Maman outai ?

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Ise le Lun 30 Déc 2013 - 14:17

Scuse mais "elle est grave ta mère" je le pense sérieux. Tu nous as parlé de son passé ?

La présentation de la mère de Cheval Rayé permet de comprendre pourquoi elle s'est comportée ainsi.

J'aimerais avoir un regard moins accusateur sur la tienne.

Faire un truc pareil à une de mes fils mais c'est destructeur

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Aethos le Lun 30 Déc 2013 - 15:18

Oui en entrée de POst en réaction à ta propre présentation ;-)
Mais ne sois pas si dure avec toi-même voyons... tu as le droit d'être accusatrice Pété de rire

Ma mère donc, une longue histoire, mais on va la faire brève:

- Cadette famille de 4 enfants

- Perd son père à 4 ans

- Se lance dans la chanson très tôt (interprète), bosse dans plein de trucs, très croyante au début, un peu moins par la suite

- Ne marie mon père finalement que parce que des amies à elle, alors qu'elle a 34 ans lui disent d'arrêter de l'envoyer chier (il fera des allers-retours Genève - Jura juste pour aller la draguer Oo...taré ce mec....mais j'ai hérité de lui pour ça )

- se marie à 34 et m'aura à 37... Fils unique, qu'elle verra comme une grosse oreille après sa narcose pour la césarienne (je m'étais retourné à priori). Le tout doublé d'une belle hémorragie interne lors de l'op, et d'une puissante post-partum.

- arrête de chanter quelques années après ma naissance

Bref: rapport ultra conflictuel aux hommes; féministes, castratrice; violente dans ses propos, jamais remise du décès de son papa a priori, elle rêvait d'une légionnaire, elle a eu un nounours HP a priori... un père capable de se foutre dans des colères noires... tellement il prenait tous les jours... Pis elle, toujours sur de son bon droit à péter et démolir les gens. Pis après, à venir minauder pour avoir de la tendresse... à hurler à plein poumon dès qu'on disait un truc du genre "tu n'es pas parfaite"... alors qu'elle nous le jetais au visage tous les matins.

Rapport ultra coupable à sa mère, qu'elle a quitté pour venir s'établir dans la région ou on vit. Malade de culpabilité. Rapport conflictuel durant des années avec son frère, figure paternelle de substitution au sein d'une famille catholique très pratiquante, dont nous ne traiterons plus de la préséance des hommes, révolté contre tout, jamais contente du moindre cadeau perçu comme une excuse aux erreurs commises par les autres à son égard.

Hypothèse: ma mère, ultra coupable avant ma naissance a trouvé un prolongement idéal à sa culpabilité toute religieuse dans ma naissance et dans sa post partum. Peut-être s'en veut elle tellement de ne pas avoir ressenti d'amour au départ, qu'elle sur-compense depuis. Possible, mais bon...

C'est une femme profondément malheureuse quoi qu'il en soit et dont le seul fils aura essayé durant 33 ans de la remonter... sans rien pouvoir y faire. A titre d'exemple, maintenant qu'elle sait que je suis "HP" elle balance des monstruosités du genre à table devant des invités: " Je ne laisserai plus personne dire du mal de mon gamin, plus maintenant... "et la phrase s'arrête là... Et j'ai été très très triste pour elle... Je sais seulement aujourd'hui que cela n'est pas et n'a en fait jamais été mon problème... Je ne me sens plus coupable.

Juste un peu responsable de ce que ces dernières années, comme elle se plait à les appeler depuis 15 ans déjà, se passent le mieux possible. Elle n'y peux rien...mais que de mensonges dans sa force affichée et dans la violence systématique dont elle a fait usage soi-disant pour se protéger... Se protéger de gens qui voulaient son bien...

Lorsqu'elle me passe un coup de fil, alors qu'elle sait pertinemment que l'on se verra au moins une fois la semaine, la première chose qu'elle dit à chaque fois :" Je viens aux nouvelles (implicite tu n'en as pas prises)... et comme tu n'appelais pas hein , bah je t'appelle pour te dire que ".... 9/10 bourré au téléphone, pétée en revenant d'un apéro, pas bien, etc.

L'autre jour avant l'anniversaire de la belle-mère, elle appelle le soir d'avant bien faite, parce que forcément y a eu un repas chez des amis, pour savoir à quelle heure je serais là-bas (chez la "belle-mère") alors que je lui ai dit 10 fois que je bossais de 8h00 à 21h00 pour la fête... Ahhh mais alors tu seras déjà là-bas quand on arrive... Pis alors? Tu peux pas débarquer chez des gens chez qui tu es invitée sans moi ou quoi????

Mais bon... je veux pas lui "taper" dessus plus que nécessaire. Elle a 71 ans... elle est fatiguée d'une vie qu'elle croit avoir ratée, son fils en premier, son mariage ensuite, un mari finalement infidèle et polyvalent sexuel... qu'elle a flingué autant que faire se peut, mais dès que quelqu'un attaquait mon père dans ses amis, elle prenait sa défense becs et ongles... Oo chercher l'erreur... genre je te fous sur la gueule pour te réconforter ensuite!

Je ne sais pas si c'est moi qui débloque pour être franc... je ne sais même pas si tout cela est vrai aujourd'hui, tant le voile qui s'est déchiré il n'y a pas si longtemps me révèle une vérité, que je supputais certes, mais encore bien plus étonnante que ce que je pensais.

Pis bon, quand on a le malheur de lui dire qu'elle est alcoolique, alors là.... Ce qui m'ennuie, ce n'est pas tant qu'elle boive... c'est qu'elle ne gère absolument pas! Je picole plus qu'elle... si on a du me ramasser deux fois dans ma vie c'est un max et j'ai jamais de trous noirs moi! Alors quand j'invite 15-20 potes pour un barbecue dans leurs chalet au bord du lac et qu'elle est ravie, à 13h, qu'un pote l'aide à descendre dans l'eau en appuyant le fait que c'est le seul à avoir fait attention à elle... Oo... T'ain elle aurait été nette elle entrait dans l'eau comme une fleur en se tenant à la main courante! Alors oui, j'ai pas bougé le petit doigt pour l'aider, parce qu'il faut arrêter de se martyriser toute seule hein! Le genre du "j'arrive pas à faire un truc parce que je suis fatiguée et vieille" alors que c'est surtout parce qu'elle est tellement pétée qu'elle se voit plus les pieds...

Ce même pote qui a fait de moi le parrain de son gamin.... Vous l'auriez vue... on aurait dit qu'enfin quelqu'un reconnaissait la valeur de son fils... Oo... quelle fierté... Elle lui a écrit bien rapidement pour lui dire combien elle était touchée de savoir que quelqu'un me faisait confiance comme ça... Bis repetitam... et bis bis et bisquera ;-)

Cela fait 33 ans qu'il faut un tiers pour rappeler à ma mère qu'elle a un fils...fils dont elle ne devine pas le tiers de ce qu'il a fait dans sa vie et qui ne saura jamais ce que je ferai ensuite! C'est clair et je me fous de savoir qu'elle sache ou non!

Aethos
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 718
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 36
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Cheval rayé le Lun 30 Déc 2013 - 18:22

Aethos a écrit:On ne sait jamais trop quoi dire ou écrire après de telles vérités... Non que cela aide à relativiser...simplement que cela est tellement troublant de voir les gens... Vraiment et les voir s'ouvrir un peu. Cela me touche beaucoup ton témoignage. Une sacrée force comme le relève ISE...

J'ai l'impression que la plupart des gens sont plus forts qu'ils ne le croient. Mais dans mon cas, je crois que j'ai vécu à 30 ans ce que la plupart des gens vivent dans leur petite enfance, quand ils disent à leur mère "Non, je suis capable toute seule!"

Et à te lire comme cela, je ressens presque ce qui se passera le jour où la mienne partira. Et j'y ai déjà pensé, j'en ai déjà pleuré et je sais que ce jour la douleur sera vive... non pas tant qu'elle me manquera, mais bien que je saurai la vérité et que peu de gens qui seront présent seront prêt à l'affronter.

Il n'y a pas de résolution facile à ça. Au moins tu t'y seras préparé à l'avance.

merci pour tout cet amour que tu aurais voulu donner...

Tiens, je n'ai jamais vu les choses sous cet angle-là. Ça peut être une piste pour débloquer certains trucs. Merci.

Basilice a écrit:Je m'aperçois seulement que les mères étouffantes (très toxiques) sont plus nombreuses qu'on ne le pense, mais qu'elles sont difficiles à identifier comme telles parce que "si gentilles" ou si "ordinaires" si on les regarde sous leur meilleur angle.

La mienne n'était pas seulement "gentille" ou "ordinaire". Elle était vue comme une femme courageuse qui s'est sacrifiée pour élever une enfant "à problèmes" toute seule, sans aucune aide (car oui, si les relations étaient tendues entre nous, c'était parce que moi, j'avais des problèmes qu'il fallait résoudre). Elle ne méritait sans doute pas tout le manque de reconnaissance et le détachement de ma part qu'elle a dû subir durant ses dernières années de vie.

Je trouve ton témoignage porteur d'espoir, parce qu'il sent la liberté. La liberté d'être soi, en dépit de ce que d'autres ont voulu pour nous.
Et quant à inventer, avec les autres, oui, et tu trouveras. Courage. Smile

Merci Smile.

Aethos a écrit:Moi ma mère, pour Noël, elle m'offre un truc...et sur la carte il était écrit: "La meilleures des aimées pour toi" Oo ... Horreur... Nan mais faut vraiment qu'elle redescende de son nuage là... c'est pas avec elle que je vais avoir des gosses... et plus le temps passe plus je me dis que je vais attendre son départ avant d'en faire...  Shocked

Si j'étais toi, je serais tellement rendue sur un autre continent, sans adresse ni numéro de contact. Oui, elle aura peut-être eu besoin d'aide "pour se faire remonter", mais ce n'était pas à toi de le faire durant ces 33 dernières années et ça ne le sera pas dans les prochaines années non plus. Tu n'es pas venu au monde dans ce but-là, même si ta génitrice semble le croire. Elle ne semble pas avoir été là pour toi, sauf peut-être pour les besoins physiques de base, alors pourquoi devrais-tu être là pour elle malgré tout? Et l'âge n'est pas une raison de lui rendre la vie plus facile. C'est elle qui ne s'est pas rendu la vie facile en faisant les choix qu'elle a faits, donc c'est à elle d'en subir les conséquences, aussi pénibles soient-elles pour vous deux. Tu n'es ni sa mère ni son père. J'ai l'impression qu'un peu de tough love serait de mise ici, même s'il n'y aura probablement pas de leçons à en tirer.

Cheval rayé
Zèbre timide
Zèbre timide

Messages : 28
Date d'inscription : 19/12/2013
Age : 48
Localisation : Montréal

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Aethos le Mar 31 Déc 2013 - 8:55

Fear - Ben Howard (fantastique)

Mama, cold hearted child, tell me how you feel
Just a blade in the grass, spoke unto the wheel
Mama, cold hearted child, tell me where it's all gone
The luster of your bones, those arms that held you strong

I been worryin' that my time is a little unclear
I been worryin' that I'm losing the one's I hold dear
I been worryin' that we all live our lives in the confines of fear

Mama, cold hearted child, tell me how you feel
Just a grain in the morning air, dark shadow on the hill
Mama, cold hearted child, tell me where it all fall's
Oh this apathy you feel will make a fool of us all

I been worryin' that my time is a little unclear
I been worryin' that I'm losing the one's I hold dear
I been worryin' that we all live our lives in the confines of fear

Oh I will become what I deserve

I been worryin', I been worryin', I will become what I deserve

I been worryin' that my time is a little unclear
I been worryin' that I'm losing the one's I hold dear
I been worryin' that we all live our lives in the confines of fear


Aethos
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 718
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 36
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Basilice le Mar 31 Déc 2013 - 9:12

[quote="Cheval rayé"]
Aethos a écrit:Elle ne méritait sans doute pas tout le manque de reconnaissance et le détachement de ma part qu'elle a dû subir durant ses dernières années de vie.

Je te dis comment je vois les choses, à la lecture de ton histoire et des précisions que tu ajoutes.
Ce n'est pas une question de mérite pour elle, ça a été une question de survie pour toi.
Ta mère n'a pas pu faire autrement, vu d'où elle venait.
Elle avait ses limites, elle a fait avec... Tu as dû faire avec aussi.
Elle ne méritait pas quoi que ce soit de particulier, elle a juste récolté ce qu'elle avait semé, sans comprendre ce qu'elle avait semé (dans sa tête, elle avait semé autre chose).
Comme tu le disais plus haut, pour danser le tango il faut être deux.
Ta mère se voyait "une" avec toi (indifférenciée), et elle t'a fait porter tout ce qu'elle n'assumait pas, toutes ses immaturités.
C'est criminel, seulement elle ne le savait pas et elle n'aurait pas pu le comprendre.

J'ai vécu récemment une expérience, je partage : j'ai acquis suffisamment de distance affective pour me positionner autrement face à un proche "qui n'est pas de mon humanité"...
Eh bien, cette personne ne supporte pas, et elle me ramène systématiquement à la rupture. C'est encore pire lorsque je reconnais et valorise ce qui est bien, ce qui va bien.
Cela déclenche immédiatement attaques, cynisme, piques acerbes et compagnie. En fait, quoi que je fasse, je m'en prends plein la poire.
Ce n'est pas moi qui souhaite la rupture, c'est l'autre qui m'y pousse pour me faire porter la responsabilité de cette rupture.
Depuis que j'ai vérifié ça, je me sens mieux, plus en paix avec moi-même.
Je ne cherche plus de solutions, je travaille sur moi et sur la protection que je peux m'apporter.
Sans doute qu'à terme, cette personne dont je parle ne souhaitera même plus être en contact avec moi parce que...
... Elle ne me reconnaîtra pas comme faisant partie de son humanité.


Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Aethos le Mar 31 Déc 2013 - 9:46

@Basilice: c'est effectivement ce que je j'ai compris avec ma psy... qui est effectivement du même avis que toi ;-)
Et je l'ai bien intégré... comme toi j’œuvre à valoriser ce qui est bien et ce qui fut fait de bon et de beau. Pourtant, comme toi, elle me ramène à cette rupture inconsommée et impondérable qui l'envahit sans arrêt.

C'est assez impressionnant. Maintenant entre pousser l'autre à la rupture et simplement dire, je vois ce que je vois, et ce n'est pas parce que tu ne vois pas les choses qu'elles n'existent pas, il y a un fossé énorme. Moi par exemple dans ma vie je peux effectivement parfois mettre mon choix sur la table en disant ceci: Voilà ce que je suis, pas autrement ni quelqu'un d'autre...j'ai le choix de rester.... et toi? Que feras-tu de ta vraie liberté, qui est celle de partir comme de rester... mais ce sera ton choix. Non qu'il y ait une quelconque culpabilité au départ, mais j'en ai raz-le-bol des gens qui se sentent "obligés" de rester pas conformation sociale et par délire égotique de peur de la perte du lien.

Du coup je leur rends systématiquement ce qu'il hurle posséder en permanence... leur vrai libre arbitre... faut voir comment ils se conchient devant cette responsabilité qui est la suivante: de ce moment personne ne pourra plus jamais me dire que c'était imposé... et cela leur fout les jetons quelque chose de magnifique... ne plus avoir de "couteau" sous la gorge...tout d'un coup ils flippent... quelque chose de grave! Les seules personnes que je fréquentent encore sont celles qui décident les choses, en sachant pertinemment que toutes les conséquences ne sont pas données a priori. C'est tout, c'est un fait irréductible, mais ce n'est pas grave, je ne vois pas en quoi cela freine les choix!

J'aime beaucoup ton adage "qui n'est pas de mon humanité"... Ma mère est d'une humanité sans faille pour bien des choses...admirable et belle...cependant aujourd'hui, je sais effectivement voir les choses telles qu'elles sont et non je me leurrerai plus sur cela. Par contre, il serait de bon ton qu'elle sache que c'est précisément parce que l'autre lui reconnait la légitimité de ses erreurs qu'il reste. Et elle est parfaitement légitime d'où elle vient. Mais elle s'est tellement concentrée sur d'où elle venait qu'elle en a oublié de savoir ou elle était. Et cela je ne peux rien faire! Toujours à regarder en arrière et au loin...jamais à voir ce qui se passait ici et maintenant. Pour ces gens je ne peux plus rien...

Aethos
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 718
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 36
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Basilice le Mar 31 Déc 2013 - 10:46

Oui, renvoyer les gens à leurs responsabilités, ça les fait flipper parfois. Smile
 
C'est marrant comme quelqu'un de gentil peut devenir enragé quand on lui met sa responsabilité sous le nez...
Et je dis ça pour moi aussi, je me soigne mais j'ai un passif, et j'ai pas fini de me soigner !

Pour ces gens je ne peux plus rien...

Pour eux non, reste à choisir quelle relation tu souhaites avec chacun d'eux.
Tes parents sont toujours ensemble, je crois ?

"Pas de mon humanité", je trouve que ça explique mieux ce qui se produit sous l'angle de la relation.
Ce n'est pas l'un qui est gentil et l'autre méchant, l'un qui a raison ou l'autre tort, l'un qui est humain et l'autre inhumain, c'est simplement deux fonctionnements si différents qu'ils mènent à l'incompréhension. (Evidemment, j'ai ma définition de l'humanité, sinon je ne pourrais pas employer le terme ! Razz )
En ce qui me concerne, je n'ai pas choisi la rupture - pour le moment en tout cas.
Suite au prochain épisode...  clown 




Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Ise le Mar 31 Déc 2013 - 13:14

Merci Basilice (encore une fois, "et c'est pas fini " Wink )
Pour cette révélation...
Il veut nous faire porter le poids de la responsabilité de la rupture...
Alors rompre serait entrer dans son jeu

CLAIRVOYANCE

 sunny 

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Ise le Mar 31 Déc 2013 - 13:50



Extraordinaire illustration...

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Basilice le Mar 31 Déc 2013 - 14:51

Ise a écrit:Il veut nous faire porter le poids de la responsabilité de la rupture...

Dans mon cas, ça se vérifie de plus en plus.
Je pense que c'est en rapport avec la haine de soi.
Kharmit dit quelque chose d'intéressant là-dessus, sur le fil qui traite de misogynie.

Ise a écrit:Alors rompre serait entrer dans son jeu

Pas forcément.
Si arrêter de nourrir le lien est une décision réfléchie, pesée, un renoncement conscient et assumé, ce n'est pas rentrer dans le jeu d'un autre.
C'est jouer avec sa tête, son coeur, ses cartes et ses valeurs. C'est prendre ses responsabilités.
Si la rupture est issue d'une réaction, je pense qu'il est important de travailler "l'après", le "sans", en thérapie.

Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Ise le Mer 1 Jan 2014 - 13:03

Bizour Aethos, premier poste cette année pour toi
En fait je savais en le demandant que tu avais déjà parlé de ta mère. Et j'espérais juste que tu me dirais va voir tel post ! Tu as tout réécrit, désolée

Aethos a écrit:
- Cadette famille de 4 enfants

- Perd son père à 4 ans

- Se lance dans la chanson très tôt (interprète), bosse dans plein de trucs, très croyante au début, un peu moins par la suite

- Ne marie mon père finalement que parce que des amies à elle, alors qu'elle a 34 ans lui disent d'arrêter de l'envoyer chier (il fera des allers-retours Genève - Jura juste pour aller la draguer Oo...taré ce mec....mais j'ai hérité de lui pour ça )

- se marie à 34 et m'aura à 37... Fils unique, qu'elle verra comme une grosse oreille après sa narcose pour la césarienne (je m'étais retourné à priori). Le tout doublé d'une belle hémorragie interne lors de l'op, et d'une puissante post-partum.

- arrête de chanter quelques années après ma naissance

Bref: rapport ultra conflictuel aux hommes; féministes, castratrice; violente dans ses propos, jamais remise du décès de son papa a priori, elle rêvait d'une légionnaire, elle a eu un nounours HP a priori... un père capable de se foutre dans des colères noires... tellement il prenait tous les jours... Pis elle, toujours sur de son bon droit à péter et démolir les gens. Pis après, à venir minauder pour avoir de la tendresse... à hurler à plein poumon dès qu'on disait un truc du genre "tu n'es pas parfaite"... alors qu'elle nous le jetais au visage tous les matins.

Rapport ultra coupable à sa mère, qu'elle a quitté pour venir s'établir dans la région ou on vit. Malade de culpabilité. Rapport conflictuel durant des années avec son frère, figure paternelle de substitution au sein d'une famille catholique très pratiquante, dont nous ne traiterons plus de la préséance des hommes, révolté contre tout, jamais contente du moindre cadeau perçu comme une excuse aux erreurs commises par les autres à son égard.

Hypothèse: ma mère, ultra coupable avant ma naissance a trouvé un prolongement idéal à sa culpabilité toute religieuse dans ma naissance et dans sa post partum. Peut-être s'en veut elle tellement de ne pas avoir ressenti d'amour au départ, qu'elle sur-compense depuis. Possible, mais bon...

C'est une femme profondément malheureuse quoi qu'il en soit et dont le seul fils aura essayé durant 33 ans de la remonter... sans rien pouvoir y faire. A titre d'exemple, maintenant qu'elle sait que je suis "HP" elle balance des monstruosités du genre à table devant des invités: " Je ne laisserai plus personne dire du mal de mon gamin, plus maintenant... "et la phrase s'arrête là... Et j'ai été très très triste pour elle... Je sais seulement aujourd'hui que cela n'est pas et n'a en fait jamais été mon problème... Je ne me sens plus coupable.

Juste un peu responsable de ce que ces dernières années, comme elle se plait à les appeler depuis 15 ans déjà, se passent le mieux possible. Elle n'y peux rien...mais que de mensonges dans sa force affichée et dans la violence systématique dont elle a fait usage soi-disant pour se protéger... Se protéger de gens qui voulaient son bien...

Lorsqu'elle me passe un coup de fil, alors qu'elle sait pertinemment que l'on se verra au moins une fois la semaine, la première chose qu'elle dit à chaque fois :" Je viens aux nouvelles (implicite tu n'en as pas prises)... et comme tu n'appelais pas hein , bah je t'appelle pour te dire que ".... 9/10 bourré au téléphone, pétée en revenant d'un apéro, pas bien, etc.

L'autre jour avant l'anniversaire de la belle-mère, elle appelle le soir d'avant bien faite, parce que forcément y a eu un repas chez des amis, pour savoir à quelle heure je serais là-bas (chez la "belle-mère") alors que je lui ai dit 10 fois que je bossais de 8h00 à 21h00 pour la fête... Ahhh mais alors tu seras déjà là-bas quand on arrive... Pis alors? Tu peux pas débarquer chez des gens chez qui tu es invitée sans moi ou quoi????

Mais bon... je veux pas lui "taper" dessus plus que nécessaire. Elle a 71 ans... elle est fatiguée d'une vie qu'elle croit avoir ratée, son fils en premier, son mariage ensuite, un mari finalement infidèle et polyvalent sexuel... qu'elle a flingué autant que faire se peut, mais dès que quelqu'un attaquait mon père dans ses amis, elle prenait sa défense becs et ongles... Oo chercher l'erreur... genre je te fous sur la gueule pour te réconforter ensuite!

Je ne sais pas si c'est moi qui débloque pour être franc... je ne sais même pas si tout cela est vrai aujourd'hui, tant le voile qui s'est déchiré il n'y a pas si longtemps me révèle une vérité, que je supputais certes, mais encore bien plus étonnante que ce que je pensais.

Pis bon, quand on a le malheur de lui dire qu'elle est alcoolique, alors là.... Ce qui m'ennuie, ce n'est pas tant qu'elle boive... c'est qu'elle ne gère absolument pas! Je picole plus qu'elle... si on a du me ramasser deux fois dans ma vie c'est un max et j'ai jamais de trous noirs moi! Alors quand j'invite 15-20 potes pour un barbecue dans leurs chalet au bord du lac et qu'elle est ravie, à 13h, qu'un pote l'aide à descendre dans l'eau en appuyant le fait que c'est le seul à avoir fait attention à elle... Oo... T'ain elle aurait été nette elle entrait dans l'eau comme une fleur en se tenant à la main courante! Alors oui, j'ai pas bougé le petit doigt pour l'aider, parce qu'il faut arrêter de se martyriser toute seule hein! Le genre du "j'arrive pas à faire un truc parce que je suis fatiguée et vieille" alors que c'est surtout parce qu'elle est tellement pétée qu'elle se voit plus les pieds...

Ce même pote qui a fait de moi le parrain de son gamin.... Vous l'auriez vue... on aurait dit qu'enfin quelqu'un reconnaissait la valeur de son fils... Oo... quelle fierté... Elle lui a écrit bien rapidement pour lui dire combien elle était touchée de savoir que quelqu'un me faisait confiance comme ça... Bis repetitam... et bis bis et bisquera ;-)

Cela fait 33 ans qu'il faut un tiers pour rappeler à ma mère qu'elle a un fils...fils dont elle ne devine pas le tiers de ce qu'il a fait dans sa vie et qui ne saura jamais ce que je ferai ensuite! C'est clair et je me fous de savoir qu'elle sache ou non!

En fait tu as réécrit mais différemment. Il y a là plein de souvenirs, d'exemples.
Alors à la lumière de toussa je vois mieux. La femme fille enfant tyrannique agressive alcoolique.
Une personne en grande souffrance qui fait souffrir son entourage.

Tu sembles voir la situation assez clairement.
Il te reste "juste" à gérer la relation... En te protégeant. Pour vivre TA vie de manière équilibrée par rapport à toi-même.
(Je vais essayer de me l'appliquer !!!)
Bonne première journée 2014 à toi et à Basilice ( Wink )

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Papa, ou tu étais?

Message par cesarine le Sam 4 Jan 2014 - 22:46

Comme c'est bizarre, je me retrouve souvent à écrire aux mêmes endroits que Ise et Aethos...
3ème fille d'une fraterie de 3 filles... Mon père a perdu sa mère à l'age de 21 mois et a été élevé pendant la guerre par sa marraine, qu'il n'a jamais appelé maman. Il n'a eu comme image de père que l'ombre d'un homme, le mari de sa marraine rentré de la guerre traumatisé, à moitié fou. Mon père, un homme qui s'est construit seul avec son chien et ses vaches.

Ma mère 2ème soeurs d'une famille de 3 soeurs et un frère malade et décédé à 16ans, vivant dans la même maison que les 6 cousins cousines. Et oui, les 2 femmes étaient soeurs, et les 2 hommes étaient frères, un troisième frère et 2 grands parents complétaient la tablée de 17 personnes à la maison....

Revenant à moi, 3ème fille, quand ma mère s'est retrouvé enceinte, mon père a juste posé la question, mais si c'est ENCORE une fille on fait quoi? (ndlr: l'avortement était interdit) et ma mère de lui répondre et alors, ben on le garde bien sur...

Bref, j'ai passé ma vie à vouloir exister aux yeux de ce père. je devais faire mieux que mes soeurs, et mieux qu'un garçon. Ce père qui n' a jamais réussi à me dire je t'aime, ni à personne d'ailleurs, parce qu'il est emmuré dans une carapace telle qu'il ne peut pas s'autoriser à aimer. ce père qui a pleuré 2 fois, une fois, qd ma soeur s'est séparée de son compagnon, et quand sa marraine est morte.  Ce père qui ne voyait que ma soeur parce qu'elle était forte à l'école, ce père qui ne m'a jamais pris dans ses bras, ce père absent, je faisais des crises de nerfs et d'angoisses quand il n'était pas la, je l'ai chercher toute ma vie ce père que j'ai copié, imité, mis sur un pied d'estal, ce père que même mon psy à du mal à me faire comprendre qu'il faut que je m'en détache. Ce père qui a voulu faire de nous 3 des HOMMES capables de vivre et de faire mieux que lui, il a juste oublié que les femmes ne sont pas des hommes. J'en chie comme une folle avec des émotions que j'ai planquées au fond de moi, pour être un homme, et elles m'ont explosées à la figure, alors je me permets, Ise, d'écrire : Papa, ou tu étais quand j'avais besoin que tu me dises que tu m'aimais?

cesarine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 472
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 43
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par cesarine le Sam 4 Jan 2014 - 23:11

oups j'aurai du aller dans papa es tu là?....

cesarine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 472
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 43
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Ise le Sam 4 Jan 2014 - 23:31

Césarine, je ne peux que pleurer. Je pleure. Ton message vient de faire remonter tout. Et tout c'est l'immense rien. Je ne sais même pas dire ce qu'il attendait et attend encore de moi.
Du coup je n'arrive pas à parler de ma mère ici, ni de mon père sur Papa es-tu là, ni des deux sur mon fil où j'ai cru pouvoir faire mon auto-psychanalyse...
MON AMIE vient de me demander si ça va. Je la verrai dans une semaine. Non ça ne va pas.
Je n'arrive pas à vivre ma vie pleinement tant que je sais qu'ils me reprochent quelque chose. Il y a eu une accalmie : j'ai été internée suite à une TS. Et je suis depuis en arrêt maladie. Les contacts avaient repris peu à peu de manière si sereine... pour moi... Et mi-décembre ils m'ont éclaté en pleine figure. Qu'en fait non rien n'a changé à leur avis, que je ne dis rien, que ce que je dis ça ne va pas, que ci, que ça, servie j'ai été. Depuis je sais que ce ne sera jamais fini. Je croyais n'avoir plus besoin de psy, ben si. Voilà : comment faire pour vivre heureuse sachant que mes parents ne m'acceptent pas comme je suis ?
Oui j'ai des larmes plein les yeux maintenant que je t'ai lue. Merci, tu m'as ouvert les yeux, tu relances mon énergie. Je sais quoi faire (psy) quoi demander, et comme chaque fois je vais remonter la pente.
Tu vois, aujourd'hui je me disais que j'allais leur envoyer un mail chacun, leur disant ce que j'aime chez toi c'est... Et je voyais la liste s'allonger pour mon père, ne pas démarrer pour ma mère. Je voyais des mots comme plein d'humour pour mon père, suivis de pas d'amour et j'ai tout arrêté.
Pourquoi leur envoyer un mail ?
Parce que je n'ai pas reçu ni un coup de téléphone ni un mail ni une lettre, rien depuis le 20 décembre. Ni moi, ni mon mari ni mes enfants leurs petits-enfants.

Je ne suis pas sûre d'avoir tout compris : ton père a perdu sa mère à 21 mois et avait déjà 2 frères ? Ils ont tous les 3 été orphelins en même temps ? Et vivaient sous le même toit ? Tu as donc été élevée en même temps que tes 2 soeurs + 3 cousin(e)s ? Tes parents sont-ils toujours vivants ?

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par cesarine le Dim 5 Jan 2014 - 0:35

désolée d'abord Ise de t'avoir mise dans cet état.
J'ai une généalogie un peu complexe.
Mon père a perdu sa mère a l'âge de 21 mois, il a été élevé par sa marraine comme cela se faisait à l'époque. Il n'a jamais pu appeler sa marraine maman, parce que c'était comme ça. Il est né en 1935, avant la guerre, l'homme qui lui a servi de figure paternel était le mari de sa marraine qui est revenu de la guerre. Pas d'autre enfant dans la maisonnée.

Mon psy m'a dit un jour, un enfant qui perd sa mère si jeune ne se construit jamais normalement. Mon père s'est emmuré tout seul dans une carapace pour se protéger du monde qui l'entoure et des émotions. Il n'a eu comme image de père qu'une loque humaine, et comme image de mère la femme dure, qui dirigeait les hommes de la ferme, en plus de son rôle de femme. Cela ne se faisait pas non plus à l'époque.

Mes grands parents maternels : Deux soeurs se sont mariées avec 2 frères. Ma mére est la deuxième fille d'une de ces unions. Elle a une grande soeur et une petite (de 70 ans!) et ensuite un frère qui est décédé à l'âge de 16 ans. Elle vivait avec ses 6 cousins/cousines, le tonton, et les grand parents dans leur maison, 17 personnes à table, bien sur tous paysans.

Donc papa tout seul avec des images parentales singulières, maman 9 ou 10 frères soeurs, cousins cousines ... avec 3 images de père et 2 images de mère...

Revenant à mon père, quand ma mère était enceinte de son 3ème enfant, il a posé la question mais qu'est ce qu'on fait si c'est ENCORE une fille, et ma mère a répondu et bien ce sera une fille et on la garde. Je suis née, 3 ème fille. La suite tu connais. Je n'ai jamais entendu je t'aime de la part de aucun de mes parents, je n'ai jamais été valorisée dans rien. Et mon psy aujourd'hui me le dit bien que mon manque de confiance en moi vient du fait que je ne m'accorde aucune importance, vu que je n'ai vu personne m'en montré. C'était peut être pensé, mais jamais dit. Mon père ne m'a jamais prise dans ses bras, ne m'a jamais embrassé à part pour dire bonjour, ne m'a jamais fait un câlin, ne m'a jamais dit qu'il m'aimait. La seule façon que j'avais d'exister dans ses yeux c'était d'être la meilleure, sauf que la place était prise par ma soeur. Ils sont vivants, mon père à 78 ans, et ma mère 71 ans. Mon challenge, la prochaine fois que je retourne chez mes parents (loin, 1000 bornes) c'est de le prendre dans mes bras de le serrer, et de lui dire que je l'aime. Et je veux qu'il me donne la réponse que j'attends depuis 40 ans.

cesarine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 472
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 43
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Ise le Dim 5 Jan 2014 - 0:42

Pigé : c'est le mari de la marraine qui avait des frères ?
Peu importe.
Sacré projet que tu as. Pourvu que ça se passe comme tu le souhaites. Tu nous raconteras ? T'étonne pas si les mots ne sortent pas, il suffira peut-être d'un oeil un peu plus brilllant, ou d'une main posée maladroitement...
Meilleures pensées à toi, à bientôt  Very Happy 

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par cesarine le Dim 5 Jan 2014 - 0:46

Je n'en veut pas à mon père, il a fait comme il a pu avec son histoire, je n'imagine même pas l'angoisse qu'il a du ressentir quand il est devenu parent à son tour sans modèle aussi bon soit il pour se raccrocher. Il ne pouvait pas dire ses mots, il a assumer son rôle de patriarche pour nous mettre à l'abri du besoin. point. Et il a fait de nous 3 filles, des hommes, à son image.
Je vais lui rentrer dedans en le serrant dans mes bras parce qu'il ne sait pas faire, à 78 ans, il ne sait toujours pas serrer qqn dans ses bras. Alors je vais lui montrer.

cesarine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 472
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 43
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par cesarine le Dim 5 Jan 2014 - 0:49

Je le fais pour lui, oui, mais aussi pour moi, 40ans de câlins qu'il me doit!

cesarine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 472
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 43
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par sylveno le Dim 5 Jan 2014 - 9:13

Bravo ! 

sylveno
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3356
Date d'inscription : 16/07/2013
Age : 53
Localisation : à la campagne et à la ville

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Ise le Dim 5 Jan 2014 - 18:27

Oui Sylveno a raison !
Perso j'en suis pas là !!!  Very Happy 

Ise
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 7899
Date d'inscription : 18/10/2012
Age : 47

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par cesarine le Dim 5 Jan 2014 - 20:31

merci Very Happy  je suis fière de moi!

cesarine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 472
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 43
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par cesarine le Dim 5 Jan 2014 - 20:31

mais c'est pas encore fait!!!

cesarine
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 472
Date d'inscription : 27/09/2013
Age : 43
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Plurebati le Lun 3 Mar 2014 - 13:19

J'ai compris à 30 ans que mon père ne le dira jamais parce que j'étais la deuxième jumelle. Apparemment j'ai tout eu à égalité mais il savait bien tricher, il se présentait comme l'homme juste, il était juste égoïste. Ses enfants c'était sa vitrine et j'étais en trop pour faire une bonne décoration. Il représente une caricature de ce que peut devenir un hqi persuadé que parce qu'il est un homme il a le droit. Il était méchant, possessif et paranoïaque, j'ai compris pourquoi en lisant le livre de JSF. Il aurait pu se faire soigner mais les médecins sont "tous des incompétents"
Heureusement j'ai eu la chance d'avoir eu une mère extraordinaire, si ce n'est qu'elle a fait comme les femmes de sa génération (elle aurait 85 ans) : elle est restée avec mon père en pensant que ce serait mieux pour nous. Certainement aussi hqi mais dans l'empathie jusqu'à s' y perdre. Sa ressource : l'art.

Plurebati
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 173
Date d'inscription : 24/01/2014
Age : 57

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Yoseph le Lun 3 Mar 2014 - 22:18

J'ai pas de père, juste un géniteur. Et maintenant j'ai plus de mère non plus .. Plus de famille à cause d'elle. J'ai grandi "trop vite", elle disait; quand j'étais au même niveau de conscience qu'elle on était super proche ça allait bien, mais elle n'à pas accepter que je change, que je quitte son petit nuage ou l'on idéalise tout. Elle est toujours resté très enfant dans sa tête par rapport à la manière dont elle voit la vie. La ménopause n'a pas aidé ... Elle laissait aller ses nerf sur moi, et moi je lui disait, avec respect, que je n'acceptais pas et que je ne méritais pas l'irrespect dont elle faisait preuve à mon égard. Sa réponse : "Si mes règles ne te plaise pas va vivre ailleurs" puis "Je vais te mettre dehors, tu va voir" auquel j'ai répondu "Alors en fait, non. Maman tu voie tu n'as pas le droit de me mettre à la rue. Soit tu accepte qu'on parle et qu'on résout ensemble ce conflit. Soit tu me paye un hébergement ailleurs"
Réponse : "Je suis chez moi, je fais ce que je veux !!" Elle à ensuite appeler la police, m'accusant de violence contre elle et le reste de la famille. Les flics sont arrivé, il n'y avait aucune preuve de la moindre violence qui soit, mais elle a tellement bien jouer la comédie que les policier on préféré par "prévention" me demander de partir. Mon petit frère, à qui je tient plus que tout au monde (il est encore plus zébré que moi, et c'est dire ... parce que je suis vachement zébré) a vu ma mère mentir au policier et puis il est parti en pleurant. Depuis ma mère m’empêche d’être en contact avec lui. Elle monte toute la famille contre moi en mentant et en disant que je lui "racket" son argent. Alors qu'elle ne m'accorde que 2 euros par repas et paye juste un loyer pour moi. J'ai plus personne ... j'ai plus mon petit frère. J'aurai jamais cru que ma mère puisse aller aussi loin. C'est juste INJUSTE! J'ai rien fais de mal, j'ai jamais eu le moindre problème de violence, je n'ai pas mérite ça !

Mon hypersensibilité ne fais qu'empirer les choses. Intellectuellement j'arrive vraiment à être en paix avec cette situation, et à comprendre. Mais émotionnellement ...  Crying or Very sad J'arrive pas à supporter cette solitude extrême. J'essaie: mais je ne peux m’empêcher de tomber en sanglot tout les deux jours.

C'est surtout pour ça que j'ai enfin décidé de m'inscrire sur ce forum. Et ça m'aide un peu.
Voila, voila ...

Ps : C'est pas facile de se montrer vulnérable comme ça. Même sur un forum de semblable. Mais je veux vous faire confiance.

Yoseph
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 94
Date d'inscription : 19/02/2014
Age : 21
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par PQPlajoie le Mar 4 Mar 2014 - 12:46

merci d'avoir fait remonter ce fil ! je viens de m'apercevoir que la plupart de mes messages depuis mon inscription ici parlent de ma mère. je me demande si je dois entreprendre un "travail" sur ce lien si destructeur...
en me reconnaissant dans vos mots, une constation me vient : avec le "pouvoir" de donner la vie il est donné celui de faire surgir du néant les victimes/réceptacles du mal-être (voire des névroses !)
tant de mots ont exprimé mon vécu dans ces échanges autour du fil qu'a créé Ise.
 
"elle est toujours du côté de mes agresseurs"
"elle retourne les autres contre moi"
"postures victimaires"
chez Strobé
 
"elle s'est tellement [peu] intéressée à moi que si personne ne lui disait que ce que je faisais était bien..."
"[elle] est d'une humanité sans faille pour bien des choses"
chez Aethos
 
"plus j'avais peur de devenir autonome et de faire les choses par moi-même, plus elle se sentait utile et aimée"
"je sais que ma mère m'aime, mais je ne le sens pas"
"si je ne savais qui j'étais et si j'étais malheueuse, c'était parce que j'étais trop compliquée et trop sensible"
"on entend seulement ce qu'on est prêt à entendre"
"j'aurais voulu connaître ce que les enfants aimés connaissent"
"sacrifiée pour élever une enfant "à problèmes" "
chez Cheval rayé
 
"en fait, quoi que je fasse, je m'en prends plein la poire"
"pousse à la rupture pour me faire porter la responsabilité de cette rupture"
"deux fonctionnements si différents qu'ils mènent à l'incompréhension"
"arrêter de nourrir le lien"
chez Basilice
 
j'ai comparé ce forum à une fratrie d'enfants perdus, et bien, je suis d'accord avec moi.  Wink 
j'ai longtemps cherché des excuses à ma mère...
elle a perdu son père à 18 mois, été élevée avec 9 frères et soeurs par une mère veuve de guerre (et orpheline de guerre, de la précédente !), été mise dehors par cette même mère quand elle est tombée enceinte (de moi !) à 19 ans...
et là badaboum, alors qu'elle avait été "adoptée" par sa belle-famille au fonctionnement si "normal" et affectueux, voilà que je lui déboule dans les pattes, bébé différent, dont elle se sent jugée (ce sont ses mots !) à travers ce regard si sérieux, puis enfant différent aux préoccupations si lucides, aux centres d'intérêt si décalés, à l'hypersensibilité si exacerbée, aux larmes si incontrôlables devant le fonctionnement du monde et des "autres", puis ado si exigeant, puis maman construite "contre" ce qu'elle m'a elle-même donné (ou pas !)

mais je pense qu'on a toujours le choix
et que quand quelqu'un (et a fortiori son propre enfant) exprime son amour et sa souffrance de ne pas être aimée, il y a d'autres façons de réagir que condamner et tourner les talons, pour aller combler ses autres enfants si "normaux" eux
et se plaindre à qui veut bien l'écouter d'avoir une fille "qui fait des histoires"
et emboîter le pas à quiconque critique cette "mauvaise fille"
et quand cette mauvaise fille mal construite, persuadée de valoir moins que rien, souffre des relations qu'elle entretient avec les autres, prendre ces conséquences (de son attitude) pour justification de son attitude
je suis incompréhensible là, non ?
elle justifie de m'avoir mal traitée (dès le début) par le mal-être que j'éprouve d'avoir été maltraitée
j'ai longtemps cherché à la satisfaire, à pouvoir lire dans ses yeux que j'étais quelqu'un de valable...
j'ai longtemps attendu un peu de l'empathie qu'elle éprouve pour n'importe qui d'autre...
j'ai pris (un peu) de distance depuis quelques années, suite à son indifférence et ses mots déplacés quand il m'arrivait des épreuves de la vie (épreuves objectivement déplaisantes, pas blessures d'hyperémotive)
je crois que je suis mûre pour travailler à ne plus en souffrir

PQPlajoie
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 36
Date d'inscription : 22/02/2014
Age : 53
Localisation : Nord (mais un peu "à l'ouest")

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maman outai ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:43


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum