La paix, c'est ch*ant!

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Lun 7 Juil 2014 - 7:29

Le mental vit dans un cercle vicieux : il crée lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre.» Swami Prajnanpad

Et sortir de là n'est pas quelque chose d'attractif.
C'est comme si il n'y avait "plus rien".

Imaginez une discothèque au beau milieu d'une forêt.
A l'intérieur, tout est bruyant, agité. Il faut crier pour communiquer. Les yeux sont éblouis par les lazers. Il y a des tas d'informations à tous les niveaux sensoriels. Une débauche de sensations! Nous sommes comblés.

Mais voilà, le temps passe...il faut rentrer.
La transition est rude. Dehors, le vide! C'est calme, en paix. C'est ch*ant!

Je marche dans la forêt, ma tête bourdonne encore de la fête, je suis comme endormie. Mais peu à peu mes oreilles s'habituent au calme de ce jour naissant.
Maintenant je perçois jusqu'aux moindres craquements, un oiseau s'envole, d'autres commencent à chanter, une libellule virevolte autour d'une flaque, une faible lueur éclaircit le sous-bois, des odeurs sucrées et boisées, une petite brise....un million d'informations....mon souffle s'accélère, je sens battre mon cœur, je me sens légère, je me sens bien!


Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par keyofspirit le Lun 7 Juil 2014 - 8:27

La paix...Sortir du mental pour sombrer dans l' infini... Ou simplement en sortir pour réhabiter pleinement son corp que l' on a tendance à déserter et à peu ressentir tant on est perdu dans l' esprit , Hors nous sommes bien un duo corps esprit, et c' est une erreur de négliger l' un au profit de l' autre

keyofspirit
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 128
Date d'inscription : 19/03/2014
Age : 29
Localisation : 71

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Invité le Lun 7 Juil 2014 - 8:37

http://www.dailymotion.com/video/x5xkcv_buffet-froid_news

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Lun 7 Juil 2014 - 18:45

keyofspirit a écrit:La paix...Sortir du mental pour sombrer dans l' infini... Ou simplement en sortir pour réhabiter pleinement son corp que l' on a tendance à déserter et à peu ressentir tant on est perdu dans l' esprit , Hors nous sommes bien un duo corps esprit, et c' est une erreur de négliger l' un au profit de l' autre

J'aime bien aussi l'idée d'intégration...dans un merveilleux yin/yang, tout harmoniser, ne rien rejeter, tout "utiliser"

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Lun 7 Juil 2014 - 18:45

Niente a écrit:http://www.dailymotion.com/video/x5xkcv_buffet-froid_news

Excellent, merci! J'connaissais pas  Razz 

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Jeu 10 Juil 2014 - 6:55

Il y a la guerre partout!
ZC n'échappe pas à la règle! Elle se déroule en ce moment sur de nombreux fils.
C'est probablement la chose qui m'a le plus étonnée en arrivant ici.
Je suis un peu idéaliste. J'avais idéalisé cet endroit.
Ce n'est pas la savane que je croyais, c'est la jungle.
D'où vient ce besoin de partir toujours en guerre? Une vieille habitude ancestrale?
Et vas-y que chuis pas d'accord avec ce que tu dis, et vas-y que j'te bombarde avec mes arguments et vas-y qu'on se traite de co*s et la boucle est bouclée!
C'est bien beau l'intelligence, mais lorsqu'elle n'est pas associée au cœur, je trouve ca aussi nul que la conn*rie.
Petit coup de gueule du matin n'est pas signe de chagrin....
Désolée mais tout ca me rappelle des paroles de mon père lorsqu'il me posait une question et que je ne savais pas y répondre. Il disait : ca vaut bien la peine d'avoir fait des études!
Jamais un mot de réconfort, jamais un encouragement, le cœur fermé quoi!
Et pourtant il y avait de l'amour.....quand j'ai compris son mécanisme de fonctionnement, cet amour a pu s'exprimer.....enfin!
Bon alors quoi? On se les dit ces mots d'amour? Qu'on vive éternellement le happy end....
Je nous aime  Very Happy 

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par ou-est-la-question le Jeu 10 Juil 2014 - 10:14

oui la paix c'est chiant
et puis c'est chiant à obtenir
mais cela ne se conquiert pas
cela se travaille
un travail sur soi
toujours travailler sur soi
c'est usant à la fin
et c'est chiant à la longue
accorder le corps à la pensée ?
le verbe à la chair ?
dans un but d'harmonie ?
mais ce n'est qu'un son à 2 cordes ,
bien loin de l'harmonie ,
la vraie
yeap j'ai tenu compte de mon corps
et l'ai accordé avec mes pensées !
et alors ? tu es contente ? satisfaite ?
non, même pas
car je suis bien loin de l'accord parfait
ça sonne faux
c'est un auto-statisfecit lyophilisé
qui est devenu instantané
comme dans une station service
une boisson chaude ou froide
de mauvais goût
ou sans aucun goût
sans même une once d'amertume
c'est ça la paix ?
tssss c'est un succédané de paix
un produit de substitution
un générique de paix que l'on te vend à pas cher
à pas chair
pour que tu prennes conscience de ton corps
et que tu croix que d'un coup de baguette magique
corps et pensées vont s'accorder
et même si c'est le cas
même si cela arrive
tu te sens vraiment et sincèrement en paix toi ?
ben non puisque les autres ne le sont pas
ce que c'est chiant la paix......

ou-est-la-question
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1494
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par ou-est-la-question le Jeu 10 Juil 2014 - 10:59

ce matin j'ai eu une seconde de paix
il y a du y avoir un coup de freins dans mon écervelé
car toutes mes pensées se sont stoppées en même temps
puis les auto-tamponneuses ont repris leur course
je ne cherche même plus à enlever les batteries de mes neurones
cela ne sert à rien puisqu'ils sont autonomes
d'ailleurs je ne sais pas pourquoi ils viennent me titiller comme ça
puisqu'ils n'ont plus besoin de moi
ça doit être leur côté m'as-tu-vu
sont pas des plus discrets car il faut qu'ils soient vu
et quel vacarme ! Quel boucan !
je ne peux même pas leur ôter le son
je ne sais pas quelle énergie ils utilisent pour s'agiter et gueuler comme ça
mais la tienne pauvre idiote !
Tsss que je suis sotte
mais ouf ce matin j'ai eu une seconde de paix
je l'ai savourée , dégustée
à 10 centièmes de seconde j'en ai repris
et à 20 , et 30 aussi
je l'ai étirée
et m'en suis délectée
ça a bon goût la paix
un petit goût de miel
et pendant un quart de seconde je me suis sentie abeille
butinant  ,prenant mon temps ,choisissant mon pistil
un autre quart de seconde je volais dans le ciel
puis  suis devenue nuage poussée par le vent
hummmmmm......me suis sentie légère légère
aérienne, brise ,brise du ciel ,brise de mer
sans aucune tempête
puis je me suis retrouvée dans l'océan
nageant nageant
plongeant tout au fond ,aux fins fonds
là où la nuit éternelle rencontre des poissons d'un autre âge
je n'ai pas vu le temps passer...
badaboum boum boum la seconde s'était écoulée
les auto-tamponneuses ont repris les auto-routes de mes idées
et les voilà qui se croisent et s'entre-croisent à vive allure
et je sais que cela va durer toute la journée
et une partie de la nuit
ça pour sur que la paix c'est chiant  
car c'est bien trop bref , mais c'est tellement bon …..

ou-est-la-question
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1494
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Jeu 10 Juil 2014 - 13:32

La paix est un état d'esprit avant tout.
J'ai compris ca.
J'ai trouvé du sens à ca.
C'est donc en soi que tout commence.
Jusqu'où irais-je sur ce chemin?
Je ne pourrais le dire maintenant.
Tout ce que je peux dire c'est que les petites "guéguerres" internes s'amenuisent.
Et ca, c'est très bon, délicieux même!
J'en veux encore, pour moi, pour les autres, pour tous les autres car sans eux, je ne suis rien.
Et ayant trouvé la paix, je la leur souhaite. Comment pourrait-il en être autrement?
Cela voudrait alors dire que je n'ai pas vraiment trouvé la paix.
Mon chemin c'est de renforcer cette paix, encore et toujours, à travers mes échanges avec les autres et avec moi-même et les différentes facettes qui me constituent.
Déjà il n'y a plus de petit diable sur mon épaule droite ni de petit ange sur mon épaule gauche, occupés à me dicter ordres et contre ordres. Ils travaillent ensemble maintenant.
Je ne suis plus tiraillée entre le bien et le mal. Ils sont tous deux utiles. Ce sont de bons instruments lorsqu'on apprend à les utiliser adéquatement.
L'un ayant le potentiel de mener à l'autre. Il suffit alors d'utiliser le potentiel de l'un comme de l'autre.
Le potentiel de l'œuf peut se trouver dans la poule.
Le potentiel de la poule peut se trouver dans l'œuf.
On ne fait pas d'omelette sans casser des œufs....euh non, rien à voir  lol! 
Aaaahhhh l'humour, c'est bien aussi  Razz 


Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Je vous aime / Naomi Klein 6X2011

Message par guyom zigre doUx le Jeu 10 Juil 2014 - 15:03

Zarbitude a écrit:
Je nous aime  Very Happy 

Je vous aime.

Et je ne dis pas cela pour que des centaines d’entre vous me répondent en criant « je vous aime ». Même si c’est évidemment un des avantages de ce système de « microphone humain ». Dites aux autres ce que vous voudriez qu’ils vous redisent, encore plus fort.

Hier, un des orateurs du rassemblement syndical a déclaré : « Nous nous sommes trouvés. » Ce sentiment saisit bien la beauté de ce qui se crée ici. Un espace largement ouvert – et une idée si grande qu’elle ne peut être contenue dans aucun endroit – pour tous ceux qui veulent un monde meilleur. Nous en sommes tellement reconnaissants.

S’il y a une chose que je sais, c’est que les 1 % [les plus riches] aiment les crises. Quand les gens sont paniqués et désespérés, que personne ne semble savoir ce qu’il faut faire, c’est le moment idéal pour eux pour faire passer leur liste de vœux, avec leurs politiques pro-entreprises : privatiser l’éducation et la Sécurité sociale, mettre en pièces les services publics, se débarrasser des dernières mesures contraignantes pour les entreprises. Au cœur de la crise, c’est ce qui se passe partout dans le monde.

Et une seule chose peut bloquer cette stratégie. Une grande chose heureusement : les 99 %. Ces 99 % qui descendent dans les rues, de Madison à Madrid, en disant : « Non, nous ne paierons pas pour votre crise. »

Ce slogan est né en Italie en 2008. Il a ricoché en Grèce, en France, en Irlande, pour finalement faire son chemin jusqu’à l’endroit même où la crise a commencé.

« Pourquoi protestent-ils ? » demandent à la télévision les experts déroutés. Pendant ce temps, le reste du monde demande : « Pourquoi avez-vous mis autant de temps ? », « On se demandait quand vous alliez vous manifester ». Et la plupart disent : « Bienvenue ! »

Beaucoup de gens ont établi un parallèle entre Occupy Wall Street et les manifestations « antimondialisation » qui avaient attiré l’attention à Seattle en 1999. C’était la dernière fois qu’un mouvement mondial, dirigé par des jeunes, décentralisé, menait une action visant directement le pouvoir des entreprises. Et je suis fière d’avoir participé à ce que nous appelions alors « le mouvement des mouvements ».

Mais il y a aussi de grandes différences. Nous avions notamment choisi pour cibles des sommets internationaux : l’Organisation mondiale du commerce, le FMI, le G8. Ces sommets sont par nature éphémères, ils ne durent qu’une semaine. Ce qui nous rendait nous aussi éphémères. On apparaissait, on faisait la une des journaux, et puis on disparaissait. Et dans la frénésie d’hyperpatriotisme et de militarisme qui a suivi l’attaque du 11 Septembre, il a été facile de nous balayer complètement, au moins en Amérique du Nord.

Occupy Wall Street, au contraire, s’est choisi une cible fixe. Vous n’avez fixé aucune date limite à votre présence ici. Cela est sage. C’est seulement en restant sur place que des racines peuvent pousser. C’est crucial. C’est un fait de l’ère de l’information : beaucoup trop de mouvements apparaissent comme de belles fleurs et meurent rapidement. Parce qu’ils n’ont pas de racines. Et qu’ils n’ont pas de plan à long terme sur comment se maintenir. Quand les tempêtes arrivent, ils sont emportés.

Être un mouvement horizontal et profondément démocratique est formidable. Et ces principes sont compatibles avec le dur labeur de construction de structures et d’institutions suffisamment robustes pour traverser les tempêtes à venir. Je crois vraiment que c’est ce qui va se passer ici.

Autre chose que ce mouvement fait bien : vous vous êtes engagés à être non-violents. Vous avez refusé de donner aux médias ces images de fenêtres cassées ou de batailles de rue qu’ils attendent si désespérément. Et cette prodigieuse discipline de votre côté implique que c’est la brutalité scandaleuse et injustifiée de la police que l’histoire retiendra. Une brutalité que nous n’avons pas constatée la nuit dernière seulement. Pendant ce temps, le soutien au mouvement grandit de plus en plus. Plus de sagesse.

Mais la principale différence, c’est qu’en 1999 nous prenions le capitalisme au sommet d’un boom économique frénétique. Le chômage était bas, les portefeuilles d’actions enflaient. Les médias étaient fascinés par l’argent facile. À l’époque, on parlait de start-up, pas de fermetures d’entreprises.

Nous avons montré que la dérégulation derrière ce délire a eu un coût. Elle a été préjudiciable aux normes du travail. Elle a été préjudiciable aux normes environnementales. Les entreprises devenaient plus puissantes que les gouvernements, ce qui a été dommageable pour nos démocraties. Mais, pour être honnête avec vous, pendant ces temps de prospérité, attaquer un système économique fondé sur la cupidité a été difficile à faire admettre, au moins dans les pays riches.

Dix ans plus tard, il semble qu’il n’y ait plus de pays riches. Juste un tas de gens riches. Des gens qui se sont enrichis en pillant les biens publics et en épuisant les ressources naturelles dans le monde.

Le fait est qu’aujourd’hui chacun peut voir que le système est profondément injuste et hors de contrôle. La cupidité effrénée a saccagé l’économie mondiale. Et elle saccage aussi la Terre. Nous pillons nos océans, polluons notre eau avec la fracturation hydraulique et le forage en eaux profondes, nous nous tournons vers les sources d’énergie les plus sales de la planète, comme les sables bitumineux en Alberta. Et l’atmosphère ne peut absorber la quantité de carbone que nous émettons, créant un dangereux réchauffement. La nouvelle norme, ce sont les catastrophes en série. Économiques et écologiques.

Tels sont les faits sur le terrain. Ils sont si flagrants, si évidents, qu’il est beaucoup plus facile qu’en 1999 de toucher les gens, et de construire un mouvement rapidement.

Nous savons tous, ou du moins nous sentons, que le monde est à l’envers : nous agissons comme s’il n’y avait pas de limites à ce qui, en réalité, n’est pas renouvelable – les combustibles fossiles et l’espace atmosphérique pour absorber leurs émissions. Et nous agissons comme s’il y avait des limites strictes et inflexibles à ce qui, en réalité, est abondant – les ressources financières pour construire la société dont nous avons besoin.

La tâche de notre époque est de renverser cette situation et de contester cette pénurie artificielle. D’insister sur le fait que nous pouvons nous permettre de construire une société décente et ouverte, tout en respectant les limites réelles de la Terre.

Le changement climatique signifie que nous devons le faire avant une date butoir. Cette fois, notre mouvement ne peut se laisser distraire, diviser, épuiser ou emporter par les événements. Cette fois, nous devons réussir. Et je ne parle pas de réguler les banques et d’augmenter les taxes pour les riches, même si c’est important.

Je parle de changer les valeurs sous-jacentes qui régissent notre société. Il est difficile de résumer cela en une seule revendication, compréhensible par les médias. Et il est difficile également de déterminer comment le faire. Mais le fait que ce soit difficile ne le rend pas moins urgent.

C’est ce qui se passe sur cette place, il me semble. Dans la façon dont vous vous nourrissez ou vous réchauffez les uns les autres, partageant librement les informations et fournissant des soins de santé, des cours de méditation et des formations à « l’empowerment ». La pancarte que je préfère ici, c’est : « Je me soucie de vous. » Dans une culture qui forme les gens à éviter le regard de l’autre et à dire : « Laissez-les mourir », c’est une déclaration profondément radicale.

Quelques réflexions finales. Dans cette grande lutte, voici quelques choses qui ne comptent pas :

- Comment nous nous habillons,
- Que nous serrions nos poings ou faisions des signes de paix,
- Que l’on puisse faire tenir nos rêves d’un monde meilleur dans une phrase-choc pour les médias.

Et voici quelques petites choses qui comptent vraiment :
- Notre courage,
- Notre sens moral,
- Comment nous nous traitons les uns les autres.

Nous avons mené un combat contre les forces économiques et politiques les plus puissantes de la planète. C’est effrayant. Et tandis que ce mouvement grandit sans cesse, cela deviendra plus effrayant encore. Soyez toujours conscients qu’il y a aura la tentation de se tourner vers des cibles plus petites – comme, disons, la personne assise à côté de vous pendant ce rassemblement. Après tout, c’est une bataille qui est plus facile à gagner.

Ne cédons pas à la tentation. Je ne dis pas de ne pas vous faire mutuellement des reproches. Mais cette fois, traitons-nous les uns les autres comme si on prévoyait de travailler ensemble, côte à côte dans les batailles, pour de nombreuses années à venir. Parce que la tâche qui nous attend n’en demandera pas moins.

Considérons ce beau mouvement comme s’il était la chose la plus importante au monde. Parce qu’il l’est. Vraiment.

Naomi Klein, le 6 octobre 2011

guyom zigre doUx
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : milkyway

http://dandandan.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Ven 11 Juil 2014 - 16:57

guyom zigre doUx a écrit:
Zarbitude a écrit:
Je nous aime  Very Happy 

Je vous aime.

Merci!
Merci aussi d'avoir posté ce discours humaniste.
C'est drôle, il me rappelle les marées.
Les humains font des choses bizarres. Ils essaient des choses puis se rendent compte que ca ne fonctionne pas et se mettent à essayer d'autres choses.
Une avancée pour un recul, suivi d'une autre avancée....Il reste de l'écume sur le sable.
Je suis le sable. Avant, j'étais un coquillage. Un jour, je serai de la poussière. Et les marées ne me toucheront plus. Je m'envolerai.
Aujourd'hui, ici et maintenant, je suis en paix.


Et je ne dis pas cela pour que des centaines d’entre vous me répondent en criant « je vous aime ». Même si c’est évidemment un des avantages de ce système de « microphone humain ». Dites aux autres ce que vous voudriez qu’ils vous redisent, encore plus fort.

Hier, un des orateurs du rassemblement syndical a déclaré : « Nous nous sommes trouvés. » Ce sentiment saisit bien la beauté de ce qui se crée ici. Un espace largement ouvert – et une idée si grande qu’elle ne peut être contenue dans aucun endroit – pour tous ceux qui veulent un monde meilleur. Nous en sommes tellement reconnaissants.

S’il y a une chose que je sais, c’est que les 1 % [les plus riches] aiment les crises. Quand les gens sont paniqués et désespérés, que personne ne semble savoir ce qu’il faut faire, c’est le moment idéal pour eux pour faire passer leur liste de vœux, avec leurs politiques pro-entreprises : privatiser l’éducation et la Sécurité sociale, mettre en pièces les services publics, se débarrasser des dernières mesures contraignantes pour les entreprises. Au cœur de la crise, c’est ce qui se passe partout dans le monde.

Et une seule chose peut bloquer cette stratégie. Une grande chose heureusement : les 99 %. Ces 99 % qui descendent dans les rues, de Madison à Madrid, en disant : « Non, nous ne paierons pas pour votre crise. »

Ce slogan est né en Italie en 2008. Il a ricoché en Grèce, en France, en Irlande, pour finalement faire son chemin jusqu’à l’endroit même où la crise a commencé.

« Pourquoi protestent-ils ? » demandent à la télévision les experts déroutés. Pendant ce temps, le reste du monde demande : « Pourquoi avez-vous mis autant de temps ? », « On se demandait quand vous alliez vous manifester ». Et la plupart disent : « Bienvenue ! »

Beaucoup de gens ont établi un parallèle entre Occupy Wall Street et les manifestations « antimondialisation » qui avaient attiré l’attention à Seattle en 1999. C’était la dernière fois qu’un mouvement mondial, dirigé par des jeunes, décentralisé, menait une action visant directement le pouvoir des entreprises. Et je suis fière d’avoir participé à ce que nous appelions alors « le mouvement des mouvements ».

Mais il y a aussi de grandes différences. Nous avions notamment choisi pour cibles des sommets internationaux : l’Organisation mondiale du commerce, le FMI, le G8. Ces sommets sont par nature éphémères, ils ne durent qu’une semaine. Ce qui nous rendait nous aussi éphémères. On apparaissait, on faisait la une des journaux, et puis on disparaissait. Et dans la frénésie d’hyperpatriotisme et de militarisme qui a suivi l’attaque du 11 Septembre, il a été facile de nous balayer complètement, au moins en Amérique du Nord.

Occupy Wall Street, au contraire, s’est choisi une cible fixe. Vous n’avez fixé aucune date limite à votre présence ici. Cela est sage. C’est seulement en restant sur place que des racines peuvent pousser. C’est crucial. C’est un fait de l’ère de l’information : beaucoup trop de mouvements apparaissent comme de belles fleurs et meurent rapidement. Parce qu’ils n’ont pas de racines. Et qu’ils n’ont pas de plan à long terme sur comment se maintenir. Quand les tempêtes arrivent, ils sont emportés.

Être un mouvement horizontal et profondément démocratique est formidable. Et ces principes sont compatibles avec le dur labeur de construction de structures et d’institutions suffisamment robustes pour traverser les tempêtes à venir. Je crois vraiment que c’est ce qui va se passer ici.

Autre chose que ce mouvement fait bien : vous vous êtes engagés à être non-violents. Vous avez refusé de donner aux médias ces images de fenêtres cassées ou de batailles de rue qu’ils attendent si désespérément. Et cette prodigieuse discipline de votre côté implique que c’est la brutalité scandaleuse et injustifiée de la police que l’histoire retiendra. Une brutalité que nous n’avons pas constatée la nuit dernière seulement. Pendant ce temps, le soutien au mouvement grandit de plus en plus. Plus de sagesse.

Mais la principale différence, c’est qu’en 1999 nous prenions le capitalisme au sommet d’un boom économique frénétique. Le chômage était bas, les portefeuilles d’actions enflaient. Les médias étaient fascinés par l’argent facile. À l’époque, on parlait de start-up, pas de fermetures d’entreprises.

Nous avons montré que la dérégulation derrière ce délire a eu un coût. Elle a été préjudiciable aux normes du travail. Elle a été préjudiciable aux normes environnementales. Les entreprises devenaient plus puissantes que les gouvernements, ce qui a été dommageable pour nos démocraties. Mais, pour être honnête avec vous, pendant ces temps de prospérité, attaquer un système économique fondé sur la cupidité a été difficile à faire admettre, au moins dans les pays riches.

Dix ans plus tard, il semble qu’il n’y ait plus de pays riches. Juste un tas de gens riches. Des gens qui se sont enrichis en pillant les biens publics et en épuisant les ressources naturelles dans le monde.

Le fait est qu’aujourd’hui chacun peut voir que le système est profondément injuste et hors de contrôle. La cupidité effrénée a saccagé l’économie mondiale. Et elle saccage aussi la Terre. Nous pillons nos océans, polluons notre eau avec la fracturation hydraulique et le forage en eaux profondes, nous nous tournons vers les sources d’énergie les plus sales de la planète, comme les sables bitumineux en Alberta. Et l’atmosphère ne peut absorber la quantité de carbone que nous émettons, créant un dangereux réchauffement. La nouvelle norme, ce sont les catastrophes en série. Économiques et écologiques.

Tels sont les faits sur le terrain. Ils sont si flagrants, si évidents, qu’il est beaucoup plus facile qu’en 1999 de toucher les gens, et de construire un mouvement rapidement.

Nous savons tous, ou du moins nous sentons, que le monde est à l’envers : nous agissons comme s’il n’y avait pas de limites à ce qui, en réalité, n’est pas renouvelable – les combustibles fossiles et l’espace atmosphérique pour absorber leurs émissions. Et nous agissons comme s’il y avait des limites strictes et inflexibles à ce qui, en réalité, est abondant – les ressources financières pour construire la société dont nous avons besoin.

La tâche de notre époque est de renverser cette situation et de contester cette pénurie artificielle. D’insister sur le fait que nous pouvons nous permettre de construire une société décente et ouverte, tout en respectant les limites réelles de la Terre.

Le changement climatique signifie que nous devons le faire avant une date butoir. Cette fois, notre mouvement ne peut se laisser distraire, diviser, épuiser ou emporter par les événements. Cette fois, nous devons réussir. Et je ne parle pas de réguler les banques et d’augmenter les taxes pour les riches, même si c’est important.

Je parle de changer les valeurs sous-jacentes qui régissent notre société. Il est difficile de résumer cela en une seule revendication, compréhensible par les médias. Et il est difficile également de déterminer comment le faire. Mais le fait que ce soit difficile ne le rend pas moins urgent.

C’est ce qui se passe sur cette place, il me semble. Dans la façon dont vous vous nourrissez ou vous réchauffez les uns les autres, partageant librement les informations et fournissant des soins de santé, des cours de méditation et des formations à « l’empowerment ». La pancarte que je préfère ici, c’est : « Je me soucie de vous. » Dans une culture qui forme les gens à éviter le regard de l’autre et à dire : « Laissez-les mourir », c’est une déclaration profondément radicale.

Quelques réflexions finales. Dans cette grande lutte, voici quelques choses qui ne comptent pas :

- Comment nous nous habillons,
- Que nous serrions nos poings ou faisions des signes de paix,
- Que l’on puisse faire tenir nos rêves d’un monde meilleur dans une phrase-choc pour les médias.

Et voici quelques petites choses qui comptent vraiment :
- Notre courage,
- Notre sens moral,
- Comment nous nous traitons les uns les autres.

Nous avons mené un combat contre les forces économiques et politiques les plus puissantes de la planète. C’est effrayant. Et tandis que ce mouvement grandit sans cesse, cela deviendra plus effrayant encore. Soyez toujours conscients qu’il y a aura la tentation de se tourner vers des cibles plus petites – comme, disons, la personne assise à côté de vous pendant ce rassemblement. Après tout, c’est une bataille qui est plus facile à gagner.

Ne cédons pas à la tentation. Je ne dis pas de ne pas vous faire mutuellement des reproches. Mais cette fois, traitons-nous les uns les autres comme si on prévoyait de travailler ensemble, côte à côte dans les batailles, pour de nombreuses années à venir. Parce que la tâche qui nous attend n’en demandera pas moins.

Considérons ce beau mouvement comme s’il était la chose la plus importante au monde. Parce qu’il l’est. Vraiment.

Naomi Klein, le 6 octobre 2011

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par ou-est-la-question le Ven 11 Juil 2014 - 19:14

merci Guyom, merci Zarbi (merci aux autres aussi )

quand j'ai "vanté" en vers-mots le coté chiant de la paix
c'était une boutade un clin d'oeil

car la paix c'est comme un bon vin
c'est (attendez je copie)
"c'est le bon Dieu en culotte de velours qui descend dans l'estomac & c'est le petit Jésus qui vous descend dans le gosier en culotte de velours ; le Bon Dieu en culotte de soie.."
hummmmmm....

alors tchinn tchinn !

ou-est-la-question
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1494
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 59

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Ven 11 Juil 2014 - 20:27

À votre santé ! 

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par guyom zigre doUx le Ven 11 Juil 2014 - 20:31

Sérénade 

guyom zigre doUx
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 895
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : milkyway

http://dandandan.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Dim 31 Aoû 2014 - 7:51

Petit matin de paix. Je savoure. Ca ne va peut-être pas durer.
Il faudra quitter ce chaleureux pyjama en pilou-pilou, quitter mon havre de paix si douillet, affronter la pluie ou le soleil, rencontrer des gens qui n'ont pas le moral, d'autres qui auront des "problèmes".
Vais-je savoir rester en paix?
C'est bizarre. Parfois je sais et parfois je ne sais pas.
Les événements viennent constamment remettre ma théorie en question.
Et pourtant je sais que la paix est en moi.
Je sais!
Je vais la donner à tous ceux que je croiserai sur mon chemin et qui ne savent pas encore que la paix est en eux aussi! Ca risque d'être "chiant" Wink
Beaucoup de gens s'accrochent à leurs problèmes. Comme s'ils ne savaient pas comment vivre sans eux.
C'était comment ta journée au travail?
J'ai résolu des problèmes.
Et toi, c'était comment à l'école?
J'ai dû résoudre des problèmes.
Aujourd'hui c'est Dimanche.
Allez en paix Razz

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Invité le Dim 31 Aoû 2014 - 7:55

c est de gad elmaleh ca. Faut crediter l auteur aussi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Ise le Dim 31 Aoû 2014 - 9:46

Bonjour Ma Zarb Long hug

Lundi mon fils de 17ans est au téléphone, il souffre.
Je lui propose d'aller chez une amie avec moi.
Sa question : il y a de la campagne ?
Oui.
Il est venu.

Quand on commence à écouter ses propres besoins on saura trouver la force pour affronter le tourbillon de la vie sunny

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Dim 31 Aoû 2014 - 15:51

Il y a beaucoup de gens qui souffrent. C'est difficile, comme si je souffrais avec eux.
Ton conseil m'a suivi toute la journée.
J'ai écouté mon besoin de me reposer.
J'espère que ton fils se sent mieux maintenant.
Merci ma bibiche Very Happy

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Dim 31 Aoû 2014 - 15:52

stauk a écrit:c est de gad elmaleh ca. Faut crediter l auteur aussi.

Je lui enverrai des sushis Razz

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Invité le Dim 31 Aoû 2014 - 18:12

Zarbitude a écrit:Le mental vit dans un cercle vicieux : il crée lui-même les problèmes et essaie ensuite de les résoudre.» Swami Prajnanpad

Et sortir de là n'est pas quelque chose d'attractif.
C'est comme si il n'y avait "plus rien".

Imaginez une discothèque au beau milieu d'une forêt.
A l'intérieur, tout est bruyant, agité. Il faut crier pour communiquer. Les yeux sont éblouis par les lazers. Il y a des tas d'informations à tous les niveaux sensoriels. Une débauche de sensations! Nous sommes comblés.

Mais voilà, le temps passe...il faut rentrer.
La transition est rude. Dehors, le vide! C'est calme, en paix. C'est ch*ant!

Je marche dans la forêt, ma tête bourdonne encore de la fête, je suis comme endormie. Mais peu à peu mes oreilles s'habituent au calme de ce jour naissant.
Maintenant je perçois jusqu'aux moindres craquements, un oiseau s'envole, d'autres commencent à chanter, une libellule virevolte autour d'une flaque, une faible lueur éclaircit le sous-bois, des odeurs sucrées et boisées, une petite brise....un million d'informations....mon souffle s'accélère, je sens battre mon cœur, je me sens légère, je me sens bien!


joli

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Dim 31 Aoû 2014 - 19:12

Merci Gahan
J'aime beaucoup ce que tu écris aussi

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Invité le Dim 31 Aoû 2014 - 19:44

Zarbitude a écrit:Merci Gahan
J'aime beaucoup ce que tu écris aussi

oh merci (tant mieux si ça te parle et t'apporte), c'est une mauvaise zarbritude que j'ai qui ne plaît pas toujours à tout le monde mais le but n'est pas là Smile Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Zarbitude le Dim 31 Aoû 2014 - 20:39

Surtout qu'il est impossible de plaire à tout le monde....
Il y a quelque chose en toi de "vrai" qui me parle Wink

Zarbitude
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4306
Date d'inscription : 06/12/2012
Localisation : Ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Invité le Dim 31 Aoû 2014 - 20:39

Zarbitude a écrit:Surtout qu'il est impossible de plaire à tout le monde....
Il y a quelque chose en toi de "vrai" qui me parle Wink

ah les mamours authentiques du dimanche Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Invité le Dim 31 Aoû 2014 - 23:20

.


Dernière édition par Horacle le Lun 1 Sep 2014 - 11:28, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La paix, c'est ch*ant!

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:42


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum