Déficit de l'inhibition latente

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par bandetarés! le Lun 17 Aoû 2015 - 13:26

animal non répertorié a écrit:ça ne dépend pas des moments, c'est systématique et c'est directement lié au bruit et souvent aussi aux odeurs
Mais ça te le fait aussi dans les endroits où tu te sens "bien"? Je veux dire les endroits où tu es "chez toi"?
(indiscrète, peut-être)

bandetarés!
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 193
Date d'inscription : 15/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Lun 17 Aoû 2015 - 13:30

Moi aussi, je demande juste pourquoi parle t-on de "déficit" . on ne parle bien sur pas ici de problème d'oui, mais de concentration si j'ai bien compris. Bon certains sont plus sensible à la lumière et d'autre non, ou distingue moins de choses dans l’environnement pour se concentrer sur des détails, doit-on voir des déficit ou normalité partout ?

enfin moi j'y vois encore vocable de médecin qui soumette ce que l'homme doit être et dans quel cas il souffre de déficit ou pas.
on va finir sous une couche d'uniformité.


Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par bandetarés! le Lun 17 Aoû 2015 - 13:34

@Hey Juda
De ce que je comprends, dans ce cas c'est un problème de discrimination des sons (dans le cas de l'animal). Ce n'est pas un problème d'ouïe à proprement parler, ni de concentration. Mais le fait qu'il n'y ait pas de focalisation.

bandetarés!
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 193
Date d'inscription : 15/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par EmiM le Lun 17 Aoû 2015 - 13:41

Hey Juda, je pense que tu ne sais pas ce qu'est l'inhibition latente. C'est une fonction cognitive qui permet de hiérarchiser/classer/trier les informations de toutes sortes afin de ne pas être submergé par trop d'informations simultanément au risque de provoquer une surchauffe du cerveau. Cette fonction permet donc de ne se concentrer que sur ce qui est "jugé" important dans le contexte présent.
Hors j'ai lu dans de nombreuses sources que les HP possédaient un déficit de l'inhibition latente ce qui engendre des conséquences.
Après chacun suppose ce qu'il souhaite entre cause et effet du déficit de l'inhibition latente et les faits que l'on observe dans notre quotidien, mais ce qui est sur c'est que ce déficit agit inconsciemment, au détriment de notre volonté, et au même titre que l'inhibition latente qui se fait inconsciemment ; de ce fait ce n'est pas lié à ce que tu peux contrôler, parce que cette fonction cognitive se fait à ton insu comme plein d'autres choses en mode automatique dans notre corps.

EmiM
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5675
Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 35
Localisation : Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Lun 17 Aoû 2015 - 13:52

Jambon a écrit:@Hey Juda
De ce que je comprends, dans ce cas c'est un problème de discrimination des sons (dans le cas de l'animal). Ce n'est pas un problème d'ouïe à proprement parler, ni de concentration. Mais le fait qu'il n'y ait pas de focalisation.

Oui, j'ai utiliser concentration, mais focalisation à le même sens dans ce que j'entendais. Le cerveau a une capacité de focalisation, quand nous faisons deux choses en même temps nous les faisons à moitié. Si je n'ai pas entendu ce que disait George à Julienne et robert, il peut y avoir x raison, peut être mon cerveau était alors utilisé pour d'autre chose, par d'autres de mes sens, peut être ai je vu Ernest passer derrière, ou pensais je à ma liste de courses, ou était embêté pas ce vêtement qui frotte contre ma peau etc...

Peut être que ce déficit est une bonne chose finalement, peut être que cela veut dire que j'ai besoin de la totalité de la capacité de mon cerveau pour traiter une informations, j'ai besoin d'une focalisation importante. Et bien tant mieux, mon cerveau ne traite pas les choses partiellement.

C'est que des idées, je n'en sais rien après tout. Mais voir ce jargon dégoûtant de ce qui doit être ou pas. On va faire passer touts les sensitifs, les rêveurs, les émotionnels, les amoureux pour anormal et fou, que restera t-il ? Et le pire, c'est que ces sensitif, rêveur etc... arrive à être persuadé de ces bêtise, qu'ils ont quelques choses qui cloche, qu'ils sont en "déficit" . On fabrique des malades.

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Lun 17 Aoû 2015 - 13:55

EmiM a écrit:Hey Juda, je pense que tu ne sais pas ce qu'est l'inhibition latente. C'est une fonction cognitive qui permet de hiérarchiser/classer/trier les informations de toutes sortes afin de ne pas être submergé par trop d'informations simultanément au risque de provoquer une surchauffe du cerveau.

ça j'avais plus ou moins compris .

EmiM a écrit: Cette fonction permet donc de ne se concentrer que sur ce qui est "jugé" important dans le contexte présent.

Et c'est là que j'en viens, comment ça se passe ? qu'est ce qui fait que moi et un autre, "jugeons" différemment ?


Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par EmiM le Lun 17 Aoû 2015 - 14:05

Le problème Hey Juda c'est que lorsque je parle de concentration ou de ce qui est jugé important, je parle d'un classement inconscient et toi tu l'appréhendes d'un point de vue conscient donc il n'est pas possible de parler de la même chose.
Ex : dans notre monde occidentalisé on apprendra aux enfants à faire attention aux prises électriques, aux voitures, aux couteaux et à tout ce qui peut être une source de danger pour lui... et tout apprentissage va induire de faire attention à certains éléments et pas à d'autres... Maintenant si tu es né dans une tribue d’Amazonie, ton apprentissage de ton environnement ne va pas induire les mêmes choses ; ainsi tu es adapté dans ton environnement mais tu ne le serais pas dans un autre sans un nouvel apprentissage.
Ce que ton cerveau trie et juge important ou non découle uniquement de ton expérience. Le fait d'avoir un déficit signifie simplement que ta traduction de l'environnement va différer par rapport à celui qui n'en a pas. Parce que ton cerveau trie moins et différemment, il va aboutir à d'autres conclusions que la majeure partie des gens. Maintenant il n'est pas possible de définir précisément en quoi ces conclusions sont mieux ou moins bien, plus ou moins erronées, efficientes ou pas, parce que cela dépendra de ta capacité à interpréter avec justesse ton environnement.

Il n'y aucune maladie et par conséquent rien à guérir...
Je ne sais pas pourquoi Hey juda tu focalises sur cette perception, mais sache qu'elle n'est pas unanime et que rien ne t'oblige à voir les choses sous cet angle "négatif"...
Je t'encourage à faire des recherches sur l'inhibition latente afin de bien mesurer ce dont il s'agit...


EmiM
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5675
Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 35
Localisation : Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Lun 17 Aoû 2015 - 14:10

Déficit me semble "négatif", après je me trompe surement, cela sonne peut être comme une pommade pour certains.

"Ce que ton cerveau trie et juge important ou non découle uniquement de ton expérience."

C'est à dire ? Je réitère ma question, comment ça marche ? De quelle expérience vient le fait que je n'entend pas ce que dis Paul mais que j'entends le tic tac de l'horloge au fond de la salle ?


Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par bandetarés! le Lun 17 Aoû 2015 - 14:14

@Juda
J'aurais dû développer, c'est vrai que ce que j'ai dit n'était pas clair.
Je voulais dire que ce n'était pas un problème de concentration volontaire, consciente, mais de celle qui se fait normalement automatiquement.
C'est pour ça que j'ai parlé de "focalisation", comme celle de l'appareil photo. En général ces processus nous échappent complètement.

Pour moi, lorsqu'on se concentre, c'est justement qu'il y a un problème. Trop de nouveautés d'un coup par exemple.
On se concentre pour mieux voir - on focalise pour oublier ce qu'on voit.

J'avoue, c'est hasardeux.
En plus, je n'ai pas lu le sujet. J'ai juste cliqué sur l'animal, qui a un pseudo marrant, et ça a affiché son message, qui m'a fait penser à quelqu'un, mais j'y connais rien à l'inhibition latente etc.
Je file.

bandetarés!
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 193
Date d'inscription : 15/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par EmiM le Lun 17 Aoû 2015 - 14:15

Hey juda a écrit:C'est à dire ? Je réitère ma question, comment ça marche ? De quelle expérience vient le fait que je n'entend pas ce que dis Paul mais que j'entends le tic tac de l'horloge au fond de la salle ?
Au risque de me répéter c'est inconscient... C'est l'inhibition latente... elle agit sur n'importe quel sens et au delà du sensoriel.... Il n'y a pas de mode d'emploi ou d'explication par A + B pour répondre à ta question en dehors de tes propres hypothèses.
En tout cas, si il y a une explication, je ne la connais pas, surtout qu'elle risque fort d'être différente d'un individu à un autre.

EmiM
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5675
Date d'inscription : 15/01/2014
Age : 35
Localisation : Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Lun 17 Aoû 2015 - 14:24

Jambon a écrit:@Juda
J'aurais dû développer, c'est vrai que ce que j'ai dit n'était pas clair.
Je voulais dire que ce n'était pas un problème de concentration volontaire, consciente, mais de celle qui se fait normalement automatiquement.
C'est pour ça que j'ai parlé de "focalisation", comme celle de l'appareil photo. En général ces processus nous échappent complètement.

Pas de soucis, c'est bien ce que j'avais compris. Mais comme pour l'appareil photo, il faut bien qu'il y ai une "mécanique" pour faire marcher la focale. Quel est ce mécanisme humain ? Et si on ne le connait pas, comment peut-on prétendre le contraire et dire "ça c'est un déficit, ça non" etc... Comprendre me semble t-il n'est pas "classer", catégoriser, comparer, juger, mais comprendre. Il n'y a pas de déficit ou non, juste des mécanismes différents.

C'est ce que je vois avec ces jargons de spécialiste de "l'homme" en ce moment : "Nous savons, nous savons" qu'ils disent, hors si ils ont vu l'aiguille tourner vers la droite, il n'explique en rien le mécanisme, peut être ont-il un problème de déficit ? : )



Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Lun 17 Aoû 2015 - 14:27

EmiM a écrit:Au risque de me répéter c'est inconscient... C'est l'inhibition latente... elle agit sur n'importe quel sens et au delà du sensoriel.... Il n'y a pas de mode d'emploi ou d'explication par A + B pour répondre à ta question en dehors de tes propres hypothèses.
En tout cas, si il y a une explication, je ne la connais pas, surtout qu'elle risque fort d'être différente d'un individu à un autre.

Donc ok, on parle donc de choses que l'on ne connait pas.

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par bandetarés! le Lun 17 Aoû 2015 - 14:56

Hey Juda a écrit:
Pas de soucis, c'est bien ce que j'avais compris. Mais comme pour l'appareil photo, il faut bien qu'il y ai une "mécanique" pour faire marcher la focale. Quel est ce mécanisme humain ? Et si on ne le connait pas, comment peut-on prétendre le contraire et dire "ça c'est un déficit, ça non" etc... Comprendre me semble t-il n'est pas "classer", catégoriser, comparer, juger, mais comprendre. Il n'y a pas de déficit ou non, juste des mécanismes différents.

C'est ce que je vois avec ces jargons de spécialiste de "l'homme" en ce moment : "Nous savons, nous savons" qu'ils disent, hors si ils ont vu l'aiguille tourner vers la droite, il n'explique en rien le mécanisme, peut être ont-il un problème de déficit ?  : )
Disons que les termes ne m'intéressent pas plus que ça pour le moment. Peut-être parce que je n'ai pas lu grand chose sur le sujet, pas de quoi m'énerver sur cette catégorisation, mais j'ai reconnu un fonctionnement que j'ai déjà vu.

Là, je découvre que c'est un phénomène connu, avec quelques éléments qui pourraient me permettre de mieux comprendre la chose. La catégorie, ici "déficit d'inhibition latente" va m'aider à le faire, à faire des recherches etc. Je ne pense pas que je comprendrai forcément la mécanique, mais je comprendrai peut-être un peu mieux le phénomène.
A la limite, on appellerait ça "tartiflette", ça reviendrait au même pour moi.

bandetarés!
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 193
Date d'inscription : 15/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Invité le Lun 17 Aoû 2015 - 19:04

Déficit d'inhibition latente veut dire qu'il y a moins d'inhibition que la norme je ne pense pas qu'il y ait un jugement derrière cela.
Et je suis de l'avis de Jambon surtout que quand les choses sont inexpliquées, elles passent pour bizarres mais quand elles sont comprises elles sont mieux acceptées par soi comme par les autres.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par bandetarés! le Lun 17 Aoû 2015 - 19:11

Après, j'avoue que seul le problème de l'audition m'intéresse, le reste ça ne me parle pas du tout.
Et si je voulais dire que ce n'était pas un problème de concentration, c'est parce qu'à la base (ne connaissant pas l'"inhibition latente") j'avais interprété ça comme de l'"hypervigilance" (pas plus explicatif) - en gros comme un excès de "concentration".

Bon, cette fois je vais m'arrêter là, je ne connais pas du tout ces trucs là.

bandetarés!
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 193
Date d'inscription : 15/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Lun 17 Aoû 2015 - 20:04

animal non répertorié a écrit:Déficit d'inhibition latente veut dire qu'il y a moins d'inhibition que la norme je ne pense pas qu'il y ait un jugement derrière cela.
Et je suis de l'avis de Jambon surtout que quand les choses sont inexpliquées, elles passent pour bizarres mais quand elles sont comprises elles sont mieux acceptées par soi comme par les autres.

Et si la norme est d'être con, doit-on s'y soumettre ? Norme ça ne veut rien dire pour moi. Norme n'a pas de jugement derrière, norme est un jugement.
Comprise ? comment peut-on comprendre quelque chose qui n'est pas capable d'être expliqué ? que ça soulage comme les pansements, je veux bien. Qu'on ai le sentiment d'avoir compris, je veux bien aussi, mais qu'on en est une compréhension clair et distincte, cela m'étonnerais.

Je veux bien qu'on m'explique que certains voient mieux que d'autres, mais alors qu'on me dise aussi pourquoi. Et me répondre "l'inconscient", c'est comme dire "je ne sais pas".

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par bandetarés! le Lun 17 Aoû 2015 - 20:11

Bon, sans surprise, je continue à causer.

Dans le cas des sons, ça m'est déjà arrivé qu'une personne soit vraiment gênée par un son que je n'entendais même pas... jusqu'à ce qu'elle m'en parle, et que je découvre que, effectivement, il y avait bien un son. Son qui, même si je finis par l'entendre, ne me gênera pas plus que ça, et que j'"oublierai" rapidement - tandis que cette personne continuera d'être gênée par ce son, qu'elle semble entendre autant que ceux qui sont plus proches.

Cela étant dit - j'ai regardé un peu cette histoire d'inhibition latente, je n'ai pas trouvé grand chose, j'ai l'impression de m'être encore fait arnaquer.
Donc, je finis par rejoindre ton point de vue, et j'me barre en ronchonnant.

bandetarés!
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 193
Date d'inscription : 15/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Lun 17 Aoû 2015 - 20:22

Jambon a écrit:Après, j'avoue que seul le problème de l'audition m'intéresse, le reste ça ne me parle pas du tout.
Et si je voulais dire que ce n'était pas un problème de concentration, c'est parce qu'à la base (ne connaissant pas l'"inhibition latente") j'avais interprété ça comme de l'"hypervigilance" (pas plus explicatif) - en gros comme un excès de "concentration".

Bon, cette fois je vais m'arrêter là, je ne connais pas du tout ces trucs là.

Je le vois aussi tel quel saucisson, parfois j'entends le moindre bruit que d'autres n'entendent pas, je sais l'identifier alors que d'autre ne savent pas encore. Et puis d'autre fois, je n'entends même pas ce que me raconte un tel à 1 mètre de moi. ma capacité de concentration, ma focalisation dépends de ça.
voilà l'inconscient.
C'est juste une question de qui ont est, la question des sens. Il n'y a pas de "déficit" qui serait mesuré selon une norme imaginaire. Pas de mieux ni de meilleur. Si ce n'est pas un problème d’ouïe, ce n'est pas non plus un problème psychologique.
Les gens veulent trop être normaux, et comme il le sont pas, l'on se trouve des prétextes. "nan mais j'ai un déficit etc... tu comprends ? oh comprends moi, c'est pas ma faute." comme si il était une faute à ça !
Encore heureux qu'il y est des gens qui savent détecter des sons lointain pendant que d'autres sont capable de tenir 3 convers en même temps. Et on s'en fout après tout, qu'est ce que c'est que cette histoire de norme et de déficit ? pourquoi n'explique t-on pas plutôt comment marche la concentration, ce qu'elle introduit dans l'esprit, ce qu'elle provoque, par quoi elle est "impulsé", mué, comment elle se transforme etc etc ?

La, la, la, ce truc là si il n'est pas déjà dans le dsm, je sens que ça ne va pas tarder. Je me demande si le monde n'est pas complètement perché.

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Invité le Mar 18 Aoû 2015 - 1:04

Hey Juda a écrit:Et on s'en fout après tout, qu'est ce que c'est que cette histoire de norme et de déficit ? pourquoi n'explique t-on pas plutôt comment marche la concentration, ce qu'elle introduit dans l'esprit, ce qu'elle provoque, par quoi elle est "impulsé", mué, comment elle se transforme etc etc ?

La, la, la, ce truc là si il n'est pas déjà dans le dsm, je sens que ça ne va pas tarder. Je me demande si le monde n'est pas complètement perché.
Certaines personnes filtrent naturellement plus d'informations "non nécessaires", et c'est la norme. C'est pour cela qu'on parle de déficit. Parce que d'autres sont exposées à tous les stimuli de l'environnement et doivent se concentrer sur l'information nécessaire.

C'est déjà dans le DSM, notamment par rapport aux phobies. Le cerveau est saturé d'informations à traiter.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Mar 18 Aoû 2015 - 1:23

Aimant a écrit:C'est déjà dans le DSM, notamment par rapport aux phobies. Le cerveau est saturé d'informations à traiter.

Je ne dis rien

"Qu'ils étaient heureux, Bouddha, Mahomet, Shakespeare de n'avoir pas de bons parents ni de docteurs pour soigner leurs extases ou leurs inspirations ! dit Kovrine. Si Mahomet avait soigné ses nerfs au bromure, s'il n'avait travaillé que deux heures par jour et s'était mis au régime lacté, cet homme remarquable n'aurait pas laissé plus de traces que son chien. Par les bons soins des docteurs et de braves parents, l'humanité finira par s'abrutir, la médiocrité sera considérée comme le génie,..."
A.P.Tchekhov

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Invité le Mar 18 Aoû 2015 - 2:12

Hey Juda a écrit:Je ne dis rien
Arf ... désolé ...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par bandetarés! le Mar 18 Aoû 2015 - 11:33

Hey Juda a écrit:
Je le vois aussi tel quel saucisson, parfois j'entends le moindre bruit que d'autres n'entendent pas, je sais l'identifier alors que d'autre ne savent pas encore. Et puis d'autre fois, je n'entends même pas ce que me raconte un tel à 1 mètre de moi. ma capacité de concentration, ma focalisation dépends de ça.
voilà l'inconscient.
Rouh, tu me fais papoter, méchante.
Disons que je ne le vois pas comme le fait de savoir identifier ou pas un bruit, mais dans le fait que le bruit s'impose, sans que tu puisses l'oublier. Si ça sort du mécanisme "normal" c'est parce que ça peut être très gênant, difficile à vivre, alors que c'est un processus qui est automatique chez la plupart des gens, ou pour les autres sens (par exemple, la personne que je connais ne semble pas avoir le même problème avec l'odorat).
Si on veut parler d'inconscient, dans ce sens là, on pourrait faire le parallèle avec certains apprentissages. Quand on apprend à conduire, par exemple, on est surchargé d'informations, on doit penser à tous ses mouvements - c'est fatigant et éprouvant. Puis, avant l'habitude, tu finis par conduire sans même t'en rendre compte, tu gères l'information sans avoir à y penser. La différence, c'est que tu peux choisir de te concentrer sur un point particulier, pour essayer de ne pas oublier la manière dont tu fais ce geste, pour le perfectionner. Alors ça n'a pas beaucoup de sens en conduite, mais on pourrait le voir pour le sport. Tu améliore ton crawl, et tu te concentres sur le mouvement de ton bras, pour avoir un mouvement plus efficace.
Là encore, ce sera difficile, mais ton effort consistera à "combattre" l'automatisme.

Et, si on restait toujours au niveau débutant, sans avoir aucun automatisme, ces activités seraient trop épuisante pour être agréables. C'est galérien de gérer toutes les infos consciemment, sans avoir moyen d'oublier ce qu'on fait.
On peut essayer d'imaginer ce que serait notre monde si on devait penser à tout en permanence. A la manière dont tu dois marcher, à la pression que tu dois exercer pour saisir un objet, au mouvement de ta langue pour prononcer un mot... ce ne serait pas possible.
Alors le parallèle n'est pas complet avec les sens, mais ça illustre un peu les choses. Lorsqu'on arrive dans un lieu, ou il y a une foule d'odeurs, on fini par en oublier certaines, pour capter avec plus d'intensité les nouvelles. Les fumeurs comprennent bien ce mécanisme, car ils ne sentent pas trop l'odeur du tabac qui les imprègne - par contre ils pourront sentir l'odeur nouvelle, inhabituelle, l'anomalie qui viendra sous leur nez.


C'est juste une question de qui ont est, la question des sens. Il n'y a pas de "déficit" qui serait mesuré selon une norme imaginaire. Pas de mieux ni de meilleur. Si ce n'est pas un problème d’ouïe, ce n'est pas non plus un problème psychologique.
Alors, ça dépend de la manière dont ça t'affecte. Si les sons t'empêchent de dormir, d'entendre tes interlocuteurs si il y a trop de bruits ambiants, ça peut être gênant et handicapant. Après, pour ce qui est de connaître la cause du problème, de savoir si cela provient d'une particularité cérébrale (suite à un traumatisme crânien par exemple) ou si c'est plus subjectif, c'est autre chose. Et ce n'est pas dit que l'origine soit la même dans tous les cas non plus. Et là, le soucis que j'ai avec ce "déficit d'inhibition latente" c'est que j'ai trouvé peu d'infos et de témoignages intéressants. Mais il aurait pu y avoir des pistes qui aident à mieux comprendre le phénomène.
A la base, j'étais larguée devant ça, il m'a fallu du temps pour comprendre que le "problème" venait du fait que cette personne ne discriminait pas les sons de la même manière que moi. Quand t'a quelqu'un qui entend un son que tu n'entends pas, ou qui ne te pose pas de problème, et que pour elle c'est la galère...beh tu te demande ce qui se passe  Laughing Là j'ai découvert une expression pour qualifier ce phénomène, mais elle ne m'apporte rien par rapport à mes premières impressions Neutral


Les gens veulent trop être normaux, et comme il le sont pas, l'on se trouve des prétextes. "nan mais j'ai un déficit etc... tu comprends ? oh comprends moi, c'est pas ma faute." comme si il était une faute à ça !
Bah, des fois ils voudraient simplement dormir, mieux.

Encore heureux qu'il y est des gens qui savent détecter des sons lointain pendant que d'autres sont capable de tenir 3 convers en même temps. Et on s'en fout après tout, qu'est ce que c'est que cette histoire de norme et de déficit ? pourquoi n'explique t-on pas plutôt comment marche la concentration, ce qu'elle introduit dans l'esprit, ce qu'elle provoque, par quoi elle est "impulsé", mué, comment elle se transforme etc etc ?
Sauf soucis d'audition, la plupart des gens distinguent ces sons, si il y a besoin de les distinguer  Wink

bandetarés!
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 193
Date d'inscription : 15/06/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Mar 18 Aoû 2015 - 15:43

@ Rillette : Je vois ce que tu veux dire; je suis d'accord, mais je dirais que pour celui par exemple qui a eu un traumatisme crânien, cela ne relève pas vraiment de la psychiatrie et quand bien même ça en releverait ce ne serait pas cas courant.

Là, moi ce que j'y vois, c'est que tout ceux qui ont un petit soucis vont pouvoir s’octroyer une maladie.

Je veux dire la vie ça glisse pas tout seul hein, on a tous nos problèmes, moi je ne supporte pas toucher certaines matières, je suis plus sensible au bruit, je peux pas passer mon permis dans des conditions de grosse affluence (bruit, mouvement, stress etc..) et d'autre encore.
Bon bé alors ? Faut pas vouloir ce que l'on ne peut pas aussi.
C'est bien ça le soucis je trouve, on te présente un modèle de réussite admettons, et si tu as des problème sur tes sens, ton caractère etc... case psy.
Enfin c'est absurde, c'est la vie ça, on a tous des soucis, très très peu doivent être entièrement dans la norme à bien y regarder.
Qui a fait penser a qui que la vie c'était simple et qu'il suffisait d'aller voir le psy au cas ou ?

Si t'a des soucis de ceci ou de cela, pourquoi s’entêter à vivre dans un environnement non conforme et aller voir le psy pour remédier à ces problèmes ? Pourquoi si ce n'est pour être dans la norme, pour ne pas être trop éloigner, par peur ? Pourquoi si ce n'est qu'on imagine pas qu'il y est des environnement qui puisse plus nous satisfaire ?

Moi je veux bien que celui qui ai de vrais soucis, enfin je veux dire je veux bien que le dsm existe. Mais là, pour un oui ou pour un non, tu as des raisons d'y aller. Moi je trouve ça un petit peu effrayant.

On fait croire aux gens que si il ont des soucis, ce n'est pas de leur fautes. Et ça.... Mais de quelles fautes ? Y'a pas de faute, pourquoi faire croire qu'il y en a une ?





Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Invité le Mar 18 Aoû 2015 - 16:10

Je suis d'accord avec toi Hey Juda mais d'un autre côté, nier les différence relève de la même démarche de dire que les différences sont des maladies. Les nommer, les reconnaître et les décrire n'est donc pas le problème, celui-ci serait peut-être plutôt le nom qu'on leur donne.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Narkyss le Mar 18 Aoû 2015 - 16:17

Je ne nie pas les différences, je dis qu'il n'y a pas de quoi en faire une différence.

J'ai beau être différente de lui ou elle, ou lui ou elle ont beau êtres différents, ont à les mêmes besoins, et en ceci nous ne sommes pas différents.

Ceci est plutôt le nom qu'on leur donne oui, et l’instrumentalisation qu'on en fait.

Narkyss
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2793
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Déficit de l'inhibition latente

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:37


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum