Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui

Aller en bas

Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui Empty Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui

Message par MARLY le Sam 7 Juin 2014 - 12:57


J'aime un surdoué que j'ai rencontré à mes 18 ans. J'étais clairement en souffrance à ce moment là
et j'ai trouvé en lui le parfait partenaire pour comprendre cette souffrance qu'il avait lui aussi en lui.
Enfin, je n'étais plus seule. Il comprenait tout et moi de même, c'était pour nous une révélation divine!

Entre temps on s'est perdu de vue. Nous n'étions plus dans la même ville, mais on se parlait régulièrement, on s'aimait de loin. Mais nous avons évolué différemment.
On s'est retrouvé un y'a 3ans, on a fait du chemin ensemble mais aujourd'hui je me rends compte que là où moi j'ai bataillé contre mes souffrances d'adolescente, lui est resté dedans et a décidé de ne pas affronter la vie.
Il à 30 ans dans un an et se complaît dans la souffrance.
Il a clairement conscience de son manque de volonté mais s'est persuadé qu'il n'a aucune solution. Il est dans un confort sans nom, un confort triste.
Ce que je trouve triste par dessus tout c'est que c'est quelqu'un de brillant, mais il a tellement bloqué les capacités de son cerveau qu'il régresse.
Il boit depuis des années mais dit qu'il n'est pas alcoolique. Il est par ailleurs dépendant d'un tas d’antidépresseurs et ce, depuis des années. Il voit des psys depuis des années mais rien n'avance. Je crois qu'il copine avec les psys et les manipule pour continuer à avoir des médicaments. Il ne raconte pas réellement tout ce qui devrait aider un psy à comprendre ses problèmes et met en avant sa grande intelligence pour expliquer toute souffrance.

Il à une conscience plus développée que la moyenne mais il se complaît à faire le minimum syndical. Il a conscience des choses mais ne veut pas faire face. Et pour moi c'est le pire! Parce que je me dis, attend, ce n'est même pas de l'inconscience! Il m'a d'ailleurs dit que je ferais un bon psy tellement je débusque toutes ses tentatives de dissimulation. Dans notre couple ça fait des décalages colossaux. Moi j'avance à toute allure et je me rends compte que j'aime quelqu'un qui pourrait me suivre mais est resté bloqué.
J'essaye d'être patiente, mais ça fait 3 ans que je t'attends qu'il se bouge. Nous avons eu des ruptures mais nous revenons toujours ensemble parce que je l'aime et jusqu'ici, je n'avais pas encore fait un travail profond pour réellement avancer sans lui.
Il n'arrête pas de me dire que je suis bien trop forte pour lui, qu'il m'aime plus encore quand je suis faible. C'est comme si pour lui, la position la plus confortable était de "prendre soin de moi" et de me voir souffrir, en larme, dépressive quoi! A la limite, il se bougera quand je serai au fond du trou. C'est carrément malsain au possible!
Par dessus tout il est en demande excessive d'affection et cela me bouffe. J'étouffe et je passe pour un monstre froid et distant.

Le problème est que je l'aime, mais je me demande dans ce contexte si la personne que j'aime en lui, n'est que cette souffrance partagée à l'époque. Cette hypersensibilité que j'ai appris à canaliser pour avancer, et que lui n'a pas pu maîtriser, j'aimerais aujourd'hui en faire de la joie. J'ai décidé de vivre plus vite que lui, mais là je me demande quand il va prendre cette décision, et s'il va la prendre un jour. Il est ni dans la vie ni dans la dépression, il est nulle part et a décidé d'y rester apparemment.

Il y'a tellement eu d'horreurs dans ma vie qu'il est hors de question pour moi de régresser ou de brasser du noir.
Lui ne travaille pas, a abandonné sa thèse, passe son temps à je ne sais pas faire quoi, en me disant qu'il cherche du travail, mais ça je n'en sais rien. Il ne sait clairement pas ce qu'il veut faire de sa vie, ni comment, ni pourquoi. Il passe son temps à faire des contacts dans la haute sphère mais sans rien faire! A la limite je m'en fous si c'est là le mode de vie qu'il souhaite, mais il n'est pas heureux et cela se voit. Et pire, cela me rend malheureuse parce que je ressens toute sa souffrance. Il me déprime et m'angoisse et ça l'aide à se dire qu'il m'aime parce que forcement, il me préfère faible!

Je me dis qu'il va falloir que j'avance clairement sans lui, et une bonne fois pour toute.
Mais là c'est mon coeur entier qui est en branle. C'est comme si j'abandonnais une partie de moi, de mon adolescence?. Est-ce que je vais aimer quelqu'un d'autre comme ça? Est-ce quelqu'un va me supporter autant? est-ce qu'il existe un amour sans souffrance? Est-ce que l'amour n'est pas nécessairement le partage des failles les plus profondes? Est-ce que certaines personnes arrivent à sortir de leur dépendance à l'alcool et aux antidépresseurs? est-ce l'amour qu'il dit me porter est réellement de l'amour?
Je ne sais plus.

P'tre que je n'aurais pas ici des réponses, mais au moins merci à ceux qui ont pris le temps de tout lire!

MARLY

Messages : 17
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui Empty Re: Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui

Message par Invité le Sam 7 Juin 2014 - 16:23

MARLY a écrit:   Il n'arrête pas de me dire que je suis bien trop forte pour lui, qu'il m'aime plus encore quand je suis faible. C'est comme si pour lui, la position la plus confortable était de "prendre soin de moi" et de me voir souffrir, en larme, dépressive quoi! A la limite, il se bougera quand je serai au fond du trou. C'est carrément malsain au possible!

Oui, c'est malsain mais ce qui est positif c'est que tu t'en rendes compte Very Happy

MARLY a écrit:  Je me dis qu'il va falloir que j'avance clairement sans lui, et une bonne fois pour toute.
Mais là c'est mon coeur entier qui est en branle. C'est comme si j'abandonnais une partie de moi, de mon adolescence?. Est-ce que je vais aimer quelqu'un d'autre comme ça? Est-ce quelqu'un va me supporter autant? est-ce qu'il existe un amour sans souffrance? Est-ce que l'amour n'est pas nécessairement le partage des failles les plus profondes? Est-ce que certaines personnes arrivent à sortir de leur dépendance à l'alcool et aux antidépresseurs? est-ce l'amour qu'il dit me porter est réellement de l'amour?

Difficile de répondre à ces questionnements sans être lapidaire (je veux dire qu'il faudrait développer tout ça). Mais je crois que l'amour se vit sans souffrance et que tu as fait un vrai chemin vers la vie:) Il a des problèmes dont acte, tu n'es pas obligée de "couler" et de souffrir pour vivre l'amour, c'en est même l'anti-thèse. Tu es à la croisée des chemins, c'est l'endroit le plus inconfortable.. lorsque tu auras pris ta décision, ça ira mieux (même si c'est une rupture et que ça fait souffrir aussi). Ton empathie et ta compréhension des choses doit aller vers ceux qui sont en capacité de t'apporter aussi la même chose sinon c'est un contrat où l'un donne tout et l'autre prend tout. Inutile de te dire que je suis passée par là, comme nous tous, et que je me suis sentie libérée de ces relations après bien sûr un petit (ou grand) passage à vide.

 flower 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui Empty Re: Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui

Message par Invité le Sam 7 Juin 2014 - 16:45

Quand on fait tant de reproches, et notamment des reproches flous ou métaphysique c'est qu'on n'aime plus la personne.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui Empty Re: Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui

Message par iiihou le Sam 7 Juin 2014 - 17:09

MARLY a écrit:rencontré à mes 18 ans. J'étais clairement en souffrance à ce moment là et j'ai trouvé en lui le parfait partenaire pour comprendre cette souffrance qu'il avait lui aussi en lui. Enfin, je n'étais plus seule.
Bonjour Marly, être compris est un désir ancestral présent chez tout le monde. Pareil pour l'appréhension de la solitude. Rien de spécifique à une personne donnée.
Mais niveau projets de vie, styles de vie, j'imagine qu'ils coïncidaient, si vous vous êtes côtoyés depuis ? En parcourant ton long texte, j'ai pas réussi à en trouver la trace.

Parce que sous le prétexte de la souffrance tout le monde fait un peu n'importe quoi.

D'ailleurs la vie n'est que perpétuelle souffrance et crise existentielle, ce n'est pas quelque chose d'exceptionnel qui n'arrive qu'à nous.
iiihou
iiihou

Messages : 495
Date d'inscription : 19/01/2013
Age : 43
Localisation : Normandie

Revenir en haut Aller en bas

Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui Empty Re: Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui

Message par MARLY le Sam 7 Juin 2014 - 18:55

Merci à tous pour vos réponses.
J'ai eu une conversation avec lui ( une parmi tant d'autres) et il vient de partir. L'affaire est classée. Même si nous allons continuer à nous parler, je ne suis pas certaine que l'on va revenir là dessus, à moins d'un énorme changement.
Nous n'avons pas de projets en commun, pas d'accords sur une vie future, ou disons le autrement, nous ne regardons pas ensemble dans la même direction. Parce que lui, sa direction il ne la connait pas, et ne la cherche pas pour le moment. Il est bloqué. Le sentiment que j'ai est que tout l'indiffère, je doute qu'il ait envie de se battre pour nous. Et je n'ai pas la force de le porter et d'attendre.
On s'est rencontré tôt, mais on n'a vécu ensemble finalement assez tard. Du coup, ça fait quand même réaliser que certaines choses ne vont pas.

MARLY

Messages : 17
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui Empty Re: Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui

Message par Invité le Sam 7 Juin 2014 - 20:44

Une rupture, même si c'est nous qui l'initions, est une "perte" et émotionnellement ça peut être un peu dur (je viens d'y passer ! pareil que toi, pas de projets communs, no futur) donc.. courage à toi  et des bises virtuelles  Bisous (perso, je me suis sentie soulagée après - même si c'était entremêlé d'une certaine tristesse - mais rien que d'avoir senti ce soulagement m'a fait dire que j'étais dans le vrai en rompant).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui Empty Re: Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui

Message par MARLY le Dim 8 Juin 2014 - 13:00

Merci pour tes mots kaori. Je suis soulagée c'est le mot, surtout je me sens apaisée et puis j'ai beaucoup appris de moi à travers lui. Dans une certaine mesure je continue mon chemin avec un nouvel apprentissage, ce qui m'aide à vivre cette séparation moins comme une perte qu'une continuité dans mon chemin. Le vide laissé par lui fait de la place à un travail personnel à continuer...

MARLY

Messages : 17
Date d'inscription : 01/06/2014
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui Empty Re: Il aime souffrir, mais moi j'ai choisi la vie plus vite que lui

Message par Invité le Dim 8 Juin 2014 - 15:37

Bon courage à toi pour cette plongée dans l'inconnu mais c'est porteur.. et comme tu le dis si bien, tu as beaucoup appris de toi à travers lui Very Happy

 Pour Toi 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum