L'absence de relation aux autres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'absence de relation aux autres.

Message par Fata Morgana le Dim 2 Fév 2014 - 10:51

Eut égard aux nécessités minimales d'une vie sociale terrestre, il m'est parfois imposé de nouer des embryons de contatc avec mes
(dis)semblables.
La teneur des discussions qui ont alors court exige une consommation excessive de caféine. Politesse oblige, je m'efforce de garder les yeux ouverts. Quand je vois les autres rires, vite, je ris. C'est la dure ascèse d'un alien.
Mon homme intérieur baille et mes simili-rires me restent en travers de la gorge étant donné que je ne vois vraiment pas ce qu'il y avait de drôle.
Je travaille à n'avoir l'air de rien, ou plutôt de personne. Quand les gens se lèvent, je me lève, mais avec un sentiment très désagréable de contre-temps et d'inachevé. Je me fais mais chier !
Les êtres humains présents parfois me prennent à témoin de leurs problèmes. Bien que connaissant la solution pour eux d'emblée, je suis contraint de la garder pour moi étant donné que si je me lance dans une tirade, ils vont s'emberlucoquer sur les virgules sans penser à lire la phrase.
Je rentre parfois dans la boucherie. Je ne sais alors ni où il convient de mettre mes mains, quel visage arborer, ce qu'il est pertinent de regarder. Ce travail d'adaptation est si prenant que j'en oublie ce que j'étais venu acheter. J'ai l'impression très nette d'être de l'art contemporain au milieu des saucisses.




Fata Morgana
Maître es rayures
Maître es rayures

Messages : 15009
Date d'inscription : 09/02/2011
Age : 59
Localisation : Un pied hors de la tombe

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Cleore le Dim 2 Fév 2014 - 11:18

Si c'est de l'humour, tant mieux, car j'ai beaucoup ri, bien que m'étant sentie un peu concernée aussi. Mais rire de soi-même n'est-il pas la meilleure thérapie ? (faut m'excuser, la semaine a été difficile, j'ai du stress à évacuer).

S'emberlucoquer ? Je ne connaissais pas.. je retiens... joli mot...


Cleore
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1004
Date d'inscription : 13/01/2014
Age : 53
Localisation : complètement à l'ouest

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par droledezebre07 le Dim 2 Fév 2014 - 11:42

j'adore........

et je déteste ce masque qu'on aborde au milieu des êtres.... je me surprends à avoir des conversation de politesse vide de tout sens en dehors de la politesse diplomatique... et je me dégoute. Chez le boucher, j'ai plutôt l'impression d'être ce carré de bœuf dans l'étal...

droledezebre07
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 76
Date d'inscription : 01/04/2013

http://plumeetlumieres.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Invité le Dim 2 Fév 2014 - 12:11

droledezebre07 a écrit: je me surprends à avoir des conversation de politesse vide de tout sens en dehors de la politesse diplomatique... et je me dégoute. Chez le boucher, j'ai plutôt l'impression d'être ce carré de bœuf dans l'étal...

Moi pareil, mais je ne me dégoûte pas. Par contre, j'aimerais être vraie : pouvoir me barrer quand ça ne m'intéresse pas (c'est à dire.. presque tout le temps, rester dans mon antre). Je lisais un topic sur le boulot idéal : c'est celui où je vais bosser SI je veux et QUAND je veux, celui où je parle à des gens SI j'en ai envie, celui où je peux ne pas aller pendant des jours sans qu'on me demande de me justifier (sous le prétexte fallacieux de prendre des nouvelles de moi ce dont je sais qu'ils se cognent), celui où.. bref, celui où je me sentirais libre.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Kodiak le Dim 2 Fév 2014 - 17:56

droledezebre07 a écrit:j'adore........

et je déteste ce masque qu'on aborde au milieu des êtres.... je me surprends à avoir des conversation de politesse vide de tout sens en dehors de la politesse diplomatique... et je me dégoute. Chez le boucher, j'ai plutôt l'impression d'être ce carré de bœuf dans l'étal...

Pourquoi ressentir du dégoût de toi et de la dévalorisation? Tu fais le nécessaire en étant poli et respectueux en société.

Le constat de vacuité et de banalité que tu fais sur de nombreux (dis)semblables est réel. Conseil de vieil ours sauvage  Groumph  constate le, accepte le, assume le (avec les conséquences de décalage et d'isolement qu'il induit). A quoi bon faire semblant, adopter un faux self afin d'obtenir une fausse adhésion sociale?

Kodiak
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1772
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 53
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par droledezebre07 le Dim 2 Fév 2014 - 18:24

merci ours.....
j'assume le décalage et l'isolement, ce forum est quasiment ma seule vie sociale... j'assume. Si je n'écoutais que moi je me retirerais dans une ferme au fond d'un bois et je me passerais de tout contact humain avec le plus grand nombre. j'évoquais là les simples échanges polis dont je ne peux m’esquiver, ne serais-ce que par rapport aux enfants. j'arrive avec une facilité choquant à répondre à cette banalité et par la suite cela me contrarie. je n'aime pourtant absolument pas parler pour ne rien dire......

droledezebre07
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 76
Date d'inscription : 01/04/2013

http://plumeetlumieres.blog4ever.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par BN le Jeu 27 Fév 2014 - 20:37

Ces situations je les vis de moins en moins, voir presque plus puisque je n'ai plus vraiment de vie sociale (pas vraiment d'amis, pas de travail, je vis loin de ma famille avec qui d'ailleurs je n'ai pas de contacts réguliers), et les rares fois ou je suis avec d'autres personnes, je ressens une espèce d'angoisse, presque un vide intérieur tellement ca peut me faire mal de voir l’engouement voir la passion que certaines personnes peuvent mettre dans des conversations qui ne méritent pas plus de 15 min.
Sinon, un truc assez étrange, de manière paradoxale moi qui ai des difficultés à créer du contacts, je suis assez facilement choisie pour écouter les malheurs des gens, leurs problèmes intimes, et une fois qu'ils ont déversé leur sac, je ne revois plus personne.

BN
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 47
Date d'inscription : 13/02/2014
Localisation : Sur la route

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par PQPlajoie le Ven 28 Fév 2014 - 11:43

"je travaille à n'avoir l'air de rien, ou plutôt de personne !"
c'est tout à fait ça, Fata Morgana, et j'ai l'impression que c'est en ne présentant que mon "enveloppe" vidée de sa substance que les gens me tolèrent
dès que j'habite mon regard, ou que je m'investis dans ce que je dis, je déstabilise !
"tu vas chercher trop loin !", "pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?"
moi aussi, j'écoute bien les gens vider leur sac. parce que je peux finir leurs phrases ?
c'est "parlez-moi d'moi, y'a qu'ça qui m'intéresse !"

PQPlajoie
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 36
Date d'inscription : 22/02/2014
Age : 53
Localisation : Nord (mais un peu "à l'ouest")

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Pouet le Ven 28 Fév 2014 - 12:28

Oui oui, je vous rejoins. Se fondre dans le paysage... offrir une oreille attentive, si rare semble-t-il, que beaucoup de monde à envie d'y déverser sa vie (une dame dans le train m'a même raconté son opération des ovaires... je suis beaucoup moins ouverte aux conversations depuis, va-t-en savoir pourquoi) qu'il faut stoiquement écouté d'un air vaguement interressé.
Quand à finir les phrases avant eux... ou lalaaaaa, surtout pas, sinon c'est reparti pour un tour.
J'ai l'impression que grace à la CNV (va bien falloir que je remonte le fil dessus un ces jours), à la fois je me protège et en même temps, en arrivant à toucher le besoin même de la personne, j'arrive à appronfondir la conversation... voir même à la rendre interessante (au moins à titre d'exercice, hihihi).... à condition toutefois d'avoir la patience d'attendre la fin de la tirade

Pouet
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 486
Date d'inscription : 13/02/2014
Age : 51
Localisation : ici (78) ... et ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Orphane le Jeu 6 Mar 2014 - 23:25

http://www.buzzfeed.com/jessicamisener/17-choses-quaiment-les-personnes-introverties  Very Happy

Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Pouet le Ven 7 Mar 2014 - 7:44

Hihihih, c'est tout mon portrait à part le point 13 (la conduite).

Faudra que je pense au carton refuge.  Very Happy 

Pouet
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 486
Date d'inscription : 13/02/2014
Age : 51
Localisation : ici (78) ... et ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Invité le Jeu 13 Mar 2014 - 23:03

L'isolement tue : 
http://www.psychosomaticmedicine.org/content/63/2/273.long

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Florence le Ven 14 Mar 2014 - 14:00

Super! Je vous aime mes semblables lol! Ouiiiiiiii on est pareils!

Je t'envoie du courage, et espère que tu arriveras à donner vie à ton moi intérieur!

Je viens de lire les autres post donc j'édite, pourquoi ne plaques tu pas tout et ne vas pas vivre dans ta ferme en question? C'est peut-être dans tes projets? Tu as surement des "obligations" qui te cantonnent où tu es actuellement?

Sinon je t'aurai bêtement proposé d'aller réaliser ton rêve...

Perso j'aimerai être ailleurs aussi mais mon mari est tout le contraire de moi... c'est foutu!

Florence
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 52
Date d'inscription : 13/03/2014
Age : 28
Localisation : île de France

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Kodiak le Ven 14 Mar 2014 - 15:25

Orphane a écrit:http://www.buzzfeed.com/jessicamisener/17-choses-quaiment-les-personnes-introverties  Very Happy


2, 4, 5, 7, 8, 10, 11, 13, 17, 19  I love you 


1, 6, 12, 14, 15, 20, 21  Yahoo ! Hourra ! Amour Amour 


Quelle liste paradisiaque (liste anglophone à 21 items), foi d'ursidé!!!!

Kodiak
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1772
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 53
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Invité le Lun 17 Mar 2014 - 0:54

Fata Morgana a écrit:J'ai l'impression très nette d'être de l'art contemporain au milieu des saucisses.

Merci de me donner l'occasion de rire, si je puis me permettre, sur cette question peut transformer notre quotidien en un parcours pénible. Je jouais le jeu, jusqu'à il y a encore peu de temps... Mais ce n'est plus le cas depuis que je m'assume.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Invité le Lun 17 Mar 2014 - 12:33

Ah... j'ai deja eu en partie ce ressenti...
Sauf que pour moi faire "sans les autres" est synonyme d'échec.
Il faut que je trouve le moyen de faire avec moi ET les autres autant que faire se peut.
PQPlajoie a écrit:"je travaille à n'avoir l'air de rien, ou plutôt de personne !"
c'est tout à fait ça, Fata Morgana, et j'ai l'impression que c'est en ne présentant que mon "enveloppe" vidée de sa substance que les gens me tolèrent
dès que j'habite mon regard, ou que je m'investis dans ce que je dis, je déstabilise !
"tu vas chercher trop loin !", "pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?"
moi aussi, j'écoute bien les gens vider leur sac. parce que je peux finir leurs phrases ?
c'est "parlez-moi d'moi, y'a qu'ça qui m'intéresse !"
A tiens je connais ça...
M'appelant Seb, j'ai eu le droit un nombre incalculable de fois à "Seb c'est bien" sur un ton ironique.
Ou "tu devrais arrêter de penser", alors ça c'est le genre de truc qui me fout intérieurement hors de moi!
Bref, plein de choses pour te couper en chemin quand tu commences à développer tes idées...
Monde de merde...
J'éviterai de le prouver en parlant du journaliste russe qui crie haut et fort que la Russie à le pouvoir de raser les USA!
Oops, c'est fait...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Invité le Lun 17 Mar 2014 - 12:51

Kharmit a écrit:L'isolement tue : 
http://www.psychosomaticmedicine.org/content/63/2/273.long

Très intéressant, Kharmit.
La seule voie qui vaille, pour moi, est désormais le choix.

Je n'écoute plus les autres vider leur sac...
Cela aussi, c'est un choix.
Voyant l'autre "venir"... je le coupe, sans ambiguïté, parfois un peu brutalement, mais il en va de mon bien-être.
Alors c'est "non, je ne veux pas devenir ta confidente" ou "non, je n'ai pas envie, aujourd'hui, que tu me parles de tes déboires sentimentaux" ou "non, je n'ai pas envie, maintenant, que tu monopolises la conversation en me parlant une énième fois de tes filles".

Cela refroidi l'atmosphère, c'est certain...
Mais l'on finit toujours par passer à autre chose.
Et personne n'est mort !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Pelerine le Sam 22 Mar 2014 - 11:18

Je connais trop bien nos réactions face aux absurdités des autres, je connais trop bien l'isolement, la moquerie, l'ennuie, l'observation, la télé qui nous prend pour des moutons blancs, le silence, les soirées interminable, le fait qu'on trouver toujours les mots des autres, finissant leur phrases, on sait toujours ce qui va arriver à un tel ou un tel du fait de sa façon de penser, etc... c'est comme vivre avec toutes les théories possible quand d'autres se contentent de celles qui les confortent, dans ce qui leur parait acceptable (à leur niveau), on sait meme pourquoi c'est ainsi pour eux.

Mais malgrè cela, il y a une chose que je ne peux concevoir, c'est de laisser tomber tout le monde, de juger les autres, d'oublier leur souffrance, de croire que ma vision ne servent à rien. Alors je ne lache rien meme si je prend tout mon temps et en prend plein la figure. J'observe et évolue moi même.

Il y a des gens qui souffrent, qui viennent me voir parce que ca les soulages, me remercient d'avoir changé leur vision des choses, puis mettent un point d'honneur à revenir essayer de me faire croire que c'etait leurs idées et qu'ils sont très fort. C'est ça l'humanité mais c'est leur problème pas le mien. Ils m'ont appris à ne pas attendre de reconnaissance et à d'etre fiere de moi, moi meme, pour moi meme.

Ils y a aussi ceux que vous essayez de soulager mais qui se moque de vous, dernierement j'ai enfin réussi à repondre " et bien, cela t'aura au moins changer les idées tant tu as ris" et tant mieux!!! cela ne me vexe plus. Il n'empêche que mon livre (prêté), elle le lit, et que la méditation, elle l'a commencé (dans mon dos). C'est comme mettre des baffes. Un jour, le dormeur va se réveiller.

J'ai meme reçu plusieurs fois, une personne super nerveuse et mechante seulement parce que je voulais apprendre à la "controler" c'etait dur au début pour elle (et pour moi), tout ce que je disais etaient des "conneries" alors que ses émotions se transformaient, puis elle revenait me dire la meme chose d'une autre manière. Tu te fou de ma gueule là?" lol
Ce qui compte pour moi, c'est qu'elle a enfin emprunté le chemin de la sérénité.

Grâce à elle, j'ai beaucoup évolué, et elle aussi. Meme si elle ne le reconnaitra que vite fait entre deux phrases. Qu'importe mon but n'est pas la célébrité. Mais ma propre satisfaction. Enfin, j'essaie d'être moi meme, et me fiche completement du qu'en dira t'on. Je m'assume et donne ce que j'ai de meilleur, mon intelligence émotionnelle. Et je suis persuadée, qu'en la matière tout le monde à son Don. Hors de question que je le garde pour moi et ne pas le laisser fleurir.
Mon let motiv, tout sensation émotionnelle désagréable provient d'une vision éronée de ma part. Quand je me prend la tête avec qui que ce soit, c'est que j'ai perdu... je dois changer de stratégie c'est devenu un jeu rien de plus n'a lieu d'etre.
J'ai un nouveau truc que j'ai pas encore encré en moi pour vraiment essayer, ne plus se justifier et répondre à une question par une question remettant en cause les croyances des autres.... Tu veux dire que....? Mais que fais tu de...? plus facile que de se dévoiler soi meme, creuser l'autre, et surtout, ecouter mes ressentis plus posément dans mes conversations, ca c'est dure mais parce que nouveau. Je l'aurai un jour, je l'aurai. lol
Belle vie a vous

Pelerine
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 28
Date d'inscription : 19/03/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Pouet le Dim 23 Mar 2014 - 13:58

Très fort Pelerine. J'étais dans le meme positionnement, d'avoir envie d'aider les autres tout en restant très en retrait pour ne pas me faire détruire, intentionnellement ou non par la tierce personne. Mon attitude globalmenet distante a bien marché tout en alimentant la frustration de ne pouvoir aider à hauteur de ce que je ressentais.
J'ai découvert depuis peu la CNV (Communication Non Violente de Marshal Rosenberg) qui me permet d'aider (et très très bien) tout en me protégeant, de pouvoir dire aux autres ce que je pense sans les agresser. D'apprendre à ressentir et utiliser mes émotions pour décoder ce que l'autre est en train de raconter ou de se raconter. C'est marrant parce que ce processus est basé sur ta nouvelle stratégie : la reformulation et/ou le questionnement ainsi que sur le fait de faire ce que tu expérimentes spontanément : prendre la responsabilité de ses propres ressentis pour analyser en quoi ce que dis l'autre nous touche et le transformer.

Pouet
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 486
Date d'inscription : 13/02/2014
Age : 51
Localisation : ici (78) ... et ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Invité le Dim 23 Mar 2014 - 23:48

L'absence de relation aux autres, c'est pour ma part le fait de bien réaliser que les autres s'imaginent ou s'imagineraient justement avoir relation véritable... Il y a ceux qui pensent me connaître, ceux qui ne pensent pas et restent sur leurs idées ou constats perso : "Ah elle a bougé tu vois je te l'avais dit, c'est forcément une réaction positive de sa part !". Prenons l'exemple du commerçant qui va me dire qu'il sait ce que je veux ou du moins me le faire comprendre. En anticipant ce qu'il croit bon ou intelligent de faire. Pour le tas de viande, c'est assez souvent l'autre. Je ne cherche ni à dialoguer, ni à entretenir quoi que ce soit, je suis une cliente parmi d'autre après tout et j'ai pas spécialement envie de raconter ma vie ni parler du temps qu'il va faire. Je reste silencieuse, effacée jusqu'au moment où vient la commande. Je m'en tiens à ce que je souhaite et à réponse courte voire évasive si je vois que la discussion peut se personnaliser de la sorte. Tant de confusion, tant de méprise ! Je sais pourtant que cela ne part pas toujours d'une intention trop curieuse et que nous sommes tous humains mais bon... Je déteste les généralités, les gens qui prennent leurs cas pour des généralités ou qui ne voit autrui que dans des cases. Bref, je suis très sociable sans jamais trop en faire, très appréciée en restant comme je suis (donc assez prudente et exigeante) et plein de bonnes choses aux yeux d'autrui. Aux yeux de ces autruis qui se méprennent et se méprendront encore et toujours ! J'estime ne pas avoir de relation véritable la plupart du temps. Et justement dans les moments où l'on me trouve telle une ou telle autre à intéresser, attirer voire retenir l'attention... Cela me fait assez souvent rire d'ailleurs tellement cela en est ridicule...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'absence de relation aux autres.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 2:10


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum