Relations d'emprise et toute-puissance

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Basilice le Dim 17 Nov 2013 - 12:01

Bonjour,

Je propose l'ouverture de ce sujet (glissant), sous l'angle littéraire d'abord.

Définitions du Larousse en ligne

Emprise : Nom féminin (participe passé de l'ancien français emprendre, entreprendre).
a) Ascendant intellectuel ou moral de quelqu'un ; influence de quelque chose sur une personne : Etre sous l'emprise d'une passion.
b) Prise de possession par l'Administration d'une propriété privée immobilière. (L'emprise, prévue par la loi, peut être à titre temporaire ou définitif, au profit de l'Administration ou d'un tiers.)
c) Surface occupée par une route ou une voie ferrée et ses dépendances incorporées au domaine de la collectivité publique.

Toute-puissance : Tout-puissant, toute-puissante, touts-puissants, toutes-puissantes - Qui jouit d'une puissance absolue ou très grande.

J'associe au sujet les termes suivants.

Domination : Latin dominatio - onis.
a) Action de dominer, d'exercer son autorité ou son influence sur le plan politique, moral, etc. ; autorité, empire : Subir la domination de ses passions.
b) Fait pour un concurrent, un adversaire, une équipe, etc., de dominer l'autre.
c) Pour les hégéliens, rapport du maître à l'esclave ; pour les marxistes, exploitation et oppression d'une classe sur une autre.

Soumission : Nom féminin - latin submissio.
a) Action de mettre ou fait de se mettre sous le pouvoir d'une autorité contre laquelle on a lutté ; privation d'indépendance qui en résulte : La soumission de la Grèce à l'Empire ottoman.
b) Acceptation d'une autorité intellectuelle ou morale : Soumission aux lois.
c) État de quelqu'un de soumis : Vivre dans une soumission complète.
d) Écrit par lequel un entrepreneur s'engage à se soumettre aux clauses du cahier des charges d'une adjudication, moyennant le prix qu'il propose.

Relation : Latin relatio.
a) Action de rapporter en détail ce dont on a été le témoin ou dont on a eu connaissance ; récit qu'on en fait : Faire la relation des événements auxquels on a participé.
b) Caractère, état de deux ou plusieurs choses entre lesquelles existe un rapport : Relation de cause à effet.
c) Lien d'interdépendance, d'interaction, d'analogie, etc. : La relation de l'homme avec le milieu géographique.
d) Liaison assurée par un moyen de transport, une voie de communication : La relation aérienne Paris - New York.
e) Personne qu'on connaît, avec laquelle on a des rapports mondains, professionnels, etc. : Une relation d'affaires.
f) Mathématiques : Nom donné à certaines égalités. Pour deux ensembles E1 et E2, propriété sur l'ensemble produit E1 times ; E2, c'est-à-dire propriété des couples (x1, x2) où x1 ∈ E1, x2 ∈ E2.

Puis sous l'angle psy.

Toute-puissance
http://fr.wikipedia.org/wiki/Toute-puissance_%28psychologie%29

Relations d'emprise
L'emprise des sens
http://www.psychanalyse-in-situ.fr/boite_a/emprise.htm
Place de l'emprise dans la relation masculin-féminin
http://www.cairn.info/revue-le-divan-familial-2002-2-page-95.htm
Comprendre l'emprise : la relation "en-pire"
http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/comprendre-l-emprise-la-relation-134784

Je vous expose mes pistes de réflexions à ce sujet, en regard de la matière que j'ai posée.
Le phénomène d'emprise serait affaire de relation, et toucherait tous les domaines : relations sociales, professionnelles (toutes professions confondues), amicales, familiales, relation à un produit (tabac, alcool, nourriture, etc.), relation à un objet, un sport, une discipline, etc.
La toute-puissance en serait le coeur (relation d'objet, position alternative de domination/soumission, négation, refus et méconnaissance de la puissance au profit de la position toute-puissance).
Le phénomène d'emprise serait à la fois extérieur (sensation d'être emprisonné par un(des) autre(s)) et intérieur (sensation d'être emprisonné par soi-même).
Le marqueur le plus évident serait le caractère addictif de la relation, accompagné de sensation(s) de souffrance et de perte de liberté - cf. les notions d'attachement et de dépendance(s).

Qu'en pensez-vous ? Quelles sont vos réflexions, expériences personnelles et références (psy, littéraires, cinématographiques, autres) à ce sujet ?







Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par jmbkfdhbudhfuihbfuiqd le Dim 17 Nov 2013 - 12:04

Juste un lien en passant:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Triangle_dramatique

jmbkfdhbudhfuihbfuiqd
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 141
Date d'inscription : 16/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Harpo le Dim 17 Nov 2013 - 12:54

Tu t'attaques là a un sujet plus qu'ambitieux ! Respect.

Je le contenterais de quelques références qui me viennent là à l'esprit, sans trop réfléchir :

- l'œuvre d'Henri Laborit, notamment La nouvelle grille
- en sociologie : l'œuvre de Pierre Bourdieu
- le roman La pornographie de Witold Gombrowicz
- le film The servant de Joseph Losey

Aussi que les rapports domination/soumission peuvent aussi être un jeu sexuel, autour de la notion de contrat : le sado-masochisme.

Mais je ne sais pas trop vers où tu veux aller ?

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Basilice le Dim 17 Nov 2013 - 13:43

Merci pour vos liens et partages, Dark et Harpo.

Harpo : "Mais je ne sais pas trop vers où tu veux aller ?"

Moi non plus. Smile 
J'essaie de te répondre au mieux :
En partant du postulat que toute relation (nourrie ou non) comporte un risque d'emprise, je me demande quelles sont les issues pour sortir de l'emprise (ou plutôt des phénomènes d'emprise).
Par exemple, un ancien fumeur peut avoir arrêté de fumer depuis vingt ans et ressentir parfois un manque, une grande envie de fumer.
On pourrait faire l'hypothèse qu'il est encore sous l'emprise du tabac, vingt ans plus tard, même en ayant échappé à l'emprise concrète du produit.

Pour ce que tu soulèves des jeux sexuels, et dans l'optique du sujet, je me pose cette question :
- le contrat est-il basé sur un accord conscient ou régi par des conditionnements inconscients ?
(Si le contrat est conscient de part et d'autre, a priori il n'y a pas d'emprise ?)

Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Harpo le Dim 17 Nov 2013 - 14:06

Le contrat est bien sur conscient : il est là pour fixer les limites, sécuriser le jeu. A l'intérieur de ce contrat conscient - et donc sans emprise - ce qui se joue est probablement du domaine de l'inconscient (?).

Pour le tabac, l'addiction s'explique biologiquement. Le cerveau nous joue des tours, il a gardé en mémoire l'information. Mais je préfèrerais laisser un biologiste expliquer le phénomène.

Le parallèle entre les deux pourrait être intéressant : une pratique SM consentie serait elle un moyen d'assumer un désir (mécanisme) inconscient en toute conscience ? Donc sans emprise réelle ? Et ainsi éviter le phénomène de dépendance.

Harpo
Vieux de la vieille
Vieux de la vieille

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 54
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par remyy le Dim 17 Nov 2013 - 15:09

Au pied EMP !:

Harpo a écrit:Mais je ne sais pas trop vers où tu veux aller ?
Toi par contre ... Fouet


L'assouvissement d'un mécanisme inconscient dénote bien de son emprise plutôt.
Et le "dirigeant" est souvent celui qui se laisse dominer dans les limites du contrat.
Quand à la dépendance, elle reste absolue jusqu'à la reconnaissance dudit désir, ensuite c'est soit "oui j'aime çà", ou "mais qu'est ce que je fais !".

remyy
Inconditionnel
Inconditionnel

Messages : 479
Date d'inscription : 27/07/2011
Age : 51
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Invité le Dim 17 Nov 2013 - 16:50

Je plussoie Harpo : vaste sujet et ambitieux, ô combien passionnant.

D'autant, que l'emprise d'un composé comme le tabac n'est peut-être pas si éloignée que ça de l'emprise psychologique. C'est la même partie du cerveau qui est impliquée : le noyau accumbens ( un dans chaque hémisphère). Impliqué dans le "système de récompense", de plaisir, et aussi dépendance, peur, stress...
Dans l'addiction au tabac, le mécanisme est le suivant : la nicotine a une structure chimique similaire à celle d'un neurotransmetteur particulier, l'acétylcholine ( un neurotransmetteur ou neuromédiateur est un composé produit par nos neurones pour communiquer entre eux ). Du coup, la nicotine pique la place de l'acétylcholine sur les récepteurs sensés l'accueillir; il en résulte une stimulation de production de dopamine générant une sensation de bien-être. On en produit bien plus que sans la nicotine, donc.....on allume la cigarette suivante, à moins de trouver une autre source génératrice de dopamine.
Voili voilà pour le tabac. Pour le reste, c'est un sujet passionnant sur lequel il y a moult choses à dire.
Je trouve intéressant le post de Rémyy pour qui, la personne dépendante ne l'est plus à partir du moment ou elle a identifié la relation de domination par un autre. Si elle reste, elle n'est plus dépendante mais consentante.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Basilice le Dim 17 Nov 2013 - 17:25

Harpo, Rémyy, Marie-Laure : merci pour vos messages.

Je reviens sur ce qui semble se dégager : le consentement.
En regardant les synonymes proposés : "Le synonyme le plus proche de consentir est allouer. Autres synonymes usités : concéder, acquiescer, admettre, approuver, autoriser, permettre, souscrire, opiner, condescendre, être d'accord, octroyer, tolérer, vouloir bien, laisser, agréer, passer, supporter, se résigner, se soumettre, endurer, souffrir."
http://www.la-definition.fr/consentir

Marie-Laure : "...on allume la cigarette suivante, à moins de trouver une autre source génératrice de dopamine. "
La dépendance n'a pas disparu ; elle s'est, au mieux, déplacée ?

Harpo : "Le parallèle entre les deux pourrait être intéressant : une pratique SM consentie serait elle un moyen d'assumer un désir (mécanisme) inconscient en toute conscience ? Donc sans emprise réelle ? Et ainsi éviter le phénomène de dépendance."
Peut-on comparer la dépendance au tabac et la dépendance aux pratiques SM ?(!)
Si oui, la dépendance s'est-elle déplacée là aussi ?



Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par ♡Maïa le Dim 17 Nov 2013 - 17:40

Basilice a écrit:Marie-Laure : "...on allume la cigarette suivante, à moins de trouver une autre source génératrice de dopamine. "
La dépendance n'a pas disparu ; elle s'est, au mieux, déplacée ?
Bonne question ! Le système de récompense est un fonctionnement biologique normal... Nous sommes programmés pour être dépendants à la dopamine (entre autres), c'est cela qui nous donne envie d'explorer encore, d'aller vers le nouveau, d'être créatif. Chaque fois qu'une expérience est bonne, elle nous donne envie d'en faire d'autres. C'est censé être un système vertueux...
Si on fait l'analogie avec la relation, nous sommes probablement programmées pour être dépendants les uns des autres...
Le problème ne serait donc pas la dépendance en elle-même... ?

♡Maïa
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1734
Date d'inscription : 06/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Invité le Dim 17 Nov 2013 - 18:18

"Peut-on comparer la dépendance au tabac et la dépendance aux pratiques SM ?(!)
Si oui, la dépendance s'est-elle déplacée là aussi ?"


"Le problème ne serait donc pas la dépendance en elle-même... ?"

Je dis, bonne question!

Une personne dépendante , qu'elle aie besoin de tabac, de drogue, de jeux, de pratiques SM, de sucreries, de transgresser les règles, d'être kleptomane, de ce qu'on veut, a besoin de ce que j'appellerais une béquille. Peu importe la nature de la béquille, ce qui compte c'est qu'elle en a besoin. ( C'est sûr, la béquille"sucreries-chocolat-tabac, c'est moins grave que la béquille "héroïne-cocaïne".)

Un lien sur le cerveau et son fonctionnement : http://lecerveau.mcgill.ca

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Basilice le Lun 18 Nov 2013 - 9:26

Merci pour vos apports. Smile

Sortir des relations d'emprise ce serait choisir ses relations d'emprise, en se conditionnant autrement ?
La puissance au sens de "capacité, possibilité" s'inscrirait dans ce champ-là ?

Je pense aux fameuses équations de Jung.

Conscient
                         Sentiment
                                               Intuition
           Sensation
                             Moi
                                 
                                    Pensée
Inconscient

Ces quatre fonctions (SSIP) s'équilibrent différemment selon les personnes (voir les profils MBTI) et sont parfois très déséquilibrées.
Extrait de 100% Jung, Viviane Thibaudier :
Les dangers de l'unilatéralité (p 75)
"La trop grande unilatéralité d'une fonction qui par exemple agirait sans s'appuyer sur des auxiliaires (les béquilles ?!), ou d'un type, extraversion ou introversion extrême laissant peu ou jamais la possibilité à l'autre aspect de s'exprimer, entraîne une trop grande opposition et crée une tension trop forte entre le conscient et l'inconscient. L'équation personnelle est alors déséquilibrée.
C'est ce qui se passe dans l'hystérie par exemple, où il y a un excédent d'extraversion au détriment de l'introversion, avec pour conséquence que tout se trouve projeté à l'extérieur, sur autrui ou sur le monde. Rien de ce qui appartient au sujet ne peut être "contenu" en lui, comme si l'intérieur s'était retourné comme un gant. A l'inverse, le schizophrène vit uniquement dans son monde intérieur, et la relation à autrui et au monde est coupée.
Entre ces deux positions extrêmes il y a, bien sûr, toute une gamme de possibles qui sans être pathologiques peuvent mettre cependant la personnalité en déséquilibre et en difficulté. Comme, par exemple, quelqu'un qui ne fonctionnerait qu'avec la seule fonction "pensée" et serait incapable d'évaluer autrement qu'avec une froide logique dépourvue de tout "sentiment" ou bien tel autre dont l'"intuition" serait hyperdéveloppée au détriment de la "sensation", c'est-à-dire d'un apport plus concret à la réalité.
Par ailleurs, l'introverti pourra paraître froid, distant ou égoiste à l'extraverti qui s'abreuve de ses interactions avec les autres, alors que celui-ci sera à l'occasion ressenti comme envahissant par l'introverti.
De même une personne dont la fonction "sensation" est hyperdéveloppée et de façon unilatérale pourra apparaître à certains comme très terre à terre, alors qu'un intuitif qui n'aura pas su développer suffisamment sa fonction "sensation", pourra être perçu comme une sorte de Gaston Lagaffe ou de professeur Nimbus, vivant en dehors de la réalité."

Il s'agirait de rééquilibrer les équations, pour s'ouvrir au maximum à nos capacités et sortir non pas de la dépendance mais de l'unilatéralité ?

Réflexion personnelle :
Si c'était simple, ça se saurait !
Choisir ses relations n'est pas évident.
Même si l'on est décidé à rééquilibrer ses équations personnelles, les interactions quotidiennes et les choix que l'on a fait jusque-là ne facilitent pas les choses (cf. la désintégration positive de Dabrowski et les difficultés de changer ses habitudes quand on a un crédit sur le dos, un boulot dans telle boîte - qui sert à rembourser le crédit - etc.) Sans compter que rééquilibrer ses équations implique de bouleverser l'équilibre des autres - le fameux constat : quand dans un groupe, une personne décide de "changer", elle se confronte aux barrières des autres.
D'où la nécessité de prendre son temps ?!

Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Invité le Lun 18 Nov 2013 - 10:29

"Il s'agirait de rééquilibrer les équations, pour s'ouvrir au maximum à nos capacités et sortir non pas de la dépendance mais de l'unilatéralité ?
"

L'unilatéralité d'une relation est souhaitée par la personne responsable de l'emprise, et c'est cela qui freine le ré-équilibrage, voire l'empêche totalement. La personne créant l'emprise ( un empreneur , c'est dommage qu'il n'existe pas de mot pour le qualifier, on devrait le proposer, pfff ) veut l'unilatéralité car c'est pour elle la garantie de la toute-puissance. Une relation équilibrée ne lui apportant plus de toute-puissance, elle fera tout pour la maintenir ou la rompre carrément.
C'est sur, c'est pô facile, hein! Chui d'accord avec toi Basilice Smile 
Une autre idée me vient à l'esprit: les personnes voulant l'emprise sont des personnes dépendantes, selon moi. Aussi dépendantes que celles qu'elles écrasent.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par jmbkfdhbudhfuihbfuiqd le Lun 18 Nov 2013 - 10:33

Il ne faut tout de même pas oublier les personnes qui veulent se démettre de leur responsabilités en la donnant à d'autres.
Le "je ne suis pas capable de me gérer, gère moi".
Je ne dis pas ça pour atténuer le caractère nocif de celui qui va exercer une emprise, mais pour remettre ça dans le champ de la relation.
Certains réussissant à avoir une emprise, de manière détournée.

jmbkfdhbudhfuihbfuiqd
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 141
Date d'inscription : 16/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Basilice le Lun 18 Nov 2013 - 10:55

Dark Shröd dog a écrit:Le "je ne suis pas capable de me gérer, gère moi".
Oui, c'est en cela que l'équation personnelle me semble intéressante.
Si chacun travaille l'équilibrage de son équation, il crée ses "béquilles" lui-même, à partir de ses propres ressources, sans demander à un autre (extérieur à lui) de l'équilibrer.
Sauf que, comme le dit Marie-Laure, c'est super pô facile quand l'extérieur trouve un bénéfice à ce que l'on reste avec notre déséquilibrage !

Marie-Laure : "Une autre idée me vient à l'esprit : les personnes voulant l'emprise sont des personnes dépendantes, selon moi. Aussi dépendantes que celles qu'elles écrasent."
Je pense aussi, cela dit il est peut-être nécessaire de distinguer les formes de dépendances (physique, psychique, affective, matérielle et les ponts qu'il peut y avoir entre elles ?).
Qu'en dit la biologie par exemple ?

Dark Shrod : En tout cas je pense comme toi que le phénomène d'emprise est "croisé", bien souvent ("Certains réussissant à avoir une emprise, de manière détournée").
C'est le cas dans le livre Le Mépris, par exemple.
http://leslivresdegeorgesandetmoi.wordpress.com/2010/12/01/le-mepris-alberto-moravia/
C'est aussi ce que met en lumière l'article que j'ai mis dans la présentation du sujet (sur le masculin et le féminin).

Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par jmbkfdhbudhfuihbfuiqd le Lun 18 Nov 2013 - 11:03

Ouaip, le mépris est cool. Le problème vient du fait que le protagoniste est complètement dans des relations de domination, il est incapable de vivre autre chose.
Pour l'article, je ne suis pas adepte de ces conceptions masculin/féminin.

edit: j'ai confondu avec l'ennui. J'en ai lu quelques uns de moravia  en même temps et je mélange
re-edit: Fuck... celui là j'ai pas lu :/


Dernière édition par Dark Shröd dog le Lun 18 Nov 2013 - 11:13, édité 2 fois

jmbkfdhbudhfuihbfuiqd
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 141
Date d'inscription : 16/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Basilice le Lun 18 Nov 2013 - 11:11

Dark Shröd dog a écrit:il est incapable de vivre autre chose.
On retombe sur la puissance au sens de "capacité, possibilité" et du même coup sur la notion de toute-puissance.
Est-ce que vraiment, chacun de nous a la possibilité de rééquilibrer ses équations personnelles ou est-ce tout-puissant que de le penser ?!

Edit : Je n'ai pas lu l'Ennui, après de rapides recherches je constate que ce roman parle aussi beaucoup du couple, du coup pas facile de distinguer.^^

Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par jmbkfdhbudhfuihbfuiqd le Lun 18 Nov 2013 - 11:16

Je crois que c'est quelque chose de profondément ancré (histoire perso etc) et que les personnes qui y échappent sont rares.
Au moins aussi rares que celles qui souhaitent vraiment s'en extraire.

jmbkfdhbudhfuihbfuiqd
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 141
Date d'inscription : 16/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Basilice le Lun 18 Nov 2013 - 11:25

Dark Shröd dog a écrit:Au moins aussi rares que celles qui souhaitent vraiment s'en extraire.
Il s'agirait alors de volonté.
En cherchant rapidos je suis tombée là-dessus... Je poste et je vous préviens, je n'ai pas regardé la vidéo ni confronté mes sources sur le bonhomme !
(Je le ferai plus tard.)


http://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Sabourin

Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par jmbkfdhbudhfuihbfuiqd le Lun 18 Nov 2013 - 11:27

Je ne pense pas que ce soit une question de volonté. Seulement pour certaines personnes c'est le seul modèle (certaines sont incapable de voir autre chose) et elles n'ont pas conscience de ces mécanismes. La question ne se pose même pas.
Ou elle se pose dans le registre moral, en ne voyant qu'un angle du processus.
Beaucoup n'ont pas assez d'amour propre (ou de confiance en soi) pour accorder à l'autre sa juste place - on entre alors inévitablement dans des relations de domination.

J'ai trouvé de la jouli psycho-pop pour illustrer ça:
psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Comportement/Articles-et-Dossiers/Arreter-de-vouloir-tout-controler/Soigner-sa-vie-relationnelle

jmbkfdhbudhfuihbfuiqd
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 141
Date d'inscription : 16/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Invité le Lun 18 Nov 2013 - 12:26



Dark Shröd dog : je pense que c'est une question de volonté mais que la volonté seule ne suffit pas. Je suis d'accord avec toi à propos du modèle unique pour certaines personnes, dont elles n'ont pas conscience. Toutefois, certain(e)s prennent parfois conscience qu'il(elles ) évoluent selon un schéma malsain et cherchent à s'en extirper; ça c'est une démarche volontaire. O combien difficile car il faut alors comprendre pourquoi on fonctionne selon ce modèle, et comment on peut s'en défaire. Une fois que la théorie est comprise, euh... faut passer à la pratique et c'est difficile car c'est un long chemin aux multiples étapes ( je parle en connaissance de cause). Je ne sais pas si en sortir définitivement est possible à cause justement de l'histoire perso, etc. Peut-être que la répétition du schéma est moins intense au fil des relations quand on arrive à apprendre de chacune d'elles....

Basilice : effectivement, il faut différencier les formes d'emprise. La biologie, c'est complexe... Je n'ai pas trouvé d'études faisant état de la physiologie de la dépendance psychique; l'effet de l'adrénaline serait à creuser...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par jmbkfdhbudhfuihbfuiqd le Lun 18 Nov 2013 - 12:43

Oui, après il faut prendre conscience d'un certain nombre de procédés manipulatoires, dont on peut user sans s'en rendre compte. Et là on est dans la tentative d'emprise.

Ça me semble plus vaste que la domination brute.

Je me souviens que lorsque j'étais au lycée, nous devions participer aux conseils de classe. Lorsqu'on avait eu des mauvaises notes, les profs nous critiquaient, et nous devions donc nous justifier.
Dans mon cas, la réalité, c'était que je n'avais pas travaillé. Mais ce type de réponse n'était pas acceptable, il fallait que j'exprime des difficultés, que je leur face ressentir ça.
A l'époque j'étais du genre émotive, donc ça se terminait vite en crise de larme, ce qui me valait l'indulgence des profs.
Jusqu'à ce que je réalise que c'était ce qu'ils attendaient de moi.
Ils vérifiaient leur emprise de cette manière, et moi j'exerçais mon emprise en entrant de le rôle qu'on attendait.

N'importe qui d'un peu émotif doit savoir la puissance qu'il a en agissant ainsi - surtout lorsque la personne en face attend ce type de réponse.

Et ce que je veux dire, c'est que refuser ça c'est au moins admettre trois choses:
- j'ai ma part de responsabilité dans la situation.
- cette situation ne fait pas de moi quelqu'un d'inférieur.
- Assumer les conséquences

Si je ramène ça à l'exemple du conseil de classe, ça voudrait dire: la réalité est que je n'ai pas travaillé, c'est ma responsabilité et ça n'implique pas une infériorité, j'en assume les conséquences.

Bon, je ne sais pas si c'est très clair, mais c'était pour illustrer le côté "bien pratique" de certaines attitudes - alors que ce n'est pas forcément évident, et qu'on ne voit pas toujours ce côté là.
Par exemple, si quelqu'un me fait un reproche, je peux pleurer pour exercer une emprise, et éviter le problème. Ça se fait plus ou moins consciemment, c'est une sorte de mécanisme défensif.
Et à mon avis c'est le genre de truc qui entraine toujours des relations bancales.
Après il y a des degrés aussi. Utilisé de manière régulière, ce type de comportement peut générer une véritable emprise, en usant de la culpabilité de l'autre.

Dans l'emprise il y a aussi la "bienveillance" excessive. C'est à dire tout faire à la place de l'autre, pour le réduire à un état d'enfant impuissant, incompétent etc. Le "je sais ce qui est bon pour toi - sans moi tu es perdu".

jmbkfdhbudhfuihbfuiqd
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 141
Date d'inscription : 16/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Basilice le Lun 18 Nov 2013 - 13:51

Pour moi, ce que tu exposes est clair, Dark.

Puisque tu évoques le conseil de classe, je partage mon souvenir à ce propos.
J'étais déléguée, et j'assistais au troisième conseil de l'année (là où se joue le "passera", "passera pas").
Les profs en sont arrivés à mon cas.
Je m'étais complètement laissée couler cette année-là, je n'en avais pas foutu une rame et il ne m'a pas été difficile de le reconnaître publiquement.
Les profs ont été surpris, et m'ont félicité de ma sincérité. Puis, parce qu'ils avaient visiblement affaire à quelqu'un de "mature", ils m'ont demandé de déterminer si je voulais passer ou non...
Magnifique non ? J'ai réussi à retourner le truc de façon à être dans la toute-puissance, une fois de plus.
Evidemment, je n'en ai pas eu conscience à l'époque... Maintenant je le vois.
Et je sais aussi que j'ai rejoué ce qui m'a fait tant de mal : décider, y compris de ce qui n'aurait pas dû être de mon ressort (Cf. parents immatures).
Ce jour-là, j'ai fait le choix de l'auto-sabotage, peut-être pour me punir d'avoir pris ce pouvoir : j'ai décidé de redoubler, alors que le problème n'était pas là (mais dans mon refus manifeste et tenace de respecter le contrat scolaire - par exemple, en bossant. What a Face )

J'identifie de mieux en mieux mes moments de lâcheté (style de base "craintif-évitant").
Cela ne facilite pas les prises de position au quotidien, et rectifier le tir me paraît parfois encore être une montagne.
J'assume "bof", on va dire ; je me sens encore très sensible à ce sentiment d'être prise en défaut.

Marie-Laure : "L'effet de l'adrénaline serait à creuser", tu as des articles là-dessus ?

Edit : Pour la "bienveillance excessive", j'y travaille aussi. Je constate qu'il est difficile de lâcher ma position de maman, je constate aussi mes progrès, ça m'aide à rester à peu près indulgente envers moi-même. albino 

Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par jmbkfdhbudhfuihbfuiqd le Lun 18 Nov 2013 - 14:12

Basilice a écrit:Les profs en sont arrivés à mon cas.
Je m'étais complètement laissée couler cette année-là, je n'en avais pas foutu une rame et il ne m'a pas été difficile de le reconnaître publiquement.
Les profs ont été surpris, et m'ont félicité de ma sincérité. Puis, parce qu'ils avaient visiblement affaire à quelqu'un de "mature", ils m'ont demandé de déterminer si je voulais passer ou non...
Magnifique non ? J'ai réussi à retourner le truc de façon à être dans la toute-puissance, une fois de plus.
Ça m'a étonnée que tu assimiles ça à de la toute-puissance. Si tu as été honnête, et que tu as exprimé ce que tu ressentais, tu as juste été toi. Après peut être qu'après tu t'es sabotée pour leur plaire, en entrant dans le rôle de l'élève responsable (en acceptant le redoublement)?

Après... c'est vrai que le fait d'avoir expliqué que tu n'avais pas travaillé te faisait sortir du rôle de l'élève (rupture du contrat scolaire) - seulement t'étais plus ou moins obligée de suivre le cursus, qui ne t'était pas forcément adapté. Et du coup c'était à toi d'évaluer comment gérer ça, même si ça sort du rôle classique. Dans mon cas le plus dur à été de tenir jusqu'au bac, dans cette situation là (en justifiant ma manière de gérer l'apprentissage), alors que le bac en lui-même ne m'a posé aucun problème.

J'ai l'impression que le seul moyen d'avoir des relations saines, c'est d'être autonome, en assumant qui on est, ce qu'on fait, et en l'exprimant clairement - sans chercher d'excuses.
Et ça écarte ceux qui chercheraient à adopter une attitude manipulatoire, dans le sens où si tu as connaissance de tes besoins, de tes limites etc, ils ne pourront pas obtenir quelque chose que tu ne voudrais pas leur accorder. Et en s'exprimant clairement (et en pouvant reconnaitre ses torts) ça évite d'avoir une attitude manipulatoire.


Dernière édition par Dark Shröd dog le Lun 18 Nov 2013 - 14:21, édité 1 fois

jmbkfdhbudhfuihbfuiqd
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 141
Date d'inscription : 16/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Basilice le Lun 18 Nov 2013 - 14:20

Dark Shröd dog a écrit:Ça m'a étonnée que tu assimiles ça à de la toute-puissance. Si tu as été honnête, et que tu as exprimé ce que tu ressentais, tu as juste été toi. Après peut être qu'après tu t'es sabotée pour leur plaire, en entrant dans le rôle de l'élève responsable (en acceptant le redoublement)?
Je vais y réfléchir, tiens, merci. Smile 
Pour le moment je me dis que si j'avais été honnête jusqu'au bout, j'aurais dû leur dire que ce n'était pas à moi de choisir.
Mais bon, en fait, ça ne m'est même pas venu (la force de l'habitude)... Encore du boulot à faire sur la culpabilité, pitêtre ?

Dark Shröd dog a écrit:J'ai l'impression que le seul moyen d'avoir des relations saines, c'est d'être autonome, en assumant qui on est, ce qu'on fait, et en l'exprimant clairement - sans chercher d'excuses.
Je suis d'accord avec toi.
On en revient au conscient et à l'inconscient : "Comment je peux assumer ce qui est de ma responsabilité et qui pourtant n'est pas (encore) conscient ?"


Basilice
Zébré et vacciné
Zébré et vacciné

Messages : 1335
Date d'inscription : 01/11/2012
Age : 34
Localisation : Tout dépend des moments

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par jmbkfdhbudhfuihbfuiqd le Lun 18 Nov 2013 - 14:25

Basilice a écrit:Comment je peux assumer ce qui est de ma responsabilité et qui pourtant n'est pas (encore) conscient ?"
Je ne sais pas. Ça ne me semble pas possible dit comme ça...
Essayer d'analyser ce qui nous appartient et ne nous appartient pas, en sachant que notre analyse est limitée, mais qu'on ne peut pas plus pour l'instant (au moment où on évalue ça) Non désolé
Bon... après le but c'est de se sentir bien dans ses relations, donc si il y a ça c'est bon.


Dernière édition par Dark Shröd dog le Lun 18 Nov 2013 - 14:29, édité 2 fois

jmbkfdhbudhfuihbfuiqd
Zèbre fidèle
Zèbre fidèle

Messages : 141
Date d'inscription : 16/11/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Relations d'emprise et toute-puissance

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:55


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum