Cerveau et inhibition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cerveau et inhibition

Message par offset le Lun 9 Juin 2014 - 12:26


Le cerveau apprend en inhibant

Olivier Houdé – professeur à l’Université Henri Descartes

« Penser c’est refuser » « Penser, c’est penser contre les autres, contre soi-même» Penser, c’est rechercher la vérité contre ses croyances »
C'est par ces mots qu’Olivier Houdé a présenté le résultat de ses recherches sur les fonctions exécutives du cerveau, les mécanismes de contrôle par le cortex pré-frontal de l’exécution des conduites, le choix des stratégies, la prise de décision. Au début de la vie, le développement du cerveau passe par des phases de croissance des synapses, suivies d’une diminution de leur nombre après leur mise en réseau : on aura plus de difficultés à apprendre toutes les autres langues du monde lorsqu’on aura été stimulé par une en particulier.
Ces phases apparaissent par vagues aux différents moments du développement de l’enfant selon la spécialisation progressive des synapses, dont la structuration est particulièrement sensible à l’environnement et donc aux situations d’apprentissage rencontrées, pendant très longtemps. Bonne nouvelle, donc : les enseignants ont de quoi faire, et tout n’est pas réglé à deux ans.

Selon Piaget, l’évolution de l’enfant se faisait par successions de stades en escalier sur un mode linéaire (développement conceptuel successif). Les apports de la recherche bousculent ce modèle : ceux d’Olivier Houdé montrent que la résolution de problèmes chez l’enfant fait appel à plusieurs stratégies de réponses possibles, dans un système de développement dynamique non linéaire, comme des vagues qui se succéderaient en décalage au cours du développement, mais parfois se mettant les unes les autres en court-circuit. Confronté à une situation, un enfant va privilégier celle qui est efficace, rapide, heuristique, qui marche très bien, très souvent, mais pas toujours. Prenons pour exemple l’apprentissage du nombre. Une même quantité d’objets disposés différemment va induire chez un jeune enfant une réponse du type : ‘Ils sont plus nombreux, là où les objets sont les plus éloignés ». Il va d’abord privilégier sa perception spatiale avant le dénombrement, alors que ces deux stratégies vont être activées simultanément.
Inhibons, inhibons, il en restera toujours quelque chose...
Apprendre, pour un enfant, consiste à a développer des stratégies d’inhibition, à résister à ce qui remonte « naturellement » en mémoire, à avoir une attitude réflexive par rapport à ce qu’il croit logique. Les expériences d’O. Houdé montrent que les réponses fausses apportées par les enfants ne sont pas le signe d’un déficit de logique mais d’une mauvaise activation des réponses formulées.

Ce fonctionnement lui semble mis en évidence par l’imagerie cérébrale, qui montre que les zones du cerveau  activées dans ce processus de dynamique cérébrale de correction d’erreurs ne sont pas les mêmes. Dans le cas de réponses heuristiques, l’activité du cerveau sera située à l’arrière, qui correspond à la zone sensorielle, celle qui analyse les perceptions. Lors de l’inhibition de ces réponses, l’activité du cerveau va se déplacer sur l’avant, dans la zone préfrontale, qui est le siège des activités logico-mathématiques. Ce mouvement opère une reconfiguration neuronale par un changement de réseaux, ce qui montre toute l’importance de l’éducation dans le développement de l’enfant.
Dans le même temps, ce processus va activer de manière concomitante une autre région du cerveau qui correspond au centre émotionnel. Les enfants qui ont pris conscience de leur erreur vont enclencher un ressenti émotionnel, provoquant un plaisir simultané entre la correction apportée à cette erreur et celui d’avoir trouver la solution.
En contrepartie, les enfants qui ne corrigent pas sont ceux qui ne développent pas de réponse émotionnelle par peur de l’erreur et de la prise de risques.Et surtout, se reposer en temps utile...
Les études ont aussi portées sur l’état de repos du cerveau. Si l’élève se repose, l’apprentissage modifie-t-il le fonctionnement du cerveau ? L’imagerie cérébrale a montré que la machine humaine continuait de fonctionner en activant les régions sollicitées lors de l’apprentissage, et que le repos avait une fonction de consolidation et de stabilisation. Cette étude a montré un double mouvement : l’apprentissage change l’état de repos du cerveau et le contrôle inhibiteur a besoin d’une phase de repos pour être validé. Cela doit conduire à réfléchir à l’alternance entre tâches d’apprentissages et repos, en particulier en terme de rythmes scolaires.

Olivier Houdé nous invite aussi à porter notre attention sur les situations d’apprentissages proposées aux enfants, notamment celles qui font appel à la répétition d’automatismes, nécessaires, mais qui peuvent conduire à l’enfermement dans l’erreur si on ne développe pas les fonctions exécutives d’inhibition.

http://www.cafepedagogique.net/lesdossiers/Pages/2009/107Lecerveauapprendeninhibant.aspx

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau et inhibition

Message par offset le Lun 9 Juin 2014 - 16:41

Comment apprend-on ?

Olivier Houdé, professeur de psychologie, université Paris Descartes, revient sur l'immense apport de Jean Piaget
à la connaissance de la psychologie des enfants en y apportant les éclairages que la recherche récente permet
d'appréhender.


https://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p2_860012/comment-apprend-on-de-piaget-a-l-inhibition-cognitive

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum