Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Clemelle le Ven 3 Juin 2011 - 10:52

ah ben merde, la 2eme le serait peut être aussi alors ? ^^'
on va déjà tester la grande et moi même, on avisera pour la suite ...


Clemelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 986
Date d'inscription : 28/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Greysun le Sam 4 Juin 2011 - 20:47

C'est marrant ici aussi c'est le regard de mon bébé qui avait frappé tout le monde lors de sa naissance. Après une césarienne en urgence on l'a mis près de moi (une fois les vérifications faites sur son état) dans une couveuse pendant qu'on finissait de me recoudre et là c'était impressionnant de voir ce bébé regarder partout autour de lui avec une telle intensité. Quelqu'un a même dit : "attention il prend des notes" lol
Pour mon 2ème c'était pareil, à la maternité, les puéricultrices (et autres soignants) n'arrêtaient pas de me dire : "qu'est-ce qu'il observe ! Il est drôlement éveillé ! ..."
Bon je ne sais pas s'il est précoce, doué... mais, comme le premier, il est très tonique et moi KO Wink

Perso jusqu'à récemment je ne pensais qu'il était utile de faire tester mon aîné. J'ai vraiment remarqué qu'il était en avance quand il est entré à la maternelle (d'où je l'ai retiré assez rapidement d'ailleurs mais c'est une autre histoire) mais après tout le faire tester qu'est-ce que ça pouvait changer ? Maintenant le fait est que plus il grandit, plus je trouve des similitudes avec moi petite et plus je me dis que si je peux lui éviter bien des déboires, mieux vaut le faire tester afin de pouvoir l'accompagner au mieux et essayer de faire en sorte qu'il soit le plus serein possible et qu'il ne se trouve pas démuni le jour où tout ne se fera plus aussi facilement (parce qu'il y a toujours un moment où on se rend compte qu'il faut travailler quand même). Ce que j'attends surtout en fait ce sont des pistes pour l'aider à gérer au mieux les difficultés qui vont se présenter à lui.

Bref tout ça pour dire que plus j'y réfléchis, plus je pense qu'il est bon d'informer les parents ne serait-ce que pour éviter des angoisses inutiles qui peuvent rejaillir sur le bébé car un bébé (précoce ou pas) est une véritable éponge à émotions.
Exemple perso : pour mon premier qui dormait très peu et n'a jamais fait de véritable sieste je m'angoissais terriblement pensant qu'il risquait de ne pas se développer normalement à cause de ce manque de sommeil. Bon d'un autre côté je ne sais pas s'il y a un rapport entre la fait de peu dormir bébé et la "zébritude", c'est peut-être juste un truc que je leur ai transmis vu qu'il paraît que c'était horrible quand j'étais bébé car je n'arrêtais pas de hurler et refusais de dormir jusqu'à ce que je sache marcher (heureusement pour mes parents j'ai marché de bonne heure lol).

Greysun
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 43
Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 43
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par stieglerienne le Dim 5 Juin 2011 - 18:01

nous non plus on ne voyait pas l'intérêt de le faire tester, mais il commençait à "débloquer" depuis la maternelle au niveau comportement. Des qu'il était dans un groupe avec des enfants "comme lui" ou au contraire, un peu manipulateur, il se mettait à être violent.

Même bien intégré, même semblant dans la norme niveau scolaire, il doit être testé. Sinon il risque de prendre l'habitude de rester sur le frein à main, et d'exploser à la maison, ce que nous fait notre fils.
A la maison, comme il se retient toute la journée, il est très difficile. Un jour il m'a dit très attristé qu'il n'arriverait jamais à être "parfait", entendons "sage". Quand je lui ai dit qu'il fallait qu'il se maîtrise, il m'a dit "toi maman, tu t"énerves jamais au travail ?". Je lui ai dit "non, au travail, on doit se contenir. C'est pour ça que des fois je suis un peu énervée en rentrant". Il me répond "et ben moi c'est pareil, je m'énerve à la maison"...vlan, prends ça.

Quand on voit cet enfant dans des état de rage tels que je ne savais plus quoi en faire, appeler le samu ? le taper ? l'enfermer ?, je n'ai pas eu d'autres choix que de l'emmener voir un psy. Et je n'aurai pas pensé de prime abord à la précocité, lié à de la dyspraxie. Je ne regrette pas de l'avoir fait, car maintenant même si je n'ai pas de solutions toutes faites, je le comprends mieux, j'arrive à désamorcer quand je sens monter la colère (qui commence toujours par une analyse critique de tout, une contestation verbale), je stoppe son argumentation, je tranche, et POINT. Même si c'est pas juste, même si c'est pas logique, POINT. Sinon il arrive à me faire douter des mes décisions, et je perds la main.

Voilà, pour nous les embuches ont réellement commencé au CP...

stieglerienne
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 26
Date d'inscription : 16/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Greysun le Dim 5 Juin 2011 - 21:06

stieglerienne a écrit: Et je n'aurai pas pensé de prime abord à la précocité, lié à de la dyspraxie. Je ne regrette pas de l'avoir fait, car maintenant même si je n'ai pas de solutions toutes faites, je le comprends mieux, .

Merci pour ton témoignage. Ton fils bénéficie-t-il d'aménagements particuliers à l'école (photocopies ...) ?

Greysun
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 43
Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 43
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Zebrastreifen le Sam 11 Juin 2011 - 16:22

Bonjour, j'aimerais rebondir là-dessus en vous faisant partie de ma propre expérience de mon fils qui a été diagnostiqué à 8 ans seulement, après des années de doutes et d'angoisses au sujet de son comportement.

Il a eu un développement assez atypique dans la petite enfance.

Pour les activités motrices de base, il était plutôt légèrement en retard (marche à 13 mois 1/2, il ne savait pas courir avant 3 ans), sauf pour certains détails. Par exemple, il savait lancer une balle à 14 mois (dès qu'il marchait en fait). A 18 mois il a eu son premier tricycle; après l'avoir déballé, il est monté dessus et est parti avec (avec mon mari on est resté bouche bée), à 3 ans 1/2 il faisait du vélo sans les petites roues.

Pour le langage RIEN jusqu'à 2 ans 1/2 si ce n'est que des "là" lancés en permanence en pointant du doigt les objets qui l'intéressaient dans son environnement, comme s'il voulait qu'on lui explique son monde. A l'école maternelle, ça ne se passait pas très bien au début, car même s'il communiquait bien à la maison (en Français et en Allemand), avec la maîtresse c'était le blocage total. Je pense que ça venait en partie de son biliguisme et la maîtresse voulait que je ne lui parle qu'en Français, conseil erroné que je n'ai heureusement pas suivi ! En plus elle me disait qu'il vivait tout le temps "dans sa bulle", qu'il ne participait pas aux activités en collectivité... qu'il n'arrivait pas à "rentrer dans le moule". Cette expression m'a tellement déplu que je me suis emballée, moi qui cultive ma différence ! Je lui ai dit de le laisser grandir tranquillement à son rythme, mais j'avais vraiment le sentiment qu'il était en retard. En moyenne section, il s'est débloqué d'un coup et est devenu la "piplette" de sa classe ! Eh oui, les éternelles questions du Pourquoi et Comment de la vie !

Pour la motricité fine, il a toujours été en avance, c'est vrai, mais là encore on se disait qu'il tenait ça simplement de son papa bricoleur.

En résumé, son développement jusqu'au CP a été tellement atypique qu'on ne se doutait de rien du tout. On savait juste qu'il était hypersensible et très intéressé par son environnement et un peu "bizarre", on ne se doutait vraiment de rien, contrairement à la plupart des témoignages que j'ai lus. C'est quand je n'arrivais plus à gérer ces accès de colère assez violents, ses insomnies et ses multiples tics (visage et mains) que j'ai finalement consulté une psy pour mieux comprendre ses troubles. Maintenant qu'on a les résultats de son bilan et qu'on est fixé sur sa zébritude, avec le recul on trouve certaines parallèles.

Ce que je voulais dire c'est qu'il ne faut pas oublier que ces enfants sont aussi tous différents et qu'il peuvent se bloquer encore plus facilement que les autres du fait de leur hypersensibilité et leur hyperréactivité aux influences externes.

Il faut dire aussi que je fais partie des gens qui ont découvert leur propre zébritude grâce à leurs enfants. Alors quand on n'a pas d'expérience avec ce phénomène et qu'on ne cherche pas forcément "la petite bête" chez sa progéniture, on peut passer à côté de certaines choses.

Zebrastreifen
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 17
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par synapse le Sam 11 Juin 2011 - 22:07

@Zebrastreifen

Certains ptits bouts peuvent êtres dans l'observation et ne passer "à l'action" qu'une fois qu'il estime maîtriser le truc (langage /motricité).
J'ai échanger avec des mamans foyer bilingue (ou plus) et le pitchou n'a pas adressé la parole à la maîtraisse pendant un an, en revanche pas de probleme à la maison.

synapse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 821
Date d'inscription : 17/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Greysun le Dim 12 Juin 2011 - 23:31

Zebrastreifen a écrit:
En résumé, son développement jusqu'au CP a été tellement atypique qu'on ne se doutait de rien du tout. On savait juste qu'il était hypersensible et très intéressé par son environnement et un peu "bizarre", on ne se doutait vraiment de rien, contrairement à la plupart des témoignages que j'ai lus.

Ici non plus on ne se doutait de rien jusqu'à son entrée à l'école Wink et moi aussi j'ai découvert ma "zébritude" grâce à lui, du coup j'avais envie de te faire un petit coucou Very Happy
Même à 2 ans lorsqu'il a commencé à lire des lettres sur un de mes vêtements ça ne m'a pas du tout fait tilt. Bon sur le coup j'ai été surprise et puis je me suis dit : "bah il fera comme moi ça sera un littéraire". Arf comme quoi parfois on peut être aveugle parce que vraiment le concernant (avec le recul) je me dis que tous les signes étaient évidents.

Bon me concernant je reste toujours dans la supposition puisque je n'ai pas un avis extérieur "éclairé" sur mon "cas" mais ça ne devrait pas tarder gloops je vais d'ailleurs ouvrir un post à ce sujet ... si j'ai le temps avant que petit bonhomme numéro 2 (5 mois) ne "m'appelle" ... Mad

Greysun
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 43
Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 43
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Zebrastreifen le Lun 13 Juin 2011 - 16:25

Greysun, merci pour ton petit témoignage. Effectivement, c'est toujours après-coup qu'on découvre les signes et surtout en lisant des livres à ce sujet. Sauf que le mien, à part quelques compétences bien concrètes, il n'était pas vraiment en avance. Juste l'hypersensibilité depuis toujours, tendance à jouer seul, la créativité et la musique (à 5 ans, il voulait absolument apprendre les notes, donc faire du solfège, maintenant le piano est sa grande passion), l'incapacité à gérer l'échec (crises de colère), et puis quotidiennement les 1001 questions (sur la nature, les lois physiques, l'origine des humains, l'espace, l'infini, la théologie....). En fait, cela fait déjà pas mal, je viens de m'en rendre compte. Comme quoi des fois, le fait d'échanger nos expériences, ça pourrait nous ouvrir les yeux un peu plus facilement... J'ai encore 2 filles derrière, celle du milieu ne semble pas avoir de "symptômes" jusqu'à aujourd'hui (6 ans 1/2), mais la petite dernière de 3 ans me paraît assez en avance, en fait elle me ressemble encore plus que l'aîné, alors ça promet... Par contre psychologiquement elle ne paraît pas du tout souffrir pour le moment, alors je la laisse grandir tranquillement et on verra plus tard.

Moi non plus je n'ai pas été testée, mais j'en parle dans ma présentation. Tu l'as ouvert ton post ? Bon courage avec tes enfants

Zebrastreifen
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 17
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Clemelle le Lun 13 Juin 2011 - 17:12

nan puis soyons honnêtes, on a toujours trouvé nos gosses intelligents (enfin moi) mais de là a penser "surdoué" vu le cliché ancré en moi du gosse prodige (merci la TV) ben c’était clair et net que... ben non !

verdict a la fin du mois pour ma presque 7 ans...

les signes chez elle : a commencé a parler en prononçant parfaitement a 18 mois, phrases bien construites des 20 - 22 mois, a 2 ans elle parlait comme un livre ouvert.
Sa maitresse de PS a détecté en elle une grande capacité d'abstraction, et m'a dit de faire gaffe au 2d degré plutôt absent chez ma louloutte (pas d'humour quand il s'agit d'elle mais par contre comprends les blagues faites entre la maitresse et l'atsem) sa meilleure année scolaire jusqu’à présent avec une prof géniale !
en MS le drame... début des "t'es pas cap" et de mise a l’écart... la maitresse n'avait rien a dire, juste que l'ambiance de la classe était particulièrement pourrie et MS mélangée avec PS dc ma poulette n'avait pas vraiment d'amis... en voulant s'intégrer aux autres... elle est tombée de la structure de jeux a l'école ! youpi tralala... " vous pouvez venir la chercher ? elle arrête pas de pleurer, puis vous savez comment elle est, si douillette"... effectivement avec un bras pété, elle avait motifs de pleurer ! ils c’étaient contenté de l'asseoir sur un banc un peu a l’écart car elle faisait trop de bruit en pleurant et n'y mettait pas du sien pour s’arrêter... autant vous dire que la maitresse a eu BEAUCOUP de chance que je sois super pacifiste et non encline aux altercations, car mes yeux étaient en train de la lasériser à vif ! bref donc vous l'aurez deviné, en plus du reste (son coté sérieux qui fait jamais de bêtises) elle est hyyyyper sensible ! à la fois physiquement (le moindre bobo est un drame ! ) et dans les autres sens aussi "t'es plus ma copine"... ouinnnnnnnn ! la musique du bal toujours trop forte pour ellle, les odeurs toujours fortes pour elle, le soleil toujours trop brillant etc (et en plus comme elle a "honte" de TOUT ! elle endure en silence...
fin de MS, elle connaissait toutes les lettres et commençait a associer des syllabes, mais la maitresse lui a dit que c’était trop tôt...
GS : la phrase qui a "tué" ma poulette : "c'est au CP que tu apprendras a lire" avec comme résultat une végétation pendant toute l'année ou elle c'est tranquilement laissée porter sur les flots.
CP déménagement, nouvelle école etc... gros stress mais bon on l'a coaché et positivé un max la chose... octobre : ça y est elle sait lire, "la maitresse a dit qu'on pouvait" ! (j'vous raconte pas mon soulagement de voir ses yeux enfin briller ! )
Pleurs à chaque "désobéissance au règlement" de la part des autres enfants non réprimandé (ah ça au parc ça y allait dès bébé... je me suis doutée qu'elle en chierai + tard... alors je lui ai dit de toujours référer aux adultes en question, ça a solutionné pas mal de trucs de 2 à 6 ans mais maintenant... va falloir qu'elle trouve autre chose car ça commence avec les "rapporteuse".)
tout roule jusqu'en janvier.
Là, de plus en plus elle rentre en faisant la gueule, je dois la forcer a faire ses 2 lignes de copie chaque soir...
février les vacances, j'arrive ENFIN a lui tirer les vers du nez : elle s'ennuie !
mars, rdv avec la maitresse, mise au point de certaines choses, elle m'a confirmé qu'effectivement gabrielle etait la meilleure élève de la classe mais que parfois elle se plantait en beauté (prends tout au pied de la lettre et malheureusement elle est comme moi, gare à la formulation de l'ennoncé ! ), ça semble s'arranger depuis qu'elle lui a fait quelques petits aménagements, mais elle n'a "pas décelé de signe de douance" ok j'insiste pas, je prends dc rdv de mon coté... pour fin juin !

je ne veux pas interférer avec l'école ni associer les 2 ni que son dossier se ballade n'importe où, ici c'est p'tit bled j'imagine déjà comment peut évoluer les choses "mal transmises" du genre elle veut absolument que sa fille soit surdouée (et non ce n'est pas le cas, justement si c'est pas ça, j'aime autant qu'on soit les seules a savoir car si pour nous ce ne serait pas un échec, je n'aime pas les "ragots" que j'entends sur les autres "cas" qui se sont plantés...

j'attends dc d'avoir son résultat pour savoir comment elle fonctionne etc... et j'aviserai avec sa future prof en fonction de l'avancement de ma louloutte, tant que je peux je "compenserai a l'extérieur". Ce qui compte c'est qu'elle vive bien l'école !

a part ça rien d'extraordinaire, elle a marché le jour de son anniversaire dc ds la "moyenne", ne m'a jamais sorti de calculs mathématiques biscornus, ne m'a pas harcelée de questions tant que ça (enfin pour moi pas plus que la normale vu que tous les parents que je connaissais disaient la même chose... alors
soit, avec 2 questions que leurs gosses leur posent ça y est ils focalisent sur ça car ça fait "intelligent"
soit ils tolèrent peu de questions,
soit j'ai une tolérance aux questions + grande que je ne le pensais
soit elle était pas + curieuse que la moyenne... *se gratte la tête*
elle s'intéressait a l'espace en grande section, au soleil et surtout à la lune, mais les autres mères me disaient pareil... (l'astronomie c'est très tendance et ça fait "cultivé" là elle s'intéresse depuis quelques mois a la mort et à la bible et bizarrement, sur ce coup là plus personne nous suit... après tout, la bible c'est un peu "cul" comme intéressement voyez ?

bref
serrons nous les coudes ^^'


PS : oh mazette le pavé... ^^'

Clemelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 986
Date d'inscription : 28/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Zebrastreifen le Lun 13 Juin 2011 - 17:49

J'ai lu ton "pavé" avec grand intérêt, clemelle. Oui, on rechigne toujours à divulguer le "secret" de nos petits à tout le monde, car ça fait vite la maman qui se la pète... J'ai quand même osé en parler à la maîtresse de mon fils lors de l'entretien sur les résultats des évaluations nationales (CE1), la semaine dernière. En fait, j'ai commencé tout doucement à amener le sujet sans utiliser les mots et abréviations classiques, mais là - surprise - elle a tout de suite capté, on a échangé un bon moment là-dessus, elle comprend vraiment bien la douance. Elle m'a demandé de lui montrer le compte-rendu du bilan afin de mieux comprendre ses forces et faiblesses pour encore mieux le stimuler ou lui proposer des explications supplémentaires si c'est nécessaire. Elle est géniale cette enseignante, je la soupçonne un peu (beaucoup ?) zébrée elle-même ! Hélas, après l'été nouvelle instit', nouvelle remise en questions, nouveau combat. On verra. Ce qui m'embête le plus, c'est qu'il sera dans une classe mixte CE2/CP car chez nous - tout petit bled aussi - ils mélangent en fonction des effectifs par année de naissance. Alors là, pas de chance, il aura beau tendre l'oreille entre ses propres exercices, il n'apprendra rien de nouveau. Quel dommage ! Mais le saut de classe n'est pas conseillé pour lui pour le moment, ça risque de trop le déstabiliser vu qu'il ne supporte pas les frustrations personnelles.
J'aime bien aussi ta façon de décrire la susceptibilité chez les enfants, c'est tout à fait ça. Et puis il y en a qui gardent ça à vie, heu... Rolling Eyes

Ah oui, et puis c'est vrai qu'il n'y a pas que l'école dans la vie. Il faut les stimuler aussi par les activité extrascolaires. Si quelqu'un a des idées de sports "intelligents" pour les enfants, je suis preneuse...

Zebrastreifen
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 17
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Clemelle le Lun 13 Juin 2011 - 19:01

je te réponds ici :
http://www.zebrascrossing.net/t3059-nos-zebrillons-en-primaire#127759

pour pas polluer le post 0 - 3 ans Wink

Clemelle
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 986
Date d'inscription : 28/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Greysun le Sam 18 Juin 2011 - 13:40

Zebrastreifen a écrit:
Moi non plus je n'ai pas été testée, mais j'en parle dans ma présentation. Tu l'as ouvert ton post ? Bon courage avec tes enfants

Désolée j'avais oublié de revenir ici Rolling Eyes
Merci pour tes encouragements. Oui j'ai ouvert mon post et j'ai prévu un bilan pour moi, RV le 12 juillet Wink

Ce que tu dis est vrai c'est souvent en discutant avec les autres que certaines choses sont mises en relief, surtout quand on a eu le même type de comportement soi-même Wink

Perso honnêtement avant l'école je ne pensais pas qu'il y avait une très grosse différence entre mon fils et les enfants de son âge, bien sûr je le trouvais intelligent, beau, adorable ... lol! comme toutes les mamans non ? Wink


Greysun
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 43
Date d'inscription : 31/05/2011
Age : 43
Localisation : Lorraine

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Zebrastreifen le Dim 19 Juin 2011 - 10:40

Tout à fait d'accord avec toi, Greysun, quand on décrouvre sa zébritude sur le tard via nos propres enfants, on ne peut pas comprendre l'origine de leurs "différences" pendant leur petite enfance.

Ce que je trouve dommage c'est que les enseignants et les psychologues d'école ne soient pas mieux formés. C'est ainsi que les parents sont mis sur de fausses pistes. Dans mon cas, mon fils souffrait soi-disant de son biliguisme, ou alors il était Asperger... finalement on s'est contenté du fait qu'une certaine surdité à cause de ses otites séreuses le rendait asocial, replié sur lui-même, etc... Cela m'a aussi rassurée à l'époque, donc pose de drains transtympaniques, et voilà, notre fils devenu "normal".... sauf que son comportement ne s'est pas vraiment normalisé à la maison, il était de plus en plus frustré, donc coléreux, violent etc.

Bref, il paraît difficile de reconnaître la douance chez les tout-petits parce qu'elle peut avoir des facettes très différentes et contradictoires d'un enfant à l'autre.

Faut aussi se dire que la découvrir dès le primaire chez nos zébrillons leur permettra déjà de s'épanouir beaucoup mieux grâce à notre soutien, que cela a été sans doute notre cas, nous dont les rayures sont restées à l'ombre jusqu'à un âge adulte déjà bien entamé...

Zebrastreifen
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 17
Date d'inscription : 17/05/2011
Age : 46

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par marmotte le Dim 19 Juin 2011 - 12:20

Comme Zebrastreifen, je suis très dubitative quant à l'intérêt de ce genre de listes. J'ai deux précoces, une "dix ans" et un "presque sept ans". Autant ma fille a été très précoce pour tout, et entrait parfaitement dans le portrait brossé par cette liste, aussi bien côté moteur que langagier, autant mon fils a paru parfaitement normal jusqu'à deux ans et demi environ. Comme notre seul point de comparaison était l'aînée, nous nous demandions même s'il n'était pas en retard. Mais non, les spécialistes de l'enfance nous disaient qu'il se développait juste normalement ...
Jusqu'à ce qu'il décide d'apprendre à lire ... pour son troisième anniversaire (apprentissage mené à bien en quelques mois à partir de cette date, seul).
Sans cet apprentissage très précoce, je crois que nous ne nous serions toujours pas posé de questions au sujet de son potentiel intellectuel.
Comme il était très mal en moyenne section, il a consulté une psy et celle-ci a décidé de le tester. Les résultats sont étonnants : même QIP que sa soeur, même IVT que sa soeur, seul le QIV est inférieur ... parce qu'il a décidé de saboter les items vocabulaire et information ! Il a joué à "question idiote, réponse idiote" (il n'a jamais compris qu'un adulte lui pose des questions dont les réponses lui semblent évidentes : jugez comme c'est pratique à l'école Rolling Eyes ). Bref : il a probablement un QI quasi égal à celui de sa frangine. Mais les deux zigotos ont des personnalités bien différentes, qui se sont vues dès la naissance (à la maternité, déjà, ma fille montrait son tempérament de feu, alors que le petit brillait par une zénitude imperturbable). Cela s'est traduit dans leur développement : ma fille extériorisait beaucoup et donc aucune de ses acquisitions ne pouvait passer inaperçue. Mon petit légumait : il a sans doute acquis pas mal de choses sans le montrer, ou était trop fainéant pour aller au bout des choses. Bref : personne ne s'est aperçu de rien jusqu'à ce qu'il prenne sa grande décision des 3 ans.
Scolairement, la grande brûle les étapes, n'en a jamais assez, se plaint d'ennui en permanence. Le petit se contente d'être le premier sans en foutre une. Mais contrairement à sa soeur, il essaie toujours de faire au mieux, et ne fait JAMAIS d'erreur d'inattention.
En parascolaire, la grande multiplie les activités, et veut toujours en ajouter de nouvelles (ce n'est pas du zapping, mais une accumulation d'activités). L'an prochain, entrée en 6è : elle devrait continuer à participer à 4 activités pour 8 heures en moyenne hebdo, et souhaiterait en ajouter une 5e. Les fins d'année sont des horreurs à organiser (quand le gala de cirque tombe en même temps qu'une compétition, c'est compliqué ... et ne parlons pas du théâtre, qu'elle devrait faire dans deux structures différentes l'an prochain, avec des représentations qui tombent aux mêmes périodes ... Son frère, pendant ce temps, a deux activités sportives, pour 3 heures hebdomadaires en tout, et chaque fois, il faut le pousser pour qu'il y aille au lieu de légumer à la maison (bon, après, il est content d'y être allé, hein ...)

Voilà, tout ça pour dire qu'avec un même QI, on peut avoir des tableaux très différents, et cela dès la toute petite enfance. Il y a un ensemble de comportements et d'attitudes qui s'appelle la personnalité, et qui fait que nous sommes tous uniques, et c'est très bien comme ça.

Par ailleurs, comme dit plus haut, une grande avance dans la petite enfance peut être simplement liée à une plus grande stimulation parentale. Voire à une surstimulation parentale.

marmotte
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 39
Date d'inscription : 19/06/2011
Age : 43
Localisation : Ici-même

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par synapse le Jeu 23 Juin 2011 - 13:06

Pour information, le WPPSI IV pourrait sortir aux USA d'ici 2012, je rappel que la version française du WPPSI III (actuellement en vigueur) date de 2002 :

Maman c'est quoi le quoi le WPPSI III :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Wechsler_Preschool_and_Primary_Scale_of_Intelligence

What you need to know about changes to the WPPSI™-IV

Pearson, the publisher of the WPPSI™-III, is currently in the process of collecting and analyzing data that will be used to determine revisions that may be made for the WPPSI™-IV. Among some of the possible changes are the elimination of the Coding section, the use of a hand-held stamp (in lieu of an eraser-less pencil) for the Symbol Search subtest (Processing Speed), a Working Memory task, and updated illustrations. Overall any potential revisions are expected to be minimal.

The Educational Records Bureau (ERB) currently administers an abbreviated version of the WPPSI™-III as a part of the admission requirements for children who are applying for Pre-K-1st grade entry to NYC private schools. Once the updated WPPSI™-IV is released, the ERB’s abbreviated version will likely incorporate some of the new changes in the test. These changes are not expected to be immediate, however, as revisions to standardized assessments generally require a good deal of analysis to finalize. Furthermore, the majority of the subtests, such as the Verbal tasks and some of the Performance tasks, are expected to remain similar (if not exactly the same) to the current WPPSI™-III version with regard to format and presentation.

If your child is expected to take the ERB/WPPSI™-III exam soon, Aristotle Circle’s Complete ERB/WPPSI™-III Workbook, 1st Ed. continues to be the most up-to-date and comprehensive learning material that is currently available. If your child is likely taking the exam this fall or next spring, it is possible that he/she will be administered the newer WPPSI™-IV version of the test – if this is the case, parents can still feel confident that the majority of the content within our Complete ERB/WPPSI™-III Workbook, 1st Ed. will still be relevant and useful (with the likely exception of the Coding section) for their child.

We at Aristotle Circle are aware and knowledgeable of the potential changes that may be made to the WPPSI™-IV, and we are already hard at work preparing updated workbook materials that will reflect whatever the final changes are determined to be. Continue to check back on our website for new products, or sign up for our email list to be notified whenever new materials are released.

Dr. Kim Har is the director of early childhood education at Aristotle Circle.

synapse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 821
Date d'inscription : 17/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par marmotte le Sam 25 Juin 2011 - 12:16

Ce texte en dit beaucoup sur l'utilisation des tests aux EU. Cela me rappelle un dossier assez affolant que j'avais lu sur le NY post : tests distribués sous le manteau (à des tarifs prohibitifs pour le commun des mortels, vous imaginez bien ...), livres d'entraînement ... Les sections spéciales EIP y sont utilisées par les classes sup pour continuer la sélection sociale mise en place par un système où les écoles sont très fermées socialement, et y créer un dernier cercle d'élus parmi les élus, dès l'entrée dans le système scolaire, avec "prépas" pour les minots à l'âge où ils devraient n'avoir que le jeu parmi leurs préoccupations. Flippant.

marmotte
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 39
Date d'inscription : 19/06/2011
Age : 43
Localisation : Ici-même

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par synapse le Mer 29 Juin 2011 - 21:28

@ marmotte

La chine, la Russie(entre-autre) ont également mis au point ce type de repérage et section à un échelon national.
Le pays qui fait cela avec le plus d'efficience serait pour moi l’Israël (test obligatoire pour l'ensemble des enfants) et utilisation constructive des résultats et adaptant le contenu des enseignements aux besoins des enfants.

Pour argumenter le propos :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Artek_%28camp%29

http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/2011/05/13/video-le-cas-des-surdoues-en-israel/


synapse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 821
Date d'inscription : 17/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Nataliasm17 le Lun 15 Aoû 2011 - 17:28

merci pour tous ces liens Smile
en avez-vous d'autres,que ce soit liens internets,références,articles concernant les enseignements spécifiques aux surdoués dans le monde Wink

Nataliasm17
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 50
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Nataliasm17 le Lun 15 Aoû 2011 - 17:35

A votre avis,quelles sont les écoles les plus adaptées pour ces enfants (dans le monde) ?

Nataliasm17
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 50
Date d'inscription : 14/08/2011
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par synapse le Sam 3 Sep 2011 - 22:07

En passant par là voici quelques infos complémentaires sur le sujet :


La psychologie de l'enfant, quarante ans après Piaget
http://www.scienceshumaines.com/la-psychologie-de-l-enfant-quarante-ans-apres-piaget_fr_14714.html

La psychologie de l'enfant, quarante ans après Piaget
Olivier Houdé
Partager :
1966-2006 : depuis la parution de La Psychologie de l'enfant de Jean Piaget, qui proposait une théorie du développement de l'intelligence, les chercheurs ont mis en évidence les capacités précoces du bébé, la variété des stratégies cognitives chez l'enfant, le rôle de l'inhibition et « l'enfant psychologue ». Depuis peu, l'imagerie cérébrale vient renforcer ces nouvelles approches.

La conception du développement de l'intelligence de l'enfant selon Jean Piaget était linéaire et cumulative car systématiquement liée, stade après stade, à l'idée d'acquisition et de progrès. C'est ce que l'on peut appeler « le modèle de l'escalier », chaque marche correspondant à un grand progrès, à un stade bien défini dans la genèse de l'intelligence dite « logico-mathématique » : de l'intelligence sensori-motrice du bébé (0-2 ans), basée sur ses sens et ses actions, à l'intelligence conceptuelle et abstraite de l'enfant (2-12 ans), de l'adolescent et de l'adulte.

La remise en cause du modèle de l'escalier
La nouvelle psychologie de l'enfant remet en cause ce modèle de l'escalier ou, pour le moins, indique qu'il n'est pas le seul possible (1). D'une part, il existe déjà chez les bébés des capacités cognitives assez complexes, c'est-à-dire des connaissances physiques, mathématiques, logiques et psychologiques ignorées par J. Piaget et non réductibles à un fonctionnement strictement sensori-moteur (la première marche de l'escalier). D'autre part, la suite du développement de l'intelligence jusqu'à l'adolescence et l'âge adulte compris (la dernière marche) est jalonnée d'erreurs, de biais perceptifs, de décalages inattendus, non prédits par la théorie piagétienne. Ainsi, plutôt que de suivre une ligne ou un plan qui mène du sensori-moteur à l'abstrait (les stades de J. Piaget), l'intelligence avance de façon plutôt biscornue, non linéaire.

Prenons un exemple cher à J. Piaget et qui fait, aujourd'hui encore, l'objet de beaucoup de recherches : le nombre (2). Selon J. Piaget et son modèle de l'escalier, il faut attendre 6-7 ans, c'est-à-dire l'entrée à l'école élémentaire, l'âge de raison, pour que l'enfant atteigne le stade (la marche) qui correspond au concept de nombre. Pour le prouver, J. Piaget plaçait l'enfant face à deux rangées de jetons en nombre égal mais de longueur différente selon l'écartement des jetons. Dans cette situation, le jeune enfant considère, jusqu'à 6-7 ans, qu'il y a plus de jetons là où c'est plus long. Cette réponse verbale est une erreur d'intuition perceptive (longueur égale nombre) qui révèle, selon J. Piaget, que l'enfant d'école maternelle n'a pas encore acquis le concept de nombre.

Mais après J. Piaget, Jacques Mehler, du CNRS, et Tom Bever, de l'université Rockefeller, ont montré que les enfants réussissent dès 2 ans cette tâche si, par exemple, on remplace les jetons par des nombres inégaux de bonbons (3). Ils optent en effet pour la rangée qui contient le plus de bonbons, au détriment de l'autre, plus longue. L'émotion et la gourmandise, puisqu'il s'agit alors de manger le plus grand nombre de bonbons, rendent ainsi le jeune enfant « mathématicien » et lui font en quelque sorte sauter la marche ou le stade d'intuition perceptive de J. Piaget. La recherche sur les capacités numériques précoces est allée plus loin encore en découvrant la naissance du nombre chez le bébé avant le langage, c'est-à-dire avant l'âge de 2 ans.

J. Piaget s'est surtout intéressé aux actions des bébés (le stade dit « sensori-moteur »), réservant l'étude des concepts, des principes cognitifs aux enfants plus grands. Or, les actions des bébés étant encore assez souvent maladroites, on admet aujourd'hui qu'il n'a pu mesurer leur réelle intelligence.

Des bébés astronomes et mathématiciens
Pour évaluer l'intelligence des bébés, les chercheurs ont commencé, dans les années 1980, à s'intéresser à leur regard, c'est-à-dire à leurs réactions visuelles face à des stimulations que leur présente le psychologue. Roger Lécuyer, de l'université Paris-V, a parlé, à ce propos, de « bébés astronomes », c'est-à-dire découvrant l'univers et développant leurs connaissances à l'aide de leurs yeux plutôt que par l'action. Grâce à des moyens techniques comme la vidéo et l'ordinateur dont ne disposait pas J. Piaget, on peut mesurer très précisément ces réactions visuelles. C'est ainsi que Renée Baillargeon, de l'université de l'Illinois, a démontré l'existence de la permanence de l'objet bien plus tôt (dès 4-5 mois) que le pensait J. Piaget (8-12 mois) ? capacité du bébé à concevoir qu'un objet continue d'exister lorsqu'il disparaît de sa vue. R. Baillargeon a aussi établi la capacité qu'ont les bébés dès 15 mois à inférer des états mentaux chez autrui (leurs croyances vraies ou fausses). Il s'agit d'exemples de connaissances physiques (sur les objets) et psychologiques (sur les états mentaux) très précoces, bien avant l'émergence du langage articulé.

Revenons à l'exemple du nombre. Une étude de Karen Wynn, de l'université Yale, a ainsi révélé que dès l'âge de 4-5 mois, les bébés réalisent sans difficulté l'addition 1 + 1 = 2, ainsi que la soustraction 2 - 1 = 1 (4). Cette capacité numérique a aussi été démontrée par Marc Hauser, de l'université de Harvard, chez les grands singes qui ont, comme les bébés humains, un cerveau sans langage (5). Dans l'étude de K. Wynn, on présente aux bébés un petit théâtre de marionnettes (des figurines de Mickey) où sont réalisés sous leurs yeux des événements possibles (par exemple 1 Mickey +1 Mickey = 2 Mickey) ou magiques (1 + 1 = 1 ou 1 + 1 = 3) obtenus par trucage expérimental. La mesure du temps de fixation visuelle des bébés montre qu'ils perçoivent les erreurs de calcul : ils regardent plus longtemps, car ils sont surpris, les événements magiques que les événements possibles. Ils conservent donc le nombre exact d'objets attendus dans ce que l'on appelle leur mémoire de travail. Par leur regard, les bébés manifestent ainsi une forme élémentaire de raisonnement, d'abstraction ? le « premier âge de raison » ? bien plus tôt que l'imaginait J. Piaget.

Il est toutefois évident que si les bébés ont des capacités numériques dès les premiers mois de leur vie, elles sont encore rudimentaires et vont ensuite s'enrichir, notamment lorsque le langage et l'école s'empareront de cette matière première.

Le modèle théorique actuel qui rend le mieux compte de la complexité du développement numérique chez l'enfant d'âge dit « préscolaire » (école maternelle) et scolaire (école élémentaire) est celui de Robert Siegler, de l'université Carnegie-Mellon.

Des stratégies cognitives en compétition
A propos de la résolution d'opérations arithmétiques plus difficiles que celles résolues par le bébé (par exemple, 3 + 5 = ?, 6 + 3 = ?, 9 + 1 = ?, ou encore 3 + 9 = ?), R. Siegler a démontré que l'enfant dispose d'une variété de stratégies cognitives qui entrent en compétition (un peu comme dans l'évolution biologique) : deviner, compter unité par unité avec les doigts de chaque main pour chaque opérant (3 et 5, par exemple) et recompter le tout après (c'est-à-dire Cool, compter à partir du plus grand des deux opérants (par exemple, à partir de 9, compter 10, 11, 12) ou encore retrouver directement le résultat en mémoire. A l'encontre du modèle de l'escalier de J. Piaget, où l'enfant passe soudainement d'un stade à l'autre, R. Siegler propose de concevoir plutôt le développement numérique, qu'il s'agisse d'additions, de soustractions ou de multiplications, comme « des vagues qui se chevauchent ». Selon cette métaphore, chaque stratégie cognitive est à l'image d'une vague qui approche d'un rivage, avec plusieurs vagues, ou façons de résoudre le problème arithmétique, susceptibles de se chevaucher à tout moment et donc d'entrer en compétition. Avec l'expérience et selon les situations, l'enfant apprend à choisir l'une ou l'autre façon de procéder. Outre l'arithmétique, R. Siegler a illustré le bien-fondé de son modèle pour diverses acquisitions de l'enfant telles que la capacité à lire l'heure, la lecture, l'orthographe, etc.

J'ai pu montrer, avec mon équipe de l'université Paris-V, que ce qui pose réellement problème à l'enfant dans une tâche comme celle de J. Piaget (les deux rangées de jetons), ce n'est pas le nombre en tant que tel puisqu'il l'utilise bien plus tôt, mais c'est d'apprendre à inhiber la stratégie perceptive inadéquate (le biais) « longueur égale nombre », stratégie qui très souvent marche bien et que même les adultes appliquent (6). Ainsi, se développer, c'est non seulement construire et activer des stratégies cognitives comme le pensait J. Piaget, mais aussi apprendre à inhiber des stratégies qui entrent en compétition dans le cerveau. Et cela ne va pas de soi ! On pense ici aux obstacles épistémologiques de l'esprit et à la « philosophie du non » décrits jadis par Gaston Bachelard pour l'histoire des sciences. Il en ressort que le développement de l'enfant n'est pas toujours linéaire, comme l'avaient sans doute déjà pressenti, dans leur pratique, beaucoup d'éducateurs, professeurs des écoles ou parents. Pour une même notion, un même concept à apprendre, des échecs tardifs par défaut d'inhibition peuvent succéder à des réussites bien plus précoces. Mais comment l'enfant apprend-il à inhiber les stratégies inadéquates ? Il peut le faire soit par l'expérience à partir de ses échecs, soit par imitation, ou encore par des instructions venant d'autrui.

Durant les années 1990, deux psychologues néopiagétiens, Robbie Case, de l'université de Stanford, et Kurt Fischer, de Harvard, ont ainsi simulé sur ordinateur les courbes du développement de l'enfant en termes de systèmes dynamiques non linéaires, c'est-à-dire de courbes d'apprentissage moins régulières, incluant des turbulences, des explosions, des effondrements.

L'enfant psychologue
La psychologie de l'enfant, pour être bien comprise, doit aller du très jeune bébé, sur certains points comparé au grand singe (comme on l'a vu pour le nombre sans langage), jusqu'à l'adolescent et l'adulte. C'est l'ensemble du parcours et de la dynamique qui est intéressant, ainsi d'ailleurs que le soulignait déjà J. Piaget. Nos expériences d'imagerie cérébrale sur le raisonnement logique, réalisées avec Bernard et Nathalie Mazoyer à Caen, ont permis de découvrir ce qui se passe dans le cerveau de jeunes adultes avant et après l'apprentissage de l'inhibition d'une stratégie perceptive inadéquate, c'est-à-dire avant et après la correction d'une erreur de raisonnement (7). On observe une très nette reconfiguration des réseaux cérébraux, de la partie postérieure du cerveau (partie perceptive) à sa partie antérieure, dite « préfrontale ». Le cortex préfrontal est celui de l'abstraction, de la logique et du contrôle cognitif ? donc de l'inhibition. Dans sa théorie du développement de l'enfant, J. Piaget affirmait qu'à partir de l'adolescence (12-16 ans : le stade des opérations formelles), on ne devait plus faire d'erreurs de logique. C'est le stade le plus élaboré de l'intelligence conceptuelle et abstraite, la dernière marche de l'escalier ! Or ce n'est pas le cas. Spontanément, le cerveau des adolescents et des adultes continue de faire, comme celui des enfants plus jeunes, des erreurs perceptives systématiques dans certaines tâches de logique, pourtant assez simples. On découvre à nouveau ici combien, jusqu'à ce dernier stade, le développement de l'intelligence est biscornu et le rôle qu'y joue l'inhibition.

A côté des mathématiques et de la logique, il faut aussi évoquer les théories naïves de l'esprit qu'élaborent « l'enfant psychologue » et déjà le bébé (Cool. Dans sa vie sociale réelle, dans ses interactions avec les autres à la maison, à l'école ou dans ses loisirs, l'enfant doit aussi apprendre à être un petit psychologue. Il doit, en effet, constamment élaborer des théories sur la façon dont il pense et pensent les autres autour de lui, afin de comprendre et de prédire la dynamique, parfois complexe, des comportements et des émotions. Certains psychologues comme Alan Leslie, de l'université Rutgers, ont même avancé que notre cerveau, façonné par l'évolution des espèces, posséderait de façon innée un « module de théorie de l'esprit » et que c'est ce mécanisme qui serait détérioré chez les enfants autistes. Comprendre que l'autre est, comme nous, un être intentionnel doué d'un esprit, d'états mentaux, de croyances, de désirs, etc., est en effet essentiel pour entrer dans l'apprentissage culturel humain, ainsi que l'a bien analysé Michael Tomasello de l'Institut Max-Planck de Leipzig (9).

La capacité d'imitation observée chez le bébé dès la naissance par Andrew Meltzoff de l'université de Washington ? imitation néonatale des mouvements de la langue et des lèvres, de la tête et des mains ?, ce qu'avait ignoré J. Piaget, est sans doute le point de départ de cet apprentissage culturel.

Une cartographie du développement
Ces données et débats sur les origines et le développement des connaissances physiques, mathématiques, logiques et psychologiques, esquissés ici, suffisent à illustrer le grand dynamisme de la psychologie de l'enfant, avec et après J. Piaget. Il reste encore, pour clore ce bilan 1966-2006, à évoquer le projet actuel d'une cartographie cérébrale des stades du développement cognitif.

J. Piaget considérait la construction de l'intelligence chez l'enfant (calculer, raisonner, etc.) comme l'une des formes les plus subtiles de l'adaptation biologique. A l'époque, ces réflexions restaient très théoriques. Aujourd'hui, avec l'imagerie cérébrale (10), on peut commencer à réellement explorer la biologie du développement cognitif.

Depuis la fin des années 1990, des chercheurs utilisent l'imagerie par résonance magnétique anatomique (IRMa) pour construire des cartes tridimensionnelles des structures cérébrales en développement (11). On sait qu'avec le développement neurocognitif de l'enfant s'opèrent une multiplication puis un élagage des connexions (synapses) entre neurones, d'où une diminution de la matière grise du cerveau. Cet élagage correspond, selon Jean-Pierre Changeux, du Collège de France, à une stabilisation sélective des synapses par un mécanisme de « darwinisme neuronal » (12). Les premiers résultats indiquent que cette maturation est loin d'être uniforme. Elle s'effectue par vagues successives selon les zones du cerveau : d'abord les régions associées aux fonctions sensorielles et motrices de base, ensuite, jusqu'à la fin de l'adolescence, les régions associées au contrôle cognitif supérieur (le contrôle inhibiteur notamment).

Depuis peu, on utilise aussi l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) pour mesurer les activités cérébrales pendant que l'enfant ou l'adolescent réalise une tâche cognitive particulière, en comparant ce qui se passe aux différents stades du développement (13). Il est donc possible de visualiser la dynamique cérébrale qui correspond à l'activation/inhibition des stratégies cognitives aux différents âges (macrogenèse) ou au cours d'un apprentissage à un âge particulier (microgenèse). L'enjeu est d'établir la première cartographie anatomo-fonctionnelle des stades du développement cognitif. Il est aussi de mettre au point, à partir de ces données nouvelles, des applications psychopédagogiques.


synapse
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 821
Date d'inscription : 17/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Mister Magma le Mar 13 Sep 2011 - 17:58

Trois ans.
Il renverse des céréales (la moitié du paquet)
Je le met au coin pendant que je ramasse.
Il me dit : "ça y est c'est fini ?
- Non c'est pas fini...
- ooh non...
- A moins que tu viennes m'aider...
- Bon d'accord..."

Je relève la tête m'attendant à le voir venir :
perdu il avait choisi de rester au coin !

Mister Magma
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 46
Date d'inscription : 11/09/2011
Age : 43
Localisation : région parisienne Sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Wam le Dim 15 Avr 2012 - 8:08

En quoi est-ce d'intérêt public?
La description des signes autistiques précoces est d'intérêt public, celle des signes de dépression du bébé est d'intérêt public. Parce qu'elles permettent d'alerter et de mettre en place des prises en charge précoces.
De quelle prise en charge a besoin un bébé surdoué?

sans avoir eu vent de zebritudes ou quoi ou keuss à l'époque, me mère a comprhis qu'il me fallait une éducation différente ce qui m'a permis d'avoir des journées très bien gerrées et d'ainsi pouvoir, nourrisson, faire des nuits pleines et ne pas dormir en journée, par exemple.

Wam
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 966
Date d'inscription : 14/02/2012
Age : 29

Revenir en haut Aller en bas

Re: Identifier le surdouement chez les jeunes enfants 0-3 ans

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 1:21


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum