Contes et belles histoires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contes et belles histoires

Message par offset le Ven 11 Juil 2014 - 19:58

Au commencement, les arbres et les hommes parlaient la même langue. Ils s'échangeaient des silences, des secrets, des rires. Mais un jour, tout bascula.
Des hommes inventèrent la grande peur pour garder les mystères de l'univers, et tout contrôler. Les arbres furent témoin de la chute de l'humanité. Certains
y échappèrent. On les appelle les Hommes du Silence...


Les hommes du silence




Un homme redonne vie à une terre aride en y semant des glands de chêne :

L'homme qui plantait des arbres


offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Sam 12 Juil 2014 - 19:05

"Un père africain donne des "leçons de vie" à ses enfants à travers le Conte. Leurs questionnements face à la vie, leurs envies, leurs problèmes, sont les prétextes à une histoire riche d'enseignement. Chaque phase de l'histoire emmène les enfants dans un voyage imaginaire mêlant images réelles et animations..."

Papa Yaya


offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Dim 13 Juil 2014 - 13:30

Un enfant chinois cherche la montagne bleue qu'il aperçoit au loin...



offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par Invité le Dim 13 Juil 2014 - 13:52


sans mots

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par Ištar le Lun 14 Juil 2014 - 17:21

Merci.
Je ne met que la bande annonce, mais un de mes dessin animé préféré. En règle général les oeuvres de Michel Ocelot.

Suis encore hors sujet Embarassed

Ištar
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2211
Date d'inscription : 07/02/2014
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Lun 14 Juil 2014 - 17:50

Une communauté de lions vit paisiblement dans une vallée luxuriante. Mais, après la naissance de la petite Suki et de son frère Linus, la tranquillité du clan est perturbée par une attaque de lions nomades, qui sévissent habituellement de l'autre côté de la rivière. Le petit lion Fleck se retrouve orphelin. Il est adopté par Macheeba, la maman de Suki et Linus. De son côté, Suki est éblouie par Dark, le plus magnifique et le plus indépendant des vagabonds. En grandissant, Suki et Linus se rebellent et partent explorer la savane, non sans un certain danger. Mais la rivière qui les protège des vagabonds s'assèche...



offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par Ištar le Lun 14 Juil 2014 - 19:37



Il y avait aussi: Le petit cheval bossu mais je ne trouve pas de vidéo nulle part.
Trés beau film, à voir ou à revoir (ça c'est mon côté totalement immature  Very Happy  )

Ištar
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2211
Date d'inscription : 07/02/2014
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Lun 14 Juil 2014 - 22:14


offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Lun 21 Juil 2014 - 23:27

Le Prince et La Pierre Magique + La Tortue Au Coeur D'or




La reine semeuse de lotus


offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Lun 21 Juil 2014 - 23:28

La légende de Sadko


offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Lun 21 Juil 2014 - 23:32

La djinné, la jeune femme et l'oiseau - un conte du Sénégal


offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Mar 22 Juil 2014 - 13:31


offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par Ise le Mer 23 Juil 2014 - 6:09

Un maître offre un melon à son disciple.
"Comment trouves-tu ce melon ? lui demande-t-il, a-t-il bon goût ?"
"Oui, oui ! Très bon goût !", répond le disciple.
Le maître pose alors cette question :
"Qui a bon goût, le melon ou la langue ?"
Le disciple réfléchit, répond :
"Cette saveur provient de l'interdépendance, pas seulement de celle du goût du melon et de la langue, mais également de l'interdépendance de..."
"Idiot ! Triple idiot ! coupe le maître en colère.
Pourquoi compliques-tu ton esprit ? Ce melon est bon.
Ce goût est expliqué par ce seul aspect. La sensation est bonne. Cela suffit."
Les pensées personnelles limitent, catégorisent et compliquent

Extrait de LE BOL ET LE BATON Cent vingt contes zen racontés par Maître Taïsen Deshimaru
Collection Albin Michel

 Very Happy 

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Mer 23 Juil 2014 - 15:25

La blessure


Il était une fois un garçon avec un sale caractère. Son père lui donna un sachet de clous et lui dit d'en planter un dans la barrière du jardin
chaque fois qu'il perdrait patience et/ou se disputerait avec quelqu'un.
Le premier jour il en planta 37 dans la barrière. Les semaines suivantes, il apprit à se contrôler, et le nombre de clous plantés dans la barrière diminua jour après jour :
il avait découvert que c'était plus facile de se contrôler que de planter des clous.
Finalement, arriva un jour où le garçon ne planta aucun clou dans la barrière. Alors il alla voir son père et il lui dit que pour ce jour il n'avait planté aucun clou. Son père
lui dit alors d'enlever un clou dans la barrière pour chaque jour où il n'aurait pas perdu patience. Les jours passèrent et finalement le garçon put dire à son père qu'il avait
enlevé tous les clous de la barrière.
Le père conduisit son fils devant la barrière et lui dit : "Mon fils, tu t'es bien comporté mais regarde tous les trous qu'il y a dans la barrière. Elle ne sera jamais comme
avant. Quand tu te disputes avec quelqu'un et que tu lui dis quelque chose de méchant, tu lui laisses une blessure comme celle-là. Tu peux planter un
couteau dans un homme et après le lui retirer, mais il restera toujours une blessure. Peu importe combien de fois tu t'excuseras,
la blessure restera. Une blessure verbale fait aussi mal qu'une blessure physique.
Les amis sont des bijoux rares, ils te font sourire et t'encouragent. Ils sont prêts à t'écouter quand tu en as besoin, ils te soutiennent et t'ouvrent leur cœur.
Montre à tes amis combien tu les aimes".
http://www.dorffer-patrick.com/article-philosophie-une-belle-histoire-la-blessure-113304883.html

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Mer 23 Juil 2014 - 15:27

Les six aveugles et l’éléphant

Un jour de grand soleil,
Six aveugles originaires de l’Hindoustan,
Instruits et curieux,
Désiraient, pour la première fois,
Rencontrer un éléphant
Afin de compléter leur savoir...

Le premier s’approcha de l’éléphant
Et, alors qu’il glissait
Contre son flanc vaste et robuste,
Il s’exclama : « Dieu me bénisse,
Un éléphant est comme un mur ! ».

Le deuxième, tâtant une défense
S’écria « Oh ! Oh !
Rond, lisse et pointu!
Selon moi, cet éléphant
Ressemble à une lance ! »

Le troisième se dirigea vers l’animal,
Pris la trompe ondulante
Dans ses mains et dit :
« Pour moi, l’éléphant est comme un serpent ».

Le quatrième tendit une main impatiente,
Palpa le genou
Et fut convaincu qu’un éléphant
Ressemblait à un arbre !

Le cinquième s’étant saisi par hasard de l’oreille, dit :
« Même pour le plus aveugle des aveugles,
Cette merveille d’éléphant
Est semblable à un éventail ! »

Le sixième chercha à tâtons l’animal
Et, s’emparant de la queue qui balayait l’air,
Perçu quelque chose de familier :
« Je vois, dit-il, l’éléphant est comme une corde ! »

Alors, les 6 aveugles
Discutèrent longtemps et passionnément,
Tombant chacun dans un excès ou un autre,
Insistant sur ce qu’il croyait exact.

Ils semblaient ne pas s’entendre,
Lorsqu’un sage, qui passait par-là,
Les entendit argumenter.

« Qu'est-ce vous agite tant ? » dit-il.
« Nous ne pouvons pas nous mettre d’accord
Pour dire à quoi ressemble l’éléphant ! »

Et chacun d’eux lui dit ce qu’il pensait à ce sujet.
Le sage, avec son petit sourire, leur expliqua :
« Vous avez tous dit vrai !

Si chacun de vous décrit l'éléphant
Si différemment,
C’est parce que chacun a touché
Une partie de l’animal très différente !
L’éléphant à réellement les traits
Que vous avez tous décrits. »

« Oooooooh ! » exclama chacun.
Et la discussion s'arrêta net !
Et ils furent tous heureux d’avoir dit la réalité,
Car chacun détenait une part de vérité.

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Jeu 24 Juil 2014 - 16:15

Les yeux de l'âme
Imagination d'un conteur

Deux hommes, tous les deux gravement malades, occupaient la même chambre d'hôpital. L'un d'eux devait s'asseoir dans son lit pendant une heure chaque après-midi afin d'évacuer les secrétions de ses poumons. Son lit était à côté de la seule fenêtre de la chambre. L'autre homme devait passer ses journées couché sur le dos.

Les deux compagnons d'infortune se parlaient pendant des heures. Ils parlaient de leurs épouses et familles, décrivaient leur maison, leur travail et les endroits dans lesquels ils avaient passé leurs vacances. Et chaque après-midi, quand l'homme dans le lit près de la fenêtre pouvait s'asseoir, il passait son temps à décrire à son compagnon de chambre tout ce qu'il voyait dehors.

L'homme dans l'autre lit commença à vivre pour ces périodes d'une heure où son monde était élargi et égayé par toutes les activités et les couleurs du monde extérieur.

De la chambre, la vue donnait sur un parc avec un beau lac. Les canards et les cygnes jouaient sur l'eau tandis que les enfants faisaient voguer leurs bateaux, modèles réduits. Les gens se promenaient parmi des fleurs aux couleurs de l'arc-en-ciel. De grands arbres décoraient le paysage et on pouvait apercevoir au loin la ville se dessiner. Pendant que l'homme près de la fenêtre décrivait tous ces détails, l'homme de l'autre côté de la chambre fermait les yeux et imaginait la scène pittoresque.

Lors d'un bel après-midi, l'homme près de la fenêtre décrivit une parade qui passait par là. Bien que l'autre homme n'ait pu entendre l'orchestre, il pouvait le voir avec les yeux de son imagination, tellement son compagnon le dépeignait de façon vivante.

Les jours et les semaines passèrent…

Un matin, à l'heure du bain, l'infirmière trouva le corps sans vie de l'homme près de la fenêtre, mort paisiblement dans son sommeil. Attristée, elle appela les préposés pour qu'ils viennent prendre le corps.

Des qu'il sentit que le temps était approprié, l'autre homme demanda s'il pouvait être déplacé à côté de la fenêtre. L'infirmière, heureuse de lui accorder cette petite faveur, s'assura de son confort, puis elle le laissa seul.

Lentement, péniblement, le malade se souleva un peu, en s'appuyant sur un coude pour jeter son premier coup d'œil dehors. Enfin il aurait la joie de voir par lui-même ce que son ami lui avait décrit. Il s'étira pour se tourner lentement vers la fenêtre près du lit. Or tout ce qu'il vit, fut... un mur !

L'homme demanda à l'infirmière pourquoi son compagnon de chambre décédé lui avait dépeint une toute autre réalité.

L'infirmière répondit que l'homme était aveugle et ne pouvait même pas voir le mur. « Peut-être, a-t-il seulement voulu vous encourager. » commenta t-elle.

Il y a un bonheur extraordinaire à rendre d'autres heureux, en dépit de nos propres épreuves. La peine partagée réduit de moitié la douleur, mais le bonheur, une fois partagé, s'en trouve doublé. Si vous voulez vous sentir riche, vous n'avez qu'à compter, parmi toutes les choses que vous possédez, celles que l'argent ne peut acheter…

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Jeu 24 Juil 2014 - 16:16

Le philosophe
L'ordre des priorités

Le philosophe Avant son cours de philosophie, un professeur est debout en avant de la classe avec quelques objets devant lui.

Lorsque le cours commence, il prend doucement un très grand pot vide et commence à le remplir avec des balles de golf. Ensuite, il demande aux étudiants si le pot est plein. Ils sont tous d'accord pour dire que le pot est plein.

Le professeur prend alors une boîte de petits graviers et les verse dans le pot. Il secoue le pot doucement. Les cailloux roulent dans les espaces laissés entre les balles de golf. Ensuite, il redemande aux étudiants si le pot est plein. Ils sont tous d'accord pour dire que le pot est plein.

Le professeur prend ensuite un sac de sable et verse le sable dans le pot. Évidemment, le sable remplit tout l'espace restant. Il demande une autre fois si le pot est plein. Les étudiants répondent unanimement que le pot est plein.

Le professeur prend ensuite deux verres d'eau et les verse complètement dans le pot et l'eau remplit tous les espaces laissés par le sable. Les étudiants rient. « Maintenant! », dit le professeur lorsque les rires s'estompent. « Je veux que vous imaginiez que ce pot représente votre vie.

Les balles de golf représentent les choses importantes : votre famille, vos enfants, votre santé, vos ami(e)s et vos passions favorites. Les choses que, si vous perdez tout le reste sauf ces choses, votre vie restera remplie.

Les cailloux représentent les autres choses importantes à vos yeux comme votre emploi, votre maison et votre auto. Le sable représente tout le reste les petites choses.

« Si vous placez le sable en premier dans le pot » continue le professeur « alors il n'y aura plus de place pour les cailloux ni pour les balles de golf. C'est la même chose dans la vie. Si vous dépensez toute votre énergie sur les petites choses, vous n'aurez jamais de place dans votre vie pour les choses que vous trouvez importantes. »

Portez attention aux moments critiques de votre bonheur. Jouez avec vos enfants. Prenez le temps d'aller voir votre médecin pour votre examen général. Invitez votre amoureux (se) au restaurant. Jouez un autre 18 trou. Il sera toujours temps de nettoyer la maison et de réparer le broyeur.

Prenez soin de vos balles de golf en premier. Les choses ayant vraiment de l'importance. Réévaluez vos priorités. Le reste étant seulement du sable.

Un des étudiants lève la main et demande qu'est-ce que l‘eau représente ?

Le professeur répond en souriant « Je suis heureux que vous me posiez la question. L'eau est là seulement pour vous rappeler que peu importe comment votre vie semble remplie, il y a toujours de la place pour déguster un bon café avec un(e) ami(e).


Dernière édition par offset le Jeu 24 Juil 2014 - 16:23, édité 1 fois

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Jeu 24 Juil 2014 - 16:22

Le secret du bonheur

Un vieux monsieur envoya son fils apprendre le secret du bonheur auprès du plus sage de tous les hommes. Le jeune garçon marcha quarante jours dans le désert avant d’arriver finalement devant un beau château, au sommet d’une montagne.

C’était là que vivait le Sage dont il était en quête.

Notre héros entra dans une salle où se déployait une activité intense : des marchands entraient et sortaient, des gens bavardaient dans un coin, un petit orchestre jouait de suaves mélodies, et il y avait une table chargée de mets les plus délicieux de cette région du monde. Le Sage parlait avec les uns et les autres, et le jeune homme dut patienter deux heures durant avant que ne vînt enfin son tour.

Le Sage écouta attentivement le jeune homme lui expliquer le motif de sa visite, mais lui dit alors qu’il n’avait alors pas le temps de lui révéler le secret du bonheur. Et il lui suggéra de faire un tour de promenade dans le palais et de revenir le voir à deux heures de là. « Cependant, je veux vous demander une faveur » ajouta le Sage, en remettant au jeune homme une petite cuillère, dans laquelle il versa deux goutes d’huile : « Tout au long de votre promenade, tenez cette cuillère à la main, en faisant en sorte de ne pas renverser l’huile ».

Le jeune homme commença à monter et descendre les escaliers du palais, en gardant toujours les yeux fixés sur la cuillère. Au bout de deux heures il revint en présence du Sage. « Alors, demanda celui-ci, avez-vous vu les tapisseries de Perse qui se trouve dans ma salle à manger ? Avez-vous vu le parc que le Maitre des Jardiniers a mis dix ans à créer ? Avez-vous remarqué les beaux parchemins de ma bibliothèque ? »

Le jeune homme, confus, dut avouer qu’il n’avait rien vu du tout. Son seul souci avait été de ne point renverser les gouttes d’huile que le Sage lui avait confié.

« Et bien, retournez faire connaissance des merveilles de mon univers, on ne peut se fier à un homme si l’on ne connait pas la maison qu’il habite. », lui dit le sage.

Plus rassuré maintenant, le jeune homme prit la cuillère et retourna se promener dans le palais, en prêtant attention, cette fois, à toutes les œuvres d’art qui étaient accrochées aux murs et aux plafonds. Il vit les jardins, les montagnes alentours, la délicatesse des fleurs, le raffinement avec lequel chacune des œuvres d’art était disposée à la place qui convenait. De retour auprès du Sage, il relata de façon détaillée tout ce qu’il avait vu.

« Mais où sont les deux gouttes d’huile que je t’avais confiées? » demanda le Sage.

Le jeune homme, regardant alors dans sa cuillère, constata qu’il les avait renversées.

« Et bien, c’est là le seul conseil que j’aie à te donner : le secret du bonheur est de regarder toutes les merveilles du monde, mais sans jamais oublier les deux gouttes d’huile dans la cuillère! »

Un extrait de « L’Alchimiste » de Paolo Coelho

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par Ištar le Jeu 24 Juil 2014 - 16:49

Merci Off pour ces beaux contes. Si l'idée proposée par Ise a muri, je te propose ces deux sites:
http://www.lessignets.com/signetsdiane/signet/contes.htm
http://www.iletaitunehistoire.com/genres/contes-legendes
 Bisous

Ištar
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2211
Date d'inscription : 07/02/2014
Age : 40

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Jeu 24 Juil 2014 - 20:03

Supercali, Merci pour ces liens et merci à Ise pour sa participation à ce fil

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par Rose_Sables le Dim 10 Aoû 2014 - 0:39

Voici une légende amérindienne bien connue, que j'aime beaucoup et qui pour ma part me rassure... Je fais ce que je peux à mon niveau pour aider notre monde.

Légende du Colibris :
Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »

Rose_Sables
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 6
Date d'inscription : 10/08/2014
Age : 30
Localisation : Yvelines

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Dim 17 Aoû 2014 - 19:32

Rose_Sables, très belle histoire qui devrait nous faire réfléchir, ce n'est certes qu'une goutte d'eau
mais rassemblées avec beaucoup d'autres elles deviennent puissantes

http://www.bonheurpourtous.com/botext/c-don.html


offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Mar 9 Sep 2014 - 20:24

Le poids du verre

Il était une fois un professeur de psychologie  qui se promenait sur une scène tout en enseignant les principes de gestion du stress à un auditorium rempli d’étudiants.
Comme il a soulevé un verre d’eau, tout le monde s’attendait à être invité à répondre à la question typique « du verre à moitié vide ou du verre à moitié plein ». Au lieu de cela, avec un sourire sur son visage, le professeur a demandé : «  combien pèse ce verre d’eau que je tiens ? »
Les étudiants ont crié des réponses allant de quelques dizaines de grammes à un plus d’une centaine de grammes.
Il répondit : «  de mon point de vue, le poids absolu de ce verre n’a pas d’importance. Tout dépend pendant combien de temps je le tiens. Si je le tiens pendant une minute ou deux, il est assez léger. Si je le tiens pendant une heure, son poids pourrait me faire un peu mal au bras. Si je le tiens toute une journée, mon bras sera probablement rempli de crampes et il se sentira complètement engourdi, paralysé, me forçant à laisser tomber le verre parterre. Dans chaque cas, le poids du verre ne change pas, mais plus je le tiens et plus je sens qu’il est lourd. »

Comme la classe secoua la tête en accord, il poursuivit, « vos contraintes et les soucis de la vie sont un peu comme ce verre d’eau. Pensez à eux pendant un certain temps et rien ne se passe. Pensez-y un peu plus et vous commencez à avoir mal un peu. Pensez à eux toute la journée et vous vous sentirez complètement engourdi et paralysé, incapable de faire autre chose jusqu’à ce que vous les laissiez tomber. »




Le requin et l’appât

Au cours d’une expérience de recherche en biologie marine on a placé un requin dans un grand bassin, puis on a libéré plusieurs petits poissons d’appâts dans le bassin.
Comme on peut s’y attendre, le requin qui nageait autour du bassin a rapidement attaqué et mangé les petits poissons.
Le biologiste marin a ensuite inséré une plaque épaisse de fibre de verre transparent dans le bassin, créant ainsi deux parties distinctes. Il a alors mis le requin sur un côté de la plaque de verre et un nouvel ensemble de poissons d’amorce de l’autre.
Encore une fois, le requin a attaqué rapidement. Cette fois, cependant, le requin a percuté le diviseur en plaque de verre et a rebondi. Sans se décourager, le requin ne cessait de répéter ce comportement pendants quelques minutes, mais en vain. Pendant ce temps, les poissons appâts nageaient autour de la deuxième partie du bassin, sain et sauf. Finalement, environ après une heure de cette expérience, le requin a abandonné.
Cette expérience a été répétée plusieurs dizaines de fois au cours des semaines suivantes. Chaque fois, le requin devenait moins agressif et faisait moins de tentatives pour attaquer les poissons appâts, jusqu’à ce que finalement le requin soit fatigué de frapper le diviseur en fibre de verre. Pour simplement cesser tout à fait d’attaquer.
Le biologiste marin a ensuite retiré le diviseur de fibre de verre, mais le requin n’a pas attaqué. Le requin a été formé à croire qu’une barrière existait entre lui et les poissons appâts, de sorte que les poissons appâts ont nagé où ils voulaient, sans dommage.

La morale : beaucoup d’entre nous, après avoir connu des revers et des échecs, abandonnent et arrêtent d’essayer, comme le requin dans l’histoire, nous croyons que parce que nous n’avons pas réussi dans le passé, nous allons toujours échouer. En d’autres termes, nous continuons à voir un obstacle dans nos têtes, même si aucune barrière « réelle » existe entre l’endroit où nous sommes et où nous voulons aller.

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Sam 31 Oct 2015 - 23:15

Les trois fils - Conte africain !

Le Royaume de Sabou avait un puissant chef du nom de Moro. Non seulement Moro était puissant mais en plus il était détenteur du sceptre de Viziok, un bâton magique permettant de diriger la foudre.

Un jour, Moro sentit la fin de sa vie arriver. Il fit venir ses enfants afin de leur parler :

- Mes fils, écoutez-moi ! Je suis devenu faible, il faut que le plus courageux d’entre vous me remplace. Pour que je choisisse mon successeur, il faut que chacun me conte son œuvre la plus fantastique.

Le premier de ses fils pris alors la parole :

- Père, tu te souviens lorsque les envahisseurs ont attaqué notre Royaume. Moi seul les ai combattus et les ai mis en déroute avec pour seule arme mes mains alors qu'ils étaient fortement armés et nombreux.

Le deuxième fils parla à son tour :

- Père, tu te souviens lorsque les lions de la grande forêt ont attaqué notre peuple. Moi seul ai osé les combattre et les ai mis à mort avec comme seul arme mes poings.

Ce fut alors au tour du troisième enfant de Moro :

- Il est vrai que nous avons été attaqués par des envahisseurs et par des lions. Moi, je ne les ai pas combattus seul et ni avec mes mains. J'ai pris mes meilleures armes et appelé l'armée ce qui a permis de vaincre les lions et de repousser nos agresseurs.
Le vieux chef, après l'audition de ses trois enfants réfléchit pendant longtemps et déduit que l'enfant le plus courageux était celui qui avait dit la vérité c'était à dire son troisième fils.

Moro l'appela et lui dit :

- Puisque tu as dit la vérité, tu es le plus courageux. Je te remets le sceptre de Viziok qui te permettra de diriger le royaume de    Sabou une fois ma fin venue.

Ses deux autres enfants apprirent alors à leurs dépens que dire la vérité est souvent l'acte le plus courageux qui existe en ce monde.

Auteur inconnu

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par offset le Dim 1 Nov 2015 - 11:14

Le pêcheur mexicain

Au bord de l'eau dans un petit village côtier mexicain, un bateau rentre au port, ramenant plusieurs thons. L'Américain complimente le pêcheur mexicain sur la qualité de ses poissons et lui demande combien de temps il lui a fallu pour les capturer :

" Pas très longtemps ", répond le Mexicain.

" Mais alors, pourquoi n'êtes-vous pas resté en mer plus longtemps pour en attraper plus ? " demande l'Américain.
 Le Mexicain répond que ces quelques poissons suffiront à subvenir aux besoins de sa famille.

L'Américain demande alors : " Mais que faites-vous le reste du temps ? "

" Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Le soir, je vais au village voir mes amis. Nous buvons du vin et jouons de la guitare. J'ai une vie bien remplie ".

L'Américain l'interrompt : " J'ai un MBA de l'université de Harvard et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Avec l'argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un deuxième et ainsi de suite jusqu'à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l'usine, et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, Los Angeles, puis peut-être New York, d'où vous dirigeriez toutes vos affaires. "

Le Mexicain demande alors : " Combien de temps cela prendrait-il ? "

" 15 à 20 ans ", répond le banquier américain.

" Et après ? "

" Après, c'est là que ça devient intéressant ", répond l'Américain en riant.

" Quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions ".

" Des millions? Mais après ? "

" Après, vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos
 petits-enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare
 avec vos amis. "

Auteur inconnu

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes et belles histoires

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:25


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum