D'une distinction sociale et intellectuelle du zèbre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

D'une distinction sociale et intellectuelle du zèbre

Message par Prinnydad le Mer 2 Avr 2014 - 13:53

Bonjour ^^

Etant nouveau sur le forum, et le trouvant très intéressant, et ayant découvert le concept de zèbre il y a très peu de temps, j'en suis arrivé à donner ma perception et mes idées sur la conception de zèbre et bien d'autres choses. Avant d'aller plus loin, je souhaiterai savoir si une de mes conceptions n'a pas déjà été développée ou prouvée comme erronée par quelqu'un (ça m'embêterait d'induire en erreur ou de simplement dire "oh j'ai fais une découverte . . . la Terre est ronde !" au milieu d'un débat quel qu'il soit).

Je me demande donc si le concept de zèbre ne serait pas ce qui vit une personne à l'intelligence plus élevée que son entourage, et non pas juste comparé à la moyenne. Ainsi, une personne normale entourée de personnes lentes ou peu cultivées développerait-elle un ressenti de zèbre, sur le plan social ? Et pour pousser la réflexion plus loin, on pourrait distinguer zèbre, qui serait le terme pour la dimension sociale, et THQI, qui serait "juste" ce que son nom indique, mais qui, de fait, se traduirait très souvent par l'apparition de rayures de zèbre, puisque seul un environnement de THQI le lui éviterait.

J'espère avoir été clair, et ne pas répéter quelque chose déjà dit (j'ai cherché avant de poster, mais la terminologie peut influer tellement sur les recherches que je préfère prendre des gants ^^)

Prinnydad
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 25
Date d'inscription : 31/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'une distinction sociale et intellectuelle du zèbre

Message par Invité le Lun 7 Avr 2014 - 21:55

Je n'analyse pas du tout les choses comme ça.

Pour moi, zèbre, c'est une personne avec un HQE.

Avoir un HQE ne veut pas dire avoir un HQI, et inversement.
Quant aux THQI, c'est juste des HQI dont le QI dépasse le troisième écart type sur l'échelle de Weschler...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: D'une distinction sociale et intellectuelle du zèbre

Message par UK09 le Lun 7 Avr 2014 - 23:01

Je me demande donc si le concept de zèbre ne serait pas ce qui vit une personne à l'intelligence plus élevée que son entourage, et non pas juste comparé à la moyenne. Ainsi, une personne normale entourée de personnes lentes ou peu cultivées développerait-elle un ressenti de zèbre, sur le plan social ? Et pour pousser la réflexion plus loin, on pourrait distinguer zèbre, qui serait le terme pour la dimension sociale, et THQI, qui serait "juste" ce que son nom indique, mais qui, de fait, se traduirait très souvent par l'apparition de rayures de zèbre, puisque seul un environnement de THQI le lui éviterait.

Non, une personne plus intelligente que son entourage, sans être surdouée, trouvera cet entourage en décalage par rapport à elle-même, comme le fils d'ouvrier devenu cadre ne comprend pas son père qui lui-même ne le comprend pas. Certains iront jusqu'à dire que leur famille est c.nne, ou inadaptée socialement etc.
Si l'entourage proche, dont on vient de dire qu'il est peu doté "intellectuellement" - "intellectuellement", entre guillemet, car il s'agit de prendre le mot comme dans profession intellectuelle, avec le côté culture = intelligence - sert de mesure, la différence entre cette mesure basse est toujours insuffisamment basse pour dénoter du reste de la population en moyenne.
L'exemple serait le suivant: un professeur de collège ne se sent pas "zèbre" face à un professeur des écoles.

Zèbre n'est pas une situation sociale symbolique, mais un mot employé par J. Siau-Facchin, psychologue, pour décrire les surdoués/HQI/whatever; le terme sert à dédramatiser la chose, à mettre l'accent sur la différence qualitative plutôt que sur le quantitatif.
Évidemment, le terme de zèbre peut être revendiqué comme signe de ralliement à un groupe, prendre une valeur social symbolique pour ses membres mais ce groupe ne constitue pas en soi une situation sociale.
Il s'agit d'un choix idéologique, en quelque sorte.

UK09
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 953
Date d'inscription : 28/07/2013
Age : 28
Localisation : La tête dans les nuages, les yeux dans un décolleté, de jolis yeux ou sur une paire de fesse, les pieds dans mes sandales, les mains sur un livre, du thé dans un thermos, sous un arbre quelque part dans Nantes. Ou entrain de faire l'imbécile avec mon fils.

Revenir en haut Aller en bas

Mettre de l'ordre

Message par Alflolol le Mar 8 Avr 2014 - 4:25

Bonjour Prinnydad,

Pour ma part j'ai lu le mot "zèbre" associé aux  personnes surdouées dans le livre de Jeanne Siaud-Facchin

 intitulé L'enfant surdoué édité chez Odile Jacob.

Elle consacre un paragraphe nommé "Surdoué ou intellectuellement précoce ? Un drôle de zèbre" à proposer

d'employer "zèbre" plutôt que d'autres sigles ou termes qu'elle évoque. La lecture de ce paragraphe te

permettrait peut-être de clarifier et classer tous les "noms d'oiseaux " dont nous sommes affublés.  Prisonnier

 Au galop !

Alflolol
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 115
Date d'inscription : 08/04/2014
Age : 52
Localisation : Nieul le Dolent 85430

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'une distinction sociale et intellectuelle du zèbre

Message par Numero6 le Mar 8 Avr 2014 - 9:31

Salut Prinnydad,

Je trouve ton interrogation passionnante mais je n'avais jamais osé aborder ce sujet.

L'approche habituelle de la notion de zèbre repose sur une originalité de fonctionnement. Tu trouveras sur ce forum une multitude de descriptions de ces particularités, de la manière de se brosser les dents jusqu'à l'attitude face à l'autorité.

C'est ceux que tu désignes par THQI. Pour éviter d'embrouiller le discours par confusion de concept, il serait bien d'employer un autre terme. Parce que je manque d'imagination, je dirais les "zèbres-constants". Placés dans n'importe quel milieu, ils gardent cette particularité.

En génétique, je les comparerais aux gènes autosomiques dominant. Indépendamment du sexe, de l'âge, de l'environnement, le phénotype s'exprime à 100%.

Au cas où tu n'aurais pas déjà parcouru tout le forum, voici un des deux liens les plus informatifs à ce sujet :

http://www.zebrascrossing.net/t748-le-qi-et-le-probleme-de-l-inadaptation-sociale


Pour les "zèbres-inconstants", (à l'origine du fil de discussion, à toi de trouver une formule appropriée), je les comparerais aux gènes à expression variable. Tout un champ de réflexion s'ouvre en abordant ce sujet sous sa forme "sociale" selon ta formule.

Dans les critères zébresques, j'en ajouterai deux que l'on ne retrouve nulle part.

Leur capacité à retourner les questions à l'envers.
Formulée autrement, mon interrogation était : "pourquoi être zèbre est-il devenu une difficulté à vivre dans notre société ?". Comme pour toutes les questions nouvelles, les réactions passent par l'indifférence, le rejet puis l'acception lente. Il ne faut pas croire que les zèbres fonctionnent si différemment que ça, ils ont les mêmes réflexes que le commun des mortels. Lorsque les zèbres colmatent leurs plaies en se regroupant par affinité élective, réduire leur identité en la replaçant dans une évolution de la société n'est pas une démarche séduisante.

Leur capacité à poser des questions dont ils ne connaissent pas la réponse.
Dans l'en-tête de nombreux fils de la liste, on sent que la question posée ne sert qu'à enchainer une opinion ou une évidence. J'aime commencer une phrase sans savoir à l'avance quelle en sera la fin. Dans le cas de ton interrogation, tu ne devrais voir développer sur ce fil que ceux qui la partagent.

Je m'étais interrogé pour ouvrir un fil sur le sujet du zèbre vivant dans un environnement d'hyper-zèbre. Mais des réactions répétées sur le forum m'avait incité à la discrétion dans ce domaine. Gène à expression variable. Un zèbre de base placé dans un milieu peuplé à 95% de génies, pourrait développer des réactions identiques à celles que nous reprochons aux "normo-pensant", euphémisme utilisé pour désigner les connards qui nous pourrissent la vie. Comme il se fera couillonné systématiquement, il va exiger des règles, une routine, s'agacer d'un humour qui l'humilie. Sujet passionnant.

Juste pour élargir le débat, je te propose deux liens vidéos :

http://www.youtube.com/watch?v=ridk8NPku2Q

Cette vidéo m'interpelle. Une fois assimilée l'information fournie, j'ai revisionné le comportement de Véronique Burban. Je ne peux m'empêcher de penser qu'elle force son apparence de non-zèbre. C'est commun de croire que les autres font semblant, mais je crois y détecter une certaine démagogie. Son attitude de Saint-Sébastien prête à encaisser une flèche pour sa première faute de langage, ne fait que renforcer son message de zèbre=différence.

http://www.youtube.com/watch?v=Oz962BaHrYM

Celle-ci illustre l'autre versant. Pendant plus de deux heures, Lygeros se fout carrément de la poire des zèbres. C'est subtil, mais je sens qu'il se pourlèche. Et les rôles sont inversés. Le premier qui fait le malin se prend une réponse assassine en retour.

En bon zèbre qui se respecte, rentre les données dans la machine et laisse tourner l'usine comme elle l'entend.

Pas trop longtemps, hein, je suis pressé de découvrir tes réflexions.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5532
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'une distinction sociale et intellectuelle du zèbre

Message par Patate le Mar 8 Avr 2014 - 15:05

ce lien est un peu mieux côté son pour Lygeros


Patate
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7614
Date d'inscription : 11/09/2013
Age : 43
Localisation : Paris

http://www.zebrascrossing.net/t12645-pourquoi-patate

Revenir en haut Aller en bas

Re: D'une distinction sociale et intellectuelle du zèbre

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 13:33


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum