L'empathie dans tous ses états

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'empathie dans tous ses états

Message par Invité le Jeu 12 Juin 2014 - 15:43

Parce qu'il m'arrive parfois d'avoir envie d'aider ceux et celles qui seraient tenté(e)s de me choisir comme cible de leurs affects, mais je me retiens... Je manque peut-être d'empathie.

Fil collectif où vous êtes invités à déposer les extraits de textes que vous aimez, en vrac.
Je ne vais pas l'alimenter beaucoup, c'est le seul bouquin que je n'ai pas enfoui au fond d'un carton, je me doutais qu'il pourrait encore servir.



J'ai filé rapidement à côté de la loge de monsieur Tapu, le concierge, qui ne peut pas me blairer et ne rate jamais une occasion de sortir de sa loge pour faire le plein de haine à mon passage. C'est quelque chose dans mon physique, on ne peut pas plaire à tout le monde. Je le fais sortir et il n'y a rien à faire. [...] Moi quand je suis en présence d'un con, d'un vrai, c'est l'émotion et le respect parce qu'enfin on tient une explication et on sait pourquoi. Chuck dit que si je suis tellement ému devant la Connerie, c'est parce que je suis saisi par le sentiment révérenciel de sacré et d'infini. Il dit que je suis étreint par le sentiment d'éternité et il m'a même cité un vers de Victor Hugo, oui, je viens dans ce temple adorer l’Éternel. Chuck dit qu'il n'y a pas une seule thèse sur la Connerie à la Sorbonne et que cela explique le déclin de la pensée en Occident.
- Alors, on vient voir le roi des Juifs ?
Au début, j'essayais d'être gentil avec lui, mais ça ne faisait que l'aggraver. Plus j'étais poli, oui monsieur Tapu, non monsieur Tapu, je ne l'ai pas fait exprès monsieur Tapu, et plus je lui manquais. Alors j'ai commencé à l'alimenter. On a toujours besoin des autres, on ne peut pas passer sa vie à se détester soi-même. Chuck dit que si les loubards n'attaquaient plus les personnes âgées, si les Juifs n'étaient plus là, si les communistes s'évaporaient et si les travailleurs immigrés étaient renvoyés chez eux, ce serait pour monsieur Tapu le désert affectif. J'avais de la peine pour lui et je faisais des trucs exprès pour le motiver, j'arrachais une baguette métallique de la moquette, je cassais une vitre ou je laissais la porte de l’ascenseur ouverte pour lui donner satisfaction. C'était un mec qui avait besoin d'assistance. Quand on a de la rancune à ne plus savoir quoi en faire ni à quoi l'accrocher et que ça devient tellement démesuré que c'est tout le système solaire, on se sent mieux quand on trouve une motivation, même si c'est seulement un mégot sur le tapis ou une porte de l'ascenseur laissée ouverte. Il avait besoin de moi, il lui fallait quelqu'un de personnel à détester que sans ça c'était le monde entier et c'était trop grand. Il fallait quelqu'un et quelque chose de palpable. Un fier-à-bras qui ne lui faisait pas peur, non monsieur. Au début, quand je lui proposais de porter les ordures ou de donner un coup de main pour balayer, c'était un peu comme les ouvriers algériens qui sont doux et gentils et refusent de violer et qui se rendent ainsi coupables de non-assistance aux personnes dans leurs opinions. Quand j'ai compris que je lui manquais, je me suis mis à l'aider. J'ai commencé par pisser contre le mur dans l'escalier, à côté de sa loge. Il n'était pas là mais il m'a tout de suite reconnu.

Romain Gary, L'Angoisse du roi Salomon

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'empathie dans tous ses états

Message par kti le Ven 13 Juin 2014 - 14:46

<spoiler>^^ (je reviendrai compléter)</spoiler>

kti
Nouveau venu
Nouveau venu

Messages : 2
Date d'inscription : 13/06/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum