le décalage et ses conséquences sur la construction de la personnalité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le décalage et ses conséquences sur la construction de la personnalité

Message par sly25 le Lun 3 Mar 2014 - 20:14

Depuis toujours, j'ai été dérangé par quelque chose que je n'arrivais pas à expliquer.
Depuis toujours, cette chose inexplicable qui me dérangeait générait en moi de l'anxiété.

Aujourd'hui, je pense avoir réussi à mettre en lumière cette chose. Ce qui me permet de voir les contours et les reliefs d'une chose qui une fois prise en compte semble tellement banale que l'on se demande comment elle a pu prendre tellement d'importance dans notre construction interne et dans la construction relationnelle avec les personnes qui ont croisé nos routes.
Bien-sur, cette chose a été loin d'être banale.
Explosant à la figure d'un tout jeune enfant, elle est même d'une rare violence.

Cette chose qui n'est autre qu'une différence de fonctionnement par rapport aux autres entraîne dans  son sillage des ricochets néfastes dans la perception que l'on a de nous.

Voici, un exemple simple : le mien,
J'ai toujours résumé mon principe de vie par une formule simple : « ne fais pas aux autres ce que tu ne voudraient pas qu'ils te fassent. »
La double négation inclut aussi cela pour moi : « fais aux autres ce que tu voudrais qu'ils te fassent ». Ce qui explique ce coté trop « gentil » que l'on pourrait me prêter, car forcément je ne peux me comporter que comme j'aimerai que les gens se comportent par rapport à moi mais aussi envers tout un chacun.

Fabrice Bak, dans son ouvrage « la précocité dans tous ses états » explique que les enfants ayant aisance intellectuelle construisent leur « image de soi » pendant la période des opérations concrètes, Pendant la période précédente, la période symbolique, ils construisaient l'univers dans lequel ils étaient.
C'est exactement, l'inverse du enveloppement des autres enfants qui construisent « l'image de soi » avant d'intégrer le monde extérieur.

Pour résumé, je dirais que notre attention était  porté sur le monde extérieur alors que celui des autres enfants était porté sur lui avant de se porter à l'extérieur. Il en résulte une meilleur estime d'eux même car il ne sont confronté qu'à eux et non à un monde étranger forcément inquiétant.
Ce qui expliquent d'ailleurs pourquoi plus on est confronté tôt à un monde bizarre, déroutant en étant pas ou peu encadré et donc rassuré, l'anxiété arrive à faire des ravages dans une population que les psy vont considérées comme fragile.
On voit la l'importance pour un petit zébreau, zébron, zébrion ou zébrillon (à vous de choisir le terme qui vous convient le mieux) d'avoir un entourage suffisamment rassurant.

L’hyper-conscience du monde extérieur fait que l'enfant doué sera toujours plus focalisé sur les autres que sur lui même. Empathie, envie d'aider les autres se retrouvent souvent aux premiers plans.
Pour les autres enfants, avec un développement au l'image de soi se construit avant d'intégrer le monde extérieur, il est compréhensible que leur égo mis en place avant la perception des autres, fera passer cette égo avant les autres.
Nous nous retrouvons ici avec 2 systèmes de construction de la personnalité totalement différents. Il en résulte une incompréhension manifeste.

Maintenant reprenons mon principe de vie : « ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fassent » est un principe qui paraît tout naturel pour quelqu'un qui a eut une construction typiquement zèbre mais il implique une réciprocité qui n'aura pas lieu.
J'attendais que l'on me fasse ce que j'aurai fait aux autres,
Il n'est possible à personne de comprendre spontanément que d'autres personnes ne fonctionnent pas comme lui. L'universalité du fonctionnement est la norme dans nos esprits.
Dans mon cas, j'en ai déduis que si les gens ne donnaient pas la réponse que j'aurai donné de part leur comportement dans une situation qui me concernait c'est que cela concernait justement ma valeur en tant que personne.
La répétitivité de ces comportement dans des situations différentes et avec des personnes différentes ont continué de forgé dans mon inconscient que le problème ne pouvait que venir de moi, induisant une très faible estime de moi.

Savoir que l'on est différent est une chose. Comprendre où se situent ces différences et ce qu'elles impliquent maintenant pour nous dans la vie quotidienne à cause de représentation plus ou moins frauduleuses que l'on a notre esprit à construit est bien plus difficile.
Il est difficile de démêler les fils mais je sais maintenant que je ne dois plus attendre de réciprocité dans mes interactions avec les autres.

Il faut se remettre au centre de la toile. Mon principe de vie, même s'il inclura sûrement pour toujours le fameux « ne fais pas aux autres ce que tu ne voudrais pas que l'on te fasse » parce que je ne vais pas remettre en cause mes valeurs pour être comme tout le monde et ainsi me renier, devient le suivant à partir de se jour (enfin j'espère bien me l'enfoncer dans la tête, voilà pourquoi j'ai fait toute cette diatribe) : « fais à toi même ce que tu ferais aux autres et ne te fais pas ce que tu ne ferais point aux autres ».

tout simplement, respectes toi.

sly25
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 215
Date d'inscription : 28/12/2010
Age : 44
Localisation : Besançon

Revenir en haut Aller en bas

Re: le décalage et ses conséquences sur la construction de la personnalité

Message par Invité le Lun 3 Mar 2014 - 21:04

.


Dernière édition par Relianne le Sam 8 Mar 2014 - 20:32, édité 3 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le décalage et ses conséquences sur la construction de la personnalité

Message par Pieyre le Lun 3 Mar 2014 - 21:38

D'après Fabrice Bak, il y aurait quatre périodes :
— La période sensori-motrice (0 à 2 ans);
— La période symbolique (2 à 6-7 ans);
— La période des opérations concrètes (6-7 à 11-12 ans);
— La période formelle (à partir de 11-12 ans).

Le passage de la période symbolique à la période des opérations concrètes correspond assez à ce qu'on appelait autrefois l'âge de raison. Y a-t-il un lien ?

J'ai des souvenirs d'avant cet âge mais j'ai du mal à les relier à cette problématique de la construction de son environnement et à la construction de soi. Ce qu'on m'a dit, c'est que jusqu'à cet âge j'étais beaucoup plus turbulent. C'est d'ailleurs là où j'ai eu toutes sortes de petits accidents. Mais mes parents étaient extrêmement rassurants.


Dernière édition par Pieyre le Mar 4 Mar 2014 - 11:16, édité 3 fois (Raison : expression)

Pieyre
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15396
Date d'inscription : 17/03/2012
Localisation : Quartier Latin

Revenir en haut Aller en bas

Re: le décalage et ses conséquences sur la construction de la personnalité

Message par sly25 le Lun 3 Mar 2014 - 22:08

merci Relianne, très intéressant cet article.
cela m'a donné l'envie de creuser un peu plus l'histoire du faux self.
faut juste que je situe bien entre le faux self de Winnicott et le faux self lié au zèbres. savoir ce qui relève du normal et du patlologique

sly25
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 215
Date d'inscription : 28/12/2010
Age : 44
Localisation : Besançon

Revenir en haut Aller en bas

Re: le décalage et ses conséquences sur la construction de la personnalité

Message par Sol œil le Lun 3 Mar 2014 - 22:19

le faux self ou Ego est un problème que la pensé est incapable de résoudre, se sujet a déjà été traité sur un autre fil alors je me garderais de donné "mon avis, observation"

Sol œil
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 619
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: le décalage et ses conséquences sur la construction de la personnalité

Message par Invité le Mar 4 Mar 2014 - 10:38

.


Dernière édition par Relianne le Sam 8 Mar 2014 - 20:31, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: le décalage et ses conséquences sur la construction de la personnalité

Message par mrs doubtfull le Mar 4 Mar 2014 - 11:13

Pieyre a écrit:D'après Fabrique Bak, il y aurait quatre périodes :
— La période sensori-motrice (0-2 ans);
— La période symbolique (2 à 6-7 ans);
— La période des opérations concrètes (6-7 à 11-12 ans);
— La période formelle (à partir de 11-12 ans).

Le passage de la période symbolique à la période des opérations concrètes correspond assez à ce qu'on appelait autrefois l'âge de raison. Y a-t-il un lien ?

Oui, je pense effectivement que la "sagesse populaire" a déterminé l'âge de raison quand l'enfant commence la période des opérations concrètes, qu'il devient lecteur, capable d'abstraction et de raisonnement.

F . Bak explique aussi que pour l'enfant précoce, ces étapes sont accélérées et que l'étayage apporté par la famille doit évolué de concert.
 Il parle de famille "nourricière" jusqu'à 2 ans, 
puis " éducatrice" jusqu'à 6/7 
puis " pédagogique" jusqu'à 12 ans, 
puis "guide" ensuite. 

Les EIP avançant plus vite,  La position " pédagogique" n'est plus de mise  parfois très tôt , vers 8 ans, ce qui fait souvent dire aux parents d'enfants précoces qu'ils ont l'impression d'avoir des petits pré ados avant l'heure.
La famille devrait alors s'adapter et recourir à la position de "guide" pour accompagner son enfant de façon cohérente.

mrs doubtfull
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 673
Date d'inscription : 16/12/2012
Age : 49
Localisation : 69

Revenir en haut Aller en bas

Re: le décalage et ses conséquences sur la construction de la personnalité

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 23:24


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum