Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par dedezhu le Mer 2 Sep 2015 - 9:46

ça

dedezhu
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2163
Date d'inscription : 12/02/2013
Age : 61
Localisation : sud-ouest pyrénées

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Circé le Mar 8 Sep 2015 - 1:25



Disparus, mais pas oubliés, John William Waterhouse, 1873

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par louise le Mar 8 Sep 2015 - 1:29

Je te conseille comme film retour à howards ends en tout cas j'ai un réelle attirance pour cette belle peinture

louise
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1420
Date d'inscription : 18/10/2014
Age : 60

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Ven 11 Sep 2015 - 12:35

Guide pour comprendre le fonctionnement de la personne ayant un trouble du spectre de l’
autisme
:

http://www.autismemonteregie.org/assets/Publications/Guide-TSA-2015.pdf

Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Ven 9 Oct 2015 - 6:00


Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Invité le Ven 9 Oct 2015 - 7:19

Il est top ce document !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Circé le Lun 12 Oct 2015 - 0:00


Lamie, JW. Waterhouse, 1905

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Jeu 14 Jan 2016 - 23:19

A voir, revoir et partager.


Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Jeu 14 Jan 2016 - 23:21


Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Lun 18 Jan 2016 - 5:11


Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Invité le Lun 18 Jan 2016 - 8:52

Bonjour Orphane, je viens d'écouter l'interview de Myriam Noel Winderling.
Ca donne envie d'acheter son livre. J'adore sa vision !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Sam 27 Fév 2016 - 18:34


Parce que j'en ai marre d'être taxée d'iceberg, qui n'aime personne et que rien ne touche : ) .  Si ils savaient ....  

https://m.facebook.com/notes/un-%C3%A9tat-asperger/une-th%C3%A9orie-admet-que-les-personnes-ayant-le-syndrome-dasperger-ne-manquent-pas-/838201989573425/

Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Sam 27 Fév 2016 - 18:45

http://www.autisme-regards-croises.com/#!adultes-asperger-et-empathie/c10v0

Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Le Don qui Chante le Sam 27 Fév 2016 - 18:55


Le Don qui Chante
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1039
Date d'inscription : 05/01/2016

https://rhesussocial.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par claudana le Sam 27 Fév 2016 - 20:03

Orphane, les mots qui posent une "pathologie" me font peur, "équations impossibles" !! Mais de plus en plus seule, je reçois des nouvelles de toi depuis le forum, je lis ce que tu postes et je te dis merci.

claudana
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3009
Date d'inscription : 08/04/2014
Age : 58
Localisation : Quelque part sur cette terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Sam 27 Fév 2016 - 21:02

claudana a écrit:Orphane, les mots qui posent une "pathologie" me font peur, "équations impossibles" !! Mais de plus en plus seule, je reçois des nouvelles de toi depuis le forum, je lis ce que tu postes et je te dis merci.

Tu sais où me trouver, si la solitude te pèse trop Bisous

Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par claudana le Sam 27 Fév 2016 - 21:27

Merci Orphane et comme les smileys ne veulent pas s'afficher, je t'embrasse fort.

claudana
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3009
Date d'inscription : 08/04/2014
Age : 58
Localisation : Quelque part sur cette terre

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Mer 9 Mar 2016 - 19:07

   Narcisse et Thersite .

Tu es Narcisse .  Avide de regards, le tien seul en apparence suffit à satisfaire ce manque d’amour qui tenaille tes tripes. Mais que l’on t’observe, et tu relèves le front fièrement : droit comme une statue que le passant contemple , figé comme une idole qui se veut vénérée. Leurs pas lents et primitifs, qui se rapprochent imperceptiblement de toi,offensent la quiétude de ton univers marmoréen.  D’un geste de mépris faiblement dissimulé, tu éconduis les badauds indigents, l’heure est à la contemplation !

Le miroir toujours en bandoulière, tu te mires et soulignes de ta face chaque élément physique gracieux qui, tel un ornement clinquant sur un tissu luxueux, fait de l’ensemble de son oeuvre un ravissement sans pareil pour les yeux . Que quelqu’un ose affirmer le contraire, et tu te montreras prompte à lui prouver que Dame Nature flatte de par ses dons d’abord les plus méritants ! L’autre n’est qu’envie péremptoire, convoitise sirupeuse  et hargneuse concupiscence . Tu dois, pour te protéger de leurs invasions retorses et endémiques, prendre refuge dans cette tour d’ivoire que tu as construite de tes mains, érigée à la gloire de ton nom qui résonne bien au delà des contrées avoisinantes. Sur ton passage – quand l’inclination te prend de te mêler à la foule plébéienne, grouillante et impudique – on murmure les plus doucereux récits, on narre avec emphase les mérites et les exploits de cet homme d’exception qui flirte avec les Dieux.

La solitude est ta condamnation . Même drapé d’une cohorte de courtisans assujettis et autres fanatiques serviles, tu ne peux que ressentir la médiocrité gangrénante de cet afflux humain qui outrage ton acuité et ton savoir mille fois illustrés. Dans un long soupir agacé,  et les lèvres pincées sous le joug de l’aversion contenue, tu tends avec mollesse le revers de ta main à ces disciples agenouillés, devenus soudain pudibonds, pour recueillir leurs plus fervents et ardents baisers.

Il faudra pour sûr te résigner  à la médiocrité subalterne ambiante, car tu te sais inéluctablement orphelin de cette geôle dorée que pierre à pierre, tu as bâtie de tes délicates mains expertes. Cet exil consenti sera le lot de ta condition de démiurge, aussi longtemps qu’il te plaira de régner sur ce peuple qui en silence, t’adule. Alors, parfois, dans un élan de bonté incoercible, tu daignes honorer de ta radieuse présence le monde des mortels ,descendant ainsi de ton hélépole pour les rejoindre ,le temps d’une soirée, ou d’une discussion. Mais cette masse abêtie très rapidement te fait regretter ce transport généreux dont au final, ils sont peu dignes.

Tes paupières se ferment, quelques secondes durant,et tu te prends à rêver d’une patrie nouvelle, peuplée de créatures raffinées, érudites et réfléchies mais dont l’intelligence ne supplanterait jamais la tienne. Le brouhaha vulgaire des voix glapissantes t’arrache à tes songes éthérés. Qu’ils se taisent, une bonne fois pour toutes ! , vocifères-tu mentalement. Et qu’ils aillent tous au diable, en emportant leurs réflexions insignifiantes, leurs manières agrestes, leur discernement chétif !  Tu es las de leurs agissements insanes, tu te retires sans un mot dans ton royaume esseulé. Enfin, la paix. Ces êtres sont des gueux. Des cloportes avilis, des acéphales bipèdes, des rustres ignorants. On ne te reprendra plus en leur compagnie avant bien longtemps ! L’existence semble tout à coup si injuste à ton âme tourmentée . Il est douloureux d’être un génie anonyme, un modèle pourfendu .

Quelque fois, au hasard de tes pérégrinations terrestres , tu croises sur ton chemin un pèlerin errant qui ne semble pas appartenir à la race des aliborons que tu côtoies régulièrement contre ton gré. Il ne paie pas de mine mais, tu décèles en lui peut-être un potentiel inexploité. Une allure candide, des traits d’une pureté enfantine que déjà tu jalouses, tu l’entends de loin converser avec ses congénères. Il semble en retrait, son discours est rare mais consistant. Les autres le délaissent, sa voix ténue ne suffit pas à couvrir leurs clameurs bourdonnantes, pas plus qu’elle n’est capable de se faire entendre malgré le silence revenu. Il te le faut ! Lentement tu atteins le groupe d’individus, tu clames à la volée quelques banalités qui servent ton dessein, les visages se tournent, l’élu te regarde, et tu souris à pleines dents .

L’existence enfin, t’accorde sa clémence. Comme un enfant à la veille de déballer ses cadeaux de Noël, tu sautilles et t’émeus presque en ton for intérieur d’une si jolie trouvaille. Va t-elle pouvoir répondre à tes besoins d’amour les plus écrasants ? Sera t-elle à la hauteur de tes exigences implacables, de tes caprices quotidiens ? Elle semble souffreteuse mais, endurante. L’esthétique n’est pas son point fort mais, cela te satisfait. Après tout, tu recherches un faire-valoir grégaire, pas un rival en quête de destitution ! La tâche s’annonce stimulante, et l’enjeu audacieux. Le ciel fasse que ta découverte inopinée ne te déçoive pas promptement ni ne te déplaise sitôt l’euphorie des premiers instants passée. La chose s’avance, il est temps de briller de tous tes feux, de l’éblouir de tes talents fardés, de l’hypnotiser de ta voix suave et persuasive ! Ses pommettes rosissent, ses yeux se troublent d’un émoi qu’elle peine à refouler.

Elle est à toi, rien qu’à toi. Elle sera ta ration érotique journalière, ton puits de dévotions en tout genre, la source de satisfactions égocentrées inépuisable. Tu parviens presque à éloigner ces doutes en toi, cette récolte saisonnière est une aubaine à ton être endeuillé par l’abjection humaine. C’est le moment d’entrer en piste . Elle est déjà suspendue à tes lèvres, quêtant fébrilement la moindre flatterie, la plus ténue des attentions. A ta merci, elle se vautre dans la fange de tes louanges artificielles. A loisir, tu la sculpteras à ton image. Plus rien ne pourra stopper ta course, elle est à toi. Créée pour toi.



Tu es Thersite. Un être vil , harangueur impénitent, à la bouche pleine des mots les plus viciés lorsqu’il s’agit de qualifier tes compatriotes. Tu te contiens âprement, tu étouffes en ton sein putride les pensées empreintes de dédain ainsi que et les aspirations mortifères qui jalonnent le dessein de tes ans. L’autre ne doit jamais deviner que derrière ce sourire carnassier et perfide, gît un être perverti par l’immoralité et la bassesse d’âme. Tu fais de grands gestes, amples et fluides pour aimanter ton prétoire ,souvent au complet. Tu gesticules et t’égosilles, tu prêches impétueusement un sermon à double sens, face à une foule ébaubie et enfiévrée par l’impact volcanique de ta logorrhée véhémente.

Tu dévisages le monde qui t’entoure, les pantins qui le peuplent, et d’un rictus fiché sur les lèvres, tu viens dire dans un silence teinté de dégoût, toute la déplaisance que génère la vue de ce spectacle miteux. La vie est une scène et les personnages qui l’animent  des marionnettes malléables que tu manies avec une aisance instinctive. Les plus crédules d’entre elles se laissent manoeuvrer selon ton bon plaisir, elles courbent l’échine sous le poids de ton animosité indistincte que tu travestis volontiers en exigence légitime. Celles qui renâclent à se soumettre , bien vite pressent le pas devant cette exhibition sinistre de tes misérables talents. L’émanation corrompue de ton aura en décomposition ne méprend pas leur nez fin, soulève leur coeur d’une irrépressible nausée et les fait fuir à la hâte.

Tu pestes contre ces derniers, leur attribuant pléthore d’imperfections, de travers et de démérites. Tu distilles le fiel en ton antre. Tu rumines, ressasses et prémédites ta rétorsion avec force stratagèmes et subterfuges. Tu n’oublies jamais un ennemi. Quels que soient les leurres et les perfidies dont tu te fardes, tu parviens à terme à prendre revanche et à restaurer ton honneur bafoué. Tu as tout ton temps, ta victoire n’en sera que plus éclatante. Les plus faibles eux, continuent à se prendre aux charmes de tes agréments d’emprunt. Tu es laid, difforme et repoussant mais le halo illusoire de ton entité contrefaite éblouit les borgnes et abuse les aveugles.

La peur afflue en tes veines, elle est ta compagne la plus fidèle. Ton esprit tortueux fomente mille tactiques te permettant de ne jamais laisser transparaitre ce sentiment que tu exècres. Personne jamais ne doit démasquer l’infamie qui tient siège en toi. Les bamboches désarticulés qui rôdent et t’épient pourraient, si ils flairent en toi la faille et l’ignominie, causer ta perte. Tu es veule, lâche et sournois . Une substance désincarnée. Une enveloppe charnelle creuse en son noyau, une coquille vide d’essence. Il te faut alors frénétiquement, apaiser cette terreur qui t’écrase et t’accable, abreuver ce fleuve intime tari, nourrir la bête famélique qui se meut en toi. Tous les procédés, même les plus indécents pour ce faire, serviront ta cause. Tu peux mentir sans sourciller, tromper sans vaciller, abattre ton prochain sans remords ni vergogne. Aisément, tu feins l’humilité et t’adjuges les distinctions propres à autrui. Tu sais te montrer affable et simuler l’élan d’affects pourvu que cela dupe le chaland et ne racornisse pas l’image que tu renvoies.

Cela est de bonne guerre.D’autant que tu ne forces personne à se laisser prendre à ton jeu ! Mais l’homme est pathétique, naïf et obséquieux. Il fait de son troupeau une vaste élite de choix, dans laquelle il te suffit de pénétrer en toute impunité. Tu t’orientes vers une des figurines qui trônent là, tu l’observes puis l’examines avec minutie, et d’un pas assuré tu l’éloignes de la meute pour la façonner à ta guise. Lentement. Précautionneusement.

Une fois ton butin mis à l’écart, tu t’exhortes à le polir, à lui rendre toute sa brillance, à le couvrir de soins jaloux. Tu n’économises ni ta peine ni tes efforts pour faire de cette chose, terne et moribonde, un trésor rutilant que le reste du monde t’enviera. Tu cloisonnes chaque interstice,  ériges muraille et palissade autour de lui afin de préserver des convoitises ce bien dont tu disposes, et qui obsède tes jours et tes nuits, sans répit.Tu le sens bien vite reprendre vie grâce à ton labeur assidu, à tes paroles caressantes. Sa vigueur est croissante, et la chose te rend au centuple les attentions préalablement prodiguées. Ton devoir est accompli. Elle est ta dépendance, tu es son coryphée.

Ainsi, elle s’empresse d’accéder à tes demandes saugrenues, elle abdique à chacune de tes revendications, elle plaide en ta faveur auprès de ses semblables quand ceux-ci aspirent à te nuire. Elle accourt quand inopinément tu la mandes, elle s’agite puis s’enquiert de tes contentements. Indolent et avare de complaisance, tu l’examines du coin de l’oeil se débattre et s’affadir au gré de tes affronts, à chacune de tes humiliations. Du regard elle supplie, sans un mot elle te conjure de lui accorder mansuétude et affection, intérêt et compassion. Elle a failli à sa mission :  las de ses aumônes poisseuses, d’une oeillade suffisante tu la renvoies à son enclos d’oubli.

Le courroux échauffe ton sang, bouillonne dans tes artères, tambourine en tes tempes. L’équilibre de ton monde chancèle, le déclin est amorcé. Tu te représentes déjà le champ de ruines sur lequel tu régneras, en falot souverain . L’écho de la solitude, l’abandon déloyal, la vacuité tyrannique. Non !  Il n’en sera rien !  Toi seul décides du sort de ses disciples, toi seul ordonnes aux éléments, toi seul orchestres le déroulement de tes aventures ici-bas. Tu repenses avec épouvante à cette fois où la Chose de tes rêves a fui. A cette unique fois où ton Trésor a filé entre tes doigts, la rage au ventre tu te remémores la peur et le manque. L’assourdissant vacarme de ce mutisme brutal. La Chose s’en est allée, défiante et gaillarde elle a brisé ses chaînes, craché sur ton bonheur, sali ton paradis. Elle ne reviendra plus, elle a tué le monstre que tu avais inoculé dans ses entrailles. De loin, parfois, tu perçois les vibrations  de son coeur à nouveau battant. La résonance de son rire crève tes tympans, s’insinue dans ton crâne malade. Tu hurles, et te redresses. Le spectacle doit continuer. Chaque jour nouveau voit naitre un acte immuable en trois scènes :  survivre, chasser, puis mourir .

Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Dim 10 Avr 2016 - 12:31


Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Beautymist le Lun 25 Avr 2016 - 16:21

***

Beautymist
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/03/2016
Age : 43

http://teatatteredpages.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Jeu 28 Avr 2016 - 20:38


Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Invité le Jeu 28 Avr 2016 - 20:41


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Circé le Sam 7 Mai 2016 - 1:54


Persée : Le funeste destin accompli, Edward Burne-Jones, 1888

Circé
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 748
Date d'inscription : 13/05/2015
Age : 35
Localisation : Bavay

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Mar 24 Mai 2016 - 4:59


Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Orphane le Jeu 9 Juin 2016 - 22:55

Emission de radio sur les aspergirls : )  http://www.franceculture.fr/emissions/sur-les-docks/sur-les-docks-lundi-6-juin-2016

Orphane
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 273
Date d'inscription : 29/01/2014
Age : 86

https://unebullepourorphane.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Inadaptée chronique OU chronique d'une inadaptée.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:14


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 8 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum