Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Mer 22 Oct 2014 - 21:29

http://www.lemonde.fr/ameriques/visuel/2014/10/10/voix-d-outretombe-les-derniers-mots-de-condamnes-a-mort-executes-au-texas_4501418_3222.html

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Jeu 23 Oct 2014 - 0:41

http://developpez.net/forums/d1409775/php-443/langage-25/debuter-920/renseignement-gestion-stock/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Bibo le Jeu 23 Oct 2014 - 13:23

Je me sens (es)pion.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Jeu 23 Oct 2014 - 13:28

Je me sens ès con.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Jeu 23 Oct 2014 - 21:09

Patient n°17.
Abusée et désabusée.

Elle me raconte sa vie en se frottant les mains. Le seul point fixe de tout ça. Elle passe du rire aux pleures, une véritable acrobate de cirque. A la fin de chacun de ses malheurs — et il y en a tant ! —  elle scrute un signe de réconfort. Je reste placide cochant dans ma tête les signes, les détails qui m'aiguilleront. Elle me raconte son incapacité à tenir un boulot, perfectionniste et angoissée comme elle est. Elle tremble de plus en plus avançant littéralement vers l'apogée de son histoire. Mais sur le chemin elle raconte son impossibilité à côtoyer des enfants, elle, la mère de quatre enfants. Je souris  malgré moi. Sursaut. Plus de pleure, plus de tremblement. Pourquoi souriez vous ? Me lance-t-elle. Je coche : labilité émotionnelle.
On fini, beaucoup trop tard à mon goût, j'ai faim et j'ai raté l'heure de la cantine. Je n'ai pas su l'arrêter dans son discours rodé et répété ad nauseam. Elle s'en lasse jamais...    Je la raccompagne rapidement à sa chambre. "Je n'ai jamais eu l'intention de mourir, n'est ce pas docteur ?". Sept TS dont beaucoup d'imaginatives. "Je ne suis pas médecin", je ferme la porte. Enfin !

Patient n°23
"Je dois rester ici... Une molaire veut ma peau !". Elle était dentiste. Elle a des traits qui me rappelle quelqu'un, avec cette veine sur son front. Je l'écoute à moitié, tant concentré à essayer de me rappeler ce souvenir. Le diagnostic est facile, et son histoire de patron envoyant une molaire pour la tuer était plus drôle dans la bouche d'un tiers. Je cherche, je cherche, je ne trouve rien. Elle me sort parfois de ma torpeur par un reniflement. Son gros nez m’absorbe, j'ai l'impression d'être aspiré par son appendice. Je me sens partir,  paralysé par son histoire sans queue ni tête. Les paupières se ferment doucement, et je n'ai d'autre choix de me mordre la langue "Vous m'écoutez ? ". Sourire gêné...
Je succombe peu à peu à sa musique dentaire, je sens mon lourd corps tomber de la chaise. Elle n'a pas de lettre de licenciement, qu'est ce qu'elle me fait chier avec son  histoire de patron...
C. Putain c'est elle ! Ca y'est, je peux l'écouter.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par unbeldi le Jeu 23 Oct 2014 - 21:19

pour info

les dentistes dingues peuvent être en fait victimes d'intoxication au mercure et sont soignés en psychiatrie pour de mauvaises raisons.
qq études sont en bas de page de l'article:
http://www.bastamag.net/Le-mercure-dentaire-un

unbeldi
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 335
Date d'inscription : 11/02/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Jeu 23 Oct 2014 - 21:57

Faut être dingue pour mettre ses doigts dans des bouches puantes de toute façon.

Enfin, ça, les autres cavités, le corps, écouter des "gens" raconter leur vie,
au lieu de nous faire croire qu'ils ont la vocation, le sacerdoce, faudrait juste se dire ce sont des tordus, de suite on pige.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Lun 27 Oct 2014 - 18:30

Patient n°18
On l'appelle Trisonaurus dans le service.
Je feuillette absent son dossier, tout heureux. Non pas à cause de lui, mais c'est mon humeur du moment. Ca parle d'un vieux trisomique que personne ne veut. Ni son tuteur, ni les centres spécialisés. Il hébergeait ici avant même que le ciment des murs soit sec, mais personne ne sait précisément ce qu'il foutait là.
Pendant des années il ne faisait que déambuler dans les couloirs à faire le cochon. Ça le faisait rire, il lui en faisait peu. Puis peu à peu il a dépassé un autre stade de l'humanité : Ce qui était aussi drôle c'était de frapper les passants. Alors on l'a attaché, petit à petit. Un jour. Puis deux. Pour lui apprendre un peu la vie, vous voyez ?  Il continuait de plus belle à frapper les gens. C'était toujours aussi drôle.
Alors on le laissait attacher tout en le sédatant.
Aujourd'hui cela faisait un mois qu'il était contentionné, ou qu'il était menotté, ça dépendait des points de vu. Heureusement que les parents s'en foutaient, sinon c'était un procès dans le cul.
J'attendais donc la doc pour la visite, le sourire aux lèvres. Elle m'appelle et on rentre tout deux dans sa chambre. Une grosse boule de graisse était posée sur le lit, avec deux trous vitreux ressortant d'un appendice chevelu. Trisonaurus. Son odeur d’escarre colonisait l'air libre et sa bite flasque se posait triomphalement au centre du lit.
Il perçoit un mouvement dans la chambre, je ne suis même pas certain que c'était nous. Il s'écrie, pleurnichant sans larmes "j'veux voir pôpa môman". La doc essaye de lui expliquer tant bien que mal qu'ici c'est la civilisation et qu'en civilisation on ne tape pas les gens. "J'veux voir pôpa môman", a priori il en a rien à foutre de la civilisation.
Le monologue médical se poursuit, sans conclusion. Les yeux vitreux me perçoivent et lancent à quelqu'un derrière moi "Comment va ? " Je lui réponds. Il répète. Ce petit jeu continue un bon moment, je suis aussi joueur. Et par un moment de lucidité je comprends enfin qu'il ne disait pas "Comment va" mais "Comment t'appelle ?". "Khermit, et vous ? " " ******". Effectivement je vouvoie les handicapés, c'est mon coté progressiste. Tenant sa réponse, il se rendort, épuisé par tant d'information.
On ferme la porte derrière nous, y'a le café qui nous attend.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Patate le Lun 27 Oct 2014 - 19:14

Vous êtes si beau karmitouille, un jour vous trouverez l'ame soeur  Amour Dent pétée

Patate
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7629
Date d'inscription : 11/09/2013
Age : 43
Localisation : Paris

http://www.zebrascrossing.net/t12645-pourquoi-patate

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Lun 3 Nov 2014 - 19:47



(Non mais je vous rassure, pour moi il chante yoghourt).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par david50 le Lun 3 Nov 2014 - 21:01

affraid

Tu viens d'égratigner gravement l'aura de l'une de mes idoles, je n'oublierai pas Evil or Very Mad

david50
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4023
Date d'inscription : 16/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Mar 4 Nov 2014 - 22:29

david50 a écrit:affraid

Tu viens d'égratigner gravement l'aura de l'une de mes idoles, je n'oublierai pas Evil or Very Mad

Pour être libre faut savoir déboulonner ses idoles :p

-----------------------------------------------

Une femme m'attend dans la salle. Je jette un coup d’œil sur sa silhouette difforme, et me voilà de mauvaise humeur.  Malgré tout je prends le temps  avant de m’asseoir d'admirer sa peau boueuse formant de ci de là des plaques verdâtres. S'en émane une odeur si caractéristique. De quoi ? Mon infini connaissance hésite, rien ne me vient. Faut se faire à l'idée, il y a des jours sans.  
Dans son coin, elle se tient à la manière des petites filles, comme si elle venait de faire une bêtise, toute immobile, puis me lance un salut sournois auquel je réponds par un sourire. Elle ne m'aime pas, signe que l'entretien se passera rapidement.

Mensonge. Sur son ton de voix d'abord, faussement dépressif, faussement lent. Il suffit de la titiller pour qu'elle reprenne une tonalité normale. Mais elle me ment aussi sur le reste.  Sur ses habits pauvrement sexy, la raison de sa présence et ses mimiques. Deux minutes, et j'ai envie d'en finir, j'ai la nausée.
Son dossier... m'a déjà donné le tournis. Je déteste les états-limites, mais elle, elle... surpasse mes pires craintes. La femme devant moi est une suite d'immondice cristallisée en forme humaine.
J'ai habituellement un bon contact avec les prostituées. Mais aujourd'hui c'est au dessus de mes forces. C'est une pute comme on en fait presque plus, travaillant dès l'âge de six ans. Moi à cette âge j'étais certes sur le trottoirs, mais à jouer aux foot, un autre sport.
Je me reprends au milieu des bobards. Je dois trouver son identité ou au moins son pays d'origine. Elle ment toujours. Elle ne s'en rappelle plus,  ne voit dans ses souvenirs que des hommes et la rue. Elle ment. Obligé. Je la cuisine en la brusquant et je suis particulièrement bon là dedans. Mon coté pragmatique sûrement. Elle ment moins. Bingo ! Pas de justificatifs, son mac les a, et les a peut être jeté. Me vient l'idée de le contacter, sait-on jamais et cela ne nous coûte rien, et puis je n'ai pas d'autres solutions sous la main.. C'est qu'on deviendrait un peu con devant ce genre de cas.
Saloperie de pute... Elle me met dans une situation inconfortable. J'ai une mission à faire et elle m'aide pas. Sa vie ne m'aide pas. Enfin j'veux dire l'aider, elle. On se comprend...

Ça a duré dix minutes. Dix putains de minutes. Je sors et j'en allume une, histoire de chasser l'air vicié qu'elle dégageait. La feuille que j'ai gâché  n'est pas exploitable. La moitié est faux, l'autre moitié est ignoble et pourtant je dois faire un compte rendu d'ici une heure... Fumer me calme en occupant mes mains. Cela laisse mon regard divaguer. J'adore ce genre d'hôpitaux. Réellement. Il y a un charme qu'on ne retrouve nulle part ailleurs. Ce sont des petite villes ancienne dans la  grande ville nouvelle. Un pied à l'intérieur et on a l'impression d'être revenu au XIXe. Gardant nos chemins, des statues mythologiques trônent sur les places.  Derrière ces nus de bronze bravant le vent, on se sent en sécurité. Quant aux arbres, beaucoup sont des espèces protégées, eux.

Ils sont cinq, dont ma chef. Une grosse mama adorable. Dès qu'on la voit, on a envie de lui faire un câlin, de la pétrir de toute part pour en faire jaillir sa générosité. Elle explique le cas et me passe la parole. J'explique le cas. Et je passe la parole. L'assistance sociale explique le cas puis se tait. Silence. Le grand manitou lève le nez de son portable et  nous toisant avec dédain  "On a donc tout essayer ? ". On est affirmatif. "Elle est stabilisée ?". Hésitant sur le sens de la question, on reste affirmatif, après tout c'est sûrement la bonne réponse. Il chasse une mouche invisible de ses pattes poilues et nous gratifie de son sourire professorale. Prix de l'hospitalisation, acceptation de la réalité, en somme, on a fait ce qu'on a pu. La mama baisse ses yeux vers ses nichons. Cette fois-là ils ne seront d'aucune utilité.

Je ferme la salle de réunion sur la conclusion : elle sort jeudi. Et, alors même que je tourne la clef celle-ci m'ouvre enfin à mes souvenirs.

Le macchabée. Elle sentait le macchabée, c'est vrai...


Dernière édition par Kramithe le Mar 4 Nov 2014 - 22:40, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Mar 4 Nov 2014 - 22:33

Docteur Destouches... bingo, bingo et bingo.
Foutrement bon à lire.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Mer 5 Nov 2014 - 12:56

Putain les mecs... Neutral 
Que de la gueule, genre on est PDG d'un labo zorzor...
Pour planter le décors : on a une molécule qui a déjà son autorisation pour le cancer du poumon. Le but de cet exercice c'est de faire comme si on était une entreprise pendant 6 mois qui voudrait avoir une autorisation pour une maladie orpheline à la con.

Ce qu'ils ont décide ? " ouai Ben on va faire cette molécule UNIQUEMENT pour la maladie orpheline" au lieu de faire une extension d'AMM qui serait rentable ( c'est  à dire qu'on aurait pu faire comme si la molécule avait comme première indication le cancer, puis on demande un élargissement pour la maladie orpheline). Comme si dans la vie réelle un seul labo ira dépenser des milliards pour 1000 pèquenauds...

Et les mecs... Me demandent de faire des études d'épidémio pour réduire encore le nombre de patients potentiels. Neutral

Putain les gars, c'est moi qui veut aller dans le public, et pourtant j'ai plus la notion de rentabilité qu'eux Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Mer 5 Nov 2014 - 13:20

Putain, comment que tu causes ! Et pis on comprend rien, je croyais que tu t'étais fait virer ?
Quoi qu'il en soit, ou bien ce labo a une crise de philanthropie aiguë, soit il y a autre chose qui n'apparaît pas... Quand ça ne semble pas logique c'est que la logique n'est pas celle qu'on croit (oui, je me répète, je suis une vieille chouette, alors je peux).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Mer 5 Nov 2014 - 13:41

là c'est pour du faux. C'est un exercice pour la fac. Mais dans notre jury y'aura des types de l'has...( haute autorité de santé).

PS: du coup ceux que j'appelle PDG sont juste des étudiants. Du coup, je suis invirable sur ce projet Twisted Evil

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Mer 5 Nov 2014 - 13:49

Ah, moi qui imaginais déjà gros scandale, corruption et prévarication, je suis déçue Smile


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Mer 5 Nov 2014 - 15:43

Kramithe a écrit: J'adore ce genre d'hôpitaux. Réellement. Il y a un charme qu'on ne retrouve nulle part ailleurs. Ce sont des petite villes ancienne dans la  grande ville nouvelle. Un pied à l'intérieur et on a l'impression d'être revenu au XIXe.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Jeu 6 Nov 2014 - 0:19

Kramithe, j'adore ton style d'écriture.
Ça fera de supers nouvelles à la Edgar Poe Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Jeu 6 Nov 2014 - 1:01



Passe cela à un patient en phase terminale.
Et dis lui, c'est Mis en pate qui offre la musique...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Jeu 6 Nov 2014 - 11:14

https://fr.news.yahoo.com/pauvres-pauvres-moins-moins-visibles-selon-rapport-054031565.html

"Autre précarité silencieuse: les hommes seuls. Jeunes, migrants, grands exclus ou pères célibataires, ce sont ceux qui ont le moins de revenus, avec en moyenne 437 euros par mois. 28% n'ont aucune ressource. 

Ils sont particulièrement victimes du mal-logement. Près de la moitié ne vivent pas chez eux mais chez un proche, en centre d'hébergement, en squat ou à la rue. "Dans l'accès au logement, la priorité est donnée aux femmes et aux enfants", souligne Bernard Thibaud."
Mais ça ne vaut pas 10h d'harcèlement de rue sur une bourgeoise new yorkaise Ninja

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par david50 le Jeu 6 Nov 2014 - 11:26

Aujourd'hui j'ai mal aux dents, mais ce n'est pas grave, je pourrais être séropositif Wink

david50
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4023
Date d'inscription : 16/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Jeu 6 Nov 2014 - 11:39

Il dit qu'il voit pas le rapport.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par david50 le Jeu 6 Nov 2014 - 11:42

Faut chercher, ce n'est pas trop dur.

Si j'avais voulus être clair je l'aurais été Very Happy , tout comme toi le ninja!

david50
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4023
Date d'inscription : 16/09/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Invité le Jeu 6 Nov 2014 - 12:30

on ne met pas les dents !


http://www.cosmopolitan.fr/,reussir-une-fellation-on-ne-met-pas-les-dents,2510859,1626673,4


Ainsi, en 1971 sort le disque aux influences glam, Hunky Dory, avec un David Bowie aux apparences toujours aussi féminines et les cheveux teints en rouge. Puis, début 1972, alors que son épouse Angela Barnett vient de mettre au monde son premier enfant, il déclare être homosexuel.

Quel enfoiré.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Spinozisme pratique : Le féminisme dans une ambulance.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 21:29


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 8 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum