Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par Invité le Sam 10 Mai 2014 - 20:49

Embarassed voui mdame  Courbette 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par lilou49 le Mar 10 Juin 2014 - 22:15

Je me reconnais bien dans le fait de "saint berner" pour s'oublier allant jusqu'à se dépersonnaliser. Pourquoi?
Peut-être
1 : parce que j'aime les autres, j'ai envie de les aider , envie de les voir aller bien. Je suis tellement empathique... le bonheur de ceux que j'apprécie me rend heureuse.

2 : pour me sentir utile. Aider parce que je pense que c'est la plus belle chose qu'un humain puisse faire. Répandre de l'espoir, de la joie, de l'amour (l'amour de son prochain (je dis ça de façon complètement athée)
J'aimerais qu'on soit tous généreux, aidants, bienveillants...

3 : parce que je vaux moins que la personne en face? J'estime qu'elle passe avant moi. (en gros je suis nulle et là où j'excelle c'est à comprendre et écouter les autres)

4 : j'agis avec les autres comme j'aimerais que l'on agisse avec moi sans doute.

Je suis tellement empathique; Je ne comprends pas qu'on soit égoïste, égocentrique. Je le comprends rationnellement : je sais que c'est sain de penser à soi d'abord mais je n'y arrive pas !!!

Je me "soigne" j'essaie d'être plus égocentrée mais j'ai du mal. Je ne sais pas ce qui me fait plaisir à part essayer de faire plaisir aux autres finalement.

J'ai véçu avec un PN qui m'a vampirisée. Alors maintenant je fais plus attention mais cela reste compliqué. Quand quelqu'un va mal je ne peux pas m'empêcher d'essayer de l'aider, lui remonter le moral...même si l'autre en face me remercie pour mon écoute mais n'avance pas plus.
Et ça m'use, me fatigue de voir la personne stagner.

Pourtant j'ai mes problèmes et certains de taille. Cela n'empêche que je me dis que les problèmes des autres sont tout aussi importants dès lors qu'ils affectent leur moral et les rendent malheureux.

Ca me rend triste aussi de ne pas pouvoir aider. Pourtant je n'ai pas envie de jouer à la sauveuse. je ne tire pas de gloire ou de sentiment de puissance. J'ai envie d'être là c'est tout.

Mais du coup je me rends compte à 30 ans : qui je suis ? quelle est ma personnalité? Qu'est ce que j'aime?

J'ai pris conscience de tout ça et j'avance petit à petit.
Le chemin reste néanmoins tortueux
avatar
lilou49
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 36
Date d'inscription : 26/05/2013
Localisation : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par Pouet le Mer 11 Juin 2014 - 7:48

Je me retrouve à 80% dans ce que tu décris Lilou49. Je pense que mon instinct de survie m'a fait sauté l'étape PN, mais c'est bien la seule. Wink

Donc j'ai envie de partager comment j'ai pu avancer.

J'ai découvert la communication non violente il y a un an maintenant et ça me permet de mieux décoder les autres et surtout de mieux me décoder moi-même. J'ai ainsi découvert que si je savais très très bien écouter les autres et les comprendre, c'était au prix de la négation de mes propres besoins et que ça me consommait beaucoup d'énergie de rétablir l'équilibre. Que je me noyais tellement dans les autres que je n'avais plus d'existence propre, je ne savais pas qui j'étais ni ce que je voulais/valais.
J'ai aussi découvert que je pouvais être aimable (au sens aimé) juste pour ce que j'étais et non pour ce que je faisais. Un grand pas....

Je vois actuellement que j'arrive à rester à distance des événements qui me blessent, dans le sens où je ne me laisse pas (trop) emporter par les sentiments de l'autre (au moins par écrit...) et que j'arrive vaguement à ne pas faire "comme si " ça ne m'atteignait pas, ne plus nier mes émotions pour me protéger.
Juste mieux me comprendre pour mieux comprendre les autres.

A force de pendre des portes dans la figure, je commence à comprendre qu'il faut que je me mette au rythme de l'autre pour pouvoir effectivement l'aider. Et que s'il choisit de stagner devant une porte en se lamentant, alors que je n'ai qu'une envie c'est de lui dire "mais appuie donc sur la poignée"(pour arrêter de le voir souffrir et donc pour mon confort personnel), c'est que LUI a besoin d'encore plus d'empathie avant de pouvoir envisager d'éventuellement appuyer sur la poignée.

Hélas, tout ça reste encore de la compréhension quasi théorique et surtout à posteriori... j'ose espérer que le délai va se réduire.

Je ne sais pas si j'ai été très claire, ni si cela t'es d'une quelconque aide...

Pouet
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 529
Date d'inscription : 13/02/2014
Age : 53
Localisation : ici (78) ... et ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par lilou49 le Mer 11 Juin 2014 - 9:13

Merci pour ton témoignage pouet

Tu peux m'expliquer un peu plus ce qu'est la communication non violente?
avatar
lilou49
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 36
Date d'inscription : 26/05/2013
Localisation : 49

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par Pouet le Mer 11 Juin 2014 - 10:00

C'est un vaste programme... hihihihi.
je te propose de lire le fil sur le sujet, au moins le début avant que ça parte en vrille
http://www.zebrascrossing.net/t14415-la-communication-non-violente-de-marshall-rosenberg?highlight=rosenberg

et puis à partir de l'intervention de Mag et ensuite
http://www.zebrascrossing.net/t14415p40-la-communication-non-violente-de-marshall-rosenberg#608853

Puis après on en discute ? ça te va ?

Pouet
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 529
Date d'inscription : 13/02/2014
Age : 53
Localisation : ici (78) ... et ailleurs

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par ou-est-la-question le Ven 11 Juil 2014 - 8:55

depuis enfant  quelqu'un qui tombe dans la rue ? qui a du mal à traverser ? quelqu'un qui semble hagard ou perdu ? je lâchais la main de ma mère pour venir en aide ;j'ai commencé vers 5 ans

ça continue encore et pour moi c'est une grande joie une immense joie

et j'en ai fait mon métier

je ne supporte pas de voir souffrir les gens tout comme je ne supporte pas l'injustice
c'est viscéral ,et  je ne pourrais plus vivre si je passais mon chemin

or j'ai la grande chance de pouvoir  apporter de l'aide , ce possibilité s'étant amplifiée avec un savoir acquis en la matière , sans qu'il me tourne la tête pour autant (je n'ai pas la sensation d'être surpuissante) , et s'est encore accru lorsque j'ai compris il y a 10 ans que j'avais aussi un don de magnétisme dans les mains (que je ne peux plus pratiquer depuis peu car j'ai une cochonnerie de PR)

de plus , hors boulot, j'aide aussi à ma façon (j'ai logé 10 ans des sans abris etc etc )

questionnement

est-ce que je me suis mise en danger ?
non : j'ai eu quelques pétoches mais sans plus
si : car j'ai pu intervenir dans des situations dangereuses mais je dois être protégée rien n'est arrivé et j'ai décidé de ne plus le faire (quand je me suis retrouvée seule avec mes enfants)
si : je suis restée 22 ans avec un PN .....et puis un jour après 2 ans de discussions calmes (moi ? calme ? un exploit ! mais je l'ai fait )
j'ai annoncé :j'ai deux options : soit je divorce ! soit je me suicide ! (sérieux j'étais à bout),
ça a jeté un froid ... j'ai poursuivi : j'ai décidé de divorcer , c'est irrévocable ! (j'ai fait dans la grandiloquence là mais tant pis )

réponse du PN : je me vengerai et j'utiliserai tout ce qui peut t'atteindre pour que tu changes d'avis......

ce qui eu lieu car un  PN ça ne lâche pas facilement prise aussi me suis-je farcie 4 ans d'enfer par la suite , + 8 ans de très très grosses "tracasseries" ...ouf depuis 2012 il s'est calmé !


est-ce que cette attitude ,plus qu'altruiste ,n'est là que pour compenser le manque d'estime que j'ai de moi-même ?
non sincèrement non .
car si un jour me vient l'idée de m'aimer ou de m'aimer mieux ou de faire attention à moi ce sera un truc entre moi et moi et ce n'est pas dans le regard de l'autre (ni dans sa parole) que je vais trouver la "solution".
je mets "solution" entre guillemets car pour moi cette non estime de moi ne me pose pas de problème . Pas de problème fondamental ni crucial en interne .

je suis ainsi , j'ai un caractère dominant , très très dominant, suis très décisionnelle , j'affirme des certitudes qui sont ancrées , que je sais aussi désancrer ( ces affirmations peuvent être dans mon seul monologue intérieur ) , je veux à tout prix être autonome et résoudre mes problèmes seule sans aide, et je sais aussi que cette PR ne me tombe pas dessus par hasard ... m'obligeant à m'occuper un tantinet de moi. (suis fascinée par les signes que je "vois" partout)

j'ai été consulter 2 ans un psy durant mes 4 années d'enfer ...car je pensais être devenue parano..... mes neurones s'étant un peu emmêlés dans ma tête ,car je devais aussi gérer les répercussions sur mes enfants de la fameuse vengeance de leur père PN qui les a largement déstabilisés afin de m'atteindre et que je change de décision à propos de ce divorce.

comme  bien sur pffff j'ai aussi une ch'tite formation de thérapeute ben je n'ai rien appris d'autres que ce que ma propre souffrance m'enseigne et ce que la vie m'enseigne la mienne et celle d'autrui .

mais bon le "vous n'êtes pas parano" de la 1ère consult m'a fait du bien à entendre . et le "on arrête car vous n'avez rien à faire ici vous le savez bien depuis 2 ans , mais faites attention quand même car je connais votre ex et il cherchera à se venger toute sa vie"...m'a mis su'lcul en me disant en moi-même " mais ça ne finira jamais ? " puis je me suis ressaisie en me fichant un coup de pied au cul : "allez ma "p'tite on continue d'avancer tu as tenu plus de 20 ans hein ? tu as fait le plus gros ! " (chacun sa méthode Qué)

disons que j'avais besoin d'écoute et que cette charmante femme m'a prêté ses oreilles et sa bienveillance  

je me suis aussi posée d'autres questions : (pas avec la psy)

-suis-je dans la dénégation de ma personne en agissant ainsi envers les autres ?

-pourquoi est-ce que je rencontre en amour que des gens qui vont mal , qui ont besoin d'aide ?

-est ce que je ressens un pouvoir de domination sur l'autre dans la saint-bernardisation?

-Est-ce que d'agir ainsi n'est pas que pour me prouver que j'existe ?

-Est-ce pour me sentir utile ?

-est ce que , puisque je sais que j'avais des "facilitations" par rapport aux autres dans certains domaines , est-ce que c'est à cause de ces facilitations que j'ai le tonneau toujours autour du cou ?

-est-ce que rencontrer un FN a un lien avec ces facilitations ?

-est-ce que je me pose les bonnes questions ?

Etc etc …..


je vous épargnerai aujourd'hui mes réponses  car il y en aurait pour des lignes et des lignes  et des lignes …..
avatar
ou-est-la-question
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3903
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 61

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par guyom zigre doUx le Ven 11 Juil 2014 - 12:38

où-est-la-question a écrit:est-ce que cette attitude ,plus qu'altruiste ,n'est là que pour compenser le manque d'estime que j'ai de moi-même ?
non sincèrement non .
car si un jour me vient l'idée de m'aimer ou de m'aimer mieux ou de faire attention à moi ce sera un truc entre moi et moi et ce n'est pas dans le regard de l'autre (ni dans sa parole) que je vais trouver la "solution".
je mets "solution" entre guillemets car pour moi cette non estime de moi ne me pose pas de problème . Pas de problème fondamental ni crucial en interne .

ceci me renvoit un vrai  miroir... merci pour votre témoignage clair et sensible. merci.
avatar
guyom zigre doUx
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 905
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : milkyway

http://dandandan.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par Cyril THQI le Ven 11 Juil 2014 - 13:26

Attribuer plus de valeur aux autres qu'à soi implique de s'attribuer un statut spécifique. C'est une forme d'égocentrisme.
avatar
Cyril THQI
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1509
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 48
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par Invité le Ven 11 Juil 2014 - 13:29

Attribuer "plus" de valeur aux autres qu'à soi implique de s'attribuer un statut spécifique. C'est (la pire ?) forme d'égocentrisme.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par guyom zigre doUx le Ven 11 Juil 2014 - 14:10

Cyril THQI a écrit:Attribuer plus de valeur aux autres qu'à soi implique de s'attribuer un statut spécifique. C'est une forme d'égocentrisme.

c'est votre interprétation, qui ajoute une évaluation et une comparaison, très à l'emporte pièce, de ce qu'on peut lire dans le témoignage.

1.Etes vous vraiment capable de ne pas vous attribuer à vous meme un statut spécifique et si oui comment y parvenez vous ?

2. l' égocentrisme que vous décrivez ici était elle vraiment une maladie grave ?
avatar
guyom zigre doUx
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 905
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : milkyway

http://dandandan.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par Cyril THQI le Ven 11 Juil 2014 - 14:30

guyom zigre doUx a écrit:c'est votre interprétation, qui ajoute une évaluation et une comparaison, très à l'emporte pièce, de ce qu'on peut lire dans le témoignage.
Je n'ai pas parlé d'un témoignage.

guyom zigre doUx a écrit:1.Etes vous vraiment capable de ne pas vous attribuer à vous meme un statut spécifique et si oui comment y parvenez vous ?
Il ne me semble pas y avoir de difficulté particulière, et par conséquent pas non plus de démarche particulière pour y parvenir, si ce n'est à la rigueur le fait de disposer de plus d'information sur soi que sur autrui.
Si difficulté il y a, elle est plutôt dans la volonté d'appliquer l'utilitarisme.

guyom zigre doUx a écrit:2. l' égocentrisme que vous décrivez ici était elle vraiment une maladie grave ?
Non. Il ne s'agit pas d'une maladie.
avatar
Cyril THQI
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1509
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 48
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par guyom zigre doUx le Ven 11 Juil 2014 - 14:38

merci beaucoup pour votre réponse claire, effectivement je ne voyais pas le rapport avec le texte de -Où est la question- .
Cyril a écrit:Si difficulté il y a, elle est plutôt dans la volonté d'appliquer l'utilitarisme.
pardonnez mon manque de culture, mais pouvez vous nous en dire plus sur l'utilitarisme, si vous en avez l'envie et le temps bien entendu.


avatar
guyom zigre doUx
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 905
Date d'inscription : 24/06/2014
Localisation : milkyway

http://dandandan.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par Cyril THQI le Ven 11 Juil 2014 - 16:02

guyom zigre doUx a écrit:
pardonnez mon manque de culture, mais pouvez vous nous en dire plus sur l'utilitarisme, si vous en avez l'envie et le temps bien entendu.
Je ne pense pas être capable de faire une meilleure présentation de l'utilitarisme que celle de Wikipédia.

Avec une conception égoïste on maximise son bien être propre au dépend d'autrui. Avec une conception altruiste on maximise le bien être d'autrui par rapport à soi (la situation du Saint-Bernard). Avec une conception utilitariste, on se met sur un pied d'égalité avec autrui, ni plus, ni moins. Cela me semble être la meilleur position. L'utilitarisme implique d'autres choses, mais ce que je voulais exprimer pas rapport à ce fil se restreint à cela.

A noter que John Stuart Mill, souvent cité comme un individu hors norme intellectuellement était un défenseur de l'utilitarisme.
avatar
Cyril THQI
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1509
Date d'inscription : 15/12/2012
Age : 48
Localisation : Foix

http://www.sos-suicide.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par ou-est-la-question le Ven 11 Juil 2014 - 18:24

Cyril , tu as écrit
"Attribuer plus de valeur aux autres qu'à soi implique de s'attribuer un statut spécifique. C'est une forme d'égocentrisme."

ton avis m’intéresse et m'interpelle
je n'y avais pas pensé

comment y répondre ....attends je réfléchis
je suis égocentriste en ce sens que je pense que mon avis a de l'importance oui cela est vrai

mais  l'avis de l'autre est important lui aussi pour moi

avec mes amis , je ne considère pas que mes avis soient "au dessus de la mêlée" , même si j'ai parfois l'impression d'aller plus vite à l'essentiel sur certains sujets abordés , chacun son rythme
car en ces cas ,j'ai l’atout de la rapidité ,certes , mais je suis toujours envahie  par un max d' émotionnel ,et eux, ont l'atout de la réflexion posée qui me fait entendre des choses auxquelles je n'aurai pas pensé ( c'est ça que je recherche en fait , je cherche chez l'autre l'idée qui ne m'a pas traversé l'esprit , j'adore ça )

pour moi c'est l'échange qui prime plus que d’émettre mes propres idées , c'est le partage
et ce que j'aime aussi c'est être contrée


je peux aussi écraser l'autre avec mes avis  ça c'est sur , et cela arrive quand je suis face à des  cons . (cons pour moi= ceux qui font intentionnellement du mal ou sont volontairement injustes) il est rare que j'en rencontre mais j'en rencontre parfois
mais bon c'est dépenser mon énergie pour du négatif ce qui ne me sert à rien du tout pour moi , donc généralement je me tire : pas d'échange ni partage possible et je laisse les gens avec leurs certitudes à la con

et ,même avec mes amis ,ma vigilance peut se relâcher mais c'est toujours  lorsqu'ils émettent des avis dans lesquels je perçois de l'injustice , ou de la méchanceté , pas du tout intentionnelle en +

avec mes amis si je sens que je vais me foutre en rogne (suis une rogneuse) soit j'abandonne le sujet de discussion (en me disant que continuer à émettre mon avis est vain) soit je pars dehors fumer une clope , soit je rogne

au boulot je gère très bien les idées qui m'envahissent à toute allure avec l'émotion qui arrive à la même vitesse , au contraire l'émotion me permet en ce cas d'aller encore plus vite et de trouver la solution la plus ad hoc pour résoudre les problèmes que l'on me soumet . Mais au boulot j'ai une tension (tension que j'adore ) , c'est que je dois trouver une solution rapidement , la plus adaptée possible et avec une marge d'erreur qui doit tendre vers zéro puisque les gens me confient leur vie

et je pense qu'en dehors de mon boulot , je n'ai plus cette tension sous-jacente donc avec les amis par exemple je ne me sers pas de mes émotions comme « guide » de mes idées mais je les laisse m'envahir en les vivant généralement à fond



sinon je ne parle jamais politique avec les gens sauf avec mon compagnon et mes enfants
c'est source d'une telle discorde que je n'en vois pas l’intérêt
je ne parle même pas politique avec mes amis car je n'ai aucun point commun avec leurs idées politiques
avatar
ou-est-la-question
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3903
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 61

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par ou-est-la-question le Ven 11 Juil 2014 - 18:50

"Attribuer "plus" de valeur aux autres qu'à soi implique de s'attribuer un statut spécifique. C'est (la pire ?) forme d'égocentrisme."


je réponds aussi à cette affirmation de ( de ? il n'y a pas de pseudo inscrit)
réponse qui sera brève (enfin ! car je blablate trop )


"on" m'a attribué une fonction qui est d'aider les gens que ces gens soient vivants ou morts
(là , nous passons de l'autre coté du miroir )

puisque pour l'instant mon âme "est le plus souvent sur terre" il m'a été donné la possibilité d'aider au mieux  les vivants en priorité (mais les morts aussi , enfin leur âme quand elle est torturée.mais ce n'est pas le fil du sujet  )

dans cette aide mon JE , jeu de  l’égoïsme et de l’égocentrisme  n'a aucune espèce d'importance,  seule la fonction prime

ma fonction est un devoir

comme par exemple on sent que l'on a le devoir d'aider ses parents même si on ne les aime pas

et on le fait non pas par pitié , mais par devoir (devoir est un nom qui peut-être d'ailleurs utilisé par commodité à la place de s'avouer que l'on n'aime pas une personne que l'on aide , cela donne bonne conscience  en quelque sorte ,mais je ne l'utilisais pas en ce sens)
avatar
ou-est-la-question
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3903
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 61

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par ou-est-la-question le Ven 11 Juil 2014 - 19:37

utilitarisme....je ne connaissais pas

au prime abord j'adhère j'embrasse l'idéologie corps et âme
mais très vite je tique

"Conséquentialisme.
Les conséquences d'une action sont la seule base permettant de juger de la moralité de l'action.
L'utilitarisme ne s'intéresse pas à des agents moraux mais à des actions : les qualités morales de l'agent n'interviennent pas dans le calcul de la moralité d'une action. Il est donc indifférent que l'agent soit généreux, intéressé, ou sadique, ce sont les conséquences de l'acte qui sont morales. Il y a une dissociation de la cause (l'agent) et des conséquences de l'acte.
L'utilitarisme ne s'intéresse pas non plus au type d'acte : dans des circonstances différentes, un même acte peut être moral ou immoral selon que ses conséquences sont bonnes ou mauvaises.

Principe d'agrégation.
Ce qui est pris en compte dans le calcul est le solde net (de bien-être, en l'occurrence) de tous les individus affectés par l'action, indépendamment de la distribution de ce solde. Ce qui compte c'est la quantité globale de bien-être produit, quelle que soit la répartition de cette quantité. Il est dès lors envisageable de sacrifier une minorité, dont le bien-être sera diminué, afin d'augmenter le bien-être général. Cette possibilité de sacrifice est fondée sur l'idée de compensation : le malheur des uns est compensé par le bien-être des autres. S'il est surcompensé, l'action est jugée moralement bonne. L'aspect dit sacrificiel est l'un des plus critiqués par les adversaires de l'utilitarisme."


je prends un exemple concret (et réel)
Mr X a violé sa fille de l'âge de 2 ans à l'âge de 7 ans
il a été arrêté a avoué a purgé sa peine et sort de prison
6 mois plus tard au péril de sa vie (6 mois d'hosto)
il a sauvé 30 enfants d'un bus alors que celui ci déraillait
car le chauffeur avait eu un arrêt cardiaque au volant

selon le principe de conséquentialisme
associé au principe d'agrégation l'acte précédent (le viol de l'enfant)
appartient au groupe des sacrifiés à partir du moment
où le nombre d'enfants qui sont au final dans le bien être
( les 30 sauvés ) sont considérés comme "pirmant"
par rapport à la bambinette

en outre quelques lignes plus bas
"Principe de maximisation.
L'utilitarisme demande de maximiser le bien-être général. Maximiser le bien-être n'est pas facultatif, il s'agit d'un devoir."


il est très étrange que dans cette définition de l'utilitarisme

d'un coté l'utilitarisme prône de se débarrasser des valeurs morales disons classiques pour refondre complètement la définition de la moralité , et que "pour faire passer la sauce" l'utilitarisme se réfère à la notion de devoir , sans la refondre celle ci , alors que cette notion de devoir fait partie de la morale ancestrale

ce qui me parait très contradictoire

une société construite sur le principe de l'utilitarisme et qui détruit la morale à ce point
ne me parait pas viable

c'est comme si on nous demandait de vivre perpétuellement dans "le choix de Sophie"
1 de sacrifié mais (chouette ) 2 qui peuvent être sauvés ! c'est à dire dans une relation uniquement de comptabilité (= s'il y en a plus de sauvés que de sacrifiés c'est tout bon)

et que deviennent les personnes les plus fragiles dans ce genre de société "idéale" ?
elles vont être irrémédiablement être sacrifiées puisqu'il n'y a plus de morale
sacrifiées pour le bien-être de la communauté
elles gênent dérangent voire coûtent à la majorité

donc pour le bien-être de la majorité hop faut que les être disparaissent

j'extrapole avec cet exemple exagéré mais l'absence de morale à ce point est une porte
ouverte vers l'élimination d'autres humains



















avatar
ou-est-la-question
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3903
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 61

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par Invité le Dim 13 Juil 2014 - 16:06

^^

La Résistance.

Avec ceux qui ont choisi de sacrifier leur sécurité relative, pour héberger des enfants et-ou des familles juives pendant cette guerre.
Les enfants d'Yzieu, par exemple, et tant d'autres villages ou familles ayant fait ce choix, au péril de leur vie.


En quelle catégorie classez-vous ce choix, ou ce devoir pour ceux qui le nomment ainsi ?  I love you



La "résistance" au terme global, au sens du dictionnaire, est d'ailleurs un concept entier à lui seul.



L'ego, est parfois aussi de "bien vouloir croire" quelque chose, un quelque chose qui passe "avant" d'aider les autres, au sens noble du terme.
Cela aide à protéger cette part d'ego qui reste. Au lieu de protéger "les autres".
Elle est une étape du chemin. Y passer est une étape, selon les axes pris par chacun.

Y être, y rester, ou ne pas l'avoir encore atteinte, ou l'avoir franchie, n'a d'importance que pour l'ego. Cette carapace de protection, perd sa fonction un jour, au cours d'une vie, et tombe au moment où elle est prête à tomber. Comme tout muscle, cela peut s'entraîner, se remettre en route lorsque c'est rouillé.





Tout choix, fonctionne à 75% du temps.
Les 25% restants, ce sont les évolutions qui décident si l'on franchi le level de passage.  I love you 

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par La Mangue le Dim 13 Juil 2014 - 19:54

Je vous apporte mon petit vécu sur la question. Malgré moi, je me sens de plus en plus Saint-Bernard. Je pense même que c'est écrit sur mon front, au marqueur indélébile, et j'ai beau frotter à l'eau pour que ça s'efface, ça reste. Mais seule une petite frange de la population le voit, malheureusement pour moi pas la bonne.

Au départ ça ne me dérangeait peut-être pas forcément, mais j'ai remarqué que depuis quelques années, j'attire des gens de plus en plus extrêmes.
- Tous ont minimum 10 ans de plus que moi, voir bien plus, mais vantent ma maturité, mon intelligence, ma force et mon caractère si "vrai".
- Tous sont des hommes blessés, divorcés, pères célibataires etc., ayant subi une expérience sentimentale traumatisante.
- Tous se prennent d'abord pour mes mentors, mes protecteurs. C'est une figure à laquelle j'avoue être sensible.
- Tous me font croire que je suis celle qui les sauvera. Celle qui leur a redonné le goût de vivre. Celle qui leur a sorti la tête de l'eau. Pour laquelle ils arrêtent de fumer et se reprennent en main.
Et le rêve dure quelques semaines au mieux.
Et ensuite? C'est le pervers narcissique qui se réveille, et dans la plus grande agressivité se débarrasse de moi en me faisant porter la pire culpabilité du monde : je deviens l’égoïste, l'égocentrique, celle qui ne voit pas leur peine et qui les dérange, celle qui devient presque l'origine des tourments. Si j'ose réclamer un signe de vie après plusieurs semaines sans nouvelle, je me fais copieusement insulter (ça a été le cas avec un de mes ex, gravement malade, autant dire que je n'ai pas supporté le silence radio).

Un tel revirement de situation, je ne le comprends pas, je ne le conçois pas, et dernièrement j'en ai souffert comme jamais - le pervers narcissique étant tellement doué, j'ai eu autant de colère contre lui que de culpabilité envers moi-même. Pour avoir été utilisée, trompée, mais aussi pas assez à la hauteur?

Alors certes, avoir le sentiment de sauver quelqu'un c'est valorisant, ça flatte l'égo. Mais perso, je n'ai jamais rien demandé, ce sont eux qui viennent me chercher et qui font tout pour m'avoir. Et pour quelle contrepartie? J'aimerais autant ne sauver personne. Car sauver quelqu'un c'est par la suite le laisser nous vampiriser jusqu'au bout.

Ça, autant du côté amoureux que du côté amical. Récemment j'ai du "rompre" avec un ami qui tombait amoureux de moi était obsédé par moi (surtout après chacune de ses ruptures). Au point de me faire passer pour ses béquilles, sa roue de secours, son seul moyen de s'en sortir dans sa peine - mais dans un esprit assez malsain et lourd. Je lui ai fait la demande d'arrêter, il a coupé les ponts sans sommation.

Bref, j'ai beau ne pas montrer mon empathie (surtout que mon caractère de Saint-Bernard, je ne l'offre pas à tout le monde!), les hommes - surtout les pervers et les manipulateurs, sentent la victime potentielle dont ils pourront profiter.
Moi ce que je me demande, c'est qu'est-ce que je montre, qu'est-ce que je laisse échapper pour que je ne me coltine que des gens comme ça. Et qu'est-ce que je dois changer?
Est-ce que c'est moi qui inconsciemment ne laisse approcher que les "pires" parce que je veux les sauver (même si aujourd'hui le personnage grand blessé de la vie me fait plus peur qu'autre chose), ou est-ce que ce n'est que de la malchance de ne pas avoir rencontré quelqu'un qui pourrait bénéficier de ma nature sans me faire de mal?

À force que le toutou se fasse tabasser par les victimes sauvées, il en revient à vouloir changer de métier. pale 
avatar
La Mangue
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 32
Date d'inscription : 10/07/2014
Localisation : à l'Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par the kick inside le Dim 13 Juil 2014 - 21:04

Ces personnes ne sont pas tant des PN que des puits sans fond pour lesquels tu ne donneras jamais assez et en même temps t'en veulent d'être compliante et généreuse à souhait comme si tu les affligeais d'une dette incommensurable alors qu'ils ne se sentent au fond pas dignes de ces attentions.

Dans ce que tu décris il y a quelque chose qui m'interpelle. Tu dis que la lune de miel (appelons ça comme ça) dure quelques semaines, quel est l'élément déclencheur qui fait basculer l'idylle dans un enfer névrotique ?

Si tu acceptes que l'on profite de toi c'est qu'il y a une raison, comme une culpabilité sous-jacente que tu expies en jouant les sauveuses, mais qui puise son origine dans un évènement en particulier (ça peut être le décès ou la maladie d'un proche face auquel tu t'es senti impuissante par exemple) ?
avatar
the kick inside
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 727
Date d'inscription : 08/01/2014
Age : 31

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par La Mangue le Dim 13 Juil 2014 - 21:42

Pour certains oui, ce sont des puits sans fond mais d'autres étaient bien des PN. J'ai du lire bouquins et témoignages pour m'en convaincre et réussir à me dégager de l'étreinte. Ça a été dur de l'admettre et de le réaliser, mais tout dans le comportement, les réactions, le fonctionnement y était.

L'élément déclencheur qui fait basculer la "lune de miel", je n'en sais rien, il ne vient pas de moi. C'est l'autre qui du jour au lendemain s'énerve, se prend d'agressivité à mon égard et se met à me haïr. Lassitude, peur de l'engagement, que sais-je. Je me disais qu'ils ne savaient pas ce qu'ils voulaient : en fait, leur nature confrontée à la mienne ne sont sans doute pas compatibles, c'est tout.

Oh mais je ne demande pas ce rôle de sauveuse - c'est eux qui me forcent à l'endosser, à sortir toute l'empathie bien rangée en moi. Lorsque j'ai à faire à un "blessé" j'ai au contraire tendance à m'en méfier, et s'ils réussissent à si bien s'approcher de moi c'est parce qu'ils jouent sur d'autres registres, notamment leurs visages forts qui me paraissent plus séduisants. Je ne vais pas vers les gens pour les sauver, j'attends davantage d'être amie avec eux, d'avoir confiance en eux pour les aider. Et c'est là qu'apparaissent les abus.
Mais ces profils sombres insistent à me tomber dessus pour en profiter. J'ai l'impression de ne rencontrer que ça! Rolling Eyes 
Si j'ai une culpabilité enfouie, je ne sais pas. Il y en a beaucoup comme il n'y en a pas, ça pourrait être tout ou n'importe quoi.
avatar
La Mangue
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 32
Date d'inscription : 10/07/2014
Localisation : à l'Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par ou-est-la-question le Lun 14 Juil 2014 - 8:59

Bonjour La Mangue

je t'envoie juste ceci comme piste de réflexion ..

après de longues années passées avec un PN , années durant lesquelles je me suis sentie coupable de tout ce qui se passait au sein du couple,et où , lorsque je faisais le bilan de moi-même et que je dressais sur un papier , d'un coté + (mes qualités) , de l'autre - (mes défauts) j'ai vu devant mes yeux : qualités ? zéro
bilan : j'étais 100% responsable de ce qui n'allait pas ,parce qu'entre autre ,que je n'avais que des défauts !

une fois séparés ,ma réaction première (après avoir ouvert les yeux sur les processus de manipulation subis) , a été : c'est lui le seul responsable de ce vaste gâchis ! et hop du coup les 100% de responsabilité passaient dan son camp

mais vite je me suis dit :attends attends tu raisonnes comme une noix ma petite , dépasse ta colère et pose ta réflexion
50/50 % de responsabilité chacun , ne serait-il pas plus juste ?
bien sur ,car ne sont manipulées que les personnes manipulables...

et j'ai donc réfléchi aux causes de mon "aveuglement passif" , de mon "acceptation passive"  ,qui ont duré des années ,afin de ne pas retomber dans le même genre de relationnel amoureux par la suite.

après , ce que l'on retrouve au fond de soi comme causes de cette acceptation passive tournent bien souvent autour de sentiments tels que les peurs de l'abandon , du rejet , de la trahison , de l'humiliation et de l'injustice que l'on a vécu au préalable , parfois tout cela mêlé

un exemple : lorsque dans l'enfance et l'adolescence  on n'a jamais eu trop la possibilité de dire NON à cause des effets néfastes sur soi que ce NON impliquait ,et bien on subit , on subit sans connaître les limites de notre acceptation puisque l'on n'a jamais eu l'occasion de les mettre en place , ces limites...

avatar
ou-est-la-question
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3903
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 61

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par Invité le Lun 14 Juil 2014 - 9:45

où-est-la-question a écrit:
et j'ai donc réfléchi aux causes de mon "aveuglement passif" , de mon "acceptation passive"  ,qui ont duré des années ,afin de ne pas retomber dans le même genre de relationnel amoureux par la suite.



où-est-la-question a écrit:un exemple : lorsque dans l'enfance et l'adolescence  on n'a jamais eu trop la possibilité de dire NON à cause des effets néfastes sur soi que ce NON impliquait ,et bien on subit , on subit sans connaître les limites de notre acceptation puisque l'on n'a jamais eu l'occasion de les mettre en place , ces limites...



Un peu de pratique des arts martiaux, ou des cours de self-défense, donnent l'habitude de se défendre tout-court.
Au moins le pli mental. Wink

Et après, cela peut (au choix) se voir, ou se sentir. Ou se cacher pour débusquer...  Laughing 
Ton mental devient également habitué à
1. veiller aux possibles dangers,
et 2. à garder un œil serein dessus.




Une autre façon d'apprendre le pli mental de se protéger, et de savoir se défendre, refuser, contrer... Les jeux de stratégie.


De manière plus large, ces deux options ont servi à l'Education des Grands pendant des siècles. Ce n'était pas pour rien.
Cela n'apporte pas que le pli mental de se défendre, et d'être confiant en soi. D'autres trésors s'y trouvent.
 study



Si aujourd'hui l'on rend ces deux aspects obligatoires dans une scolarité, mis aux programmes scolaires (self-défense et un art martial en sport + jeux de stratégie en logique-maths-histoire), on atteint alors des qualités qui servent à tous, durant toute la vie, dans tous les domaines.
Vous pouvez déjà le faire pour vous, et pour vos propres enfants, ou l'encourager auprès de vos proches.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par ou-est-la-question le Lun 14 Juil 2014 - 11:48

personnellement j'ai éduqué mes 3 enfants très jeunes (en ne pensant qu'à mon propre passé et sans penser du tout à ce que je vivais avec leur père, car je n'avais rien repéré le concernant) à dire NON (et notamment à me dire NON) mais un NON sans animosité aucune et qui n'a besoin d'aucune explication

ce NON  pour que je tienne compte de leur OUI et pour que tout le monde tienne compte de leur OUI dans un : "OUI moi je ne pense pas comme vous" "OUI moi je ne veux pas faire , n'ai pas envie de faire comme vous" etc etc
ce qui permet aussi chez un enfant de mettre en place ses limites et surtout de ne pas culpabiliser lorsqu'il dit NON


parallèlement à cet apprentissage du NON je leur ai appris aussi  la "règle des 3 P" (tirée de l'analyse transactionnelle) s'ils voulaient entreprendre quelque chose afin d'atteindre au mieux le but souhaité

1er P comme Protection = mettre un cadre à ce qui est entrepris, fixer les règles soi-même , pour écarter au maximum tout danger (ou tout inconfort) ...en somme là encore : apprendre à reconnaître ses limites

une fois la Protection assurée :
2è P comme Permission  : s'autoriser au changement , à découvrir l'inconnu , à expérimenter

et ce qui arrive après les 2 P c'est
le 3ème P qui est un  sentiment de Puissance , puissance d'être soi-même vraiment soi-même , et sensation pleine de vivre sa liberté (et pas de se sentir plus puissant qu'autrui ce n'est pas ça)


cette règle des 3 P peut s'appliquer également dans le relationnel entre individus , pour un sujet de discussion etc etc ...

je leur ai expliqué aussi quelques aspects de la manipulation qui pouvait être exercée sur autrui ..

peut-être que je voulais les aguerrir sur ce que moi j'étais incapable de faire ? il y a sans doute de cela

sinon en te lisant je n'avais pas "vu" cet impact positif des arts martiaux sur le développement et je souris en pensant que ma cadette en a fait un

mes enfants sont aussi 3 Santos Bernardos sans se faire dévorer pour autant , tout en pensant que l'une d'entre eux se laisse peut-être manipuler...


j'adhère 500% a ta proposition éducative

je ne savais pas ce qu'était le "pli mental' .... je lis ceci sur le sujet

http://www.interaction-et-changement.fr/Que-faisons-nous-lorsque-nous-nous.html
avatar
ou-est-la-question
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3903
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 61

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par La Mangue le Lun 14 Juil 2014 - 15:25

où-est-la-question a écrit:après , ce que l'on retrouve au fond de soi comme causes de cette acceptation passive tournent bien souvent autour de sentiments tels que les peurs de l'abandon , du rejet , de la trahison , de l'humiliation et de l'injustice que l'on a vécu au préalable , parfois tout cela mêlé
Il y a un croisement à la fois entre l'acceptation passive, et le syndrome du St-Bernard je pense, dans l'absolu. Après pour ce qui est de l'expérience personnelle, je rencontre trop de problèmes lors de mes tentatives d'introspection (notamment des problèmes de mémoire) pour dénicher la source, en supposant qu'il n'y en ai qu'une.

J'ai fait des arts martiaux lorsque j'étais jeune, j'ai arrêté à l'adolescence pour raison de santé. Malgré mon caractère qui frise parfois l'insolence, j'avoue avoir des soucis à dire non, surtout aux inconnus. La peur de vexer, blesser, passer pour "méchante".  Rolling Eyes 
avatar
La Mangue
Rayures apparentes
Rayures apparentes

Messages : 32
Date d'inscription : 10/07/2014
Localisation : à l'Est

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par ou-est-la-question le Mar 15 Juil 2014 - 6:16

peur de dire non = peur du rejet ? peur de l'abandon ? peur de ne pas être aimé(e) ?....à creuser...pourquoi pas ?

avatar
ou-est-la-question
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3903
Date d'inscription : 27/07/2012
Age : 61

Revenir en haut Aller en bas

Re: Syndrome du sauveur, ou dit du Saint-Bernard.

Message par Invité le Mar 15 Juil 2014 - 13:25

- Peur de dire non,
- ou pas appris à dire non,
- pas appris à l'utiliser dans les moments-clés, les moments où ensuite cela bascule sinon...

exemple:
Comme de savoir surveiller le lait sur le feu, savoir que lorsqu'on voit la "petite fumée" s'évaporer, ou apparaître la bordure blanchâtre, alors il faut stopper le lait, pour ne pas aller ensuite au débordement.


Voilà, le pli mental te donne l'accès à cette veille sereine.
A savoir dépister les changements anodins qui ne sont "rien" sur le moment, mais qui ensuite sont signes de la petite (ou grosse catastrophe) qui survient ensuite.


Et inversement, à savoir les émettre de ton côté, pour que le PN qui veille lui aussi (ou le gentil qui pourrait basculer à profiter de toi, ça arrive aussi), dépiste que là non, ce ne sera pas possible... ^^





Après, quand tu maîtrises, tu peux choisir de ne pas montrer tes signaux et de les rendre silencieux.  Rolling Eyes 
Histoire d'être fixé sur une personne, ou pour mettre à jour ce qui doit s'équilibrer.

Ou pour un casse-croûte, quand aucune solution ne permet d'équilibrer autrement. Scrountch.  Razz



PS: le pli mental, c'est comme l'origami.

Quand un pli est pris, il peut s'effacer ou se modifier plus difficilement.
Quand le bon pli est là, c'est le rail pour retrouver le bon chemin justement, ça suit tout seul, et se propage.
C'est ce qui est utilisé en feng-shui aussi par exemple. Le "pli" visible de la propreté, du rangement, de la clarté, se diffuse et marque ainsi le pli de cette propreté claire à l'esprit de ceux qui vivent là, ou y travaillent. C'est ainsi aussi que l'on bannit ce qui est "faux" (fleurs en plastique) ou fané (couleurs défraîchies, fleurs fanées).
Un lieu trop yin rendra la personne trop yin aussi.

Certains appellent parfois ce principe sous le nom "loi de l'attraction" (pas tous).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum