affectivité/inaffectivité

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Lun 13 Sep 2010 - 13:31

Suite à de nombreux messages sur les difficultés et les hésitations dans les relations avec les autres, je voulais écrire un sujet participatif sur l'affectivité (j'ai recherché ce mot sur le forum,aucun résultat..), un peu une enquête sociologique.

Considérez-vous que votre entourage (proche et lointain) est affectif/ inaffectif ?

Trouvez-vous que les rapports humains (les vôtres ou même ceux que vous observez et auxquels vous ne participez pas) sont affectifs/affectueux?

Doivent-ils l'être et Pourquoi?

Une autre remarque intéressante en dehors de ces questions est évidemment bienvenue.


Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Lun 13 Sep 2010 - 13:51

Pour commencer:

Considérez-vous que votre entourage (proche et lointain) est affectif/ inaffectif ?

Il y a pire, mais c'est pas la joie..Plus de reproches et de conflits insignifiants que d'affectivité.Mon entourage lointain:
France:froid et distant, au mieux formel.
Espagne: souvent incivique mais plus accueillant et démonstratif.

Trouvez-vous que les rapports humains (les vôtres ou même ceux que vous observez et auxquels vous ne participez pas) sont affectifs/affectueux?


France: Affectivité visible quasi inexistante, les gens qui sont très proches ne le paraissent pas.
Espagne: Très différent, même à l'extrême, les gens pas très proches ont l'air de l'être beaucoup plus.

Doivent-ils l'être et Pourquoi?

Oui, parce que vivre dans une société ou les gens crient des insultes et ont "honte" des mots bienveillants n'est pas sain ni structurant.

Une autre remarque intéressante en dehors de ces questions est évidemment bienvenue.


Je voudrais nuancer par des témoignages mon avis sur la question qui est fortement influencé par mes propres expériences .
L'Espagne n'est pas évidemment un modèle et a de nombreux problèmes, mais au niveau de l'affectivité c'est le jour et la nuit avec la France.Quand je vais en France j'observe sur les visages une certaine amertume, fatique et souffrance affective que je vois beaucoup moins en Espagne.Et je pense que c'est dû au degré d'affectivité privée d'une part, mais aussi collective.

Alors je voulais des témoignages plus objectifs que les miens.Ou plûtot d'autres témoignages subjectifs que les miens...Qui est vraiment objectif? Wink

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par lilie le Lun 13 Sep 2010 - 17:57

est ce que je considère que mon entourage est affectif?

J'aurais du mal à répondre à cette question étant donnée que la réponse se dégrade sur toutes la barres "blanc noir" que l'on pourrait définir pour donner un degrés d'affection...Et j'ai du mal à définir l'affection...
Malgré ça, dans mon entourages le plus ancien, il y'a le fossile d'une affection, qui à surement exister un jour, mais dont il ne reste qu'une marque, un faux semblant... Un masque.
Et une sortes de calcul sur ce qui est le plus sain pour que tous le mondes reste calme, que l'atmosphère reste respirable, mais pas d'affection réel, un masque.
dans mon entourages plus récent, c'est plus une attache tacite, une complicité aveugle propre aux ado de mon âges, amitié inconsciente que l'on pourrait considéré comme de l'affection...


est ce que je trouve que les rapport humains sont affectif affectueux?

là encore, j'aurais du mal à répondre, étant donnée que ma vue sur ce point n'est absolument pas objectif, étant quelqu'un qui pousse automatiquement les inconnu à m'aider, à me rendre mes sourires, et à me rendre services...
Mais d'un point extérieur et tous à fais sincèrement, je répondrait encore que tous semble fossilisé dans une politesse et des manière fossilisé...Les gens reste éloigné les un des autres, avec des manière fossilisé, fausses, parlent peu, semblent renfermer, gris...comme si chaqu'un étais détaché. et qu'un simple contact peut faire exploser ses bombes individuel.

doivent ils l'êtres?

je ne sait pas...je pense oui, ce blocages sociale général, dans cet inafection, cette empathie atrophié, est plutôt malsain. Je ne connait plus grand monde qui est encore un concept réel de solidarité, dans l'idée que personne d'inconnu ne l'a jamais aidé à se relever, ni même rendue un sourire, personne ne le fera, donc pourquoi lui?
Dans cette fossilisation, comment sortir et oser quelque chose de différent, lorsqu'on a peur du regard des autres et des remarques désobligeante?

autre remarque:

j'ai peut être dévié(...ça m'arrive souvent.), mais j'utilise souvent le mots "fossilisé" pour la frances, donc pour résumé ma pensé initial, pour moi, le système affectif français est fossilisé, cette règle n'a apparemment pour exception, que les groupes très proches...

lilie
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 48
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 20
Localisation : je suit la lune.

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Lun 13 Sep 2010 - 22:30

"pour moi, le système affectif français est fossilisé, cette règle n'a apparemment pour exception, que les groupes très proches... "

Énorme cette phrase..Je suis sidéré de ton analyse très lucide.Tu le compares à un autre système ou c'est une conclusion que tu as tirée indépendamment ? Si t'as vraiment 13 ans tu promets !

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par lilie le Mar 14 Sep 2010 - 18:36

Je ne sais pas franchement... je fais des rapports d'idée sans franchement m'en apercevoir, mais je peut utiliser ce principes sur l'organisation française, sa langues, et son système général...d'après ce que j'en sait vue que je n'ai effectivement que 13 ans. (considérez ça comme une excuse d'avance pour l'immense connerie que j 'ai put ou ne pas dire. What a Face )
comme une chose n'arrive pas seul, la façon dont se conduisent les gens et leur façon de penser découle forcément d'une sources. Neutral

ce serait difficiles de changer la manière de penser des gens sur ce sujet...à moins d'une brusque révélation général "I have a dream!" (oui je sait le rapport est éloigné! ).

lilie
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 48
Date d'inscription : 11/09/2010
Age : 20
Localisation : je suit la lune.

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par fleurblanche le Ven 17 Sep 2010 - 15:22

Considérez-vous que votre entourage (proche et lointain) est affectif/ inaffectif ?
J'ai la chance d'avoir une famille très unie, où liens sont très forts. Moi-même je me suis toujours demandé à quoi c'était du. Les liens entre mes frères, soeurs, moi, nos parents. J'aurais pu croire que c'est un standard. Mais cette force de relation s'étend avec mes cousins, tante et oncle du côté paternel. Alors qu'avec la famille du côté de ma mère, les liens sont beaucoup plus lâches.

On n'a pas grandi ensemble avec mes cousins du côté paternel, on était sur des continents différents. Mais quand on s'est rencontrés les liens ont été tout de suite très forts. C'est comme s'ils étaient des frères et soeurs de plus, pas des cousins. De même, le frère et la soeur de mon père, je les ressens comme un père et une mère alternatifs, pas comme mon oncle et ma tante.

Bizarre alchimie qui ne concerne qu'un côté de mon arbre généalogique. Est-ce ce que l'on appelle "L'Esprit de Famille" ?

Mon entourage lointain, c'est toujours ma famille puisque nous sommes dispersés sur la planète, et les liens sont toujours aussi forts.

Mon entourage "proche" de ce moment-ci de ma vie, c'est un peu compliqué car je vis dans un pays dont j'ai pris la nationalité, où je n'ai pas grandi, et dans lequel je suis le seul membre de ma famille (avec mes 2 filles). Ah si : j'ai une cousine du côté maternel qui vit aussi dans ce pays-ci mais comme je le disais, les liens sont très lâches avec la famille du côté de ma mère, si bien que j'oublie presque que j'ai une parente ici (sa mère et ma mère sont demi-soeurs et sont, elles, pourtant assez proches).

Donc mon entourage proche est actuellement constitué par mes collègues, et les quelques liens que j'ai tissé au fil du temps dans ce pays d'adoption. Et non : je trouve que cet entourage-là n'est pas assez affectif. Peut-être que la force des liens dans ma famille fait que je mesure tous les autres liens avec ce standard familial ? Et donc dans ce cas, ma perception est forcément faussée. Bref : je me sens très seule dans le pays où je suis actuellement. En plus j'ai pas confiance dans les gens qui m'entourent, je me méfie d'eux à cause d'antécédents négatifs que j'ai eu avec eux. Il parait que quand on pardonne, on est sensé oublier mais chat échaudé...

Trouvez-vous que les rapports humains (les vôtres ou même ceux que vous observez et auxquels vous ne participez pas) sont affectifs/affectueux?
D'une manière générale, dans les pays d'Afrique subsaharienne (Afrique noire si vous préférez Laughing !) les relations sont plus chaleureuses entre les personnes. Le tempérament africain est ainsi fait que les gens sont très expressifs. Il y a plus de "contact" entre les gens. C'est difficile de ne pas trouver une occasion, ou quelqu'un, pour faire un brin de causette. Même pour quelqu'un qui se sent seul Laughing !

Alors que, pour ce que j'ai pu en voir, dans les pays du Nord quelqu'un peut vivre pendant longtemps sans personne avec qui partager ses soucis, à moins de payer pour voir un psy.


Doivent-ils l'être et Pourquoi?
Oui, parce qu'on a besoin les uns des autres. J'ai lu ce matin sur le net cette info sur le couple de retraités qui s'est suicidé avec leur fille, à cause de problèmes financiers. Pour avoir croisé des personnes ayant été tentées d'en arriver là, je sais que c'est du au fait qu'ils ont du se sentir très seuls dans leurs dificultés. On a plus l'envie de se battre, et on garde espoir quand il y a des gens qui nous encourage et avec lesquels on peut parler pour décharger le trop plein de stress.

flower

fleurblanche
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3565
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 48
Localisation : Hémisphère sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Sam 18 Sep 2010 - 11:51

Fleurblanche

"Le tempérament africain est ainsi fait"

Je pense qu'il y a une composante éducationnelle très forte dans le tempérament.
Les enfants ont curieux par instinct, après:

1. L'éducation leur "interdit" la spontanéité et le contact facile (perçu comme du sans-gène).
2. Ils reproduisent inconsciemment de génération en génération les modèles de communication froids et rigidement codifiés des adultes.

De par mon expérience, et apparemment tu dis un peu la même chose, dans les endroits où l'affectivité superficielle est facile à trouver, c'est difficile d'approfondir.Mais ceci-dit ça a un côté plus humain "ça change les idées".On n'est pas dans une solitude extrême.

En France, et dans les pays similaires sur le plan relationnel, il paraît que malgré les contacts difficiles, les relations sont plus profondes...Je crois que dans ce système les "exclus" de la vie sociale ont peu de chance de retisser des relations.

En fait le système "français" de relations, à ce que j'ai vu dans les entreprises, c'est des petits clans, le nouveau doit-être accepté, ça passe par une période (assez longue) où presque tout le monde l'ignore et l'évite (et le plus souvent inconsciemment,c'est un réflexe éducationnel), et après, par habitude, ou le plus souvent par intérêt, on commence à lui parler avec parcimonie. Il y a une forte culture du quant-à-soi et du bizutage,actif ou passif.

Cette norme sociale très française qui est en fait une valeur inversée, est souvent perçue comme de l'arrogance antipathique dans les autres pays et j'ai souvent du "défendre" les français quand on me demandait:

"Pourquoi les français sont si arrogants et antipathiques?"
Je leur répond:
"C'est pas de leur faute c'est l'éducation"


Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Sam 18 Sep 2010 - 12:02

Petite correction:En fait plus que du tempérament je parle du caractère,le tempérament c'est l'ensemble des réponses instinctives à un stimulus...Le caractère est influencé par l'éducation.Les tempéraments associables et/ou antipathiques c'est rare...

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par fleurblanche le Mar 21 Sep 2010 - 11:38

Rootless a écrit:Fleurblanche "Le tempérament africain est ainsi fait"

Je pense qu'il y a une composante éducationnelle très forte dans le tempérament.
Je ne suis pas sure, je parlais ici du tempérament africain, or il y a plusieurs pays/communautés en Afrique, avec forcement des éducations différentes les unes des autres. Mais à la base, malgré cette diversité d’éducations, l’africain est quelqu’un d’assez extraverti, de très expressif.


dans les endroits où l'affectivité superficielle est facile à trouver, c'est difficile d'approfondir.
Affectivité superficielle, sans profondeur ?

Peut-être pas si superficielle que ça. J’observe sur ce continent des relations affectives à plusieurs niveaux.

1) Il y a tout d’abord les relations au sein d’une communauté. Les gens ne se fréquentent, ne se côtoient peut-être pas. Mais ils ont conscience d’appartenir à la même communauté. Et donc ils vont développer une sorte de solidarité automatique ou reflexe. Je parle ici des communautés ethniques, tribales, voire même des communautés religieuses. Les relations qui s’y développent sont loin d’être superficielles car il y a possibilité ici, de mobiliser tout le groupe face à l’adversité ou en cas de célébration spéciale. Il y a un degré d’unité (les membres de la communauté sont 1). D’ailleurs, ce type de relations s’observe aussi chez français (et les autres peuples) quand ils sont à l’étranger : ils ont tendance à constituer, dans le pays qui les accueille, une « petite » communauté assez solidaire.

2) Plus large que la communauté : la mini-société. Si tu prends toute une ville par-exemple, avec ses multiples communautés, au niveau de ce cadre plus large il y a encore une forme d’esprit de solidarité, assez profond pour qu’un inconnu aborde d’autres inconnus dans la rue pour leur exposer ses problèmes et avoir des conseils, sans que cela soit perçu comme étrange. Eh oui, il a encore cette latitude de comportement-là, sous cette latitude géographique-ci. Ici par-exemple on n’hésite pas à dire à son collègue, son voisin, une rencontre fortuite : « J’ai faim, est-ce que je peux partager ton repas/ ton gouter ? » ou « Dis, ça a l’air bon ce que tu bois, tu me fais gouter ? » sans que cela soit interprété comme du sans-gêne ou un manque de savoir-vivre. Le boire et le manger se partagent, ne se refusent pas ici, même a un inconnu. C’est culturel. De même que demander des conseils à de parfaits inconnus. J’aime bien le …
"C'est pas de leur faute c'est l'éducation"
Car moi qui ai reçu une éducation à la française, j’ai été choquée par mon premier jour de collège en territoire africain. Alors qu’à la recréation je m’apprêtais à me régaler avec mon petit casse-croûte, quelle ne fut pas ma stupeur de voir fondre une nuée d’élèves sur moi, me demandant de leur faire « gouter ». Je me suis demandé sur quelle planète j’avais atterri, avec tous ces « sans gêne » autour de moi Wink ! Mais comme le zèbre est intelligent, j’ai rapidement compris à cette époque-là que les repères éducationnels avec lesquels j’avais grandi n’étaient pas forcément un standard international, et que ce qui se fait, et ce qui ne se fait pas, changent avec la latitude.

3) Enfin, les relations de très grande proximité. Les relations intimes. Ces relations-là, elles ressemblent à celles que l’on peut trouver n’importe où, y compris dans les pays occidentaux. Ce sont les relations que tu décris.

La solitude dont je parlais, est née de la difficulté à tisser ce dernier type de relations, les relations intimes. Je finis par me dire que c’est du à mon côté zèbre. Car pour les 2 autres types de relations, il n’ya pas vraiment de démarche personnelle à faire, un effort de bâtir à faire. Les autres relations (communautés, mini-société) sont des cadres qui existent indépendamment de moi. Je me contente d’évoluer à l’intérieur de ces cadres qui existaient avant moi, et qui vont continuer à le faire après moi. Je me contente d’évoluer dedans et d’en tirer des bénéfices Very Happy !

fleurblanche
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3565
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 48
Localisation : Hémisphère sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Mar 21 Sep 2010 - 15:13

fleurblanche a écrit: Je ne suis pas sure, je parlais ici du tempérament africain, or il y a plusieurs pays/communautés en Afrique, avec forcement des éducations différentes les unes des autres. Mais à la base, malgré cette diversité d’éducations, l’africain est quelqu’un d’assez extraverti, de très expressif.

Tu as une vision très raciale de l'affectivité.Cette diversité d'éducations coïncident surement dans le fait que la pression sociale concernant la communication est très faible voire inexistante, et à l'inverse très forte en France.Je veux parler de l'obligation pour l'enfant à changer ses codes de comportement et de communication pour se faire accepter dans la vie adulte (s'il vous plaît, excusez-moi de vous déranger, tutoiement/vouvoiement etc...), L' "africain" garde donc plus facilement l'extraversion, la curiosité et l'aisance relationnelle propres aux enfants.

L' Europe, et par extension l' occident (Japon y compris) a la palme de la froideur généralisée, et ces sociétés ont le point commun de mettre beaucoup de pression aux enfants pour faire taire la spontanéité.Il y a aussi un grand nombre de comportements spontanés anodins pas du tout tolérés socialement.

Dans les pays issus de cultures européennes (sauf méditerranée) la timidité et l'introversion (qui sont pour moi des traits pathologiques) sont vues comme de l'éducation, du raffinement, de la politesse.L'inverse peut être mal vu.



Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par fleurblanche le Jeu 23 Sep 2010 - 14:36

Coucou Rootless !

Rootless a écrit:Tu as une vision très raciale de l'affectivité.
Ce n’est pas juste une vision ! C’est l’expérience personnelle née d’avoir côtoyé une société occidentale (la française), et plusieurs sociétés et communautés africaines dans plusieurs pays africains différents. D’ailleurs, dans le quotidien, je travaille avec les communautés. Des communautés qui d’ailleurs me jettent regulierement a la figure que j’ai une mentalité de "Blanche " Rolling Eyes voulant remettre en question leurs différents codes ancestraux (mais ça, c’est une toute autre histoire Laughing ).
Bref, ce que je relate n’est pas juste une analyse lointaine, c’est mon vécu quoi, aussi subjectif soit-il. Voila aussi pourquoi je ne m’étale pas trop sur ce qui se passe sur les autres continents, parce que je n’ai pas l’expérience de plusieurs sociétés occidentales, je ne sais pas ce qui s’y passe.

Cette diversité d'éducations coïncident surement dans le fait que la pression sociale concernant la communication est très faible voire inexistante, et à l'inverse très forte en France.Je veux parler de l'obligation pour l'enfant à changer ses codes de comportement et de communication pour se faire accepter dans la vie adulte (s'il vous plaît, excusez-moi de vous déranger, tutoiement/vouvoiement etc...), L' "africain" garde donc plus facilement l'extraversion, la curiosité et l'aisance relationnelle propres aux enfants.
Ouh la la ! Qui t’a dit que les choses sont ainsi ? Les enfants ici, sont beaucoup moins libres que tu ne le crois, ils se voient imposer, dès le bas âge, des codes de comportement et de communication qui pourraient te pousser à venir militer pour le droit des enfants ici…
Bref : les enfants sont orientés, poussés à suivre un chemin balisé, et très balisé, tracé par les ainés et les aïeux. Et gare à celui qui s’écarte des comportements culturellement admis.

Les codes de comportement et de communication imposés par la pression sociale sont tout simplement différents des codes occidentaux. Ils ne sont pas inexistants.

De plus, les codes occidentaux dont tu parles leur sont également imposés. Ma fille a dans son cartable, un cahier dédié à une matière appelée « Education civique et morale », dans laquelle on leur apprend, parfois dès la maternelle, le b-a-ba du savoir-vivre et de la politesse. Ces enfants ont donc un « double, voire triple fardeau », si je puis dire : intégrer les codes occidentaux avec les codes de leur communauté d’origine, en attendant plus tard d’intégrer les codes intercommunautaires (=ceux de la mini-société, mini-société qui commence d’ailleurs dans le quartier pour se poursuivre à l’école).

En somme, l’affectivité pour moi est aussi une question de culture (au sens « héritage culturel », pas au sens « connaissances intellectuelles »).

flower

fleurblanche
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3565
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 48
Localisation : Hémisphère sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par fleurblanche le Jeu 23 Sep 2010 - 14:45

Si tu es interesse, je vais essayer de recenser pour toi quelques codes de comportement et de communication qui se retrouvent, pratiquement a l'identique, dans differentes communautes et pays africains..

fleurblanche
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 3565
Date d'inscription : 23/06/2010
Age : 48
Localisation : Hémisphère sud

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Jeu 23 Sep 2010 - 22:56

Ce que tu me dis de l'Afrique c'est pareil pour différentes cultures d'amérique du sud/centrale.C'est aussi pour ça que je te dis que c'est pas un fait africain.

Il paraît que rien que le fait que le nourisson soit séparé de la mère dans les premières minutes de vie (typiquement occidental) ça influence le caractère.Et aussi le fait que la mère soit beaucoup avec l'enfant ou le porte collé à elle.Les membres de la famille/clan sont en constante communication.

Les enfants du monde industrialisés sont bcp plus isolés et seuls.

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Dim 19 Déc 2010 - 0:32

Je relance ce sujet qui a été un peu boudé....sujet tabou?
Je serais tenté de tirer la conclusion que si peu de gens osent en parler c'est qu'il y a un souci.

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Invité le Dim 19 Déc 2010 - 11:19

Dans notre entourage, je vois de tout. Des gens distants parce que superficiels - comprendre l'autre ne les intéresse absolument pas - des gens égoïstes et méprisants - parce que leur nombril accapare de toute façon toute l'attention disponible, ne laissant rien pour les autres - des gens chaleureux mais sans rien derrière, et enfin, bien entendu, des personnes attentionnées, capables d'une véritable délicatesse de coeur, des amis fidèles à travers les décennies et les centaines de kilomètres, qui lisent dans nos coeurs mieux qu'on le fait nous-mêmes. Je ne vois pas ce que je pourrais bien conclure de pertinent sur la foule que je ne connais pas.
Une seule remarque : on a passé un an dans le Midi, soi-disant peuplé de gens ouverts et chaleureux, et malgré nos efforts pour aller vers les autres, il n'en est rien sorti. Rien que du superficiel sans aucun intérêt humain.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Dim 19 Déc 2010 - 12:26

Plume d'eau rayée a écrit:

Une seule remarque : on a passé un an dans le Midi, soi-disant peuplé de gens ouverts et chaleureux, et malgré nos efforts pour aller vers les autres, il n'en est rien sorti. Rien que du superficiel sans aucun intérêt humain.


Ah ouais il m'exaspère ce mythe,j'y ai vécu aussi, par contre je te dirais que j'ai quand même trouvé les gens plus ouverts qu'à Paris (a Paris tu galères pour atteindre le stade superficiel).

Et les gens dont j'ai globalement la meilleure image de par mon expérience, les récits entendus se trouvent à l'extrême nord de la France, les ch'tis.

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par .............. le Dim 19 Déc 2010 - 12:31

Pour moi la plupart des gens sont inaffectifs. Mais eux diront le contraire... Ce qui n'est pas faux.

Mon point de vue s'oriente sur mes besoins affectifs importants qui n'ont jamais été comblé. Le leur sur leur besoin beaucoup moins important et souvent suffisamment gratifié.
J'ai deux soeurs qui n'ont jamais souffert d'un manque affectif avec mes parents. Pourtant moi j'ai toujours eu besoin de gestes affectueux, sans doute pour me rassurer, et que je n'ai jamais obtenu.... parce que j'étais un garçon et que je devais m'endurcir très probablement. En tout cas mes parents ne semblaient pas ressentir comme moi... à moins que leur propre éducation ne les aient brouillé aussi.

J'ai l'impression que le zebre a des besoins affectifs plus important et que c'est ce qui nous fera voir les autres comme des "insensibles". c'est juste une question d'echelle. En tout cas je ne leur en veux pas du tout.

..............
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 588
Date d'inscription : 17/12/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Dim 19 Déc 2010 - 17:05

T-REX a écrit:Pour moi la plupart des gens sont inaffectifs. Mais eux diront le contraire... Ce qui n'est pas faux.

Mon point de vue s'oriente sur mes besoins affectifs importants qui n'ont jamais été comblé. Le leur sur leur besoin beaucoup moins important et souvent suffisamment gratifié.
J'ai deux soeurs qui n'ont jamais souffert d'un manque affectif avec mes parents. Pourtant moi j'ai toujours eu besoin de gestes affectueux, sans doute pour me rassurer, et que je n'ai jamais obtenu.... parce que j'étais un garçon et que je devais m'endurcir très probablement. En tout cas mes parents ne semblaient pas ressentir comme moi... à moins que leur propre éducation ne les aient brouillé aussi.

J'ai l'impression que le zebre a des besoins affectifs plus important et que c'est ce qui nous fera voir les autres comme des "insensibles". c'est juste une question d'echelle. En tout cas je ne leur en veux pas du tout.

C'est vrai, et j'ai mis longtemps à comprendre que c'est pas toujours de la faute des gens.Mais je crois qu'il y a un facteur culturel et éducationnel, il y a des modèles sociaux à imposer et que les enfants copient même aussi inconsciemment.

J'ai planché sur ces aspects là de l'éducation surtout dans le cas de la France vu que c'est le pays où j'ai grandi et il y a des principes d'éducation "normaux" et qui pourtant mènent lentement mais sûrement vers le développement d'une personnalité timide, introvertie avec une estime de soi assez basse et des nombreux problèmes psychologiques associés.

Disons que dans l'"éducation" française il y a un deuil de l'affectivité à faire et le passage à l'âge adulte suppose une mise à distance des autres, surtout des "nouveaux" que quelqu'un d'une nature proche des gens vit très mal.

Par exemple quand je vois dans les films, sériesetc... deux amis d'enfance qui se retrouvent et qu'ils se vouvoient et osent à peine se parler de peur de briser les codes de politesse et du coup la conversation est à peine enthousiaste et assez froide et distante, je trouve ça rude.

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Dim 19 Déc 2010 - 17:30

rude et triste

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par poppy le Sam 9 Avr 2011 - 20:32

T-REX a écrit:Mon point de vue s'oriente sur mes besoins affectifs importants qui n'ont jamais été comblé. Le leur sur leur besoin beaucoup moins important et souvent suffisamment gratifié.
J'ai deux soeurs qui n'ont jamais souffert d'un manque affectif avec mes parents. Pourtant moi j'ai toujours eu besoin de gestes affectueux, sans doute pour me rassurer, et que je n'ai jamais obtenu.... parce que j'étais un garçon et que je devais m'endurcir très probablement. En tout cas mes parents ne semblaient pas ressentir comme moi... à moins que leur propre éducation ne les aient brouillé aussi.

J'ai l'impression que le zebre a des besoins affectifs plus important et que c'est ce qui nous fera voir les autres comme des "insensibles". c'est juste une question d'echelle. En tout cas je ne leur en veux pas du tout.

Je suis exactement dans le même cas que toi, T-rex.
Et j'en viens aux mêmes conclusions...

poppy
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 85
Date d'inscription : 30/03/2011
Age : 36
Localisation : En pleine campagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Louloute le Dim 10 Avr 2011 - 0:39

Considérez-vous que votre entourage (proche et lointain) est affectif/ inaffectif ?
Déjà je butte sur la définition des rapports affectifs...Est-ce qu'être affectif, c'est avoir envers l'autre des paroles affectives ? Lui montrer de l'intérêt ? Entretenir une relation (prendre des nouvelles) ? Ou bien avoir des gestes affectifs ?
Dans mon entourage, mes parents ne sont pas très affectifs : pas de bises le matin, pas de contacts physiques...en paroles aussi, c'est plutôt rare. Dans ma famille paternelle, même schéma ; dans ma famille maternelle, les gens n'ont pas forcément de grandes démonstrations affectives mais entretiennent les relations, discutent beaucoup, expriment verbalement de l'affection.

Trouvez-vous que les rapports humains (les vôtres ou même ceux que vous observez et auxquels vous ne participez pas) sont affectifs/affectueux?
En France, je trouve que les rapports humains sont froids. Dans la rue, les gens s'ignorent, les rapports forcés sont polis mais sans plus. Les gens me font l'effet de vivre protégés dans des bulles. Il faut du temps pour apprivoiser les gens.
Je compare avec chez moi, (la Réunion) : les inconnus sont plus ouverts, les échanges sont beaucoup plus naturels et se font facilement. Il peut se tisser rapidement des liens avec les personnes qui nous entourent ; au contraire, ne pas regarder les gens, les croiser sans leur dire bonjour peut être très mal perçu.
Mais je note une différence : dans le milieu familial, les rapports ne sont pas vraiment affectifs ; les relations amicales sont de prime abord faciles à établir mais peuvent aussi facilement s'estomper...Ce qui peut destabiliser parce que je trouve qu'en France, les relations, une fois créées, sont plus "stables" on va dire.
C'est certainement culturel, oui... L'esprit communautaire est très fort à la Réunion, les gens s'entraident, mais au sein des familles les rapports sont plus hiérarchisés. Culturellement parlant, pour les anciennes générations, on ne se témoignait pas de l'amour au sein des familles.

Doivent-ils l'être et Pourquoi?
Oui : parce qu'on est humains, et qu'on est plus heureux quand on s'échange des marques d'amour. On peut le savoir, intellectuellement parlant, que nos proches nous aiment, mais l'entendre, le ressentir, c'est bien plus important.
Et parce qu'on n'est pas invisible ! Alors pas la peine de faire comme si on ne voyait pas la personne que l'on croise sur son trottoir.

Louloute
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 68
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Dim 10 Avr 2011 - 19:37

Louloute a écrit:Considérez-vous que votre entourage (proche et lointain) est affectif/ inaffectif ?
Déjà je butte sur la définition des rapports affectifs...Est-ce qu'être affectif, c'est avoir envers l'autre des paroles affectives ? Lui montrer de l'intérêt ? Entretenir une relation (prendre des nouvelles) ? Ou bien avoir des gestes affectifs ?

Etre affectif c'est réussir à faire voir aux gens l'affection que tu leur portes, ça peut être le verbal ou le non-verbal, mais je vois que tu as déjà bien répondu.

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Rootless le Dim 10 Avr 2011 - 19:44

Louloute a écrit:
Je compare avec chez moi, (la Réunion) : les inconnus sont plus ouverts, les échanges sont beaucoup plus naturels et se font facilement. Il peut se tisser rapidement des liens avec les personnes qui nous entourent ; au contraire, ne pas regarder les gens, les croiser sans leur dire bonjour peut être très mal perçu.
Mais je note une différence : dans le milieu familial, les rapports ne sont pas vraiment affectifs ; les relations amicales sont de prime abord faciles à établir mais peuvent aussi facilement s'estomper...Ce qui peut destabiliser parce que je trouve qu'en France, les relations, une fois créées, sont plus "stables" on va dire.

Plus j'entends de témoignages de la Réunion plus je vois de points communs avec l'Espagne. C'est vrai qu'avec les réunionnais que j'ai connus il y avait une certaine fluidité dans la communication, y avait pas ces réponses courtes et tardives, et j'ai pas eu l'impression que je dérangeais à vouloir les connaître.
Je préfère le système de relations "dynamique" avec un certain va et vient.Tu choisis tes amis et t'es pas obligé de subir les seuls qui t'acceptent à force d'insister.
La stabilité des relations en France j'ai surtout l'impression que c'est par obligation (vu comment tu galères à les créer t'as pas trop envie de repartir "à l'aventure" mais bon c'est mon opinion).

Rootless
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 362
Date d'inscription : 21/06/2010
Localisation : Sud-est de l'Espagne

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Louloute le Dim 10 Avr 2011 - 19:52

Oui, en fait être affectif c'est un peu tout ça...
J'ai exprimé à voix haute mes réflexions intérieures sur ce terme, parce que souvent quand on parle d'affection, on ne met pas tous la même chose derrière.
Par exemple, je me rappelle de discussions sur ce thème avec certaines personnes où on avait l'impression de ne pas du tout être d'accord, simplement parce qu'on n'avait pas la même définition. Pour certains, l'affection verbale seule laisse un sentiment de manque affectif...je pense que ça doit dépendre de notre fonctionnement propre, on est plus ou moins tactiles et plus ou moins verbaux ; j'imagine qu'un enfant très tactile peut ressentir du manque si ces parents fonctionnent surtout sur du verbal. Vice versa, un enfant peu tactile peut demander à ses parents de ne plus lui faire autant de bisous parce que ça le gêne, et se trouver sans marques d'affection car ses parents ont du mal à lui témoigner de l'affection autrement.
Bref, j'en arrive à la conclusion qu'être affectif, c'est nécessaire, encore faut-il aussi s'ajuster à l'autre : adapter les marques d'affection à la personne à qui on les adresse, ce qui n'est pas si simple !

Louloute
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 68
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Louloute le Dim 10 Avr 2011 - 20:01

Plutôt d'accord avec toi Rootless.
Ces sytèmes de relation offrent une plus grande "liberté amicale", tu ne te sens pas obligé de justifier pourquoi tu choisis de fréquenter un peu plus telle personne et un peu moins telle autre à un moment donné. On ne ressent pas de sentiment d'abandon, et revenir vers quelqu'un est plus simple qu'en France.
Tu pointes aussi quelque chose : ici j'ai parfois ressenti de la jalousie quand une de mes relations amicales se détachait pour aller ailleurs, alors que je n'ai jamais vraiment ressenti ça à la Réunion. Je n'ai jamais été possessive dans mes relations amicales (même si j'attends beaucoup de mes amis, parce que je donne beaucoup, mais ça c'est un autre débat).
J'avais rattaché ça au fait que ça devait être une amitié que je considérais forte, une "vraie" amitié, et que je craignais qu'elle ne soit pas si importante que ça pour la personne. Mais peut-être que comme tu le dis, c'était parce que les relations sont si difficiles à nouer que quand elles s'estompent c'est un échec, et il n'y a plus qu'à recommencer...

Louloute
Zèbre régulier
Zèbre régulier

Messages : 68
Date d'inscription : 25/03/2011
Age : 30

Revenir en haut Aller en bas

Re: affectivité/inaffectivité

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 7:11


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum