Rivalité destructrice entre frère et soeur

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Invité le Sam 12 Juil 2014 - 16:21

Si c'est usant pour toi, tu devrais lui dire. C'est un grand garçon malgré tout, tu n'es sans doute pas plus "forte" que lui, et tu n'as pas à l'être - mais pour qu'il le sache il faut lui dire Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Brunissen le Sam 12 Juil 2014 - 16:26

Oh il le sait, c'est un garçon intelligent Wink 
N'empêche qu'il a tout le temps besoin d'être rassuré, encouragé. Il en vaut la peine, mais s'il pouvait choper un peu de confiance en lui au fil du temps, ce ne serait pas si mal...
Et surtout se libérer de ce fonctionnement malsain qui le fait souffrir (je le vois bien, je suis aux premières loges et c'est pas tous les jours folichon).

Brunissen
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 15
Date d'inscription : 11/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Invité le Sam 12 Juil 2014 - 16:41

Arf, ce n'est pas à toi de le "guérir", tu es sa copine, pas sa psy.

Prends soin de toi  Wink 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Brunissen le Sam 12 Juil 2014 - 16:48

Je n'ai aucune intention d'être sa psy, peut-être que j'en fais trop, je ne sais pas, mais en même temps c'est normal de s'entraider dans un couple, non? C'est juste que je vois bien que ce problème dépasse le simple "coup dur" et qu'il a besoin d'aide pour le surmonter.

Brunissen
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 15
Date d'inscription : 11/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Invité le Sam 12 Juil 2014 - 16:55

Bah, en te focalisant sur les problèmes que tu vas voir (qui en sont ou pas pour lui - j'en sais rien) tu risques de ne voir plus que ça, en t'oubliant au passage.
Je trouve que c'est infantilisant pour lui, et que toi ça te fait un peu disparaitre, comme si tu étais une observatrice/aide qui n'est plus complétement là.

Mais j'en sais rien. Je dis ce qui me passe par la tête, mais j'aurais pu sans doute dire autre chose aussi.

Et en plus, je crois que tu as dit qu'il avait commencé une thérapie, ou quelque chose comme ça, donc il a de l'aide.

Au final, tu sais mieux où tu en es que n'importe qui sur le forum.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Senna le Sam 12 Juil 2014 - 17:33

Mon expérience personnelle n'est pas la même mais bon...Peut-être que ça peut aider malgré tout...

J'ai une grande sœur qui a 30 ans (j'en ai moi-même 26). Quand on était petites on s'entendait très bien, on était assez complices. Mais on a toujours été très différentes (en tout cas perçues comme tel par le reste de la famille) : elle avec un très gros (parfois sale) caractère, ne passant pas inaperçue, et moi la petite fille bien sage, gentille et réservée. J'ai beaucoup souffert de cette image car j'avais l'impression d'être prise pour quelqu'un d'insignifiant et sans personnalité (en réalité je n'arrive à dévoiler ma forte personnalité qu'en présence des gens qui comptent pour moi, et je n'ai jamais été proche de ma famille -excepté mes parents-). J'enviais beaucoup ma sœur, ses facilités sociales, le fait qu'elle ait plein d'amis alors que ça a toujours été plus difficile pour moi. Et puis j'ai appris que ma sœur souffrait aussi beaucoup de l'image qu'elle renvoyait, qu'elle avait l'impression d'être la fille méchante et égocentrique qui n'hésite pas à écraser sa petite sœur pour exister.

Bref toujours est-il qu'avec les années notre relation s'est beaucoup dégradée (sans doute en partie à cause de tout ça, plus également le fait que j'ai eu des grosses difficultés personnelles qui m'ont (encore plus) renfermée sur moi-même), jusqu'au point de non retour où ça a bien éclaté et où on s'est dit des trucs vraiment dur...C'était il y a 5 ans maintenant. On ne se parle plus directement, bien que je sais qu'elle prend régulièrement des nouvelles de moi via mes parents. Moi par contre, je n'ai toujours pas digéré les propos qu'elle a eus envers moi. Pour moi elle ne fait plus partie de ma vie, sauf lors de réunions familiales où on est obligées d'être là, et où je ne peux m'empêcher d'être énervée par son comportement (la fille drôle et sympa qui fait rire, qui est complice avec tout le monde, et qui à mes yeux sonne très faux dans la mesure où les réunions de famille sont très rares et par conséquent d'après moi tout à fait artificielles et hypocrites).

Me découvrir HP m'a permis de me sentir un peu mieux vis-à-vis de ma sœur, en me disant que c'était sans doute la cause de l'"échec" de ma vie sociale comparée à celle de ma sœur. Et puis horreur, j'ai commencé à avoir de gros doutes : ma sœur serait-elle aussi HP? J'ai appris par mes parents que sous ses airs très confiants elle avait elle aussi de gros problèmes de confiance en elle...Et d'autres signes ne trompent pas...Car finalement nous sommes beaucoup plus semblables que ce que les gens peuvent penser au premier abord...

Bref c'est difficile aujourd'hui pour moi de me dire qu'avec le même "handicap" (être HP), ma sœur a beaucoup mieux réussi que moi (du moins en apparence). Aujourd'hui je n'ai aucune envie de reprendre contact avec elle, j'ai besoin de faire mon chemin toute seule sans toujours me comparer à elle, car se comparer c'est ce qu'il y a de plus toxique. J'espère que dans quelques années je me sentirai assez bien avec moi-même que pour pouvoir peut-être recommencer une relation plus saine avec ma sœur.

Bref, la situation n'est pas tout à fait comparable à celle de ton ami, et puis moi j'ai l'avantage que mes parents n'ont jamais pris parti pour l'une ou l'autre. Mais de mon point de vue, si le dialogue n'est pas possible il faut que ton copain coupe les ponts, au moins pour un certain temps. Le temps de réaliser ses projets et de construire sa vie à lui sans jugement extérieur.

Senna
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 86
Date d'inscription : 19/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Brunissen le Dim 13 Juil 2014 - 11:03

Senna, merci pour ton témoignage! Il se rapproche énormément de ce que vit mon copain. Lui aussi a cette peur que sa sœur soit également HPI, et du coup de perdre le "bénéfice" de la zébritude (même si c'est irrationnel, ça s'impose à lui). On dirait que la prise de distance est souvent nécessaire...Bon épanouissement à toi^^

Brunissen
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 15
Date d'inscription : 11/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par ZeBrebis le Dim 13 Juil 2014 - 14:16

Brunissen a écrit:Donc ils passent du temps ensemble, ils s'amusent, ils sortent un peu, ils discutent jusqu'au moment où il est très à l'aise. C'est là qu'elle lui dit à chaque fois, innocemment: "tiens j'ai réalisé un nouveau projet pour mon école, donne-moi ton avis!" et elle lui met sous le nez un truc qui le démolit pour quelques jours.
Je vais hasarder une idée basique : pourquoi pas ne lui dire qu'il est mal à l'aise devant ses réussites lorsqu'elle veut lui montrer son travail ? Cela lui permettrait d'expliquer son malaise à la principale intéressée, qui à mon avis montrera également son ressenti.

Il y a peut-être une part de compétition et de plaisir d'écraser un peu de la part de la soeur, mais si son frère lui dit qu'il souffre je suis à peu près persuadée que sa soeur ne voudra pas le pousser dans ses retranchements.
Comme lorsqu'on joue à se bagarrer ; lorsque l'autre dit "stop j'ai mal" on a tendance à se sentir merdeux et à arrêter, puis même à aller vers l'autre pour s'excuser et parler.

Remâcher dans son coin pendant des heures et en devenir monomaniaque, alors que sa soeur n'est certainement pas totalement consciente de ce qu'elle produit, et qu'elle a elle aussi ses failles (contrairement à son fantasme) et sa sensibilité (ne lui en déplaise, il n'en a pas le monopole)...c'est un grand gâchis.

C'est dommage, d'ailleurs, à regarder ce qu'il y a dans l'assiette des autres il en oublie de se servir et de manger lui-même visiblement.

ZeBrebis
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1257
Date d'inscription : 01/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par the kick inside le Dim 13 Juil 2014 - 15:03

Brunissen a écrit:Senna, merci pour ton témoignage! Il se rapproche énormément de ce que vit mon copain. Lui aussi a cette peur que sa sœur soit également HPI, et du coup de perdre le "bénéfice" de la zébritude (même si c'est irrationnel, ça s'impose à lui). On dirait que la prise de distance est souvent nécessaire...Bon épanouissement à toi^^

Parfois j'ai l'impression que le problème qui empêche beaucoup de gens d'avancer vraiment, c'est que l'excuse du HP a permis de renarcissiser un peu les personnes, celles-ci vont s'appuyer sur cette nouvelle donnée pour rétablir une confiance en elles même. Or si elles découvrent que d'autres personnes n'ont jamais été entravées par leur HP, encore plus si ce sont des proches avec qui il y a rivalité, et que donc ce n'est pas là la cause de leur échec, c'est toute leur estime qui va s'effondrer puisque l'explication est ailleurs.
Donc elles vont s'accrocher bec et ongles à cet acquis, et justifier leurs lacunes à la lumière de cet ersatz illusoire d'estime de soi. D'ailleurs quand la question du QI revêt une telle importance pour quelqu'un, c'est qu'il y a autre chose de larvé, pour ne pas dire baleine sous gravier.

Par conséquent, à mes yeux, dans cette histoire, ça c'est le problème de surface, mais qui persistera tant que le fond ne sera pas affronté et le taureau pris par les cornes.

Le fond c'est qu'il semble avoir intégré la honte d'être un homme (mère très culpabilisante, pétrie de ressentiment misandre), ce qui a sapé toute volonté d'affirmation chez lui, et l'autosabotage était peut être un moyen inconscient de (re)gagner l'amour de sa mère (je ne fais pas d'ombre: je ne suis pas une menace).
Pour sortir des dynamiques familiales malsaines, je ne peux qu'adhérer à l'idée d'une prise de distance, voire une coupure. Il faut s'extraire de ce noeud de vipères et du rôle névrotique qui nous a été incombé dans sa famille, pour pouvoir gagner son autonomie en tant qu'individu, définir sa place dans le monde en agissant selon ses propres critères et non plus ceux que nous avons introjectés...

the kick inside
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 669
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par ErikFromFrance le Dim 13 Juil 2014 - 20:20


La relation entre cet ami et sa soeur semble complexe. En même temps il est question de complicité et de haine. Comment est-ce possible ? Ce que je vois dans cette explication c'est surtout que le mec se sent dévalorisé et défavorisé dans l'image que ses parents lui renvoient. Du coup il est normal qu'il éprouve une jalousie. Il faudrait soit qu'il arrête de se comparer à sa soeur, soit qu'il discute avec ses parents (ou juste avec son père si la mère est irrécupérable) pour expliquer qu'il est en manque de reconnaissance et qu'il a l'impression d'être dévalorisé. Il faut vraiment qu'il juge sa propre vie selon des critères différents de ceux appliqués à sa soeur. Il ne fait pas les études d'art. Il ne s'oriente pas vers l'art (ou pas le même). Alors qu'il établisse simplement les choses qu'il a envie de faire dans sa vie et qu'il s'y applique pour réussir selon des critères qui ne s'appliquent qu'à lui-même et à ses désirs !

Personnellement, j'ai des circonstances vaguement comparables de problèmes avec ma soeur et après être passé par toute une variété de sentiments (amitié, jalousie, haine, mépris...), j'ai simplement tourné la page. Si ça signifie que je ne la reverrai jamais (ou alors en de très rares occasions familiales), ainsi-soit-il ! C'est dommage parce que j'aime bien mes nièces et mon beauf. Mais je ne vais pas la forcer à m'apprécier et je ne vais pas essayer de lui sortir la tête de son cul avec ses jugements à l'emporte-pièce contre tout le monde. Elle et ma mère (pas de père) se sont toujours bien entendues et ont toujours bien communiqué ensemble tandis que j'ai toujours été le gamin différent. Et j'ai beaucoup de différences de point de vue et de différences de fonctionnement avec elles. J'entretiens le contact occasionnel avec ma maman mais aucun avec ma soeur.

Si ton ami est au chômage, cela n'aide pas. A la limite, il faudrait voir s'il n'a pas intérêt à prendre un boulot, même pourri, plutôt que de rester à macérer dans l'inactivité et l'opprobre social associé au chomage. Il pourra continuer à chercher du boulot en parallèle d'un taf pourri. Mais au moins ça lui permettra de croiser des gens et d'avoir un minimum de reconnaissance tandis que le chomage génère des sentiments négatifs. Même un taf à mi-temps, c'est mieux que rien, quitte à prendre un boulot non-qualifié. A moins qu'il soit à l'aise avec l'isolation sociale, ce qui me semble être un trait de personnalité rare.

Dans le même temps, qu'il profite du temps libre pendant son chômage pour découvrir de nouvelles choses. Si Pole-Emploi lui propose des formations, qu'il les fasse ! Si non, qu'il découvre de nouvelles choses à travers les livres ou à travers YouTube ! Qu'il apprenne un langage informatique ! Qu'il apprenne des rudiments de menuiserie ! Qu'il apprenne ou améliore son anglais ! Qu'il aille faire de la course à pied tous les 2 jours ! Qu'il dresse une liste de choses qu'il aimerait accomplir et barre les objets de cette liste à mesure qu'il les réalise !

ErikFromFrance
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2860
Date d'inscription : 10/04/2014
Age : 38
Localisation : Roci Nantes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Invité le Lun 14 Juil 2014 - 11:59

ErikFromFrance a écrit:Si ton ami est au chômage, cela n'aide pas. A la limite, il faudrait voir s'il n'a pas intérêt à prendre un boulot, même pourri, plutôt que de rester à macérer dans l'inactivité et l'opprobre social associé au chomage. Il pourra continuer à chercher du boulot en parallèle d'un taf pourri. Mais au moins ça lui permettra de croiser des gens et d'avoir un minimum de reconnaissance tandis que le chomage génère des sentiments négatifs. Même un taf à mi-temps, c'est mieux que rien, quitte à prendre un boulot non-qualifié. A moins qu'il soit à l'aise avec l'isolation sociale, ce qui me semble être un trait de personnalité rare.

Dans le même temps, qu'il profite du temps libre pendant son chômage pour découvrir de nouvelles choses. Si Pole-Emploi lui propose des formations, qu'il les fasse ! Si non, qu'il découvre de nouvelles choses à travers les livres ou à travers YouTube ! Qu'il apprenne un langage informatique ! Qu'il apprenne des rudiments de menuiserie ! Qu'il apprenne ou améliore son anglais ! Qu'il aille faire de la course à pied tous les 2 jours ! Qu'il dresse une liste de choses qu'il aimerait accomplir et barre les objets de cette liste à mesure qu'il les réalise !


Je plussoie, même si des boulots à mi-temps, on n'en trouve encore moins facilement.

Puisque la discussion est intéressante, je voudrais soulever un paradoxe : le psy. De mon expérience, pour reprendre confiance en soi, il n'y a rien de pire que de côtoyer des psys. Je ne parle pas dans un cadre thérapeutique, mais bel et bien en dehors. Ils ont l'art et la manière de transformer du 20% en 80% et de vous "tuer" symboliquement derrière un mot ou une théorie. Votre existence doit disparaître au profit de leur cohérence théorique (et ainsi, psychique) : votre parole ne compte pas, d'où la communication unilatérale (ce qui affreux). Sans compter ce qu'ils ont induits eux-même, j'y reviendrai plus bas. Je vais prendre un exemple tout simple : Il y a quelques années, j'ai eu des questionnements que j'ai "traité" en analyse. A la vue de mes questionnements, tous mes psy se sont posés la question de savoir si j'étais psychotique avant de se raviser définitivement, soit au bout d'une séance, soit au bout d'un an (ça arrive...). Bien. Mais pour tous les psys que je croiserais en dehors d'un cabinet, je serais psychotique. Et si ce n'est pas ça, c'est autre chose, de toutes façons. Évidemment, ça force à les fuir dés que j'en croise un. Alors pour la confiance en soi, "faudra repasser dans 100 ans. Un jour, on sera offishal".

La vie est ainsi faite comme disait le prophète...
Aujourd'hui maquereau, demain tapette...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Brunissen le Lun 14 Juil 2014 - 18:04

Ze Brebis: mon ami a déjà essayé de parler à sa sœur, mais peut-être qu'il n'a pas suffisamment expliqué à quel point il se sentait blessé. C'est vrai en même temps que ce n'est pas facile d'avouer des sentiments aussi "honteux" que la jalousie ou l'amertume...

The kick Inside: bah comment dire...tu mets le doigt pile où ça fait mal? Je ne pense pas que mon ami essaie de "justifier ses lacunes à la lumière de cet ersatz illusoire d'estime de soi" qu'est sa découverte du HP, mais c'est certain qu'il y a un gouffre dans son estime de lui-même. Mais soyons honnêtes: les gens réellement sûrs d'eux souffrent-ils de rivalité, de jalousie? Et d'ailleurs, quand on est satisfait de sa vie, est-ce qu'on va passer un test de QI?

Erik from France: tout comme Nessie, je te plussoie...le fait d'être au chômage aggrave encore les choses. Je pense d'ailleurs que très souvent, l'indépendance morale dépend de l'indépendance financière...Ce qui est sûr c'est que la petite reconnaissance sociale qu'offre un boulot, même à temps partiel et guère intéressant, peut permettre de mieux assumer ses choix de projets personnels...

Nessie: d'accord avec toi pour les psys...Si je tenais compte de ce que certains m'ont balancé, j'aurais du mal à garder le moral^^

Brunissen
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 15
Date d'inscription : 11/07/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par ZeBrebis le Lun 14 Juil 2014 - 20:31

Brunissen a écrit:Ze Brebis: mon ami a déjà essayé de parler à sa sœur, mais peut-être qu'il n'a pas suffisamment expliqué à quel point il se sentait blessé. C'est vrai en même temps que ce n'est pas facile d'avouer des sentiments aussi "honteux" que la jalousie ou l'amertume...
Je pense qu'il peut tenter d'aborder avec elle le fait qu'il ait un peu de mal avec les parents, et notamment la mère. Je mets ma main à couper que la misandrie maternelle met sa soeur peu à l'aise même si elle n'en est pas la cible. Avoir la place de chouchou a ses avantages et ses inconvénients, dont le fait d'avoir un peu trop de pression et de présence (et de sentir aussi que tout cela est injuste).

En bref, je crois qu'il faut qu'il arrête de voir sa soeur en opposition à lui, et pour cela il n'y a pas cinquante moyens : il faut parler à coeur ouvert.
J'ai aussi une soeur surdouée mais n'ayant aucun souci ni au niveau social ni au niveau réussite. Bien que toutes deux surdouées nous n'avons pas le même tempérament et n'avons pas évolué de la même manière. Et j'ai perdu pied quand elle a tenu bon (et je pense aussi que ma mère se sentait plus proche d'elle que de moi, étant donné que j'apportais surtout des problèmes et des questions bizarres de son point de vue).

J'ai évidemment complexé à un moment, et parfois méprisé ma soeur pour cette réussite qui la rendait si affreusement "normale".
Du coup, c'était d'une injustice crasse qu'on admire une personne si normée et que moi je sois seule dans mon coin à m'enfoncer. C'était une preuve de mauvais goût de la part des autres  What a Face 
Bon, et en fait dans l'histoire mon souci c'était que je méprisais un peu tout le monde, et un peu aussi le monde du travail. Je crachais sur le monde et m'étonnais de ne pas y avoir de place.
Ma soeur était uniquement un symbole qui me narguait.

Et heureusement je suis revenue de tout cela, descendue de ma tour d'ivoire. Maintenant j'en suis au stade où je commence à me projeter réellement dans le monde, ce qui n'était pas gagné il y a 10 ans, époque où j'étais totalement rentrée en moi-même.
Ton copain arrive-t-il à mener des projets ? Est-ce vraiment sa soeur qui pose problème ou le fait que ton copain n'ait pas encore construit une vie à lui ?

Bon, et puis il y a à prendre de la distance avec sa mère en tout cas. Je ne sais pas s'il a commencé à digérer le fait qu'il a été élevé par une femme qui n'a pas été bienveillante envers lui ?
J'ai mis du temps rien qu'à passer sur le fait que ma mère s'est entêtée dans ses erreurs et ne m'a pas assez accompagnée malgré les signes de mal-être. Au moins elle n'a jamais fait de tirade qui mette en doute ma valeur.

ZeBrebis
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1257
Date d'inscription : 01/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par LaGamoucheZ. le Mer 16 Juil 2014 - 9:35

Bonjour

Il y a beaucoup de choses qui se mélangent, je vais donner mon avis (j'aime bien, pardon!), et aussi suggérer deux bouquins que j'adore et qui pourraient surement aider l'ami en question à cheminer.

D'abord, je pense que c'est plus facile de détester un frère ou une sœur qu'un parent donc même si inconsciemment la personne a surement conscience que c'est plus de la "faute" des parents que de celles de sa sœur, je pense qu'il ne s'autorise pas à pointer du doigt ses parents, et notamment parce qu'il y croit encore, qu'un jour ils vont l'aimer comme il le mérite. C'est logique, humainement parlant, même si ça n'est pas rationnel (j'espère être claire, chuis pas sûre).

De ce que tu dis, il semble qu'il y a une interaction (pas très saine!) entre les parents que ceux-ci ont "renvoyé" sur leurs enfants, surement inconsciemment, mais la mère qui dit à sa fille devant son fils "tous les hommes...", ben, lui se le prend en pleine poire, mais vu de l'extérieur c'est évident que ça n'est pas pour lui.

S'il pouvait (mais c'est pas simple) cheminer, et arriver à se dire qu'il faut laisser à ses parents ce qui leur appartient, et lui prendre ce qui lui appartient (par exemple, que fait-il de leur manière de le soutenir ou de le descendre, que fait-il de sa relation avec sa soeur), délimiter comme dit Nessie, ça l'aiderait surement!

Et pour finir, les bouquins:
"Je t'en veux, je t'aime," d'Isabelle Filliozat (Je suis très fan d'elle sur les relations humaines, ses livres sont simples et évidents!) Ce livre est sur la relation avec des parents qui nous font du mal (exprès ou pas), et comment avancer, voire réparer la relation.
et "jalousies et rivalités entre frères et soeurs", de Faber et Mazlich, qui a la base est plus fait pour des parents qui n'en peuvent plus que leurs enfants se bagarrent, mais qui du coup permet de poser aussi un autre regard sur notre fratrie.

Bon courage! et tiens-nous au courant si tu peux

La Gamouche


Dernière édition par LaGamoucheZébrée le Mer 16 Juil 2014 - 9:36, édité 1 fois

LaGamoucheZ.
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 664
Date d'inscription : 29/05/2014
Localisation : Cité des Gônes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Invité le Mer 16 Juil 2014 - 9:35

Je refais une parenthèse sur mon ancien colloc. Lui, il est allé tellement loin qu'il s'amusait même à enregistrer ses amis pour préparer des dossiers et pour les nuire. C'était une rivalité de pilleur de tombes !

Brunissen a écrit:The kick Inside: bah comment dire...tu mets le doigt pile où ça fait mal? Je ne pense pas que mon ami essaie de "justifier ses lacunes à la lumière de cet ersatz illusoire d'estime de soi" qu'est sa découverte du HP, mais c'est certain qu'il y a un gouffre dans son estime de lui-même. Mais soyons honnêtes: les gens réellement sûrs d'eux souffrent-ils de rivalité, de jalousie? Et d'ailleurs, quand on est satisfait de sa vie, est-ce qu'on va passer un test de QI?

C'est fou comme avec de la nullité, on peut transformer de vieilles cicatrices mal refermées en plaies béantes, et ensuite reprocher la taille des plaies. Ceci dit, les gens réellement sûrs d'eux peuvent aussi souffrir de la rivalité et de la jalousie... des autres... dans la vie privée, au travail, etc (ce qui peut aussi pousser à se protéger derrière un manque de confiance en soi, etc). :-s Mais on peut aussi être très reconnaissant du travail des autres ! Y compris après du "fritage" cordial, mais là je m'égare. Et puis, la confiance en soi, c'est complexe. Quelle est la part de confiance en soi, de confiance dans les autres ? Quels sont les secteurs où j'ai confiance en moi et ceux où je doute ? Je trouve que les expériences jouent aussi pas mal dans la confiance en soi. Mais, en effet, je pense également que la clé, c'est d'arriver à avoir une vie satisfaisante. Et pour cela, reconstruire les injustices, ré-assoir ses valeurs, reconstruire de nouveaux rêves et accepter qu'il y a des blessures qui ne se refermeront peut-être jamais. Et ainsi, aussi de savoir qui l'on est et ce que l'on désire. Je file, je dois préparer mon nouveau déménagement. Je ne sais pas si je reviendrai sur ce forum... alors,

Bon foruming !


Dernière édition par Nessie le Mer 16 Juil 2014 - 10:31, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par LaGamoucheZ. le Mer 16 Juil 2014 - 9:51

Pour le taf, un moyen facile de trouver un temps partiel, et de retrouver une vie sociale professionnelle, même si ce n'est pas valorisant intellectuellement et qu'on sent mauvais, est d'aller faire le tour des fast-foods.
J'ai fait ça en étant étudiante, et je trouve qu'il y a des avantages:
- on peut choisir ses plages horaires, y compris le soir et le week-end, donc,ça laisse beaucoup de temps libre
- on sait que c'est temporaire, on arrete quand on veut, donc ça aide à supporter potentiellement des managers pas fins
- en général, les équipes sont jeunes, ce qui est plus sympa que des jobs où on est avec des gens coincés en CDI dans des boulots qui seraient pour nous des jobs purement alimentaires (je veux dire par exemple caissier, ou autres, ce que j'ai vécu aussi comme étudiante)
- on ramène de l'argent
- personne ne te demande tes qualifications, juste ta motivation
Il y a un inconvénient majeur:
- on pue la frite
Globalement, moi j'ai adoré ;-)

Sinon, rien à voir, mais lorsque vous parlez d'exprimer ce qu'on ressent, vous pouvez aller voir du côté de la CNV (communication non violente), un des gros piliers est de savoir exprimer ses besoins. Isabelle Filliozat mentionne certaines techniques, sans les lier à la CNV "officielle", et il y a aussi Thomas Gordon qui fait des livres super bien sur ces techniques.

Courage!

LaGamoucheZ.
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 664
Date d'inscription : 29/05/2014
Localisation : Cité des Gônes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Charlyz le Lun 4 Aoû 2014 - 20:02

j'espère que ce n'est pas trop tard, et que je ne rapporte pas des propos déjà énoncés (je n'ai lu que quelques participations aléatoirement), mais voilà, j'ai aussi une relation chaotique avec ma soeur et cela depuis petite.
Rivalité et simplement trop aux antipodes l'une de l'autre. Je crois qu'on ne s'est jamais vraiment comprise, et que la position de nos parents n'a en rien aidé, que ce soit pour elle ou pour moi-même. J'ai toujours été très jalouse de ma soeur que j'ai toujours senti plus aimé que moi (dont de mon grand-père, qui lui m'a rejeté du fait que j'étais une fille et que je signais définitivement avec moi la fin de son nom de famille...alors qu'il vénérait ma grande soeur qui était la première de la famille), alors j'ai toujours tout fait pour être la petite fille parfaite, comme pour la dépasser, et pour obtenir de l'attention de mes parents.
Mais mes parents ayant peut-être perçu que j'avais plus de potentiel que ma soeur, l'ont toujours plus supporté que moi (je ramenais un 19, ouais c'est bien ma fille. Ma soeur avait un 10 en maths --> champagne!). le problème c'est que du coup je cherchais à en faire plus pour qu'ils me voient, et indirectement je devais aussi faire plus de mal à ma soeur, ce que je ne voulais pas... Et elle se vengeait du mieux qu'elle le pouvait. Je faisais tout pour elle et je n'ai rien eu en retour, que des "méchancetés"(j'étais sa confidente absolu, je la couvrais sans cesse, je lui prêtais mes fringues, je masquais ses conneries...)
C'est en gros mon histoire avec ma soeur. Ce qui a été le plus toxique, c'est d'être hypersensible et qu'elle ne l'était pas.
Ca a fini par me faire trop de mal au fil des ans. J'ai mis beaucoup de temps à m'y résoudre, mais me libérer de son emprise m'a soulagé comme rien ne l'aurait pu: j'ai décidé de ne plus rien attendre d'elle.
Rien de bon, rien de mauvais, juste n'avoir aucune attente. Ne pas se dire "c'est ma soeur alors ça devrait être comme ci/comme ça", non. C'est une étape longue et éprouvante mais nécessaire. Maintenant quand je la vois, on se respecte, pas de rancoeur, rien, une relation presque "normale" mais en repartant des réunions familiales je ne me sens plus aussi mal que je pouvais l'être...
Je conseille donc de ne pas couper les ponts, mais de décider de ne plus rien attendre de la cause de son mal-être. C'est un travail qui pourrait se faire seulement par ton copain, surtout uniquement si LUI le décide...
Voilà, c'était plutôt brouillon mais tant pis^^

Charlyz
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 188
Date d'inscription : 29/08/2012
Age : 24
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par ISIS75 le Dim 10 Aoû 2014 - 1:20

la thérapie familiale peut peut être aussi fonctionner. Et puis autant entre un HP et un normopensant, il peut y avoir des problèmes d'entente, autant cela est aussi tout autant possible entre 2 HP...

ISIS75
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1481
Date d'inscription : 28/01/2014
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par LaGamoucheZ. le Ven 5 Sep 2014 - 15:13

A-t-on des nouvelles de Brunissen?

LaGamoucheZ.
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 664
Date d'inscription : 29/05/2014
Localisation : Cité des Gônes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rivalité destructrice entre frère et soeur

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 11:35


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum