Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Page 4 sur 19 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par Tounéko Pignon le Lun 27 Jan 2014 - 16:41

Je trouve que tu écris particulièrement bien dès qu'il s'agit de parler d'amour.

Le problème du silence, c'est qu'il veut tout dire.
Débrouille toi avec.

Tounéko Pignon
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 14
Date d'inscription : 27/01/2014
Age : 47
Localisation : Paname

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Lun 27 Jan 2014 - 22:10

Ah, Tounéko, voilà un appel du pied qui ne rentre pas dans l'oreille d'une sourde.

Je ne peux rien commander de ce que ma tête veut bien sortir.

Je lui passerai commande pour demain.

Le silence aplanit les différences entre sage et fou, entre intelligent et bête.
Discuter est une des occupations que j'adore, entre personnes ayant une même honnêteté intellectuelle.

On ne se refait pas. Je me noie dans le blabla.

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Mar 28 Jan 2014 - 11:29

Alors pour Touneko Pignon (de pin), en réponse voici le pain de ma planche à échos mignons.

Croisement

- On ne s’est pas déjà croisé quelque part ? m’interroge un barbu à lunettes, élément de cette kyrielle de représentants de professeurs, aussi indiscernables les uns des autres, clones de clones ou clones d’eux-mêmes, qui écument les colloques de biologie végétale.
- J’ai une très mauvaise mémoire des barbes à lunettes, ai-je répondu ; ou bien des lunettes à barbes. Mais je doute que vous et moi, nous ayons pu nous croiser.[...]


Dernière édition par NewHope le Lun 29 Sep 2014 - 22:03, édité 1 fois

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Jeu 30 Jan 2014 - 8:01

Dans le métro

Oh vous ne me croirez pas. Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer…..
Sauf que j’y suis déjà. Tapis près des rails, en séance solennelle,des rats rient d’un rien autour de leur roi.[...]


Dernière édition par NewHope le Lun 29 Sep 2014 - 22:04, édité 1 fois

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par Numero6 le Ven 31 Jan 2014 - 21:04

Comme je parierais que t'es du genre à enfiler un mec jusqu'au trognon sans avoir l'élémentaire politesse de lui manipuler gentiment le petit frère, j'te préviens, c'est un doublon avec mon propre fil.

Naissance et mort

Ce matin brumeux de janvier, ils l'emmenèrent ailleurs. Février ne tarderait pas à pointer sa petite taille; aussi discrets que monstrueux, leur routine ne souffrait pas d'improvisation, la Brigade Des Jumeaux se chargea du transfert de mon frère à-peine-né.
Dans ce décor carrelé où l'acier inoxydable soutenait la modernité et l'obsession de l'utile, l'équipe de fantôme remplissait sa mission grise.

Ils sont entrés dans la salle commune d'accouchements comme des ombres, les bruits ordinaires de leur activité ne se traduisaient par aucune réaction des humains en place, ni les futures ou déjà-mères, ni les propulseuses de grosses têtes défonceuses, ni les braillards gluants. Ils n'attiraient pas plus l'attention que l'aide-soignante obèse et antillaise n'attire le regard du professeur dell'arte, en représentation devant sa vingtaine d'étudiants. Transfert était le terme officiel.

Comment faisaient-ils pour se faufiler dans l'espace restreint de la pièce sans provoquer la moindre réaction ? Comment l'omerta s'imposait-elle à ce public involontaire et varié. Plus c'est impossible et fou, plus l'absurde s'impose. Ils ont bien gardé le corps de Ben Laden si longtemps que seul un bain aurait du masqué les traces de décongélation. Alors un nouveau-né que personne ne réclame... Surtout ses parents... Vivre et laisser mourir. Demain est un autre jour.

Je vis depuis lors dans un monde où j'accorde ma confiance sans problème, délivré du poids de devoir écarter l'hypothèse de la trahison et du meurtre, si évidents, si humains. La confiance se porte plutôt courte cette année, la couleur taupe reste une valeur sure. La libération ludique permet de s'extraire des consignes. Promouvoir l'excès, se flageller comme preuve de sa volonté, refusez le riz-au-lait et l'amour, toutes ces prisons ordinaires, ces chaines convenues, ces chantages incontournables, baptisés faim, sommeil, soif, besoin d'amour.

Je te rassure, tu me tiens sous ton emprise. Je te confirme que me priver de manger t'assurera la victoire. Me priver de télé te donnera la main-mise sur mes efforts scolaires. Faire croire que je tiens à la vie. Faire croire que la souffrance n'est pas permanente. Rassurer le tortionnaire sur la puissance de ses coups.

Toi aussi je t'aime, comme il est beau ton chagrin, comme elle est bien dessinée ta douleur, comme j'aurais aimé dessiner aussi bien. La porte du réfrigérateur s'impose comme support.
Laisse-moi regarder une dernière fois, t'accorder une dernière chance, chercher en toi un soupçon d'espoir. Non, aucun doute, tu fais partie de ceux qui n'ont rien vu, de ceux qui ne verront jamais. C'est bien, continue tes gribouillages, tu es douée, ta vie doit être passionnante. Et je t'aime.

Avec ton regard de cadavre, je t'assure ne pas ménager mes efforts pour tenter de te grimer d'une face humaine. Pourrais-tu quelques instants arrêter de me postillonner ce que tu appelles des idées au visage, je me sens devenu la victime d'un hachoir à viande devenu fou. Tes fragments d'idées vues et revues... Il ne faudrait jamais recongeler une idée décongelée. Pourquoi ne pas accorder à ce que tu crois essentiel le privilège que tu t'imposes pour un steak haché ?

Dans cette océan de zombies défraichis, des jeunes femelles se frottent à mes hanches, peut-être dans un but copulatoire inconscient, avant tout pour profiter de la fraicheur que je projette sans le vouloir. Après trois jours de travail sous terre, la première captation d'air pur doit s'approcher du plaisir que je procure. Toutes ces viandes avariées, tout ces déchets, tous ces relents dégénérés de ce qui fut jadis une pensée originale, ces panses dégueulantes d'ordinaire, de banal, de propre, d'amour, pantins informes d'une humanité perdue, et que, pour mon plus immense malheur je ne parviens pas à détester. Comment faire ? Pour moi, ils n'ont pas plus d'existence que leur soucis de paraitre, moins de présence que mon frère mort dans un combat inconnu.

Je dois les aider, les soutenir, leur garder la mandibule juste au-dessus du niveau de la fange dont ils refusent de s'extraire. Lorsqu'ils croient me mordre, je me contente de confier leur sort à leurs propres muscles misérables, image de leur volonté. Ce sont ces orgueilleux qui renouvellent le niveau de la cuve, la décomposition de leurs protéines se mêlent aux remugles des indispensables de l'histoire et des sans-grades, ceux qui ont le mérite de crever sans se vouloir différents. On en aurait l'illusion qu'ils puent moins.

Parfois, dans le reflet d'une vitrine, j'ai le fol espoir de croiser son regard. Mais non, aucune chance, celui-là aussi je vais devoir le prendre en charge, celle-là aussi je vais devoir la rassurer sur ses capacités de me séduire moi, les autres et surtout le premier aveugle venu débordant de sperme et d'alcool. Mes pas me portent quelques mètres plus loin, je reste stable, planté devant une autre vitrine. Le débardeur suspendu dissimule mon regard à la vendeuse dont les allers et retours ont le mérite de révéler ses mollets divins, la parfaite longueur des talons, la jupe droite. La chair est triste, grasse, pileuse, elle se contente de nous divertir en proposant quelques orifices nauséabonds, captant un temps considérable dans l'espoir de les travestir en objets de désir. Rendons grâce aux modestes de nous la masquer par des artifices vestimentaires et par du fond-de-teint épais.

Combien ? Je dirais entre cinq et dix secondes, avant que ce spectacle charmant retombe dans la fosse abyssale de l'ennui. Accompagné, j'aurais incité un de ceux qui se régalent à s'imaginer mon égal à rentrer dans la boutique et à tenter d'entrer dans le cercle rouge. Je suis seul, la nuit me parait plus prometteuse. Offre-moi ton pardon jusqu'à demain.

Frangin, où es-tu frangin ? Je suis sur que tu me dois une bière. Toute ma vie j'attendrais que tu me l'offres. Après ma mort, je sais bien que tu me l'apporteras, mais quelques minutes, juste quelques minutes avant de mourir, ne pas être seul. Juste quelques minutes.

Eblouis-moi frangin, fais résonner ton rire, impose aux médiocres l'originalité de ta mise, assomme les adorateurs des Converse-qui-puent de tes bouts miroirs. Décoche-leur dans un demi-sourire ce carreau parfait, cette sentence anodine, cette phrase intuitive, l'élégance discrète, laisse-moi gouter cette extase de communier avec la faune, cette sensation libératoire de partage avec ces étrangers, car tes mots m'atteignent autant qu'eux, pas plus, pas mieux.

Vous tous approchez, oui, vous les cadavres, vous les assassins, approchez, car je vous le dit : celui-ci est mon frère perdu et retrouvé. Vous trouvez que je fais joujou ? En comparaison de l'illusion de vos existences, je me sens d'une gravité dévastatrice.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Sam 1 Fév 2014 - 0:21

Couleur locale

Tandis que dans le métro, une troupe d’Irlandais, grands, gros, gras, plein de gouaille, chantaient une version approximative de la Marseillaise a capella, et qu’un accordéoniste roumain suivait le rythme en mélangeant les chansons parisiennes des années trente avec les tubes de Nat King Cole, la main levée comme le pied d’un pointer ayant repéré du gibier, j’ai piqué un fou-rire.

[...]


Dernière édition par NewHope le Lun 29 Sep 2014 - 22:04, édité 5 fois

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Sam 1 Fév 2014 - 1:25

Numero6 a écrit:......
Vous tous approchez, oui, vous les cadavres, vous les assassins, approchez, car je vous le dis : celui-ci est mon frère perdu et retrouvé. Vous trouvez que je fais joujou ? En comparaison de l'illusion de vos existences, je me sens d'une gravité dévastatrice.

Quelle déclaration d'une peau!
Quel trésor privé! C'est la sèche unité sociale qui frappe au portillon des couleuvres désoeuvrées ! Rayures sur le disque de nos mémoires. Moires sur l'airain de nos désarrois. Risque des reins, qui prend l'air. Ratures des croix écorchées.

On sortirait toutes les larmes d'un coup pour débouler sur le tapis roulant des souvenirs aux mâchoires d'or pur. La fange et le sublime, non dans le tour à tour, mais dans l'immédiateté de la fusion.

Essence et or et non naissance et mort, il y a des lettres de trop qui jouent aux assassins, Numéro6!

Combien les fantasques fantasmes s'en vont baguenauder entre découpures de tripes et coulures d’œdipe clandestin. Gémellité parce qu'il y a des diamants, qui se calfeutrent dans l'expression, les dits-amants des j'aime, des aiment-rôdent, les ça firent, ou firent ce que ça veut dire, gémellité du temps retrouvé, d'un numéro bis, d'un instant ter, d'une brisure en cinq doigts de main tenus par les orages et les foudres.

Et au lieu du j de joie des jumeaux, le discours quasi christique du fils prodigue, perdu, volé, enfui, dont on ne sait qui est le père, si ce n'est pas justement un impair et passe, ou dans le désordre inverse, comme ces renaissants célèbres au père inconnu.

Peut-être un double, un fantôme, un inconséquent dans lequel l'on se reconnaît, avec qui l'on naît à nouveau, cette fois pour de bon, pour se mettre en danger, non pour rire, mais pour casser la gueule du temps à géométrie variable qui a trop nauséabondé dans les sursauts d'un laboratoire d'exception, en exécrant ce qui est, qui n'est pas, ce qui sera et ce qui a été.

Secouée par les vertèbres, l'âme vient d'avoir une décharge à bon compte, dans des électrochocs multidirectionnels.  

Ah! cette déclaration d'âme m'irait droit au cœur si j'en avais un à la place du mécanisme d'horlogerie d'exception qui me tient lieu de palpitant à longueur d'onde subnanométrique et à période infra hertziennes dans les ténèbres de la terre fraîchement remuée lors de mon enterrement .

Provocation permanente de ce début comme la charge de la cavalerie à laquelle mes doigts défaits aux boulons de platine auraient aimé répondre par des coups de serpe en acier au cobalt, quelques giclées de trinitrotoluène -mais le semtex n'est pas si mal dans le genre pâteux - et deux ou trois tonnes d'obus retrouvés lors du centenaire de la Grande Guerre.

Le corps de Saint-Exupéry étant malheureusement retrouvé, on se contentera de mes os, laids ou non, dont les bords écrasés et coupants pourraient faire croire à un semblant d'existence, et qui chavirent, de mal de mer en mal de terre, dans des bras trop chargés de cascade.

Bienvenue! la relève est prête. Avec sa langue de charogne et sa tête de déterré.

Frère, c'est parfait!

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Sam 1 Fév 2014 - 8:24

Je rappelle cependant à Numero6 qu'un coup d'œil sur mon profil indiquerait que je n'appartiens pas au gens qu'il prétend.

En tout cas, la démonstration était belle, merci encore pour ce morceau d'anthologie.

J'ai donc enfin un frère, voilà qui m'apporte une certaine assurance à présent dans la vie!

 Smile 

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Sam 1 Fév 2014 - 23:06

Journal d’Adam

Grand-Papa m’a bien dit de ne pas parler aux étrangers. Enfin quand il y en aurait autour de moi. Je ne sais pas trop ce que c’est. Des trucs, des choses, des fantasmes. Comment savoir ?

De plus, il m’a prélevé un bout de côte, ça fait un mal de chien :

[...]


Dernière édition par NewHope le Lun 29 Sep 2014 - 22:05, édité 1 fois

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Sam 1 Fév 2014 - 23:31

Un lecteur

Vous êtes mon unique lecteur.
Je ne suis écrivain que pour vous. [...]


Dernière édition par NewHope le Lun 29 Sep 2014 - 22:06, édité 1 fois

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par Numero6 le Sam 1 Fév 2014 - 23:34

NewHope a écrit:
Elle a été créée pour me faire plaisir quand même. Revenons aux fondamentaux !

Pour cela ma sœur, il te sera beaucoup pardonné. Tes errements erratiques de gazelle en chaleur n'ont pas gommé en toi la racine profonde de ta naissance. Laisse l'esclave à sa soumission, l'oiseau à sa cage, et ressers-nous un soupçon de triple-sec, je m'en vais te faire oublier ta côte, la percussion de tes cervicales propagera ma médisance jusqu'au plus humide de tes ventricules, et ta substance blanche sera inondée d'une autre. Substance blanche.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par Numero6 le Sam 1 Fév 2014 - 23:35

Rien n'a d'importance.

Je sais.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par Invité le Sam 1 Fév 2014 - 23:36

.


Dernière édition par Relianne le Sam 8 Mar 2014 - 18:26, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Dim 2 Fév 2014 - 11:17

Numero6 a écrit:
NewHope a écrit:
Elle a été créée pour me faire plaisir quand même. Revenons aux fondamentaux !
Pour cela ma sœur, il te sera beaucoup pardonné..... Laisse l'esclave à sa soumission, l'oiseau à sa cage...

Cette nouvelle était un piège à ... Ceux qui sont attirés finissent noyés avec leurs préjugés macho-virilo-absurdes.
Touché, coulé! Numero6: et d'un!.... J'attends les autres.

***

Merci cependant pour le partage du monde sur ZC, j'en ai la plus belle part d'après le descriptif de tes frontières.
Pas sûr que les zèbres ne se révoltent pas de cette nouvelle carte politique. (Dis donc tu n'as pas payé ta cotis')

Un brin élitiste? Je ne crois pas. Il suffit d'ouvrir un dictionnaire (mieux que sur interne net) et d'apprendre. Ca coûte moins cher qu'une place de cinéma. Lire et apprendre une page par jour. Et voilà le tour est joué en deux ans.

La culture populaire peut être raffinée. Les broderies du Nord étaient accomplies par des paysannes. Quelle beauté dans la manœuvre de l'exécution et dans le fini de l'ouvrage! Les églises furent construites par des ruraux analphabètes, certes sous les ordres d'architecte, mais tout de même!

Ne pas confondre vulgaire et populaire. Il y a de la vulgarité dans tous les milieux, y compris les plus favorisés.

Encore quelques préjugés à combattre. Il y a encore du boulot intérieur à faire, Numero6!

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Dim 2 Fév 2014 - 11:26

Relianne a écrit:
NewHope a écrit:Un lecteur
Et moi.
Et nous...

Il s'agit d'une nouvelle. Elle symbolise une relation qu'il m'arrive d'avoir avec une personne (homme ou femme) avec laquelle j'ai un échange assidu. Mais la vie fait qu'il est impossible de parvenir à cet idéal que je préconise. Cela me désole.

Je fais donc, sans le dire, une allusion à la correspondance entre Tchaïkovski et Nadejda von Meck.

Il me plairait de créer une sorte de lien qui durerait de maintenant à ma mort, un lien qui jamais ne s'interromprait, qui serait bien au-dessus de l'ordinaire.

Je ne sais pas si quelqu'un l'accepterait et ne le trouverait pas encombrant.

Je pense qu'au bout de quelques mois, l'écrit s'userait et s'étiolerait.

Il n'y a qu'à contempler l'attitude de certains zèbres; un feu d'artifices, une comète et puis le silence et le néant juste après.

C'est très décevant, n'est-ce pas?

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par Numero6 le Dim 2 Fév 2014 - 11:48

Connais-tu les tenues de printemps des Provinces du Nord, bougu'eud'faignant ?
Alors va sur mon fil.

Tu ne comprends rien à rien décidément, la vulgarité est un art réservé à une société oisive et désenchantée. Seule une certaine aristocratie peut parvenir à pouffer à l'évocation vespérale d'un pet.

Le drame des zèbres, ce n'est pas l'inconstance, c'est cette limite constante qui les empêche de parler aux autres zèbres comme à des zèbres. Le conditionnement année après année à ne jamais croire que l'autre a vu, a compris, a deviné, finit par provoquer un appauvrissement du langage et la perte de l'appétence pour la digression.

Pour le dictionnaire je suis d'accord. Je me suis promené dans le monde entier en découvrant les définitions incluses dans le "Dictionnaire des termes philosophiques". Petit bouquin amusant qui contient dix fois, cent fois ce que les zèbres découvrent sur ce forum.

Comme disent les démineurs, ce qu'un cerveau humain a produit, un autre peut le reproduire. L'invention du cerveau remonte à de nombreuses années avant JSF.

Numero6
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5588
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 56

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par Invité le Dim 2 Fév 2014 - 12:04

.


Dernière édition par Relianne le Sam 8 Mar 2014 - 18:27, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Dim 2 Fév 2014 - 21:39

Chère Relianne, je ne pense pas que la complétude pour volume fractal existe. Personnellement ce n'est qu'une très faible probabilité qui reste à espérer.
Je vous envoie un joli signe amical de ma plume et une petite nouvelle douce en pensant à vous.


Le voleur de rêves


Combien de fois s’était-il réveillé alors qu’il n’en avait aucune envie? Plongé dans la moiteur de sa couche. Enveloppé dans une couverture de laine de lama. Calfeutré d’ un plaid de mohair, plus léger, aux horizons de sa tête. Enfoncé dans un oreiller de lin gonflé de plumes d’oies, onctueux, frais quand taies et draps ont été blanchis sur les pentes herbeuses des collines. Il en demeure toujours une odeur toute bleue d’aurores qui s’y sont imprégnées et des effleurements de papillons octroyant leur grâce dans un chatoiement poudreux d’écailles et de couleurs.[...]


Dernière édition par NewHope le Lun 29 Sep 2014 - 22:06, édité 1 fois

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Mar 4 Fév 2014 - 23:03

Cette fois

Cette fois, c’est sûr, cette partance : la fumée des gaz en ébullition, les tuyères toutes neuves d’une brillante fusée, le harnachement de chevalier en guise d’armure mais le cheval n’est point là, les boutons d’argent des manettes, les chiffres qui défilent pour vérifier et répéter, oui, cette fois, c’est sûr, tu ne reviendras pas, tu pars, tu laisseras ta vie dans cette coque de métal, et n’en reviendront que tes descendants, que tu auras conçus dans cet espace, maternés par une machine, à peine encore des hommes et qui regretteront à jamais leur terre natale, ce immensité sans territoire, ni gravité. [...]


Dernière édition par NewHope le Lun 29 Sep 2014 - 22:06, édité 1 fois

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Mer 5 Fév 2014 - 16:19

Surréel

Vous de même, vous acceptez que… Cette angoisse de soucoupes violentes pour ceux qui ne se sentent pas dans leur assiette. Tandis que tu laisses végéter une haie de banlieue qui s’expand au travers de ta poitrine.

Vous de même, vous… Ne continuons plus les phrases. Ou vous avez compris, et la suite est inutile. Ou vous n’avez pas compris, et vous ne comprendrez jamais. Les orties vertes passent au travers de tes oreilles. Tu t’y lanceras, abruti, tu t’y rouleras, tu y jucheras tes idées craquelées de sucre.
[...]


Dernière édition par NewHope le Lun 29 Sep 2014 - 22:07, édité 1 fois

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Mer 5 Fév 2014 - 22:58

Couvent

A petits pas comptés. Afin que les plis élégants, durcis à l’amidon, ne se défassent pas, au niveau des cuisses et des manches. Ce sourire de circonstance en toutes circonstances. Mains jointes. Savoir admirablement faire semblant, agencer son rosaire entre ses doigts, retenir son missel avec grâce en remontant le couple annulaire-auriculaire. .[...]


Dernière édition par NewHope le Lun 29 Sep 2014 - 22:07, édité 1 fois

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Ven 7 Fév 2014 - 23:06

Les cinq minutes

- Je vous rappelle que vous m’avez promis de me donner cinq minutes de votre vie, laps de temps durant lequel j’ai, et vous avez, carte blanche, merveilleux intermède de liberté, et, qui, selon notre contrat, devra être rayé de votre mémoire si bien que vous n’en ferez jamais allusion. Vous ne me le renverrez pas dans les gencives en guise de référence d’éternité. Ces cinq minutes sont les plus sacrées de votre et de ma vie. Jouez le jeu. Je vous prie ![...]


Dernière édition par NewHope le Lun 29 Sep 2014 - 22:07, édité 6 fois

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par MysticApocalypse le Ven 7 Fév 2014 - 23:21

Bisous ces écris me bouleversent.......
pourquoi n’écris je jamais? tu le fais si bien que de ma part je pense que ce serait une injure à ton talent et une bien piètre manière de te remercier de ces mots tous aussi transcendants les uns que les autres.....
Profond respect...... Pour Toi Courbette

MysticApocalypse
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3476
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : Dans la limite du stock de neurones disponibles.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par NewHope le Ven 7 Fév 2014 - 23:27

Merci Darkness, pour ce magnifique compliment, je dois essuyer le clavier en urgence pour ne pas le saboter. Embarassed 

NewHope
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1047
Date d'inscription : 08/03/2013
Localisation : La tour des félés pique les nuages devant ma fenêtre, le ciel nocturne emplit ma tête.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par MysticApocalypse le Ven 7 Fév 2014 - 23:32

ce serait dommage de ne plus pouvoir te lire.... Wink 

MysticApocalypse
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3476
Date d'inscription : 07/08/2012
Localisation : Dans la limite du stock de neurones disponibles.....

Revenir en haut Aller en bas

Re: Surmontant ma mélancolie, je vous offre à lire quelques doses de prose poétique (Tome II ça s'voit)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:06


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 19 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11 ... 19  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum