Critique de "L’enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Critique de "L’enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir"

Message par Gigi le Sam 13 Nov 2010 - 17:42

Gilles Lemmel « Note de lecture », in La culture des surdoués ?, érès, 2006, p. 187-193.
L’ouvrage de Jeanne Siaud-Facchin, L’enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir (Paris, Odile Jacob, 2002) est une des nombreuses publications sur le thème de l’enfant surdoué. L’auteur, psychologue clinicienne, est attachée à l’unité d’adolescents de l’hôpital de la Timone à Marseille et membre du Laboratoire d’exploration fonctionnelle cognitive de l’hôpital de la Salpêtrière à Paris. Dans son activité en cabinet libéral, elle s’est particulièrement intéressée aux enfants surdoués.

Au moment où l’on parle davantage d’enfants intellectuellement précoces, le titre du livre, L’enfant surdoué, semble un peu provocateur. Jeanne Siaud-Facchin s’en explique (p. 22) : « Il faut savoir que le terme d’enfant intellectuellement précoce, que la mode des sigles transforme en eip, a été adopté parce qu’il est idéologiquement et politiquement plus acceptable. Le terme de surdoué renferme encore beaucoup de croyances erronées et le mythe de génie heurte les consciences collectives. » Elle précise : « Or, ce n’est pas le fait d’être en avance qui caractérise l’enfant surdoué mais bien ses particularités de fonctionnement intellectuel, son mode de pensée différent. » Cette affirmation pose cependant des questions complexes : entre autres, comment distinguer la cause de l’effet ?

...

La suite ici
avatar
Gigi
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 757
Date d'inscription : 08/10/2009
Age : 41
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critique de "L’enfant surdoué. L’aider à grandir, l’aider à réussir"

Message par Gigi le Sam 13 Nov 2010 - 19:15

Je trouve également le ton un peu désagréable.
Je l'ai mis quand même car il y a quelques infos utiles, comme celles sur l'absence de statistiques réelles sur certains sujets.

D'autres articles de l'ouvrage sont bien pires. J'ai l'impression de voir transparaitre derrière les raisonnements et dans les positions exprimées beaucoup de jugements de valeur (besoins de rabaisser ceux qu'ils jugent "sur"-valorisés ?). Surtout chez les psychanalystes, toujours si accrochés à leur besoin de primauté du sexuel.

Mais je ne souhaite pas voir s'engager un débat qui ne pourrait être que stérile, nous sommes dans la section "références".
avatar
Gigi
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 757
Date d'inscription : 08/10/2009
Age : 41
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum