me sens seul dans les foules aussi souvent

en fait je me dis que la clef est une espèce de joie de vivre insouciante , d'être en groupe , moi la joie de vivre des relations sociales c'est assez exceptionnel, ou alors des petits moments précis, peut être même d'absence de lucidité, je suis content de ces moments parce que à ces moments là finalement je ne suis plus totalement moi

la solitude dans mon cas est la fois subie et choisie, selon le temps, je préfère en effet vivre seul que mal accompagné comme on dit ou en le disant autrement "un seul être vous manque et tout est dépeuplé" et j'ai inventé une variante " un seul être arrive et tout est emmerdé" excusez de l'image mais elle m'amuse et je pense vraiment que c'est souvent vrai

vivre totalement seul je ne sais pas, alors comme beaucoup j'ai sans doute des relations factices mais dans lesquelles je ne me leurre pas moi

puis ca me lasse ces masques et je préfère encore retourner à ma solitude

le net c'est différent on est seul mais pas tout à fait.. une solitude apaisée par une illusion de dialogue sans doute ? une espèce de médicament pour vieux ? pour supporter le tout ?

mais je me vois mal aller jouer au bowling par exemple juste pour être avec des gens à qui je n'ai strictement rien à dire

une espèce de contact physique primaire et bestial d'être physiquement avec d'autres personnes

mais parfois , ouf, heureusement, il y a des gens avec qui je suis vraiment bien et la solitude alors s'en va

donc la solitude finalement elle dépend d'avec qui on la vit , elle est la règle finalement , l'exception est l'échange vrai et comme un imbécile et sans doute beaucoup je continue de courir après, mais parfois je suis fatigué de courir et donc je m'assied

quand je vois les gens et que je suis assis, je constate que la solitude dans les foules est plus généralisées que l'on ne pense et que beaucoup de relations sociales sont en fait de vraies pièces de théâtre plus ou moins réussies où je ne suis pas certain que les gens soient heureux

car ce que l'on cherche en brisant la solitude selon moi c'est être heureux, cela fait partie des choses qui rendent heureux

paradoxalement la solitude rend aussi heureux

il faut donc sans doute les deux, solitude et contacts, quand il manque l'un ou l'autre ca ne va pas

je pense même que dans un couple il faut éviter la fusion et se réserver des espaces de solitude aussi , c'est presque un besoin physiologique en quelque sorte

mais finalement la chose la plus importante dans la solitude ou les contacts sociaux ce n'est pas les contacts en soi , mais de compter pour quelqu'un , c'est cela le plus important

donc il ne m'arrive pas de me sentir seul mais il m'arrive sans doute plus de sentir que je ne compte pour personne

c'est donc très subjectif j'en conviens

en ce sens la solitude n'est pas si éloignée d'un abandon ressenti ou choisi pour de multiples raisons

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par ShineFlower le Lun 12 Oct 2015 - 18:43

Quant à moi dans le village où je vis les gens me rejettent ce qui fait que je subis un isolement force. Je n'ai jamais aucun contacts et j'en souffre. Et j'ai la malchance d'être encore célibataire à 56 ans. J'en pleure souvent de voir que quand je vais vers les gens, ils me repoussent. Voila, voilou, pour mon témoignage.
ShineFlower
ShineFlower

Messages : 3567
Date d'inscription : 04/07/2013
Age : 60
Localisation : Chez Dieu

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Starrysky le Dim 15 Mai 2016 - 11:09

J'ai repondu "absolument toujours". C'est exactement cela.

Deja, comme beaucoup ici, je ne me suis jamais sentie "dans le coup" car les autres m'ennuyaient.
Je n'ai quasiment pas de famille.
Ensuite, mon couple, enorme erreur dont je ne parviens pas a me depetrer. Je suis tout simplement piegee dedans.
Maintenant, en plus, je travaille a la maison et n'ai donc pas de collegues. De toutes facons, quand j'en avais, ils m'ennuyaient aussi.

Et pour couronner le tout, on dirait que mon cerveau se fait la malle, en voyant le mal que j'ai a rediger ce malheureux post.

Brillant, comme vie.
Starrysky
Starrysky

Messages : 33
Date d'inscription : 27/08/2014
Age : 52
Localisation : Pays Basque

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Catel le Dim 15 Mai 2016 - 15:44

Pendant longtemps j'ai été seul par refoulement.

Aujourd'hui je le suis parce que socialiser m'emmerde.

Même les IRL de zèbres sont une corvée pour moi.

Pourtant ça me bloque dans ma vie. Je n'ai rien. Et le temps file.
Catel
Catel

Messages : 82
Date d'inscription : 03/01/2016
Age : 35
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Féelingne le Lun 23 Mai 2016 - 13:29

Ma solitude est clairement de ma propre faute. À l'école, je n'ai pas eu énormément d'amis et si j'en avais, les conversations n'allaient pas bien plus loins que les cours, les profs ou les ragots.

J'ai été moins seule le jour où je me suis rendue compte que c'était la matière la plus difficile pour moi à l'école. J'ai commencé à faire des recherches sur les sujets récurants (manga, série, pas de livres malheureusement pour moi ou pas les bons). Heusement pour moi, cette classe avait plus de conversation que celles de bases. J'ai appris par la même occasion toutes les règles de socialisation. D'ailleurs,j'apprends toujours. j'ai construit mes amitiés en suivant les passions des autres. J'ai appris sur certains sujets que je n'aurais jamais connu autrement. Mais la solitude profonde restant un problème, je n'étais pas vraiment moi.

Depuis le commencement de ma maladie, j'ai de moins en moins été à l'école. J'ai du arrêter toute mes activités, physique, sociale, intellectuel. Je me suis renfermée. Et la la solitude était véridique. Je n'avais plus d'amis, je sortais de chez moi 1fois par mois. Je ne parlais qu'à mon chat et à ma mère. Je végétais comme on dit.

Petit à petit, je suis sortie de cette isolement. (Vous allez rigoler mais après mon année sans presque parler, j'ai du mal à retrouver mes mots, à articuler et à parler rapidement XD c'est psychologique mais c'est bizarre à vivre) j'ai rencontré des gens via facebook. Des HP principalement. Et je discute souvent avec eux. De longue conversation tout au long de la journée. ça fait du bien mais maintenant se pose le problème que je n'ai plus aucune culture pour quoique ce soit. je voudrais débattre, jouer et échanger avec eux. Mais je n'ai pas le niveau, j'ai toujours l'impression qu'ils s'ennuient. Ils doivent toujours m'expliquer, ou me corriger. Moi, je me dis que je m'améliore ! C'est extraordinaire de voir des personnes avec autant de richesse dans la tête. Mais je n'ai pas de conversation ou d'explications à donner. À part parler de moi, :/. Et vu que je n'ai plus l'énergie pour me renseigner comme avant. Et que les sujets ne sont clairement pas du même niveau. Il y a une barrière qui se crée. Une gêne. Autant, quand je rencontre des nonhp je trouve qu'on à vite fait le tour de leur personnalité et de leur passion. Autant, les HP ont des personnalités tellement large et passionnante !

Par contre, les pensées profondes ne sortent que très rarement, vu les critiques et les incompréhensions. Ça me rends un peu triste de ne pas trop pouvoir les partager. Mon copain est plus ouvert, il écoute un minimum avant de dire que c'est de la merde XD


Dernière édition par Féelingne le Lun 23 Mai 2016 - 17:36, édité 1 fois
Féelingne
Féelingne

Messages : 66
Date d'inscription : 12/05/2016
Age : 22
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Dyspersée le Mar 24 Mai 2016 - 22:32

Ce n'est pas parce que tu as vécu dans une bulle pendant quelques temps que tu n'as rien à dire d'intéressant. Pour ma part, quand je ne maitrise pas un sujet de conversation, j'ouvre bien grand mes oreilles. Je pose plein de questions et je réagis sportivement aux réponses. J'ai toujours trouvé plus enrichissant d'écouter que de parler ! Aie confiance en toi, retrouve l'envie de satisfaire ta curiosité et ça commencera à aller mieux. Tu as simplement besoin d'un peu de temps pour te remettre à jour et retrouver l'habitude d'échanger (car tu as l'air d'avoir chopé une sacré paralysie buccale).

Rassure-toi, un zèbre finit toujours par s'ennuyer même en compagnie de personnes comme lui, parce qu'il ressent vite le besoin de "se retrouver". Je doute que tu sois à l'origine d'une quelconque lassitude... Et puis les HP sont bien connus pour reconnaitre l'intelligence et l'ouverture d'esprit derrière un léger manque de culture.
Dyspersée
Dyspersée

Messages : 2
Date d'inscription : 09/05/2016
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Féelingne le Mer 25 Mai 2016 - 1:30

Dyspersée a écrit:Ce n'est pas parce que tu as vécu dans une bulle pendant quelques temps que tu n'as rien à dire d'intéressant. Pour ma part, quand je ne maitrise pas un sujet de conversation, j'ouvre bien grand mes oreilles. Je pose plein de questions et je réagis sportivement aux réponses. J'ai toujours trouvé plus enrichissant d'écouter que de parler ! Aie confiance en toi, retrouve l'envie de satisfaire ta curiosité et ça commencera à aller mieux. Tu as simplement besoin d'un peu de temps pour te remettre à jour et retrouver l'habitude d'échanger (car tu as l'air d'avoir chopé une sacré paralysie buccale).

Rassure-toi, un zèbre finit toujours par s'ennuyer même en compagnie de personnes comme lui, parce qu'il ressent vite le besoin de "se retrouver". Je doute que tu sois à l'origine d'une quelconque lassitude... Et puis les HP sont bien connus pour reconnaitre l'intelligence et l'ouverture d'esprit derrière un léger manque de culture.

J'ai toujours préféré écouter moi aussi.
C'est surtout que mes réponses sont faussée par mon manque de culture, je réponds souvent à côté. Et l'on doit souvent m'expliquer. J'ai souvent le rôle de l'élève, mais ça ne me dérange pas du tout même si on ne sais pas aller très loin dans la matière puisque que je suis toujours débutante.
Non, ce n'est pas trop buccale XD c'est juste que ma "langue maternelle" est l'image. J'ai perdu l'usage de la langue française en quelques sortes lol!
Merci de m'encouragerai en tout cas. Very Happy
Féelingne
Féelingne

Messages : 66
Date d'inscription : 12/05/2016
Age : 22
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par AmadoMio le Jeu 7 Juil 2016 - 15:41

Ah la solitude ... Voila un vaste sujet auquel personne n'échappe. Car oui, personne n'y échappe, elle n'est pas propre aux zèbres même si, comme tout, elle les affecte plus. D'autant plus avec ce décalage par rapport aux autres que nous éprouvons régulièrement dans la vie de tous les jours et qui ne fait que nous mettre davantage face à cette vieille amie.

Barbara est sans doute un bon choix mais je suis surpris de n'avoir pas vu passer Brel, dans ce topic. Il chante la solitude comme personne, à mon avis. Peut être l'ai-je manqué, je n'ai pas tout lu. En voila une, en tout cas :



Et une deuxième, car quand je commence Brel, j'ai du mal à m'arrêter ^^

AmadoMio
AmadoMio

Messages : 33
Date d'inscription : 24/11/2014

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Firemane le Jeu 7 Juil 2016 - 15:59

Solitude et jacques brel, ce topic a tout pour me faire pleurer.
Firemane
Firemane

Messages : 595
Date d'inscription : 19/06/2016
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Invité le Jeu 7 Juil 2016 - 16:24

Spoiler:
La solitude - Page 2 1421458403476

Désolée. Je n'ai pas pu m'en empêcher.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Pieyre le Jeu 7 Juil 2016 - 16:41


Pieyre

Messages : 20533
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Firemane le Jeu 7 Juil 2016 - 16:45

Ereshkigal a écrit:
Spoiler:
La solitude - Page 2 1421458403476

Désolée. Je n'ai pas pu m'en empêcher.

Jerry
pas pu résister non plus:
La solitude - Page 2 454243-guts_slasher_smile_7502_super
Firemane
Firemane

Messages : 595
Date d'inscription : 19/06/2016
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par oyans le Jeu 7 Juil 2016 - 17:28

Par lassitude et désespoir je ne fréquente personne, cela n'est même pas une discordance au niveau des thèmes, ni même une position misanthrope, je crois que ma petite personne compte plus que tout le reste...

Au sens que mes problèmes de santé ne me facilite guère l'échange, car je suis dans une lutte acharnée à me maintenir la tête hors-de -l'eau, ce qui me demande de l'énergie, chose que je possède si peu.
Des fois j'aimerais sourire, je crois que le sourire est un bon moyen pour entamer l'échange; être affable et respirer la vie, sont primordiaux pour pouvoir lier des relations soient réelles soient factices.

j'en suis si éloigné à toujours me projeter dans le futur que j'en oublies les instants présents, mais la pression est si imposante que je croule sous la solitude, mais gardant toujours un peu bd'espoir en des jours meilleurs.

il y a une phrase qui résumerait au mieux cette situation, c'est De Quincey (les paradis artificiels) où il dit quelque chose du genre qu'à cause de la maladie il a renoncée à toute camaraderie...
oyans
oyans

Messages : 2733
Date d'inscription : 13/04/2014
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Invité le Jeu 7 Juil 2016 - 18:03

"Il est une solitude de l'espace
Une solitude de la mer
Une solitude de la mort, mais elles sont société
Comparées à ce site plus profond
Cette solaire intimité
D'une âme qui se visite"

E.Dickinson

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Pieyre le Jeu 7 Juil 2016 - 18:26


Pieyre

Messages : 20533
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Invité le Jeu 7 Juil 2016 - 18:31

"On dit que le temps guérit
Le temps jamais n'a guéri
Une souffrance réelle s'affermit
Comme les nerfs avec l'âge

Le temps est l'épreuve de la peine
Mais pas un remède
S'il se montre tel, il montre aussi
Qu'il n'y avait pas de maladie"

La même.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par EtPlanVie le Ven 22 Juil 2016 - 19:06

J'aimerai dire quelque mot sur ce sujet qu'est la solitude , je me suis toujours pris la tête avec moi même , a me demander pourquoi je cherche indiscutablement l'amour d'autrui , même dans les personnes parfois mauvaises j'y cherchais le bon , de vouloir être toujours intégré et même entouré , et me sentant malgré tout toujours seul au fond , quand je prennais l'espace d'une seconde du recul sur cette soirée ou tout le monde s'amuse , ce moment ou tout le monde semble en osmose a crier bonne année et moi , a distribuer des bises des bonne année , a regarder les visages , puis une fois l'excitation redescendu , m'asseoir et ressentir cette solitude , comme si j'étais avec moi même , a m'observer moi même ..en train d'observer les autres , et me répéter : Allez profite , les gens s'amuse , bois , t'es dépressif !Telleemnt , me sentir aussi seul , comme une dit un proverbe " il n'y a pas pire solitude que celle éprouvé avec les gens"

Et ca m'arrivait souvent de m'être en pleine discussion , comme 95% des fêtes ou les gens parlent de banalités , et moi je cherchais a comprendre pourquoi j'avais l'impression de ressentir une exclusion alors que j'etais dans la discussion , c'était un sentiment trés étrange , comme si une partie de moi , mon masque social savait qu'il devait intéragir comme programmé , mais ma conscience m'observais et me disait tout le temps" Mais qu'est ce que tu raconte.... pourquoi tu la regarde comme ca en souriant....c'est incohérent ....tu va la blesser..."

Et a l'inverse , aprés avoir a chaque fois eu et combler ce besoin incessant de me "ressourcer" solitairement , c'est comme si je me disait ahh j'aimerai connaitre le sentiment de fraternité que j'ai parfois en groupe , je me sens seul !! Au fond j'étais ressourcer et je n'avais qu'une envie , donner du sourire , partager , blaguer , mais , malgré que j'arrivais a combler ces besoins , ca ne durait jamais bien longtemps , je me retrouvé toujours avec des gens sympa , mais hypocrites , souriant mais peu longtemps , empathique mais sur du superficiel , et malgré tout même chez le pire abruti , j'en venais presque a le pardonner d'être comme tel et j'essayais ( en fait c'est instinctif) de communiquer avec lui selon ses codes pour être apprécier , et ce cercle vicieux et un peu l'histoire de beaucoup je pense , se retrouver seul , chercher de l'amour , a en donner , a comprendre , donc retrouver de la compagnie , pour se vider , réaliser , et avoir besoin de se ressourcer etc.....

EtPlanVie

Messages : 8
Date d'inscription : 22/07/2016

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par higeekomori le Ven 30 Juin 2017 - 15:49

A voté ! J'ai répondu “très très très souvent”... et sans avoir consulté les résultats d'abord. Donc pas influencé.

Toutefois, perso, si je trouve que le sondage a le mérite d'exister, il est tout de même un peu bancal. Car il peut y avoir la solitude choisie et la solitude subie. Hors, là, ni l'une ni l'autre de ces deux tendances n'est visible. Rolling Eyes

Moi, je suis solitaire par choix. Et si j'ai pas répondu “absolument toujours”, c'est parce que je vis avec quelqu'une et que c'est toujours un plaisir de la retrouver après un bon gros moment de solitude, justement.

En tout état de cause, ce “très très très souvent” signifie au moins que je suis conscient de cet état au fil de mes journées. J'y pense souvent. Parfois, je m'arrête même de faire ce que je suis en train de faire pour me dire à quel point ça peut être bon d'être seul. Je sonde le vide, mesure le temps, respire le calme... Si d'autant plus l'ambiance est au silence pur ou à la musique doucement anxiolytique, là, on frôle carrément le bonheur......... ;-)
higeekomori
higeekomori

Messages : 394
Date d'inscription : 20/03/2015

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Souffledautomne le Dim 29 Oct 2017 - 18:20

Bonsoir,


Pour ma part il m'arrive très souvent de me sentir seule puisque je ressens ce malaise en cours. Je suis étudiante et à l’université je me sens tellement seule. J'ai pourtant une très bonne amie mais je me sens seule...


Pourquoi cette impression ? N'est-ce pas qu'une simple impression dû à un manque de confiance en soi ou est-ce réellement un fait ? Pourquoi même accompagnée (bonne amitié) je me sens seule/parfois vide ?? non




Souffledautomne
Souffledautomne

Messages : 67
Date d'inscription : 22/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par olivier77 le Dim 29 Oct 2017 - 22:28

On se sent plus seul dans un hall de gare avec plein de gens qui ne nous correspondent pas que seul dans une forêt, entouré de chose merveilleuse et de vie.
Si tu te sens seul, c'est que ce que tu fais sur le moment présent ne te nourris pas complètement.

Ton amie t'intéresse, te touche, mes partages tu tous tes ressentis, émotions, envie avec elle.
Serait elle capable de te suivre "à l'arrache", sur un coup de tête pour faire un truc qui te fait vibrer dur le moment?
Quand tu tripe sur une explication, dissertation et que tu laisse filer tes pensées, qui d'autres que toi peut te suivre et être là (surtout quand tu le fait que dans ta tête: et d'ailleurs le verbaliser ces frustrer la fluidité et donc le plaisir Smile )
bref, la solitude fait forcément parti de l'aventure.
Et en même temps, elle te permet de t'apprécier comme singulier, unique dans ce monde, avec tes choix qui t'appartiennent!
L'important n'est pas de se sentir seule, mais de savoir vivre le moment présent de temps en temps et de savoir vivre aussi avec les autre des moment exaltant et intense. Reste à trouver les personnes avec qui c'est possible (même si ce sont des évènement très ponctuels)
Bonne introspection
olivier77
olivier77

Messages : 64
Date d'inscription : 17/08/2017
Age : 38
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Souffledautomne le Lun 30 Oct 2017 - 16:30

Bonjour,


"Ce que tu fais sur le moment présent ne te nourris pas complètement" et je ne peux qu'approuver !
La psychologie me plaît beaucoup mais c'est vrai qu'à mon goût j'apprends peu en cours. En revanche chez moi je cherche en continu de l'information et j'adore ça ! Laughing

"Mais partages tu tous tes ressentis, émotions, envies avec elle ?", effectivement la réponse est non. Sur certains points nous ne sommes pas tout le temps d'accord (comme ça arrive dans de nombreuses relations). Toutefois là le point ciblé est un soucis que je vis et dont je n'ai pas la force d'en parler à ce jour. Ce n'est pas un grand problème seulement c'est mon vécu et j'ai déjà tenté de parler d'un certain sujet à une amie qui visiblement n'était pas réceptive (manque de regard/de question/d'intérêt disons).


Je te remercie pour ta réponse Olivier77 !
Tu m'amènes à réfléchir autrement quelque part puis ça m'a permis de mettre sur papier mon ressentis pour repartir de plus belle Wink


Bonne journée !
Souffledautomne
Souffledautomne

Messages : 67
Date d'inscription : 22/10/2017

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par liline le Sam 11 Nov 2017 - 19:41

Bonjour j'ai mis toujours parceque je me sent tout le temps seule depuis très longtemps je n'ai pas d'amis ou très et je n'ai personne avec qui me parler qui pourrai me comprendre. .. si quelqu'un c'est ce que ça ou qu'il est dans le même cas que moi dites le moi s'il vois plaît.

liline

Messages : 18
Date d'inscription : 11/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Pieyre le Sam 11 Nov 2017 - 20:16

Tu ne crois pas que cela dépend des circonstances et pas seulement de nous ? Si je n'avais pas eu une famille aimante et si je n'avais pas rencontré quelques personnes qui m'ont apprécié et qui m'ont recontacté alors que je ne leur donnais plus signe de vie, sans compter tous les gens avec qui j'échange sur les forums, eh bien, oui, comme je l'ai vécu, ou presque, je pourrais être seul des jours, des mois, voire des années. Tout en la regrettant, je peux supporter la solitude, ce qui ne prédispose pas tant que cela à aller vers les autres. Et pourtant, il suffit d'être pris dans quelques relations, et puis cela s'enchaîne, au point où l'on peut se sentir débordé. Encore faut-il l'accepter quand cela se présente, même si l'on prévoit d'être déçu. Maintenant, on peut aussi choisir : il y a nombre d'occasions, à moins d'être isolé, et l'est-on tant que cela désormais quand on peut communiquer à distance ?

Pieyre

Messages : 20533
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par liline le Sam 11 Nov 2017 - 20:21

oui j'ai une famille aimante mais je n'ai pas d'amis je me sent trop differente et pas à ma place et incomprise. alor j'esais de chercher à rencontrer des gens comme moi ou capable de me comprendre ou du moins avec qui je peux développer des vrais relations amicales à double sens. pcq c'est otut le temps qui vais vers les gens pcq je suis gentille c'est ma nature mais personne ne le fais pour moi en dehors de ma mère et du coup je me sent très seule.

liline

Messages : 18
Date d'inscription : 11/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Pieyre le Sam 11 Nov 2017 - 20:37

Bon, je m'aperçois que tu es très jeune. Alors, ce n'est pas pour minimiser ce que tu ressens; mais, quand j'étais au lycée, à part mes parents, mon frère et ma sœur, je n'avais pas tellement de relations avec les autres moi non plus. C'est venu davantage en faculté, et puis au travail. Ce que je veux dire, c'est qu'il t'arriveras naturellement d'avoir des interactions avec d'autres personnes, en fonction des circonstances où forcément, même si l'on ne va pas vers les autres, le seul fait d'être attentif à eux fait qu'ils viennent vers nous. Ce qu'il faut éviter, c'est de ne pas saisir ces occasions là, parce qu'après, on peut vraiment être laissé-pour-compte, et que c'est très difficile ensuite, parce que cela demande un effort personnel pour retrouver le contact : faire partie d'un club, d'une association, etc.

Pieyre

Messages : 20533
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par liline le Sam 11 Nov 2017 - 21:04

oui je sais que je serai plus épanouis à la fac mais pour le moment c'est dure

liline

Messages : 18
Date d'inscription : 11/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Bibo le Sam 11 Nov 2017 - 21:30

liline a écrit:oui je sais que je serai plus épanouis à la fac mais pour le moment c'est dure
Il y a différents moyens sur le forum pour rencontrer des gens, même ne serait-ce qu'échanger, profites en !
Bibo
Bibo

Messages : 2565
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 28
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par liline le Sam 11 Nov 2017 - 21:37

merci bibo

liline

Messages : 18
Date d'inscription : 11/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Lujan le Mer 15 Nov 2017 - 16:42

Bonjour liline,

Je crois que je comprends ce que tu veux dire. J'ai aussi des phases "personne ne peut me comprendre" et quelque part, c'est vrai. C'est vrai pour n'importe qui, zèbre ou pas.
Je ne suis pas sociable. Je côtoie des gens par nécessité, parfois c'est agréable d'être obligé de faire un pas dans le monde, mais ça me demande toujours un effort.
Quand je rencontre quelqu'un, je suis partagée entre l'envie de fusionner et celle de couper les ponts pour préserver mon espace vital, et c'est parfois la dernière option que je choisis sur un coup de tête. Les gens qui me connaissent depuis longtemps savent respecter ma solitude choisie, même si c'est bizarre. Je pars du principe qu'aucune relation n'est parfaite mais que certains moments le sont, et c'est ça qui est important.
Bref, n'attends pas forcément de trouver quelqu'un qui te comprenne du tout au tout (même si je souhaite que ça existe, bien évidemment), mais essaye de prendre les moments de complicité comme ils se présentent et de t'en nourrir de l'intérieur.
Plus facile à dire qu'à faire, mais courage à toi Wink

Lujan

Messages : 125
Date d'inscription : 08/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par L1ily_ le Mer 15 Nov 2017 - 18:18

La solitude, cette impression de vide immense qui m'entoure, ce vide qui s'immisce dans une discussion, dans mes relations avec les autres...

En discutant avec les autres, je sens souvent que je veux trop creuser les sujets, que ça agace beaucoup... que les détails ne sont pas important. L'obligation de ne traiter les sujets qu'en surface, ou bien de discuter de choses pour lesquelles je n'ai pas ou peu d'intérêt fait que je me sens terriblement seule avec mes pensées et mes réflexions.
Le fait d'aimer profondément les autres, le fait de vouloir tout ou trop donner, le fait d'être trop intense et d'aimer de la manière la plus pure qui soit fait de moi quelqu'un de terriblement seul.
Le fait de voir le monde qui se détruit peu à peu et de voir que les gens n'en ont pas grand chose à faire, le fait de voir que la peine des autres ne touchent personne et en amuse certains.
Le fait de ne pas accepter qu'il y ait de la pauvreté, le fait de vouloir changer les choses et de savoir que c'est possible mais que les autres n'en ont pas conscience fait également de moi, quelqu'un de terriblement seul.
Le fait de vouloir tout comprendre et qu'on ne m'explique que la règle sans ses fondements (à l'école) et que je veuille à chaque fois tout comprendre, que les profs disent ne pas comprendre mes questions, que ce sont des questions trop éloigné du sujet, que ce n'est pas utile pour l'examen, fait de moi quelqu'un de seul dans ma classe.
Le fait d'être rejeté involontairement par les autres sans jamais savoir pourquoi, quand il y a un groupe, inconsciemment il n'y a pas de place pour moi dans le cercle ou sur le trottoir, je suis sois derrière, soit devant.

Quand je suis seule, je me sens moins seule. Je ne sais pas comment l'expliquer, mais je dirai que je me sens seul qu'au milieu des autres. Quand je suis seule, il n'y a personne donc la solitude est plus acceptable, elle est naturel. Mais quand je suis au milieu des gens, je me sens terriblement seule.

L1ily_

Messages : 1
Date d'inscription : 15/11/2017

Revenir en haut Aller en bas

La solitude - Page 2 Empty Re: La solitude

Message par Invité le Mer 15 Nov 2017 - 18:34

Souvent j'y pense. Je crois.
Mais je peux pas faire sans, j'ai pas envie moi de passer mon temps au tel, sur les réseaux sociaux, à discuter et bavarder sur l'actualité ou des choses comme ça. J'ai pas envie de voir et d'appeler ma famille qui n'on rien à dire si ce n'est rien et des critiques.
J'ai pas envie d'avoir des amis qui n'en sont pas, juste ça passe le temps.
Pas envie qu'on m'envahissent de mauvaise pensées, de règles générales, de soucis qui n'en sont à peine.

Je veux du merveilleux, de la profondeur, de l'amour, de la vérité, de la magie, du rire, de la beauté. Alors je me sens seule oui, mais je trouve plus ici toute seule de ces choses là, que là-bas, au milieux des sérieux et des tristes.

Rylke à dit que la solitude était la chose la plus difficile, et ce pourquoi il fallait s'y tenir. Et il avait raison.
C'est difficile oui, mais nom de dieu, c'est une grâce.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum