Cerveau du ventre

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cerveau du ventre

Message par Atlasovaste le Dim 2 Fév 2014 - 12:50

C'est connu depuis longtemps, mais ça se précise

http://mobile.lemonde.fr/culture/article/2014/01/31/le-ventre-notre-deuxieme-cerveau_4354317_3246.html

Alors 2e cerveau, 3e ou 4e ?  cyclops

Atlasovaste
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 107
Date d'inscription : 15/11/2013
Localisation : Aperpèthe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Sol œil le Dim 2 Fév 2014 - 13:06

Est ce que cette connaissance aussi grande et belle soit elle va t'elle changé notre vie ? la seul façon quelle la change serait d'actualiser cette vérité pour l'individu afin de "voir" si il existe bien un "cerveau" a cet endroit ?
Mais si cela reste une connaissance encyclopédique insipide comme toute les autres alors sa n'aura pas d'importance.
Voila pourquoi je différencie la compréhension de la connaissance. La compréhension est un mouvement continuel et vivant alors que la connaissance est un espace figé de la mémoire.Mais au delà de sa oui j'ai déjà entendu sa plusieurs fois à propos de chakra mais jamais actualisé cette vérité ....

Sol œil
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 619
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par oufy-dame le Dim 2 Fév 2014 - 20:04

Merci. Le docu sur Arte est intéressant.


Dernière édition par oufyfille le Dim 9 Fév 2014 - 22:59, édité 1 fois

oufy-dame
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 951
Date d'inscription : 14/07/2010
Age : 50
Localisation : IdF

http://www.oveo.org/etudes-scientifiques-sur-les-effets-de-la-vi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Sélène-Nyx le Lun 3 Fév 2014 - 2:07


C'est une hypothèse de plus en plus étudiée.
En outre, certaines découvertes ouvrent aujourd’hui d’immenses espoirs thérapeutiques. Des maladies neurodégénératives, comme Parkinson, pourraient trouver leur origine dans notre ventre. Elles commenceraient par s’attaquer aux neurones de notre intestin, hypothèse qui, si elle est vérifiée, débouchera peut-être sur un dépistage plus précoce.

Cela m'intéresse énormément, bien sûr, puisque "le ventre, cette fenêtre ouverte sur le cerveau" concerne les maladies neuro-dégénératives (dont la SEP), mais aussi l'autisme et les troubles mentaux, comme la dépression.

J'essaye de poster la vidéo d'ARTE.

Sélène-Nyx
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2074
Date d'inscription : 29/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Cleore le Lun 3 Fév 2014 - 11:10

Oui, ça fait plusieurs années que j'en entends parler. La première fois c'était sur un site consacré à la nutrition. Très intéressant ! Une connaissance à moi qui est médecin m'avait confirmé que c'était pas du flan.

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Odime le Lun 3 Fév 2014 - 12:08

Homm a écrit:Est ce que cette connaissance aussi grande et belle soit elle va t'elle changé notre vie ? la seul façon quelle la change serait d'actualiser cette vérité pour l'individu afin de "voir" si il existe bien un "cerveau" a cet endroit ?
Mais si cela reste une connaissance encyclopédique insipide comme toute les autres alors sa n'aura pas d'importance.
Voila pourquoi je différencie la compréhension de la connaissance. La compréhension est un mouvement continuel et vivant alors que la connaissance est un espace figé de la mémoire.Mais au delà de sa oui j'ai déjà entendu sa plusieurs fois à propos de chakra mais jamais actualisé cette vérité ....


  Smile Elle peut grandement changer la vie, en ce sens que l'on ne peut plus faire l'impasse sur l'intestin dans l'appréhension des phénomènes et pathologies psychiques.

 Voir: Hyperperméabilité intestinale, causes et conséquences; sécrétion neurotransmetteurs; toxicité du gluten contemporain; microbiote. Encore peu de documents en français, la validation scientifique de cette vieille intuition datant seulement de 2010, mais si tu comprends l'anglais pas de problèmes.

  "L'intestin est la racine de la vie" (Japon) : Intestin, système nerveux -cerveau- et peau ont la même embryologie et sont liés de manière réflexe.
"Réagir avec ses tripes", "avoir les nerfs à fleur de peau".

 Pas de compréhension sans expérience.

 Bonne recherche

Odime
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3355
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Des airs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Atlasovaste le Dim 9 Fév 2014 - 20:42

Homm a écrit:la seul façon quelle la change serait d'actualiser cette vérité pour l'individu afin de "voir" si il existe bien un "cerveau" a cet endroit ?
Ben par exemple, faire des massages du ventre, "dialoguer" avec lui, tout ça fonctionne et est bien connu, juste que maintenant on sait pourquoi...
Homm a écrit:Mais si cela reste une connaissance encyclopédique insipide comme toute les autres alors sa n'aura pas d'importance.
Wouaish, je suis plutôt tourné vers le pragmatisme, mais tu ne peux pas te détourner complètement des connaissances purement gratuites et/ou théoriques, c'est tellement triste et c'est réduire la vie à sa dimension uniquement utilitaire. En plus tu ne peux pas, puisque ton monde est une construction mentale qui repose sur la perception pragmatique, mais aussi in fine sur une représentation (donc théorique)
Homm a écrit:La compréhension est un mouvement continuel et vivant alors que la connaissance est un espace figé de la mémoire.
Sur le fond, c'est sûr et je suis bien d'accord, dans la pratique, comment fais-tu pour être certain que ta compréhension est continuelle ? Rien que le fait d'affirmer ce que tu dis est une affirmation "figée". Et refuser toute connaissance figée est aussi une forme de rigidité.
Homm a écrit:Mais au delà de sa oui j'ai déjà entendu sa plusieurs fois à propos de chakra mais jamais actualisé cette vérité
A mon avis, tout "actualisation" possible est limitée par notre perception. La certitude, par définition, c'est une construction de l'esprit. Je me suis déjà "vu" comme si mon centre de conscience n'était plus dans la tête mais dans le ventre, bien avant qu'on parle pour la première fois de ces histoires de neurones. Mais il est impossible de dire aussi simplement que ça s'il s'agit d'une vue de l'esprit ou de quelque chose en lien avec la réalité. Peut-être, après une dizaine d'années passée à reproduire ce type de phénomène, on pourrait uniquement à partir d'expériences empiriques obtenir une certitude qui dépasse la simple impression subjective.
Mais le type chinois, là, qui a inventé l'acupuncture du ventre, on peut certainement dire qu'il a une connaissance opérative. Et ça c'est la classe.

Atlasovaste
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 107
Date d'inscription : 15/11/2013
Localisation : Aperpèthe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Invité le Dim 9 Fév 2014 - 20:59

Ce qui est dommage c'est que le reportage, malgré un court passage sur la macrobiotique, n'a pas fait de lien avec l'alimentation. J'imagine que ça doit jouer aussi.. du coup, ça peut faire la boucle avec d'autres trucs. Je pense à la façon de soigner de certaines épilepsies résistantes chez les enfants, en préconisant un régime cétonique qui peut en venir à bout. Ce qui étonnait.. mais après ce reportage, ça ne fait que conforter le fait que l'alimentation pauvre en glucides (voire sans glucide, sans gluten ?) atténue les crises (vu qu'il y a des neurones dans les intestins).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Atlasovaste le Lun 10 Fév 2014 - 0:10

Tu as entièrement raison... mais je pense qu'ils se sont limités à l'histoire des probiotiques parce que malgré les nombreuses incertitudes qui sont bien soulignées, c'est un des rares trucs qui fasse à peu près l'unanimité dans le monde de la nutrition.
Du coup ça les aurait amenés beaucoup trop loin, c'est un sujet sans fin, déjà l'intervention de Picq me paraît assez discutable vu le peu de choses qu'on sait réellement,il paraît très sûr de lui mais ce ne sont que des suppositions...
Ah, ah ! le régime cétonique... j'allais faire un topic là-dessus et d'autres choses mais je n'ai pas trouvé de rubrique "santé"... je me suis retrouvé en cétose par accident, en essayant de suivre le principe "paléo" de ne pas manger de glucides provenant de céréales. Tous les gens qui en parlent supposent que c'est très facile de trouver les glucides dans les fruits et légumes. Or, 100g de pâtes contiennent dans les 80g de glucides... les pommes de terre, à peine 20... et la plupart des fruits, moins de 10g ! Résultat, c'est très vite fait de passer sous les 100g qui provoquent la cétose. Pour mes besoins en glucides, il faudrait que je mange dans les 2Kg de patates douces ou 3kg de pommes par jour. J'ai même lu quelqu'un (un français) qui disait que les fruits actuels contenaient beaucoup trop de sucre !
Bon le problème de tous ces gens-là c'est qu'ils n'auraient aucun remords à te faire crever avec leurs conseils à la con. Certes l'état cétonique est étonnant : résistance au froid, on a faim qu'au moment où on se met à manger, sensation d'une grande énergie, mais très calme, le temps semble s'écouler au ralenti, on est plus concentré (le cerveau n'est plus à virevolter partout, excité par une perfusion permanente de sucres rapides...), grande endurance... tout cela est vrai. Ca me paraît tout à fait plausible que ça réduise l'inflammation.
Le souci, c'est que tu brûles tes muscles et tes graisses à vitesse grand V, et plus inquiétant, que tu vides toute l'eau de ton corps (c'est simple, tu pisses deux fois plus d'eau que tu n'en bois). Et encore, je n'ingérais pas zéro glucides, loin de là. De toute façon, des études laissent entendre qu'on perd encore plus de poids en ingérant un certaine quantité de glucides (<100g) qu'avec 0.
Le gluten, c'est différent, c'est notoirement inflammatoire au moins chez certaines personnes et il n'y a aucun problème à s'en passer.
Pour maintenir son poids avec un régime cétonique, il faut manger des quantités invraisemblables de graisses. Personne ne s'accorde à dire si les bonnes graisses sont les saturées (graisses animales, régime Paléo, Dukan) ou les insaturées (huile d'olive, régime crétois); On lit tout et son contraire...
Ce qui est sûr, c'est qu'un régime cétonique, quel que soit le degré, doit être fait sous contrôle médical (malheureusement, ça n'a pas l'air facile de trouver un nutritionniste connaissant de près ou de loin ce genre de choses en France, ce qui fait que plein de gens se lancent dans les Dukan sans connaître les risques). En quelques jours, la déshydratation te force à boire des quantités d'eau, qui vont pronto déminéraliser l'organisme, en particulier il y va y avoir rapidement une carence en sel (qui contribue encore à la perte d'eau). Pour les doses, il y a intérêt à s'y connaître sacrément bien.
Manger 80g de beurre par repas, à moins de savoir parfaitement ce qu'on fait, c'est quand même sacrément la roulette russe.
Evidemment, ça implique aussi que le simple jeûne provoque lui aussi un état cétonique, ce qui est peu connu des adeptes du jeûne.
Il est sûr que, objectivement, c'est possible d'avoir continuellement un régime très pauvre en glucides, les esquimaux en sont la preuve. Seulement, il faut savoir que les inuits mangent toutes sortes de choses qu'on aurait probablement du mal à avaler, comme le contenu des intestins des phoques et des poissons. Dans le même ordre d'idée, les vaches ont des cubes de sel dans leur pré parce qu'il n'y en a pas assez dans leur herbe, et les herbivores à l'état sauvage mangent tous de petites quantités de protéines animales, comme tous les oeufs d'insectes contenus dans les racines ou sur les feuilles.
Donc, avant de se lancer martel en tête, il faut réfléchir et prendre le temps de se renseigner.
A mon avis, l'homme est fait pour jeûner de temps à autres, mais pas sur des périodes très prolongées. Un régime cétonique est semblable à un jeûne, mais à part les hommes vivant à de très hautes latitudes et mangeant donc beaucoup de protéines et beaucoup de lipides, personne à l'état naturel ne pouvait le maintenir très longtemps, il paraît donc un peu rapide que certains le qualifient d'état "normal" de fonctionnement du corps.
Pour réduire l'inflammation, supprimer les sucres rapides, sauf miel et fruits, bannir café, alcool et gluten, dormir suffisamment, boire en n'oubliant pas de consommer suffisamment de sel (à force de dire que le sel est mauvais on va faire un génération carencée...), consommer plein d'antioxydants (fruits et épices), faire de l'exercice modérément, et pourquoi pas faire un jeûne de temps en temps... déjà dans un premier temps, ça me paraît pas mal.
Je ne pense pas qu'il y ait de solution miracle, ou plutôt, je pense que quant on est hypnotisé par les solutions miracles, on a tendance à faire des conneries qui peuvent être graves.
Ceci dit, concernant l'hyperperméabilité intestinale, il paraît que le fonds de veau et autres bouillons d'os sont souverains. Je ne sais pas si ça joue sur l'épilepsie mais la liste de maladies résultant d'un intestin poreux est tellement longue que ça semble possible.

Atlasovaste
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 107
Date d'inscription : 15/11/2013
Localisation : Aperpèthe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par sylveno le Lun 10 Fév 2014 - 5:26

je connaissais pas le régime paléo. C'est d'autant plus ridicule que même les singes mangent des céréales. Du moins des graminées. Des racine aussi et toutes sortes de graines entre autre de légumineuses. Ce docteur eaton est seulement un gros débile qui veut faire parler de lui !
Excuse moi, Atlasova, je vais être un peu sec mais il faut réfléchir ou se renseigner avant d'adopter des idées. Surtout quand elles sont réputées révolutionnaire.

Sinon pour le "cerveau du ventre", il y a effectivement énormément de cellules nerveuse dans cette zone. Certains ont même prétendus qu'il y en a autant que dans le cerveau. Seulement, ce qui fait un cerveau n'est pas le nombre mais la densité, la connectivité et la qualité.


Dernière édition par sylveno le Lun 10 Fév 2014 - 5:39, édité 1 fois

sylveno
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3356
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 53
Localisation : à la campagne et à la ville

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Odime le Lun 10 Fév 2014 - 5:31

sylveno a écrit:je connaissais pas le régime paléo. C'est d'autant plus ridicule que même les singes mangent des céréales. Du moins des graminées. Ce docteur eaton est seulement un gros débile qui veut faire parler de lui !
Excuse moi, Atlasova, je vais être un peu sec mais il faut réfléchir ou se renseigner avant d'adopter des idées. Surtout quand elles sont réputées révolutionnaire.

Sinon pour le "cerveau du ventre", il y a effectivement autant de cellules nerveuse dans cette zone qu'il y en a dans le cerveau. Seulement, ce qui fait un cerveau n'est pas le nombre mais la densité, la connectivité et la qualité.

Certes. La comparaison concerne surtout la sécrétion des neurotransmetteurs.

Odime
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3355
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Des airs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par sylveno le Lun 10 Fév 2014 - 5:38

oui, Odime, c'est ce que signifie le mot "qualité de neurone" c'est vrai qu'il aurait été plus correct de dire "type". Je voulais employer des mots simple. Ce que je veux dire c'est qu'il abusif de parler de cerveau. C'est un effet de manche journalistique. Le terme correct est système nerveux. Voir plexus si tu veux mais certainement pas cerveau.

sylveno
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3356
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 53
Localisation : à la campagne et à la ville

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Invité le Lun 10 Fév 2014 - 20:06

Ce qui était intéressant aussi, c'était le fait que les gastro-entérologues participent désormais au diagnostique par cœlioscopie de maladies comme Parkinson ou Alzheimer. La question que je me posais du coup était de savoir dans quelle mesure l'alimentation pourrait elle être la cause de ces maladies qui infesteraient l'intestin et remonteraient via le nerf vague au cerveau (ou autre autoroute  Razz  ).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Odime le Lun 10 Fév 2014 - 20:15

C'est la grosse question qui fâche! Si on dit la vérité, le bon peuple risque de déserter les supermarkets...et les restaus...de fuir le gluten moderne, et tout un tas de sucreries et autres inventions... Mais non, à la télé ils ne diront rien des études et constatations. 95% de la sérotonine totale est produite au niveau de l'intestin, en plus.

Odime
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3355
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Des airs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Tête d'Ampoule le Lun 10 Fév 2014 - 20:15

Nous sommes ce que nous mangeons, donc je pense que le régime alimentaire est l'influence numéro 1. Il suffit de voir par exemple le nombre de maladies métaboliques et auto-immunes liées à une consommation très élevée de féculents, encore plus ceux à index glycémique élevé. Nous n'en avons jamais mangé autant (et de calories vides en général) depuis le début de l'histoire de l'humanité. Il faut donc logiquement s'attendre à ce que notre système nerveux, comme tout notre organisme, soit incapable de gérer un tel afflux excessif et s'en intoxique, au point de "perdre la tête".

Tête d'Ampoule
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1232
Date d'inscription : 15/01/2014
Localisation : Vortex Temporel

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Invité le Lun 10 Fév 2014 - 20:29

D'accord avec vous.. d'ailleurs, j'ai déjà depuis quelques mois totalement supprimé le sucre raffiné et quasiment le gluten (disons à 90%) et je ne m'en porte pas plus mal. Je ne m'autorise que quelques écarts chez des amis où il est difficile de refuser. En voyant ce reportage, je me suis dit que j'étais dans le vrai.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par sylveno le Lun 10 Fév 2014 - 20:46

Bonjour, Tête d'Ampoule, je te vois ici depuis quelques temps et il me semble que nous n'avons jamais eu l'occasion de communiquer. Je me présente, je suis l'emmerdeur n°1 et en plus j'aime bien jouer l'avocat du diable. Alors tu es prêt je commence :

dire que nous sommes ce que nous mangeons est un phrase rabâchée depuis longtemps mais c'est un adage sans queue ni tête. on n'est pas plus ce qu'on mange que ce qu'on respire, pense, dit, ressent... donc, tu ne peux pas dire un "donc" sur une simple façon de parler.

Qu'appel tu des calories vides ?

sylveno
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3356
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 53
Localisation : à la campagne et à la ville

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Invité le Lun 10 Fév 2014 - 20:49

Like a Star @ heaven


Dernière édition par -2 le Lun 5 Mai 2014 - 19:17, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Odime le Lun 10 Fév 2014 - 21:00

Video d'une aspie sur le gluten, elle donne des liens au bas de la page Ytube.


Odime
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3355
Date d'inscription : 05/02/2013
Localisation : Des airs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Invité le Lun 10 Fév 2014 - 21:18

Like a Star @ heaven 


Dernière édition par -2 le Mer 7 Mai 2014 - 7:58, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Atlasovaste le Lun 10 Fév 2014 - 23:47

Coucou Sylveno,
T'inquiète je fais gaffe ! Mais comme tu as vu ça n'a rien de si révolutionnaire (1985). Et le principe marcherait plutôt bien s'il ne fallait pas manger, par exemple, 4 fois plus de pommes de terres que de pâtes pour obtenir la même quantité de glucides.
(alors après, il paraît que les glucides des céréales on ne les absorbe pas bien et qu'on en a donc besoin de plus... ce qui fatigue l'organisme, car on sait de longue date que les mitochondries s'épuisent à décomposer le sucre. Donc ça pourrait faire... seulement 2 ou 3 fois plus de tubercules que de céréales). Tout ça est plutôt intéressant, ne serait-ce que pour les questions que ça pose. Mais évidemment, quand on expérimente un truc, déjà il ne faut pas le faire à 110% comme un converti d'une secte, et deuxièmement, il faut vérifier un peu ce qu'il y a comme avis contraires, (comme quand un ancien président invente l'histoire d'une petite fille à qui les talibans auraient soi-disant coupé les doigts, ou bien qu'un mec te soutient que la Terre est décrite comme une sphère dans la Bible, au début tu es un peu soufflé, tu sais pas quoi répondre, mais comme on ne te fais pas avaler n'importe quoi tu vas vérifier et tu t'aperçois que c'est des interprétations très libres conneries...)
Je suis d'accord avec toi que "on est ce qu'on mange" est vide de sens. Il n'y a qu'à voir les lipides, décriés pendant des décennies comme provoquant l'obésité, alors que c'est en grande partie faux (je mange des graisses donc je deviens graisse, bien la logique de notre atomisme occidental ça).
Par contre, tête d'ampoule a des bons points, comme le fait que la consommation de céréales est très récente à l'échelle de l'histoire humaine : c'est l'argument paléo de base. Les singes mangent sûrement des graminées, mais sûrement en quantités modestes et surtout, attention, il n'y a pas de raison de croire qu'on peut comparer le régime d'un homme moderne et d'un singe. Certains singes sont presque exclusivement herbivores. Le chimpanzé bouffe pas mal de viande. Néanderthal était omnivore mais avec grosse tendance végétarienne. Habilis et sapiens ont a priori toujours été d'importants bouffeurs de viande, dès qu'ils étaient dans un endroit où il y avait de la viande.
Cependant :
Wikipédia a écrit:Cette propension à consommer des féculents semble être une spécialisation humaine: le taux d'amylase dans la salive humaine est en effet de six à huit fois plus élevé que dans la salive d'autres Hominidés comme le chimpanzé. Avant l'essor des céréales au néolithique, les hommes devaient probablement se procurer des féculents par la consommation de tubercules.
Mais dans les 100 dernières années on s'éloigne encore plus du régime des premiers sapiens si on regarde par exemple le taux de gluten dans notre alimentation (rajouté partout dans des sauces, gâteaux, etc) et aussi l'index glycémique (par exemple, les céréales soufflées dont on s'est fait gaver enfants, qui sont apparues à la fin du XIXe siècle).
Dans le même ordre d'idées, on n'a jamais eu un élevage produisant une viande aussi maigre. On peut débattre si c'est bon ou pas, mais ce qui est certain, c'est que la viande que bouffaient nos ancêtres (de -200 000 ans jusqu'à une date très récente) était beaucoup plus grasse qu'aujourd'hui, et plus riche en omégas 3 puisque le bétail mangeait de l'herbe et pas des tourteaux de céréales.
Quant aux calories vides, il s'agit simplement de l'idée (plutôt logique) qu'apporter des macro-nutriments (glucides, lipides et protides) sans micro-nutriments (vitamines, sels minéraux) n'est pas une super bonne idée. Il y a plus de micro-nutriments dans du riz que dans une barre de snickers, mais moins que dans les fruits et légumes. Cependant cette notion est aussi, comme toutes les autres, à nuancer. Si on regarde la vidéo postée par Odime, qui contient de très bonnes informations, la personne se déclare végétalienne à tendance crudivore, c'est une logique micro over macro. Ca a beaucoup la cote en ce moment mais attention aux carences, pas seulement en vitamines mais aussi en macronutriments.
Bref le monde scientifique est loin d'avoir tous les éléments pour affirmer catégoriquement quoi que ce soit (bien sûr et malheureusement certains ne se privent pas de le faire), mais on est quand même sûrs que le régime influe énormément sur l'espèce (par exemple, perte de taille de l'homme au moyen-âge, il faudrait vérifier attentivement ce point-là). Concernant le paléo, ce n'est pas si farfelu puisque même si quelques mutations génétiques se sont généralisées (comme celle permettant la digestion du lactose), l'argument comme quoi on a peu évolué depuis l'âge paléo se tient assez bien, et la modification drastique de notre alimentation est elle indiscutable sur tous les plans évoqués ci-dessus.
Ce que je déplore c'est le manque de discernement et d'exhaustivité des gens qui se font les apologues d'un tel régime, sans restriction de durée, d'intensité, etc. Quand tu vois sur un forum paléo quelqu'un qui demande "hey, sous quelle forme prenez-vous vos glucides au petit déjeuner ?" et qu'un vétéran du forum lui répond : "pas besoin de glucides" (point final, pas d'explication, pas de mot pour nuancer, rien....) , oui là tu as raison de te méfier Wink
Et c'est un joyeux foutoir avec le régime Dukan (Du... con?), dont les principes sont à peu près les mêmes mais qui est potentiellement très dangereux. Comme disait une nana sur un forum :
"j'ai toujours trouvé douteux ce régime qui interdit la carotte sous prétexte qu'il y a trop de sucre dedans."

Atlasovaste
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 107
Date d'inscription : 15/11/2013
Localisation : Aperpèthe

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par oufy-dame le Lun 10 Fév 2014 - 23:54

sylveno a écrit:Qu'appel tu des calories vides ?

Des calories sans nutriment (?), qui n'apportent "rien", comme ds l'alcool (sauf peut-être le tanin du vin, mais aucun médecin ne m'a conseillé d'en boire ;-)

@Atlasova : Wikipedia n'est pas une référence en médecine ; j'ai entendu Patrick Peloux dire que c (en substance) de la m...

A ma connaissance, le consensus médical international prône :
* "un peu de tout en quantités raisonnables"
* l'alim occidentale contient trop de sel (plats préparés...), qui est facteur d'hypertension (prblm de santé important en occident, non ?) et aussi trop de sucres (raffinés surtt) et de gras (saturés...)
* pas le jeûne (mauvais pour le cerveau, qui a besoin de sucre, non ? Et sinon, les anorexiques se porteraient bien).

Même si tu me disais que tu es médecin, ou si tu te fies à des médecins isolés qui ont leurs entrées ds une maison d'édition, ce qu'illes prônent, qd ce n'est pas validé scientifiquement sur un nombre "statistiquement significatif" de personnes, ça ne me semble pas fiable.

Je suis ouverte à des infos nouvelles si on me donne des références sérieuses :-)

oufy-dame
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 951
Date d'inscription : 14/07/2010
Age : 50
Localisation : IdF

http://www.oveo.org/etudes-scientifiques-sur-les-effets-de-la-vi

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Fabiano le Mar 11 Fév 2014 - 2:51

J'ai lu le sujet mais pas encore les vidéos et les liens externes.

Odime a écrit: "L'intestin est la racine de la vie" (Japon) : Intestin, système nerveux -cerveau- et peau ont la même embryologie et sont liés de manière réflexe.
"Réagir avec ses tripes", "avoir les nerfs à fleur de peau".

Pas de compréhension sans expérience.

La clé est là:  "Pas de compréhension sans expérience."

J'ai toujours pensé que les régimes c'était une grosse connerie.

J'ai vu un jour un reportage sur un naufragé qui est resté plusieurs semaines en mer. Il pleuvait de temps en temps et il avait de quoi récolter. Pour la bouffe il pêchait. Au début il mangeait la chair. Puis il a eu des carences en minéraux, etc. Alors ses goût on changé. Je l'entend encore dire "L'oeil du poisson me faisait de l'oeil, j'avait une irrésistible envie de le manger." Au début son mental à refusé mais ensuite, il lui arrivait même de balancer la chair pour ne manger que la tête et les entrailles. Bref tout ce qui lui faisait de l'oeil. Dans ce cas, je pense que le mec a réagit avec ses tripes.

Perso je fonctionne un peu pareil. J'ai comme des "phases", p.ex. il faut que je mange des oignons, de l'ail, des poireaux, etc. Un jour j'ai eu une irrésistible envie de roquefort alors que c'est pas un fromage que j'aime d'habitude. J'ai englouti goulûment tout le morceau, le lendemain j'en ai racheté, ça me goûtais toujours mais moins. J'ai achevé pour ne pas jeter, mais l'envie était passée.

Ca me fait penser en passant aux envies des femmes enceintes...


Hier j'ai rapporté dans le salon des intuitifs et réceptifs un "Exercice méditatif" auquel je me suis livré. Mon ventre à réagit: gargouillement des intestins et de la rate notamment. Le hara ou Dan Tien est une notion importante qui revient dans les arts martiaux, la méditation et des pratique telle que le Qi Gong et le Tai Chi.
Je vois ça comme des moyens de consciemment communiquer avec ce cerveau ventral. (mais c'est ptet juste une vue de l'esprit, autrement dit, une connerie Very Happy).


I.

Fabiano
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 976
Date d'inscription : 22/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Tête d'Ampoule le Mar 11 Fév 2014 - 8:21

sylveno a écrit:Bonjour, Tête d'Ampoule, je te vois ici depuis quelques temps et il me semble que nous n'avons jamais eu l'occasion de communiquer. Je me présente, je suis l'emmerdeur n°1 et en plus j'aime bien jouer l'avocat du diable. Alors tu es prêt je commence :

dire que nous sommes ce que nous mangeons est un phrase rabâchée depuis longtemps mais c'est un adage sans queue ni tête. on n'est pas plus ce qu'on mange que ce qu'on respire, pense, dit, ressent... donc, tu ne peux pas dire un "donc" sur une simple façon de parler.

Qu'appel tu des calories vides ?
Ce que je voulais dire par là, c'est que ton corps ne va pas du tout avoir la même morphologie suivant le type de nutriments principal que tu ingères, d'où le "nous sommes ce que nous mangeons). Et un corps qui mange tout un tas de ces féculents raffinés à haut index glycémique qui sont pourtant recommandés pratiquement sans limite par des sites gouvernementaux, tout en souffrant de carences en acides gras essentiels parce que ces mêmes sites gouvernementaux diabolisent les matières grasses à l'extrême, c'est un corps qui s'il n'est pas déjà obèse, est destiné à le devenir et à mourir de maladies cardiovasculaires. Je suis heureuse que ces idées des féculents forcément toujours bons pour la santé sans limite de consommation soient de plus en plus critiquées, mais dans notre pays, on ne l'entend pas assez. Nous nous rendons malades de notre propre pain blanc paraît-il si "sain" et de céréales soufflées plus proches des bonbons que des céréales complètes d'un point de vue nutritionnel... On préconise par exemple un petit déjeuner carencé en protéines et sucré comme un dessert... Évidemment que nos intestins puis notre cerveau finissent par tomber malades. Nous sommes gavés de sucres comme des oies grasses et nous n'avons plus d'idée de ce qui est une consommation raisonnable. Et nous bannissons toutes les graisses de notre alimentation, y compris les meilleures : catastrophe en vue.

Tête d'Ampoule
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1232
Date d'inscription : 15/01/2014
Localisation : Vortex Temporel

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Cleore le Mar 11 Fév 2014 - 12:45

Pour moi, en tant que végétarienne, le mot "féculent" n'existe plus ! Je parle de "céréales", c'est pourtant la même chose mais vue de façon différente et en étant consciente de leurs apports. J'ai découvert le millet, le sarrasin, redécouvert les légumineuses etc... et bien sûr je les choisis complets et bio de préférence, pour la richesse en nutriments et pour leur IG nettement plus bas. Tous apportent des protéines et des vitamines et minéraux. Je ne parle plus de glucides, ni de sucres lents, encore moins de calories. C'est ma nourriture de base, avec les fruits et légumes. Pourtant je n'en mange pas beaucoup plus qu'avant de devenir végé. En étant complets, ils rassasient beaucoup plus vite et pour plus longtemps. Je n'ai pas grossi, pas maigri non plus. Faut dire aussi que j'évite les plats préparés, je cuisine moi-même. ça me convient très bien, j'ai toujours adoré ce qui vient directement de la terre, ça me fait du bien. Je pense que si on connaissait mieux les céréales (et je ne parle pas des kellogs du petit dèj bourrés de sucre !), qui fournissent de nombreux nutriments indispensables, et si on faisait davantage attention à leur qualité on cesserait de les diaboliser.

Pour ma part, chaque fois que j'ai fait un régime excluant le pain et autres "féculents" (décidément ce mot est moche), je me suis sentie fatiguée, à bout de nerfs etc. Les glucides sont l'énergie de l''organisme, y compris celle du cerveau. On conseille les fruits secs aux étudiants et aux sportifs, c'est pas pour rien. Encore faut-il faire la différence entre les cacahuètes trop salées de l'apéro et les cerneaux de noix, qui ont l'avantage d'apporter aussi des omega 3 (entre autres) et de faire remonter le taux de bon cholestérol (tout comme les lentilles, par exemple), ce qui permet de lutter contre le mauvais (cholestérol).

Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cerveau du ventre

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:40


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum