La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par Invité le Ven 15 Nov 2013 - 14:24

Lettres de Freud:
Freud n'a pas cessé de se remettre en question... J'ai lu quelques lettres de sa correspondance avec son ami chirurgien Fliess. Elles ont été republiées en 2006. J'aurais bien aimé me l'offrir mais il est très cher. Sa plume est superbe!...

On peut en effet discuter et décortiquer tout ce qu'on veut, rien ne remplacera l'expérience de nous confronter aux émotions déniées des violences subies. Comme le souligne Dessein, c'est bien le déni ou pire peut-être la minimisation de ces souffrances-là qui est mortifère.
"Ah ben, c'est normal... on a tous été élevés comme ça... faut les comprendre et patati patata" et c'est cette justification multiséculaire que remet en cause A Miller au delà des maltraitances. Les maltraitances avaient déjà été remises en cause par d'autres mais il faut bien arriver à trouver comment défaire la chaine de l'usine de fabrique de petits Hitler. Il me semble que Miller amène là un maillon solide pour agir dans ce sens.
Je crois que nombre d'entre nous ont à aller chercher l'expérience de vivre ce qu'elle pointe du doigt.

Je peux penser que l'hypersensibilité pourrait éventuellement naître de la maltraitance. Je ne peux pas le penser pour le QI sinon nous serions plus nombreux.
Quant à se cacher derrière "c'est la faute au qi", je suis d'accord que beaucoup s'en contente... Bah! Pourquoi pas si ça leur va... ils font bien ce qu'ils veulent ou peuvent. Je ne me sens pas obligée d'agir comme eux.
Moi, ça ne me va pas, même si ça m'a permis de réajuster pas mal de trucs dans ma vie et que je vais pas cracher dessus!
Je ne sais pas trop ce que l'intelligence pourrait bien faire encore là dedans... Peut-être voir qu'il y a un cube de mal placé dans l'évidence géométrique prédéfinie par la société? Et prévenir que ça va pas le faire... ? Oui, prévenir que RIEN absolument RIEN ne peut justifier maltraitances physiques, psychiques faites à un enfant.

Merci Siddharta pour ce fil qui m'encourage à poursuivre...


Dernière édition par Marie63 le Ven 15 Nov 2013 - 15:03, édité 2 fois (Raison : J'avais laissé de l'huile sur le feu...)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par siddhartha le Ven 15 Nov 2013 - 14:54

Très chouette le fil ouvert par Cher Monsieur que tu as mis en lien Harpo. Merci.
Je trouve son angle d'entrée très intéressant. Il me parle beaucoup. Je suis frappé aussi des premières réactions, très normatives et assez violentes je trouve. Enfin, je ne souhaite pas (plus?) mobiliser mon point de vue en argument d'autorité et donc me contenterai de laisser mâturer encore un peu tout cela. Enfin, digérer peut-être…
avatar
siddhartha
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 32
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par Harpo le Ven 15 Nov 2013 - 19:42

Ce fil est très chouette, oui, et aussi il démontre que peut l'on débattre sereinement de tous les sujets sur ce forum, à condition de s'en donner la peine. Et aussi de lancer un débat en ayant mûrement réfléchi sur le sujet, et en exprimant son opinion avec clarté et honnêteté. Je crois vraiment que la qualité d'un topic dépend étroitement de la qualité de son premier post. Ce qui ne peut qu'inaugurer du bon pour celui-ci Wink.
avatar
Harpo
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 5769
Date d'inscription : 05/06/2012
Age : 55
Localisation : En Flandre

http://la-maison-et-le-monde.net/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par dessein le Ven 15 Nov 2013 - 19:44

Harpo a écrit:et aussi il démontre que peut l'on débattre sereinement de tous les sujets sur ce forum
pas tout a fait non
c'est une serial killeuse qui vous le dit
avatar
dessein
Rayures flamboyantes
Rayures flamboyantes

Messages : 3074
Date d'inscription : 24/02/2012
Age : 48

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par siddhartha le Ven 15 Nov 2013 - 19:50

Pour tenir un propos tout à fait général, il y a une sacré tendance à légitimer les pratiques d'autorité par ici. Et je ne saurais me faire illusion sur le lien entre une telle posture et le déni (un peu narcissique) que l'on peut observer par ailleurs.
Un révélateur des mécanismes de trauma ? Sarcasme quand tu nous tiens.
avatar
siddhartha
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 32
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par Nanana le Sam 16 Nov 2013 - 13:36

Oui je crois que c'est exactement ça. Le respect de l'autorité en tant que telle, le besoin de contrôle, l'imposition de la norme, l'identification au Bien et au Mal, etc. permettent de se donner l'illusion que ses propres contours sont définis. A l'extérieur de soi. Du coup on passe le plus clair de son temps à juger les autres en croyant ainsi pouvoir se positionner soi-même. Ce qui n'a aucun sens.

Articuler la compréhension des mécanismes de la violence dans l'éducation avec les caractéristiques de la douance, en termes de (non)conformité à la norme, de recherche d'absolu vs lucidité, d'esprit critique vs empathie... permet de (re)venir à soi pour déterminer ce qui appartient à qui et retrouver le droit d'être ce qu'on est, avec sa propre échelle de valeurs. C'est un chemin long et difficile. Mais certains y arrivent Wink
avatar
Nanana
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1979
Date d'inscription : 26/07/2010
Age : 48
Localisation : bxl, ici et maintenant

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par siddhartha le Lun 18 Nov 2013 - 18:30

Je me permets de relancer la question d'une façon peut-être un peu moins revêche. Rébellion quand tu nous tiens.

Face à des proches, avec enfants, qui ne vont pas bien du tout et vivent leur vie à leur manière avec beaucoup de violence, que faire ? Faut-il tout simplement ne rien faire au risque d'entretenir soi-même une forme de déni de ce que vie l'enfant qu'ils étaient et le laisser dans sa merde ? Ou est-il possible d'orienter de telles personnes vers une lecture d'AM dont on voit clairement dedans la portée explicative et libératoire que celle-ci peut avoir pour eux, au risque de vouloir changer les autres et le monde plutôt que soi ?
avatar
siddhartha
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 368
Date d'inscription : 25/01/2012
Age : 32
Localisation : Sur le chemin après ma rencontre avec Alice Miller

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par Aethos le Mer 28 Mai 2014 - 14:00

J'ai lu Alice Miller et j'ai été surpris de la richesse de l'analyse et des sources. Maqintenant il y a simplement une chose: à l'image du distinguo entre HQI complexe ou HQI laminaire... y a le surdoué diagnostiqué parce qu'il y a difficultés et le HQI diagnostiqué par intérêt mais qui va très bien. (faut se le permettre quand même) ...

Dans le premier cas, le HQI surdoué complexe... y a de fortes chances qu'en termes psychologiques et psychiatriques, il y a ait comorbidité de nombreuses "pathologies" ou du moins "névroses importantes" chez cet individu. De là à considérer que les difficulté de cet individu viennent effectivement de choses environnementales qui se sont produites dans sa vie...il n'y a qu'un pas. Et cela j'en doute de moins en moins. Précisément parce que l'adéquation des autres HQI avec leur environnement les a doté de la réalisation de leur "talent" ou "potentiel".

IL y a chez le HQI diagnostiqué (pardon pour le terme il est faut je sais), un travers qui est le suivant: les 3/4 du temps il sous performe ou semble ne pas réaliser son potentiel. Or le potentiel est à l'image des la "chose en puissance"... et non de la chose en acte. Une part de lui reste effectivement lettre morte...et c'est sûrement cela qui, adjoint à la base génétique de la surdouance pose problème: le déni... le déni étant l'interdit total sur un élément clef qui a fait toute l'histoire de la société occidentale judéo-chrétienne: le tabou de la vérité. Le déni est l'activation de ce tabou, qui fait corps avec le sujet...et le torture en permanence...car son environnement lui enjoint et lui impose de ne pas mentir...alors que l'environnement ment en permanence.

Il y a donc double injonction et torture psychologique... maltraitance en somme... car l'enfant sent à défaut de voir ou d'entendre...il sent une dissonance entre les comportements affichés et les dits ou non-dits... il y a déni et donc mise en place du tabou total de la vérité et de la connaissance... alors que la vérité est revendiquée et brandie sans arrêté.

On connait ensuite les : inhibitions,. automutilation, stratagème de fuite, évitement, phobies et divers autres troubles du comportements attribuables non à une faute mais à une irresponsabilité... pas grave si reconnue, empoisonnante si déniée.
L'origine génétique de la surdouance semble de plus en plus clair avec une héritabilité H2 de plus de 50%. Par contre, le rapport à cette surdouance qui va créer et être l'origine de l'imago du sujet par rapport à lui même, et donc son self... est bancal totalement vacillant.

A la différence de la psychanalyse qui tend à dire que la surdouance est une "compensation" névrotique face à de la psychose potentielle...je dirais que la surdouance autorise la compensation de névroses héritées par le truchement de l'environnement qui génèrent, à terme une dysfonctionnalité progressive de l'individu, qui, s'il n'en est pas conscient, se mutile par conformisme. Prenons le cas d'une personne non doté de telles capacités, elle se retrouvera rapidement dans le cas d'un déficit cognitif important et devra surement être prise en charge autrement. La surdouance permet certes de masqué et de compenser...mais c'est heureux finalement... malgré les dysfonctions ou sentiments assimilés... Elle nous a sauvé.... je pense!

La maltraitance n'est est pas la cause, pas plus que la surdouance à proprement parlé est la cause de nos maux... s'il y en a... c'est l'environnement qui en est la cause et aussi notre propre rapport à cet environnement
avatar
Aethos
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 721
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 37
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par filigrane le Mer 28 Mai 2014 - 14:58

Tu dis Aethos : "A la différence de la psychanalyse qui tend à dire que la surdouance est une "compensation" névrotique face à de la psychose potentielle..."

Est ce que tu peux me dire qui parmi les psychanalystes dit ça?
avatar
filigrane
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 270
Date d'inscription : 16/03/2013
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par Aethos le Mer 28 Mai 2014 - 15:21

Le texte ici

Aucun a priori face à la psychanalyse, même si je ne suis plus du tenant freudien... cependant Jung et à sa suite Racamier me semblent avoir d'autres horizons assez intéressants et il est vrai que les tests projectifs habituellement utilisés par les psychothérapeutes ont retrouvé une part de leur lettres de noblesse.

Je ne voulais pas troller en tous cas... et pas froisser... disons que si ce "courant " est minoritaire, on parle ici d’une thèse, il est bien réel cependant et suffisamment interpelant pour trouver ici sa place ;-)

Amicalement
avatar
Aethos
Rayures apprivoisées
Rayures apprivoisées

Messages : 721
Date d'inscription : 19/12/2012
Age : 37
Localisation : Suisse - Nyon

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par filigrane le Mer 28 Mai 2014 - 17:33

merci Aethos pour ta référence, je vais lire (et essayer de comprendre).

avatar
filigrane
Rayures fidèles
Rayures fidèles

Messages : 270
Date d'inscription : 16/03/2013
Localisation : IDF

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par Invité le Lun 10 Avr 2017 - 19:37

J'ai pas tout lu ! (je sais que sur certains forums (mais peut être pas ici parce que les zèbres sont consciencieux) des gens répondent sans avoir tout lu mais je préfère toujours le préciser)
En ce moment j'ai du mal à me fixer, j'aime que tout aille vite.

ça fait un bail que j'avais découvert Alice Miller, bien bien avant d'en venir à la douance. Ce qui me semble être particulier dans mon parcours c'est que justement, j'ai volontairement creusé du côté des neuroatypie quand j'ai découvert ce concept, pour résoudre le problème que j'avais par rapport à la façon dont "les autres" parlaient de leurs enfances et de leurs relations familiales.

C'était tellement insupportable de les voir défendre les parents maltraitants, leurs propres parents maltraitants, cracher sur leur identité d'enfant, cracher sur les enfants, survaloriser une différence enfant-adulte qui m'échappe, être tremblant devant l'autorité mais la vénérer aussi.

ça m'est apparu comme une solution miraculeuse de pouvoir penser "ah mais c'est parce qu'ils sont neurotypiques, ils n'ont pas été enfants comme moi j'ai été enfant, ils sont adultes maintenant (pas moi), si ils le disent que c'était bon pour eux de se faire botter le cul c'est que c'était bon, chacun est le plus apte à savoir ce qu'il y a de mieux pour lui et il y a un très large consensus comme quoi c'est bien de se faire casser la gueule quand on a moins de 18 ans."

Donc oui, me penser neuroatypique (pas forcément zèbres, je ne suis pas testé et la piste de la douance n'est pas la mieux quotée dans mes courbes prévisionnelles) est une forme de déni. Mais c'est aussi une forme d’acceptation du point de vue des autres. Leur point de vue m'est inadmissible si je ne les considère pas comme autre au point que mon empathie s'arrête au profit d'une sorte de regard sociologique plus neutre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par Kodiak le Sam 5 Aoû 2017 - 18:14

@ siddhartha (et merci au passage à l'inconnu qui a ressorti ce fil des limbes du forum au bout de plusieurs années)

Je partage ton avis à propos de la probable corrélation existant entre zébritude (au sens de surdon douloureux, inadapté à la société, bref représentation généralisante négative du haut potentiel que dépeint une certaine littérature psy à la mode) et enfance émotionnellement abîmée.

Moi même, en cours de thérapie, ainsi qu'au cours de conversations avec ma sœur, ai pris conscience que mes difficultés relationnelles et mon mal être fréquent provenaient pour une large part de la famille dysfonctionnelle dans laquelle nous avons été élevés et en particulier des abus émotionnels subis de la part de notre mère.

Ce qu'Alice Miller écrit dans "le drame de l'enfant doué" à ce propos a été très éclairant également. Au fil de mes lectures de ses autres ouvrages, et des résonances que j'y découvrirai, je tenterai d'enrichir ce sujet.
avatar
Kodiak
Rayures indélébiles
Rayures indélébiles

Messages : 1896
Date d'inscription : 05/11/2013
Age : 54
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Re: La zébritude: déni rassurant face aux traumatismes de l'enfance ? (Alice Miller inside)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum