La dynamique cérébrale

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La dynamique cérébrale

Message par offset le Sam 24 Mai 2014 - 13:17



Les rouages de la plasticité cérébrale

A la suite d’études récentes, des chercheurs chinois viennent de confirmer qu’un environnement riche en stimulations – sensorielles, physiques, sociales-contribue à la formation de nouveaux neurones dans des zones clés pour la mémorisation et l’apprentissage. Des découvertes qui remettent totalement en question ce que l’on croyait savoir sur le cerveau : rien n’est figé, tout se transforme ! La machine cérébrale évolue sans cesse, nous permettant d’acquérir une nouvelle langue ou de maîtriser les échecs même à l’âge adulte.
Si chacun peut en bénéficier, comment expliquer que certains adultes semblent apprendre sans effort apparent tandis que d’autres n’atteindront jamais la même expertise ? Quelles sont les méthodes les plus efficaces pour acquérir ou renforcer des compétences ?

Des dernières découvertes des neurosciences à notre banc d’essai exclusif, ce dossier vous entraîne dans les rouages de l’étonnante plasticité cérébrale.
Notre cerveau dialogue en permanence avec notre environnement : il en reçoit de multiples informations, les analyses et se réorganise pour y répondre le plus efficacement possible.
Mais quels sont les mécanismes qui régissent ses formidables capacités adaptatives ?
Des molécules aux structures cérébrales, en passant par les réseaux de neurones, sa plasticité se manifeste à tous les niveaux.

On a longtemps supposé que les apprentissages réalisés durant l’enfance et l’adolescence modèlent la structure du cerveau, celle-ci se cristallisant peu à peu jusqu’à se figer à l’âge adulte. A partir des années 1960, sous l’effet des découvertes en neurosciences, ce postulat a volé en éclat : grâce aux dizaines de milliards de neurones qui le composent et forment plusieurs milliers de milliards de connexions, le cerveau se transforme tout au long de la vie. C’est ce fonctionnement en réseau , extraordinairement complexe et dynamique, qui permet l’émergence et l’évolution de nos capacités cognitives, de nos souvenirs et de notre personnalité.
Cinq facteurs perturbant la « Fontaine de jouvence »
Pour Pierre-Marie LlEDO , directeur de recherche à l’Institut Pasteur, cela ne fait aucun doute : notre organe le plus complexe abrite en son sein des régions dans lesquelles de nouveaux neurones apparaissent continuellement. Bien que le rôle de ces nouveaux neurones ne soit pas encore clairement compris, il est donc avéré que notre cerveau possède des capacités de régénération. Mais attention, ce processus fragile peut être affecté par certains facteurs. Au cours de ses nombreuses années de recherche sur ce sujet, Pierre-marie LIEDO a identifié cinq éléments capables de ralentir ou de supprimer la neurogenèse.

La prise de psychotropes : (drogues, neuroleptiques, sédatifs, etc…) Ces molécules affectent l’équilibre biochimique de notre cerveau.

Le stress : En période de stress, notre organisme secrète du cortisol. Cette hormone métabolique est indispensable, mais a aussi un effet toxique sur les neurones.

L’inactivité physique : La pratique d’une activité sportive induit une meilleure oxygénation de notre cerveau et une production de neurotrophines, indispensables à la croissance des nouveaux neurones.

L’isolement social : Notre cerveau se nourrit des interactions que nous avons avec nos semblables.

L’arrêt des apprentissages : Lorsque l’on cesse d’engranger de nouvelles connaissances et de mettre en pratique nos compétences,
les réseaux neuronaux associés s’étiolent, et le nombre de nouveaux neurones générés chute.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’âge ne figure pas sur cette liste : une personne âgée peut très bien conserver certaines caractéristiques d’un cerveau « jeune ».

A l’heure actuelle, deux sites bien précis de production de ces nouveaux neurones ont été identifiés : le gyrus dentelé, qui fait partie de l’hippocampe, et la zone sous-ventriculaire des ventricules latéraux. Ces régions, très fortement impliquées  dans les processus liés à la mémoire et à l’apprentissage, seraient de « véritables fontaines de Jouvence », selon l’expression de Pierre-Marie Lledo. Pour ce neurobiologiste, ces régions possèdent un environnement moléculaire et cellulaire spécifique, indispensable à la neurogenèse : elle y serait possible car les cellules souches baignent dans un cocktail d’hormones et de facteurs de croissance, les neurotrophines. A l’inverse, d’autres substances comme le cortisol, ont un effet particulièrement nocif sur les neurones et peuvent freiner ou bloquer ce processus.

Nous sommes encore loin d’avoir percé tous les secrets des formidables capacités d’adaptation de notre cerveau, mais il est désormais clair que nous pouvons apprendre et nous perfectionner à tout âge.

http://www.cles.com/enquetes/article/j-ai-decouvert-la-fontaine-de-jouvence-de-nos-neurones/page/0/1?


http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/06/21/20815-neurones-peuvent-se-regenerer

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Fata Morgana le Sam 24 Mai 2014 - 13:36

Entendu. Pourtant en ce qui me concerne, c'est l'interaction sociale qui me déprime et me mine. J'en ressors épuisé et fâché. C'est pourquoi je l'évite au maximum depuis trente ans. A l'inverse, quand mon cerveau me donne le sentiment de tourner à plein régime et sans bruit c'est quand seul je parviens à me concentrer et à méditer sur tel ou tel sujet en profondeur. La question serait de savoir si mon attitude d'évitement social plutôt extrême ne contribue pas à activer des zones différentes, d'autres types de neurones. Si je m'en tiens à ce que qui est dit, je devrais être totalement débile, et d'après mon entourage et mes psys, c'est plutôt le contraire... Very Happy 
Du coup je me demande si certains neurones seraient plus adaptés à telle tâche et d'autres à telle autre.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par offset le Sam 24 Mai 2014 - 13:55

L'absence d'interaction sociale est-elle néfaste à notre apprentissage ? Bonne question qui mérite d'être
approfondi au prochain épisode  Very Happy

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Bibo le Dim 25 Mai 2014 - 6:03

Le terme "social" est utilisé pour une communication qui pourrait avoir lieu avec un humain ... Fata tu as une femme je crois. Et bien tu as des interactions sociales.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Cleore le Dim 25 Mai 2014 - 6:42

offset a écrit:L'absence d'interaction sociale est-elle néfaste à notre apprentissage ? Bonne question qui mérite d'être
approfondi au prochain épisode  Very Happy

L'homme est un animal social avant tout, paraît-il. Pour l'apprentissage, à mon avis ça dépend de quel apprentissage il s'agit, et peut-être aussi du tempérament de chacun. Je me souviens de copains de classe qui disaient que ça rentrait mieux quand ils étaient à plusieurs, et on connaît l'intérêt des révisions en groupe pour le bac, parce que ça motive (si elles sont bien conduites), alors que d'autres préfèrent être seuls. En groupe, la concentration générale crée une énergie qui est bénéfique à chacun, c'est un moteur. On s'éparpille peut-être un peu mais ça peut permettre de dépasser les blocages. Certains ont besoin de l'énergie des autres pour avancer alors que d'autres, au contraire, la trouveront perturbante.

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par offset le Dim 25 Mai 2014 - 9:30

Il n’ ya pas beaucoup d’étude faite sur ce sujet, j’ai trouvé cet article mais il n’aborde pas le sujet entièrement.

Petit extrait :

« Connexions sociales et connexions neuronales : Une grande partie de ce que nous sommes dépend de nos relations avec les autres et lorsque disparaissent ces relations, c’est la perte d’autonomie. Le manque d'interaction physique avec le monde, d’interaction sociale et de contact et de stimulation visuelle, un seul de ces éléments suffit à changer radicalement le cerveau et notamment la manière dont les neurones communiquent les uns avec les autres. »

http://www.santelog.com/news/neurologie-psychologie/solitude-et-isolement-social-les-neurones-se-deconnectent-aussi_11878_lirelasuite.htm

La meilleure façon d'apprendre est mieux seul ou en groupe ? J'espère que l'on aura des témoignages sur cette question

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Christelle le Dim 25 Mai 2014 - 11:48

offset a écrit:La meilleure façon d'apprendre est mieux seul ou en groupe ? J'espère que l'on aura des témoignages sur cette question

Passionnant, mais j'ai pas le temps d'écrire un livre ...
Je me contenterai de lire vos écrits

Christelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 893
Date d'inscription : 06/03/2010
Age : 42
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Cleore le Dim 25 Mai 2014 - 14:00

Oui, c'est vrai, c'est très intéressant et je ne suis pas surprise qu'il y ait des relations entre neurones et interactions sociales.

Je réfléchirai à mes expériences, à l'occasion.

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par offset le Dim 25 Mai 2014 - 14:35

Cleore a écrit:Oui, c'est vrai, c'est très intéressant et je ne suis pas surprise qu'il y ait des relations entre neurones et interactions sociales.

Je réfléchirai à mes expériences, à l'occasion.

Merci Cleore pour ton dévouement ça me fait plaisir, tu as remarqué que l'on est peu nombreux à poster dans cette section qui est pourtant
indispensable pour un forum de ce type.

Christelle, personne ne t'a demandé d'écrire un livre, d'ailleurs tu ne dis pas grand chose sur le sujet, tu en penses quoi concrètement ?

J'ai quand même envie de dire dans le but de faire réfléchir certain que la critique est aisée mais l'art difficile

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Bibo le Dim 25 Mai 2014 - 15:20

offset a écrit:
La meilleure façon d'apprendre est mieux seul ou en groupe ? J'espère que l'on aura des témoignages sur cette question

Tout dépend comment tu mesures l'apprentissage, comment les gens sont censés apprendre ? retranscrire ? dans quel contexte ? combien de temps d'intervalle ? quel matériel ?
La restitution se fait en groupe ? seul ?

Quelles seraient tes conditions expérimentales ?

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par offset le Dim 25 Mai 2014 - 16:34

Excusez moi:
Excusez moi, je vais prendre une pause sur ce fil car en ce moment je me sens attaqué de toute part
et ça me blesse beaucoup, je voulais juste partager des informations en neuroscience thème qui me passionne
Mais je ne suis pas experte en la matière.
Est ce une faute de ne pas connaître certaines choses ?
Je reviendrai bientôt car je n'aime pas laisser les autres se debrouiller seules, je suis comme ça

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Bibo le Lun 26 Mai 2014 - 3:43

Je cherchais à te faire progresser dans tes questionnements, en aucun cas à ta blesser.
Désolé.

Bibo
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2510
Date d'inscription : 24/04/2013
Age : 25
Localisation : Attend Noume vers Poitiers

http://www.zebrascrossing.net/t13153-j-etais-la-sans-le-savoir-m

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Cleore le Lun 26 Mai 2014 - 6:31

Bibo, je ne crois pas qu'Offset ait parlé de toi... Je ne vois rien de blessant dans tes propos.

Bon repos, Offset, tu as raison de faire une pause. Qui ose donc t'attaquer, toi si adorable ?

On reparlera du cerveau après, il a encore beaucoup à nous apprendre.

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par offset le Lun 26 Mai 2014 - 7:52

Bonjour à vous,

Bibo tu n'as rien a voir là dedans, c'est un ensemble, je suis désolé de vous avoir importuné.
Je vous remercie pour votre participation et votre compréhension.

Au passage je vous mets deux liens super intéressant sur le réseau neuronal avec les différents cortex qui participent à
l'apprentissage :

http://lecerveau.mcgill.ca/flash/d/d_07/d_07_cl/d_07_cl_tra/d_07_cl_tra.html

http://lecerveau.mcgill.ca/flash/i/i_07/i_07_cl/i_07_cl_tra/i_07_cl_tra.html

PS : Cleore merci pour ta gentillesse

Bonne après-midi à tous

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Invité le Lun 26 Mai 2014 - 14:09

Si tu veux t'intéresser au sujet, je trouve que le bouquin sur la neurophysiologie dans la collection DUNOD (pour la préparation à l'Agreg) est vraiment bien fait. J'ai la 2 ieme édition de Daniel Richard et Didier Orsal.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par offset le Mar 27 Mai 2014 - 2:11

Bonjour,

go--da-s tu n'aurais pas quelque chose d'un niveau inférieur pour mon petit cerveau  Very Happy

Merci pour ton aide

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par offset le Jeu 29 Mai 2014 - 11:55

La plasticité du cerveau

On a longtemps pensé que le cerveau cessait de se développer chez l’Homme vers ses vingt ans. Mais si la plasticité du centre nerveux diminue avec l’âge, elle reste effective jusqu’à la fin de la vie.
Même à un âge avancé, de nouveaux neurones et de nouvelles connexions peuvent toujours se former.

Tous les humains possèdent un réseau de neurones comparable, avec les mêmes types neuronaux dans des zones identiques du cerveau. Ce schéma de base est inscrit dans nos gènes et se forme par l’interaction avec l’environnement. Celui-ci stimule et renforce certains trajets mis en œuvre pour traiter les informations, alors que d’autres, non utilisés, dépérissent. Il y a quinze ans, on pensait encore qu’on naissait avec un nombre fini de neurones. Mais on sait maintenant que notre cerveau continue de se modeler bien après les premières années de la vie, et qu’il s’adapte aux stimulations de notre environnement.

L’enfance, une période clé

Chaque zone du cerveau possède pendant l’enfance une période de grande plasticité où elle est particulièrement réceptive aux stimulations extérieures. Le terme de « plasticité » indique que le cerveau des enfants est plus enclin à se réorganiser rapidement, à former de nouvelles connexions, à en éliminer d’autres.
Les progrès de l’imagerie cérébrale ont démontré que tous les apprentissages s’expliquent par de telles réorganisations. Les stimulations (vision, audition d’une langue, goût….) se traduisent par la pousse et l’allongement de dentrites, et parfois le grossissement de neurones ou des astrocytes qui les entourent.
Le cerveau grossit beaucoup dans les premières années de la vie d’un être humain. Le cerveau d’un enfant est très malléable, et de nouvelles expériences viennent constamment imprimer leur marque. Ainsi, chez de jeunes virtuoses qui passent beaucoup de temps à répéter sur leurs instruments de musique, certaines régions du cortex cérébral sont plus développées que chez les autres enfants. On observe le même phénomène chez certains athlètes de heut niveau. Le fait de s’entraîner quotidiennement provoque chez eux un développement accru des régions cérébrales impliquées dans les comportements moteurs. Cette plasticité a été observée grâce à l’imagerie médicale.
A l’âge de six ans, le cerveau fait déjà 90 % de sa taille finale. Il atteindra sa taille adulte seulement au moment de la puberté. La maturation cérébrale se poursuit ensuite jusqu’à l’adolescence tardive.
La quasi-totalité des connexions des neurones mettent  en place entre la naissance et la majorité. A vingt ans, le rythme des connexions qui s’établissent diminue, et certaines cellules de notre cerveau commencent à mourir. La capacité d’apprentissage et d’acquisition de nouvelles aptitudes physiques ou mentales baisse à mesure que la personne vieillit.
Pour autant, le cerveau d’un adulte reste performant. On a longtemps pensé qu’il était incapable de produire de nouveaux neurones et que le nombre de cellules composant le cerveau baissait immédiatement. La théorie a volé en éclats il y a peu de temps : si la plasticité du cerveau est particulièrement importante chez les jeunes enfants et diminue effectivement avec l’âge, elle reste effective jusqu’à la fin de la vie.

La neurogenèse chez l’adulte

En 1998 , les scientifiques ont pu mettre en évidence la naissance de nouveaux neurones dans le cerveau humain adulte. Cette neurogenèse aurait lieu jusqu’à un âge très avancé, supérieur à soixante-dix ans. La neurogenèse est la production de nouveaux neurones à partir de la différenciation de cellules souches qui peuvent former tous les types de neurones. Cette neurogenèse n’est pas observée dans toutes les zones du cerveau. Elle a été démontrée pour le moment dans le bulbe olfactif et une région de l’hippocampe qui joue un rôle essentiel dans le processus de mémorisation, le gyrus dentelé. Le devenir des neurones de l’hippocampe nouvellement formés à l’âge adulte a été bien étudié chez l’homme et chez l’animal.
Il est encore difficile de mesurer l’importance de ces nouveaux neurones. Leur génération compense-t-elle la mort des cellules existantes ? On ne peut pas l’affirmer pour le moment, mais le fait est qu’on ne cesse de revoir à la baisse l’ampleur de cette mort neuronale naturelle au cours du vieillissement.
L’idée d’une diminution importante des neurones durant la vie est donc fausse. Le nombre de neurones au cours du vieillissement normal pourrait se révéler quasiment stable ; c’est plutôt la qualité des liaisons entre les neurones qui est responsable de la baisse fonctionnelle.
Nouvelles connexions neuronales

Au même titre que de nouvelles cellules apparaissent, la régénération nerveuse est tout à fait possible dans un cerveau adulte. Même à un âge avancé, de nouvelles connexions continuent de se mettre en place, et des neurones se créent dans certaines parties du cerveau. On sait aujourd’hui que le cerveau a une capacité à remodeler son organisation en interaction avec son environnement. C’est là tout l’objet de la plasticité du cerveau adulte. Cela explique que l’on puisse encore apprendre une langue étrangère à cinquante ans, même si c’est beaucoup plus difficile que de l’apprendre pendant l’enfance. C’est aussi grâce à cette plasticité qu’un patient dont le cerveau à été altéré par un accident vasculaire cérébral va pouvoir récupérer plus ou moins ses facultés. Avec la rééducation (kinésithérapie, orthophonie….), des neurones voisins de la zone lésée vont petit à petit prendre en charge les fonctions des neurones détruits. Cette plasticité est rendue possible par des mécanismes moléculaires et cellulaires identiques à ceux de l’embryogenèse et qui peuvent se réactiver tout au long de la vie. Si le cerveau adulte conserve cette plasticité, comment s’expliquent le déclin des capacités cognitives et les pertes de mémoire même sans maladie que l’on observe souvent chez les personnes âgées ? Sans doute par une diminution de la qualité et de la quantité des connexions neuronales. En vieillissant, le cerveau devient moins plastique. La gaine de myéline, l’isolant qui entoure les axones des neurones, se détériore, ce qui engendre un ralentissement de la propagation des messages nerveux.
Les neurones perdent également de leurs ramifications, et les cellules de soutien aux neurones se développent pour compenser le vide laissé par la dégradation des neurones.
Peut-on entretenir son cerveau ?

La plasticité s’opère dans les deux sens. Si on stimule le cerveau par notre environnement, des connexions continuent de se créer. Mais si, au contraire, on délaisse certaines activités, ces connexions régressent. Si on ferme artificiellement l’œil d’un animal, au bout de quelques temps, l’œil occulté perd la vue. Les neurones concernés n’étant plus sollicités, ils disparaissent ou sont utilisés par le cerveau pour d’autres fonctions. Concernant l’entretien du cerveau, on ne peut trancher sur des exercices spécifiques pour chaque âge ? L’idéal est de lire régulièrement et de se cultiver dès l’enfance. On aura ainsi plus de facilité à trouver des mots de remplacements au moment où commenceront à survenir les trous de mémoire, entre cinquante-cinq et soixante-cinq ans.
En vieillissant, il faut continuer à faire travailler son cerveau comme un muscle, en variant le type de stimulation avec des exercices de mémoire, mais pas uniquement pour ne pas hyperstimuler certaines zones au détriment des autres. Sortir, discuter, aller au théâtre, au cinéma : ces activités sociales sont importantes pour entretenir les connexions des neurones. Au même titre qu’on fait travailler sa mémoire ou sa logique, il faut continuer à bouger pour stimuler les neurones liés aux comportements moteurs en choisissant une activité physique adaptée à son âge.
Qu’il s’agissent d’activités motrices ou intellectuelles, l’essentiel est de trouver des pratiques qui donnent du plaisir. On a observé que, chez les gens déprimés, les nouveaux neurones étaient moins nombreux à se former. Par ailleurs, mieux vaut privilégier une alimentation variée et équilibrée. On évitera ainsi les risques d’altérer la qualité des artères et donc celle des échanges entre la circulation sanguine et le cerveau.
(article paru dans Questions clé/Sciences)

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Christelle le Jeu 29 Mai 2014 - 18:39

Récemment, j'ai capté l'extrême fin d'une émission de France 5 où un neurobiologiste était interviewé. Un échange m'a particulièrement marquée :

- Qu'est-ce qui est le plus mauvais pour le cerveau ?
- L'ennui.


A méditer ...

Christelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 893
Date d'inscription : 06/03/2010
Age : 42
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par offset le Ven 30 Mai 2014 - 14:50

Christelle a écrit:Récemment, j'ai capté l'extrême fin d'une émission de France 5 où un neurobiologiste était interviewé. Un échange m'a particulièrement marquée :

- Qu'est-ce qui est le plus mauvais pour le cerveau ?
- L'ennui.


A méditer ...

Christelle:
Christelle, faute de trouver la vidéo dont tu parles ou même un article
en neuroscience, je mets cette autre réponse qui n'est pas si loin du sujet  :

Le spleen Baudelairien: l'angoisse qui étreint le poète, quand il constate les ravages du temps sur son organisme.
Grâce à l'art, il met en forme ce malaise existentiel , ce qui constitue une manière de l'exorciser.
L'écriture apparaît alors comme un remède à l'usure du temps et au dégoût de soi qu'inspire au poète
sa dégradation progressive.
L'art permet d'opposer la résistance de l'intelligence à la force corrosive de la nature.
Le poète survit alors par sa parole.



Spleen de Charles Baudelaire :

"J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans.

Un gros meuble à tiroirs encombrés de bilans,
De vers, de billets doux, de procès, de romances,
Avec de lourds cheveux roulés dans des quittances,
Cache moins de secrets que mon triste cerveau.
C'est une pyramide, un immense caveau,
Qui contient plus de morts que la fosse commune.
- Je suis un cimetière abhorré de la lune,
Où comme des remords se traînent de longs vers
Qui s'acharnent toujours sur mes morts les plus chers.
Je suis un vieux boudoir plein de roses fanées,
Où gît tout un fouillis de modes surannées,
Où les pastels plaintifs et les pâles Boucher
Seuls, respirent l'odeur d'un flacon débouché.

Rien n'égale en longueur les boiteuses journées,
Quand sous les lourds flocons des neigeuses années
L'ennui, fruit de la morne incuriosité
Prend les proportions de l'immortalité.
- Désormais tu n'es plus, ô matière vivante!
Qu'un granit entouré d'une vague épouvante,
Assoupi dans le fond d'un Sahara brumeux
Un vieux sphinx ignoré du monde insoucieux,
Oublié sur la carte, et dont l'humeur farouche
Ne chante qu'aux rayons du soleil qui se couche"


L'ennui ou l'oisiveté peuvent être mauvais pour notre psychique.

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Christelle le Dim 1 Juin 2014 - 14:24

Je parlais d'ennui, pas de dépression !  Smile 
Merci pour la référence littéraire.
Le spécialiste parlait de l'envie comme du manque de stimulation en fait ...

Christelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 893
Date d'inscription : 06/03/2010
Age : 42
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Cleore le Lun 2 Juin 2014 - 7:25

En vieillissant, il faut continuer à faire travailler son cerveau comme un muscle, en variant le type de stimulation avec des exercices de mémoire, mais pas uniquement pour ne pas hyperstimuler certaines zones au détriment des autres. Sortir, discuter, aller au théâtre, au cinéma : ces activités sociales sont importantes pour entretenir les connexions des neurones. Au même titre qu’on fait travailler sa mémoire ou sa logique, il faut continuer à bouger pour stimuler les neurones liés aux comportements moteurs en choisissant une activité physique adaptée à son âge.
Qu’il s’agissent d’activités motrices ou intellectuelles, l’essentiel est de trouver des pratiques qui donnent du plaisir.

C'est ce qu'on dit quand on parle de lutter contre la maladie d'Alzheimer.

Le mot "plaisir" est le plus important de tous, à mon sens.


Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par offset le Lun 2 Juin 2014 - 8:56

@Christelle, détrompes-toi l’ennui n’est pas si loin de la dépression
Quelqu’un qui s’ennuie va être plus sujet à la déprime d’où l’importance de
la stimulation des neurones qui chasse l'ennui et les pensées négatives.
@Cleore, j’ai lu également que le fait de muscler ses neurones aide à lutter
contre la maladie d’Alzeimer, mais je ne suis pas sûr que cela soit confirmé
par le corps médical.

offset
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 6768
Date d'inscription : 11/11/2013
Localisation : virtuelle

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Christelle le Lun 2 Juin 2014 - 16:41

offset a écrit:
@Christelle, détrompes-toi l’ennui n’est pas si loin de la dépression
Quelqu’un qui s’ennuie va être plus sujet à la déprime d’où l’importance de
la stimulation des neurones qui chasse l'ennui et les pensées négatives.

C'est peut-être justement pour ça que ce neurologue parlait de l'ennui dangereux pour le cerveau.

Christelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 893
Date d'inscription : 06/03/2010
Age : 42
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Bitterlings le Mar 3 Juin 2014 - 7:40

L'ennui inhiberait la production d'une protéine, la ténascine, nécessaire à une des étapes de la production de nouveaux neurones.

http://www.lejdd.fr/Societe/Sciences/Actualite/Votre-cerveau-ne-meurt-jamais-572006

En 2005, l'équipe de Pasteur a identifié une protéine clé, la ténascine, secrétée dans le cerveau : comme un aimant, c'est elle qui attire les néo-neurones dans les deux régions "cibles". "Deux conditions sont nécessaires pour la produire : la stimulation sensorielle, lorsque nos circuits échappent à l'ennui en étant soumis à une stimulation toujours différente, et le plaisir lié à cette stimulation." Ainsi, chez des rats exposés à des parfums désagréables, la production de cette protéine s'effondre. "À l'inverse, lorsqu'on leur fait respirer des mélanges d'épices qu'ils aiment, le taux de renouvellement des neurones est multiplié par trois!" a écrit:

(Neurogenèse et rôle de la tenascine: http://www.inserm.fr/content/download/10076/75385/version/1/file/neurogenese_bulbaire_neurones.pdf )

Bitterlings
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 285
Date d'inscription : 08/08/2012
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Christelle le Mar 3 Juin 2014 - 8:07

L'amour serait donc le moteur du cerveau ?
Amour Quelle chouette leçon ! Amour

Pour redevenir sérieuse, en tant qu'enseignante, je vois bien à quel point l'affectif a une place déterminante dans le désir d'apprendre et du coup dans l'efficacité des apprentissages.
Moi-même, le fait d'avoir depuis quelques mois une vie amoureuse satisfaisante me booste : incroyable tout ce que j'arrive à gérer alors que j'ai encore moins de temps qu'avant.

Enfin bon, probablement que pour certains je suis en train d'enfoncer des portes ouvertes ...

Christelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 893
Date d'inscription : 06/03/2010
Age : 42
Localisation : Landes

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dynamique cérébrale

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 4:52


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum