Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:12

J'ai trois présentations sur ce forum. Auxquelles je vous renvoie si le besoin s'en faisait sentir. (Taper "Fata" dans rechercher)
C'est en général le bric à brac caractéristique d'un scanneur compulsif.
Si cela m'est permis, j'aimerais isoler de ce capharnaüm ce qui tient à l'écrit.
Soit qu'il a été composé ici-même soit qu'il traîne dans le fatras de mes fichiers personnels.
Je fais appel à votre bienveillance.

______________________________________________________________________________________________________________________

La poésie doit être la philosophie qui se fait belle.
La philosophie tend à devenir une FILIOSOPHIE.
Elle ne veut pas du sec savoir, mais veut la vive connaissance.
La mystique est à la philosophie ce que la montagne est à la plaine: le lieu d’où lui vient l’eau, la pluie, les torrents, la fécondité.
La poésie doit être la philosophie faite femme, fleuriste, danseuse.
La philosophie doit être une main tendue vers les pauvres en esprit.
La mystique est l’aurore qui éternellement point sur les travaux des hommes.
La poésie doit être la pensée faite art.
La philosophie doit être la pensée faite partage.
La mystique doit être la philosophie faite oblation.
La poésie doit être émue.
la philosophie doit sourire,
La mystique doit être laudative.

A l’origine des temps nouveaux la théologie n'était qu'une doxologie.

La théologie est la philosophie du Mystère.
La poésie doit être vraie.
La philosophie doit être juste
La Mystique doit être ardente
Et la théologie doit être clarté.
La poésie est la beauté de la vérité.
La philosophie est l’ordre de la vérité,
La mystique est le chant de la vérité
Et la théologie est l’intelligence de la vérité.
A l’origine de tout était la volitive Beauté.


___________________________________________________________________________________________________________________

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:17

Composer de la matière fraîche
les structures tissulaires du vent
à la manière dissonante dure
les failles sont fracturés avec la tempête de l'énergie
attaques de foudre sur tous les fronts
vigoureux pétrissage de sons
bord de mousseline fantomatique
divers camps de genres se heurte à l'imprévisibilité.
Sous la coquille mesurée extérieurement
empreint d'accents rétro doux.
j'ai une combinaison de miroirs
Valeurs des objets intemporels
la mémoire des esquisses texturée
La Transcension
l'art rupestre astral-symphonique.
maître des paroles
c'est une décision maestro politique
imprégné d'une tristesse de fée lumière.
dont le noyau est formé par quatre segments de contenu bipolaire.
vol à couper le souffle de la pensée.
prêt à vous accueillir dans leur étreinte.
Pas beson de montrer sa valeur à n'importe qui.
progressivité polythématique
des fluides lumineux composites
S'il vous plaît amour et faveur.
événements dans le cerveau
philharmonique Shareware
verser du baume dans les oreilles
de la musique de vacances.
une sorte de comédie musicale (p)rose des vents.
Mince saveur
la saga des fées non volantes.
portant une charge importante de nerfs
brillant juteux,
recette non standard.
laissant une traînée de points turquoises.
la poésie en apesanteur. Le cœur en apesanteur
La prière des pierres
encore sauver ce monde fou fou
la structure intonative
la beauté inexprimable d'images spéculatives
à court de chefs-d'œuvre
un encens de drogue douce brûlé
Nous sommes mosaïques
c'est tout pour rien
Sauvage, mais mignon.
Un néant extatique.

(Basé sur les délires d'un traducteur virtuel Russe-Français)


Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:22

Je mets les notes ensemble, je les déplace comme des cristaux, et les j'apparie pour entrelacer des guirlandes de lueurs polychromes.
Je suis semblable à un mage qui jongle avec des perles de pure lumière. Je fais des rapprochements entre les sons, les phonèmes, les sensations et les couleurs. Ô Monde d'ordre et d'harmonie, âme tactile, souffle chanteur !
Je ne sais pas faire autre chose que vouloir enfanter de l'émerveillement.
Mots chorégraphes, notes luminiques, couleurs soniques, Ô joliesses épousées qui dansent dans la joie vive !
La pensée des hommes m'apparait si grise et linéaire...
Je vois tant de couleurs dans un son, tant de sons dans une parole et tant de paroles dans une forme...Comment me taire ?

- Que veux-tu faire plus tard ?
- Enchanteur assurément !

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:27

Purée...
Encore une journée à écrire à droite et à gauche sur tout de partout et pour finir le sentiment de n'avoir encore toujours rien dit...
Et là il est plus tard et les discussions se raréfient...Nulle part où poser mon grain de sel...
C'est pas un p'tit vélo c'est une grande roue...
C'est angoissant, mais j'ai pris mes petits cachets; la CHOSE va la mettre en veilleuse...
Je voudrais courir tout nu sur le toit du monde et crier mille et mille vers à la ronde, vider toute cette énergie verbale, débobiner toutes ces pelotes, achever de tirer sur tous ces fils qui forment cette toile immense et tellement qu'elle est sans contours.
j'écoutais Timo Maas. Essayons avec Tipper. ... ... ... ... ... ...
Ciel ! Une vastitude ! (Est-il possible de secréter naturellement de la mescaline ? C'est intenable d'être sensible à ce point là.)
heureusement que la batterie barre un peu l'horizon, sinon, hop, envolé !
Donc Tipper. On regarde par la fenêtre d'un intérieur petit vers un paysage immense.
Ces voix ont le charme d'une promesse faite à l'enfant qu'on fut (confus, ok ok) et qu'on n'oubliera pas.
Cette lande - ande - aande - aaande - a une voix d'avenir.
je voudrais quelqu'un dans ma tête pour regarder ensemble le paysage - sage - sage.
Cette monade, ce singleton qu'est un homme seul dans l'immensité de la musique ! Quelle vastitude, quelle solitude...
Deuxième morceau. Tiens ! une lumière sur les vitres de la chaumine perdue au bord du monde !
Un papillon à grand bruit froisse ses ailes, et une machine-lumière strie le ciel.
Puis, nu dans un songe, embullé, à la dérive, dans une paix triste et addictive, avec ce frisson d'aile à droite.
Cet alerte clochettement perlin.
Voici l'âme qui mélodise. Elle s'adresse à une femme ailleurs. Comme est loin le monde, combien intime la vie !
Suspension. Coussin d'air, air de nostalgie. j'adore le chant de l'eau et le chant de l'aile, chant d'ailes.
Cette salivation cristalline.
Ce crépitis aqueux et rythmique.
Troisième morceau.
Harpe aux yeux bridés. On s'installe dans la distance. Ouh ! Chocs et contre -chocs ! L'éternelle tribu danse son éternelle transe ralentie. Toutes ces musiques sont gravides du même songe.
On marche vers je ne sais quelle montagne, quel Monsalvat ! Ouh ! la ferveur !
Retour vers la tribu. Elle fait mumuse la muse. Plics, plops et pafs. Tablas, et aussi des "swongs". (Invention)
Retour de la harpe Mystique/lyriste et retour sur les pans entêtés de la montagnes qui courtise la blancheur.
Quatrième morceau.
Harpe Bavaroise passée dans un sampler. De l'eau ! Un sarod désaccordé vers les graves. Le frisson de métal des cordes lâches.
Beaucoup d'Inde dans tout ça. Ah ! Une pensée Brésilienne, qui s'achève... oh... s'évase dans une immensité.
Un temple ombreux et les revivances d'ancienne célébrations sacrées. Pliplocs. Je zappe.
Cinquième morceau (les cachets commencent à agir) Une grandeur avec tout son souffle. Un tremblé.
Et un arc électrique !
Je change: De Vector lovers " Néon Sky rain".
Des rayons moelleux. Libre, libre et nu sur la lande, et converser avec les nuages.
C'est moi qui deviens moelleux, à cause des cachets...
Ça y est, le petit vélo bat de l'aile.
Je vais donc aller prendre la suite des cachets. Mon cerveau a cédé. Chaque mot traîne.
Nebel zone.
Leeeeeeeennnnnnnnt enfin. L'enfin.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par sylveno le Jeu 6 Fév 2014 - 10:31

   

sylveno
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3356
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 53
Localisation : à la campagne et à la ville

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:36

Lol. Excellent choix de smileys !

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:42

Je dépose ma parole parmi la mer et la neige
quand un feu lève dans mes paumes
quand les fleurs se défont, qu'elles éclatent.

Des cerfs rôdent dans la rousseur des ombres
leurs flammes s'embrasent, leurs auras illuminent les clairières.

Quand une lueur me cherche, quand une lueur me ceint.

Je lève un autel sur ma poitrine
sur lequel luit du raisin et des prunes
l'herbe foulée laisse des perles à mes pieds.




Mon errance dans les blés bleus et le soleil qui se dissout
sont toute une narration, portent des signes.

Si je froisse sous mon pas une herbe gelée
en route vers la roche couchée
c'est à l'appel d'une voix
quand je dois m'élever dans la fumée de l'offrande.

Le givre forme des cieux
sur la vitre d'un lac mort
mais qu'une libellule ranimera bientôt.

Une chaleur m'est confiée,
le vin de mes veines,
la forme de mon haleine.


Ce sera comme braise dans la laine,
un chant aux lèvres
aux temples des fayards
dans l'ombre fauve.

Des lièvres fous affolant les fougères
quand le matin bruissant d'or
s'évapore sur l'étang frais.

Le silence matriciel qui noie
les dits obsédants
dissout les calculs
règne et obombre
étend son aile noire.

J'approche les secrets
entre l'herbe et la brume
dans le grincement des joncs
sous le signe bleu
d'une buée qui se dore.



Et je me défais de la neige pour me revêtir du vent.
La forêt fait alcôve, elle susurre les légendes blanches
promène des étoupes entre les grumes.
Et des écureuils.
Maintenant je suis un signe parce que je suis un témoin,
quand j'avance au creux des ombres sans bruit
et hume le temps conservé sous les ramures.
Des triptyques indicibles et des bas reliefs
posent une parole de troncs et de feuilles.
Quand je dors sur l'étang blanchi,
que de la rive me parvient un frisson vivant
je sais
mais ne sais ce que je sais.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:44

Ce pain sombre et ce poisson d'or
l'écarlate sourire et l'étoilin regard
que tu m'apportes
sont comme la première fable.

J'ai laissé quelques sanglots perlés dans l'humus
de cette clairière de toujours au fond du silence mordoré
et imprégné mon souffle de murmures,
incanté par les sentes la saison vive.

L'éclat des groseilles au balancé de la brise
et le bleu des vignes dans les collines assoupies
portaient sens en mes jours vagabonds.

Je regardais en contre-bas les fumées des hommes
je n'y voyais aucun havre ni foyer
que le roulement gris des pierres grises
comme si la peur formait de lourdes buées.

Je n'avais alors plus de prochain
et donc, je cherchais l'Autre.




Les sous-bois pesants et la souche fleurie
autour du soir et les insectes
là où tout bruit, tout s'élance,
les traces des bêtes piquées dans la terre,
la lueur farineuse sur le lac figé
et les lointaines spires que dessinent des ailes
de tout cela transsude Je Suis.




J'apporte cette couronne fasciée d'or
cette miche et ce sang
que je dépose sur la pierre.
Le soir découvre ses nébulosités
quand je m'assieds sur la souche
au pied des étoiles naissantes.
je redeviens mon offrande,
la buée de mes lèvres s'éperd dans l'azur
je chantonne sans mots à la fin du temps.

Des champignons rosés et des machaons
signent leur présence comme d'un dit,
toute cette solitude enchantée
est rude, mais vers ces astres chemine
ce qui me reste de soupirs.




Le cœur darde à mille lieux de moi,
déjà enfui vers les sables.
Le cœur a franchi la mer
et ne m'attend pas.

Sur les arbres se déposent
des aplats de rayons,
il y a du miel aux cieux.

Toujours à chaque instant le voyage commence
A chaque pas l'avenir recommence
sous la distance la distance renait.

Les rudes pierres noircies par l'histoire
tentent de contenir les volutes des rêves
mais sur le chemin à petits pas
l'espoir encore pérégrine.





Si j'entre sous l'alcôve
dans le coton des lueurs
c'est pour être pur de toute peur
nu, frais et danseur.

Là m'abluent ces clartés
dans le sanctuaire bleuté,
je m'enfonce sous les arcs...
je cherche sur cet autel
le Montsalvat.




Je m'avancerai vers la pierre déployée
d'où s'élèvent de blanches fumées
table des exilés.

De ce fromage et de ce vin
puissè-je tirer une âme,
une fleur vivifiée
une trame de lin.

Possédé d'un élan
qui m'anime et m'embrase
presque druide, presque roi,
presque moi, presque rien.

Blanchefleur s'éveillera t-elle
au cœur du jardin
ouvrant son cœur de plumes ?

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:49

Le jour s'offre, le serment,
l'allusion à un autre temps
où le miel nait aux lèvres
des enfants.

Sur ce feu d'or un signe
un frisson s'énamoure;
quand les paroles sont amuies
alors les chants font la ronde.

Les âmes sont comme du lait
l'arôme d'une aurore,
sur la mousse s'odorent
les effluves de mai.

Taciturne Je m'en vais ,
au creux du chemin disparait,
toi le dieu qui me hante
l'enfant pur qui m'enchante,
tu me happes et m'immoles
tu jettes en moi des feux
limpides et bleus comme des corolles-enfants.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:51

Il y a eu un bruit là-haut
comme un souvenir d'orage
qui a roulé son airain hors de vue.

Je ne sais pas ce qui me prend
me saisit, me convoque
et à quelles noces
mais d'un trait fiché dans mon cœur
j'avance.

Je dois encore franchir
Ces espaces, ces distances,
blancs et noires silences et solitudes;
crisse le sable des déserts.

Où vais-je ?
A qui vais-je ?
Quelque chose comme une parole d'or
m'oblige, et m'honore.




Ce sont là des armoiries d'or et de sel, sur l'aire bleue qui s'azure.
Des cornes blanches et torsadées, des dits, dans une langue ornementale.
Face à l'énigme je frémis.
Quand tout fait signe.
Il en va comme de deux paroles
parties d'un bout de l'univers à l'autre
et qui se cherchent et qui convergent
au court de tant d'éons.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:52

Comme l'orange est sensuelle !
Je l'ai posée sur la neige, en en faisant un signe, un bris de parole.
Mon pas est guidé par des parfums, des auréoles autour des arbres nus.
Je sens sur mes joues l'haleine de l'ombre
Me souvenant d'un soir plein de lucioles sous la fenêtre.

Je vis incliné sur un abîme.
Je vis les yeux levés sur un abîme
je suis un homme entre les abîmes.

Sous mes pieds seul le chemin dure.
Je vais tout à fait me dévêtir
je reviendrai dans ce cercle de chênes au printemps,
je chanterai nu sous l'œil de la nuit.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:55

Fine fille, fleur de fumée, race suprême !
Toi l'élevée, toi dont le talon entraine le monde à la danse, femme, fée, don !
Les fleurs exhalent leurs calices, il y a tant de secrets quand la rose épanouie incarne sa saison sous la neige !
Puis vient la langueur des flocons qui pèsent à nos paupières, qui donnent le sommeil le plus capiteux.
Et que là-bas il semble que sur les nuées dérivent les collines.
Fine fille fleur de fumée, regardons ensemble !
Vois la lisière du soleil ensorcelé de brumes qui flamboie dans les ramures.
Partageons encore un peu cette beauté abandonnée par les cieux dans notre monde aveuglé.
Buvons ensemble des yeux cette flamme partagée quand l'ardeur du feu crépite,
tandis que les hommes profanent leurs lèvres de phrases inutiles.
Tu reviendras, nous reviendrons parmi les fleurs, semblables à des biches.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:57

Nous sommes nous de ces hommes aux yeux embués, de ces hommes harassés qui errons dans cette vallée.
Nos souvenirs nous rongent, nos prières nous déchirent, nous nous souvenons !
Nous trainons dans les ombres un charroi de lumière !
Nous sommes les hommes aux mains nues, les hommes qui ne reviendront pas de leur ivresse,
puisque nous sommes les hommes qui avons vu.
Les amoncellements de poussières aux pieds desquels les foules scandent des péans nous apparaissent
pareils aux osseux grincements dans la nuit des caveaux.
Et les grands qui vont tête haute nous paraissent vides comme les haillons d'épouvantails oubliés dans un désert.
Nous avons vu et savons de quoi nous sommes privés ! Qui n'a rien vu ne se plaint pas, ne cherche pas, ne lutte pas.
Nous sommes les hommes de demain. Ce seuil que nous avons franchi n'avait qu'une face, qu'un seul coté.
Nous pleurons ceux qui accourent vers les mirages.
Nous pleurons ceux qui nous lapident quand on veut les arracher à leurs mirages.
Nous pleurons ceux qui nous pleurent.
Nous avons vu et nous savons. Nous sommes seuls et nous chantons.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Solasido le Jeu 6 Fév 2014 - 10:58

Bonjour Fata Morgana et à tous


Merci beaucoup pour ce partage de tes idées qui me rappellent
qu'un poète reste un philosophe doué du sens du raccourci.

Bonne suite et belle humeur clavardière à toi et à tous


Sol


Dernière édition par Solasido le Jeu 6 Fév 2014 - 10:59, édité 1 fois

Solasido
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 180
Date d'inscription : 08/01/2014

http://www.boudry.net/yi-king.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 10:59

Je viens, je dépose devant le dieu ma coupe.
Car le vin figure la joie.
Je désire les vergers aux mille et mille couleurs,
quand rutilent ensemble mille et mille fruits ardents !
Ce chemin d'albâtre dans les ombres piquées de lueurs.
Ces vanesses, ces machaons, ces fleurs vivres et ravies qui embaument nos chevilles.
La neige aussi quand elle nous berce. Le plein-vent de la colline, mon semblable !
Je viens, j'apporte devant le dieu ma coupe.
Car le vin figure son sourire.
Je désire les troupeaux qui blanchoient à l'aurore, la clarté hiémale qui les accompagne sur le flanc des monts à contre-jour.
La promesse blanche.
Là où il n'y a plus de foules.
Je désire la lyre des vents dans les ramées, et les trilles...
Je me jette aux pieds du dieu parce que j'ai compris et que j'ai renoncé.
Que je n'attends plus du temps et de l'espace mon pays.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 11:00

Solasido a écrit:Bonjour Fata Morgana et à tous


Merci beaucoup pour ce partage de tes idées qui me rappellent
qu'un poète reste un philosophe doué du sens du raccourci.

Bonne suite et belle humeur clavardière à toi et à tous


Sol

Un poète qui a une idée autre que sensorielle, c'est un philosophe ? Peut-être bien.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 11:02

Il y a là du lait et des légendes pourtant- du sang ? de la sueur ? des larmes ?
et une sapidité de fruits qui demeure à mes lèvres.
La laine brûle dans les collines parmi les braises du matin
et les bêtes vagissent et fument.
Offrir encore d'un regard le troupeau paissant
humide de brumes sur les flancs des monts ciliés d'un or extralucide.

Il y a une treille à l'ombre de laquelle l'amour continu,
quelque ris, des enfants.
J'étais de ceux-ci avant l'initiation
qui ne laisse rien ne pas redevenir vierge.
La lumière de la vision pénètre ma peau et mes veines !
J'étais de ces voix argentines dans l'après midi de la fontaine
avant la foudre et le tremblement de Tes stances !

Ce que j'ai vu là-haut dans la stupeur,
et dont mes yeux ne reviennent pas...

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 11:05

Le vent me hante, il a transporté l'écho de grands effrois depuis l'ombre du monde.
Ô ma Voix, ma féerie !
Toi que mon âme épouse semblable à la voile que gonflent les alizés.
Quel mystères pèsent sur la banalité des jours !
Cette marche entêtée qui me conduit aux limites
là où terre et ciel se rejoignent en un pays de fumée !
Qu'est-ce qui m'a pris, saisi ? Ravi ?
Ô voix, chuchotement imperceptible
qui passe dans mes boucles,
qui embrase mes pensers...
Quand dévorerai-je tes lèvres de baisers,
Tes lèvres Ô, voix sans lèvres

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 11:10

Flore dorée qui me ranime
vasque de cette combe ombreuse
où l'âme s'allonge en ombre pâle
parmi les campanules.

Le chemin nous soulève
comme si l'orient de l'orient de l'orient
nous hélait,
nous ailait.

Qui farandolera
loin des cités fossiles
dans les stances du vent ?

Je réalise que je n'étais qu'un somnambule.
Je n'était que.
Vallée douce, aux fleurs déployées
ployées par les souffles,
sois immortelle.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 11:12

Les fleurs chuchotent dans le soleil, caressées.
Ciel ! On croirait une broderie, une résille !
J'accède à cette combe par un chemin filigrané
qui sinue dans les ombres tranchées.
L'air m'insuffle ses psalmodies.

Je m'assieds dans cette clarté
qui semble vouloir me recréer.
Le pollen pareil à de la neige
s'extrait des calices en souffles d'olibans.

Mon cœur me semble irisé,
me semble un joyau luminescent.
Il redevient virginal, nivéal dans le soleil.

Ô corolles translucides,
coupes recueillant le jour !
vous voici paroles !

J'aimerais dans cette douce ignescence
à tout jamais m'évaporer.


Dernière édition par Fata Morgana le Jeu 7 Aoû 2014 - 10:11, édité 1 fois

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 11:14

Fille de demies lunes, dans les vapeurs de la nuit respirent.
Le grelot des astres s'éperd au nadir des étoiles.

Nous attendons le matin près du ru de la clairière,
nus comme la campagne.

Le monde ici est une totalité, des formes aux parfums il s'en-chair.
Nous avons fumé de l'air bleu.
Nous sommes languides dans l'ivresse,
nous dansons les yeux clos.

Tout fait sens,
et quand la frondaison est parcourue d'un souffle,
nos âmes reprennent haleine.

Nous sommes sur le talus et nous préparons à fêter l'aurore,
toi et moi enveloppés d'une seule âme.


Dernière édition par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 12:01, édité 1 fois

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 11:15

Tu es la matière de ce jour, le pollen sur ta joue, d'or.
Sous les feuilles frémissent des invisibles,
Le chemin poudré file jusqu'aux galbes des prés.

Montons ce soir aux étoiles,
corps à corps aux nues.

Qui nous hèle depuis l'inouï ?
Les fleurs se pâment dans la brise.

Allongés sous l'arbre qui pense,
qui jette aux cieux sa ramure,
l'un l'autre en un seul souffle.

Corps de sel,
transparents.

De nos corps nus l'élixir.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 11:16

Nous nous inhalons,
nous nous exhalons.

Viens là où personne ne parait
au delà de la futaie
dans le mystère virginal
du matin qui tremble.

Dans les signes, dans les lointains,
liquides.

Ta robe disparait dans les fleurs,
vêtue de pétales
sur tes cils la poudre
des corolles.

Nous nous ennuons
à fleur d'azur;
a nos lèvres
un seul souffle.

j'embrasse les collines.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 11:16

A tes lèvres le suc. Les perles jouent sur la mousse.
Il y a un arbre qui garde le monde sous son ombre, qui secoue des étoiles.
A son pied pâmés.

Je veux que le chemin chemine,
jusqu'aux étoiles il sinuera.

Je recueille des fleurs dans mon cœur,
des fleurs du pur pollen.
Toutes formées d'ors et d'émeraudes.

Je sais le temple saphirin, je sais le temple invisible.
Sur son autel je dépose une fumée,
aux pieds de l'étoile.

L'univers dont je sens la gravitation,
nous entraine dans la danse;
entrons dans la valse infinie.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Fata Morgana le Jeu 6 Fév 2014 - 11:19

Signes, signaux, orbes, lueurs.
Éclairs, fumées d'étoiles.
Les fleurs s'épanouissent par le pouvoir du désir.
Sous les vies la vie s'embrase.
L'arbre a dit, et les étoiles, ils se sont dit.
J'aime être là au bord du cosmos toutes antennes, toute âme dehors,
clairaudiant.
Visions sans optique.
Audition sans harmoniques.
Être là, à l'état pur. Nescient.

Je suis le fruit d'une impulsion,
quelque part dans les cieux en mouvement,
attiré vers ce vortex illuminé.

Les hommes ont érigé des temples, ils étaient sentients.
Ils savaient que la vie ne s'arrête pas là.
Ils cherchaient des paroles de toute part.
Ils élaborèrent des chants.

Quelque chose continuera à monter !
Le désir dépasse l'existence !
Le partage dépasse le partagé.

Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les péroraisons de Fata (courtoisie fortement recommandée)

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum