Retrouver de la confiance après une première relation toxique ?

Aller en bas

Retrouver de la confiance après une première relation toxique ? Empty Retrouver de la confiance après une première relation toxique ?

Message par ZebraPerdu le Mer 7 Mai 2014 - 3:35

Bonsoir,

J'écris ce message dans le cadre de ma petite auto-thérapie, c'est à dire au moins déjà parler (chose assez dure vous vous l'imaginez) des problèmes qui me hantent (je suis assez obsessionnel dans certains sujets que je considère comme lourds).

En gros la question serait : Après une première relation que nous pourrions qualifier de toxique et qui n'a pas forcement apporté de bonheur, comment reprendre confiance en soi vis à vis du monde féminin ?
Voilà si vous avez vécu quelque chose de similaire et que vous voulez parler de la façon dont vous vous êtes sorti de la panade, ben vous êtes les bienvenus

Je vous détaille mon histoire dans le menu ouvrant en dessous mais voilà un résumé pour ceux qui ne veulent pas forcement connaitre ma vie.

Une relation voulue (mais pas provoquée par moi) durant tout mon lycée où c'est plutôt la peur de la solitude plus que l'amour qui nous a fait durer pendant plus de trois ans hors du lycée, des amies, dans un cocon qui a subitement explosé et qui m'a laissé face au monde totalement désarmè, maladroit au possible avec les filles et encore plus muet qu'un muet quand il s'agit de parler de sentiments.j'ai juste l'impression d'avoir gaché tout mon lycée et de n'avoir rien appris sur le monde, les filles (honnêtement, elle était assez étrange, pas comme les autres), la vie.J'ai l'impression de rentrer dans une danse sans en connaitre les codes.
De plus j'ai l'impression de passer pour quelqu'un que je suis pas.Je suis considéré comme sûr de moi, de bonne consistance alors que c'est totalement le contraire c'est plutôt "Et dans ma prison de pierre où je tremble et j'ai froid"
Bref, je suis plutôt beau, on veut de moi, c'est ça le pire dans mon histoire et qui me donne envie d'exploser et pourtant d'être totalement bloqué par des vieux démons que même les instincts primitifs exacerbés par la drogue n'arrivent pas à casser et à me désinhiber.Cela dit, je proscris totalement l'usage de la drogue, ça apporte plus de problèmes que ça en résout mais je pense que vous le savez.


Pour ceux qui veulent l'histoire en entier :

Spoiler:
J'ai actuellement 19 ans, toutes mes dents, de bonne constitution, bref je suis plutôt quelqu'un qu'on qualifierait de "beau gosse" (même si c'est subjectif mais c'est important dans le sujet parce que ça me met mal à l'aise).

Voilà donc la petite histoire.
Premier de classe jusqu'en 6ème, félicitation, moteur de classe, bref le parcours parfait pour des parents.La situation se gâte, je passe de félicitation à avertissements travail/conduite.C'est le premier moment révolte de ma vie, j'enchaine les notes pourries mais dès qu'on m'interroge à l'oral, la réponse est bonne, bref, ça frustre les professeurs qui du coup sont moins gentils.Je commence à avoir une haine viscérale pour les camps de l'éducation nationale, ce qui aboutit à mon renvoi l'année suivante durant 25 jours pour une sombre histoire de bombe artisanale (pas une vraie bombe entendons nous bien, c'était plus de la chimie et renvoyé sans réelle preuve de culpabilité !) j’arrive en 3ème, je déteste l'école, mes professeurs, mes amis, je fais une dépression, je veux plus retourner dans cette jungle et je pars au CNED.Je demeure un an chez moi sans voir personne à 14/15 ans puis j'obtiens mon brevet avec d'excellentes notes.Comme je m'ennuyais un peu, je décide de repartir à l'école, j'entre au lycée et mon moral remonte et je trouve même une copine (chose assez dure vu que je suis la timidité incarnée, j'ai pas d'ami fille d'ailleurs je considère impossible une relation d'amitié fille/garçon).C'est plutôt elle qui m'a trouvé en fait.On se ressemblait beaucoup, elle était sans doute zebrée aussi, j'en sais rien mais au pire elle avait le caractère requis, on galérait pour les mêmes choses (des trucs idiots mais parler avec des gens inconnus, demander quelque chose à quelqu'un, entrer en débat avec quelqu'un et imposer sa position sans avoir du mal à parler, bouillonner intérieurement de haine ), du coup ça nous a rapproché au début mais il y avait pas d'amitié, on le savait tous les deux.Pendant quelques semaines, il se passait rien, on se voyait et un jour, ne faisant rien du tout (pétrifié de terreur évidemment ^^) elle a fait le premier pas et nous sommes sortis ensemble.Les premiers mois ont été assez laborieux, j'étais encore plus maladroit, gêné, ça me semblait illogique d'avoir des relations sexuelles avec une fille, je comprenais pas pourquoi, je trouvais ça totalement dégoutant mais j'en avais envie et ça causait chez moi un malaise.Comment, nous, les humains pouvions nous nous rabaisser à un point si animal ? c'est un acte bestial et je n'y voyais aucune civilisation là dedans, juste quelque chose de primitif et barbare même si c'est bien cool.Le temps est passé, ça s'est un peu amélioré mais on a jamais été totalement épanoui, on s'aimait sans s'aimer mais on était ensemble de peur de se retrouver à nouveau tout seul.Il y a toujours eu une gêne qui pas très visible pour l'étranger mais très pesant pour nous deux.Du côté scolaire, étant donné que j'y étais retourné pour trouver une copine, le lycée m'a vite ennuyé et j'ai démissionné du lycée à 16 ans.J'étais donc avec ma copine, j'avais pas beaucoup d'amis, j'en cherchais pas vu que je pensais que le seul but dans la socialisation c'était de trouver une femme, de la prendre sur son cheval blanc et d'aller faire sa vie avec.Bref, j'ai vu personne jusqu'au bac que j'ai passé en candidat libre et que j'ai eu, puis la Fac est arrivée.Elle est partie à Paris, moi à Montpellier...la relation n'a pas supporté la distance et on s'est même pas séparé lors d'une scène tragique digne des plus grandes tragédies, ça s'est plutôt fait comme ça, sans vraiment le formaliser....on s'est perdu de vue (c'est vous dire si on s'aimait....) et là, BIM, je me retrouve confronté au monde des vivants, armé comme un polonais face à une division de Panzer.

Et j'en viens donc au présent !

Je suis à Montpellier à la Fac.Je dirai que cette ville m' a fait évoluer rapidement, je suis sorti de mon cocon rural securitaire à la folie des nuits étudiantes de Montpellier.En gros, je suis passé du petit fumeur de pétard à problèmes au consommateur de MDMA à problèmes.Du coup voilà, c'est la ville, on cotoie pleins de filles, mes amis (que j'ai revu en arrivant à la fac, on est redevenu proches mais proches dans la rigolade) deviennent des loveurs de l'extrême, choppant un peu tout ce qui bouge et muni d'un vagin (vous me direz qu'avec la MD, forcement c'est plus facile sauf pour moi sinon c'est pas marrant).Bref, mes potes deviennent des hommes, ils ont pas peur d'aller vers les filles, de se prendre des vents....c'est la vie vous me direz et c'est logique pour tout le monde vu que c'est comme ça que cela se passe.Cela me rend jaloux, je me retrouve propulsé dans un milieu très féminin (où disons que le sexe n'est pas tellement tabou), je suis un des seuls mecs de mon groupe, je sens les regards lourds de sens qui se portent sur moi, celui qui dit que pardonnez moi l'expression "ta bite ne verra pas l'aube" mais le problème est le suivant : J'ai connu qu'une fille avec qui il y avait un malaise et finalement que peu d'amour, des reproches qui ne sortaient pas mais qui étaient sous entendus.....bref, j'ai peur de reproduire les mêmes erreurs et je bloque même dans le fait d'approcher d'une fille et de lui dire qu'elle me plaît, je considère ça comme gravir l'Everest alors que les gens, bien qu'il savent que je suis un peu étrange me considère comme un mec à meuf (Triple XD) vu que j'ai été en couple tôt et assez longtemps mais eux évidemment, ils connaissent pas les problèmes que j'ai eu dans ma relation.Du coup, en plus ils me chambrent et ça me bloque encore plus et il m'est impossible de leur dire que je suis pas comme ça parce que de toute façon, ils me croiront pas.Bref, j'ai l'impression qu'on me prend pour quelqu'un que je suis pas du tout et du coup le comportement des gens vis à vis de moi n'est pas tellement pertinent.J'ai rencontré une fille....elle me plaît, je lui plais et je pense même que j'éprouve des sentiments pour elle mais voilà c'est le blocage.Elle attend que je bouge, que je fasse quelque chose vu que je suis censé avoir de l'"expérience", plus qu'elle tout du moins, que je l’attrape en soirée bref que la relation passe au stade supérieur mais honnêtement, je m'en sens tellement incapable.C'est tellement impossible que j'aille vers elle et que je lui dise "Je T'aime !" ou "tu me plais!" même si ça se voit, ça se sent et elle c'est une fille lambda alors autant dire qu'à part attendre que je fasse quelque chose, elle va pas se mouiller! (L'homme propose, la femme dispose.c'est quoi cette injustice, elle est où l'égalité là ?!).Bref voilà, on me prend pour un garçon sûr de lui et bien portant alors que je suis tout le contraire, j'ai zéro confiance en moi et on attend des actes d'un mâle alpha de ma part.Ils me connaissent pas, j'ai envie d'exploser et de leur gueuler que je suis un petit être so romantique, sensible qui a besoin qu'on le rassure constamment et qu'on l'aime.J'ai l'impression d'avoir raté le début de ma jeunesse et que désormais il est trop tard, on fait pas ses classes à la FAC, on part à la guerre.Bref je suis frustré, frustré d'avoir perdu plus de trois ans avec une fille, frustré de pas avoir découvert les filles/Les amis comme on le fait au lycée, frustré d'être muet quand il s'agit de sentiment, frustré d'être pris pour quelqu'un d'autre, frustré de pas arriver à parler de moi à qui que ce soit.Bref, frustré et en colère contre moi et le Monde.Et il faut que ça change, j'ai pas envie de devenir une créature asexuée traumatisé par ses erreurs d'ados voyez-vous.

Voilà, cela va faire quasiment un an que cette situation m'épuise au possible et que je suis dans l'immobilisme affectif le plus complet.


Dernière édition par ZebraPerdu le Mer 7 Mai 2014 - 4:07, édité 1 fois

ZebraPerdu

Messages : 2
Date d'inscription : 07/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Retrouver de la confiance après une première relation toxique ? Empty Re: Retrouver de la confiance après une première relation toxique ?

Message par L'ange le Mer 7 Mai 2014 - 4:00

Prescris = Un médecin prescris des médicaments.
Proscris = Ne le recommande à personne.

(Je précise parce que ton message peut porter à confusion. ^^

Maintenant je fini de lire ton message et j'y réponds et j'arrête de faire mon rabat-joie et de donner des leçons de français ! Razz
L'ange
L'ange

Messages : 2709
Date d'inscription : 19/04/2014
Age : 29
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Retrouver de la confiance après une première relation toxique ? Empty Re: Retrouver de la confiance après une première relation toxique ?

Message par L'ange le Mer 7 Mai 2014 - 4:31

Salut,
Tout d'abord, je te conseillerais d'aller te présenter dans la section prévue à cet effet. Ce n'est pas obligatoire (il me semble) mais préférable pour toi et pour l'ensemble des personnes qui te liront je pense.
Aller, je commence.  

Pour le côté "le sexe me dégoûte", c'était moins si catégorique pour moi, mais j'ai connu chose similaire.
Disons que je ne voyais le sexe que de façon extrêmement romantique, avec la femme que j'aimerais, toujours avec passion et tendresse, bref, tout ça tout ça, et même des étoiles au plafond tant qu'on y est ! ^^

Pour ton problème, je dirais que c'est plus un problème d'ordre social qu'uniquement lié aux filles. Tu as un problème de sociabilisation, d'aucun crieront au côté autistique, sait on jamais.
Dans tous les cas, en groupe, ça va pas.
La suite de ce message ne sera que pure subjectivité puisque je ne me base que sur ma propre vie et celles que j'ai pu observer.

J'étais pareil avant, autant le dire. Pour te dire, j'étais très, mais vraiment très introvertie durant toute mon enfance et adolescence, jusqu'à l'âge de seize ans je pense. Là, il a fallu que je me batte pour faire valoir mes droits, pour qu'on arrête de me taper dessus, de me critiquer et m'humilier. Du coup, j'ai légèrement évolué, pas en sociabilisation, mais en arrêtant d'être un pauvre soumis. Suite à ça, j'ai travaillé dans des endroits où j'étais obligé d'être un peu sociable. Alors je me suis légèrement ouvert, mais rien d'énorme.
En fait, là où je me suis vraiment ouvert (et c'est pas peu dire) c'est l'année dernière, en étant barman. Pour te dire, j'avais vingt trois ans, donc c'est encore plus tard que toi actuellement. En étant barman, je n'avais pas à aller vers les femmes, elles venaient toutes vers moi en agitant leur décolleté à outrance, parfois pour avoir un coup gratis, parfois pour avoir mon numéro, parfois pour me proposer de dormir chez elles, au cas où je manquerais de lit chez moi, vois-tu...

De plus, les clients, jeunes, vieux, très vieux, filles, garçons, alcooliques, hommes d'affaire, etc... Ont tous contribué à mon épanouissement. C'est un métier très social, t'es obligé d'écouter de vieux cons se plaindre toute la journée ou parler de la pluie et du beau temps... Parce que c'est ton foutu job !

Du coup, ça ouvre, t'es obligé...

Concernant ton cas, je pense que, te laisser aller à la Fac serait un bon point déjà. Ce ne sera pas compliqué, vu que tu sembles bien parti.
Je pense que tu veux te presser en cherchant une solution, mais qu'en fin de compte, tu la tien déjà.
Arrête c'est foutues drogues qui ne servent, sérieusement, à rien du tout, et tout ira mieux déjà. (je le sais, j'ai eu un paquet de clients qui en prenaient. Je te dis pas l'état de leurs dents...)

Pour les filles, ce que tu peux essayer de faire, c'est créer une situation où tu te retrouveras tout seul avec la fille en question.
Là, si tu sais qu'elle désire quelque chose, ne parles pas si c'est trop dur. Prends sa main.
Cela suffira, je peux te l'assurer. La dernière fois que j'ai fait ça... Ha non, là c'était particulier. L'avant dernière fois que j'ai fait ça, jme suis fait embrasser sans avoir rien le droit de dire.

Suffit d'un contact pendant que vous êtes tout seuls pour qu'elle fasse le premier pas. Prends sa main et ne la lâches pas.

Draguer, c'est compliqué. J'ai pas trop de conseil à te donner, je ne suis pas super fort. Comme pour toi, soit les filles viennent d'elles même, soit il se passe rien. Cependant, moi c'est le contact que j'arrive pas à créer. Une fois que ce foutu contact est créé, c'est bon, chui un tueur, Rocky Sept ! Bon pas quand même, je leur ferais mal. Non mais disons qu'une fois seul à seule avec une fille, c'est simple. Un contact physique et tu vois desuite si t'as une chance.

Petites anecdotes :

J'aide une amie à déménager. On se retrouve tous les deux seuls à son appartement à la fin du déménagement. Sur le balcon, je passe ma main dans le bas de son dos, au niveau des hanches. "Qu'est-ce que tu fais là ?!" me dit-elle. J'enlève ma main, okay, the end, game over, j'ai perdu.

Mon ex part dans le 93 seule, donc je décide de l'y accompagner. A Paris, en plein centre ville, on s'assoit. De même, main sur le dos "Enlève ta main s'il te plait..." Okay !!! On fera rien à l'hôtel ce soir quand on dormira ensemble, j'ai compris !

Tu vois, c'est le genre de cas où un contact physique te donnes direct une réponse ! xD

Meilleure anecdote que les précédente, et récente. Je vais au parc à Toulouse avec une fille pour laquelle j'avais des sentiments. On se prélasse, j'hésite pendant au minimum trente minutes, en stresse, j'en tremblais. Finalement je me décide, je prend sa main. Elle se laisse faire, quoi, ptêtre vingt secondes, non moins... Le téléphone sonne, elle attrape son portable. Là, je sais plus quoi faire... On se déplace à l'ombre, j'attends bien dix minutes, et puis merde quoi ! Elle s'était laissé faire, je reprends sa main. Elle dit rien. Je la caresse lentement, elle dit rien. Mais elle fait rien non plus...
Va chier, je l'embrasse, rien à foutre. Elle se laisse faire. YOU WIN !

Bon voilà le genre de cas qui peut arriver, mais c'est rare.

Dans tous les cas, rassures toi, ça ira mieux, faut juste que tu te laisses t'ouvrir au monde, pis force toi à créer des situations dans lesquels tu es le mieux, le plus libres. Je sais par exemple que je n'embrasserais jamais une fille devant tout le monde, c'est pas mon truc, donc je créé des situations où je suis seul à seule.
A toi de voir dans quelles situations tu t'en sors le mieux.

Je pourrais possiblement mieux te répondre quand tu auras répondu à ce message déjà, je pense.

(Désolé pour les fautes, j'en vois plein, c'est affreux, mais c'est pas l'heure de corriger...)
L'ange
L'ange

Messages : 2709
Date d'inscription : 19/04/2014
Age : 29
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Retrouver de la confiance après une première relation toxique ? Empty Re: Retrouver de la confiance après une première relation toxique ?

Message par ZebraPerdu le Mer 7 Mai 2014 - 5:07

Ben en fait le truc c'est pas de savoir si la fille est opérationnelle, je suis pas aveugle sur ça et je pense que je le sens bien quand le courant passe mais rien que de me rappeler quand j'étais avec mon ex mais ça me plonge dans un gouffre de désolation, je me dis "ah non, recommence pas" mais en même temps, les besoins de font sentir et je pense que tu vois le style de bande d'ami qui traine dans les bars, boite, le schéma c'est toujours le même : apéro/soirée electro/drogue/coït...c'est pousse au crime et ça fait plus d'un an que ça dure (j'ai déjà fait une année de fac, c'est ma deuxième), rien n'est plus terrible pour moi de voir une fille qui te bouffe du regard, que tu sais qu'elle te veut et toi t'es là, immobilisé parce que tu te prends la tête avec des vieux trucs assez puissants pour t'arrêter dans un moment comme ça (où honnêtement tu pourrais croire que t'es le roi du Monde)
C'est vraiment quelque chose d'ancré en moi, comme une sorte de traumatisme et juste de penser que ça pourrait être différent de ce que j'ai prévu, que ça se passe pas comme ça devrait se passer, bah je suis bloqué et ça provoque pas que de la frustration chez moi, les filles aussi se posent des questions, elles voient que je suis intéressé mais rien du coup au final, bah nada, elle va pas se prendre la tête trop longtemps avec un mec (ce qui est totalement compréhensible).De plus je suis quelqu’un qui aime pas trop le contact physique en public et voire même un peu en privé si la situation est pas claire.Je me suis sabordé tout seul plusieurs relations qui pouvaient aboutir.J'ai l'impression de fixer la barre trop haut, j'intellectualise la chose alors que le monde des sentiments c'est du délire total, ça se maîtrise pas, la question "pourquoi elle me veut moi et pas un autre ?" n'a pas lieu d'être mais elle revient tout le temps, qu'est ce qu'on me trouve, je le mérite pas parce que de toute façon, je vais merder comme j'ai déjà fait et ça va être pire qu'avant.C'est pas la peur d'avoir une relation sexuelle, quand t'as gouté, tu peux plus t'en passer mais voilà comme j'ai dit, voir une fille, la prendre entre quatre yeux et lui dire "okay, t'es mignonne et tout mon corps frémit juste à l'idée de passer du temps avec toi" ben c'est littéralement impossible.Bref, je me comprends tellement pas sur le domaine affectif alors que je ressemble à un amoureux, je suis le pur chevalier servant et ça plait dans un monde d'ami où la fête et le sexe pour le sexe est plutôt le maître mot.

De plus, certains de mes amis pensent que je serai devenu légèrement gay sur les bords, ils attendent que je leur prouve le contraire.C'est devenu un vrai sujet tabou de parler de filles avec mes potes mais rien que le "ahhhh" et les rires alakon ou les "enfin" qu'ils vont pousser si je leur ramène une meuf, bah ça me refroidit tellement, je suis pas le centre de l'attention et ne veut surtout pas l'être, je me sens jamais mieux que quand on parle pas de moi.

ZebraPerdu

Messages : 2
Date d'inscription : 07/05/2014

Revenir en haut Aller en bas

Retrouver de la confiance après une première relation toxique ? Empty Re: Retrouver de la confiance après une première relation toxique ?

Message par magicglace le Mer 7 Mai 2014 - 9:10

Bon comment dire ce que je vais écrire est probablement un peu rude mais c'est important que tu réagisse de mon point de vue.

Quand je te lis je déduis ceci: tu es plein de point de blocage/croyance limitante au niveau de l'image que tu as de toi et de celle que tu pense renvoyer.

Pour ce qui est de la relation avec ton ex. Je te rassures tout le monde ne connais pas l'amour jeune et c'est PAS GRAVE. Tu n'as pas perdu ton temps tu as juste prit un chemin différent d'autres. Mais l'important c'est que tu analyse pourquoi tu as pris ce chemin et pourquoi il ta convenu à ce moment là. C'est de la pur introspection sur ce point.

Un seul point important de mon point de vue auquel il est important que tu réfléchisse. De mon point de vue à l'arrêt du lycée tu dis avoir été isolé ne plus avoir d'amis etc. Ca c'est une énorme erreur (que l'on fait souvent dans ces premiers amours). Que tu sois zèbre/pas zèbre artiste/mathématicien ou autres l'homme est un animal social et le cercle d'amis/contact est probablement une des choses les plus importante qui soit pour t'enrichir. Sans parler de l'apport très important des amis pour une vie de couple saine.

zebraperdu a écrit:deviennent des loveurs de l'extrême, choppant un peu tout ce qui bouge et muni d'un vagin (vous me direz qu'avec la MD, forcement c'est plus facile sauf pour moi sinon c'est pas marrant).Bref, mes potes deviennent des hommes, ils ont pas peur d'aller vers les filles, de se prendre des vents.

C'est pas ça être un homme. Ce que tu traduit dans tes mots c'est juste un cliché. Si tu pense réellement qu'être un homme c'est la capacité à aborder des filles et de se prendre des vents il faut alors que tu fasse un grand travail d'introspection sur la vision que tu as de l'homme occidental en 2014. Les valeurs fondamentales qui te parle à toi, etc. A toi de prendre les influences qu'il te plaira pour te construire une image beaucoup plus saine de l'homme.

zebraperdu a écrit:bref, j'ai peur de reproduire les mêmes erreurs et je bloque même dans le fait d'approcher d'une fille et de lui dire qu'elle me plaît, je considère ça comme gravir l'Everest alors que les gens, bien qu'il savent que je suis un peu étrange me considère comme un mec à meuf (Triple XD) vu que j'ai été en couple tôt et assez longtemps mais eux évidemment, ils connaissent pas les problèmes que j'ai eu dans ma relation

Sinon tu peux aussi admettre à toi même que tu as fait des erreur (comme nous tous, être zèbre ne te mets pas à l'abris de l'échec) et travailler sur toi pour ne plus les reproduire. Mais pour ça il faut essayer. La paralysie par peur de l'échec n'est que rarement la bonne stratégie pour avancer bien que nécessaire à l'introspection.
Pour ce qui est de l'étrangeté: tu n'es pas forcément étrange tu es juste probablement qui soi n'est pas facile d'accès (mais je te rassure certaines femme adore ça) soit qui à du mal a communiquer.

Pour ce qui est du reste j'arrête de faire des citations de ton texte original et je donne mon ressentis. Quand on te chambre si certaines remarques te blesse. Dis le ou fait le comprendre. Ne t'excuse pas d'exister en gros. (Ce qui ne signifie pas s'imposer coûte que coûte).
Pour ce qui est de l'image tu pense que les autres te sente sur de toi. Mon ressenti me fait dire que c'est plutôt l'inverse.

zebraperdu a écrit:mâle alpha

Oublie ce concept tout de suite! Le mâle alpha ... n'existe pas. Ce n'est qu'une image utilisé pour contrer la démasculinisation de l'homme moderne et la perte de repère auquel nous sommes confronté. Ce n'est qu'un outil nécessaire à la réflexion et en rien une image vers laquelle il faut absolument tendre.

Pour ce qui est du rapport à la sexualité. Je vais te parler de ma vie perso ça t'aiguillera peut être. J'ai commencé plutôt tôt. A 15 ans c'était fait(c'est jeune pour l'époque) et c'était franchement pas terrible. Les relations d'après entre 15 et 18 mon conforté dans cette avis que le sexe en faite c'est moyen. Je prenais plus "mon pied" devant certains documentaires qu'en couchant avec des femmes. Du coup je me suis dis bon le sexe c'est nul. Puis un jour j'ai rencontré une femme différentes avec qui j'ai noué une relation très forte et qui à 21 ans ma donné mon premier orgasme masculin (le vrai) et putain c'était le pied. On est tous "câblé" pour aimer le sexe c'est biologique (et puis autrement l'espèce ne serai plus).

voilà

magicglace
magicglace

Messages : 367
Date d'inscription : 28/04/2014
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Retrouver de la confiance après une première relation toxique ? Empty Re: Retrouver de la confiance après une première relation toxique ?

Message par Invité le Jeu 8 Mai 2014 - 20:07

un : déja tu as dit toi même que c'était pour ne pas être tout seul, apprends à être bien avec toi même.
deux : je rechercherai les liens psychos avec ce type de personne qui m'ont amenée à elle et à patauger
trois : je rechercherai ce dont j'ai besoin chez quelqu'un d'autre et ce que je peux lui apporter.
quatre : j'irai à sa rencontre Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Retrouver de la confiance après une première relation toxique ? Empty Re: Retrouver de la confiance après une première relation toxique ?

Message par Invité le Jeu 8 Mai 2014 - 20:08

de la nouvelle pas de l'ancienne hein ! Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum