La Vie, L'Amour, La Mort

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Sam 28 Déc 2013 - 19:16

Bonjoir,

J'ouvre ce sujet thématique et d'humeur dans l'idée que "La Mort c'est plus fort que toi, et quoique t'aies fait de ta Vie, que tu aies Aimé ou pas, ou final, tu meurs"

Si c'est pas vraiment assez plus clair après cette définition, on dira que l'on pourra y traiter des 3 thèmes, indépendament les uns des autres ou, encore mieux, groupés par deux ou trois  pirat

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Sam 28 Déc 2013 - 19:19

Et vu que pour moi tout passe (souvent) par des chansons:


Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Ise le Sam 28 Déc 2013 - 19:36

La vie
On l'aime
La mort
Fait peur
L'Amour
On l'attend on le cherche on l'espère
Quand on est fort on le donne

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Sam 28 Déc 2013 - 19:42

Du tac au tac:

La Vie me peine parfois, me réjouis d'autres fois
La Mort, je l'ai accepté, depuis mon adolescence
L'Amour m'a souvent dérouté, de plus en plus guidé

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Ise le Sam 28 Déc 2013 - 19:45

Guerre : l'amour de la vie mène à la mort

Réconciliation : la mort de la vie ramène l'amour

Commerce : la mort et l'amour domaines de la vie

 Wink 

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par krapopithèque le Sam 28 Déc 2013 - 19:52


http://www.youtube.com/watch?v=REnE8DUSrO4&feature=player_detailpage  Like a Star @ heaven 

krapopithèque
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 2068
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 65
Localisation : sud

http://www.zebrascrossing.net/t11671-salutation-bonjour-kenavo-e

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par sylveno le Sam 28 Déc 2013 - 21:02

en vrac des paroles de rap. Je trouve que c'est un style souvent en plein dans le thème et souvent tellement vrai (rare l'amour mais ça arrive) :

l'Amour c'est comme une balle
Crois pas vraiment qu’un diplôme va rattraper ta vie de môme
L’amour de son tracé, m’a rayé pour toujours
Quand j’ai bu, j’suis méchant, j’ai le mort
L’amour a sûrement mis mon dossier en sursis
Il ta menacer de mort, dis j'ai rien vu m'sieur l'agent
Un peu d'amour, un brin de miel
Qu'importe ton origine ton rang social ou ta couleur le nombre de diplôme la mort passe te prendre à l'heure
la vie c'est dur quand t'es seul et mal-aimé
De ta vie on s'en bat
On peut changer de vie mais on ne meurt qu’une fois
La bourse ou la vie hombre, pas besoin de développer
L’amour trop souvent flirte avec la haine
De toutes façon, nos vies c'est du freestyle
l'amitié c'est l'amour véritable

sylveno
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3356
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 53
Localisation : à la campagne et à la ville

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Ise le Sam 28 Déc 2013 - 22:49






Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Carla de Miltraize III le Dim 29 Déc 2013 - 1:18

La mort n'est rien,

je suis seulement passé, dans la pièce à côté.

Je suis moi. Vous êtes vous.

Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.

Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné,

parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.

N'employez pas un ton différent,

ne prenez pas un air solennel ou triste.

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

Priez, souriez,

pensez à moi,

priez pour moi.

Que mon nom soit prononcé à la maison

comme il l'a toujours été,

sans emphase d'aucune sorte,

sans une trace d'ombre.

La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été.

Le fil n'est pas coupé.

Pourquoi serais-je hors de vos pensées,

simplement parce que je suis hors de votre vue ?

Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.



Canon Henry Scott-Holland (1847-1918), traduction d'un extrait de "The King of Terrors", sermon sur la mort 1910

Carla de Miltraize III
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4073
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 99
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Dim 29 Déc 2013 - 10:08



J'irai au Paradis - Daniel Darc (2007):
J'ai creusé un trou, j'y ai enfoui mon cœur
Je l'ai couvert de sang de boue et de sueur
Et quand je mourrai j'irai au paradis parce que c'est en enfer que j'ai passé ma vie

Quand je mourrai j'irai au paradis, c'est en enfer que j'ai passé ma vie
Quand je mourrai j'irai au paradis, c'est en enfer que j'ai passé ma vie
J'ai gâché ma vie

Combien de rupture combien de blessure
Un sourire hélas qui s'enfui s'efface, brule et s'enfui encore
Je serai indécis, je serai déjà mort

Quand je mourrai j'irai au paradis, c'est en enfer que j'ai passé ma vie
Quand je mourrai j'irai au paradis, c'est en enfer que j'ai passé ma vie
J'ai gâché ma vie,

J'ai cru être fou et ça ma fait peur
J'ai perdu mon sang, froid ma chaleur saoulant d'ennui
Sous nos belles torpeurs je serai loin d'ici je serai ailleurs

Quand je mourrai j'irai au paradis, c'est en enfer que j'ai passé ma vie
Quand je mourrai j'irai au paradis, c'est en enfer que j'ai passé ma vie
J'ai gâché ma vie

J'irai au paradis
J'irai au paradis
J'irai au paradis
J'irai au paradis

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Carla de Miltraize III le Dim 29 Déc 2013 - 10:23


Carla de Miltraize III
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 4073
Date d'inscription : 10/07/2012
Age : 99
Localisation : Toulouse *** Se guérir de nos malaises de l’âme implique souvent une bonne dose d’humilité, d’accueil de la nature humaine et de sympathie envers autrui et surtout envers nous-mêmes. Daniel Desbiens

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Dim 29 Déc 2013 - 13:14



The Infant Kiss - Kate Bush (1980):
Say good night-night
I tuck him in tight.
But things are not right.
What is this? An infant kiss
That sends my body tingling?
I've never fallen for
A little boy before.
No control.

Just a kid and just at school.
Back home they'd call me dirty.
His little hand is on my heart.
He's got me where it hurts me.
Knock, knock. Who's there in this baby?

You know how to work me.
All my barriers are going.
It's starting to show.
Let go. Let go. Let go.
I cannot sit and let
Something happen I'll regret.
Ooh, he scares me!

There's a man behind those eyes.
I catch him when I'm bending.
Ooh, how he frightens me
When they whisper privately.
("Don't Let Go!")

Windy-wailey blows me.
Words of caress on their lips
That speak of adult love.
I want to smack but I hold back.
I only want to touch.

But I must stay and find a way
To stop before it gets too much!
All my barriers are going.
It's starting to show.
Let go. Let go. Let go.
(Don't let go!)

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Invité le Dim 29 Déc 2013 - 15:32


Carla I love you pour avoir cité Henry Scott Holland.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Dim 29 Déc 2013 - 16:37



Une lettre oubliée - Juliette (2005):
Lui :
Mon amour, ma bien aimée,
Me voici trop loin de toi,
Comment survivre éloigné
De ton cœur et de tes bras ?

Elle :
De mon cœur et de mes bras
Tiens, je l'avais oubliée
Cette lettre et qui, ma foi,
Peut me l'avoir envoyée ?

Lui :
Si tu savais quel ennui
Loin de nos jeux amoureux
Elle :
Est-ce André ou est-ce Henri ?
Est-ce Paul aux si beaux yeux ?

Lui :
Rien ne distrait la folie
Qui m'entoure mais rien ne peut
Détourner mon cœur épris
Elle :
Oh non, ça ne peut être lui !

Lui :
Mon amour, mon feu, ma joie,
Je reviendrai, sois-en sûre
Elle :
Vrai, c'est la première fois
Que je vois cette écriture.

Lui :
Ton portrait posé sur moi,
Me protège et me rassure
Elle :
Cette lettre entre mes doigts
Serait-elle une imposture ?

Lui :
Oui, l'enfer est de ce monde
Mais le pire est de compter
Ces heures, ces jours, ces secondes
Qui nous tiennent séparés

Elle :
J'ai beau chercher dans la ronde
De mes amoureux passés
Dans quelle amnésie profonde
Cet amant-là s'est noyé

Lui :
Mon amour, ma toute belle,
Je t'aime et je t'aime tant
Elle :
Il n'y a rien d'éternel,
Rien qui ne résiste au temps

Lui :
Un baiser sur ta prunelle,
Sur ta bouche tout autant
Elle :
Rien qui ne résiste au temps
Et la mémoire est cruelle

Lui :
Mais adieu ma vie, mon cœur,
Il faut bien que je m'en aille
On m'appelle, il est six heures
A demain, vaille que vaille !

A moins que ton artilleur
N'ait pour seules funérailles
Que les tranchées et la peur,
Le vacarme et la mitraille

Elle :
Sur ces pages abîmées
Il manque une ultime morsure,
La certitude affirmée
D'une simple signature

Lui :
Mon amour, si d'aventure
Au front je devais tomber,
Je voudrais que tu me jures
De ne jamais m'oublier

Elle et Lui :
Je voudrais que tu me jures
De ne jamais m'oublier.

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Lun 30 Déc 2013 - 10:59

Mais on peut aussi en rire ...



 Dent pétée 

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Invité le Lun 30 Déc 2013 - 11:10

Sorry.
C'était inapproprié.


Dernière édition par NelseM le Lun 30 Déc 2013 - 12:07, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Ise le Lun 30 Déc 2013 - 11:23

Bon ben moi aussi alors c'est inapproprié !


Dernière édition par Ise le Lun 30 Déc 2013 - 16:02, édité 1 fois

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Ise le Lun 30 Déc 2013 - 12:07

Re

Désolée


Dernière édition par Ise le Lun 30 Déc 2013 - 16:02, édité 1 fois

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Lun 30 Déc 2013 - 15:51

Han NelseM !

Mais c'était une très belle illustration tout à fait dans la thématique !

Remet-nous ça affiché vite fait !!!  pirat 

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Lun 30 Déc 2013 - 16:00

La Vie, L'Amour, La Mort ... on trouve bien tout ça dans le Tango, et ça m'amène donc à cette collaboration mémorable:

Jean Guidoni sur un texte de Pierre Philippe mis en musique par Astor Piazzolla



Lames - Jean Guidoni - Album "Crimes Passionels" (1982):
(à venir les paroles  Rolling Eyes )

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Patate le Lun 30 Déc 2013 - 16:03

bon je dis ca je dis rien mais j'ai quand meme bien l'impression que l'amour est le pont entre la vie et la mort... le liant, l'addition, le but. bref c'est une trinité assez gagnante.

Patate
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7607
Date d'inscription : 11/09/2013
Age : 43
Localisation : Paris

http://www.zebrascrossing.net/t12645-pourquoi-patate

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par sylveno le Lun 30 Déc 2013 - 16:42

Éternelle question de l'homme.




À force de tourner la question sous toutes ces formes, un jour on aura la réponse

La mort, l’amour, la vie
J’ai cru pouvoir briser la profondeur de l’immensité
Par mon chagrin tout nu sans contact sans écho
Je me suis étendu dans ma prison aux portes vierges
Comme un mort raisonnable qui a su mourir
Un mort non couronné sinon de son néant
Je me suis étendu sur les vagues absurdes
Du poison absorbé par amour de la cendre
La solitude m’a semblé plus vive que le sang
Je voulais désunir la vie
Je voulais partager la mort avec la mort
Rendre mon cœur au vide et le vide à la vie
Tout effacer qu’il n’y ait rien ni vire ni buée
Ni rien devant ni rien derrière rien entier
J’avais éliminé le glaçon des mains jointes
J’avais éliminé l’hivernale ossature
Du voeu de vivre qui s’annule

Tu es venue le feu s’est alors ranimé
L’ombre a cédé le froid d’en bas s’est étoilé
Et la terre s’est recouverte
De ta chair claire et je me suis senti léger
Tu es venue la solitude était vaincue
J’avais un guide sur la terre je savais
Me diriger je me savais démesuré
J’avançais je gagnais de l’espace et du temps
J’allais vers toi j’allais sans fin vers la lumière
La vie avait un corps l’espoir tendait sa voile
Le sommeil ruisselait de rêves et la nuit
Promettait à l’aurore des regards confiants
Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard
Ta bouche était mouillée des premières rosées
Le repos ébloui remplaçait la fatigue
Et j’adorais l’amour comme à mes premiers jours.

Les champs sont labourés les usines rayonnent
Et le blé fait son nid dans une houle énorme
La moisson la vendange ont des témoins sans nombre
Rien n’est simple ni singulier
La mer est dans les yeux du ciel ou de la nuit
La forêt donne aux arbres la sécurité
Et les murs des maisons ont une peau commune
Et les routes toujours se croisent.
Les hommes sont faits pour s’entendre
Pour se comprendre pour s’aimer
Ont des enfants qui deviendront pères des hommes
Ont des enfants sans feu ni lieu
Qui réinventeront les hommes
Et la nature et leur patrie
Celle de tous les hommes
Celle de tous les temps.

Paul Eluard

sylveno
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3356
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 53
Localisation : à la campagne et à la ville

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Mar 4 Fév 2014 - 19:27

Quand l'amour n'est plus qu'un fil qui se tend à rompre entre la vie et la mort (en reprenant un peu ton image Patate, involontairement ou inconsciemment Wink )



Plus le cœur à ça - Madmoiselle K (2006):

Je voudrais arrêter là me faire une raison
Me dire enfin voilà c'est fini
Ce pont entre nous deux
C'était beau et joyeux
J'avais tant de désir
Mais pour deux

Refrain :
Bien sur j'ai peur du vide
D'être seule
Dans les moments rudes
Sans personne
Qui m'aime
Je t'aime encore parfois
Mais j'ai plus l'coeur à ça

Je veux pas couper les ponts
Juste m'en éloigner
Faut bien que les gens puissent traverser
Et comme ça on pourrait encore
Si tu veux bien
Se croiser

Refrain

J'voudrais retrouver les mots
Qui t'filaient des frissons dans l'dos
Un peu de volupté serait pas de trop
Et comme ça on pourrait faire comme si de rien n'était

Refrain

Je t'aime encore parfois
Mais j'ai plus l'coeur à ça
l'coeur qui bat

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Sol œil le Mar 4 Fév 2014 - 19:33

Quels rapports y a-t-il entre la mort et la vie ?
Y a-t-il une division entre la vie et la mort ? Pourquoi considérons-nous la mort comme un état séparé de la vie ? Pourquoi avons-nous peur de la mort ? Et pourquoi tant de livres ont-ils été écrits sur elle ? Pourquoi y a-t-il une ligne de démarcation entre la vie et la mort ? Et cette séparation est-elle réelle ou simplement arbitraire, une fabrication de l'esprit ?

Lorsque nous parlons de la vie, nous entendons un processus de continuité en lequel il y a identification. Moi et ma maison, moi et ma femme, moi et mon compte en banque, moi et mon expérience. C'est ce que nous appelons la vie, n'est-ce pas ? Vivre est un processus de continuité dans la mémoire, conscient mais aussi inconscient, avec ses luttes, querelles, incidents, expériences, etc. Tout cela est ce que nous appelons la vie et nous pensons à la mort comme à son opposé. Ayant créé cet opposé, nous le redoutons et commençons à rechercher la relation entre la vie et la mort Si nous parvenons à jeter entre l'une et l'autre le pont de nos explications, la croyance en une continuité, en un au-delà, nous sommes satisfaits. Nous croyons à la réincarnation ou à une autre forme de la continuité de la pensée, et ensuite nous essayons d'établir le rapport entre le connu et l'inconnu, entre te passé et le futur. C'est bien cela que nous faisons, n'est-ce pas, lorsque nous posons des questions sur tes relations entre la vie et la mort Nous voulons savoir comment jeter un pont entre le " vivre " et le " finir ". C'est là notre désir fondamental.

Pouvons-nous connaître la " fin ", qui est la mort, pendant que nous vivons ? Je veux dire que si nous pouvions savoir, pendant que nous vivons, ce qu'est la mort, nous n'aurions pas de problèmes. C'est parce que nous ne pouvons pas entrer en contact avec l'inconnu pendant que nous vivons, que nous en avons peur. Notre lutte consiste à établir un rapport entre nous-mêmes qui sommes le résultat du connu, et l'inconnu que nous appelons mort. Peut-il y avoir une relation entre le passé et quelque chose que l'esprit ne peut pas concevoir et que nous appelons mort ? Pourquoi séparons-nous les deux ? N'est-ce point parce que notre esprit ne fonctionne que dans le champ du connu, dans le champ du continu ? L'on ne se connaît soi-même qu'en tant que penseur, qu'en tant qu'acteur ayant certains souvenirs de misères, de plaisirs, d'amour, d'affections, d'expériences de toutes sortes ; l'on ne se connaît qu'en tant qu'être continu, sans quoi Ton n'aurait aucun souvenir de soi-même "étant" quoi que ce soit. Or, lorsque ce " quoi que ce soit " considère sa fin - que nous appelons mort - surgit en nous la peur de l'inconnu, donc le désir d'englober l'inconnu dans le connu, de donner une continuité au connu. Je veux dire que nous ne voulons pas connaître une vie incluant la mort, mais nous voulons nous persuader qu'un moyen existe de durer indéfiniment. Nous ne voulons pas connaître la vie et la mort, mais nous voulons apprendre à durer sans fin.

Ce qui continue n'a pas de renouveau. Il ne peut rien avoir de neuf, rien de créatif en ce qui continue. Cela semble bien évident. Au contraire, sitôt que s'arrête la continuité, ce qui est toujours neuf devient possible. C'est notre fin que nous redoutons. Nous ne voyons pas que le renouveau créateur et inconnu ne peut se produire qu'en cette fin du " quoi que ce soit " que nous croyons être. Le report quotidien de nos expériences, de nos souvenirs et de nos infortunes, bref tout ce qui vieillit en s'accumulant, doit mourir chaque jour pour que le renouveau puisse être. C'est chaque jour que nous devons mourir. Le neuf ne peut pas être là où est une continuité - le neuf étant le créatif, l'inconnu, l'éternel, Dieu si vous voulez. La personne, l'entité continue qui est à la recherche de l'inconnu, du réel, de l'éternel, ne le trouvera jamais, parce qu'elle ne trouvera que ce qu'elle projette hors d'elle-même, et ce qu'elle projette n'est pas le réel. Ce n'est que lorsque nous finissons, lorsque nous mourons que le réel peut être connu ; et celui qui cherche une relation entre la vie et la mort, un pont entre le continu et ce qu'il s'imagine exister au-delà, vit dans un monde fictif, irréel, qui est une projection de lui-même.

Et est-il possible, pendant que l'on vit, de mourir, c'est-à-dire de parvenir à sa fin, de n'être rien du tout ? Est-il possible, en vivant dans ce monde où tout " devient " de plus en plus (ou " devient " de moins en moins) où tout est un processus d'escalades, de réussites, de succès, est-il possible, dans un tel inonde, de connaître la mort ? Est-il possible d'achever chaque souvenir ? (Il ne s'agit pas des souvenirs des faits : de l'adresse de votre domicile, etc.) Est-il possible de mettre fin à chaque attachement intérieur, à une sécurité psychologique, à tous les souvenirs que nous avons accumulés, emmagasinés, et où nous puisons notre sécurité et notre bonheur ? Est-il possible de mettre fin à tout cela, ce qui veut dire mourir chaque jour pour qu'un renouveau puisse avoir lieu demain ? Ce n'est qu'alors que l'on connaît la mort pendant que l'on vit Ce n'est qu'en cette mort, en cette fin, en cet arrêt de la continuité, qu'est le renouveau, la création de ce qui est éternel.

Sol œil
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 619
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 28

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Woban le Mer 5 Fév 2014 - 1:48

Une ville aussi on l'aime, on y vit, on la fuit si elle se meurt ...



Je suis une ville - Dominique A (1999):

Je suis une ville dont beaucoup sont partis
Enfin pas tous encore mais ça se rétrécit
Il reste celui-là qui ne se voit pas ailleurs
Celui-là qui s'y voit mais à qui ça fait peur
Et celle-là qui ne sait plus, qui est trop abrutie
Qui ne sait pas où elle est ou qui se croit partie

Je suis une ville où l'on ne voit même plus
Qu'un tel n'est pas au mieux, lui qu'on a toujours vu
Avec les joues bien bleues, avec les yeux rougis
Ou avec le teint gris, mais bon, avec l'air d'être en vie
Un jour il est foutu et peu comprennent alors
Que la mort a frappé quelqu'un de déjà mort

Je suis une ville de chantiers ajournés
De fêtes nationales, de peu de volonté
De fraises qui prolifèrent le nez bien dans le verre
De retrouvailles pénibles car sur un pied de guerre
De visites écourtées ou dont on désespère
Je suis une ville couchée la bouche de travers

Parce qu'il y fait trop froid, parce que c'est trop petit
Beaucoup vont s'en aller car beaucoup sont partis
Il en revient parfois qui n'ont pas tous compris
Ce qui les ramène là et les attend ici
Ils ne demandent qu'à dire combien ils sont heureux
D'être là à nouveau, qu'on les y aide un peu

Qu'ils ne comptent pas sur moi pour les en remercier
On ne remercie pas ceux qui vous ont quittés
Qui reviennent par dépit et ne le savent même pas
Ils ne savent rien de rien et pourtant ils sont là
Et je suis encore fière et plutôt dépérir
Que de tout pardonner, que de les accueillir

Je suis une ville dont beaucoup sont partis
Enfin pas tous encore mais ça se rétrécit
Et je suis bien marquée, d'ailleurs je ne vis plus
Que sur ce capital, mes rides bien en vue
Mais mes poches sont vides et ma tête est ailleurs
Je suis une ville foutue qui ne sait plus lire l'heure
Qui a oublié l'heure
Qui ne sait plus lire l'heure
Qui a oublié l'heure

Woban
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1863
Date d'inscription : 30/09/2012
Age : 48
Localisation : pAca

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Vie, L'Amour, La Mort

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:18


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum